14 mars 2011

10 sièges pour l'UDC Renens!

Voilà, les résultats sont tombés: l'UDC entre de façon spectaculaire au conseil communal de Renens avec 10 sièges d'un coup!

Municipales 2011 004.jpgLe long dépouillement des scrutins a occupé des dizaines de personnes pendant toute la journée de dimanche à la Salle de Spectacle, dépouillement rendu difficile à cause du grand nombre de listes modifiées, voire entièrement manuscrites! Alors que les bulletins de vote décomptés s'empilaient sur l'estrade les résultats semblaient de plus en plus clairs: l'UDC Renens allait percer. Pendant la plus grande partie de la journée, on pouvait même penser que la nouvelle formation était en tête devant les Verts... Et au final c'est ce qui s'est passé.

Les 10 sièges de l'UDC Renens correspondent à 11.97% des suffrages valables exprimés. Voilà la répartition des résultats:

  1. Fourmi Rouge (POP et Gauche en mouvement), 65'420 voix, 23 sièges (+3)
  2. Parti Libéral Radical, 54'823 voix, 19 sièges (-4)
  3. Parti Socialiste, 51'317 voix, 18 sièges (-3)
  4. UDC, 28'540 voix, 10 sièges (+10)
  5. Les Verts, 26'878 voix, 10 sièges (-1)

Que ceux que ces chiffes impressionnent se rassurent: rappelons que pour l'élection au conseil communal chaque citoyen dispose de 80 voix!

Les deux listes Zone Libre et Union Démocratique Fédérale n'ont pas obtenu le quorum de 5% des suffrages et n'ont donc droit à aucun siège. Le groupe Arc-En-Ciel de la précédente législature a décidé de ne pas se représenter cette fois-ci, ses 5 sièges se sont donc répartis sur les autres formations.

L'UDC Renens est une jeune section locale de l'UDC, fondée en 2009, et sans présence dans les instances communales. Jusqu'ici, sa présence politique dans les scrutins s'est limitée à une candidature d'outsider dans une modeste élection complémentaire opposant le socialiste Daniel Rohrbach au Fourmi Rouge Jean-Pierre Rouyet la même année, et à laquelle la participation avait été extrêmement faible. Notre candidat Jérôme Tendon avait obtenu un score de 11.9%, à la surprise des observateurs.

Compte tenu de la fraîcheur de l'UDC Renens, nos ambitions étaient limitées; nous n'avions que cinq candidats au Conseil Communal - dont une femme et trois candidats d'origine étrangère. Les sections locales de l'UDC dans l'ouest lausannois ont d'habitude fait entre 5 et 8% lors de leur premier passage devant le peuple. Les électeurs renanais en ont décidé autrement en nous créditant de 10 sièges à notre première participation, une situation rare dans l'histoire communale. Cela va nous amener à recruter de nouveaux conseillers communaux dans les plus brefs délais!

Il faut croire que notre notre message a convaincu et que notre présence sur la place du marché au fil des votations a fini par payer.

La gauche présentait un rouleau-compresseur à la municipalité, avec un ticket vert-fourmi-rouge-socialiste dont les cinq représentants furent élus au premier tour. Malgré tout, avec 484 voix pour M. Tendon et 504 voix pour votre serviteur, l'UDC Renens a fait un score tout à fait honorable face à des concurrents largement mieux établis dans le landerneau politique.

Voilà qui augure d'un bon début. Avec un groupe solide de 10 élus, le travail de législature va pouvoir commencer.

Commentaires

Félicitations pour vos débuts réussis, mais je dois hélas tempérer votre enthousiame : avec 10 voix sur 80, vous aurez du mal à faire passer vos projets ! En plus, "Fourmi rouge"+PS donne la majorité absolue. C'est la gauche qui tiendra les rennes de Renens...

Je suis d'ailleurs sidéré que la Fourmi ait obtenu 23 sièges. Même dans la France jacobine, la "gauche de la gauche" ne dépasse jamais 12%. C'est fou de penser qu'à notre époque, autant de gens ait pu voter pour ces archaismes !

Enfin... c'est quand même un début, reste à faire vos preuves. Bonne chance !

Écrit par : Paul | 14 mars 2011

"Même dans la France jacobine, la "gauche de la gauche" ne dépasse jamais 12%.
Renens : 50 à 60 % d'étrangers, qui votent pour ceux qui les soutiennent en tout, subventions par-ci, subventions par-là...
Les villes sont de plus en plus déconnectées des réalités économiques, (à moins qu'on appelle activité économique le fait de se saoûler la gueule tout le w-e et la semaine dans la plus vaste concentration de boîtes de nuit possible) et dans les villes, les banlieues autrefois ouvrières sont maintenant des cités d'hébergement des populations immigrées, comme le 9-3 chez vous...

Écrit par : Géo | 14 mars 2011

merci géo, j'ignorais cet aspect de Renens. C'est vrai que si ça ressemble à notre Montfermeil, la gauche est gagnante à vie... Pauvre suisses ! Mais qu'est ce que Stéphane à été foutre dans ce m*rdi*r ? Ce n'est plus de la politique, c'est du sacerdoce avec cilice intégré !

Écrit par : Paul | 14 mars 2011

@Paul et Géo: il est clair qu'entre la subventionnite aigüe et les effectifs toujours croissant des employés communaux, la gauche de Renens entretient un parc conséquent d'électeurs captifs. N'oublions pas non plus un gros travail de proximité de l'extrême gauche auprès des plus faibles pour leur prêter peu de soutien en échange d'un "petit retour d'ascenseur" (de nombreuses anecdotes m'ont spontanément été rapportées sur le sujet).

Quand on sait qu'une réunion destinée à promouvoir la participation étrangère aux échéances électorales avait pour invité Ada Marra, on a compris comment ça se passe!

L'effet est d'autant plus grand que la participation est faible, et celle-ci était dramatiquement faible à Renens - moins de 28%. Dans ce contexte, la poussée de l'extrême gauche s'explique d'autant mieux.

Mais ne tirons pas de conclusion sur la comète: j'ai croisé trop d'étrangers soutenant l'UDC à Renens pour imaginer qu'on assiste à un match entre les Suisses et les autres. Pas besoin d'avoir un passeport rouge à croix blanche pour souhaiter habiter en sécurité dans une commune bien gérée et agréable à vivre!

Je ne sais pas si la politique est un sacerdoce ou non; en tous cas c'est très motivant de découvrir que des gens ont fait l'effort de soutenir notre formation. Et si j'avais recherché la facilité, je ne me serais pas engagé sous les couleurs de l'UDC, c'est une évidence.

Écrit par : Stéphane Montabert | 14 mars 2011

"Fourmi Rouge" : il faut être sérieusment allumé pour donner un nom pareil à un parti politique...

Écrit par : Robert Marchenoir | 14 mars 2011

Voilà qui est bien, Monsieur Montabert, vous allez devoir apprendre à composer, à écouter et à concilier. Face à cette majorité de " gauchiste", vous allez probablement devenir un peu moins manichéen, et plus proche des réalités. Enfin, espérons le !
Mais dites moi, tous ces français qui commentent sur votre blog, en insultant toujours copieusement la gauche, ils savent de quoi ils parlent un peu, ou bien ils sont juste là pour faire joli dans votre décor populiste ?

Enfin, je vous souhaite, très sincèrement, bon vent !

Écrit par : jeff | 14 mars 2011

@Jeff, on ne concilie pas avec la gauche de Renens, on se la ferme si l'on est pas du même avis (et ils ont les moyens de le faire, étant majoritaire).

Il n'y a qu'à voir comment se passe le second tour pour les municipaux... Enfin, cela n'est pas propre à Renens, je vous l'admets.

Je ne sais pas si vous avez deja vu un conseil communal làb-bas, ca ressemble plus à une guerre de tranchée dans un grand bac à sable qu'à autre chose.

Écrit par : DdDnews | 14 mars 2011

"avec 10 voix sur 80, vous aurez du mal à faire passer vos projets !"

Oui, mais l'UDC dispose maintenant d'une tribune officielle pour poser les questions qui fâchent vraiment. Par exemple, sur le clientélisme dont Stéphane Montabert nous parle en réponse à Paul et Geo.

Écrit par : Scipion | 14 mars 2011

Jeffy, je n'imagine pas Stéphane faire des concessions (autrement dit "capituler") avec des gens qui ont si bien géré la Suisse que l'UDC en est devenu le premier parti...

A l'heure du Web, l'UDC de Renens pourra faire savoir ce qu'elle a voté, ce qu'elle a rejeté dans la politique locale à venir, et les électeurs trancheront aux prochaines élections. Si la section de Renens reste fidèla à ses valeurs et refuse les accomodements, elle progressera. Si elle se compromet, c'est fini pour elle.

Écrit par : Paul | 14 mars 2011

Le travail au contact des gens produit ses effets!

Malgré toutes les obstructions que l'UDC rencontre, censure dans la presse notamment. Empêchement de se réunir et autres dénigrements font que les gens ont toujours cette maxime en tête: ....celui qui dit la vérité, sera exécuté!

Avant de tous se faire bouffer par les gauchos qui roulent que pour leur pomme, nous aurons encore la faculté de parler haut et fort et cela fait des adeptes rien qu'avec les exemples ci-dessus!

Bravo à Renens et bon courage....surtout ne vous laissez pas manipuler!

Écrit par : Corélande | 14 mars 2011

"Mais dites moi, tous ces français qui commentent sur votre blog, en insultant toujours copieusement la gauche, ils savent de quoi ils parlent un peu, ou bien ils sont juste là pour faire joli dans votre décor populiste ?" (Jeff)

Oui mon ami, vivre dans un pays communiste depuis 1945 nous permet, à nous autres Français, d'en connaître un rayon sur les filouteries de la gauche, figurez-vous...

Écrit par : Robert Marchenoir | 14 mars 2011

Vous me faites passer un bon moment Robert !

Hey mon cher Paul, je vois qu'on devient intimes! Comment tu penses gouverner démocratiquement si tu ne sait pas ce que concession veux dire ?
Mais espérons que Stéphane Montabert ne suit pas vos conseils....

Écrit par : jeff | 16 mars 2011

Si Stéphane fait des concessions, les électeurs se diront qu'il ne vaut pas mieux que les autres. Ils n'iront plus voter et il n'y aura plus personne pour redresser Renens.

Quand on joue face à des démagogues de gauche, de droite ou du centre, il fau rester droit dans ses bottes et ne pas se compromettre. C'est une question d'honneur, mais il est vrai qu'on ne sait pas ce que sait dans Paris. Je soutiens ton projet, tu embauches mon fils, tu me donne la subvention et je te ristourne 20% sur ta voiture. Concession rime avec magouilles et combines de couloirs.

Écrit par : Paul | 17 mars 2011

Vous avez compris Stéphane, vous êtes condamné à rester " droit dans vos bottes", à toujours tout dénoncer, sans jamais proposer quelquechose de constructif, surtout, ne jamais débattre avec vos ennemis à propos du fond, mais toujours les insulter, sinon, vos électeurs ne comprendraient pas et risqueraient de se détourner de vous. Belle vision de ce qu'est la Politique, n'est ce pas ?
Pauvre de vous !

Écrit par : jeff | 18 mars 2011

Ce cher jeff. Perso, je n'en vois qu'un qui insulte à tout va, que ce soit sur ce blog, sur celui de M. Schwaab et d'autres. c'est vous qui insultez ceux qui ne pensent pas comme vous. De mon côté, je n'ai jamais lu M. Montabert insulter qui que ce soit.

Et dites-moi M. jeff, qu'y a-t-il de constructif dans les propositions de la gauche ? 6 semaines de vacances ? La prise en charge totale des frais dentaires ? 20 jours de congé paternité pour les fonctionnaires vaudois (mais uniquement pour eux !!!!) ? Dans toutes ces propositions, bien tentantes il faut le dire, la seule question qui intéresse à peu près tout le monde, mais qui n'est jamais abordée, c'est "comment va-t-on financer tout ça ?". Ah oui, j'oubliais : on va taxer les riches. si ce n'est pas de la démagogie (pourtant tant reprochée à l'UDC), mais qu'est-ce donc ?

Écrit par : Pascal D. | 18 mars 2011

Les commentaires sont fermés.