29 janvier 2011

Contre l'hypocrisie sur la violence des armes

Malgré les sondages créditant l'initiative populaire "Pour la protection face à la violence des armes" d'une courte avance à deux semaines du vote, je n'ai aucun doute qu'elle sera repoussée.

Cette tentative de restreindre le droit de détenir une arme n'est ni la première, ni la dernière du genre.

timbre.jpgCette-fois ci, l'angle d'attaque est la sécurité domestique et la prévention du suicide, un argument fallacieux n'abusant pas grand-monde. Comme le fait remarquer un armurier tessinois:

[Celui qui veut tuer ou mettre fin à ses jours] trouve toujours le moyen de le faire, même s’il n’a pas d’arme à feu. Dès lors, pourquoi ne pas interdire les ponts et autres digues, puisque de nombreux candidats à la mort choisissent ces endroits pour se jeter dans le vide?

 

Le journaliste qualifie la remarque de provocation, ce qui explique sans doute pourquoi aucun initiant ne se voit jamais posé cette question impertinente, mais tout à fait recevable. Pourtant, il y a bien plus de suicidés chaque année sur les voies des CFF que de suicides avec l'arme d'un soldat. A quand des barrières anti-suicide sur chaque quai de gare? Ne s'agit-il pas de sauver des vies? Chaque mort n'est-elle pas une mort de trop?

A vouloir prévenir toute violence personnelle et interpersonnelle de façon absolument certaine, il ne reste qu'un endroit sûr en ce bas monde: la cellule capitonnée de l'hôpital psychiatrique.

Mais soyons francs, l'initiative contre la violence des armes n'a pas pour but de préserver des vies, d'accroître la sécurité des familles ou de restreindre la quantité d'armes légalement en circulation, pour le plus grand bonheur des criminels. C'est seulement un moyen détourné de mettre un terme à l'armée de milice.

C'est, en quelque sorte, l'éléphant que les médias se forcent à ne pas voir au milieu du salon.

L'initiative contre la violence des armes déguisant ses intentions, l'ensemble du débat se retrouve faussé, amenant des situations pittoresques.

On notera ainsi que la "lutte contre la violence des armes" épargne chasseurs, collectionneurs et tireurs sportifs. Pourquoi? Des études sociologiques mettraient-elles en avant que ces gens là se suicident moins que les autres avec un fusil? Ou peut-être sont-ils moins enclins à tirer dans le cas de violences conjugales? C'est absurde!

Il y a infiniment moins de contrôles pyschologiques et légaux pour devenir chasseur qu'il y en a pour un militaire de se voir confier un Fass 90. De là, toute l'argumentation sécuritaire s'écroule, puisqu'on s'en prend aux plus responsables et aux mieux formés parmi tous les détenteurs d'armes.

L'esquive délibérée de certaines catégories de tireurs permet également d'écarter d'autres arguments, employés cette fois-ci par les opposants: j'estime que l'initiative "pour la protection face à la violence des armes" ne cherche pas à mettre un terme à la tradition helvétique de tir ni à désarmer les honnêtes citoyens face aux criminels. Ce sont des effets collatéraux tout à fait réels, certes, qui sont autant d'excellentes raisons de rejeter l'initiative, mais ne sont pas selon moi les objectifs principaux du comité.

Son but est de démanteler le principe du citoyen-soldat au coeur de l'armée de milice (en tous cas, ce qu'il en reste...)

Sachant que les initiants sont issus des milieux de gauche et soutenus par le Groupe Pour Une Suisse Sans Armée (GSsA), rassembler les pièces du puzzle est à la portée de n'importe qui.

J'invite donc à rejeter cette initiative le 13 février, non seulement parce qu'elle détruit une tradition suisse plusieurs fois centenaire et prépare le terrain pour des conséquences absolument désastreuses en terme de criminalité, mais surtout parce qu'elle est hypocrite.

Ce n'est pas un péché véniel. Notre vieille démocratie a déjà assez de mal à gérer les "paquets" et autres votations bizarres pour en plus s'accommoder d'un texte ouvertement mensonger sur ses intentions. L'approuver constituerait un fâcheux précédent.

Si des gens souhaitent démanteler l'armée de milice à travers une initiative, ce qui est leur droit le plus strict, qu'ils aient au moins la décence de ne pas déguiser leurs intentions sous de mauvais prétextes.

Et pourquoi faut-il une armée de milice avec une arme à domicile me demanderez-vous? Question importante s'il en est, bien que hors-sujet selon l'intitulé officiel de la votation du 13 février, rappelons-le, puisqu'elle ne vise que les suicides et les violences domestiques... Mais à laquelle je réponds longuement ici.

24 janvier 2011

De l'engagement

Ca y est, c'est fait - l'UDC Renens se lance à la conquête du Conseil Communal. Votez pour la liste n°4!

Ces derniers mois ont été difficiles, et ces dernières semaines encore davantage. La recherche de candidats à mettre sur notre liste a réclamé énormément de temps. C'était un fil rouge que nous tenions à chaque réunion, à chaque discussion sur le marché de Renens, à chaque appel téléphonique à un de nos membres... Une préoccupation constante que d'autres jeunes sections communales de l'UDC partagent sans doute!

Malgré toute cette attention, le résultat est maigre. Au bout du compte, nous ne sommes qu'une poignée de candidats au Conseil Communal de notre ville. C'est bien étrange.

Loin d'inviter à la moquerie, la modestie de notre liste m'a amené à une réflexion sur la difficulté d'être candidat. L'idée de coucher quelques pensées sur l'engagement politique me trottait dans la tête depuis un moment, mais l'agression de Hans Fehr par des extrémistes gauchistes vendredi dernier lui donne un ton particulier.

fehr.jpg
Hans Fehr, interviewé par la télévision suisse alémanique
peu de temps après son agression.

L'agression de M. Fehr n'est malheureusement pas un acte isolé. Ainsi, Toni Brunner, président de l'UDC Suisse, mentionne que "notre secrétaire général Martin Baltisser travaille depuis plus d’un mois dans un bureau sans lumière du jour parce que la fenêtre est toujours barricadée avec des planches."

Le 22 janvier, on apprend que Céline Amaudruz, présidente fraîchement promue à la présidence de l'UDC Genève, est victime de menaces anonymes depuis son élection. Et ces menaces n'ont rien de théorique:

Vendredi soir, alors qu'elle siégeait en commission, sa voiture a été vandalisée pour la troisième fois. (...) «Ce n'est pas un hasard car il s'agit de trois véhicules différents. Quelqu'un me suit», a-t-elle déclaré samedi à l'ATS. Le scénario est toujours le même: vitres brisées, mise à sac de la voiture, puis lettres de menaces expédiées au travail, à la maison, au Grand Conseil ainsi qu'au manège où elle monte à cheval. Vendredi soir, les voitures stationnées à côté de la sienne et appartenant aussi à des députés n'ont pas été touchées, selon elle (sic).

 

Ce ne sont que quelques exemples saillants de la violente pression qui s'exerce chaque jour un peu plus - et un peu plus ouvertement - pour tenter de museler l'UDC. Pensons aussi à la façon dont des militants gauchistes ont profité d'une manifestation pour envahir et saccager les locaux de l'UDC vaudoise à Lausanne, le tout accompagnés par des journalistes! Pensons à la façon dont les autorités de l'Université de Lausanne ont refusé d'accueillir un congrès de l'UDC face à la "pression" de tracts anonymes laissés dans des toilettes! Quelle bonne excuse!

L'agression de M. Fehr représente une nouvelle étape. On a dépassé l'intimidation pour l'agression physique, agression ayant pour but la suppression pure et simple de l'opinion dérangeante. Comme le raconte le conseiller national: "Quelqu'un s'est écrié: «C'est Fehr de l'UDC!» J'ai changé de trottoir et ils m'ont immédiatement attrapé pour me frapper, poursuit-il. J'ai essayé de me protéger avec les bras, puis je suis tombé à terre. Là, ils ont commencé à me donner des coups de pied et j'ai ressenti des douleurs à la poitrine. Je leur ai crié: Vous êtes fous!"

Les agresseurs de M. Fehr avaient parfaitement identifié leur cible et savaient ce qu'ils faisaient. S'ils n'avaient été dérangés, il ne serait peut-être plus de ce monde.

Pascal Décaillet livre sur cette affaire une analyse très pertinente:

Je connais bien Hans Fehr. C’est un homme d’une parfaite courtoisie. Ses combats, il les mène avec des mots, jamais avec les poings. Ce qui lui est arrivé est parfaitement dégueulasse. Inadmissible dans une démocratie. Mais il y a plus nauséabond encore. Ceux qui, tout en condamnant hypocritement l’agression, laissent entendre que l’UDC paierait là le tribut de son style politique, et qu’au fond Hans Fehr ne l’aurait pas volé. Au fond d’eux-mêmes, sans doute se réjouissent-ils de la correction subie par l’un des ténors du premier parti de Suisse.

 

Au fond d'eux-mêmes? Si seulement! Les commentaires du blog de M. Décaillet suffisent à démontrer qu'ils sont rares à avoir cette retenue. Ils se réjouissent ouvertement de l'agression du conseiller national UDC! L'agression serait de sa faute, bien entendu. Toujours cette inversion commode entre l'agresseur et sa victime...

Pour chaque épisode de ce genre, combien de citoyens renoncent finalement à s'engager en politique?

C'est malheureusement dans cette optique que je constate la faible proportion de candidats sur la liste communale de l'UDC Renens ou d'autres communes similaires. Notre section communale est jeune, certes. Elle n'a pas de sortants à représenter, certes. Nous avons certainement commis quelques erreurs, nous avons probablement laissé passer des occasions. Mais Renens est une ville de vingt mille habitants. L'interdiction des minarets - objet soutenu uniquement par l'UDC entre tous - a obtenu 49.5% des suffrages. Dire que l'UDC a un potentiel à Renens relève de l'euphémisme. Nous avons été en contact avec bien des sympathisants, dont la plupart on choisi de refuser de s'engager. Est-ce vraiment parce que chacun était tellement occupé à autre chose? Quelle a été la part de la peur dans leur refus?

Se présenter, c'est s'exposer, prendre un risque. Un risque minime - tout le monde n'est pas Hans Fehr - mais pas dérisoire. Un risque auquel il est si facile de renoncer, en se cachant, en se retirant parmi les ombres... En espérant que d'autres lutteront à notre place.

La popularité d'un parti politique ne suffit pas au succès de ses idées. Il lui faut aussi des candidats pour les défendre. Les agresseurs de M. Fehr, et tout ceux qui dénoncent mollement l'attaque dont il a été victime, l'ont bien compris. Et tant pis, pensent-ils dans leur for intérieur, si la démocratie doit y passer.

19 janvier 2011

Vive les Tunisiens!

Pour la plupart des occidentaux, la Tunisie était, au mieux, une destination de vacances. Elle est maintenant devenue le symbole de la révolution contre les dictateurs.

Personne n'aurait imaginé il y a quelques mois l'horreur de l'Etat mafieux dans lequel vivent dix millions de Tunisiens depuis des décennies. Le 17 décembre, l'immolation volontaire d'un jeune vendeur ambulant, Mohamed Bouazizi, révolté par la saisie de sa marchandise par la police, mit le feu aux poudres. La réaction populaire à la mort de cet homme malheureux et désespéré révéla au monde l'ampleur de la colère couvant contre le régime de Zine El Abidine Ben Ali.

En protestant contre le dictateur, les manifestants savaient bien qu'ils prenaient des risques; Mohamed Bouazizi ne serait pas la dernière victime de Ben Ali. Le week-end du 8 janvier fut le plus sanglant, entre vingt et cinquante personnes perdant la vie suite à des affrontements avec la police du régime.

PC_110114tunisie-manifestation-foule_8.jpg

Le président Ben Ali tenta naturellement d'éteindre l'incendie à coup de promesses: création de 300.000 emplois supplémentaires d'ici 2012, limogeage d'un fusible (le ministre de l'intérieur), libération de certains prisonniers, baisse des prix, jusqu'à l'annonce de son retrait du pouvoir en 2014. Le tout avec une répression savamment orchestrée, le couvre-feu étant décrété dans de vastes zones urbaines pendant que certains "policiers" participaient directement aux pillages.

Rien n'y fit. Loin de se calmer, la population tunisienne redoubla d'ardeur. Craignant pour sa vie, le despote s'enfuit en Arabie Saoudite le 14 janvier.

Depuis, la Tunisie lutte pour un vrai changement de régime et non une remise en question symbolique: tous les sbires de Ben Ali n'ont pas été éloignés du pouvoir, loin de là.

La Tunisie réussira-t-elle à prendre un virage démocratique? Sombrera-t-elle dans le chaos et la violence? Finira-t-elle entre les mains d'une dictature militaire, d'un groupe islamiste, de révolutionnaires marxistes? S'enfoncera-t-elle dans un nouvel enfer pour une génération?

Il est trop tôt pour le dire. Mais malgré les risques, la violence et les vautours, les Tunisiens suscitent l'envie auprès d'autres populations maghrébines asservies: témoins de nouveaux actes désespérés tentant de déclencher en Algérie ou en Egypte le même mouvement populaire, en s'immolant en place publique pour protester contre les régimes en place.

Les Tunisiens doivent relever des défis immenses. Ils s'y attellent avec courage et méritent notre respect.

Et ils ne le reçoivent pas.

Le monde observe la Révolution de Jasmin avec une pudeur déplacée, gênante. Pourquoi personne ne félicite les Tunisiens? Par prudence? Il en faut, certes, mais la Tunisie vit un bouleversement unique. Par mépris? Certainement des autres dictatures de la planète - et elles sont nombreuses - mais pas de nos démocraties occidentales, enfin, on peut l'espérer.

En France, on brille surtout par le manque d'enthousiasme. Après avoir proposé à Ben Ali de l'aide pour "gérer" les manifestations, du bout des lèvres on félicite "le peuple" pour son action - le peuple, cette masse pléthorique et méprisée, sans leader à qui serrer la main devant des photographes. Et encore, uniquement parce qu'il est clair désormais que Ben Ali ne reprendra pas les rênes du pouvoir.

En Suisse, on temporise, on parle d'autre chose. Peut-être est-ce une prudence de bon aloi associée à la neutralité du pays. A moins que l'épisode de la reconnaissance empressée du Kosovo, dont on réalise aujourd'hui qu'elle a surtout servi à légitimer la mafia qui le dirige, ait laissé quelques traces.

Mais de part le monde, il y a bien des gouvernements, bien des chancelleries, bien des ministres des Affaires étrangères qu'on a déjà vu parler à tort et à travers pour moins que ça. Pensons à l'affaire de la "flottille de la paix" par exemple (lire une analyse ici). On cherchera en vain les condamnations du régime Ben Ali après les tueries commises par les "forces de l'ordre" locales, surtout comparées aux protestations conséquentes à une intervention militaire israélienne, quelle qu'elle soit.

Qu'attendent-ils pour dénoncer avec la plus grande fermeté les exactions du régime?

Qu'attendent-ils pour féliciter les Tunisiens?

Qu'attendent-ils pour se réjouir de la fin du régime de Ben Ali? Pour proposer leur assistance à une transition démocratique?

Sont-ils à ce point peu concernés de voir fuir un dictateur? Ou simplement mal à l'aise? Et pourquoi?

Je n'ai pas la réponse, mais rien de positif ne me vient à l'esprit quand j'y pense. En attendant, mes meilleurs sentiments sont pour la population tunisienne.

14 janvier 2011

Le jour où le Temps choisit, courageusement, de disparaître

Si vous êtes allé sur le site du Temps depuis hier, vous avez probablement eu la désagréable surprise de voir qu'on vous demandait de vous inscrire ou de vous abonner avant de consulter le moindre article. Et vous avez probablement préféré aller ailleurs plutôt que de livrer des informations personnelles pour lire un éditorial qui, ironie du sort, essayait de justifier le virage pris par le journal.

Le-temps_0.jpgDans un autre article, ce qui change, mode d'emploi, l'internaute de passage peut lire (s'il a pris la peine de s'enregistrer, donc) la mesure de ce qui l'attend:

La situation change pour [les non-abonnés]. Il faudra désormais s’enregistrer («log in») sur le site du Temps pour lire des articles. Cette inscription est gratuite et rapide, elle permet la lecture gratuite d’un «panier» d’un certain nombre d’articles par mois et la consultation illimitée des archives du Temps, ainsi que celles du Journal de Genève et du Nouveau Quotidien. Une fois le «panier» d’articles épuisé, il faudra s’abonner pour en lire davantage. Le «compteur» est remis à zéro à la fin de chaque mois.

 

On a déjà vu plus sympathique comme accueil!

Aucune information sur la taille de ce panier mensuel, mais, étant arrivé au bout de mon quota dès ma journée de test du nouveau modèle, je pense que les gestionnaires du Temps ont accordé une bien modeste portion aux curieux de passage. Ont-ils pensé que chaque article était écrit sur deux ou trois pages? Et ont-ils pensé à ceux qui s'inventeraient une collection d'inscriptions factices pour lire à l'oeil l'irremplaçable prose du Temps? Au pire, le journal pourra toujours grossir le chiffres des lecteurs de ce public imaginaire...

Mais en réalité, rares seront les lecteurs à s'acharner. On ne me comptera pas parmi eux. Ce serait beaucoup d'efforts pour pas grand-chose. Aujourd'hui aucun journal ne propose plus guère d'information exclusive. Il suffit de quelques clics pour trouver des dizaines de publications et de blogs en accès gratuit sur le moindre thème, la plupart des sources en ligne cherchant surtout l'audience et les revenus publicitaires afférents.

Il est aussi possible de s'abreuver gratuitement aux mêmes sources que les journalistes dans la plupart des cas - les flux de dépêches des agences de presse. On perd la "mise en perspective" faite par un journaliste quand, parfois, elle en vaut la peine; une infographie, une interview, un récapitulatif... Cela vaut-il le prix demandé pour accéder à un journal en ligne?

Les débats autour de l'accès gratuit ou payant à la presse en ligne ramènent à une notion fondamentale, la notion de valeur.

Catherine Frammery essaye de l'expliquer dans les colonnes du journal, avec un succès mitigé:

Ce qu’on paie pour le lire sur le papier doit aussi se payer sur le Net. Cela vous paraît évident? Bravo, parce que depuis quinze ans que les médias traditionnels ont commencé à investir massivement la Toile, ils se mordent les doigts d’avoir (presque) tous déversé leurs contenus sur le Web, pour occuper l’espace, sans réaliser qu’ils cédaient ainsi un peu vite leur précieuse production. Un péché originel qui participe d’une certaine perte de vitesse de la presse écrite, moins affirmée en Suisse mais réelle dans toute l’Europe et aux Etats-Unis. Pourquoi achèterais-je le journal que je peux lire gratuitement sur le Net? Pourquoi, en effet? Parce que ce qui a de la valeur a un coût.

 

Hélas, Mme Frammery, vous vous égarez: coût et valeur ont un lien bien ténu. La valeur est parfois élevée pour un coût dérisoire, voire nul. Pensez aux sentiments rattachée à une photo de famille, à la beauté d'un paysage... La valeur n'est pas qu'une marchandise! Réciproquement, un coût bien réel n'entraîne pas nécessairement la moindre valeur, les innombrables gâchis financiers sont là pour le prouver. L'absence de corrélation démontrable s'explique aisément: si le coût est objectif, la valeur est subjective, propre à chaque individu.

Revenons au raisonnement du Temps, partagé par d'autres journalistes, comme Philippe Barraud de commentaires.com. Selon eux, les écrits des journalistes ont de la valeur, voire une grande valeur. Il est donc légitime d'en faire payer l'accès. Le reste n'est qu'une question de stratégie commerciale sur la meilleur façon d'appâter le client - pardon, le lecteur - sur la marchandise, de fixer le tarif. Hors de cette valorisation de leur travail, point de salut. La publicité des annonceurs est perçue comme une odieuse salissure leur production intellectuelle, une compromission bassement mercantile. Et en fin de compte, la presse gratuite incarne tout ce qu'ils abhorrent.

letemps.jpgLe raisonnement partant de la valeur que le journaliste attribue à son propre travail, forcément immense n'est-ce-pas, il est erroné à la base. Non, messieurs, le monde ne partage pas la haute idée que vous vous faites de vos écrits.

Hélas pour nos journalistes, en plus, c'est face à la concurrence que se mesure le succès. Et pour entrer en concurrence avec les journaux proposant gratuitement un contenu comparable, il faut se lever tôt. Etre incisif, bénéficier d'un large bassin de clients potentiels, proposer des scoops exclusifs, avoir une réputation impeccable...

Faisons le diagnostic du "quotidien de référence" romand:

  1. Le Temps est décemment écrit, c'est un fait.
  2. Son ton social-démocrate convenu ne le distingue guère du lot.
  3. Finalement, son assise cuturelle limitée à la Suisse romande est un handicap irrécupérable.

Ma conclusion est sans appel: le modèle économique choisi par Le Temps depuis hier est suicidaire. Voilà qui va sérieusement miner la crédibilité du quotidien sur les questions économiques, qui étaient son point fort paraît-il...

Choisissant de faire payer ses lecteurs, le journal va disparaître des écrans radars. Il ne sera plus cité dans les blogs, délaissé par les agrégateurs de nouvelles, et oublié par les internautes (après s'être passé du Temps pendant des semaines, qui va se rappeler que le "quota d'articles gratuits" a été gracieusement remis à zéro au début du mois?)

Un journal en ligne a un prix, mais lequel? écrivait Luc Debraine dans les colonnes du quotidien en mars 2010. La question n'est pas tranchée et mérite réflexion; se tromper et c'est la faillite. Or, jusqu'à preuve du contraire, c'est au client de décider de la valeur des choses. C'est à lui que revient la décision finale de consommer ce qu'on lui propose.

Dans un monde où le gratuit est à portée de main, faire payer le lecteur n'était peut-être pas une idée très lumineuse. En attendant qu'ils le réalisent, je souhaite bien du plaisir aux actionnaires du journal!