21 février 2011

L'irrésistible appel de la Démocratie

Alors même que les prudes et les cyniques en appelaient à la retenue, j'étais heureux de saluer ici le succès des Tunisiens.

En ce temps-là, un ministre tunisien fraîchement nommé expliquait dans une interview, depuis les couloirs de Davos où il était invité, qu'il ne fallait pas extrapoler le succès tunisien à l'ensemble du monde arabe, notamment une Egypte qu'on sentait alors à peine frémir: malgré certaines similitudes, les peuples tunisiens et égyptiens n'avaient rien à voir, le niveau d'éducation n'était pas le même, la culture politique des deux pays n'avait rien à voir...

Foutaises!

Il n'y a pas besoin d'être en bonne santé, riche et convenablement éduqué pour réaliser qu'on vit dans une dictature. Au contraire, ceux qui y obtiennent un confort raisonnable ne sont pas toujours enclins à risquer leur fragile situation pour mettre un terme au régime, quels que soient les sentiments négatifs qu'ils nourrissent à son égard.

L'appel de la liberté est profondément ancré dans l'esprit humain, allant de pair avec un sens instinctif de la justice et de l'équité. De Rabat à Sanaa, des millions de gens l'ont compris. Le gros des protestataires sont ceux qui n'ont rien à perdre, fils oubliés mais terriblement légitimes de la corruption et de l'absence de liberté imposées par les élites tyranniques au peuple.

Depuis la plaisante interview du jeune ministre tunisien, contre toute attente Moubarak est tombé. La rébellion s'est répandue dans le Maghreb et la péninsule arabique comme une traînée de poudre.

Libyan flag2.jpgAujourd'hui, les regards sont tournés vers la plus symbolique des dictatures corrompues et violentes de la région, la Libye, qui vit des heures sombres, sanglantes et historiques. Le drapeau de l'ancien régime - avant la prise du pouvoir par Kadhafi - flotte sur la ville rebelle de Benghazi. A Tripoli, la foule marcherait vers le palais du despote. Mouammar Kadhafi finira-t-il sa sinistre carrière de tyran comme il le mérite, pendant au bout d'une corde? Réussira-t-il à ménager sa fuite et celle de son clan, à l'abri dans une autre dictature, avec une partie du trésor extorqué à son peuple? Écrasera-t-il la rébellion dans le sang?

Il est probable que le régime vive ses dernières heures. Mais si la révolte échoue, d'autres suivront, en Libye même. La chute des dictatures régionales a donné des ailes aux Libyens. Elle leur a fait la grâce du poison fatal à tout régime totalitaire: l'espoir que le changement est à portée de main.

Oui, on ne sait pas de quoi demain sera fait.

Oui, les islamistes et les musulmans rétrogrades, haineux, antisémites n'ont pas disparu.

Oui, chaque changement de régime fait le lit des opportunismes.

Oui, pillages et violences sont dramatiques et nuisent gravement à l'activité économique.

Oui, les régime qui émergeront de ces affrontements pourraient être du même tonneau que les précédents.

Mais non, le pire n'est pas inéluctable.

Ces gens ont connu la dictature sous toutes ses formes depuis des décennies, en distinguent toutes les facettes de l'horreur et du mensonge. Sur ce sujet particulier, leur expérience est indépassable. Pourquoi seraient-ils stupides au point d'accepter de retomber dans la même misère? N'importe quelle clique qui tentera d'accaparer le pouvoir rencontrera à nouveau l'opposition forcenée de la rue, avec d'autant plus de vigueur qu'un régime dictatorial naissant est forcément faible. La seule issue est dans le partage du pouvoir, c'est-à-dire la démocratie.

libya_1255875a.jpgUn peuple qui lutte pour sa liberté et qui meurt pour elle ne se laissera pas berner par le premier beau parleur venu.

Je fais le pari que la Tunisie, l'Egypte, le Yémen et la Libye et d'autres encore vont enfin bénéficier de la démocratie. Une démocratie naissante, brutale, imparfaite, violente probablement, pleine de disputes sanglantes, longtemps pauvre, où l'assassinat politique et les attentats seront considérés, pendant quelques années encore, comme des moyens acceptables de faire valoir son opinion. Démocraties primitives sans aucun doute, mais démocraties tout de même; elles évolueront. La liberté de la presse et Internet y pourvoiront, ainsi que la liberté économique d'une société libérée du joug affairiste des anciennes castes dirigeantes.

Il est facile, depuis le confort matériel et la paresse intellectuelle de nos démocraties occidentales, de regarder de haut ces mouvements d'émancipation, d'exprimer ses "craintes" et son "inquiétude" - et de finalement sous-entendre que la stabilité mortelle des régimes dictatoriaux avait son charme. Le cynisme est une posture confortable; à moins que je ne le confonde avec un snobisme mâtiné de racisme.

La Suisse est une vieille démocratie. On y entend parfois des gens se plaindre que l'on vote trop ou trop souvent. Les éditorialistes se lamentent régulièrement des mauvais choix de la populace, invitée à déléguer davantage ses décisions à de prétendus experts. Régulièrement, des voix s'élèvent pour réclamer l'interdiction de partis et d'adversaires politiques contre lesquels ils sont à court d'arguments. Oui, la Suisse est une vieille démocratie, un peu endormie sur ses lauriers - au point d'oser, parfois, peser le pour et le contre de sa liberté et de son indépendance en échange d'un peu de confort.

Quel contraste avec l'autre côté de la méditerranée, où des civils meurent pour accéder à cette liberté!

Ils vivent dans des dictatures. En termes de motivation, ils nous donnent pourtant une sacré leçon de démocratie.

Commentaires

Merci pour prudes et cyniques. A mon avis, vous ne savez pas ce que prude veut dire.
Ce que l'on vous dit, c'est que vous ne savez pas ce que transition veut dire. Qui va récupèrer les billes ? Je vais vous le dire : un nouveau Ben Ali, un nouveau Moubarak et un nouveau Khadafi. Pas sûr que cela soit une bonne idée. Mon ami infirmier à Léo, Burkina-Faso, n'aimait pas le Blaise. Comme tous les Burkinabés. Mais comme il le disait : autant le laisser au pouvoir, il est déjà riche, lui. Le nouveau devra s'enrichir, et il le fera sur notre dos.
On ouvre les paris et on reparle dans trois ans, OK ?

Écrit par : Géo | 21 février 2011

Merci beaucoup pour votre excellent billet plein de respect pour les arabes et leur capacité de trouver leur propre chemin.

Bonne soirée à vous

Écrit par : zakia | 21 février 2011

Votre article montre l'espoir pour ces pays, espoir de liberté et de démocratie, belle leçon pour les aveugles que nous sommes, en France, un peu moins en Suisse je pense, pour avoir laissés certains nous endormir dans l'idéologie mise à mal chez eux et qui nous emchaîne avec leur bien pensance égalitaire ! une servitude dirait "Tocqueville"

Bonne chance à ceux qui croient en la liberté...

Écrit par : JFD | 22 février 2011

Je regrette que vous vous laissiez aller au long sanglot de l'homme blanc qui se tord les mains en affirmant que les Arabes lui donnent des leçons de démocratie.

Je serais vous, je commencerais plutôt à verrouiller mes frontières.

Je ne vois pas quelles leçons la Suisse irait prendre en Tunisie, en Egypte ou en Libye. C'est quand même curieux, cette propension des Occidentaux à s'enflammer par procuration à la moindre révolution violente à travers le monde.

Écrit par : Robert Marchenoir | 22 février 2011

De nos jours, comme toujours, l'émotionnel prend le dessus du rationnel!

Faut pas trop s'emballer en effet, l'histoire, l'histoire bon sens (pour pas écrire l'autre au vu des évènements du moment) elle se répète toujours.

Tous ces enchainements de révoltes semblent quand même être organisés, voire planifiés....alors les questions sont par qui et pour quoi?

En regardant trop chez les autres, on oublie de regarder chez soi, et il me semble que l'Europe d'une part, et la Suisse devraient envisager des mesures d'anticipation......!

Écrit par : Corélande | 22 février 2011

@Géo: "un nouveau Ben Ali, un nouveau Moubarak et un nouveau Khadafi..." Je demande à voir. On aura l'occasion d'en reparler dans bien moins que trois ans, les élections ouvertes en Tunisie seront incontestablement le prochain test - non seulement par ce qui sortira des urnes, mais aussi par l'organisation du scrutin et de la campagne.

@Zakia: Merci. Vous allez avoir beaucoup à commenter ces prochains jours!

@Robert Marchenoir: ce n'est pas moi que vous verrez sangloter! Je ne mets pas dans le même panier tous les révolutionnaires du monde arabe (certains manifestants ont des pensées plus pures que d'autres) ni tous les Européens dans le même sac (car tous n'ont pas oublié l'importance essentielle de la démocratie.)

Mais je ne suis pas d'accord avec vous: ces manifestations ont été remarquables par leur NON-violence - lorsque les tyrans évincés l'ont permis.

Je parie que le taux de participation aux prochaines élections sera écrasant par rapport à ce que nous vivons en Europe.

Et cela n'empêche pas d'être vigilant aux frontières, en effet.

@Corélande: la plupart des voitures aujourd'hui ont quatre roues, des portières sur les côtés et le moteur à l'avant. Est-ce un complot? Non, simplement l'émergence du choix le plus pertinent par différents acteurs - des acteurs qui s'observent les uns les autres, à n'en pas douter.

C'est exactement la même chose ici. Le point commun entre des Yéménites et des Marocains tient dans leur perception d'un moment historique, une chance à saisir. Et ils la saisissent.

Dans quelques temps, on tracera comme par hasard des parallèles entre "le printemps du monde arabe" et l'effondrement du bloc soviétique. Au cours de dernier, les renversements de régime ont eu lieu même dans des pays comme la Yougoslavie qui étaient finalement peu liés avec Moscou. Ils ne dépendaient pas du pouvoir central et n'avaient donc pas de "raison" de tomber; mais les peuples ont vu une opportunité et s'y sont engouffrés.

C'est ce qui me fait dire que ceux qui prétendent que les hommes sont incapables de percevoir leur servitude, n'aspireraient à rien d'autre ou seraient culturellement ou intellectuellement incapables d'appréhender la démocratie, qu'ils connaissent bien mal la nature humaine.

Le Maghreb entre dans une époque inédite. Le seul exemple auquel nous raccrocher pour tenter de comprendre ce qui nous attend est évidemment l'Irak, dans lequel les choses ne vont pas si mal - ils ont mis moins de temps à former un gouvernement que les Belges... Certes, bien des aspects sont perfectibles, à commencer par le terrorisme et les tensions ethniques. Mais je doute que vous puissiez trouver beaucoup d'Irakiens disant que c'était mieux sous Saddam.

En plus, à l'inverse des révolutions de ces derniers jours, les Irakiens n'ont pas conquis leur liberté eux-mêmes: Tunisiens et Egyptiens seront encore plus avide de défendre cet acquis conquis de haute lutte.

Écrit par : Stéphane Montabert | 22 février 2011

Stéphane Montabert@ Très franchement, je serais un homme heureux si je me trompais. Vraiment. Mais moi, quand j'étais très jeune, je soutenais les Vietnamiens contre les Américains. Ce n'était pas idiot, même Mc Namara le ministre de la Guerre l'a reconnu plus tard. Qu'ont fait ces Vietnamiens après leur victoire magnifique contre les USA ? La guerre contre les Chinois...
Ensuite, cela a été l'Iran. Votre culture politique est probablement suffisante pour m'éviter d'en parler...
Parlons de la révolution des oeillets : l'armée portugaise ne veut plus risquer sa peau pour ces sales colons. 350 000 colons portugais quittent l'Angola en quelques semaines (lire Richard Kaprisky, another day of life) en 1975. De pays potentiellement le plus riche du monde, l'Angola devient un des plus pauvres en quelques mois. Idem pour le Mozambique, à la pointe de l'agriculture mondiale en 1975, réduit à l'âge de la pierre en quelques années par le FRELIMO et ses coopérants d'Allemagne de l'Est totalement débiles. En fait, soyons clair, aucune révolution n'a bien tourné. On dit que la France est tombée si bas aujourd'hui parce que la haine de classe née de la Terreur n'est pas encore digérée. Le prolo français, qui se sent encore prolo même s'il fait partie de la middle class HAIT les "riches", et les riches français haïssent profondèment les classes populaires, les Bidochon...Vous ne verrez cela nulle part ailleurs en Europe. La plupart des patrons européens aiment cultiver des amitiés populaires. Pas en France. Regardez la réaction des juges contre Sarkozy, des journalistes contre MAM...
Vaut-il la peine de parler de 1917 ?
Alors l'avenir du Maghreb révolutionnaire...on en reparlera dans quelques années. Maintenant, si vous pensez que cela se passe bien en Irak, on peut imaginer qu'il y a un certain fossé entre nous. Vous avez entendu parler des chiites et des sunnites ?

Écrit par : Géo | 22 février 2011

"Je demande à voir. On aura l'occasion d'en reparler dans bien moins que trois ans..."

Je suis très loin de partager votre romantique optimisme, M. Montabert. Nous nous trouvons en présence d'un peuple fataliste qui, comme tous les peuples fatalistes, peut à un moment donné (crise cyclique) échapper brièvement au fatalisme pour détruire (incendier, piller, renverser un gouvernement), mais pas pour construire dans la durée.

D'aucuns diront que c'est du racisme, mais si certaines expériences en cours réussissent - Chavez au Venezuela, Morales en Bolivie, Correa en Equateur, la Tunisie, l'Egypte, la Libye sans doute, et d'autres encore dans les années à venir - je réviserai tout ce que je tiens pour acquis - parce que vérifié et jamais démenti par les faits à ce jour -, quant à la lenteur séculaire qui caractérise les changements de constitution mentale d'un peuple.

Écrit par : Scipion | 22 février 2011

Effectivement, il est tentant d'y voir un second mur de Berlin. A ceci près que ceux qui étaient derrière le vrai mur de Berlin étaient de notre ethnie, de notre religion, et se sont massivement ralliés à notre civilisation (à l'exception notable, pourrait-on soutenir, de la Russie).

A ceci près, aussi, que c'est le mur de Berlin à l'envers : c'est nous qui devrions, maintenant, construire un mur pour empêcher le déferlement de ces gens, tellement heureux d'avoir renversé leurs dictateurs qu'ils éprouvent une irrépressible envie de venir arroser ça à perpète chez nous !

Je ne sais pas de quoi le monde arabe était séparé à cause de son mur de Berlin, mais ce n'était sûrement pas de l'islam ! L'islam était là avant, il sera là après ! Il serait fort ennuyeux que ce "mur de Berlin" fût celui qui nous protégeait (tant bien que mal) d'une invasion musulmane encore plus massive que celle que nous connaissons déjà.

Les événement actuels sont peut-être comparables en importance à la chute du rideau de fer. Ils ne le sont certainement pas dans leur nature.

Souvenez-vous : les mots n'ont pas la même signification en Occident que dans le monde islamique. Quand les musulmans parlent de liberté, de justice, d'égalité ou même de démocratie, cela veut dire à peu près le contraire de ce que cela signifie chez nous...

Par exemple, un soulèvement "non-violent", pour la "justice" et la "liberté", en Egypte, c'est 200 "combattants de la démocratie" qui passent entre vingt minutes et trois heures, selon les sources, à agresser physiquement et sexuellement la journaliste américaine Lara Logan, venue faire connaître au monde leur glorieuse révolution (selon la version officielle, la plus atténuée) ; et à la violer par deux voies naturelles différentes, à lui arracher un mamelon, à lui gifler les seins, à se masturber et à uriner sur elle en public, de sorte qu'elle était couverte des substances correspondantes (selon des sources arabes qui restent à vérifier).

Désolé pour les détails, mais c'est important pour comprendre de quoi on parle.

On notera que même si les sources arabes en question propagent de fausses informations, le seul fait qu'elles imaginent de telles exactions en dit long sur la mentalité de certains "Arabes démocrates".

Ah, et pendant qu'elle se faisait déshabiller et lourdement peloter par une foule en furie (version minimum des événements), les "combattants de la liberté" la traitaient de "sale Juive" et de "pute américaine".

Et ce n'est pas un cas isolé. Au moins une autre journaliste américaine a raconté comment elle s'est fait agresser sexuellement au Caire pendant les événements.

Tandis que des dizaines de journalistes étrangers ont été agressés, blessés et (me semble-t-il) tués par la démocratie égyptienne en marche. De mémoire, ils sont 140.

Donc, prudence -- que dis-je : méfiance, murs, frontières et fusils.

Écrit par : Robert Marchenoir | 22 février 2011

Sur la nature humaine qui tendrait naturellement vers la démocratie, et sur l'Irak :

Pour riposter contre un crime de guerre commis sur leur sol au nom de l'islam, le 9 septembre 2001, les Américains ont envahi un pays étranger, déposé son gouvernement, exécuté son chef d'Etat, et installé à la place un régime politique tout neuf doté... d'une constitution islamique.

Suite à cette invasion (et à celle de l'Afghanistan), des dizaines voire des centaines de milliers d'Irakiens et d'Afghans ont fui leur pays pour émigrer en Occident... où ils se sont empressés de reproduire les "crimes d'honneur" qu'ils pratiquaient chez eux, les agressions sauvages, les viols, le trafic de drogue, et d'exiger mosquées, voile, piscines sans hommes, cantines sans porc, etc.

La voilà, la nature humaine réelle de l'islam.

Maintenant, qu'il y ait des musulmans qui aient envie de quitter l'islam, c'est possible. Combien, sur tous ceux qui arrivent chez nous ? Un ? Dix ? Cinq cents ? 0,01 % ? 5 % ?

Nous n'en savons rien, nous n'avons aucun moyen de le savoir, nous n'avons aucun moyen de distinguer, parmi les arrivants, les uns des autres ; et surtout, il y a 100 % de chances, au vu de l'expérience passée, qu'il y ait, parmi tous ces immigrants musulmans, un nombre extrêmement significatif qui va s'employer à recréer chez nous les moeurs islamiques qui étaient les leurs chez eux -- voire à en installer d'encore plus arriérées, haineuses et violentes.

C'est un risque mortel que nous ne pouvons pas nous permettre de prendre.

Regardez votre conseil du culte musulman en Suisse (peu importe son nom exact) : il est dirigé par un Suisse d'origine ! L'islam est un virus mortel pout toutes les civilisations qu'il rencontre sur son passage.

Écrit par : Robert Marchenoir | 22 février 2011

Je crois que vous jetez le bébé avec l'eau du bain.

- Ce n'est pas parce que la rue arabe a mis à mal quelques dictateurs que ces gens-là se transforment par magie en gentlemen anglais, cela n'a jamais été mon propos.

- Ce n'est pas non plus parce que tout d'un coup les régimes s'effondrent, et permettent soudainement à des dizaines de milliers de jeunes désoeuvrés de s'embarquer pour l'eldorado socio-démocrate européen (ces pays de cocagne où on gagne plus que le salaire moyen local en ne faisant RIEN, juste en touchant des allocations!) qu'il faut accepter ces réfugiés économiques de façon permanente, au prétexte que leurs pays traversent une époque trouble. Cela obligera peut-être, enfin, certains pays d'Europe à réviser leur systèmes sociaux, mais encore une fois, c'est un effet collatéral sans rapport avec l'aspiration démocratique. Les militants n'ont pas renversé Moubarak dans le but de s'embarquer pour Lampedusa...

- Ce n'est pas, finalement, parce que les tyrans tombent sous la protestation d'une foule en grande partie islamiste que l'islam devient comme par magie un modèle de société prometteur ni même acceptable. Les ennemis de mes ennemis ne sont pas forcément des amis, ils peuvent être des salauds de la pire espèce.

Dans au moins deux pays, c'est l'année zéro. Tout reste à construire - des institutions au comportement. Le défi est immense, mais pas perdu d'avance.

Vous qui vous targuez de replacer les choses dans leur contexte, pensez-vous vraiment qu'il n'y a pas eu de viols lorsque l'Europe a été libérée pendant la seconde guerre mondiale? Que tout a été fait selon les conventions de Genève pendant la désagrégation de l'ex-Yougoslavie? On ne peut pas blâmer l'islam ou l'ethnie pour tout, il y a une part noire et incompressible de la nature humaine en temps de crise.

"Maintenant, si vous pensez que cela se passe bien en Irak, on peut imaginer qu'il y a un certain fossé entre nous. Vous avez entendu parler des chiites et des sunnites?"

Je pense qu'en Irak cela se passe du mieux qu'il est possible d'obtenir, oui. Il n'y a aucun pays *démocratique* où coexistent chiites et sunnites (autrement qu'en minorités, bien entendu) dans une paix relative. L'Irak est un cas d'étude passionnant. Si nous voulons voir comment les régimes politiques tunisiens ou égyptiens peuvent évoluer, c'est là-bas qu'il faut regarder.

Je crois qu'il serait bon d'abandonner un moment le point de vue européo-centriste et sa quête absolue de sécurité pour contempler la profonde mutation populaire des pays arabes - un processus qui prendra peut-être des années, mais qui n'est absolument pas une simple parenthèse.

Écrit par : Stéphane Montabert | 22 février 2011

"On dit que la France est tombée si bas aujourd'hui parce que la haine de classe née de la Terreur n'est pas encore digérée." (Géo)

C'est tout à fait exact. Les comportements et les attitudes des Français d'aujourd'hui peuvent être rattachés directement à la Révolution. Les vieilles haines sont toujours là, étonnamment vivaces.

En fait, le pays n'a pas vraiment cessé d'être en guerre civile depuis 1789... C'est l'une des clés pour comprendre la France. On n'en parle jamais, car l'histoire a été faite par les vainqueurs...

Écrit par : Robert Marchenoir | 22 février 2011

Je ne peux rester sans réactions devant tant de mensonges et de mauvaises foi de la part de Marchenoir.

1) "Souvenez-vous : les mots n'ont pas la même signification en Occident que dans le monde islamique. Quand les musulmans parlent de liberté, de justice, d'égalité ou même de démocratie, cela veut dire à peu près le contraire de ce que cela signifie chez nous..."

Prétendez-vous être dans la tête de tous ces musulmans qui ont donné leur vie pour faire tomber des dictateurs? De quel droit et sur quelles bases avancez-vous vos allégations??


2) Le jour où la journaliste occidentale s'est faite malheureusement violemment attaquée, c'est justement lorsque l'ex-gouvernement égyptien a envoyé une horde de sauvages sur la population égyptienne aussi. Il y a eu beaucoup de morts et des blessés graves ce jour-là. Le viol, s'il a eu lieu, est un acte abjecte, mais le crime est encore pire. Ces sauvages n'ont eu de pitié pour personne. Des journalistes arabes étaient aussi parmi les victimes qui ont essuyé brimades et bien d'autres actes dégradants. Si quelqu'un a des doutes, il lui suffit de chercher sur le net.


3) Concernant l'Irak, les américains, au lieu d'aller débusquer les commanditaires du crime horrible commis sur leur sol (au nom de la folie d'un groupe de personnes et certainement pas au nom de l'Islam!), ont déclaré la guerre à un pays en inventant de toutes pièces des mensonges éhontés. Si vous qualifiez de crime de guerre les actes de Ben Laden et acolytes, quel qualificatif donner aux actes d'un état contre un autre qui ne l'a pas agressé, et qui ont laissé derrière eux, des milliers de morts, d'handicapés, d'orphelins et de veuves, qui sont parfaitement innocents des crimes d'Alquaïda????

4) Et si des irakiens et des afghans ont fuit leur pays, c'est :

- à cause des armes de destructions massives ultra sophistiquées qui ne laissaient que peu de chance aux malheureux qui se trouvaient sur sa trajectoires,

- à cause de leurs foyers démolis,

- et à cause du chaos que la démo-crassie américaine poussée par la folie de quelques lobby super-puissants a installé sur leurs territoire.

5) Pouvez-vous nous apporter des preuves que les crimes d'honneur, les agressions sauvages, les viols, le trafic de drogue, sont islamiques???

6) Concernant les points suivants : mosquées, voile, piscines sans hommes, cantines sans porc, etc. Tout ceci relève de la liberté individuel.

C'est clair quelle est bien belle votre conception de l'Islam, mais vous avez des excuses car nous musulmans, en sommes largement responsables. Je trouve dommage que vous n'avez pas été à la rencontre annuelle du CCMS, vous y auriez vu pas mal de suisses, d'anglais, d'allemands, de français convertis à l'Islam. Vous auriez pu leur poser directement des questions vu qu'ils appartiennent à la même culture que la vôtre.

Un conseil d'humain à humain : apprenez à connaitre les musulmans(croyants, car tous les musulmans ne sont pas forcément croyants ni ne connaissent le b.a.-ba de l'Islam). Vous ne partagerez peut être jamais leur croyance, mais vous constaterez que se sont des humains comme vous qui aspirent aux mêmes choses que vous, sauf qu'ils sont imprégnés d'une dimension spirituelle.

Écrit par : zakia | 22 février 2011

Autrement dit, séparons nettement les choses :

- L'observation et l'analyse des évolutions dans le monde arabe du point de vue de Sirius.

- La nécessaire défense de nos intérêts, à la lumière de ces évolutions.

Je dis ça parce que les journalistes français (et pas seulement français, je suppose) oublient totalement le second point, et remplacent le premier par une sorte de propagande énamourée similaire à celle qu'ils nous ont pondue pour l'élection d'Obama.

Concernant les viols, oui, il y en a dans toutes les guerres. Cependant, l'islam est la seule religion du monde à ma connaissance à encourager le viol : il permet et encourage le viol des captives de guerre et des esclaves (et Lara Logan est une captive de guerre selon le dogme islamique), il permet et encourage les relations sexuelles non consenties au sein du mariage, qui, en Occident, sont considérées comme des viols.

Cela est un fait. Le viol (ou l'agression sexuelle) collectif de Lara Logan en est une autre.

Et je rajoute un quatrième fait que je viens de découvrir : la grande chaîne de télévision arabe internationale Al-Jazeera, qui est à la pointe de la couverture les événements actuels, qu'on pourrait qualifier de musulmane modérée, qui met en valeur l'aspect "démocratie" et "liberté" du soulèvement par opposition à son éventuel caractère islamique, et qui est très occidentale dans la forme, a presque entièrement passé sous silence l'agression de Lara Logan, dont les principaux médias mondiaux ont largement parlé. Seules quatre ou cinq lignes enterrées au fin fond d'un blog mentionnent les faits. Même le moteur de recherche du site les ignore !

Voilà comment l'islam prend le pas sur la démocratie et la liberté...

Écrit par : Robert Marchenoir | 22 février 2011

Je vais me faire tapper sur les doigts, mais tant pis.

Il y a un détail que les intervenants ont oublié, et qui me fait douter du succès à moyen terme de ces révolutions : la culture (et la religion, qui faconne souvent la culture dans ces pays).

Observez le Moyen Orient : aucun état arabe n'est véritablement démocratique. Ils ont le culte de l'homme fort, providentiel, qui va sauver le pays (remarquez qu'on a eu Pétain, Hitler, Franco et d'autres en europe, mais ça nous a guéri !). Ils passent d'un roi à un dictateur (Nasser en Egypte, Assad en Syrie, Khadafi en Lybie), d'un Shah à un ayatollah, d'un colon à un pseudo démocrate qui finit corrompu à mort ou dicatateur (Algérie, Tunisie).

Il y a une raison : la culture démocratique est absente de leur mentalité et encore plus de l'islam qui ne sépare pas (dans ces pays) la chose publique et la religion. Toutes les constitutions font référence au Qo'ran. La méfiance ou le clanisme, la famille, sont primordiale. Aucune démocratie ne peut exister ou perdurer avec ces idées.

Il n'y a qu'une démocratie au MO : Israel. Mais vous connaissez son histoire. Il a été fondé par des immigrants européens, convertis à la démocratie anglaise ou française, relégant la religion à la maison. Ils ont importé les idées européennes et cela a marché. Les vagues migratoires (depuis les Amants de Sion vers 1890 jusqu'à l'Exodus de 1947) étaient en plus socialistes ou commmunistes, ce qui n'a rien de religieux.

Je n'ai connu qu'une seule tentative de démocratie : en 1953, en Iran. Certes, Mossadegh voulait vendre plus cher son pétrole et il s'est raproché de l'URSS, ce qui n'a pas été suffisant pour le sauver d'une contre-révolution. Mais à son époque, les étudiants faisaient des bûchers avec des Qo'rans ! Incroyable, non ? Ils suivaient l'exemple d'Attaturk affirmant que "l'islam est un échec civilisationnel, il faut copier l'Europe".

Ce n'est pas le cas aujourd'hui. Je prédis donc, comme d'autres intervenants, une pseudo démocratie à la française (on se partage le pouvoir et au diable le peuple !) ou l'arrivée d'un homme fort d'abord adulé, puis méprisé car il aura gouté au confort et jouera les roitelet. Un nouveau Ben Ali (ou Mubarak si c'est un militaire).

Avec mes excuses pour la longueur du texte et la langueur qui a du vous prendre en le lisant.

Paul

Écrit par : Paul | 23 février 2011

@Paul: ne diminuez pas ainsi votre mérite, votre commentaire est tout à fait convenable... Mais lorsque vous écrivez qu'il n'y a qu'une démocratie au Moyen-Orient, Israël, vous oubliez l'Irak.

@Robert Marchenoir: contrairement à ce que vous affirmez, l'Irak n'est pas doté d'une constitution "islamique". La constitution irakienne fait référence au coran comme une (et non pas "la") source du droit. Une nuance subtile mais ô combien essentielle.

Écrit par : Stéphane Montabert | 23 février 2011

"mais le crime est encore pire" je voulais écrire le meurtre.

Écrit par : zakia | 23 février 2011

@Stéphane

merci pour votre patience :)

Concernant l'Irak démocratique, c'est ce que j'évoquais dans le régime clanique. Cette démorcatie n'est qu'un habile dosage entre sunnites, chiites et kurdes. Et encore, ils ne s'entendent que parce que les troupes US sont à 100 mêtres du palais. Le jour où elles partiront (ça arrivera forcément un jour), vous verrez la baston ! Quand aux campagnes et petites villes, c'est toujours le clan qui domine. On vote, OUI, c'est vrai. On choisit entre la liste du clan X et celle du clan Y. Parfois, c'est carrémenent entre la liste des sunites et celle des chiites !

Je ne pense pas qu'on puisse appeler ce truc "démocratie". Ca ressemble plus à l'ex-yougoslavie avant son éclatement.

Je vais vous faire hurler (au moins, je suis honnête !), mais je crois que le principal mérite de l'attaque de l'Irak, outre le fait de virer le cinglé de Bagdad, a été de montrer au monde occidental que "Moyen-Orient arabe et démocratique" est aussi crédible que "requin végétarien". C'est déjà ça, mais cela valait-il autant de milliards et de morts ? 10 bombardiers B2 sur Bagdad avec 15 tonnes de bombes chacun auraient suffi. C'est plus rapide et moins couteux.

Enfin, c'est mon point de vue, je peux me tromper.

Écrit par : Paul | 23 février 2011

"L'Irak n'est pas doté d'une constitution "islamique". La constitution irakienne fait référence au coran comme une (et non pas "la") source du droit."

Allons, allons, Stéphane Montabert. Ce genre de pinaillage juridico-linguistique a peut-être une signification dans la tradition occidentale, mais il ne veut rien dire dans le monde islamique.

Le Coran lui-même revendique, pour l'islam, la totalité du pouvoir temporel. Vous pensez qu'à partir u moment où on lui ouvre la porte, on peut museler son inclination suprémaciste millénaire par le seul biais d'un article indéfini ?

C'est à peu près aussi crédible que d'imaginer une constitution allemande démocratique disant que Mein Kampf constitue "l'une" des sources du droit.

D'ailleurs, la quasi-totalité des pays musulmans (si ce n'est la totalité) se réfèrent au Coran dans leur constitution. Et malgré cela, les islamistes les trouvent pas assez musulmans !...

Écrit par : Robert Marchenoir | 23 février 2011

Je dois confirmer ce que dit Robert. L'Irak, comme d'autres pays arabo-musulmans, fait du Q'ran la "source principale de droit". Cela ne veut pas dire que règne la Shr'ia, mais qu'aucune loi ne peut passer si elle est contraire aux idéaux de l'inventeur de l'islam.

Les pays "islamiques" en rajoutent une couche en s'appuyant non seulement sur le Q'ran, mais aussi sur sur les hadiths (paroles de mahomet et de ses proches compagnons).

Notez que l'islam n'empêche pas le progrès technique de couler à flot. L'Iran est presque aussi "technologiquement avancé" que nous. Mais pour la morale, c'est plus proche du Pakistan...

Écrit par : paul | 23 février 2011

Paul a répondu pour moi sur l'Irak, merci.

Écrit par : Géo | 23 février 2011

"L'Iran est presque aussi "technologiquement avancé" que nous."

Il me semble que l'affirmation est un peu aventurée. L'Iran obtient quelques résultats dans quelques domaines, mais un pays dont la consommation d'électricité est de 2'500 kWh/hab ne peut pas être technologiquement avancé : il rame avec pas mal de longueurs de retard...

* Suisse : 8'500 kWh/hab - France 8'000 kWh/hab - Pour l'anecdote, l'Arabie saoudite en est à 7'500 kWh/hab.

Écrit par : Scipion | 23 février 2011

KSA : beaucoup de climatiseurs, peut-être...
On rigole, ,mais l'Iran est beaucoup plus avancé, et donc dangereux, que les Saoudiens, dont certains d'entre eux croient qu'ils seraient capables de produire des avions de chasse...

Écrit par : Géo | 23 février 2011

@scipion

je ne parlais pas d'énergie, mais de technologie. On trouve les mêmes équipements, des buildings aussi modernes que chez nous, des routes en bon état en ville et tous les vêtements que nous portons (sauf que les iraniennes doivent les cacher un peu entre les épaules et les fesses, mais sous la tenue noire - parfois collorée, on trouve des jeans moulants).

La jeunesse iranienne est la plus occidentalisée dans sa tête. Elle en a marre des mollahs. D'ailleurs, vous avez pu voir les révoltes en 2009/2010. Et elle est prête à remettre ça.

C'est d'ailleurs un paradoxe. Les mollahs sont très antiisraeliens, mais les jeunes n'ont rien contre Israel. Des exilés m'ont dit qu'en cas de chute des mollahs, le nouvel Iran pourrait être le premier état musulman ami d'Israel (il l'était d'ailleurs à l'époque du Shah).

Écrit par : Paul | 23 février 2011

"...je ne parlais pas d'énergie, mais de technologie."

Désolé, j'avais cru que vous parliez de centrales nucléaires, de capacités industrielles, de formation de techniciens et d'ingénieurs...

Écrit par : Scipion | 23 février 2011

Et l'argent volés à ces populations qui est séquestré en Suisse ?

Écrit par : Corto | 24 février 2011

Juste Monsieur Montabert,

C'est avec joie que l'on regarde ces dictatures s'écrouler.

Ces grands changements sont dans la continuité de ce qui c'est passé en Afrique du Sud avec la fin de l'Apartheid.

La démocratie triomphe grace aux Droits de l'Homme, à la la lutte contre le racisme, et le droit pour toutes et tous à tendre vers une vie meilleure.

Écrit par : Voltaire | 24 février 2011

"Ces grands changements sont dans la continuité de ce qui c'est passé en Afrique du Sud avec la fin de l'Apartheid."

Il faut quand même savoir que, depuis la fin de l'apartheid à 2009, le pays avait perdu 40 places (de la 89e à la 129e) dans l'IDH* du PNUD**, et que la corruption des dirigeants de l'ANC est, aujourd'hui, digne de la grande époque des Bokassa, Mobutu et autre Amin Dada...

Je dois encore préciser que dans le Rapport 2010, l'Afrique du Sud a gagné 19 places (de la 129e à la 110e), mais qu'il n'est pas possible de comparer puisque les éléments de calcul ont été modifiés par l'adjonction d'un "ajustement aux inégalités".

* Indice du développement humain
** Programme des Nations Unies pour le développement

Écrit par : Scipion | 24 février 2011

kurt waldeim
- officier 03 dans le groupe d'armée E à Arsali, Kosovska, Mitrovica et Sarajévo d'octobre 1943 à janvier-février 1945. Dans ce groupe d'armée E, il est sous les ordres du général Alexander Lhör, surnommé le « boucher des Balkans ».

coupable d'avoir fait circuler des millions de "passeports palestiniens" vendu dans les pays voisinant Israël pour le prix à l'époque 78-88, pour le prix de 400 $, ce document permettait de se faire allouer une rente de 150 $ par mois.

La veuve arafat et sa fille bénéficie encore de cette rente, alors qu'elle vivent dans une suite de 2 étages dans l'hotel bristol à Paris ! coût mensuel, environ 100'000 euros par mois, enfin moins la rente, ça fait 99'800 euros !

avec les contribution de l'onu, dont vous êtes les gentils contribuables !

Écrit par : Corto | 24 février 2011

"Ces grands changements sont dans la continuité de ce qui c'est passé en Afrique du Sud avec la fin de l'Apartheid. La démocratie triomphe grace aux Droits de l'Homme, à la la lutte contre le racisme, et le droit pour toutes et tous à tendre vers une vie meilleure."
Je ne suis pas sûr que Voltaire aurait applaudi le remplacement du racisme blanc anti-Noirs par le racisme noir anti-Blancs. Où en est-on du nombre de fermiers blancs en RAZ si l'on sait que ces dernières années, il y en avait un par semaine assassiné par les Noirs? Oh, évidemment, il n'y a pas un gros projet politique et revendiqué là derrière. Juste un ramassis de gros cons qui n'évolueront jamais.
On devrait vous obliger d'investir en RAZ, Voltaire de mes deux...

Écrit par : Géo | 24 février 2011

Cher Geo qu'elle est votre position face à ce grand mouvement de libération des peuples arabes opprimés par des dictateurs sans foi ni loi?

Votre prise de position essaye avec lâcheté et fausseté de nous faire croire que le racisme serait acceptable lorsque se sont les blancs qui le pratique et inexcusable lorsque se sont certains noirs qui le pratique...

Le racisme est tout simplement inexcusable et inacceptable.

J'ai félicité la prise de position de Monsieur Montabert car elle prouve que partout dans le monde les "damnés de la terre" ont le pouvoir de se lever et de se battre contre l'oppresseur; n'est-ce pas là les premières magnifiques paroles de l'Internationale?

"Debout les damnés de la terre".

Monsieur Montabert rend un hommage appuyé à tout ces persécutés.

Écrit par : Voltaire | 25 février 2011

Ce qui est bien avec Scipion et Géo, c'est qu'il rendent hommage à Jean-Paul Sartre, sans le savoir.
En effet, en les lisant, on a à la fois les Mains Sales et la Nausée.

Écrit par : jf | 25 février 2011

Démocratie ?

A l'époque de l'arrestation du fils kadhafi à Genève, le père était en train de transférer un montant de 527 milliards de Chf d'une banque genevoise vers une nouvelle destination, c'est une raison beaucoup plus sonnante pouvant avoir provoquer tous ces épisodes incompréhensibles organisés par le ministère publique de la confédération, raison pour laquelle nos 2 otages n'était pas vraiment une priorité !

Écrit par : Corto | 25 février 2011

"grand mouvement de libération des peuples arabes"
Ma position ? Nous Européens ou Occidentaux n'avons aucune prise sur ces événements. Ce qui se prépare pour nous, c'est un vaste mouvement de populations qui cherchent à fuir la démocratie et la libération, je me trompe ?
Alors ma position, c'est d'attendre un peu avant de m'enthousiasmer. Si cela tourne à l'iranisation de la bordure sud de la Méditerranée, vous ferez aussi partie de ceux qui en pâtiront, que vous le vouliez ou non.
Quant à l'éternel jeff ou jf, il a parfaitement raison avec les Mains Sales. Il faut se méfier des gens aux mains blanches...

Écrit par : Géo | 25 février 2011

"En effet, en les lisant, on a à la fois les Mains Sales et la Nausée"

Jeff, quand on veut briller par son sens de la répartie, on évite de reprendre les formules de sketch de l'humoriste Pierre Desproges (+ 1988, RIP). Merci.

Écrit par : P'tit malin | 25 février 2011

Suite : http://travail-en-chansons.lehall.com/t2_5.html

Écrit par : Géo | 25 février 2011

Notre conseillère fédérale avait voté pour kadhafi afin de le mettre à la présidence de la ligue internationale des droits de l'homme !

Avant que cet exemple d'humanisme retire 527 milliards d'une banque genevoise !

Écrit par : Corto | 25 février 2011

Corto, ça fait deux fois que vous citez un montant de 527 milliards. Ca ne change pas grand-chose au fond de votre argumentation, mais vous devriez revoir vos chiffres...

Écrit par : Stéphane Montabert | 25 février 2011

Stéphane, je ne parle que du retrait opéré par les kadhafis à Genève en 2009 !

Écrit par : Corto | 26 février 2011

Maintenant qu’il est universellement de bon ton de vomir sur le Fou de Tripoli, il n’est pas inutile de rappeler quelques-uns des récipiendaires du Prix Kadhafi des Droits de l’homme, qui n’ont pas cru bon de décliner :

1989 – Nelson Mandela
1995 – Ahmed Ben Bella
1996 – Louis Farrakhan
1998 – Fidel Castro
2000 – Evo Morales
2004 – Hugo Chavez
2008 – Dom Mintoff
2009 – Daniel Ortega
2010 – Recep Tayyip Erdogan

Certains affirment que Jean Ziegler s’est vu attribuer le prix en 2002, mais lui-même dément avoir reçu cette distinction. Je n’ai malheureusement pas le temps de creuser.

Écrit par : Scipion | 26 février 2011

Qu'est ce que c'est ce "prix des droits des sous hommes", il manque Merz et pol pot ! Si nous remontions à 1939 himmler serait reconduit à plusieurs mandat !

Écrit par : Corto | 27 février 2011

A lire :

"La crise libyenne, aspiration démocratique ou éclatement des alliances tribales ?"

Réflexions de Bernard Lugan

http://bernardlugan.blogspot.com/2011/02/la-crise-libyenne-aspiration.html

Écrit par : Robert Marchenoir | 28 février 2011

A lire...

Merci, comme je ne vais pas tous les jours chez Lugan, son éditorial m'avait échappé.

A lire aussi :

...de Pierre-Marcel Favre éditeur, dans le Matin-Dimanche du 27.02, "Révolutions arabes, voulez-vous la fin du film?"

http://lecercle.bleublog.lematin.ch/archive/2011/02/28/revolutions-arabes-voulez-vous-la-fin-du-film.html

On en revient à grands pas à une vision moins romantique des événements, et on ne s'en plaindra pas. Il reste que je suis très surpris de voir un homme que je croyais très politiquement correct, parler à propos des Arabes, d'un "manque d’aptitude à la modernité, aux transformations, aux mutations", ça fait tout drôle. On était catalogué "raciste" pour beaucoup moins que ça, il n'y a pas si longtemps...

Écrit par : Scipion | 01 mars 2011

Les commentaires sont fermés.