18 décembre 2014

Quand Greenpeace détruit le Patrimoine Mondial

Un "attentat" - c'est par ces mots que le ministère de la Culture péruvien a qualifié l'action de Greenpeace, dont des activistes ont pénétré vendredi le site archéologique protégé de Nazca, au sud du pays, et l'ont endommagé. Mais ce n'est pas le genre de nouvelles qui fera les gros titres en Suisse: un entrefilet sur le site d'information continue de la RTS et... C'est tout. Qui oserait ternir la réputation de l'organisation sous nos latitudes?

greenpeace,pérou,patrimoine mondial de l'unesco,nazca
Le géoglyphe du Colibri, avant.

Le site de Nazca au Pérou est mondialement connu pour abriter des géoglyphes, de fameuses figures tracées sur le sol représentant des animaux stylisés ou des formes géométriques, s'étendant sur des centaines de mètres. Les tracés sillonnent le désert sur plus de 500 km2. Créées entre -500 et 500 de notre ère, on suppose qu'elles auraient servi des buts rituels mal connus. Ne pouvant être convenablement contemplées que depuis les airs, les mystérieuses circonstances qui ont donné lieu à leur création ont suscité les hypothèses les plus folles.

Inscrites au Patrimoine Mondial de l'Humanité de l'UNESCO depuis 1994, les grandes figures sont aussi vastes que fragiles ; elles ont été tracées en retirant du sol du désert les cailloux rougeâtres qui le recouvrent pour laisser paraître la couche de sable en-dessous. La conservation de ces traces ne s'explique que par la sécheresse - le désert de Nazca est une des zones les plus arides du monde - et une préservation sans compromis de ces œuvres à l'époque moderne.

greenpeace,pérouPour éviter d'effacer les lignes, l'accès au site est sévèrement réglementé. Les rares visiteurs admis, comme les scientifiques, doivent s'équiper de semelles spéciales, des sortes de raquettes de mousse, pour diminuer la pression que leur poids exerce sur le sol ; le but est d'éviter de bousculer les cailloux ou de chasser le sable mis à jour, ce qui reviendrait à effacer les lignes dans les deux cas.

Des précautions dont Greenpeace n'a eu que faire.

Présente à Lima dans le cadre de la conférence de l'ONU sur le climat réunissant 190 pays, l'organisation a envoyé une équipe d'activistes dans le désert de Nazca avec pour mission de déployer un slogan pour frapper les esprits: "C'est le temps du changement, le futur est renouvelable" ("Time for Change, Future is renewable -- Greenpeace" en version originale)

Sans aucun respect pour le site, agissant sans autorisation, le groupe de 12 à 15 personnes aurait pénétré dans la zone chaussées de bottes et de chaussures de sport. Les images sont sans équivoque:

greenpeace,pérou
Greenpeace détruit l'environnement pour préserver le patrimoine, ou l'inverse, on s'y perd un peu

Ce faisant, les militants ont laissé des traces. Leur cheminement est visible par vue aérienne. Les dégâts les plus importants se trouvent sur la zone où ils installèrent leur slogan ; les marques en sont encore nettement perceptible même une fois les lettres "temporaires" retirées. Beaucoup plus grave, ils ont irrémédiablement endommagé la figure dite "du colibri" en coupant à travers elle pour atteindre la zone qu'ils visaient!

greenpeace,pérou
Une ligne du Colibri après le passage des militants de Greenpeace

L'opération de communication s'est transformée en désastre. Le Pérou, dont le gouvernement était traditionnellement allié à Greenpeace, contemple désormais l'organisation avec horreur. Le directeur exécutif de Greenpeace Kumi Naidoo ira prochainement à Lima pour s'excuser personnellement auprès du gouvernement péruvien mais cela ne suffira pas: celui-ci a décidé de lancer une plainte pénale pour identifier et arrêter les activistes avant qu'ils ne quittent le pays.

Le gouvernement péruvien a clairement annoncé que l'enquête ne s'arrêterait pas aux exécutants mais qu'ils remonteraient aussi haut que nécessaire pour faire la lumière sur les donneurs d'ordre à l'origine de cette opération.

Kumi Naidoo explique que l'organisation fera "tout ce qu'elle peut" pour réparer son erreur ; encore faudrait-il que cela soit possible... Il n'est pas aisé pour Greenpeace de se retrouver tout d'un coup sur la sellette des destructeurs de l'environnement.

15 décembre 2014

Zurich: les casseurs sont de sortie

"Comment cela est-il possible dans un pays parfait?" demande un internaute face à la déferlante de violence qui a eu lieu à Zurich dans la nuit de vendredi à samedi. Que lui répondre? Que ses prémisses sont peut-être fausses?

zurich_emeutes.jpgLa Suisse n'a rien de parfaite, ni même de calme. La violence la plus bestiale menace sous une surface en apparence apaisée. Malgré la rigueur des nuits de décembre, des centaines de casseurs d'extrême-gauche en ont fait la démonstration au centre de Zurich en dévastant tout sur leur passage:


[La manifestation non-autorisée, comportant quelque 200 manifestants, masqués et armés de barres de fer, de bâtons et de pointeurs laser et pour la plupart issus de la gauche autonome,] a fait non seulement plusieurs centaines de milliers de francs de dégâts matériels, mais des personnes ont aussi été blessées. Selon la police municipale, sept agents ont dû être hospitalisés pour des lésions aux yeux et à l'ouïe. Les émeutiers ont agi dans les 3e et 4e arrondissements de la ville et ont "délibérément attaqué" les forces de l'ordre, écrit samedi 13 décembre la police. (...)

Les manifestants ont également détruit de nombreuses vitrines, pillé des magasins, mis le feu à des voitures et à des conteneurs.(...) Plusieurs véhicules d'intervention ainsi que des locaux de la police ont été sérieusement endommagés. Les manifestants ont également brisé toutes les vitres d'un restaurant bondé, dont les clients apeurés ont dû se réfugier au sous-sol et dans une arrière-salle.


Le Matin semble prendre beaucoup de recul par rapport à la nouvelle: il ne s'en fait l'écho que le lundi suivant, y compris dans sa version électronique, qui n'est pas soumise aux impératifs de délai de la version papier. Il est difficile de ne pas y voir une certaine volonté d'apaisement face aux événements, hypothèse confortée par l'absence de tout éditorial indigné face à la brutalité des casseurs. Imagine-t-on la réaction médiatique si ces brutes avaient arborés une signalétique d'extrême-droite? Seulement, pour trouver trois cent sympathisants d'extrême-droite se livrant à une guérilla urbaine il faut se lever tôt... On a pourtant un aperçu du déferlement de violence exercé par les émeutiers:

Les policiers ont été visés par des jets de pierres et d'engins pyrotechniques. Une torche a été lancée dans une voiture de patrouille et l'équipement d'une policière a pris feu. Elle est heureusement indemne, écrit la police.


La Fédération suisse des fonctionnaires de police (FSFP) a exprimé sa consternation face à cette "haine aveugle et destructrice" et réclamé qu'une telle agression soit qualifiée de tentative de meurtre. Pour que Mario Cortesi, porte-parole de la police municipale, en vienne à concéder qu'il n'a "jamais vu cela depuis dix ans" on devine que certains paliers ont été franchis.

Que réclamaient les "manifestants"? De "reprendre le contrôle de la rue", selon un communiqué délivré sur Indymedia. "Nous reprenons possession de la rue pour protester contre l’embourgeoisement progressif de la ville et la destruction des projets alternatifs", indiquaient les activistes. En tête du "cortège" des manifestants arboraient ainsi une banderole massive ornée de l'inscription en anglais Reclaim the Streets (reprenons possession des rues).

Difficile de croire à un message destiné au public alors que la manifestation était dès le départ prévue de nuit. Tout dépend de ce que l'on entend par "possession", je suppose. Il faut reconnaître que dans les faits, nos activistes anticapitalistes n'ont pour le moins pas perdu le sens de l'intérêt matériel, comme en témoignent les annonces de dégâts enregistrées à la suite de leurs exactions. Au milieu des vitrines brisées et des voitures incendiées, un bijoutier a ainsi signalé s'être fait voler "pour 100'000 francs de bijoux", sans doute des altermondialistes coquets, et aussi que "neuf automates à billets des transports publics ont été endommagés" - sans doute une odieuse méprise face au vivrensemble communautaire et festif que nous garantissent les transports publics...

Qu'a fait la police? A part prendre des coups et éteindre les vêtements en feu de ses membres, rien. Ou si peu. Les policiers ont dû utiliser des canons à eau. On attend les plaintes des personnes mouillées par grand froid.

Malgré des heures d'affrontement on compte seulement quatre arrestations de suspects âgés de 20 à 36 ans. Deux sont "de Suisse" (sic), un de la Principauté du Liechtenstein et le quatrième du Royaume-Uni, nous expliquent les médias fiers de pouvoir brandir pour l'occasion un échantillon représentatif d'une criminalité de terroir.

Les Zurichois traumatisés par cette nuit de barbarie peuvent dormir tranquille ; plus que 196 émeutiers en liberté dans les rues! La justice prévaudra!

Ne tirons pas à boulets rouges sur la police zurichoise ; elle a certainement ramassé plus que sa part de projectiles lors des dernières nuits. La faiblesse du nombre d'arrestations s'explique peut-être par des ordres venus d'en haut. Zurich est en effet une ville fièrement à gauche, et les édiles de gauche ont souvent beaucoup de compréhension pour l'enthousiasme de leurs petits camarades rebelles, une jeunesse à laquelle ils ont souvent appartenu. Pensons à la façon dont les élus de gauche - dont Mme Savary - s'apposèrent à Berne à la motion de M. Fehr de l'UDC pour interdire les cagoules lors des manifestations!

Comme le fait remarquer un internaute avec ironie, "les Zurichois ont les autorités laxistes qu'ils méritent". Il est vrai que l'embourgeoisement continu de la ville avec des quartiers écolo-compatibles et friches industrielles réaménagées repoussent peu à peu les limites d'une zone de non-droit où s'ébattaient encore joyeusement squats altermondialistes et autres salles de concert citoyennes improvisées. Les habitants de ces secteurs n'entendent pas laisser leur place aux bobos.

Nous assistons donc à une opposition entre deux courants de gauche. Quand la croissance bourgeoise-bohème empiète sur les plates-bandes de la gauche radicale, il y a forcément des frictions - frictions qui engendrent de la chaleur qui entraîne à son tour des incendies. Quoi de plus normal au bout du compte! Mais rassurons-nous, à la fin tout cela sera certainement payé par le contribuable.

09 décembre 2014

Keith Martin et la responsabilité individuelle

Si chacun a un jour son quart d'heure de gloire Keith Martin a eu droit à plusieurs passage - jusqu'à son malheureux décès le 5 décembre à l'âge de 44 ans.

keith martin,obésité,royaume-uni,alimentationKeith Martin était un des hommes les plus obèses du monde avec un poids d'environ 450 kg. Son nom ne vous est probablement pas inconnu puisque la presse de boulevard avait relaté son épopée, l'obésité morbide étant un des rares sujets franchissant hypocritement le filtre du politiquement correct pour peu qu'on prenne la peine d'écrire dans la rubrique insolite.

C'est pourtant dans la rubrique société que Le Matin décida d'évoquer le sujet, avec un article lapidaire et pourtant à haute teneur politique:

Le Londonien Keith Martin, surnommé l'homme le plus gros du monde, est mort vendredi à l'âge de 44 ans.

Selon sa famille, le malheureux, qui pesait 445 kilos et engloutissait quelque 20'000 calories par jour, soit neuf fois la quantité recommandée pour un homme adulte, est décédé des suites d'une pneumonie et d'une longue série d'opérations pour réduire son poids.

Son médecin lance aujourd'hui un appel au gouvernement britannique pour taxer les fast-food: «Le gouvernement doit rendre bien plus chère la nourriture mauvaise pour la santé. Sinon nous verrons de plus en plus de personnes comme Keith. Depuis quelques années, j'ai traité plusieurs patients qui pesaient entre 300 et 400 kilos. Il est bien trop facile, parce que peu cher, d'accéder à la junk food. Cela doit cesser.»


Voilà, c'est tout simple, taxe = bonne santé. Quelque chose me dit que la rédaction bien-pensante du Matin a trouvé là une occasion à bon compte de relancer la croisade ridicule contre la prétendue malbouffe, un opportunisme qui n'aura d'ailleurs pas échappé aux internautes commentant l'article.

A part cela, il est effarant d'entendre des suggestions comme celles du médecin de M. Keith. Taxons la nourriture malsaine et l'obésité disparaîtra! Quel raisonnement consternant de la part d'un prétendu homme de sciences! Pour un Keith Martin, combien de familles pouvant parvenir à se nourrir à un coût modique grâce à des aliments abordables?

Il y a plusieurs chemins jusqu'à un régime de vingt mille calories quotidiennes et tous n'impliquent pas la nourriture qualifiée de junk-food par les bien-pensants - à moins d'en faire une catégorie si vaste qu'elle inclue même les œufs frais. Jusqu'à une époque récente, M. Martin en engloutissait vingt-quatre, frits au petit déjeuner. Quelle taxe faudrait-il imposer pour que plus personne ne soit financièrement en mesure d'en consommer autant en un seul repas?

On voit rapidement les limites de l'exercice. À moins de faire contrôler entièrement l'accès à la nourriture par le gouvernement - une situation que les populations de divers pays totalitaires semble apprécier modérément - la liberté de consommer de la nourriture permet, inévitablement, des situations comme celles de Keith Martin.

Mais la liberté alimentaire est-elle seule en cause?

Au milieu de la joie sauvage de se moquer d'un malheureux, d'autres articles de presse révèlent une réalité un peu plus complexe et nuancée de l'histoire de M. Martin, des raisons de son obésité jusqu'à celles de sa mort:

Il avait un poids normal et appréciait le vélo jusqu'à la mort de sa mère, Alma, alors qu'il avait 16 ans. Alors il commença à s'empiffrer et à boire, et à grossir de 76 kilos jusqu'à ces proportions morbides.

"Je me suis laissé aller", dit-il. "Ce n'était pas pour le plaisir. Je n'en avais juste rien à faire. Je suis devenu si gros avec les saucisses, le bacon et les dîners de grillades. Je mangeais tout ce qui me passait par la tête."

Ses parents se sont séparés alors qu'il était petit. Issu d'une famille de huit enfants grandissant à Hendon, il eut rarement l'occasion de voir son père, Henry, portier d'hôpital, qui décéda quelques années après sa mère.

Keith l'adolescent quitta l'école peu après la mort de sa mère avec quelques certificats scolaires et travailla comme magasinier et laboureur jusqu'à ce que son poids, et le manque de mobilité et de souffle qui en résultent, lui rendent la tâche impossible.


En 2001, il fut hospitalisé pour la première fois à cause de son obésité. Et c'est à partir de là qu'il s'enfonça plus encore dans la gloutonnerie, aidé en cela par un service de santé toujours prêt à mettre la main à la pâte.

Avec un indice de masse corporelle de 115, on lui diagnostiqua une dépression et des problèmes cardiaques. Une équipe de spécialiste de huit personnes utilisait des ambulances spécialement conçues à 90'000 livres pièce pour le transporter lors de ses trajets de son domicile à l'hôpital, tant que son poids laissait possible la manœuvre.

Mais l'état du patient empira. En 2012 il s'avéra incapable de se déplacer, puis incapable de se lever. Lorsqu'il ne mangeait pas il passait ses journées devant la télévision, lisant ou jouant à des jeux vidéo tout en recevant la visite de nombreux membres du corps médical: nutritionniste, cardiologue, plusieurs infirmières changeant ses couches ou lui prodiguant des soins corporels... Alors même qu'au Royaume-Uni, des gens meurent quotidiennement à cause du rationnement des soins du système de santé public.

Incapable de subvenir à ses besoins puisque hors d'état de travailler, Keith Martin vivait exclusivement du système social britannique, hormis deux sœurs travaillant en cuisine pour satisfaire son improbable appétit.

Keith Martin n'était absolument pas satisfait de sa condition. "Je ne vais pas contacter le Livre Guiness des Records au sujet de mon poids. Ce n'est pas quelque chose dont je suis fier", affirmait-il. Et très conscient des risques pour sa vie, il entreprit d'en changer - bien qu'à aucun moment les 40'000 livres mensuelles que son mode de vie coûtait au contribuable britannique au travers du système de santé ne soient remis en question.

Il tenta ainsi de perdre du poids, et réussit. Une opération pour lui poser un anneau gastrique lui ôta les trois quarts de son estomac. Il vécut encore plusieurs mois alité et s'amaigrissant jusqu'à ce qu'une pneumonie l'emporte.

M. Martin avait une part de responsabilité évidente dans sa triste situation. Mais quitte à pointer d'autres facteurs, devait-il plus son état à la teneur en matière grasse de ses aliments ou aux mécanismes sociaux qui lui permirent complaisamment de perpétuer son mode de vie malsain, alors qu'il avait cessé de travailler depuis plus de dix ans?

30 novembre 2014

Un triple Non prévisible

Les résultats officiels sont publiés et ils sont sans surprise: Non, Non et Non!

Ayant cru jusqu'au dernier moment à une possible surprise, voyant dans l'écart entre les sentiments des internautes  et les sondages officiel une inexplicable différence, j'en étais même arrivé à craindre de possibles manipulations électorales ; las! L'échantillonnage des votes dans ma bonne ville de Renens - où je pris part au dépouillement - me confirma que nous allions vers un rejet franchement net des trois objets soumis à l'approbation des citoyens.

votation du 30 novembre 2014
Un résultat sans appel.

Les résultats nationaux confirment cette tendance: une Suisse monochrome sur les trois objets, sauf peut-être pour l'initiative sur la suppression des forfaits fiscaux qui obtint un Oui dans le petit canton de Schaffhouse.

Suppression des forfaits fiscaux (évoquée ici): la gauche souhaitait mettre un terme à la possibilité d'accueillir de riches étrangers avec une fiscalité avantageuse. Ce modèle, dont il existe de multiples variantes dans plusieurs pays européens, était battu en brèche par des défenseurs d'une justice fiscale qui ne pouvait évidemment se traduire que vers une égalisation par le haut des prélèvements obligatoires...

Alors que la campagne donnait initialement un certain capital de sympathie à la démarche, les adversaires du textes eurent tôt fait de pointer du doigt l'inévitable exode que l'initiative provoquerait chez ces étrangers fortunés, donc des pertes fiscales en vue - comblées par d'autres contribuables, vu qu'il n'était évidemment pas question de réduire le périmètre de l'Etat. A force de marteler le "manque à gagner" pour un oui ou pour un non le raisonnement a fini par faire son chemin dans l'esprit des citoyens, qui ont fort logiquement rejeté le texte.

Avec "seulement" 59,2% de Non, l'initiative pour l'abolition des forfaits fiscaux est l'objet le moins sèchement rejeté des trois initiatives soumises au vote. C'est tout de même un échec cuisant pour la gauche qui soutenait le texte. Même les cantons qui ont localement aboli le forfait fiscal ont rejeté le projet! Cerise sur le gâteau, les prochaines offensives du même genre ne pourront plus se reposer sur l'exemple incomplet du canton de Zurich, où les statistiques s'arrêtaient fort opportunément avant l'apparition d'une véritable tendance. Alors que le temps passe, l'évolution de la situation des contribuables zurichois montrera de manière nette que non seulement les contribuables étrangers désormais soumis au régime commun ne paient globalement pas plus d'impôts qu'avant, mais en plus qu'ils fuient le territoire et ne sont évidemment pas remplacés.

ecopop.jpgInitiative Ecopop (évoquée ici): le rejet de l'initiative a été la surprise de ce dimanche, avec pas moins de 74,1% de Non. A quelques semaines du scrutin l'institut gfs.bern donnait encore 38% d'opinions favorables à l'initiative avec une marge de progression possible... Ce n'est plus une marge d'erreur, c'est un gouffre.

Dans les états-majors politiques l'heure était évidemment à l'inquiétude après le succès surprise de l'initiative du 9 février contre l'immigration de masse, mais malgré tout le chances de victoire du texte étaient plus que minces. A l'inverse du vote du 9 février, aucun parti ne soutenait le texte - mis à part quelques sections cantonales en ordre dispersé. Médias, partis et gouvernement étaient unis dans leur rejet unanime du projet, et même si les partisans du texte - dont votre serviteur - eurent l'occasion de faire valoir leurs arguments dans l'espace de liberté que représente encore Internet, le résultat final donne un petit aperçu de la surévaluation des effets de ce médium sur l'opinion publique...

Le résultat laisse un avant-goût d'inachevé. Absolument tous les acteurs politiques peuvent crier victoire et ne s'en privent pas, puisqu'ils étaient tous opposés au texte. A droite, on verra la confirmation que le vote du 9 février était "suffisant" et qu'il n'était pas besoin de recourir à une "option nucléaire" comme Ecopop ; à gauche, on lira au contraire un revirement de l'opinion publique sur les questions migratoires, essayant de présenter le vote de l'immigration de masse comme un accident à ignorer de toute urgence. Comme je l'avais prévu, diverses voix s'élevèrent le jour même pour réclamer une nouvelle votation sur l'immigration de masse, voire l'abandon pur et simple de la mise en application du texte voté en février.

or,monnaie,crise,inflation,prise de position,votation du 30 novembre 2014Initiative sur l'Or (évoquée ici): là encore, un rejet massif avec 77,3% de Non. A l'inverse des autres initiatives, celle-ci ne donna même pas l'illusion de pouvoir l'emporter à travers le moindre sondage. Le texte était porté par une partie de l'UDC, mais du bout des lèvres, et aucune autre formation politique. L'initiative sur l'Or - qui ne demandait rien d'autre qu'un taux de 20% de métal précieux au bilan de la Banque Nationale Suisse - fut présenté avec succès par les adversaires de l'initiative comme un "carcan" empêchant la "flexibilité" de la politique monétaire helvétique - c'est-à-dire, l'impression sans limite de nouveaux francs suisses pour le lier à un euro en perdition et le suivre dans les profondeurs... On se demande d'ailleurs sur quelle partie de l'ex-Euro la BNS choisira d'aligner le franc suisse lorsque l'Eurozone éclatera!

L'initiative sur l'or arrivait trop tôt car l'effondrement des monnaies papier n'est pas encore perçu par les populations ; bien entendu, quand dans quelques années les pays sans or se retrouveront le bec dans l'eau, il sera en revanche trop tard pour sauver le franc suisse.

La confusion sur le sens de la monnaie est telle dans les esprits qu'il fallait s'attendre à un résultat de ce genre. La Suisse sera donc bientôt ruinée comme les autres pays d'Europe. En revanche, il reste à chacun la possibilité de se prémunir à titre personnel contre l'effondrement financer à venir. Si le vote de dimanche a prouvé qu'il sera désormais impossible de sauver le pays de la débâcle, chacun a encore le choix d'agir de façon individuelle ces prochaines années pour sauver sa peau et son patrimoine - ce qui tracera une frontière très nette entre ceux qui ont senti venir l'orage et ceux qui ont béatement cru les mensonges des autorités. Bonne chance à tous!


Le vote de dimanche était également l'occasion de scrutins locaux, à l'échelle cantonale. On notera que Genève-la-gauchiste refusa un deuxième projet d'abolition des forfaits fiscaux, à l'échelle du canton du bout du lac cette fois-ci ; le parlement de Neuchâtel pourra désormais destituer des Conseillers d'Etat s'ils sont gravement en délicatesse avec la justice ; le canton du Valais réduira la voilure de ses dépenses à hauteur de trente millions de francs ; et enfin, le canton de Zurich, bien que refusant une initiative limitant les élèves à 20 par classe, accepte néanmoins d'augmenter le nombre de professeurs.

La participation fut seulement de 50%.

26 novembre 2014

Or: même Marine Le Pen s'y met!

Dire que l'initiative sur l'or aura provoqué des remous est un euphémisme. Qu'elle soit acceptée ou refusée le 30 novembre, elle crée derrière elle un véritable tsunami.

Dernier chapitre en date: une lettre ouverte de Marine Le Pen demandant des comptes à M. Christian Noyer, président de la Banque de France. A l'attention de quelques lecteurs trop effrayés par l'idée de naviguer même ponctuellement sur le site du Front National, voilà donc ladite lettre reproduite in extenso.

Monsieur le Gouverneur,

Au nom des Français et en ma qualité de principal chef de l’opposition, j’ai l’honneur de vous écrire, car il est de mon devoir de vous présenter une requête sur les réserves d’or de la France, relevant de l’intérêt supérieur de notre nation.

marine-le-pen.jpgAvant même le déclenchement de la crise de 2008, le Front National avait anticipé et informé les institutions politiques de l’aggravation à venir du contexte macro-économique et géopolitique. Dans le cadre du modèle économique de plus en plus ultralibéral adopté par la France sous la pression de Bruxelles, aucun des fondamentaux économiques ne peut s’améliorer durablement. Tous les Français peuvent constater que les politiques d’austérité exigées par l’Union Européenne et la BCE et menées par le gouvernement sont un échec avéré et grave pour notre pays.

L’institution monétaire que vous dirigez a pour mission historique d’être la banque centrale dépositaire des réserves monétaires nationales et notamment des réserves d’or. Selon notre vision stratégique et souveraine, celles-ci n’appartiennent ni à l’Etat, ni à la Banque de France mais bien au peuple français et de surcroît servent de garantie ultime à la dette publique et à notre monnaie.

Dans la guerre froide monétaire qui se joue entre les pays occidentaux et les pays des BRICS, l’or reprend progressivement un rôle important. Selon le Conseil Mondial de l’Or, les réserves officielles d’or de la Chine, de l’Inde et de la Russie ont fortement augmenté entre 2007 et 2013.
Pour ces raisons et compte tenu de l’accroissement rapide des risques systémiques mondiaux, il est de la plus haute importance pour la solvabilité future de notre nation d’engager, d’ici mi-2015, une procédure d’audit détaillé dont les résultats feront l’objet d’un rapport. Ce rapport devra obtenir la validation des autorités macro-prudentielles françaises, l’ACPR, puis sera rendu public dans l’année.

Cet audit exhaustif devra contenir :
– un inventaire complet des quantités d’or physique affichées actuellement à 2435 tonnes ainsi que leur qualité (numéro de série, pureté, barres ‘Good Delivery’…), réalisé par un organisme français indépendant (à définir). Cet inventaire, sous contrôle d’huissier, devra indiquer le pays dans lequel les réserves d’or sont stockées, en France ou à l’étranger.
– Un recensement de tout contrat d’engagement financier officiel ou secret vis-à-vis de banques et sociétés privées, ou de prêt bilatéral entre la France et des institutions nationales ou internationales, ayant gagé l’or de la France afin de garantir le sauvetage de l’euro. Dans ce cas, l’audit exhaustif devra contenir les conditions des contrats d’engagement ou de prêts.

Par ailleurs :
Attendu que le 30 novembre prochain, aura lieu en Suisse une votation suite à une demande de référendum d’initiative populaire « Sauvez l’or de la Suisse » du parti UDC (Union Démocratique du Centre) qui propose le rapatriement de leurs réserves d’or sur leur sol.
Attendu qu’à la demande de certaines banques centrales nationales avisées, ce phénomène de campagne pour le « retour des réserves d’or nationales » et le contrôle démocratique existe depuis 2013 en Allemagne (Bundesbank), en Pologne etc.
Attendu que la Banque centrale néerlandaise a indiqué récemment qu’elle avait rapatrié 122,5 tonnes d’or.
Attendu que le 19 mai 2014, la Banque de France au côté d’autres banques de l’Eurosystème, a annoncé avoir signé l’accord de Washington des ventes d’or CBGA 4 (Gold sales Under the Central Bank Gold Agreements) qui ne prévoit pas de quotas de cession sur cette période quinquennale (2014 à 2019), contrairement aux trois accords précédents.
Attendu qu’en effet, la Banque de France déjà indépendante, a procédé dans le cadre de l’accord CBGA 2, à des ventes d’or décidées en 2004 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Economie et des Finances du gouvernement Raffarin.
L’objectif officiel affiché était de gérer plus activement les réserves de change de l’Etat afin de générer 100 millions d’euros de recettes fiscales supplémentaires dès 2005. N. Sarkozy déclarait aussi que cette vente d’or serait utilisée « soit pour financer des investissements qui préparent l’avenir, soit pour réduire la dette, mais en aucun cas pour financer les dépenses de fonctionnement ».
Sur la période 2004-2012, environ 614,6 tonnes d’or auraient été vendues par la France alors que dans le même temps les autres banques centrales de l’Eurosystème dont la BCE se sont engagées à limiter leurs ventes d’or. Selon un rapport de la Cour des Comptes de 2012, cette opération s’avère extrêmement coûteuse pour la puissance publique et constitue une atteinte grave au patrimoine national, effectuée sans aucune consultation démocratique.
Monsieur le Gouverneur, d’après vos déclarations, « l’or demeure un élément important des réserves monétaires mondiales». Pour les Français, vous êtes considéré comme le garant en dernier ressort de la sûreté de cette réserve d’or et donc de la stabilité de notre monnaie et de la stabilité financière nationale. En conséquence, votre responsabilité est immense.

Aussi, en fonction de la situation que nous découvrirons, je vous exhorte à procéder :
– Au rapatriement urgent sur le sol français de la totalité de nos réserves d’or se trouvant à l’étranger.
– A l’interruption immédiate de tout programme de cession d’or.
– A l’inverse, à une réallocation progressive d’une partie significative des réserves de devises au bilan de la Banque de France par l’achat d’or, lors de chaque baisse significative du cours de l’once (recommandation 20%).
– A la suspension de tout contrat d’engagement financier ou de prêt qui gagerait nos réserves d’or.
– Au bilan patrimonial et financier des opérations de cession d’or de 2004 ordonnées par N. Sarkozy.

La mise en œuvre de ces mesures est décisive pour l’avenir de la France face aux troubles socio-économiques qui risquent de se produire.

Tout comme vos héroïques prédécesseurs de la Banque de France en 1939 et 1940 avaient organisé l’évacuation de l’or français, vous vous devez d’entreprendre cette vaste opération de sécurisation du trésor national, acte patriotique qui sera reconnu le moment venu par l’opinion publique.

Je forme le vœu que, respectueux de vos devoirs de haut fonctionnaire au service de l’Etat, vous sachiez faire preuve de la lucidité et du courage nécessaires à la défense de l’intérêt général de notre pays. L’enjeu est considérable, c’est de l’avenir de la France dont il s’agit !

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Gouverneur, l’expression de ma considération distinguée.

Marine Le Pen


Marine Le Pen n'ayant aucun statut légal particulier - sa qualité de "principal chef de l’opposition" autoproclamée étant sujette à débat et certainement pas reconnue au sein des institutions de la République Française - on peut imaginer que cette lettre ne suscitera aucune réponse de l'intéressé. Mais le but de la manœuvre n'est pas là.

D'abord, la missive traduit l'état d'esprit de la Présidente du Front National, un parti français qu'on peut aimer ou détester mais qui s'annonce comme incontournable dans la vie politique hexagonale. Et celle-ci ne considère définitivement pas l'or comme une "relique barbare" qu'on peut négligemment solder lorsqu'on a besoin d'argent... Au contraire, elle pointe les récentes opérations de rapatriement d'or en Europe et les soupçons qui pèsent sur les stocks d'or français - tant leur volume que leur qualité et les éventuels engagements qui pourraient peser sur eux. Des inquiétudes que le silence compassé des dirigeants politiques et de la Banque de France elle-même ne vont certainement pas calmer.

Ensuite, elle n'hésite pas à reprendre les 20% de couverture de l'initiative sur l'or de l'UDC pour demander le même genre de ratio au niveau des réserves de la Banque de France - le tout au nom d'une méfiance accrue envers les monnaies-papier et les risques de déstabilisation de la finance mondiale qui laissera l'or comme seul garantie monétaire acceptée. Nous nous dirigeons à grands pas dans cette direction, d'autres pays s'y préparent, mais c'est la première fois que j'assiste à l'aveu aussi limpide de la situation par un responsable politique de premier plan - une attitude qui ne manque pas de faire du bruit.

Enfin, elle met les responsables du passé en face de leurs responsabilités: Nicolas Sarkozy qui solda des tonnes d'or français à vil prix sans justification aucune sauf probablement pour payer les dépenses courantes ; et bien sûr, le président de la Banque de France Christian Noyer lui-même dont la responsabilité serait effectivement "immense" s'il s'avérait que les réserves d'or françaises ne sont finalement pas ce qu'elles sont sensées être... De quoi donner des sueurs froides à nombre de coquins s'abritant fort opportunément derrière le secret de leur fonction pour éviter d'avoir à rendre des comptes sur des coffres peut-être vides.

Une chose est sûre, Mme Le Pen suit l'actualité économique de près, et avec plus de prévenance qu'on pourrait croire sur les questions monétaires.

25 novembre 2014

Dernière ligne droite pour Ecopop

A peu près tout ce que la Suisse compte de corps constitués est vent debout contre Ecopop - le patronat, les syndicats, les médias, tous les partis politiques, les élus, le gouvernement, et j'en oublie peut-être - mais tel le roseau qui plie mais ne rompt pas, l'initiative refuse de se laisser enterrer dans les sondages...

Il faut dire que l'initiative a pour elle un allié de poids: la réalité.

ecopop.jpgCertes, la réalité est bien malmenée ces temps-ci - par ceux-là même qui sont sensés en rendre compte, c'est-à-dire les médias. Pas un jour ne passe sans qu'un ponte ne vienne pleurer dans les pages d'un journal les malheurs d'une Suisse refermée sur elle-même. Parce qu'un pays avec plus de 23% de population étrangère sur son sol, record européen hors Luxembourg, est visiblement un lieu fermé et hostile aux étrangers, comprenez-vous! Et selon d'autres modes de calcul, on pouvait même arriver à 33% d'étrangers... En 2001 déjà!

Mais la Suisse doit rester un pays ouvert - aux quatre vents, sans portes ni fenêtres. Avec la subtilité d'un boxeur poids-lourds, le message est cogné dans les esprits. La réalité, toujours elle, fait malgré tout son chemin jusque dans ces mêmes médias, comme si le filtre était imparfait et laissait passer quelques gouttes. Il faut juste parvenir à saisir l'instant dans le flot d'inepties.

Pareil sursaut de réel eut lieu en 2013 dans le 24Heures, répétant une étude révélée par le Tages Anzeiger sur la pression exercée sur les salaires du secteur tertiaire. L'étude provenait bien de l'Université de Genève mais il fallait qu'elle soit publiée dans la presse alémanique pour que les rédactions romandes en fassent finalement l'écho... Le titre de l'article? "La libre circulation a bel et bien fait des perdants". Oups.

votation du 30 novembre 2014,ecopop

Comme on voit, quiconque avec moins de trente-et-un ans d'expérience a souffert entre 2004 et 2010 de la libre-circulation. Les rares personnes à en avoir profité sont proches de la retraite, et probablement dans des positions hiérarchiques élevées. À noter que des économistes de l'Université de Berne étaient également arrivés aux mêmes conclusions en étudiant cette fois-ci les rémunérations de Suisses très qualifiés entre 2002 et 2008.

On pourrait aussi citer un article récent du Matin: la Suisse est un eldorado pour les travailleurs étrangers. À mettre sous le nez de tous les crédules qui sont persuadés que le vote du 9 février a fermé les frontières, alors qu'il n'y a pas le moindre début d’ersatz de mise en œuvre de l'initiative contre l'immigration de masse! (Révélation choquante: il n'y en aura jamais.)

Malgré le site web des adversaires d'Ecopop n'hésitant pas à employer un champ lexical connoté ("arbitraire", "radicale", "drastique", "relents de Malthusianisme") le principal argument en faveur d'Ecopop est malheureusement formulé par... Le Conseil Fédéral lui-même.

Pas celui de 2014, pro-UE, pro-multiculturalisme, pro-immigration, et sourd à la démocratie directe, mais celui du tournant des années 2000 qui était pro-UE, pro-multiculturalisme,  pro-immigration et tout aussi sourd à la démocratie directe... Comment? Confus? Comme vous y allez! Pourtant, l'argumentation de l'époque n'a pas disparu:

"Le Conseil fédéral [de l'an 2000] dispose désormais du travail de Thomas Straubhaar, économiste bernois, où il est clairement démontré que l'émigration des Européens en Suisse n'excéderait pas les 10 000 personnes par an et qu'elle serait le fait de personnes qualifiées. (...) Il ressort de réflexions de plausibilité que la limite supérieure du potentiel d’immigration (net) se situe autour de 10’000 ressortissants de l’UE par an. Il est toutefois plus probable que ce chiffre se situe en dessous de 8’000 (net signifie immigrations moins retours)"


Cet argumentaire fut repris jusque dans le matériel de campagne utilisé pour diluer les frontières de la Suisse dans l'espace Schengen et la libre-circulation des personnes, que le peuple approuva béatement.

Ecopop est traitée de tous les noms pour proposer une immigration nette pourtant le double de ce que le Conseil Fédéral prévoyait lui-même il y a une dizaine d'années!

Sans doute le Conseil Fédéral du passé était-il lui-même "extrême et radical" - à moins que toutes ces postures politiciennes ne soient que de la pure mauvaise foi, l'essentiel étant de préserver l'alliance impie entre la droite et la gauche. Tant pis pour les apparences et les batailles de chiffres, l'intérêt de deux castes doit prévaloir: l'immigration est à la fois l'armée de réserve du capital et le réservoir électoral de la gauche.

Nous sommes à quelques jours du verdict des urnes. Les citoyens ont déjà commencé à voter. Ecopop concerne bien plus que la simple gestion de l'immigration - c'est une ode à l'indépendance d'esprit, à la capacité du peuple souverain de prendre ses décisions à l'écart des pressions des élites, à rester maître de son destin dans une Suisse promise à la dilution.

Ecopop est un (ultime?) acte de résistance.

L'initiative passera-t-elle la rampe? Tout dépend où vous regardez. Si vous examinez les sondages officiels, on vous dira que l'initiative s'apprête à être assez sèchement rejetée. Si vous examinez les commentaires des lecteurs de toutes les publications des journaux ayant trait à Ecopop, la proportion de commentaires pro-Ecopop écrase les autres.

Le trait est encore plus marqué lorsque les internautes de passage peuvent voter pour ou contre les commentaires, comme sur Le Matin ou 20 Minutes ; on voit carrément une proportion de trois ou quatre contre un entre ceux qui sont en faveur de l'initiative et ceux qui lui sont opposés.

votation du 30 novembre 2014,ecopop
Un commentaire pro-Ecopop pris au hasard sur le site du Matin

Comment peut-il y avoir un tel décalage entre les sondages et ce que montre le Web? Je ne parviens pas à l'expliquer. Je ne vois aucune raison pour laquelle les pro-Ecopop, sensés être minoritaires, seraient plus nombreux ou plus motivés à faire connaître leur point de vue à autrui - ni pourquoi ils voteraient massivement et anonymement sur des contributions allant dans leur sens. Il n'y a pas plus de raison que les pro-Ecopop se recrutent en majorité parmi le lectorat en ligne de ces publications plutôt que dans la presse papier.

J'accueillerai avec plaisir toute explication vraisemblable, mais en réalité, je pense que nous sommes face à un mystère. Un mystère que je ne peux m'empêcher de trouver porteur d'une sourde menace, avec un enjeu aussi élevé.

Nous en saurons davantage le soir du 30 novembre. Restons vigilants lors du dépouillement.