24 janvier 2011

De l'engagement

Ca y est, c'est fait - l'UDC Renens se lance à la conquête du Conseil Communal. Votez pour la liste n°4!

Ces derniers mois ont été difficiles, et ces dernières semaines encore davantage. La recherche de candidats à mettre sur notre liste a réclamé énormément de temps. C'était un fil rouge que nous tenions à chaque réunion, à chaque discussion sur le marché de Renens, à chaque appel téléphonique à un de nos membres... Une préoccupation constante que d'autres jeunes sections communales de l'UDC partagent sans doute!

Malgré toute cette attention, le résultat est maigre. Au bout du compte, nous ne sommes qu'une poignée de candidats au Conseil Communal de notre ville. C'est bien étrange.

Loin d'inviter à la moquerie, la modestie de notre liste m'a amené à une réflexion sur la difficulté d'être candidat. L'idée de coucher quelques pensées sur l'engagement politique me trottait dans la tête depuis un moment, mais l'agression de Hans Fehr par des extrémistes gauchistes vendredi dernier lui donne un ton particulier.

fehr.jpg
Hans Fehr, interviewé par la télévision suisse alémanique
peu de temps après son agression.

L'agression de M. Fehr n'est malheureusement pas un acte isolé. Ainsi, Toni Brunner, président de l'UDC Suisse, mentionne que "notre secrétaire général Martin Baltisser travaille depuis plus d’un mois dans un bureau sans lumière du jour parce que la fenêtre est toujours barricadée avec des planches."

Le 22 janvier, on apprend que Céline Amaudruz, présidente fraîchement promue à la présidence de l'UDC Genève, est victime de menaces anonymes depuis son élection. Et ces menaces n'ont rien de théorique:

Vendredi soir, alors qu'elle siégeait en commission, sa voiture a été vandalisée pour la troisième fois. (...) «Ce n'est pas un hasard car il s'agit de trois véhicules différents. Quelqu'un me suit», a-t-elle déclaré samedi à l'ATS. Le scénario est toujours le même: vitres brisées, mise à sac de la voiture, puis lettres de menaces expédiées au travail, à la maison, au Grand Conseil ainsi qu'au manège où elle monte à cheval. Vendredi soir, les voitures stationnées à côté de la sienne et appartenant aussi à des députés n'ont pas été touchées, selon elle (sic).

 

Ce ne sont que quelques exemples saillants de la violente pression qui s'exerce chaque jour un peu plus - et un peu plus ouvertement - pour tenter de museler l'UDC. Pensons aussi à la façon dont des militants gauchistes ont profité d'une manifestation pour envahir et saccager les locaux de l'UDC vaudoise à Lausanne, le tout accompagnés par des journalistes! Pensons à la façon dont les autorités de l'Université de Lausanne ont refusé d'accueillir un congrès de l'UDC face à la "pression" de tracts anonymes laissés dans des toilettes! Quelle bonne excuse!

L'agression de M. Fehr représente une nouvelle étape. On a dépassé l'intimidation pour l'agression physique, agression ayant pour but la suppression pure et simple de l'opinion dérangeante. Comme le raconte le conseiller national: "Quelqu'un s'est écrié: «C'est Fehr de l'UDC!» J'ai changé de trottoir et ils m'ont immédiatement attrapé pour me frapper, poursuit-il. J'ai essayé de me protéger avec les bras, puis je suis tombé à terre. Là, ils ont commencé à me donner des coups de pied et j'ai ressenti des douleurs à la poitrine. Je leur ai crié: Vous êtes fous!"

Les agresseurs de M. Fehr avaient parfaitement identifié leur cible et savaient ce qu'ils faisaient. S'ils n'avaient été dérangés, il ne serait peut-être plus de ce monde.

Pascal Décaillet livre sur cette affaire une analyse très pertinente:

Je connais bien Hans Fehr. C’est un homme d’une parfaite courtoisie. Ses combats, il les mène avec des mots, jamais avec les poings. Ce qui lui est arrivé est parfaitement dégueulasse. Inadmissible dans une démocratie. Mais il y a plus nauséabond encore. Ceux qui, tout en condamnant hypocritement l’agression, laissent entendre que l’UDC paierait là le tribut de son style politique, et qu’au fond Hans Fehr ne l’aurait pas volé. Au fond d’eux-mêmes, sans doute se réjouissent-ils de la correction subie par l’un des ténors du premier parti de Suisse.

 

Au fond d'eux-mêmes? Si seulement! Les commentaires du blog de M. Décaillet suffisent à démontrer qu'ils sont rares à avoir cette retenue. Ils se réjouissent ouvertement de l'agression du conseiller national UDC! L'agression serait de sa faute, bien entendu. Toujours cette inversion commode entre l'agresseur et sa victime...

Pour chaque épisode de ce genre, combien de citoyens renoncent finalement à s'engager en politique?

C'est malheureusement dans cette optique que je constate la faible proportion de candidats sur la liste communale de l'UDC Renens ou d'autres communes similaires. Notre section communale est jeune, certes. Elle n'a pas de sortants à représenter, certes. Nous avons certainement commis quelques erreurs, nous avons probablement laissé passer des occasions. Mais Renens est une ville de vingt mille habitants. L'interdiction des minarets - objet soutenu uniquement par l'UDC entre tous - a obtenu 49.5% des suffrages. Dire que l'UDC a un potentiel à Renens relève de l'euphémisme. Nous avons été en contact avec bien des sympathisants, dont la plupart on choisi de refuser de s'engager. Est-ce vraiment parce que chacun était tellement occupé à autre chose? Quelle a été la part de la peur dans leur refus?

Se présenter, c'est s'exposer, prendre un risque. Un risque minime - tout le monde n'est pas Hans Fehr - mais pas dérisoire. Un risque auquel il est si facile de renoncer, en se cachant, en se retirant parmi les ombres... En espérant que d'autres lutteront à notre place.

La popularité d'un parti politique ne suffit pas au succès de ses idées. Il lui faut aussi des candidats pour les défendre. Les agresseurs de M. Fehr, et tout ceux qui dénoncent mollement l'attaque dont il a été victime, l'ont bien compris. Et tant pis, pensent-ils dans leur for intérieur, si la démocratie doit y passer.

Commentaires

SM@ Vous vous targuez d'être le premier parti de Suisse et vous n'arrivez même pas à trouver un nombre suffisant de candidats ? En effet c'est étrange.
On a l'impression que vous avez appris par la presse les agressions contre les différentes personnes dont vous parlez. Un problème de communication à l'interne du parti ?

Écrit par : Géo | 25 janvier 2011

L'attaque de Fehr est inadmissible et j'espère, même si cela sera dur, que les coupables seront punis.
Vous pourriez remercier les militantes (de gauche également), qui sont intervenues pour le protéger et qui ont certainement empêché qu'il ne soit plus gravement blessé.
J'espère qu'il se porte bien. Je ne supporte pas ses prises de position, mais il a le droit de les exprimer sans risquer sa vie.
Mais ne parlons pas de risque pour la démocratie. Les pressions exercées sur les politiciens, de tout bords, ne sont pas un phénomène nouveau. J'aurais même tendance à dire qu'elles diminuent. Demandez comment cela se passait, et se passe encore dans les villages de campagne.
Quant à Mme Amaudruz, j'espère également que la police attrapera ceux ou celles qui la suivent et qui vandalisent régulièrement ses véhicules.
Qu'elle tente d'en tirer un avantage politique est son droit, mais avant de parler "d'attaques pour raison politique de la gauche", elle ferait mieux d'attendre que le ou les responsables soient attrapés. Parce qu'il pourrait aussi s'agir d'autre chose. Mme Amaudruz n'est pas M. Fehr, même si elle est bien plus séduisante évidemment.
Et que l'on ne m'accuse pas de minimiser ses agressions. J'aimerais juste que l'on n'exagère pas non plus dans le grandguignolesque en faisant miroiter une chute de la démocratie.

Écrit par : lefredo1978 | 25 janvier 2011

Agression qui en dit long sur la panique des partis bienpensants. Depuis le succès des deux votations proposées par l'UDC, dans lesquelles le peuple n'a pas écouté les ordres de la presse et des "gens autorisés", les gens du système craignent pour leur carrière. Angoisse d'autant plus perceptible que les partis comme l'UDC ont le vent en poupe partout en Europe.

Désormais, traiter de "facho" ne suffit plus pour décourager l'électeur, il faut passer à la vitesse supérieure, la menace physique. Vous avez dit "démocratie" ? J'ai l'impression que les seuls démocrates de Suisse sont les membres de l'UDC qui font appel au peuple !

Vous noterez au passage que ce sont des gens d'extrême gauche qui fond le coup de poing. Les autres ont trop peur de prendre un mauvais coup. Leur combat, ils le mènent le cul dans leur canapé...

Quand aux extrêmistes, ils sont comiques. Ils villipendent un système "bourgeois" et ils en sont les meilleurs chiens de garde. Des révolutionnaires d'opérette ! S'ils étaient moins idiots, ils constateraient que l'UDC a beaucoup de buts communs avec eux. A la place, ils préfèrent aider leur ennemi, avec les méthodes qui rappellent les annéess 30. Des guignols !

Espérons que vous trouverez vos colistiers. Mais cela est difficile dans de petites villes. En France aussi, le MPF ou le FN ont toujours eu du mal a constituer des listes. D'un autre côté, le vrai pouvoir (celui qui influe sur la vie de tous) se trouve au niveau national (ou fédéral) pour vous. Ce sont ces postes qu'il faut gagner, pas ceux de burgmeister.

Écrit par : Paul | 25 janvier 2011

@Géo: la recherche de candidat n'est jamais facile, ni pour l'UDC ni pour d'autres partis. Mais l'UDC souffre d'un handicap supplémentaire, les menaces physique que font porter sur ses membres la violence des extrémistes de gauche. Bien sûr, cette menace n'est pas la même selon qu'on est un Christoph Blocher (dont l'évocation seule du nom semble suffire à plonger plus d'un militant de gauche dans une sorte de frénésie destructrice) ou un humble candidat au conseil communal d'une ville vaudoise, inconnu par ailleurs. Malgré tout, ce risque n'est pas nul, et je peux vous dire que je l'ai entendu, en filigrane, dans pas mal de conversations où des candidats potentiels refusaient finalement de s'engager.

Quant à ces agressions, en effet, j'en ai principalement entendu parler par voie de presse. Je ne vois pas pourquoi il faudrait un canal particulier pour en être informé. C'est heureux que les médias transmettent encore ce genre d'information.

@lefredo: Naturellement, oui, je félicite les personnes qui ont permis de stopper l'agression de M. Fehr, indépendamment de toute opinion politique. Faudrait-il les féliciter particulièrement, comme vous semblez le sous-entendre, parce que c'était des militantes "de gauche"? Peut-être mériteraient-elles des éloges particulières pour avoir surmonté, selon vous, une sorte de dégoût à porter secours à un adversaire politique?

"Ne parlons pas de risque pour la démocratie": pourquoi? Parce que cela vous dérange?

Au sein du peuple de gauche, il suffit de très peu de choses - un nouvel actionnaire dans un journal en perdition, une affiche provocatrice du parti d'en face - pour s'enflammer et crier au scandale, à la manipulation, etc. Le "risque pour la démocratie", c'est leur leitmotiv, le signal d'alarme qu'ils tirent deux ou trois fois par semaine.

Mais quand un politicien UDC se fait casser la gueule en pleine rue à cause de ses opinions politiques, quand une présidente de l'UDC reçoit des menaces écrites et subit des vandalismes - uniquement depuis qu'elle est à son poste bien entendu - là non, tout est ok, on ne va extrapoler, on ne va pas tirer des conclusions, on ne va pas crier au risque pour la démocratie, tout de même!

Ce qui serait totalement inacceptable si la victime s'appelait Levrat devient une simple péripétie lorsque la victime s'appelle Fehr.

Personne n'est dupe de cette indignation à géométrie variable.

@Paul: il est évident que le capital sympathie de l'UDC sort renforcé de ce genre d'affaire. Le public exprimera son soutien dans les urnes, à l'abri des regards. Tout le monde le sait, et je pense que même les extrémistes de gauche l'ont compris. Mais ils n'en ont cure: selon moi, ils se livrent à ce genre d'acte simplement par goût de la violence.

Justifier ses crimes par des motifs politiques est la pierre philosophale de tous les déséquilibrés du monde depuis toujours. La méthode est inique lorsque ces actes ont lieu dans des démocraties où la liberté d'expression, d'opinion et de réunion existent.

Il y a une certaine ironie d'ailleurs à constater que ceux à qui on refuse le plus ces droits d'expression, d'opinion et de réunion, c'est-à-dire à l'UDC, sont les plus paisibles... Citez-moi un seul cas d'agression commis par une bande de militants de l'UDC?

Écrit par : Stéphane Montabert | 25 janvier 2011

Pour tous ceux qui pratiquent le dénigrement pour seul argument, je peux ici apporter mon témoinage.
En effet, il n'est absolument pas évident de s'engager pour l'UDC dans les élections communales ou cantonales.
Je l'ai fait, car étant indépendante je pensais n'avoir aucun souci avec mon employeur. Je l'ai fait parce que justement l'UDC avait beaucoup de membres qui ne pouvaient s'engager en raison de leurs situations salariées.

Et bien voyez-vous, se sont mes co-propriétaires, des voisins directs qui se sont retournés contre moi en me rendant la vie impossible depuis de nombreux mois. Cet été encore j'ai été insultée à ma porte d'entrée....et je vous passe les sournoiseries et violences verbales, mais plus encore je me suis vue insultée pour "l'incompétence" de notre Ministre de la défense, cela d'autant que ce dernier est le hiérarchique de ce garde-fort régional et voisin de paccotille.

Il n'y a pas de quoi m'arrêter là! Je continue, je reste UDC car : "celui qui dit la vérité sera exécuté"! La noble cause c'est la force des Justes!

Écrit par : Corélande | 25 janvier 2011

Ces agressions de l'extrême-gauche sont systématiques en Europe.

Je note tout de même que Hans Fehr a pu exprimer publiquement son regret de ne pas avoir été armé, ce qui serait inimaginable ailleurs sur le continent.

Écrit par : Robert Marchenoir | 25 janvier 2011

Une petite altercation que l'UDC va bientôt qualifier d'attaque terroriste.

Allons, allons pour un gradé de notre glorieuse armée, ce n'est pas quelques petites contusions qui devraient l'incommoder

De plus le fait de politiser cette insignifiante altercation tombe un peu trop bien... De là à imaginer quelques crânes rasés UDC déguisés en extrémistes de gauche... les extrêmes se rejoignent... et ceci afin de donner de l'eau au moulin de la xénophobie, de l'exclusion, du racisme, du replis sur soi, et permettre à l'UDC de jouer les victimes, rôle qu'elle chéri, il y un pas que je ne franchirait (encore) pas.

Toute forme de violence est immonde, mais aussi à force de semer du vent, on fini malheureusement par récolter la tempête.

Bon rétablissement pour ces quelques petits bobos.

Écrit par : Natas666 | 25 janvier 2011

Et voilà, maintenant, c'est un coup monté de l'UDC ! Mais Je m'attendais bien à lire ce genre d'ineptie.

Pendant que vous y êtes, c'est aussi l'UDC qui a demandé à Beaulieu ou l'Uni de lui refuser la location pour pouvoir s'en plaindre par la suite ?

Vous êtes lamentable Natas666, mais ce n'est pas nouveau.

Écrit par : Pascal D. | 25 janvier 2011

Je pense que Natas666 fait exprès de troller, ne tombez pas dans le panneau.

(et encore, c'est l'hypothèse haute)

Écrit par : Stéphane Montabert | 25 janvier 2011

"Ces agressions de l'extrême-gauche sont systématiques en Europe."

Pour la raison que j'ai dite, chez Pascal Décaillet, et que je cite. En toute modestie, comme il se doit :

"...le nouveau clivage entre ceux qui rêvent d'un monde sans frontières et ceux qui veulent préserver leurs spécificités de la submersion "alterculturelle", induit la haine des premiers, qui savent que les peuples d'ici ne seront jamais acquis à leurs suicidaires utopies."

Écrit par : Scipion | 25 janvier 2011

Soyons lucide, la "victime" était des plus pimpante, juste après "l'agression" et c'est avec une très suspecte et totale décontraction, qu'elle fût à même de répondre aux journalistes, concernant son "agression"... bon coup médiatique.

Peut-être qu'un jour nous découvrirons que les "bouseux" UDC souhaitaient, les pieds dans la crotte, effectuer leur rassemblement, et que comme vous le dites, Beaulieu et l'Uni était des lieux bien trop imposant pour le sympathisant de base, donc coup monté - rebelote.

Écrit par : Natas666 | 25 janvier 2011

Natas6.. "On imagine des autres que ce que l'on est capable de faire soi-même"!
C'est d'ailleurs ce qu'il y a de plus dur à comprendre quand quelqu'un vous fait des "croche-pieds". Avant que vous ne commenciez à réaliser jusqu'à quel point la vilénie est possible, vous passez du temps à vous remettre en question....et au final cela ne sert à rien.
Pour comprendre il faut : inverser et penser comme son (ses) oppresseurs.

Pour celui qui se fait tabasser, l'idée d'avoir un moyen pour se défendre est un automatisme inévitable.

Derrière ma porte d'entrée.........j'ai un gros bâton!

Écrit par : Corélande | 25 janvier 2011

@M. Montabert
Non, il ne faut pas les remercier spécialement. Elles n'auraient jamais du avoir besoin d'intervenir. Mais c'était juste pour faire remarquer qu'il ne faut pas trop généraliser. Beaucoup de gens de gauche parle de l'UDC comme d'une bande de bouseux xénophobes sans raison, et beaucoup de gens de droite s'adresse à quelqu'un qui émet une opinion de gauche comme un sale gauchiste stalinien. Ce genre de radicalisation du discours sans nuance aucune ne permet pas un débat sain, et, à mon avis, conduit à des agressions telles que celles de M. Fehr.
Le fait qu'il ait été protégé par des femmes de gauche montre simplement que l'infime minorité de voyous ne représente rien ni personne et qu'il serait bon d'en tenir compte dans la manière dont vous parlez des gens de gauche de manière générale.
Ensuite, comme je l'ai dit, ce n'est pas "parce que ça me dérange" que je pense que nous n'avons pas ici de risque pour la démocratie, mais bien parce que ce genre de faits divers ne sont pas nouveaux même si ils ne sont pas courants.
De tout temps, un politicien, homme publique, aux avis tranchés, prend le risque de subir des pressions ou de se faire agresser physiquement une fois ou l'autre dans sa carrière. Cela n'est ni acceptable ni excusable, mais c'est un fait indéniable que chaque politicien doit intégrer et accepter si il souhaite officier à un niveau supérieur à celui de simple sympathisant communal.
N'essayez pas, maintenant et ici, de faire croire qu'il n'y a que la gauche qui s'offusque et crie au scandale ou au déni de démocratie. Vous en avez fait votre leitmotiv, ce n'est pas vous qui mettez tout le temps en avant les décisions du peuple comme absolues et souveraines au nom de la démocratie?
Il est certain que la gauche crie au scandale à la moindre occasion. Et qu'elle profite des journaux compatissants. Mais ni plus ni plus que l'UDC.
Qu'on puisse le faire, encore, est un bienfait de la démocratie, cela ne va pas à son encontre.
Vous extrapolez sur le fait que si Levrat c'était fait agresser par des crânes rasés, les journaux en feraient leur gros titres. Et que là, ils n'en parlent que trop peu. Je vous répondrai, qu'en savez-vous?
Après coup, M. Fehr vient à y gagner, si besoin était, un statut de martyr. Un joli coup de pub pour quelques bleus et une frayeur. Il est malin et a bien vite su profiter de la situation.
Quant à Mlle Amaudruz, on attendra de savoir qui lui envoie ces lettres de menace et qui s'attaque à sa voiture avant de dire que la gauche violente et staliniste s'en prend à elle ok? Parce qu'on pourrait avoir quelques surprises.
Je vous trouve franchement bien trop dogmatique pour avoir le recul suffisant pour analyser ces évènements et c'est bien dommage.

Écrit par : lefredo1978 | 25 janvier 2011

Effectivement, la violence physique est la seule arme de ceux qui n'ont rien à dire, ou des choses tellement stupides que personne n'écoute. Il faut aussi compter avec la jeunesse un peu paumée, qui a plus de testostérone que de cervelle...

Les agresseurs sont toujours les mêmes : des groupes anarcho-trotskystes, des "jeunes" ou des néo-nazis. Les seconds se repèrent facilement à leur couleur de peau et les troisièmes à leurs crânes rasés. Si l'agresseur est blanc pas chauve, c'est un gauchiste.

J'ai moi-même assisté à un agression de deux jeunes (18 ans environ) distribueurs de tractcs de l'UMP (à gauche de l'UDC, en France). 6 agresseurs type "anar" pour deux frêles UMP, on voit le courage de ces gens. Manque de chance, 3 anciens skins se trouvaient à proximité. Comme ils me l'ont raconté : "Les gauchistes ? On est sportifs en combat, eux, c'est en course de fond. On n'a vu que leurs culs !". A 6 contre 3, ils étaient en sous-effectifs, ces grands courageux.

Écrit par : Paul | 25 janvier 2011

@Lefredo: l'extrémisme violent de gauche existe, c'est un fait. L'extrémisme est minoritaire au sein de tous ceux qui se réclament de la gauche dans le sens le plus large, c'est un fait aussi (et c'est heureux.) Mais, malheureusement, l'extrémisme violent est vu avec bienveillance par une bonne partie de ces gens de gauche (et je suis gentil en écrivant "une bonne partie" et non pas "tous").

Même si on écarte ceux qui estiment, comme vous, que c'est finalement un peu de la faute des victimes si elles se font taper dessus, il reste encore tous ceux pour qui l'extrémisme violent (de gauche!) est une forme d'expression politique sympathique et dynamique, pêchant seulement par une sorte d'excès d'enthousiasme. Regardez le comportement de Charles Beer sur le pont du Mont-Blanc lors des émeutes du G8, prêt à tout pour empêcher la police de mettre la main sur ses jeunes protégés.

Et il y a ceux qui tiennent les deux avis en même temps - autant dire que les punitions qu'ils destinent à ceux qui se font arrêter sont plutôt légères.

Finalement, parler de "coup de pub" pour M. Fehr est un discours abject, mais il fallait s'y attendre. Je suppose que si personne n'était intervenu et qu'il y soit passé à coups de pieds, on aurait glosé sur l'exploitation politique de son martyre, et vous m'expliqueriez doctement que sa petite mise en scène aurait mal tourné...

Moi, j'attends les condamnations unanimes de nos édiles de gauche, et les interventions de ces mêmes personnes demandant une sanction exemplaire contre ces agresseurs. Et les appels à la manifestations contre la violence dans le débat politique.

Je risque d'attendre longtemps.

Ne me dites pas qu'une cause pareille me mérite pas une mobilisation, s'il vous plaît! On a vu des cortèges de militants indignés défiler dans les rues pour moins que ça.

Écrit par : Stéphane Montabert | 25 janvier 2011

Quel pain béni pour l'udc que ces agressions de leurs élus. Enfin les voilà d'authentiques victimes. Pourquoi sont-ce des gens de ce parti qui sont victimes de ces exactions extremistes? Parce que leurs thèses utilisent une rhétorique extremiste. Genre: un proprio de sex shop doit-il s'émouvoir de se faire raquetter par un macro alors que son voisin boulanger n'a jamais vu de violence dans le quartier? On vous l'explique depuis l'éviction de Blocher : changez de style! Ou alors ne venez pas vous plaindre de vous faire caillasser! Vos interventions dans la vie publique & politique sont d'une redoutable violence, comme celles d'un Le Pen ou Berlusconi, vous cultivez les prises de positions hasardeuses, mettez au défi les minorités et tentez d'effacer les lignes rouges du "politiquement correct" Peut-être comprenez-vous mieux aujourd'hui, M. Montabert, la raison de ce style "retenu" que vous ne cessez de décrier pour le remplacer par vos cris et votre agitation. Il y a quelque chose de tellement ridicule à lire vos revendications de condamnations des agresseurs de M.Fehr après celles pour applaudir les tunisiens; en somme vous vous sentez l'âme d'un chef d'orchestre sauf que vous tournez le dos à l'orchestre et vous ne l'avez pas remarqué...
Et si vous avez tant de peine à recruter des gens suscéptibles de défendre vos idées fachos, c'est parce que la Suisse n'a jamais été fachiste.

Écrit par : Vanitas | 25 janvier 2011

"Ce genre de radicalisation du discours sans nuance aucune ne permet pas un débat sain..."

L'ère des débats sains est révolue !

Il n'y a pas de débat sain possible avec ceux qui voudraient dissoudre la Confédération et sa démocratie directe, dans le soviétisme européen*.

Et il n'y pas davantage de débat sain possible avec ceux qui ne voient aucune contre-indication à l'invasion de l'Europe occidentale par les surplus de population des pays faillis du tiers monde**.

Il n'y a pas de solutions intermédiaires, pas de compromis possibles, c'est du mur contre mur.

* Vladimir Bukovsky : "J'ai vécu dans votre futur, ça n'a pas marché."

** Antoine Sfeir : « Les cent millions de Maghrébins ont comme vocation de venir en Europe » - C’dans l’air – « Le Mai 68 du Maghreb » - Mardi 11 janvier 2010

Écrit par : Scipion | 25 janvier 2011

« On vous l'explique depuis l'éviction de Blocher : changez de style! »

Ce n'est pas le style de l'UDC qui déclenche la haine, ce sont, au premier chef, ses succès et ensuite son existence même. L'UDC est l'ultime barrage qui subsiste entre la survie de la Suisse et son glissement dans le grand tout dont parlait Jean Romain, dans un quotidien genevois, au lendemain du 5 décembre : « UDC, le pari gagné du terroir ».

C'est précisément ce rôle clef de l'UDC qui a permis à un fils d'immigré italien ayant tout compris*, Fabrice Moscheni, le président de la section vaudoise d'affirmer : « Il n'y a plus que deux partis en Suisse : il y a l'UDC et les autres. »

Il reste à faire passer ce message dans l'opinion. Mais on comprend que, dans un tel contexte, la haine des mondialistes et des altermondialistes soit déjà décuplée, et décuplée une seconde fois, puisqu'il s'agit d'une haine d'impuissants, n'ayant pas l'oreille de la majorité de la population.

On l'a vu avec le vote sur les minarets, on l'a vu avec le vote sur l'expulsion des criminels étrangers, dont un sondage nous apprend qu'une majorité d'acceptants percevaient les limites - autant pour les ignares qui n'entendent rien à la psychologie des électrices et des électeurs ! -, et on le verra, c'est certain, en de prochaines occasions.

* « Quand on a voyagé, on apprécie encore davantage les valeurs qui fondent la Suisse. »

Écrit par : Scipion | 25 janvier 2011

Ce qui est terrible, c'est que les intellos anti-UDC n'ont encore pas compris que plus ils agiront avec violence, plus ça aidera l'UDC.

L'histoire ne fait que se répéter en fin de compte.
Quand vous étudiez le comportement humain, vous vous rendez compte que les fanatiques idéalistes qui attaquent les gens UDC, ont le même comportement de ceux qui agressaient les noirs il y a de ça quelques décennies.

Ca m'amuse toujours de voir comment certains qui parlent de liberté, qui font de grandes théories sur la paix dans le monde, sont en fait ceux qui sont responsables de l'insécurité et de l'intolérance.

Cela dit, encore une fois, c'est facilement explicable. Ca fait des années que l'on ne respecte plus les idées des autres et essaie de s'approprier les lois pour se donner raison sur tout et n'importe quoi.

Écrit par : DdDnews | 25 janvier 2011

Que de récupération politique de la part de l'UDC de cette fâcheuse affaire !
C'est lamentable... Mais le contraire eût été étonnant. Au lieu d'un discours mûr visant à rassembler plutôt qu'é diviser, ces braves concitoyens accusent tout ce qui n'est pas UDC de se réjouir de la bastonnade d'Hans Fehr. Grotesque !

Écrit par : SM | 25 janvier 2011

"Que de récupération politique de la part de l'UDC de cette fâcheuse affaire !"

Que voulez-vous, SM, notre pays n'est pas encore accoutumé à ce type d'acte. Pour nous, la Suisse est LE pays où les notables, tous les notables, même les conseillers fédéraux, peuvent circuler librement, à pied et sans gardes du corps.

Ne pas réagir vigoureusement à l'agression dont a été victime Hans Fehr, c'est admettre l'inéluctabilité d'une dégradation des moeurs politiques qui condamne, à terme, cette sorte d'aura protectrice dont bénéficient les édiles communaux, cantonaux et fédéraux.

Écrit par : Scipion | 25 janvier 2011

Ces agresseurs n'ont pas de couilles. Trop lâche pour se battre à un contre un.

D.J

Écrit par : D.J | 25 janvier 2011

Pardon de me mêler d'un débat 100% helvète, en tant que franchoulien de base, mais si je comprends bien les commentaires que je lis ça et là:

- quand un parlementaire de gauche se fait agresser, c'est un drame, et c'est la faute du discours politique "violent" de la droite, même si l'agresseur n'a aucun rapport avec la droite.

- Quand un politicien de droite se fait agresser, c'est certes regrettable, mais il l'a bien cherché, vu le discours politique violent de la droite. Et puis il "s'offre un statut de martyr à bon compte", et la récupération de cette affaire "somme toute mineure" par la droite est vraiment scandaleuse. Quant au caractère gauchiste de l'agresseur, c'est vraiment pure malhonnêteté que de le rappeler, ça n'a rien à voir.

Je vois que vos gauchillons ne valent pas mieux que les nôtres. Bon courage à vous, Stéphane.

Écrit par : vincent | 25 janvier 2011

La confusion de ce débat est pathétique.
L'udc tonitrue, mais c'est du flan.

Écrit par : Vanitas | 25 janvier 2011

@Montabert
Où lisez vous que je pense que c’est un peu de la faute de la victime de se faire agresser ? C’est un discours un peu facile que vous avez là, et une manière de détourner les propos lamentable et faible. C’est au moins aussi lamentable que l’agression de Fehr.
Vous savez, vous critiquez le « politiquement correcte » de la gauche mais vous ne faites pas mieux avec vos demandes lénifiantes pour que la classe politique condamne de manière unanime cette agression. Dites vous le bien, que ça soit Fehr ou un autre, cette agression est un acte illégal qui n’a rien de citoyen et dont personne ne peut se reconnaître et l’approuver. Il n’est pas nécessaire de voir fleurir des messages de tous nos parlementaires de gauche pour cela.
Maintenant que voulez vous ? Une condamnation officielle de l’acte par le PS ? Pour qu’avec votre manière si exécrable d’interpréter les faits et actes vous criez sur les toits : « voyez braves gens, le PS reconnait qu’il a agressé Fehr ! »
Hé oui, je maintiens mon propos, M. Fehr se fait un joli coup de pub de cette affaire. Je ne prétends nullement, comme d’autre, qu’il s’agit d’un coup monté. Mais il rebondit dessus et il a raison. Faudrait être encore plus bête que Grin pour ne pas le faire.
Cela vous pose un problème qu’on le dise ? C’est pourtant la plus pure vérité.
Quant à la miss Amaudruz, avec cette histoire de bagnole, on sait au moins qui elle est, on aurait aimé le savoir avant pour ses actes politiques.
Quant aux cortèges allez-y, qu’est ce qui vous en empêche ? Au moins, pour une fois, on aurait un cortège pour la non violence fait par d’autres groupes que des gauchistes…on verra si les casseurs font la différence.

Écrit par : lefredo1978 | 26 janvier 2011

@Lefredo: "Où lisez vous que je pense que c’est un peu de la faute de la victime de se faire agresser ?"

Dans le commentaire où vous dites:
"(...) beaucoup de gens de droite s'adresse à quelqu'un qui émet une opinion de gauche comme un sale gauchiste stalinien. Ce genre de radicalisation du discours sans nuance aucune ne permet pas un débat sain, et, à mon avis, conduit à des agressions telles que celles de M. Fehr."

Voilà, selon vous c'est "à cause" de ses positions politiques que M. Fehr se fait taper dessus, c'est donc lui le responsable, surtout pas ses agresseurs, qui ont seulement été "conduits" à faire cela à cause d'un "discours radicalisé et sans nuance aucune". CQFD.

Écrit par : Stéphane Montabert | 26 janvier 2011

Ecoutez, ce n'est pas bien compliqué, on le voit clairement ici : la morale des gens de gauche se résume à "c'est bien fait pour lui".

Remarquez que c'est exactement la même que celle des terroristes islamiques et de leurs soutiens : si l'Amérique a été attaquée le 11 Septembre, eh bien, c'est qu'elle l'a un peu cherché, non ?

Le Degauche est un meurtrier par procuration. Il n'a même pas le courage de ses vices.

Écrit par : Robert Marchenoir | 26 janvier 2011

@Montabert
Si vous analysez les rapports que l'on vous fait avec la même pertinence, je comprends mieux pourquoi les chiffres de l'UDC sont toujours tompeurs et faux.
Je parle, en l'occurrence, des discours tant de droite que de gauche, qui, de part leur dureté peuvent servir de légitimation aux voyous qui ont agressé Fehr.
Je vois rien la dedans qui excuse leur attitude. C'est un avis. On pourrait tout à fait assister aux mêmes de phénomènes utilisés par des imbéciles d'extrémistes de droite. Cela a été le cas en france par des proches du FN. Ok, Lepen était encore autrement plus extrême que Fehr mais le parallèle est pertinent.
On ne peut pas gérer tous les débiles qui se prétendent de telle ou telle mouvance. On ne peut qu'être honnête et les prendre pour ce qu'ils sont, des voyous et non, comme vous tentez toujours de le faire, pour des représentants de la gauche, ou de la droite.
Fehr c'est fait taper dessus parce qu'il fait partie de l'UDC "dure". Certainement que si il n'était pas dépeint à longueur de temps comme un dangereux "fachiste", il n'aurait pas subit ce genre d'agression.
Mais bien évidemment, comme je me permets d'aller à l'encontre du larmoymant des fidèles moutons de ce site, je ne suis qu'un sale gauchiste staliens qui est bien content que Fehr se soit prit une claque. Ca manque même un peu de sang. Vu qu'ils l'avaient sous la main, ils auraient du y aller carrément. Quant à en faire un martyr, autant le crucifier, le symbole aurait été plus clair.

Écrit par : lefredo1978 | 26 janvier 2011

L'attitude du vilain petit canard... Je ne suis pas sûr que vous positionner ainsi en victime perpétuelle vous mènera bien loin. Toutes les actions blâmables que vous décrivez : agressions verbales, voire physiques, attaques de groupuscules extrémistes, etc, arrivent un jour ou l'autre à quiconque s'expose en politique. Il y a toujours un fou, un enervé, qui seul, ou en groupe s'en prend à vous car il pense que tout est de votre faute. Le PS, les verts, ont aussi fait les frais de ce genre de comportements.
Vous vous décrédibilisez complètement en vous plaçant en victime que tout le monde veux faire taire, vous, représentants du parti le plus riche, le plus puissant de Suisse. Ce sont VOS idées qui font la une de tous les journaux, vous dépensez des millions de francs dans des campagnes publicitaires écrasantes, et consternantes, vous êtes partout, tout le temps, invités sur tous les plateaux de TV. Alors arrétez de vous faire passer pour des victimes.
Soit dit en passant, tous les partis d'extrême droite font de même que vous. Mais je sait que vous n'aimez pas que l'on dise que vous êtes un parti d'extrême droite. Et pourtant, vous vous comportez comme tel...

Écrit par : jeff | 27 janvier 2011

La liberté d'expression bafouée, la victimisation dénoncée, l'accusation de parti extrêmiste....et pourtant, et pourtant:

Le premier parti de Suisse, le plus puissant. Des idées donc que la majorité des votants a reconnu par les urnes, partout....tout le temps!

Mais alors qu'est-ce que cela veut donc bien dire: "que le plus grand nombre de Suisses pense ou ose penser que la ligne politique de l'UDC est juste et à leurs faveurs.

Faut se réveiller les autres, et apporter des solutions aux gens de ce pays, qui n'ont pas besoin de l'UDC pour voir ce qui se passe dans leur quotidien.
Mais bizarre il n'y a que l'UDC qui les écoute et les a entendu c'est donc à eux que vont leurs votes.
La violence est l'arme des lâches et c'est contre eux qu'elle se retournera!

Écrit par : Corélande | 27 janvier 2011

Le peuple peux aussi être ignorant, ou trompé par un parti manipulateur. La majorité n'a pas toujours raison, l'Histoire, pour ceux qui ne l'ont pas oubliée, me donne raison.
Enfin, 30% ( environ le score de l'UDC aux dernières élections fédérales), ne fait pas la majorité.
Mais vous parlez sans doute des initiatives que l'UDC a gagné à grand coup de propagande et de mensonges.
Le peuple, espérons le, ne sera pas dupe longtemps.

Écrit par : jeff | 27 janvier 2011

"Le peuple peux aussi être ignorant". To jeff. En effet, on voit comme il a été trompé dans son ignorance avec Schengen et aujourd'hui il paie les pots cassés!
Et ce n'est que le début.....malheureusement.
Et on peut aussi se rendre compte que depuis 18 ans, la sagesse de la MAJORITE DES VOTANTS, a sauvé la Suisse de ce trou en perdition qu'est l'Europe!

A ces seuls deux exemples, les gens n'ont pas besoin de discours et comprennent qui dit la vérité et qui ment!....le reste c'est du batiffolage de journaleux ou alors de l'argumentation désespérée pour ne garder que ses avantages personnels et en tous cas pas préserver ceux des citoyens de ce pays.

Écrit par : Corélande | 27 janvier 2011

J'aimerais savoir (question adressée aux gens de droite, bien entendu), si la mauvaise foi et l'appétit pour la violence qui transparaissent des commentaires de gauche, ici, sont une nouveauté en Suisse.

Je pensais que ces deux caractéristiques étaient l'apanage de nos gauchistes à nous, en France, mais je constate hélas que les Suisses font des efforts dans ce sens.

Écrit par : Robert Marchenoir | 27 janvier 2011

L'agressivité, la violence, n'est pas l'apanage de la gauche, bien au contraire. En Suisse, comme ailleurs, la violence est toujours orchestrée, manipulée par les mêmes partis, qui s'en repaissent.
Le pouvoir, c'est toujours cela le mobile de la propagande d'extrême droite, extrêmement violente dans ses affiches et slogans qui envahissent le débat politique en Suisse.
Quand à la mauvaise foi...

Écrit par : jeff | 27 janvier 2011

"En Suisse, comme ailleurs, la violence est toujours orchestrée, manipulée par les mêmes partis, qui s'en repaissent." (Jeff)

C'est exact : il s'agit de l'extrême-gauche, des islamistes et des mouvements séparatistes (eux-mêmes en général à l'extrême-gauche).

La preuve dans ce rapport d'Europol (qui ne couvre pas la Suisse -- mais le résultat, je pense, serait similaire) :

http://www.europol.europa.eu/publications/EU_Terrorism_Situation_and_Trend_Report_TE-SAT/Tesat2010.pdf

Merci de nous indiquer les violences d'extrême-droite récemment perpétrées en Suisse. (Je rappelle, à tout hasard, que nous commentons sous un article qui rapporte comment un élu s'est fait bastonner par des militants de gauche ; et comment les permanents de son parti sont obligés de se protéger contre les agressions physiques de leurs adversaires de gauche...)

Écrit par : Robert Marchenoir | 27 janvier 2011

A la veille des éléctions, une vérité semble émerger : la Suisse n'est pas un pays où les partis extrêmistes ont du succès.

Suite à la désillusion qu'a provoqué le comportement de Blocher, cette absence coupable d'esprit collégial au conseil fédéral, l'érosion de l'udc est inéluctable.
Les faits violents que ce parti rencontre soulignent l'incompatibilité de ce parti avec la scène politique suisse. Qui sont les agresseurs? Des gens qui manifestement ont autant de soucis que les gens de l'udc pour se faire entendre voir écouter car leur position n'est pas raisonable, des gens qui dans les deux cas, agresseurs & agressés, cautionnent la violence, qu'elle soit contre certaines minorités ou contre certaines options politques.

Il est assez clair que le peuple ne peut que renvoyer dos à dos ces acteurs qui n'ont pas su cultiver une attitude politque réspectueuse et force & fiereté de notre démocrartie directe.

Écrit par : Vanitas | 27 janvier 2011

"... l'érosion de l'udc est inéluctable."

Ca c'est vérifié dans la presque totalité des élections législatives cantonales organisées depuis le coup de Jarnac du 12 décembre 2007 :o)

Et dans la presque totalité des cas, les gains de l'UDC ont été principalement, enregistrés au détriment du PDC, du faux-jeton en chef de la manoeuvre.

Mais vous ferez mieux, la prochaine fois, Vanitas. Puisque vous ne pourrez pas faire pire :o)

Écrit par : Scipion | 27 janvier 2011

"une attitude politque réspectueuse et force & fiereté de notre démocrartie directe."
En voilà un qui doit écrire depuis son Olivetti 1950. J'espère que Jeff va réagir sur un orthographe aussi lamentable.

Écrit par : Géo | 27 janvier 2011

"J'espère que Jeff va réagir sur un orthographe aussi lamentable." Même pas foutu de savoir qu'orthographe est féminin, ce qui en dit long sur le fils de pute qui usurpe régulièrement mon pseudo.

Écrit par : Géo | 27 janvier 2011

"Des activistes d’extrême-gauche opposés au WEF ont revendiqué «l’attentat» survenu jeudi matin dans un hôtel de luxe à Davos (GR) sans faire de blessé."

Mais bon, à part ça, le problème, c'est la "violence" des affiches de l'UDC.

Stupéfiante malhonnêteté de la gauche, qui met sur le même plan la violence physique (d'ailleurs minimisée et excusée, quand elle vient de ses rangs), et le ton d'un simple discours (quand il vient de ses adversaires).

Stupéfiant relativisme moral, qui consiste, de surcroît, à confondre l'agresseur et l'agressé, l'attaque illégale (violente) et la défense légitime (par la simple parole).

Écrit par : Robert Marchenoir | 27 janvier 2011

"La police a découvert une bombe dans un immeuble de l’assureur Helvetia. Les militants anti-WEF, qui se sont trompés de cible, visaient en réalité l’Uni de St-Gall."

Mais, bon, le problème, c'est que les graphistes de l'UDC ont trop de talent.

Écrit par : Robert Marchenoir | 27 janvier 2011

"....Les militants anti-WEF, qui se sont trompés de cible, visaient en réalité l’Uni de St-Gall."

Z'auraient peut-être mieux fait d'apprendre à lire correctement, non ?

Écrit par : Pascal D. | 28 janvier 2011

Je ne suis pas prof de français. Je fé auzsi des fots d'ortograf.
En Suisse, la violence ne fait pas vraiment partie de la culture du pays. Et c'est tout à son honneur. C'est d'ailleurs pourquoi ce fait divers fait tant de bruit.
La violence est blâmable. Ne pas s'interroger sur les causes de cette violence est encore plus blâmable, surtout lorsque l'on est un homme politique. C'est un question de responsabilité.
En l'ocurence, l'affichage omniprésent et écrasant de l'UDC, ses slogans réducteurs, la stigmatisation d'une partie de la population dans des raccourcis choquants, pour moi, c'est cela aussi la violence. L'UDC, parti gouvernemental jette de l'huile sur le feux, ensuite, se pose en victime. C'est Le pompier pyromane.

Écrit par : Jeff | 28 janvier 2011

Quand l'UDC traite de voleur, profiteur, ... les étrangers qui abusent de notre hospitalité, tout le monde trouve ça scandaleux. Quand la gauche traite les banquiers de voleur, profiteur, tout le monde (ou presque) trouve ça normal. Logique ?

Heureusement pour la gauche, les riches ne réagissent pas comme ces voyoux de l'extrême gauche et n'en viennent pas aux mains.

Écrit par : Pascal D. | 28 janvier 2011

Mais pourquoi l'UDC ne s'intéresse pas aussi à la criminalité financière. Cela existe aussi non ? Et pourquoi l'UDC dit 70% de criminels sont des étrangers ( Faux) mais ne dit jamais que 70% des crimes pédophiles sont commis par des Suisses ?
C'est marrant quand même, cette sélection dans les statistiques...

Écrit par : jeff | 28 janvier 2011

"C'est marrant quand même, cette sélection dans les statistiques..."

Non, c'est logique. Il faut distinguer entre la criminalité indigène, qui est le lot de tous les pays, et cette criminalité d'importation dont nous pourrions très aisément nous passer, mais que la Suisse attire en raison de sa prospérité. Pour le reste, c'est comme dit Yvan Perrin : "Les délinquants suisses, dedans ! Les délinquants étrangers, dehors !" Encore faut-il faire en sorte qu'ils soient effectivement expulsés.

Quant à la criminalité financière, ce n'est pas elle qui empoisonne au quotidien la vie des petites gens comme vous et moi. Ce n'est pas elle qui agresse les femmes dans les parkings, qui détrousse les vieilles dans la rue, qui rend dangereuse la traversée de certains quartiers après 22 heures. Dans un rayon de cinq cents mêtres autour de chez moi, on enregistre chaque semaine de nouveaux délits. Il s'agit notamment de cambriolages, et pour les autres, pas un d'entre eux ne ressortit à la criminalité financière.

Mais c'est à cause de ces cambriolages, qu'il faut multiplier les serrures des portes d'entrée, qu'il faut laisser de la lumière en sortant et quand on s'en va, pendant la journée, mettre de la musique en fond, en espérant que si des européens orientaux s'attaquent à l'appartement, ils ne seront pas de la catégorie de ceux qui n'hésitent pas à agresser les occupants des lieux.

Il faut encore préciser que la criminalité financière ne se combat ni avec les mêmes forces de police ni sur le même niveau que la criminalité ordinaire. C'est ce qui fait que, dans tous les pays, elle est combattue par des brigades, voir des polices - comme la Guardia di Finanza, en Italie - spécialisées.

Donc, vous voyez, il n'y a rien de marrant dans les choix statistiques de l'UDC. Maintenant, bien entendu, si vous avez un faible pour les criminels étrangers, il ne manque pas d'assoces qui vous permettent de manifester concrètement tout le bien que vous pensez d'eux. Si vous n'en connaissez pas, la Commission fédérale contre le racisme, se fera certainement un plaisir de vous signaler celles qui ont une antenne dans votre coin.

Écrit par : Scipion | 28 janvier 2011

Les tonneaux vides sont ceux qui font le plus de bruit, cf. scipion.
24 lignes pour nous expliquer qu'il n'aime pas les étrangers mais l'udc.

Écrit par : Vanitas | 28 janvier 2011

"Les tonneaux vides sont ceux qui font le plus de bruit..."

On parle bien de tonneaux en métal ? Parce que les fûts de chêne...

Écrit par : Scipion | 28 janvier 2011

ah....ces nouveaux statistiques, le bas de la fourcette 30%!

Allez de l'engagement on a neuf mois pour faire un beau bébé à la Suisse!

Et comme il y a de plus en plus de parrains qui se présentent, soyons généreux, voyons large....encore plus large! :-)

Écrit par : Corélande | 28 janvier 2011

L'UDC, c'est bien ce que je disais, est un parti Xénophobe et raciste. Merci Scipion d'en faire la démonstration.
Chez moi, pas de haine, tout va bien.

Écrit par : jeff | 28 janvier 2011

"Chez moi, pas de haine, tout va bien."

Pareil chez moi. Je pense simplement que la Suisse ne doit pas devenir un eldorado pour les racailles étrangères - ce qu'elle est déjà, au demeurant, dans les banlieues émotives de la région lyonnaise -, qu'elle ne doit pas adapter ses modes de vie et ses façons de faire aux préceptes de l'Islam, et qu'elle ne gagnerait rien en devenant un point de chute recherché pour les surplus de populations du tiers monde.

Mais cela, croyez-moi, procède beaucoup plus de la légitime défense que de la haine !

Écrit par : Scipion | 28 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.