26 août 2010

Tous voiles dehors

La Commission Fédérale contre le Racisme ne manque jamais une occasion de poursuivre sa politique partisane. Au menu du jour, le voile porté par des élèves musulmanes à l'école, qu'il s'agit de permettre à tout prix. Où quand l'administration décrète qu'il est interdit d'interdire...

L'information est relatée dans un article engagé du Temps intitulé "mobilisation contre l'interdiction du voile". En guise de contexte, on minimise le problème sur le thème du puis-qu'il-y-en-a-peu-pas-besoin-d'en-faire-un-flan, déjà largement entendu lors du débat sur l'interdiction des minarets. Les écolières de confession musulmane portant le voile à l’école obligatoire en Suisse sont-elles nombreuses? Sont-elles dix, vingt, cinquante? Les islamistes en Suisse, combien de divisions? Personne le le sait, puisque personne ne les compte...

N'empêche, il y en a.

945154O_ecoliere.jpgLe canton de Saint-Gall a mis les pieds dans le plat de la dhimmitude en adoptant au début de l'été une directive invitant les communes, seules compétentes en la matière, à interdire le port du voile à l'école - diérective faisant écho à des problèmes déjà rencontrés par certaines communes face à des élèves voilées. Francois Modoux, le journaliste du Temps, s'empresse de souligner que le président du Conseil de l’éducation du canton, Stefan Kölliker, porte l'étiquette UDC: le décor est dressé, les méchants fachos d'extrême-drouâte contre les gentilles élèves vivant paisiblement leur foi. Mais M. Modoux omet délibérément de préciser que les partis politiques de Saint-Gall ont tous soutenu la mesure, une information mentionnée à la TSR dans un reportage sur le même sujet. Et quant il titre son article "mobilisation contre l'interdiction du voile", il faut comprendre: mobilisation administrative de la CFR... Rien à voir avec un quelconque élan populaire.

Les islamistes ayant le chic et les complicités médiatiques pour provoquer des scandales à l'envi, comme par hasard, Elisa, une jeune fille voilée, débarque à la rentrée dans une école saint-galloise. Comme d'habitude dans ces cas-là, elle a pris toute seule la décision de provoquer une polémique en défiant le règlement de son école et ne voit pas le problème parce que c'est juste sa religion qui demande le voile... La méthode éprouvée a également le mérite de faire sortir du bois les possibles alliés parmi le troupeau des infidèles. On comptera sans surprise certains médias et la CFR dans cette liste.

Le plus intéressant n'est pas de savoir qui l'emportera entre la CFR et le règlement de la commune de Saint-Gall, mais bien les arguments de la première.

Invoquer la nécessité d’intégrer pour interdire le foulard islamique à l’école n’est qu’un prétexte, car au contraire la réglementation proposée ferait un obstacle à l’intégration, en rejetant des filles hors de l’école, note la Commission fédérale contre le racisme. L’interdiction enfreindrait donc le principe de l’égalité de traitement.

La CFR refuse l’interprétation que fait le Conseil de l’éducation saint-gallois du foulard islamique quand il décrète, dans sa circulaire, n’y voir «aucun sens religieux» mais plutôt «un simple moyen d’exprimer une identité culturelle». Porter le voile s’inscrit bien dans le domaine de la liberté de religion qui est largement protégée en Suisse, rappelle la CFR.

 

Le journaliste estime que la CFR démonte l'argumentation du Conseil de l’éducation saint-gallois point par point. Pour ma part, je me ferai un plaisir de démonter celle de la CFR.

Pour commencer, l'égalité de traitement. Il y aurait ainsi une inégalité entre les élèves voilées à qui on interdit le port du voile, et les élèves non voilées à qui on interdit le port du voile? Bizarre. A moins qu'il ne faille interdire quelque chose à chacun pour faire bonne mesure? Vous savez, tous ces catholiques arborant des croix comme si le monde leur appartenait...

Mais le meilleur est bien sûr de ramener le port du voie dans le domaine de liberté de religion puisqu'une telle déclaration signifie rien de moins que toutes les musulmanes doivent porter le voile. Si on ne peut interdire le voile parce qu'il est partie intégrante de la religion, cela signifie que tous les musulmans modérés dont les femmes ne sont pas voilées ne respectent pas les préceptes de leur religion, puisqu'elles renoncent à une partie intégrante de la religion. Et sont donc de mauvais musulmans. Ou comment la CFR pousse toute une frange de croyants modérés dans les bras des extrémistes en les insultant au passage. En si peu de mots, c'est un tour de force!

Le port du voile exprime un sens religieux tout à fait assumé, le prosélytisme, et c'est à ce titre qu'il devrait être absolument interdit à l'école. C'est un message envoyé aux non-musulmans: regardez-moi et voyez l'islam. C'est un message envoyé aux musulmans modérés: je suis plus proche d'Allah que vous. C'est un message envoyé à la société civile: l'embrigadement religieux de nos enfants est plus important que leur intégration scolaire. Le port du voile amène des débats et des discussions, débats et discussions avidement recherchés par les islamistes, parce qu'ils jouent sur leur terrain. Qu'ils argumentent autour de la sincérité de leur foi, de leur attachement à leurs croyances en terre infidèle, ou qu'ils cherchent juste à inventer une prétendue hostilité des mécréants envers tous les musulmans, ils ont tout à gagner d'une polémique.

Croire que celle-ci peut s'éteindre en autorisant le port du voile en classe est de la plus grande naïveté. Evidemment la faiblesse sera exploitée et les extrémistes grisés par cette première victoire. Loin d'être résolu, le problème s'amplifiera jour après jour, les parents n'ayant pas peur de pousser toujours plus loin le bouchon (exigence de repas halal, cinq prières par jour, non-mixité entre garçons et filles, etc.) et il est bien plus difficile de résister à ces revendications lorsque la tête voilée n'est pas un cas isolé mais représente 20% de l'effectif féminin des élèves...

La seule solution contre l'islamisation de la société - elle n'a rien de rampante - consiste à s'attaquer à la question dès qu'elle se pose et à fixer des limites claires et fermes. En gardant à l'esprit qu'une bonne partie des instances politiques et des journalistes jouent dans le camp adverse.

Commentaires

Très juste. Vous évitez le piège si courant dans lequel tombent les opposants au voile : ce serait pour protéger la liberté des femmes musulmanes.

Pas du tout. S'il faut interdire le voile, c'est, avant tout, pour protéger la liberté des non-musulmans.

Lutter contre le voile au nom de la liberté de celles qui le portent, c'est s'attirer la réplique, immanquable, de la part des femmes concernées elles-mêmes, que non seulement elles portent le voile de leur plein gré, mais que c'est une revendication de leur part. Ce qui est parfaitement exact.

Que ces provocations soient téléguidées par des groupes islamistes, et ne soient nullement le seul fait d'initiatives individuelles, ne change rien à cela.

Une musulmane qui porte le voile en Occident (sauf si c'est une femme âgée isolée au milieu d'un océan de musulmanes sans voile), c'est une agresseuse. C'est une guerrière qui plante le drapeau de l'islam sur nos pays. En un mot comme en cent, c'est une ennemie, et elle doit être traitée comme telle.

Nous, Occidentaux culturellement chrétiens ou juifs, ne sommes pas du tout intéressés par sa liberté, bien au contraire : sa liberté doit être étroitement surveillée et limitée.

En effet, si nous la laissons faire, c'est notre liberté qui sera réduite à néant, nous laissant le choix entre la conversion à l'islam, la soumission ou la mort.

Si, par la même occasion, notre combat peut contribuer à libérer de l'oppression musulmane un certain nombre de musulmanes, c'est tant mieux. Mais il faut bien se garder d'inverser les priorités.

C'est, avant tout, notre liberté qui nous importe. Cette préoccupation est belle et bonne et légitime.

D'ailleurs, c'est également notre liberté qui importe aux musulmans : elle leur importe car ils cherchent, par l'imposition du voile et par mille autres artifices, à nous la retirer. Tel est leur but.

L'islam est, depuis son origine et sans interruption, dans une logique de guerre permanente : soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous.

Pour ne pas être écrasé par un tel adversaire, la seule issue est d'accepter sa logique. Il ne nous laisse pas le choix.

Ce sera, effectivement, eux ou nous.

Écrit par : Robert Marchenoir | 27 août 2010

tout ca c'est bien jolie, but Where's Zek ??

Zek, Zek Zek, les PF disaient savoir qui tu es, et franchement, qu'elle importance ? Quand on a autant de talent, on ne se tait pas, on ne le gaspille pas !!!

Di you turn soft ?!?!?!?!?!?!?!?8


Zek, d'accord ou pas avec toi, je ne peux nier la qualité exceptionnel de tes posts.


Ecris, ndD !!!

Écrit par : Adolphos | 30 août 2010

Les commentaires sont fermés.