23 octobre 2010

La Paille et la Poutre

Sarah Palin provoque la terreur.

Pour la gauche (pourtant avide de laïcité) elle représente l'antéchrist. L'an dernier, à l'aide d'une simple mention sur sa page facebook, elle a démoli la réforme de la santé prévue par Obama. Il ne s'en est toujours pas remis. Elle a apprivoisé le mouvement Tea Party. Elle soutient les candidats conservateurs contre les républicains aux valeurs indéfinissables. Pire, ses poulains l'emportent.

En réaction à cette terreur, un grand nombre de personnes idéologiquement engagées - dont, naturellement, quantité de journalistes des deux côtés de l'Atlantique - haïssent Sarah Palin du plus profond de leur être. Comme une tentative d'exorcisme, avec un art achevé du ridicule, ils traquent le moindre défaut, la moinde hésitation, si dérisoire soit-elle, pour pointer du doigt et ricaner, espérant que les rires forcés cacheront leurs tremblements de panique.

Rigolons un bon coup avec le dernier exemple en date, photo d'écran de la page d'accueil de Yahoo France hier:

098723l_palin_yahoo.jpg

Pfff, quelle andouille.

Sarah Palin signe sa plus belle gaffe. Sarah Palin choque encore. Qu'a-t-elle commis? Un crime fédéral? Ou encore une autre "terrible" maladresse, comme d'avoir écrit quelques mots-clé dans sa main?

Hélas, pour ceux qui auraient espéré quelque chose de pertinent, notre Américaine honnie a commis une offense de seconde catégorie. Elle a signé un autographe sur un drapeau américain. A-t-elle outragé le drapeau américain, s'interroge, inquiet, Le Point? Parce "qu'on ne plaisante pas avec les étoiles et les rayures du drapeau des Etats-Unis", explique le journal. "Un code bien précis, le Flag Code, interdit notamment qu'on dessine ou qu'on écrive quoi que ce soit dessus."

Qui sait, peut-être que sa condamnation à la chaise électrique sera commuée en peine de prison à vie en appel.

C'est vrai, le drapeau c'est important, pour toutes les nations. On se doit de lui témoigner du respect, comme dans cette exposition photo qui rend bien honneur au drapeau français et qui a d'ailleurs été primée dans un concours de la Fnac:

091293l_fnac.jpg
"Coup de coeur" du jury.

C'est beau, hein? Notez tout de même que là, l'autographe ayant été signé avec les fesses, l'équivalent français du Flag Code a été invoqué pour poursuivre le sujet. Euh, en fait, non. Et dans tous les cas, l'éminent panel décernant les prix n'a pas été inquiété...

Mais oublions les digressions sur ce qu'on peut faire ou ne pas faire avec un drapeau. C'est hors sujet, finalement. Ce qui compte, c'est que Sarah Palin soit une andouille. Une incapable.

Ecrire un autographe sur un drapeau américain, franchement! Et penser qu'il y aura des électeurs assez paumés pour voter pour elle!!

A propos de paumer, voilà qui me rappelle un autre titre - le même jour - sur un président américain, pas le deuxième nom d'un ticket perdant comme Palin. Remarquez, pas de quoi crier au scandale ni faire la première page de Yahoo, tout de même. Gardons le sens des proportions. Jugez plutôt:

091289P_clinton_figaro.jpg
"Vous allez rire les gars..."

M. Cliton était un bon président. Un grand président. Si c'est la presse qui le dit, c'est que ça doit être vrai.

Signer un autographe sur un drapeau: indignation, mise au pilori.

Perdre les codes nucléaires: anecdote amusante.

C'est beau, l'actualité.

Commentaires

Ce n'est pas gentil pour les Français, Monsieur Montabert. Je vous rappelle que c'est eux qui ont élu Obama. Ils ont donc une espèce de droit de suite à l'encontre de Sarah Palin. Cela paraît la moindre des choses.

Écrit par : Robert Marchenoir | 25 octobre 2010

C'est con, on peut pas rajouter un "j'aime" comme sur Facebook... :)

Écrit par : Olivier | 25 octobre 2010

Ce qui vient des E.U.s a-t-il encore une importance quelconque ?
Les E.U.s sont en train de se démolir eux-mêmes à la vitesse grand V. D'ici dix ans, ils auront cessé d'exister pour le monde.

Écrit par : J.C. Simonin | 26 octobre 2010

Vous ne pouvez tout de même pas nier que les "Tea party" sont dans l'ensemble une bande d'extrémiste à la limite de l'obscurantisme. Les témoignages ne manquent pas à ce sujet et certains candidats aux élections ont des théories tellement fumeuses que c'est surprenant qu'ils osent être présentés par leur parti.
Je suis d'accord pour dire que Palin n'est pas la pire et certainement pas la sorcière que certain média montre, mais il ne faut pas nier non plus que des idées telles que celles défenduent pas les Tea party n'auraient droit, ici qu'au mépris qu'elles méritent.
Mais un Ted robert parait sensé à coté de certains candidats aux postes de sénateurs.

Écrit par : lefredo1978 | 28 octobre 2010

En ce prétendant leur tête de file, il est normal qu'elle subisse également les excès du mouvement.

Écrit par : lefredo1978 | 28 octobre 2010

Il y a cinquante ans de cela, j'ai passé 6 ans et demi en amérique du Nord, de Montréal à Vancouver en passant par la Nouvelle Ecosse, un an à seattle, trois mois dans les Iles Aléoutiennes, San Francisco, Houston, nex York où j'ai travaillé à l'Exposition universelle 1964, avant de rentrer.
Une chose m'a frappé dans ce pays, (Les E.U.s) c'est la colossale indifférence de la plupart des gens à l'égard de la politique, domestique ou étrangère et leur ignorance du monde. Un moyen sûr et rapide de faire ch... un Américain moyen, c'est de parler de politique. J'ai parlé avec pas mal de vététans de Corée et du Vietnam, aucun d'entre eux n'auraient pu m'expliquer la raison - bonne ou mauvaise - de leur engagement dans ces conneries. Pour l'Américain moyen, le monde commence dans le Maine et finit à San Diego. Il semble bien qu'ils aient aussi quelques arpents de neige au Nord du Canada et quelques îles dans les Mers du Sud du côté du Japon, le reste du monde est sur une planète totalement différente, où l'on envoie occasionnellement de l'aide alimentaire ou des troupes pour maintenir la Démocratie et la Liberté.
Cela semble carticatural et pourtant c'est vrai: Les E.U.s soutiennent Israel à coups de milliards de dollars annuellement, et selon un sondage sérieux, près de 70% des Amis sont incapables de localiser Israel sur la carte. Un exemple parmi d'innombrables autres exemples.
Sur la base d'une telle mentalité, on ne s'étonne plus de l'apparition de partis farfelus et extrémistes et de guignols tels que Sarah Palin, ou qu'un criminel tel que Dubya ait été réélu, alors qu'un type tel qu'Obama, qui fait ce qu'il peut, n'a pas l'ombre d'une chance de durer.

Écrit par : J.C. Simonin | 28 octobre 2010

" Vous ne pouvez tout de même pas nier que les "Tea party" sont dans l'ensemble une bande d'extrémiste à la limite de l'obscurantisme. "

Le tea party n'est pas monolitique: c'est un ensemble de citoyens de tout bord et toute les couleurs de peaux et ethniques qui en ont marre de l'ingérence de l'état fédéral. Du reste ils ont viré récemment l'un de leur membre qui a eu un discours raciste contre les noirs.

D.J

Écrit par : D.J | 28 octobre 2010

Le "Tea Party" est la réaction authentiquement populaire face à une bureaucratie en roue libre. Etant un mouvement "grassroot" comme on dit, il est aussi varié et haut en couleurs que l'Amérique elle-même. Il y aura des diplômés, des gens avec peu d'instruction, des jeunes, des vieux, des obèses et des sportifs, tous unis autour d'une cause commune: cesser l'ingérence du gouvernement (qu'elle soit réglementaire ou fiscale) dans leurs existences. Nous aurons amplement l'occasion de reparler de ce mouvement, qui lui aussi fait très peur aux prétendues "élites" ici ou là, après sa victoire retentissante dans moins d'une semaine. Et comme tout mouvement honni par les médias, on voit à son sujet un traitement médiatique aussi biaisé que possible: des bigots crétins racistes et arriérés accrochés à leurs armes et leur bible, bien sûr... Oh je ne jette pas la pierre aux médias européens, pour une fois, ils n'inventent rien, ils ne font que reprendre comme des perroquets la désinformation distillée par des médias américains unanimement à gauche. Mais à l'époque d'Internet et des blogs, ça ne prend plus, heureusement.

Sarah Palin étant une figure visible de ce mouvement, il est "logique" (à défaut d'être honnête) de chercher à la démolir aussi. Mais il est d'autant plus intéressant de constater que le pire qu'on puisse lui reprocher après des semaines de surveillance est d'avoir signé un autographe sur un drapeau. Bah, il faut bien justifier le salaire des fouille-m..!

Enfin, M. Simonin, je vous avoue, les tirades sur "les Américains", pourtant si banales chez nos contemporains, me hérissent le poil.

Un ami américain me disait qu'une vie entière ne suffirait pas à découvrir l'Amérique, et je le crois volontiers. Il est vrai que vous avez vu du pays là-bas, mais pensez vous vraiment avoir dévoilé les racines d'un peuple de plus de 200 millions d'habitants à l'époque? Qu'on puisse faire rentrer autant de gens de l'Alaska à la Floride dans un moule de préjugés comme "l'Américain moyen" et ses connaissances en géographie me fait doucement ricaner. Comme de parler de l'Européen moyen, celui qui se trouve à mi-chemin de l'Irlande et de la Grèce, de la Suède et du Portugal... Ne le prenez pas mal, mais des commentaires comme le vôtre sur les USA, j'en ai treize à la douzaine. Pour avoir mes sources là-bas, je crois que la réalité de la société américaine est un poil plus complexe (et les connaissances géographique que vous accordez à vos contemporains européens, très surévaluées. Faites-leur placer le Honduras ou la Namibie sur une carte, qu'on rigole.)

Peut-être un nouveau voyage pour vous remettre à jour, qui sait? C'est tout le mal que je vous souhaite!

Écrit par : Stéphane Montabert | 28 octobre 2010

Voyons un peu, comme disait l'aveugle...
Je lis bien volontiers Paul Krugman dans la New York Times, je suis abonné à www.counterpunch, je lis aussi volontiers www.whatreallyhappened, www. the rawstory, il m'arrive de regarder CNN à la télé, j'ai vu les films de Michael Moore, mais j'ai en son temps également lu Jack London, Mark Twain, entre beaucoup d'autres trucs. Et j'ai eu des discussions politiqaues avec des Américains, très curieux et très critiques, et exclusivement du troisième âge. Mes contemporains américains à l'époque n'en avaient rigoureusement rien à cirer de la politique.
Dans ma prime jeunesse en Suisse, j'avais des collègues de travail allemands et autrichiens et nous avons passé des nuits entières à discuter du 3. Reich etc... A Jersey, où j'ai passé une saison d'été comme cuistot en 1955, j'ai fait la connaissance d'un Français qui avait été déporté à Buchenwald et à Wiener Neustadt pour faits de résistance, et sa femme à Belsen-Bergen. Communistes convaincus. Ils m'ont invité chez eux à St. Malo et nous avons discuté Marx jusq'à l'épuismenent. J'ai compris une chose ou deux quand même.
J'ai traversé l'Atlantique sur un cargo allemand, nous étions deux passagers à bord et avons ainsi mangé à la table du capitaine. Qui m'a avoué sans autre qu'il avait été membre du Parti national-socialiste, parce qu'il fallait bien vivre et nourrir sa famille.
Je pourrais continuer ainsi pendant encore un moment. Mais le fait est et demeure que la culture politique de l'écrasante majorité du peuple américain est primitive au mieux, et franchement tordue au pire.
L'esclavage a été officiellement aboli en 1861, sauf erreur, et cent ans plus tard, la ségrégation était encore parfeitement présente. Elle l'est encore maintenant, avec ou sans Obama. Le taux de chômage, le taux d'incarcération, la qualité de vie, le niveau d'instruction, ne sont nullement les mêmes pour les Caucasiens ou les Nègres.
Si l'on appliquait aux Présidents américains les normes de morale en vigueur lors des procès de Nuremberg, il est parfaitement clair que la plupart d'entre eux devraient être pendus haut et court, avec tout leur entourage. L'attaque contre l'Irak est une entreprise criminelle, de même que l'attaque contre l'Afghanistan. Les méthodes de combat utilisées au Vietnam sont probablement pires que ce que les Nazis ont utilisé en Ukraine. Mais le fait est et demeure que Dubya a été réélu, que le peuple américain n'en n'a rigoureusement rien à cirer...

Écrit par : J.C. Simonin | 28 octobre 2010

Très bien, vous avez fait plusieurs safaris dans la gauche américaine. Je comprends mieux votre perception biaisée de ce grand pays - dont le mépris pour sa population "primitive au mieux, et franchement tordue au pire," la haine de soi et de la société environnante était la marque de fabrique de la gauche occidentale.

Mais vous confondez pas mal de choses pour quelqu'un prétendument très au fait de la politique américaine, à commmencer par les guerres d'Irak et d'Afghanistan. La première est la "sale guerre", la "guerre illégale" de Bush; elle fut soutenue par les Démocrates que jusqu'à ceux-ci réalisent les gains politiques qu'ils puissent tirer en se positionnant contre elle. Pas de chance, elle est gagnée. La seconde est la "guerre juste" en Afghanistan, soutenue depuis le début par les Démocrates, livrée au nom de l'OTAN et de la communauté internationale. Pas de chance encore, c'est un désastre qui ne dit son nom, car le terme "bourbier" est à réserver aux ennemis politiques...

Quoi qu'il en soit, la population des Etats-Unis n'est pas gauchiste, et de loin. Barak Obama a emporté la présidence avec des mensonges vaporeux et un soutien médiatique sans précédent; une fois le voile dissipé et le gauchiste radical révélé, son avenir politique était scellé.

Si vous voulez un point de vue plus complet sur les Etats-Unis, je vous conseille plutôt de lire "Ce que veut Bush: la recomposition du monde" (qui n'est certainement pas une apologie) ou "La résistible ascension de Barak Obama" de Guy Millière, "Dictionnaire amoureux de l'Amérique" de Yves Berger ou divers ouvrages de Guy Sorman. Surmontez vos nausées, allez-y, vous apprendrez peut-être quelque chose!

Écrit par : Stéphane Montabert | 29 octobre 2010

Ce qui nous manque en France, c'est l'équivalent du mouvement "Tea Party" qui ferait trembler les élites de la fausse droite et de la vraie gauche et qui redonnerait au peuple français liberté et pouvoir de décision sur sa destinée. Mais le souhaite-il vraiment?... contrairement au peuple américain.

Écrit par : Raymonde | 29 octobre 2010

Ah oui, j'oubliais, un petit conseil à l'intention de J.C. Simonin: lire le livre de Jean-François REVEL "L'obsession anti-américaine" ;-) !

Écrit par : Raymonde | 29 octobre 2010

C'est davantage dans la BD "Les Bidochon" qu'il va se reconnaître...

Écrit par : Rabbit | 29 octobre 2010

Raymonde, je pense qu'il n'y aura jamais d'équivalent français du Tea Party:

1. Les forces vives de la société civile française sont trop occupées à simplement survivre sous le joug de l'Etat. Il faut une certaine aisance financière pour de se payer des jours de manifestation.

2. Le Tea Party soutient la frange libérale (au sens européen) et conservatrice du Parti Républicain, car la contestation s'inscrit dans un cadre politique traditionnel. Quel partis, quelles franges équivalentes existent en France? Aucun. Il n'y a aucun parti français qui prône le moins-d'Etat. Il faut manifester pour obtenir un résultat politique, or en France nul parti, nul homme politique proéminent ne permettrait de concrétiser cette vision.

3. Le Français est dressé - il n'y a pas d'autre mot - depuis sa plus tendre enfance à haïr la liberté, la prise de risque économique, le libéralisme, le capitalisme, l'entreprise, les banques, le commerce international, et j'en passe. Toute son éducation n'est qu'un doux leitmotiv cotonneux destiné à lui faire aimer cet Etat dévoué qui s'occupe si bien de la "redistribution" de la "sécurité" face à un monde dangereux, de "l'égalité" et du "bien-être" de tout un chacun, la France lumière du monde que les peuples moins chanceux (= moins Français) de la planète envient en pleurant, le soir, dans leur solitude. J'exagère à peine.

Autant dire que les chances de création d'un Tea Party à la Française me laissent sceptique - et plus encore quant aux résultats concrets qu'il pourrait obtenir.

Mais que le futur me fasse mentir!

Écrit par : Stéphane Montabert | 29 octobre 2010

Dieu sait si j'apprécie votre blog, Stéphane M, même si je ne suis pas croyant. Mais ce débat entre pro et anti américain tourne en rond et vous êtes tombé dedans. Non, la guerre d'Irak est loin d'être gagnée. Oui, l'Afghanistan est un bourbier et les Occidentaux devraient avoir le cynisme courageux d'en sortir immédiatement. Tant pis pour les femmes afghanes. Après tout, souvenez-vous du sort qu'elles ont réservé aux blessés anglais après la bataille du Khyber Pass...
Mais il y a une grosse part de vérités dans le discours de Simonin et vous le savez comme tout le monde. Ce sont des Alliés dangereux de l'Europe, mais des Alliés, et notre sort est scellé. Dans les dix-vingt ans, ou peut-être avant, l'affrontement Chine - USA est programmé et nous serons du côté des Américains. Et contre tous les Musulmans à quelques exceptions près. Dans ce contexte, leur intervention en Irak nous a mis à dos une part importante de l'humanité, presqu'inutilement. Saddam Hussein était juste un brave type (à la façon arabe, mais brave type tout de même) que les Américains ont utilisé contre les Iraniens, les plus gros fauteurs de troubles de la région. Avec la guerre du Golfe II, ils ont donné le pouvoir aux chiites. Arabes, mais chiites. Pas besoin d'avoir fait Harvard pour comprendre ce que cela veut dire en termes de contrôle du pétrole moyen-oriental...
Il serait donc important que nous Européens arrivions à faire entendre nos critiques chez les Etasuniens et c'est impossible, pour la bonne raison qu'ils nous considèrent comme des singes, avec l'appui de gens tels que Sorman et vous.
Vos motivations de membre de la 5ème colonne étasunienne ici ne m'intéressent pas, mais je parierais qu'elles sont banquières et uniquement liées au profit immédiat.
Bien à vous.

Rabbit @ "C'est davantage dans la BD "Les Bidochon" qu'il va se reconnaître..."
Savez-vous que vous devenez simplement bête et méchant au 1er degré ?

Écrit par : Géo | 29 octobre 2010

C'est simple et c'est expéditif: toute personne qui formule une critique envers une personnalité ou une organisation juive ou contre l'Etat d'Israel est un antisémite qualifié et baveux. Toute personne qui formule une critique contre les E.U.s est un antiaméricain viscéral et crétin. La valeur relative de la critique est sans aucune importance.
Après la guerre, des millions d'Européens ont émigré en Amérique du Nord. Beaucoup sont restés, mais beaucoup sont revenus, enrichis de nouvelles méthodes de production, d'organisation. Et en ont fait profiter la vieille Europe.
Mais les Européens aussi ont des idées, mais pratiquement aucun Américain ne viendrait bosser ici et faire ses expériences pour en fair profiter sa patrie. Le résultat est, par exemple, que si le globe tout entier vivait au même niveau de gaspillage que la Suisse, il faudrait deux globes et demi pour satisfaire les besoin de l'humanité. il faudrait six globes terrestres pour satisfaire les mêmes besoin, au niveau euriopéen, mais il faudrait neuf globes pour satisfaire le niveau de gaspillage américain. Allez expliquer cela à notre brave Joe Sixpack...
L'empire américain est une formidable démonstration de gaspillage, la guerre d'Irak à elle seule aura coûté quelque 1.000 milliards de dollars - alors que toute l'infrastructure aux E.U.s est totalement déglinguée et que la Californie, mais également d'autres Etats de l'Union, sont pratiquement en faillite.
Cette guerre devait servir à assurer les besoins amis en pétrole, le fait est que la plupart des contrats pétroliers passés par le Gouvernement irakien sont au bénéfice de la Russie, de la Chine, que sais-je.... Les Amis sont en train de compléter la construction d'une gigantesque embassade à Bagdad, d'un coût pharamineux, mais l'incidence de cancer chez les nouveaux-nés en Irak est drmatique, dû à l'utilisation massive d'obus à l'uranium appauvri.
Le déclin d'un empire peut sans aucun doute se mesurer au déclin de sa monnaie; en 1938, 1 $ valait 5 CHF, en 1950 CHF 4,30, maintenant moins d'un franc.
En 1938, la £ valait 21 CHF, en 1950 CHF 12,-, maintenant 1,50. De même pour le franc français.

Écrit par : J.C. Simonin | 29 octobre 2010

C'est vrai, je n'aurais pas dû me laisser amener dans un débat totalement hors sujet avec ce dont il est question dans le billet: le traitement médiatique "juste et impartial" dont bénéficie Sarah Palin.

Et un billet évoquant vaguement les USA offrant un terreau fertile, nous voyons donc fleurir les théories les plus farfelues à la moindre occasion: je suis membre d'une 5e colonne américaine, banquier, que sait-je encore; quant aux Etats-Unis (pire engeance de la planète comme chacun sait, d'ailleurs tout le monde se presse de quitter le pays pour des oasis de croissance comme Cuba, la Lybie ou le Venezuela) bien que stupides, ils ont manoeuvré leur monde pour s'emparer du précieux brut irakien en dégommant Saddam qui avait vu clair dans leur jeu et qui - je cite - "était juste un brave type (à la façon arabe, mais brave type tout de même)". Allez dire ça aux Kurdes gazés par ses soins.

Et bien sûr, la guerre d'Irak est perdue!

Que d'imprécations usées, fatigantes, et sommes toutes hors sujet. Alors, désolé, mais je ferme. Vous trouverez certainement des forums où un café du commerce où vous pourrez déblatérer vos clichés convenus sur les Américains (mais qui sont nos alliés, hein) au milieu d'un auditoire hochant la tête d'approbation.

PS: Oui, le dollar s'effondre, c'est à cause des déficits de l'Etat US. Vous savez, ils ont des socialistes de gauche et de droite sauce vieille Europe là-bas aussi, M. Simonin les connaît bien.

Écrit par : Stéphane Montabert | 29 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.