29 janvier 2011

Contre l'hypocrisie sur la violence des armes

Malgré les sondages créditant l'initiative populaire "Pour la protection face à la violence des armes" d'une courte avance à deux semaines du vote, je n'ai aucun doute qu'elle sera repoussée.

Cette tentative de restreindre le droit de détenir une arme n'est ni la première, ni la dernière du genre.

timbre.jpgCette-fois ci, l'angle d'attaque est la sécurité domestique et la prévention du suicide, un argument fallacieux n'abusant pas grand-monde. Comme le fait remarquer un armurier tessinois:

[Celui qui veut tuer ou mettre fin à ses jours] trouve toujours le moyen de le faire, même s’il n’a pas d’arme à feu. Dès lors, pourquoi ne pas interdire les ponts et autres digues, puisque de nombreux candidats à la mort choisissent ces endroits pour se jeter dans le vide?

 

Le journaliste qualifie la remarque de provocation, ce qui explique sans doute pourquoi aucun initiant ne se voit jamais posé cette question impertinente, mais tout à fait recevable. Pourtant, il y a bien plus de suicidés chaque année sur les voies des CFF que de suicides avec l'arme d'un soldat. A quand des barrières anti-suicide sur chaque quai de gare? Ne s'agit-il pas de sauver des vies? Chaque mort n'est-elle pas une mort de trop?

A vouloir prévenir toute violence personnelle et interpersonnelle de façon absolument certaine, il ne reste qu'un endroit sûr en ce bas monde: la cellule capitonnée de l'hôpital psychiatrique.

Mais soyons francs, l'initiative contre la violence des armes n'a pas pour but de préserver des vies, d'accroître la sécurité des familles ou de restreindre la quantité d'armes légalement en circulation, pour le plus grand bonheur des criminels. C'est seulement un moyen détourné de mettre un terme à l'armée de milice.

C'est, en quelque sorte, l'éléphant que les médias se forcent à ne pas voir au milieu du salon.

L'initiative contre la violence des armes déguisant ses intentions, l'ensemble du débat se retrouve faussé, amenant des situations pittoresques.

On notera ainsi que la "lutte contre la violence des armes" épargne chasseurs, collectionneurs et tireurs sportifs. Pourquoi? Des études sociologiques mettraient-elles en avant que ces gens là se suicident moins que les autres avec un fusil? Ou peut-être sont-ils moins enclins à tirer dans le cas de violences conjugales? C'est absurde!

Il y a infiniment moins de contrôles pyschologiques et légaux pour devenir chasseur qu'il y en a pour un militaire de se voir confier un Fass 90. De là, toute l'argumentation sécuritaire s'écroule, puisqu'on s'en prend aux plus responsables et aux mieux formés parmi tous les détenteurs d'armes.

L'esquive délibérée de certaines catégories de tireurs permet également d'écarter d'autres arguments, employés cette fois-ci par les opposants: j'estime que l'initiative "pour la protection face à la violence des armes" ne cherche pas à mettre un terme à la tradition helvétique de tir ni à désarmer les honnêtes citoyens face aux criminels. Ce sont des effets collatéraux tout à fait réels, certes, qui sont autant d'excellentes raisons de rejeter l'initiative, mais ne sont pas selon moi les objectifs principaux du comité.

Son but est de démanteler le principe du citoyen-soldat au coeur de l'armée de milice (en tous cas, ce qu'il en reste...)

Sachant que les initiants sont issus des milieux de gauche et soutenus par le Groupe Pour Une Suisse Sans Armée (GSsA), rassembler les pièces du puzzle est à la portée de n'importe qui.

J'invite donc à rejeter cette initiative le 13 février, non seulement parce qu'elle détruit une tradition suisse plusieurs fois centenaire et prépare le terrain pour des conséquences absolument désastreuses en terme de criminalité, mais surtout parce qu'elle est hypocrite.

Ce n'est pas un péché véniel. Notre vieille démocratie a déjà assez de mal à gérer les "paquets" et autres votations bizarres pour en plus s'accommoder d'un texte ouvertement mensonger sur ses intentions. L'approuver constituerait un fâcheux précédent.

Si des gens souhaitent démanteler l'armée de milice à travers une initiative, ce qui est leur droit le plus strict, qu'ils aient au moins la décence de ne pas déguiser leurs intentions sous de mauvais prétextes.

Et pourquoi faut-il une armée de milice avec une arme à domicile me demanderez-vous? Question importante s'il en est, bien que hors-sujet selon l'intitulé officiel de la votation du 13 février, rappelons-le, puisqu'elle ne vise que les suicides et les violences domestiques... Mais à laquelle je réponds longuement ici.

Commentaires

Il me semble pourtant que si cette initiative sauve, ne serai-ce qu'une seul vie, elle aura était utile.

A moins que pour certaines personnes, une arme, une tradition a plus de valeur qu'une vie...

Je dis oui à la vie, car la vie n'a pas de prix, et pour le croyant que je suis, Dieu a dit:
Tu ne tueras point.

Écrit par : Ferdinand R. | 30 janvier 2011

"Il me semble pourtant que si cette initiative sauve, ne serai-ce qu'une seul vie, elle aura était utile."

On peut tenir exactement le même raisonnement à propos du rétablissement de la peine de mort... Mais comme c'est un discours que vous ne tiendrez pas, vous voici en pleine incohérence.

Écrit par : Scipion | 30 janvier 2011

En France , depuis quelques dizaines d'années , nos politiciens , planqués derrière la Grande Europe , par une action constante , ont limité le droit des citoyens lambda à détenir une arme ( obligation de déclaration , contrôles stricts à la vente ) mais sont impuissants devant l'irruption des armes de guerre ( Kalach ...) .

En fait , le politicien moyen sait tenir une foule , une contestation , une manifestation ( on achète , on divise , on donne des postes ) mais est impuissant devant l'arme individuelle détenue par le citoyen , d'où cette surlégifération en France , sur ce sujet ...

Écrit par : volna | 30 janvier 2011

Le seul but de cette initiative est de déresponsabiliser les citoyens et de bafouer les valeurs suisses.
Pour posséder une arme il faut être responsable. Quand on est responsable, on possède une arme.
Si on vous interdit de posséder une arme, on vous enlève une occasion de vous montrer responsable, et vous devenez irresponsable. Les valeurs suisses sont détruites par cette initiative qui enlève aux gens une occasion de se montrer responsables, et qui les rend irresponsables !

Écrit par : Ct | 30 janvier 2011

Très juste, Ct, et contrairement à ce que dit Stéphane M, cette initiative aurait dû être refusée à la base parce qu'elle porte sur deux sujets distincts, ce qui n'est pas admissible :
-le droit des soldats de garder leur arme d'ordonnance, de manière à pouvoir pratiquer leurs tirs militaires, ce qui serait impossible si l'arme est rendue à l'arsenal, ou alors coûterait des fortunes à l'économie nationale, ce qui ne serait plus admis...
- le droit des citoyens à posséder une arme à la maison. Personne face à un flic borné ne peut justifier d'un besoin de posséder une arme, donc personne n'aura plus d'armes à la maison. C'est un des buts clairement exprimés par les initiants.

L'hypocrise exprimée dans le commentaire de Ferdinand R. est simplement insupportable. On tiendra compte de ce genre de raisonnement quand on aura supprimé les voitures, les ponts, les parois rocheuses, les trains, les cordes, les couteaux de cuisine, la vente libre de Nivaquine pour ceux qui vont soit-disant en Afrique (le contenu d'une boîte vous expédie tranquillement ad patres en évitant la case Exit), le sac plastique (évite la case Dignitas), etc...

Ce qui revient à dire que l'un des buts de cette initiative est aussi de s'attaquer à un droit primordial, celui de quitter cette planète quand on en a envie et qu'en ce sens elle s'intègre dans la contradiction "soins palliatifs" contre "assistance au suicide". On en parle quand vous voulez...

Romain Gary, Hemingway et tous les autres, à l'asile sous benzodiazépine : l'idéal (national-)socialiste suisse...

Écrit par : Géo | 30 janvier 2011

Un pays qui édite un timbre en l'honneur du tir de précision ne peut pas être tout à fait mauvais.

Écrit par : Robert Marchenoir | 30 janvier 2011

"Si cette initiative sauve, ne serai-ce qu'une seul vie, elle aura était utile."

Cliché omniprésent, à propos de n'importe quoi, caractéristique de notre époque sentimentaliste et individualiste qui a perdu tout sens des valeurs et des proportions.

On ne crée pas une règle générale pour sauver une seule vie. Si vous voulez sauver une seule vie, devenez médecin, aidez une vieille dame à traverser la rue, sauvez un homme qui se noie. Là, vous aurez sauvé une vie.

En revanche, l'arme militaire à la maison, et par extension l'armée de milice, sont destinées à sauver la vie et la liberté de tous les Suisses.

Il est bien question de sauver une seule vie !...

Dans une guerre, on sacrifie de nombreuses vies pour en sauver d'autres. Affirmer qu'éviter un seul suicide, en temps de paix, justifierait l'abandon du principe même de la stratégie de défense suisse est d'une inconséquence ahurissante.

Indépendamment de ce que l'on pense, et de l'arme militaire à la maison, et de l'armée de milice.

Écrit par : Robert Marchenoir | 30 janvier 2011

"Cliché omniprésent, à propos de n'importe quoi, caractéristique de notre époque sentimentaliste et individualiste qui a perdu tout sens des valeurs et des proportions."
Il s'est trouvé une rédactrice en chef, celle du Matin-dimanche, l'exécrable Ariane Dayer, pour en faire son édito dimanche passé. Cela en dit long sur l'état mental de la Suisse romande, contrée intellectuellement sinistrée, au sens strict comme au sens large.

Écrit par : Géo | 30 janvier 2011

Mon pays m'a fait confiance en me remettant cette arme. Je ne supporte pas l'idée qu'on me l'enlève, ce serait me retirer une responsabilité, et peut-être la seule vraie que je n'ai jamais eue. C'est ainsi que l'on mesure le patriotisme, le vrai. Tous ceux qui ne peuvent accepter d'avoir un fusil militaire à domicile sont des sous-Suisses, des lopettes sous-humaines homosexuelles qui ne méritent même pas le passeport, encore moins de servir sous notre drapeau. Et tant pis pour les armes qui se font voler dans les caves, tant pis pour le registre national et les flics qui seront privés de savoir à qui ils ont affaire et quel est le degré d'armement de leur adversaire.

Même si l'initiative reste favorable aux tireurs et ne remet en rien en cause cette activité, on ne peut pas prendre le risque que notre industrie d'armement perde son chiffre d’affaire. Que diraient nos clients Pakistanais ou Israéliens si on leur disait qu’on ne peut plus avoir d’armes à la maison ? C’est comme si votre vendeur du MacDonald vous disait qu’il est végétarien…

Écrit par : Ct | 30 janvier 2011

Montabert@ Pourquoi ce soutien à l'intitiative de militaires suisses dont ce groupe important d'officiers réunis en association, soutien militant d'ailleur? Depuis des siècles, dans les faits en quoi "l'arme à la maison" a-t-elle permis à la Suisse de protéger son indépendance? Noius ne parlons pas de l'armée.
J'ai le sentiment que vous etes contre cette initiative uniquement parce qu'elle est de gauche. Est-ce que cette singulière pratique d'une arme domestique, conception propre à une idée milicienne d'un autre âge ne serait-elle pas davantage devenue une coutume? Comment permettre aux coutmes qui font le socle identitaire d'un peuple, comment leur permettre de durer et de se transmettre tout en s'adaptant aux modes de vie, aux connaissances en perpétuelle mutation? Conserver une armée suisse certainement, ne pas créer une armée professionnelle sans doute mais l'idée d'un arsenal pour optimiser la gestion des armes semble tout-de-même bien loin de cette idéologie.

Écrit par : Polo | 30 janvier 2011

...de cette idéologie antimilitariste que vous voulez dénoncer. Au contraire cette initiative me semble donner plus de crédibilité à notre défense nationale en l'adaptant aux contraintes et possibilités contemporaines.

Écrit par : Polo | 31 janvier 2011

"Depuis des siècles, dans les faits en quoi "l'arme à la maison" a-t-elle permis à la Suisse de protéger son indépendance?"

Napoléo ne l'a pas envahie, Bismarck ne l'a pas annexée (pour la partie allémanique), Hitler lui a foutu la paix... Dois-je remonter jusqu'au XVIe siècle ?

"Est-ce que cette singulière pratique d'une arme domestique, conception propre à une idée milicienne d'un autre âge ne serait-elle pas davantage devenue une coutume?"

C'est un gage de liberté. Un gouvernement ne peut pas asservir un peuple qui possède des armes. Les USA l'ont vite compris avec le second amendement de la constitution fédérale.
Les autres peuples d'Europe sont désarmés depuis longtemps : ils ont tous connu le totalitarisme au moins une fois depuis deux siècles (dictateur ou envahisseur). Concluez.

"cette initiative me semble donner plus de crédibilité à notre défense nationale en l'adaptant aux contraintes et possibilités contemporaines"

Ca permet surtout de donner les pleins pouvoir à l'état. S'il a le monopole des armes, il peut vous priver de vos libertés, ce ne sont pas la police ou l'armée qui s'y opposeront !
Si vous avez entière confiance en votre Etat, supprimez donc la presse indépendante au profit d'un journal unique du gouvernement, ca coutera moins cher ! Supprimez aussi les partis, ca coute de l'argent et c'est source de conflit. Ce sera le monde merveilleux d'Orwell, de quoi faire vibrer votre fibre socialiste.

Écrit par : Paul | 31 janvier 2011

Paul@ vous parlez de Napoléon, Hitler et Bismark pour trouver de bonnes raisons à combattre cette initiative. Vous mélangez un vote sur l'armée (qui a déjà eu lieu) et le problème d'une gestion saine des armes, enjeu de l'initiative actuelle. Peut-être que Montabert vit en 2011.
Pouvez-vous ne pas systématiquement glisser dans le mythe et la relecture historique pour défendre l'utilité d'une arme (à feu, automatique et avec de la munition de guerre) à la maison? Ne s'agit-il pas aujourd'hui justement d'un souci de responsabilité que de rechercher un meilleur contrôle de ces armes?

Écrit par : Polo | 31 janvier 2011

@Polo:
"Pourquoi ce soutien à l'intitiative de militaires suisses dont ce groupe important d'officiers réunis en association, soutien militant d'ailleur?"

Parce qu'il y a des opinions divergentes partout. Je suis sûr que je pourrai vous trouver des socialistes contre l'initiative, et des UDC en sa faveur. De même, il y a des militaires pour et des militaires contre. Mais opinion divergente ne veut pas dire opinion représentative, et ce sont les médias qui montent en exergue de tels cas (et surtout s'ils vont dans un certain sens, suivez mon regard...)

"J'ai le sentiment que vous etes contre cette initiative uniquement parce qu'elle est de gauche."

Non, je suis contre cette initiative parce que je la trouve hypocrite et nuisible. Lisez donc mon billet. Du reste, je ne sais même pas si elle est de gauche ou juste soutenue par la gauche, et peu m'importe.

"Pouvez-vous ne pas systématiquement glisser dans le mythe et la relecture historique pour défendre l'utilité d'une arme (à feu, automatique et avec de la munition de guerre) à la maison?"

Je ne vois pas où vous lisez du "mythe" et de la "relecture historique" dans mon texte, merci de préciser.

Quant à l'idée d'un arsenal à la maison, pour votre information Polo, les soldats n'ont plus de munition de poche, seulement leur arme. Le Parlement a exigé en 2007 le retrait de la plupart des 257'000 emballages contenant des munitions de poche et détenus à la maison par les citoyens-soldats. L'arme des militaires est donc, en pratique, inutilisable.
Vous me direz, "il suffit de se procurer des munitions par ailleurs". C'est vrai. Mais allons au bout de la démarche: si quelqu'un en est à récupérer des munitions par ailleurs, il peut tout aussi bien se procurer une arme par ailleurs.

Lorsque quelqu'un a décidé de commettre un crime ou de se supprimer, les règlementations en vigueur ne pèsent pas lourd.

Écrit par : Stéphane Montabert | 31 janvier 2011

Responsabiliser les gens en les privant d'un droit à posséder une arme ? Sous quel pretexte ?

Une arme peut tuer, c'est pas bien. Certes, mais le citoyen honnète ne tue pas. Le truand le fait, et lui n'a pas besoin d'une autorisation de port d'arme : il se procure la sienne au marché noir. On a donc face à face le truand armé et le citoyen honnète sans arme. Quelle proie facile !

Une arme permet de se suicider, ai-je lu. Absurde. En France, il n'y a que les chasseurs et les policiers qui ont une arme. Pourtant, il y a beaucoup de suicides.
Méthode 1 : la défenestration du 7eme étage.
Méthode 2 : les barbituriques associés à l'alcool (concerne surtout les femmes)
Méthode 3 : se jetter sous les roues d'un train à 100 km/h (voire 250 pour les TGV)
Méthode 4 : la pendaison. Notez que les agriculteurs ruinés privilégient cette méthode, même s'ils ont un fusil de chasse chez eux.

Il n'y a que le policier épuisé qui utilise son arme en priorité, pour raisons pratiques. Avec un coup de 9mm dans la bouche, il est rare de "se rater" !

N'allez pas croire que l'absence d'arme à feu sécurise une zone. J'ai sur moi un couteau légal (lame inférieure à 8 cm). Si je veux tuer, je sais exactement où frapper et sous quel angle. Pas besoin d'un révolver.

J'ai aussi pratiqué certaines disciplines à l'armée. Je peux vous étrangler ou provoquer une hémoragie interne avec mes seules mains (ou pieds). Et malgré ce "pouvoir", je n'ai jamais agressé personne.

Une personne responsable, c'est à dire honnète et sachant se maitriser, peut porter une mitraillette ou des grenades, elle ne représente pas de danger pour les honnètes gens. Par contre, elle est une menace pour le truand, qui réfléchira à deux fois avant d'attaquer.

De plus et pour conclure, droit n'est pas obligation. Si la pétoire vous fait peur, n'en portez pas ! Mais si vous êtes intelligent, ayez-en une et apprenez à vous en servir correctement et uniquement quand c'est nécessaire. Ce n'est pas plus dur qu'apprendre à conduire. Tiens au fait, la voiture tue. Voulez-vous l'interdire pour la sécurité des piétons ?

Écrit par : Paul | 31 janvier 2011

"L'arme des militaires est donc, en pratique, inutilisable" Alors pourquoi vous battez-vous pour la conserver à la maison??? Qui est hypocrite monsieur Montabert?

Pour le mythe dans votre blog c'est ce genre d'assertion qui me fait croire que vous le cultivez : "Si des gens souhaitent démanteler l'armée de milice à travers une initiative" Il n'est absolument pas question de l'armée de milice mais de l'arme à la maison, ne mélangez pas tout en faisant le jeu du GsSA. Ne pensez-vous pas plutôt que cette initiative peut au contraire protéger une certaine idée de l'armée suisse responsable et adulte?
Et pour en sortir, des ces idées fallacieuses qui mènent au mythe, je vous propose de réfléchir un peu plus à ce que vous proposez : "A quand des barrières anti-suicide sur chaque quai de gare? Ne s'agit-il pas de sauver des vies? Chaque mort n'est-elle pas une mort de trop?" En effet, on voit des quais de gare s'équiper, à Paris par exemple, de ce genre d'installation pour éviter les morts... et les trains en retard, ce qui vous intéresse peut-être davantage.

Écrit par : Polo | 31 janvier 2011

"Tiens au fait, la voiture tue. Voulez-vous l'interdire pour la sécurité des piétons ?"

Bien sûr que c'est ce qu'il veut. Mais le texte de l'initiative n'est pas encore prêt. :-)

De toute manière, comme déjà démontré maintes fois, le fait de mettre les armes d'ordonnance à l'arsenal n'empêchera pas un seul suicide. Tout au plus, celui qui voudra mettre fin à ses jours de cette manière attendra d'être à un cours de répétition pour le faire. Et ce sera une aubaine pour la gauche pour demander que les militaires ne soient plus armés durant leur service. N'est-ce pas ce que l'on appelle la tactique du saucisson ?

Écrit par : Pascal D. | 31 janvier 2011

Dans tous les pays occidentaux ayant décrété une restriction de la possession d’armes à feu, les crimes commis avec ces armes ont considérablement augmenté (par exemple en Angleterre, soit de 40% !). On interprète normalement cette augmentation rapide par le fait que les criminels envisagent une défense sensiblement diminuée de la part des citoyens désarmés qu’ils envisagent à attaquer et piller. Il y a quelques états des USA qui, en face de ce développement, sont revenus à leurs anciens règlements en rétablissant la libéralisation quant à la possession d’armes à feu, sur quoi lesdits crimes se sont réduits. Il n’y a pas à se méprendre que notre pays subirait une pareille augmentation, contrairement à ceux appuyant l’initiative et cherchant à nous faire espérer que les incidents par les armes se calmeront. Il est donc non seulement sans responsabilité, mais encore mensonger et malin de parler en faveur de cette initiative.

Or, les bourgeois de Schilda votant oui pour l’initiative s’apprêtent à jeter des milliards de francs par la fenêtre, et ceci pour provoquer une détérioration, mais nullement une amélioration du statu quo.

Vous avez bien lu : Des milliards de francs, soit une somme estimé 1,75 milliard comme
indemnité des armes confisquées par l’Etat (cela concerne surtout les armes non-ordonnance qui sont aussi concernées) et 11 millions par an pour l’administration etc.). Comme le texte de l’initiative ne mentionne pas que les armes seront à confisquer sans indemnisation, l’Etat sera obligé, selon l’art. 26.2 de la Constitution fédérale, à payer CHF 1'750'000'000 env. à titre d’indemnité.

Écrit par : Urs Gassmann | 31 janvier 2011

@Polo: ""L'arme des militaires est donc, en pratique, inutilisable" Alors pourquoi vous battez-vous pour la conserver à la maison??? Qui est hypocrite monsieur Montabert?"

Le statu-quo consiste à laisser l'arme du citoyen-soldat à son domicile, comme aujourd'hui. C'est l'initiative du 13 février qui vise à changer cette situation. J'exprime mon opinion face au CHANGEMENT que l'intiative veut introduire. Ceux qui se "battent" pour que la situation change, c'est vous.

N'inversons pas les rôles, Polo, s'il vous plaît.

Et oui, j'estime qu'on peut se poser des questions sur l'acharnement des initiants à vouloir supprimer des armes dont la mise en oeuvre immédiate est impossible.

Quant aux hypocrites, j'ai ma petite idée.

Écrit par : Stéphane Montabert | 31 janvier 2011

Notez que Polo insiste sur le point 1 de l'innitiative. L'autre sujet, la légitime défense et donc l'éventuelle possession d'armes civiles à la maison, est soigneusement laissé de côté. En principe, une initiative doit présenter une unité de sujet. Décidèment, notre parlement ne fait pas son travail, n'est-ce pas mesdames & messieurs les gauchistes ?

Écrit par : Géo | 31 janvier 2011

"j'ai ma petite idée." Excusez-moi M.Montabert mais j'ai l'impression que dans ce débat toutes vos idées sont petites ou préférez-vous ne pas trop les montrer?
Qui a dit que ceux qui prônait le changement étaient les hypocrites? Qui a fait ce lien? Ni vous, ni moi - alors je ne comprends pas ce que vous tentez de démontrer. C'est ça votre "petite idée", mais je ne la vois même pas.

Je pense que l'erreur grossière de votre blog n'est pas tant votre opinion que d'amener dans le débat cette idée flasque d'hypocrisie que tout le monde peut s'envoyer à la figure sans que personne ne puisse prétendre ne pas l'être... Et, j'en ai la conviction, si vous avez commis cette erreur c'est que d'avoir une arme à la maison ne vous inspire au fond que très peu, comme beaucoup d'udc que je rencontre, vous n'êtes pas convaincus par l'opposition à cette initiative. Vous vous battez pour nos coutumes et notre identité mais aussi régulièrement pour la sécurité et cette initiative ne concerne que notre sécurité. L'aspect identitaire est une marotte politique qui n'a aucun rapport avec ces "armes inutilisables" à la maison.

Cette initiative n'est pas du tout contre l'armée, au contraire.

Les chiffres de Gassmann sont aussi fantaisistes que son analyse sociologique du meurtre. Les opposants à cette initiative responsable en sont réduits à ce genre gesticulations.

Écrit par : Polo | 31 janvier 2011

"J'invite donc à rejeter cette initiative le 13 février, non seulement parce qu'elle détruit une tradition suisse plusieurs fois centenaire et prépare le terrain pour des conséquences absolument désastreuses en terme de criminalité, mais surtout parce qu'elle est hypocrite."
Quelles conséquences en terme de criminalité ?
L'argument de l'UDC " les criminels sont armés, ne désarmons pas le citoyen", est au moins aussi hypocrite et mensonger que ce que vous reprochez à cette initiative. Car, vous le savez bien, une arme de guerre rangée dans un placard à balais, sans munitions qui plus est, ne sert à rien contre les criminels... A part peut-être attirer leur convoitise.
Quand aux valeurs et aux traditions d'une société, si elles ne changent pas avec leur temps, c'est d'une société morte dont on parle. Un peu d'une langue par exemple, si elle n'évolue pas, n'intègre pas de nouveaux mots, si elle n'est plus adaptée au language, on parle de langue morte. J'ai bien peur, qu'à force d'immobilisme, la société Suisse, les valeurs et traditions Suisses, deviennent aussi désuètes qu'inutiles.
Quand à Hitler, si il a " foutu la paix à la Suisse", ça n'est pas grâce à la bravoure de l'armée Suisse, ne réinventez pas l'Histoire...
Ah le mythe de Guillaume Tell...

Écrit par : jeff | 31 janvier 2011

Excusez-moi de poser une question primaire, mais : Pourquoi retirer au peuple une arme qu'il ne peut utiliser faute de cartouche, avec en plus obligation de l'indemniser pour ce retrait ?

Je trouve cette idée aussi stupide que coûteuse.

Scusez-moi pour cette question trop basique....

Écrit par : Paul | 31 janvier 2011

"Car, vous le savez bien, une arme de guerre rangée dans un placard à balais, sans munitions qui plus est, ne sert à rien contre les criminels... A part peut-être attirer leur convoitise."
Encore une intervention qui démontre que l'initiative est fondée sur deux sujets...donc illégale.

Écrit par : Géo | 31 janvier 2011

@Jeff: "Car, vous le savez bien, une arme de guerre rangée dans un placard à balais, sans munitions qui plus est, ne sert à rien contre les criminels... A part peut-être attirer leur convoitise."

Une arme de guerre rangée dans un placard sert à être aisément disponible quand on veut aller faire du tir au stand le vendredi soir, c'est un symbole du citoyen-soldat, de la confiance qu'il inspire, et de sa responsabilité. Quant au criminel, il ne sera jamais totalement sûr de la dangerosité d'un foyer où existe une arme à feu.

Quant à attirer la convoitise... Rappelez-vous, en 2006: 82 fusils d'assaut, trois pistolets, cinq dispositifs de visée nocturne et de la munition (!) avaient été dérobés par quatre hommes dans l'arsenal de Marly (FR). Vous aviez oublié?
Combien de cambriolages aurait-il fallu commettre chez des particuliers, sans jamais se faire prendre, avant de réunir un tel butin, à supposer que cela soit possible? Toujours ces histoires d'oeufs et de panier!

Écrit par : Stéphane Montabert | 31 janvier 2011

En quoi une Arme est violente ?
Jeter un oeil sur vos yeux un peu, pour voir qu' ils vous trompent l' oeil et, vous verrez si vos idées sur l' Hypocrisie sont bonnes et/ou sûres...
Hélas... Je crois que la Douce vous révolte le coté saltimbanque.
Alors Bataille ! Avec des pistolets à eau, oui, aller, aller, aller pour exemple ! Premiers jouets qui programment à l' avance l' avenir des jeunes enfants !
Vous êtes plus naïf que ces jeunes enfants.
Alors et avec respect...

Ayez une pensée gravissime pour d' autres enfants qui eux font la guerre...Au service des Adultes ! Sérieux.
Adultes ? Mon oeil !

Écrit par : Cristal Gagnante | 31 janvier 2011

@S.Montabert, par effet de boomerang aromatisé de contradictions,ne cherchez point mais plus vous direz ceci ou cela ,plus les gens voteront dans le sens que vous désirez,leur opinion pour la plupart même s'ils ne l'avouent pas va dans le sens de l'UDC,car étonnemmment en Suisse très souvent les votants font preuve de mauvaise foi disant exactement le contraire de ce qu'ils pensent,le fameux secret du vote tel qu'on nous l'avait enseigné est toujours d'actualité,surtout chez les *ringards* qui je vous le rappelle sont très nombreux dans notre pays
bonne journée à vous!

Écrit par : lovsmeralda | 31 janvier 2011

Un chasseur détient un fusil de chasse... pour chasser. Un tireur à l'arc lui détient et bien oui, un arc pour assouvir sa passion. Rien de mal à ça.
Mais que fait un citoyen avec un fusil de guerre à la maison ? Il défend son pays, s'entraine contre une éventuelle attaque. Une attaque de qui ? Contre qui doit-il se défendre ? La Suisse est elle à se point menacée par ses voisins ?
Allons allons, en Suisse, tout le monde le sait, ce sont les banquiers qui défendent, et ont toujours défendu, l'intégrité territoriale, pas les soldats.

Écrit par : jeff | 31 janvier 2011

On attend beaucoup du vote responsable des femmes dans ce débat.
Contrairement à ce que prétendent beaucoup de policiers mobilisés pour la victoire de cette initiative, ce que vous affirmez, Montabert, est fallacieux : "Quant au criminel, il ne sera jamais totalement sûr de la dangerosité d'un foyer où existe une arme à feu."
Comment un criminel peut-il être sûr qu'il y a une arme à feu dans un foyer? Par contre il peut être assez certain aujourd'hui que s'il y a arme, elle est est sans danger car sans munition.

Encore des arguments à cinquante centimes, Monsieur Montabert, vivement des prochaines votations qui vous convainquent davantage...

Écrit par : Polo | 31 janvier 2011

Jeff vous n'avez rien compris, l'arme fait partie de l'équipement du soldat dont il a la responsabilité ! En ce qui concerne les menaces un petit cours en en géostratégie militaire éclairerait vos lanternes !

Non ce ne sont pas nos voisins qui nous menacent,mais les conflit actuels se déclinent comme suit : 1 conflits asymétriques (guerres classiques : Ex yougoslavie, Tchétchénie, Géorgies, Irak ) 2 Asymétrique (conflit : infra-guerrier, terrorisme, insurrection) 3 Dysimétrique (mélange des deux premiers : 2e guerre du Liban Afganistan..)

Dernier point, les buts de l'armée en Suisse : 1 prévenir les conflit, soit la dissuasion classique (qui comprend un partenariat avec nos voisins en matière de surveillance et échanges de données) 2 appuis des autorités pour la sécurités des infrastructures . 3 Aide à la population en cas de catasthrophe.

Écrit par : Steeve | 31 janvier 2011

A Ferdinand R. : Réviser votre traduction : en Hébreu ancien, Dieu a dit : tu n'assasinneras point ! Ce qui laisse la possibilité aux hommes de chasser mais aussi de se défendre !

De plus, les statistiques montrent qu'en retirant l'arme ou la munition, les suicides ne baissent pas, les personnes motivées à commettre l'irréparable utilisent d'autre moyens ! De ce fait cette initiative ne sauvera personne !

Écrit par : Liv | 31 janvier 2011

Etonnant cette initiative ! Elle veut protéger le bon citoyen de notre pays. Mais bizarrement il n’y a que les armes militaires qui sont touchées. Pourquoi les chasseurs ne devraient-ils pas également déposer l’arme dans un arsenal ?
Paradoxalement on demande aux militaires de déposer leurs armes mais rien n’empêche le même militaire de posséder une ou plusieurs armes privées ! Mieux, on devrait déposer notre SIG mais nous aurions le droit de posséder une AK-47 Kalachnikov en privée sous la rubrique « arme de collection » !

Vous ne trouvez pas qu’il y a quelque chose de bizarre ?

AH, le fameux registre national !! Oui génial, sauf que depuis que notre pays est entré dans les accords de Schengen, toutes les armes privées sont déjà enregistrées dedans, donc pas besoin d’un doublon !

Cette initiative ne touche que l’armée mais pas l’ensemble des armes, elle rate sont son principal but : sauvez des vies ! Bref, cette initiative st un leurre qui joue sur l’émotionnel !

Écrit par : Fabrice G | 31 janvier 2011

@ jeff, vous voulez la mort des sociétés de tir ? Vous voulez stopper le plus grand événement sportif qui a lieu en Suisse chaque année (le tir en campagne) ? Vous voulez demander à tous les tireurs d'abandonner leur passion ?

De plus, si, comme vous le dites, une arme sans munition, ne servira pas à se défendre contre un criminel, quel est le but de cette initiative ? Parce que du même point de vue, vous devriez admettre qu'il n'y a aucun risque qu'une arme sans munition puisse servir à se suicider ou à s'en prendre à sa famille.

Encore une preuve que cette initiative ne sert à rien et que les initiants sont des menteurs.

Écrit par : Pascal D. | 31 janvier 2011

"Même si l'initiative reste favorable aux tireurs et ne remet en rien en cause cette activité, on ne peut pas prendre le risque que notre industrie d'armement perde son chiffre d’affaire. Que diraient nos clients Pakistanais ou Israéliens si on leur disait qu’on ne peut plus avoir d’armes à la maison ? C’est comme si votre vendeur du MacDonald vous disait qu’il est végétarien…"

Bien vu !

Écrit par : Bavaux | 31 janvier 2011

"Paradoxalement on demande aux militaires de déposer leurs armes mais rien n’empêche le même militaire de posséder une ou plusieurs armes privées !"
Vous devriez lire les commentaires des autres, mais bon, vous n'êtes pas le seul à n'en rien faire. Tout le monde commente, personne ne lit, dans les blogs comme ailleurs. C'est l'état actuel de la civilisation et cela ne présage rien de bon.
Alors voilà :
"Très juste, Ct, et contrairement à ce que dit Stéphane M, cette initiative aurait dû être refusée à la base parce qu'elle porte sur deux sujets distincts, ce qui n'est pas admissible :
-le droit des soldats de garder leur arme d'ordonnance, de manière à pouvoir pratiquer leurs tirs militaires, ce qui serait impossible si l'arme est rendue à l'arsenal, ou alors coûterait des fortunes à l'économie nationale, ce qui ne serait plus admis...
- le droit des citoyens à posséder une arme à la maison. Personne face à un flic borné ne peut justifier d'un besoin de posséder une arme, donc personne n'aura plus d'armes à la maison. C'est un des buts clairement exprimés par les initiants.

Écrit par : Géo | 31 janvier 2011

Steeve, votre connaissance en Géostratégie est navrante ! La Suisse n'est concernée par aucun de ces conflits. Une insurrection en Suisse ? Quand bien même, ça ne serait pas une armée de milice qui pourrait nous en protéger. Allons allons, Steeve, un peu de sérieux. Mais c'est vrai, l'armée rend des services en cas de catastrophe.
De plus, on ne parle pas d'abolir l'armée ? On parle d'abolir une tradition qui n'a plus lieu d'être.
Une arme de guerre sans munition, que l'on conserve à la maison comme preuve d'un soit disant patriotisme, ne sert à rien.
Si l'on retire plus d'1 million d'armes de guerre de la circulation, c'est toute la société qui devient plus sûre.

Écrit par : jeff | 31 janvier 2011

Erreur, Fabrice : cette initiative aurait dû être refusée à la base parce qu'elle porte sur deux sujets distincts, ce qui n'est pas admissible :
-le droit des soldats de garder leur arme d'ordonnance, de manière à pouvoir pratiquer leurs tirs militaires, ce qui serait impossible si l'arme est rendue à l'arsenal, ou alors coûterait des fortunes à l'économie nationale, ce qui ne serait plus admis...
- le droit des citoyens à posséder une arme à la maison. Personne face à un flic borné ne peut justifier d'un besoin de posséder une arme, donc personne n'aura plus d'armes à la maison. C'est un des buts clairement exprimés par les initiants.

Écrit par : Géo | 31 janvier 2011

"Si l'on retire plus d'1 million d'armes de guerre de la circulation, c'est toute la société qui devient plus sûre."
Je ne peux pas croire que ce type existe. Une telle connerie est impensable...
Il y a entre deux et quatre millions d'armes en Suisse. Qu'est.ce qu'on fait, Jeff, on supprime tous les Suisses pour rendre la Suisse plus sûre, et on ne laisse y vivre que les Kosovars trafiquants de femmes/drogue/armes/organes, les Africains de l'Ouest trafiquants de drogue, les Moldaves psychopathes et bourreaux, les Géorgiens voleurs par culture, vocation, raison d'être ?
Hein, qu'est-ce qu'on fait ?
C'est une vision pessimiste ? Je ne fais que lire la presse, qui est gauchiste à 97%, c'est les journalistes qui le disent et ils en sont fiers.

Écrit par : Géo | 31 janvier 2011

Vous êtes une caricature, Géo. Heureusement, vous êtes en voie d'extinction.

Écrit par : jeff | 31 janvier 2011

"Si l'on retire plus d'1 million d'armes de guerre de la circulation, c'est toute la société qui devient plus sûre"
Merci Jeff!
Même s'il est certaines évidences que des hommes frustrés préfèrent ignorer.

Écrit par : Polo | 31 janvier 2011

Je suis peut-être une caricature Jeff, et j'en suis fier. Vous, vous êtes un con et je suis sûr que vous en êtes fier aussi.

Écrit par : Géo | 31 janvier 2011

Géo, un jeune con comme moi, à de toute façon plus d'avenir qu'un vieux con comme vous.

Écrit par : jeff | 31 janvier 2011

Je rajouterais que je m'excuse auprès de Stéphane pour la tournure prise par le débat.

Écrit par : jeff | 31 janvier 2011

"Je rajouterais que je m'excuse auprès de Stéphane pour la tournure prise par le débat."
Ben voyons. Malheureusement, le ripoux s'interpose dans le débat. Je n'ai pas écrit cela : "Je suis peut-être une caricature Jeff, et j'en suis fier. Vous, vous êtes un con et je suis sûr que vous en êtes fier aussi."
Cependant, je serais très intéressé de savoir ce qui est caricatural dans mon discours qui répond au vôtre...
Je répète : il y a 4 millions d'armes en Suisse et en 10 ans, il y a eu deux ou trois affaires qui ont mis en cause des armes d'ordonnance : la tuerie de Zoug, mais avec un tel psychopathe, il n'y a guère de doute sur le fait que l'origine de l'arme ne compte pas.
La tuerie dans une mosquée de Renens par un Kosovar fou auquel des imbéciles ont donné la nationalité suisse.
L'assassinat d'une jeune fille à Zurich par un Chilien fou auquel des imbéciles ont donné la nationalité suisse.
Est-ce vraiment un problème d'arme d'ordonnance à la maison ou un problème de bradage de la nationalité suisse ?
Poser la question, c'est y répondre...

Écrit par : Géo | 31 janvier 2011

Tiens, géo qui porte si bien son pseudo est de retour. Ne nous laissons pas abuser, géo n'est pas ici pour débattre mais pour insulter ses très nombreux adversaires. Il le fait régulièrement chez Laufer, Père Siffleur, Hubler, ici, etc. Il n'y a qu'à la laisser se finir tout seul dans son coin en éclusant son chasselas qu'il adore.

Écrit par : André | 31 janvier 2011

En tout cas, vous vous cassez la pipe ! Quelle goût ça a une arme ? Elle existe au chocolat ?
C' la s' mange, ça s' boit ? Oh trop froid pour moi.
Merci.
Sale fric !
Pour tous ceux qui se mangent et se boivent entre eux.
C' est grave d' en arriver là... Bientôt ce sont les pilules qui vont remplacer le pouvoir des tripes ! La maladie, c' est tout un terrain à traiter et à prendre en compte pour qui veut guérir en profondeur. Trouvez la source pour y revenir sinon c' est la cata. pour le corps, y compris médical.
D' accord ? ! C' était un avertissement ! Maintenant, j' espère que vous êtes au courant qu' être des imbéciles, c' est vital aux ignorants... Pour savoir qu' il reste encore de la place au savoir dans leur grosse tête ! Et... En route vers la Reconnaissance !

Écrit par : Cristal Gagnante | 31 janvier 2011

"Une arme de guerre sans munition, que l'on conserve à la maison comme preuve d'un soit disant patriotisme, ne sert à rien"

Donc, une fois de plus, à quoi sert cette initiative si une arme sans munition ne sert à rien, même pas à se suicider ?

De là à dire qu'on dépense l'argent du contribuable pour des conneries inutiles .......

Écrit par : Pascal D. | 31 janvier 2011

En tant que président de l'Association suisse des amoureux des guns (ASAG), on ne veut pas placer notre arme à l'arsenal, mais pouvoir la garder à la maison:

- pour pouvoir la nettoyer quand notre copine nous fait chier
- pour pouvoir la regarder pendant les weekends (l'arme, pas la copine)
- pour pouvoir dormir avec. Et la caresser (idem)

Les gauchistes communistes qui veulent nous l'enlever n'ont qu'à venir la chercher (la copine, pas l'arme).

Écrit par : Sean Bardet, président de l'Association suisse des amoureux des guns (ASAG) | 31 janvier 2011

Pour mettre la bonne humeur au travail, je découvre que des collègues s'envoient cette phrase hallucinante de Montabert : "Une arme de guerre rangée dans un placard sert à être aisément disponible quand on veut aller faire du tir au stand le vendredi soir, c'est un symbole du citoyen-soldat, de la confiance qu'il inspire, et de sa responsabilité."
Il semble ce matin que ça fait même rire les enfants. Merci le clown de Renens!

Écrit par : Vanitas | 01 février 2011

Pour mettre la bonne humeur au travail, je découvre que des collègues s'envoient cette phrase hallucinante de Montabert : "Une arme de guerre rangée dans un placard sert à être aisément disponible quand on veut aller faire du tir au stand le vendredi soir, c'est un symbole du citoyen-soldat, de la confiance qu'il inspire, et de sa responsabilité."
Il semble ce matin que ça fait même rire les enfants. Merci le clown de Renens!

Écrit par : Géo (faux) | 01 février 2011

Pour mettre la bonne humeur au travail, je découvre que des collègues s'envoient cette phrase hallucinante de Montabert : "Une arme de guerre rangée dans un placard sert à être aisément disponible quand on veut aller faire du tir au stand le vendredi soir, c'est un symbole du citoyen-soldat, de la confiance qu'il inspire, et de sa responsabilité."
Il semble ce matin que ça fait même rire les enfants. Merci le clown de Renens!

Écrit par : Vanitas | 01 février 2011

"Il semble ce matin que ça fait même rire les enfants."

Seulement ceux qui ont été très mal éduqués par des parents irresponsables.

Écrit par : Scipion | 01 février 2011

Je crois surtout que Géo sait enfin qui abuse de son pseudo. Désolé Vanitas, mais pour écrire ici vous devrez renouveler votre adresse IP.

Vanitas, encore un qui va trouver ça nettement moins drôle le 13 février...

Écrit par : Stéphane Montabert | 01 février 2011

Chez Montabert et ses amis anti, il y a quelque chose de l'ordre de la fascination pour les armes à feu et le pouvoir qu'elles sont censées apporter. Ce qqchose de morbide et/ou de puéril, bien des militaires et des flics l'ont repéré et se mobilisent aujourd'hui pour cette initiative.
En effet il y a peu de chance, aux vues des dernières nouvelles inquiétantes du Maghreb en particulier, que cette initiative passe. Pourtant cette mobilisation massive des Suisses les plus experts sur la question de l'armement individuel (militaires & police) donne à espérer, en plus des sondages, que le peuple saura qui suivre et acceptera cette initiative.

Écrit par : Polo | 01 février 2011

Certains se mettent à jouer au tennis parce que papa y joue. D'autres, c'est le foot, d'autres le hockey. D'autres, ce sera le billard ou le hornuss. Moi, c'est le tir sportif.

Mais détrompez-vous Polo. Personnellement, je n'ai pas besoin d'astiquer mon engin pour me sentir viril.

Quant au fait que les militaires ou policiers soient experts sur la question de l'armement, laissez-moi rire. Qu'ils sachent utiliser une arme, soit. Mais qu'ils sachent quelles seront les conséquences de cette initiative, à d'autres.

Mais encore une fois, aucun de ceux qui sont favorables à cette initiative ne veut répondre à ma question (qui découlait d'une remarque de Jeff) :

"Une arme de guerre sans munition, que l'on conserve à la maison comme preuve d'un soit disant patriotisme, ne sert à rien"

Donc, une fois de plus, à quoi sert cette initiative si une arme sans munition ne sert à rien, même pas à se suicider ?

Écrit par : Pascal D. | 01 février 2011

Pascal, je vous retourne la question. Puisque vous admettez que ça ne sert à rien, alors pourquoi garder un objet très dangereux ( une arme de guerre), à très forte portée symbolique. En effet, suivant de quel point vue on se place, du votre, conserver une arme de guerre à la maison est un acte patriotique, d'auto-déefense, de liberté, etc.. pour moi, je trouve un peu ridicule et désuet ceux qui croient que leur patriotisme se mesure au fait qu'ils possèdent une arme censée les protéger et protéger leur pays. Ridicule, désuet et dangereux, car avec ces valeurs, on se rapproche de la barbarie, et l'on s'éloigne de la civilisation.
Le fait que vous fassiez du tir sportif, ne vous place pas pour autant dans le camp des barbares.

Écrit par : jeff | 01 février 2011

Pascal D@ C'est curieux mais je vois la réponse à votre question dans ses termes-mêmes. Et donc de vous retourner la question : à quoi ça sert de distribuer des armes aux jeunes suisses puisqu'elles ne servent à rien? Sinon à multiplier les risques, non? Et une fois encore, cette initiative ne vise ni l'armée dans son principe ni le tir sportif.
Enfin si je considère le gens qui ont appris professionnellement à se servir d'une arme, je pense que ces mêmes personnes seront mieux renseignés, en particulier la police, sur les problèmes et les exigences que soulève la possession d'une arme à feu. Et si tant parmi cette population militent pour cette initiative, ce me semble une bonne raison de s'intéresser à leurs arguments.

Écrit par : Polo | 01 février 2011

Jeff, votre argumentation sur l'arme de guerre se tient, et je connais de nombreuses personnes sensées, gradées à l'armée, qui sont sensibles à ces arguments : vu le niveau de débilité de nos jeunes, le caractère de plus en plus hétéroclite de leurs cultures, il devient difficile de confier à ces jeunes fils à maman une telle responsabilité. A noter qu'on devrait aussi leur interdire de rouler en moto ou en voiture avant 30 ans, dans ce cas...
Mais l'initiative a un autre sujet aussi : le droit de posséder une arme civile à la maison, parce que personne ne peut justifier d'un besoin quelconque, puis qu'il existe une police.
Alors parlons de la police : il y a quelque temps, 6-12 mois, une vieille dame a appelé la police de Montreux parce qu'un individu cherchait à rentrer chez elle au milieu de la nuit. Réponse du policier de garde : nous viendrons seulement si vous payez une caution de plusieurs centaines de francs. Vous imaginez la tête que vous feriez dans ces circonstances ? Il parait que le policier a reçu une petite réprimande pour cette infâmie, mais en est-on vraiment sûr ? A Genève, si vous faites le 117, vous avez très peu de chances d'obtenir une réponse. Tout le monde est très occupé. A quoi, mieux vaut ne pas le savoir, cela nous déprimerait encore plus.
Je crois sincèrement que c'est une grave erreur de faire confiance à la police. Cela fait des années que cette dernière a essayé d'arrêter des criminels. Elle a dû déployer de gros efforts pour ce faire, avec des heures de planque dans le froid de nuit ... pour voir un petit juge relâcher en cinq minutes le dangereux criminel. La réaction de la police, c'est "puisque c'est comme ça, on laisse tout faire, les citoyens se débrouilleront avec les juges que les partis politiques nomment. Ces partis politiques sont les partis de la démission, les rad/soc ou les soc/rad, blanc bonnet ou bonnet blanc. La preuve, les jeunes radicaux sont moins hypocrites que leurs aînés : ils sont pour l'interdiction des armes, main dans la main avec la gauche extrême, qui veut la fin du capitalisme, de l'armée et chante l'Internationale à la fin de ses congrès...

Écrit par : Géo | 01 février 2011

"Ridicule, désuet et dangereux, car avec ces valeurs, on se rapproche de la barbarie, et l'on s'éloigne de la civilisation."

Parce que la civilisation, c'est le désarmement ? Et bien, les vrais barbares, ils vont avoir beau chpile, avec des gens comme vous en face d'eux !!!

Écrit par : Scipion | 01 février 2011

(Jeff, avez-vous remarqué que dès que vous écrivez le mot barbare, c'est comme un coup de sifflet pour Scipion, il raboule ventre à terre pour nous expliquer que "les autres", ce sont les barbares et que nous sommes comme les romains etc... C'est pathétique surtout qu'en général il finit par insulter ceux qui s'opposent à cette stupide réduction historique mais tellement rassurante.)

Écrit par : Polo | 01 février 2011

J'ai connu, il y a bien des années, un vieux type qui avait été récupérateur de métier... A l'époque, on disait chiffonnier.

Il m'avait parlé d'une vague de pacifisme qui avait traversé la Suisse et qui avait conduit d'anciens soldats à se débarrasser de leurs mousquetons. "Par stères entiers", me dit-il...

C'est que tous les espoirs étaient permis : cette année-là, à Vienne, se déroulait l'annuel Congrès universel de la paix et, à Genève, la Conférence mondiale du désarmement...

Cette année-là, c'était 1932 !!!!

Écrit par : Scipion | 01 février 2011

" C'est pathétique..."

Ce qui est pathétique, c'est que vous ne soyez pas en mesure de considérer d'une part, dans quel état se trouve notre pays, et d'autre part, dans quel état les "barbares" laissent les pays qu'ils quittent, parce que leurs ancêtres à eux, à la différence des nôtres, n'ont su ni édifier, ni conserver, ni transmettre...

Écrit par : Scipion | 01 février 2011

A lire absolument ce matin dans le Temps les propos d'André Kuhn, professeur de criminologie aux universités de Lausanne, Neuchâtel et Genève, qui s'adresse à vous messieurs, et à vos arguments qui ne tiennent pas la route une second face à la réalité, au bon sens, et à une idée de la civilisation qui apparemment vous échappe.
Evidement, si vous avez peur de tout, je comprend que vous ayez besoin d'une arme pour vous rassurer.
Scipion, nous sommes aujourd'hui en 2011. Et si l'Histoire doit se répéter, ayons plutôt peur des forces d'extrême droite qui sèment la haine et l'injustice plutôt que des pacifistes !

Écrit par : jeff | 02 février 2011

A Jeff : a lire également les propos du Professeur Dimitry Queloz qui démontrent le contraire !!

Écrit par : Steeve | 02 février 2011

Steeve, il a écrit quoi ? Ou ? Qui est-ce ?
Je veux bien le lire, mais il vous faudrait être un peu plus précis svp.

Écrit par : jeff | 02 février 2011

Le Temps !

Écrit par : Steeve | 02 février 2011

@jeff: je viens de lire les propos d'André Kuhn. Son argument choc: "il n'y a en effet que la mauvaise foi pour ne pas vouloir admettre que dans une société dans laquelle on accroît les risques de commettre des infractions il y aura davantage d'infractions que dans une société dans laquelle on diminue ces risques."

Démonstration à deux sous qui n'explique en rien pourquoi une société comme la Suisse, où les armes sont disponibles en abondance, est bien plus paisible que d'autres sociétés où les armes sont sévèrement réglementées. Mais naturellement je dois être de mauvaise foi, puisque selon la rhétorique de M. Kuhn il n'est pas possible pour un individu de bonne foi d'être en désaccord avec lui.

Désolé, mais tout ça ne casse pas trois pattes à un canard.

Je passe sur son appel ironique à distribuer des armes à tout le monde, ce dont il n'a jamais été question. Droit de posséder une arme n'est pas Obligation de posséder une arme...

Et ce type est professeur d'université! On est pas sorti de l'auberge...

Écrit par : Stéphane Montabert | 02 février 2011

"Scipion, nous sommes aujourd'hui en 2011. Et si l'Histoire doit se répéter, ayons plutôt peur des forces d'extrême droite qui sèment la haine et l'injustice plutôt que des pacifistes !"

Désolé, mais je connais mes classiques :

"Le pacifisme signifie laisser les non-pacifistes prendre le contrôle." (Oswald Spengler - 1880-1936).

Et moi, les pacifistes, je les ai entendus beugler "Plutôt rouges que morts", ce n'est pas grâce à eux que le communisme s'est effondré.

Si ces brèles l'avaient emporté, il serait encore là !!! Mais je n'imagine pas que ça puisse vous donner à réfléchir.

Écrit par : Scipion | 02 février 2011

"Son argument choc: "il n'y a en effet que la mauvaise foi pour ne pas vouloir admettre que dans une société dans laquelle on accroît les risques de commettre des infractions il y aura davantage d'infractions que dans une société dans laquelle on diminue ces risques."

Et puis on ne voit pas en quoi le fait d'avoir une arme à domicile "accroît les risques de commettre des infractions", parce qu'à ce taux-là tout ce qui n'est pas supprimé, absolument tout, "accroît les risques de commettre des infractions", puisque tout ce qui existe peut être un facteur ou un cadre d'infractions. Et il faudrait commencer par interdire la reproduction, qui est à l'origine de tous les criminels.

"Et ce type est professeur d'université! On est pas sorti de l'auberge..."

C'est le moins qu'on puisse dire :o)

Écrit par : Scipion | 02 février 2011

Il y a quelques semaines, Montabert nous assurait que la Suisse était en train de devenir un paradis pour les délinquants étrangers.
Aujourd'hui alors qu'il s'agit de se défaire de son arme de guerre, il affirme tout le contraire:
"pourquoi une société comme la Suisse, où les armes sont disponibles en abondance, est bien plus paisible que d'autres sociétés"

Allez comprendre... Je crois que ça s'appelle de la politique politicienne et c'est vraiment très mauvais. L'udc ne cherche que le pouvoir, pas le bien du peuple! Et bien sûr, comme Grangier, SM réfute toute idée d'expertise sur la question, seul son bon sens lui paraît digne de confiance et surtout pas les universitaires qui ne sont qu'en très faible minorité adhérents aux thèses d'extrême droite de l'udc.

Écrit par : Polo | 02 février 2011

Polo : je crois que c'est simple à comprendre.

Les fusils d'ordonnance sont réservés aux Suisses.

Les délinquant étrangers sont... étrangers.

Evidemment, pour un Degauche, qui est frappé d'absence mentale dès qu'il est question d'une distinction entre nationaux et étrangers, qui devient littéralement aveugle face à cette réalité, c'est difficile à comprendre.

Je vous assure que pour un homme normal, c'est tout simple.

Écrit par : Robert Marchenoir | 02 février 2011

"Allez comprendre..."

...la nuance entre "être" et "être en train de devenir", il semble que ce ne soit pas de la tarte pour tout le monde...

Tribune de Genève, du 28.12.2010 : "Le grand banditisme des banlieues menace la Suisse"

Le Temps, du 3 décembre 2010 : "La Suisse est la mine d’or des braqueurs"

Le Matin, du 22 août 2010 : "La Suisse est devenue l'eldorado des braqueurs français"

"Je crois que ça s'appelle de la politique politicienne et c'est vraiment très mauvais."

Tu l'as dit bouffi.

"Et bien sûr, comme Grangier, SM réfute toute idée d'expertise sur la question..."

C'est dommage, parce que ça l'obligerait à rectifier son optimisme à la baisse, quant la paisibilité de la Suisse.

Écrit par : Scipion | 02 février 2011

Aujourd'hui avec cette initiative pour plus de sécurité, c'est très significatif la position de l'udc pour qui s'interroge sur sa position politique. Ne pas suivre les avis de l'armée, ni la police et naturellement aucun expert (s'il n'est pas millionaire) Juste se battre pour son pré carré, ses privilèges, une ligne dure qui est très à droite de la droite, à l'extrême droite.

Écrit par : Polo | 02 février 2011

Tient, bizzarre, le pédophile qui vient d'avouer avoir abusé 120 gamins n'est pas étranger. Mais alors, les Suisses aussi savent être des criminels ? Je croyais qu'ils étaient tous de bons petits soldats...

Écrit par : jeff | 02 février 2011

"Mais alors, les Suisses aussi savent être des criminels ?"

Ben évidemment... Ils représentent quand même 30 % de la population carcérale et ils ne sont pas tous victimes d'erreurs judiciaires, qu'est-ce que vous alliez imaginer ?

Il y en a vraiment qui trimballe une de ces couches :o) Ils ont toujours l'air d'être tombé de la dernière pluie et d'avoir découvert la lune en regardant le doigt...

Vous devriez lire la chronique des tribunaux, jeff, dans les journaux. Vous verriez que nous avons aussi notre lot de racailles et que c'est même la principale raison pour laquelle nous n'avons pas besoin d'en importer des pays voisins ou plus lointains.

Écrit par : Scipion | 02 février 2011

"il n'y a en effet que la mauvaise foi pour ne pas vouloir admettre que dans une société dans laquelle on accroît les risques de commettre des infractions il y aura davantage d'infractions que dans une société dans laquelle on diminue ces risques."
Je trouve que le terme de "mauvaise foi" est mal choisi, comme l'idée d'hypocrisie dans le titre de ce blog. Ce sont des mots vides dans un débat politique.
Non, au fond ce n'est pas la mauvaise foi qui emêche d'accepter la réalité, c'est un désir de pouvoir qui pousse à manipuler toute la réalité pour l'instrumentaliser à ses fins.
Et on en arrive à ce paroxysme où dans l'armée, la police on milite pour une meilleur protection contre les armes à feu, pour cette initiative et qu'un parti identitaire sans cesse dans la surenchère sécuritaire, l'udc refuse de soutenir cette initiative par stratégie politique. Du coup on a le sentiment régulier chez Montabert qu'il est de très mauvaise foi, ce qui passe l'envie d'un vendredi soir avec lui au stand de tir...

Écrit par : Polo | 02 février 2011

"Il n'y a en effet que la mauvaise foi pour ne pas vouloir admettre que dans une société dans laquelle on accroît les risques de commettre des infractions il y aura davantage d'infractions que dans une société dans laquelle on diminue ces risques."

Je ne connais pas ce qui suit et ce qui précède cette phrase de Monsieur le Professeur d'Université qui est Contre les Armes.

A cette réserve près, la mauvaise foi consiste à écrire une phrase pareille. En effet, elle est aussi utile au débat qu'une proposition qui consisterait à dire : plus on va vite, et plus on est rendu tôt à destination.

En d'autres termes, c'est une évidence. Une tautologie. Qui ne fait pas avancer la discussion d'un poil.

Le fond du débat consiste à savoir si les fusils d'ordonnance à la maison augmentent les risques, ou, au contraire, les diminuent.

J'irai plus loin : il consiste à balancer les risques du fusil à la maison (il est évident qu'ils ne sont pas nuls) avec ses avantages (que Monsieur le Professeur d'Université a tendance à oublier).

Allons encore plus loin. Il convient de se poser la question : risques pour qui ? avantages pour qui ?

Si l'on admet qu'un fusil risque de tuer quelqu'un (même si les munitions de dotation sont en principe inaccessibles), il faut se demander qui risque d'être tué, et si cela est un mal, ou, au contraire, un bien.

Les Degauche ont tendance à partir du principe que c'est toujours un mal que quelqu'un soit tué. Mais c'est faux. Si c'est un méchant, un criminel, un ennemi, cela peut être un bien, relatif, certes, mais un bien tout de même.

La politique ne consiste pas à éliminer tous les risques. Elle consiste à choisir les bons.

Écrit par : Robert Marchenoir | 02 février 2011

"Les fusils d'ordonnance sont réservés aux Suisses. Les délinquant étrangers sont... étrangers" (

Comme on l'a appris, ce peuple ignore plus ou moins l'infraction, ses prisons débordant de criminels étrangers.

Je crains que cette réduction débile ajoutée à celle, sournoise "d'un fusil chez soi contre l'islam terroriste" ne permette aux opposants type udc de gagner.
En Suisse, l'heure ne semble pas aux décisions courageuses & responsables mais au repli identitaire. Bonne nuit!

Écrit par : Polo | 02 février 2011

"Je crois sincèrement que c'est une grave erreur de faire confiance à la police. Cela fait des années que cette dernière a essayé d'arrêter des criminels. Elle a dû déployer de gros efforts pour ce faire, avec des heures de planque dans le froid de nuit ..." Pour voir l'UDC et Blocher ministre de la justice échouer magistralement dans les négociations d'accords de réadmissions de ces criminels. Les populistes sans solutions aux beaux discours!

Que proposent les débiles de la gachette? Oeil pour oeil: une balle dans la tronche des dealers du quartier. Le retour au bon vieux Western! La riposte des criminels, l'escalade de la violence... Etre Suisse, c'est avant tout être civilisé. Que les juges soient bons ou pas.

Écrit par : Philippe | 03 février 2011

"Si l'on admet qu'un fusil risque de tuer quelqu'un (même si les munitions de dotation sont en principe inaccessibles), il faut se demander qui risque d'être tué, et si cela est un mal, ou, au contraire, un bien."
Robert Marchenoir, j'espère pour la Justice que l'on vous retiré votre arme d'ordonnance. Ce qui nous sépare de la barbarie et nous fait entrer dans le monde civilisé, c'est que nous avons su, ou nous essayons de nous prémunir de ce genre de comportement consistant à faire la justtice soit même, avec ce que l'on pense être du bon sens, et qui est en fait de l'instinct animal. Vous nous prouvez le bien fondé de cette iniitative. Le fusil militaire, entre des mains comme les votres, nostalgique des marches noires et des chemises grises, est un danger pour la civilisation. Qui nous prouve qu'un jour, nous, les "Degauche", comme vous semblez tant les haïr ( mais vous haïssez tout le monde), nous ne finissions pas par devenir les " ennemis", les " méchants", avec les intellectuels, les artistes, et tous ceux qui ont décidé de ne pas vous ressembler.
Contre ce genre d'idée, pour protéger le peuple de la violence des armes, de la vengeance et de la haine, le 13 Février, VOTONS OUI.

Écrit par : jeff | 03 février 2011

"Ce qui nous sépare de la barbarie et nous fait entrer dans le monde civilisé, c'est que nous avons su, ou nous essayons de nous prémunir de ce genre de comportement consistant à faire la justtice soit même, avec ce que l'on pense être du bon sens, et qui est en fait de l'instinct animal."

Vous mélangez tout. Ici la légitime défense d'une part, le fait de se substituer à la justice d'autre part. A partir de là, qu'est-ce qu'on peut bien vous dire ? Ben, rien !

Écrit par : Scipion | 03 février 2011

Pour faire suite à la navrante intervention de Jeff (deux crans plus haut), je rappelle ce qu'a écrit Thomas Hobbes (1588-1679) à propos de la légitime défense :

"L'obligation des sujets envers le souverain s'entend aussi longtemps, et pas plus, que dure la puissance grâce à laquelle il a la capacité de les protéger."

"...le droit que, par nature, les humains ont de se protéger eux-mêmes, quand personne d'autre ne peut le faire, ne peut être abandonné par aucune convention."

"La fin de l'obéissance est la protection, où qu'elle se trouve, dans sa propre épée ou dans celle d'un autre..."

Écrit par : Scipion | 03 février 2011

Je mélange tout dites vous. Et vous, comme contre-argument, me sortez un catalogue de citations du 17° siècle, époque ou les conflits finissaient en duel à mort.
Quelle cohérence !
Mais, le fusil d'ordonnance n'est semble-t'il pas laissée entre les mains des citoyens pour leur légitime défense.
Dans la légitime défense, il doit y avoir proportionnalité. Si je vous met une gifle dans la rue, et que vous m'envoyez une bastos de 22 dans le crâne, on ne peux appeler cela de la légitime défense. De même, si un voleur rentre chez vous, sans armes, et que vous utilisez votre fusil d'assaut pour le faire déguerpir, c'est vous qui irez en prison. Car la société est ( encore) assez bien faite, pour nous prémunir du genre de comportements animal que vous semblez ériger en valeur suprême.

Écrit par : jeff | 03 février 2011

Jeff, je vois qu'il y a en Suisse des Degauche encore plus caricaturaux qu'en France, si cela est possible.

Je conclus logiquement de votre intervention que d'après vous, l'armée ne devrait jamais tuer personne, que si un malfaiteur tente de vous tuer vous ne devez pas vous défendre, que tous les intellectuels et tous les artistes sont de gauche, que ce sont des lâches refusant de se défendre et de défendre leur pays, et que vous aimeriez conditionner l'appartenance à l'armée à la conformité avec vos opinions politiques.

Autant de bêtises en si peu de mots, c'est impressionnant.

Ah ! je ne possède pas d'arme d'ordonnance, hélas, étant français. Si vous voulez transformer la Suisse en France, grand bien vous fasse. Vous n'avez qu'à regarder de l'autre côté de la frontière pour voir votre futur. Bon courage.

Écrit par : Robert Marchenoir | 03 février 2011

"Je mélange tout dites vous." Ben ouais, et maintenant, c'est le duel et la légitime défense. Pour le reste, le texte de Hobbes n'a pas pris une ride : l'Etat n'a plus aucun droit sur le citoyen dès lors qu'il n'est plus en mesure d'assurer sa sécurité.

" si un voleur rentre chez vous, sans armes, et que vous utilisez votre fusil d'assaut pour le faire déguerpir, c'est vous qui irez en prison."

Il y a là une anomalie qu'il faudra corriger, en tenant compte de la disproportion naturelle qui existe entre un brave type tranquillement chez lui et deux truands aguerris qui l'agressent.

Notez qu'on peut déjà améliorer sa position en tirant dans le type et, deux secondes plus tard, un coup dit de semonce, dans le plafond (l'inverse n'étant pas conseillé).

Écrit par : Scipion | 03 février 2011

Eh !
Me voilà ! Ô moi ! Une femme ! Qui vous lasse déjà... Peut-être...
J' ai bien une grosse tête malgré un cerveau en p'tit pois...
J'le signale avant qu' cette question vous l' éclate...
Et au cas où je serais réduite à vouloir vous cracher dessus faute de place.
Tant de commentaires pour l' Ego masculin... A c'que j' vois.
C' est quoi la violence des armes, s' il vous plaît ?
Vous qui m' fatiguez avec cette illusion et/ou hallucination venue de
l' aïonaraP! =).

Écrit par : Cristal Gagnante | 03 février 2011

Jeff, vous étiez pourtant averti, ce Scipion n'est pas un interlocuteur, c'est juste un geek du forum 24H qui n'a rien à défendre et qui ne fait qu'aligner les provocations fachos & gratuites. A éviter.

Toutefois, ce qui est piquant c'est de lire sa prose parfaitement insultante alors qu'il cultive son admiration pour l'udc et qu'aucun membre de ce parti n'a jamais sur ce forum pris une quelconque distance avec ses partis pris et ses convictions toxiques.

Contrairement à vos réfléxions qui sont de plus en plus incisives, merci!

Écrit par : Polo | 03 février 2011

L' arme est la proie de l' homme qui, par trop de sensations de violence perçue en lui-même Mal, l'a inventée pour lui faire tout juste l' affaire de s' en charger ! LA VIOLENCE ! ELLE EST LA ! Alors ! Remettons les choses à leur place sans se préoccuper de sa culpabilité ! Quand même ! C' est un véritable bordel chez celui-là. =)

Écrit par : Cristal Gagnante | 03 février 2011

"Démonstration à deux sous qui n'explique en rien pourquoi une société comme la Suisse, où les armes sont disponibles en abondance, est bien plus paisible que d'autres sociétés où les armes sont sévèrement réglementées. Mais naturellement je dois être de mauvaise foi, puisque selon la rhétorique de M. Kuhn il n'est pas possible pour un individu de bonne foi d'être en désaccord avec lui."

Il y avait jusqu'à peu ce que l'on appelait la paix du travail en Suisse et le plein emploi. Aujourd'hui tout est incertain, les emplois sont menacés, l'appauvrissement menace les gens, la globalisation achève de compliquer les choses (et c'est le moins qu'on puisse dire), et tout part en vrille
comme chez nos voisins. La question du "si" quelqu'un peut faire un massacre à la Migros de Renens comme aux USA est grotesque. C'est une question de "quand".

Écrit par : FB | 03 février 2011

Polo, merci. Je n'ai pas l'intention de les faire changer d'avis. Juste de les aiguillonner un peu, et de montrer aux autres lecteurs à quel points leurs arguments sont vides, insultants, fascisants.
"...aucun membre de ce parti n'a jamais sur ce forum pris une quelconque distance avec ses partis pris et ses convictions toxiques."
Polo, ce genre de " partis pris" sont le fond de commerce de l'UDC. Il n'y a qu'à regarder leurs affiches, à peine moins extremistes que les propos de Scipion, ou Marche-noir-chemise-grise, nostalgiques des " ratonnades", des ligues d'extrêmes-droites, et de la nuit des longs couteaux.
Allez Allez, assez ferraillé. Rendez-vous le 13 Février.

Écrit par : jeff | 03 février 2011

"...qu'aligner les provocations fachos & gratuites."

C'est uniquement votre côté chochotte qui vous conduit à les percevoir ainsi, désolé...

"...ce Scipion n'est pas un interlocuteur, c'est juste un geek du forum 24H..."

Sans vouloir vous offenser..., vous êtes sûr que ce n'est pas "troll" que vous vouliez écrire ?

Écrit par : Scipion | 03 février 2011

"Juste de les aiguillonner un peu, et de montrer aux autres lecteurs à quel points leurs arguments sont vides, insultants, fascisants."

Et vous êtes satisfait du feedback, comme on dit aujourd'hui ?

Écrit par : Scipion | 03 février 2011

"C'est uniquement votre côté chochotte qui vous conduit à les percevoir ainsi, désolé..."

Oh Scipion, comme vous voilà cruel !

Écrit par : Corélande (fausse) | 03 février 2011

"C'est uniquement votre côté chochotte qui vous conduit à les percevoir ainsi, désolé..."
Ah Ah Ah
Le niveau des insultes de Scipion sont proportionnelles à son niveau de culture.

Écrit par : jeff | 03 février 2011

"Oh Scipion, comme vous voilà cruel !"

Fausse Corélande, Voulez-vous qu'on se cotise pour lui offrir une cellule de crise psychologique pour lui tout seul ?

Écrit par : Scipion | 03 février 2011

"Fausse Corélande, Voulez-vous qu'on se cotise pour lui offrir une cellule de crise psychologique pour lui tout seul ?"

Oh Scipion, comme vous voilà prévisible !

Écrit par : Corélande (fausse) | 03 février 2011

Dites Jeff, vous oubliez pas le feedback, svp...

Écrit par : Scipion | 03 février 2011

"A peine moins extremistes que les propos de Scipion, ou Marche-noir-chemise-grise, nostalgiques des " ratonnades", des ligues d'extrêmes-droites, et de la nuit des longs couteaux."

Calomnie pure et simple, comme on peut s'en rendre compte en lisant ce fil. Mais qu'attendre d'un gauchiste ? Le mensonge flagrant et l'imputation diffamatoire sont parmi les procédés favoris de la gauche.

Ah, et puis la déformation insultante du nom, aussi. De la part des mêmes personnes qui se posent en défenseurs du "respect" à l'année longue.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

Écrit par : Robert Marchenoir | 03 février 2011

Calomnie... mensonge... imputation diffamatoire...
Non non, il n'y a qu'à lire vos commentaires, à vous et à d'autre, pour constater que vous défendez les thèses de la plus extrême des droites.
assumez.

Écrit par : jeff | 03 février 2011

Jeff : vous êtes un menteur.

Je vous défie de citer un seul de mes commentaires où, comme vous le prétendez, j'appellerais à des "ratonnades", je soutiendrais "des ligues d'extrême-droite", et où je ferais l'apologie de "la Nuit des longs couteaux".

Vous êtes un menteur et un diffamateur.

Écrit par : Robert Marchenoir | 03 février 2011

Monsieur Marchenoir ne fait sans doute pas partie du noyau dur de l'udc, il est sincère et cherche à relativiser l'extrêmisme que l'on colle à ce parti.

C'est là que nous ne pouvons plus vous suivre aussi sincères que soient vos réflexions. La subtilité que vous recherchez n'a d'égal que la grossièreté de la vision cultivée à l'udc: un société scindée en deux, les nationaux et les étrangers, histoire de trouver un bouc émissaire sûr et inoffensif... ou encore "les honnêtes gens" (formule adorée de Le Pen) et les autres: les drogués, les pédés, les chômeurs, les handicapés, les femmes et les profs d'uni...

A cela nous ne pouvons répondre que par des commentaires virulents qui doivent vous paraître parfois injustifiés.
Mais nous savons que ce que propose l'udc présente de forts risques pour notre paix, c'est d'ailleurs pour cela qu'ils nous abreuvent d'une pensée nationaliste fondée sur le culte de la Paix suisse. Toute les dictatures débordent de discours sur l'importance de la démocratie populaire...

Leur seul interêt, et apparament 30% de la population est en train de se faire berner: conserver des privilèges, éviter l'ouverture et donc casser l'état de droit au nom de la Liberté.

Mais cela M.Marchenoir, comme d'autres qui ne se sont pas farcis le programme politique lisible sur leur site, vous pensez que ce sont des racontards de gauchistes.
Détrompez-vous, personnellement je ne vote que rarement à gauche et j'observe une fronde contre l'udc aussi bien chez des universitaires de droite que chez des industriels de gauche très inquiets par le repli sur soi qu'envisage ce parti, repli sur une théorie ou sur une identité toujours proposé par les extrêmes.

L'udc est de fait une formation politique d'extrême droite - mais l'assumer lui enlèverait sa crédibilité actuelle.

Écrit par : Polo | 03 février 2011

"...j'observe une fronde contre l'udc aussi bien chez des universitaires de droite que chez des industriels de gauche très inquiets par le repli sur soi qu'envisage ce parti, repli sur une théorie ou sur une identité toujours proposé par les extrêmes."

Fabrice Moscheni, qui est fils d'immigré, entrepreneur à la tête d'une startup, et président de la section vaudoise de l'UDC, l'a dit, lors de la Landsgemeinde de Coinsins : "Il n'y a plus que deux partis en Suisse : l'UDC et les autres", il est donc tout naturel que parmi "les autres", il y ait des universitaires de droite et des industriels de gauche.

Écrit par : Scipion | 04 février 2011

"Je vous défie de citer un seul de mes commentaires où, comme vous le prétendez, j'appellerais à des "ratonnades", je soutiendrais "des ligues d'extrême-droite", et où je ferais l'apologie de "la Nuit des longs couteaux".

http://www.fdesouche.com/4019-syndicat-enseignants#comments

"Une affiche qui figurera en bonne place parmi les pièces à conviction du tribunal de Nuremberg où comparaîtront un jour, on peut l’espérer, les chefs du néo-marxisme, de l’immigrationnisme, de l’islamo-collaborationnisme et du politiquement correct."

Écrit par : Bob Laiponge | 04 février 2011

Dites Bob Laiponge,

Je n'ai pas bien compris... Pour vous, le procès de Nuremberg, c'était une forme de ratonnade judiciaire, une sorte de nuit des longs couteaux pénale ou un peu des deux, orchestrés par une ligue d'extrême-droite ?

Écrit par : Scipion | 04 février 2011

Robert Marchenoir, vous voilà vexé par une carricature, ou je fait un vilain jeu de mot avec votre nom, et vous amalgame à l'extrême droite. Evidemment, je ne vous ai jamais vu dire votre nostalgie des "ratonades". Par contre, elles ont existé, et elles ont en commun les principes d'extrême droite que vous défendez dans ce blog: Il nous faut un flingue pour punir les vilains étrangers, ou vous confondez légitime défense et justice expéditive.
Si vous ne voulez pas être amalgamé à ce discours nauséabond, prenez clairement vos distances ! Vous n'en deviendrez pas forcément de gauche.Cessez d'insulter la gauche, qui n'a de seul tort que d'être de gauche. Cessez de défendre systématiquement la rhétorique d'extrême droite.
Voulons-nous, oui ou non nous prémunir de la violence des armes ? Si oui, il faut rendre son fusil militaire, pour ne pas être tenté de se faire justice, ou de rendre sa justice, en fonction de critères raciaux, nationaux, politique etc... Et faire confiance en la justice et la police de ce pays, pour ce qui est de se charger des criminels, qui sont aussi illégitimement armés.

Écrit par : jeff | 04 février 2011

"Malheureusement, il est indéniable que la notion biologique de race n'a AUCUN fondement en ce qui concerne l'espèce humaine."
Réaction de Mr Robert Marchenoir à cette vérité scientifique :
en Juin 2009 :
Il est indéniable que quand vous mettez, dans un plumard, un Suédois (grand, blond, qui regarde des films chiants en noir et blanc), puis une Suédoise (grande, blonde, qui se balade les seins à l'air du matin au soir), il en sort très très très rarement un petit Sénégalais (crépu, noir, au nez épaté, qui brûle des écoles pour passer le temps).
Et vice versa.

C'est ahurissant l'aplomb avec lequel certains peuvent asséner des conneries."

Vos commentaires sur le Web sont édifiants.

Écrit par : jeff | 04 février 2011

Dites Jeff, si vous continuez de refuser de répondre, je devrai conclure que les résultats de votre croisade anti-UDC sont nuls !!! Et je ne voudrais pas être injuste à votre égard et à ceux de vos méritoires efforts...

" Il nous faut un flingue pour punir les vilains étrangers, ou vous confondez légitime défense et justice expéditive."

Ah non, ça, c'est vous ! Pour ne rien arranger, vous avez même réussi à ajouter le duel à la confusion générale que vous aviez créée.

"Et faire confiance en la justice et la police de ce pays, pour ce qui est de se charger des criminels..."

On ne peut plus ! Les tribunaux sont laxistes au-delà de toute complaisance et la police ne fait même plus d'enquêtes de voisinage lors des cambriolages. Là où j'habite, il ne se passe pas une semaine sans qu'un appartement ne soit visité dans un rayon de cinq cents mètres autour de chez moi.

Des arrestations ? Même pas une tous les cinquante cambriolages !

Écrit par : Scipion | 04 février 2011

"Malheureusement, il est indéniable que la notion biologique de race n'a AUCUN fondement en ce qui concerne l'espèce humaine."

Indéniable, indéniable, les avis sont quand même de plus en plus partagés.

Pour ceux qui ne campent pas sur des certitudes politiquement correctes :

"Depuis la parution, en 1972, de l'article de Richard Lewontin intitulé «The Apportionment of Human Diversity» dans Evolutionary Biology, la plupart des scientifiques ont accepté l'opinion que la race est une construction sociale. L'idée a cependant été remise en question par Armand Marie Leroi, selon qui Lewontin a commis l’erreur de prendre les gènes un par un sans trouver celui qui était responsable de la race. Par contre, si l'on prend ensemble un groupe de gènes variables – quelques centaines à la fois – la chose devient très facile à faire. D'ailleurs, une étude menée en 2002 par des scientifiques des universités Southern California et Stanford a montré que si on prend un échantillon de sujets venant de partout au monde et qu'on les rassemble, à l'aide d'un ordinateur, en cinq groupes à partir de leurs similitudes génétiques, les catégories qui résultent renvoient à l'Europe, l'Asie de l'Est, l'Afrique, l'Amérique, et l'Australasie, ce qui correspond plus ou moins aux grandes races de l'anthropologie traditionnelle."

Le texte complet sur le site des Sceptiques du Québec :

http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/iqrace.html

On prendra également connaissance avec profit d'une étude publiée en octobre 2009 par la cèlèbre revue scientifique américaine "Nature"*, "Let's celebrate human genetic diversity" traduite en partie sur le site d'un certain Tancrède Lenormand

http://penserrendlibre.wordpress.com/2010/02/20/les-scientifiques-lancent-un-appel-pour-stopper-la-negation-de-lexistence-des-races/

Pour l'accès aux textes originaux :

http://www.nature.com/nature/journal/v461/n7265/full/461726a.html

* L'un des journaux scientifiques les plus réputés du monde, dit Wikipedia...

Écrit par : Scipion | 04 février 2011

Scipion: je n'aimerais pas être votre conseiller AI
Géo: je n'aimerais pas être votre référent à la Croix Bleue.
Quoi qu'il en soit, on vous préfère tous deux derrière un clavier que derrière un fusil.

Écrit par : JB | 04 février 2011

"Scipion: je n'aimerais pas être votre conseiller AI"

Vous avez raison, j'en ai déjà poussé cinq au suicide.

"Quoi qu'il en soit, on vous préfère tous deux derrière un clavier que derrière un fusil."

Il y a un temps pour tout, parce que l'un n'empêche pas l'autre...

P.S. - A propos des conseillers AI, les veuves ne m'en veulent pas toutes...:o)

Écrit par : Scipion | 04 février 2011

Bob Laiponge :

Jeff vient de reconnaître qu’il est incapable de justifier ses assertions calomnieuses à mon égard.

Mais ça ne vous suffit pas. Vous usez d’un procédé grossier et malhonnête dont les gauchistes sont coutumiers : dès qu’il devient évident qu’ils n’ont aucun argument à opposer à leurs adversaires, dès que leurs accusations sont réduites à rien et révélées pour ce qu’elles sont en réalité, de simples insultes, ils abandonnent la discussion en cours où leur défaite est patente, et vont déterrer, ailleurs sur le Web, quelque propos fragmentaire extrait de son contexte pour tenter à nouveau de salir leur adversaire.

C’est grossier, parce que le sujet de cette discussion est l’initiative suisse sur les armes d’ordonnance, pas un débat auquel j’ai pu participer sur un tout autre sujet, dont tout le monde ignore tout ici (à commencer par vous, qui vous êtes évidemment contenté d’un rapide coup de Google, et par moi, qui l’ai naturellement oublié) ; sujet dont tout le monde se moque au demeurant.

C’est malhonnête, parce qu’en retirant une phrase de son contexte, en allant la chercher en dehors de cette discussion, en dehors de ce blog, en dehors même de ce pays, et en déterrant un commentaire vieux de trois ans, vous vous assurez que personne ne va aller relire dans son intégralité la discussion en question, ce qui, seul, permettrait de répondre pleinement à votre imputation.

C’est malhonnête, enfin, parce que même extraite de son contexte, la citation que vous mentionnée ne prouve nullement que j'appellerais à des "ratonnades", que je soutiendrais "des ligues d'extrême-droite" et que je ferais l'apologie de "la Nuit des longs couteaux".

Si elle avait un quelconque rapport avec le nazisme, ce serait plutôt une déclaration anti-nazie.

Evidemment, pour les Degauche résistants en pantoufles qui, depuis quarante ans, s’imaginent que « nazi » (national-socialiste) est un synonyme de « anti-socialiste », c’est un peu difficile à comprendre.

Depuis qu’ils ont découvert Google et les joies du copier-coller, certains se figurent que cela peut remplacer la pensée. Et la droiture.

Je n’ai pas l’intention de détourner le fil de Stéphane Montabert en ravivant, comme vous m’y poussez, une discussion que vous n’avez nulle légitimité à évoquer, puisque vous n’y avez certainement pas participé. Je dirais simplement que j’assume tous mes écrits sur le Web, y compris celui-là.

Y compris mes anciens écrits de gauche – que vous auriez retrouvé si vous aviez, au moins, appliqué un certain zèle à votre vocation de délateur de pâté d’immeubles pour le compte de la section locale du parti communiste de RDA.

Mais non. Même pas. Délateur, et paresseux.

Écrit par : Robert Marchenoir | 04 février 2011

Robert, "Jeff vient de reconnaître qu’il est incapable de justifier ses assertions calomnieuses à mon égard. "
Je ne cherche pas à me justifier car c'est une caricature. Une caricature du facho. Mais vous savez ce qu'est une caricature n'est ce pas Robert? Je ne vais pas vous l'apprendre.
"Y compris mes anciens écrits de gauche – que vous auriez retrouvé si vous aviez, au moins, appliqué un certain zèle à votre vocation de délateur de pâté d’immeubles pour le compte de la section locale du parti communiste de RDA."

Écrit par : jeff | 04 février 2011

Comme pour la votation sur les minarets, les suisses savent très bien répondre aux sondages d'avant scrutin. Et là encore ils le font.
Dimanche je veux bien prendre le pari du NON.
Le socialisme nivelateur et étatique ne passera pas.

Écrit par : Pierre MICHON | 07 février 2011

Les commentaires sont fermés.