16 mai 2011

Dominique Strauss-Kahn: les dix minutes fatales

Il y a toujours eu quelque chose de très aristocratique dans la haute bourgeoisie incarnée par Dominique Strauss-Kahn - jusque dans sa façon de rejouer une version moderne (et nettement plus improvisée) de la fuite de Louis XVI par Varennes.

DSK.jpgPensez donc: à dix minutes près, le vol retour du Paris / New-York d'Air France décollait avec Dominique Strauss-Kahn à son bord. Le politicien socialiste serait confortablement installé en première classe en sirotant un champagne. Il aurait jeté un dernier regard sur la nuit illuminée par les gratte-ciels de Manhattan avant de rejoindre en Europe le cercle des puissants - rencontrant Angela Merkel le lendemain, et d'autres chefs d'Etat tentant d'endiguer la crise de la dette publique. Il se serait présenté aux primaires du PS, qu'il aurait brillamment remportées. Il se serait opposé à Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle avec de bonnes chances d'être élu.

A dix minutes près, DSK aurait eu toutes les cartes en main et un avenir présidentiel. Il aurait nié en bloc - comme il le fait aujourd'hui, bien sûr - mais en position de force: avec assurance, dans son costume impeccable, il aurait expliqué que le témoignage d'agression sexuelle dont l'accuse une femme de chambre du Sofitel de New-York n'était que pure invention, voire quelque manoeuvre machiavélique pour le salir. Il aurait été hors de la sphère d'influence de la justice américaine. Il aurait eu des centaines d'amis haut placés pour prendre fait et cause contre des "allégations", sans compter les immunités dont il aurait pu se prévaloir.

Qui sait, il aurait peut-être même tourné l'affaire à son avantage en dénonçant des machinations exploitant ses faiblesses ou un acharnement judiciaire. Il aurait été soutenu par sa femme et ses proches, et même par une bonne partie du peuple français pour qui les histoires de fesses sont rarement à prendre au sérieux (en tous cas certainement pas comme ces Américains qui font "tout un drame" de la moindre incartade...)

Au pire, il aurait pu - avec l'assentiment bienveillant du monde entier - se contenter d'éviter ces fous d'Américains si ceux-ci s'étaient mis en tête de le poursuivre à l'étranger; pour ses dernières semaines à la tête du FMI, il aurait délégué les quelques rencontres prévues avec le gouvernement fédéral ou fait en sorte qu'elles aient lieu hors de sa juridiction.

A dix minutes près, DSK aurait pu avoir un destin à la Polanski.

Mais voilà, l'histoire se joue parfois sur des questions de timing. Dix minutes suffisent à changer la face du monde et le destin d'un homme. Du jour au lendemain, la question la plus brûlante de l'actualité, la volonté de Dominique Strauss-Kahn de se présenter aux présidentielles françaises, n'a plus la moindre pertinence. Obsolète. Périmée. Balayée.

dsk_menottes.jpg

DSK, la tête des mauvais jours: la police de New-York vient de lui retirer son triple-A.

Comme d'habitude, l'affaire vaut moins par les faits sordides dont elle est issue que par les réactions qu'elle provoque. Chacun y va de son "je-n'aurais-jamais-cru-ça-de-lui-c'est-pas-possible-ce-n'est-pas-le-DSK-que-je-connais" dégoulinant d'hypocrisie, quand on sait que le bestiau trimballe depuis longtemps une certaine réputation. Dans un parcours typique de récidiviste, le faux-pas final a été précédé de nombreux coups de semonce.

En riche et puissant, DSK se livrait à des penchants dont il était peut-être coutumier à travers ses divers déplacements professionnels. Peu de chances d'être inquiété en agressant une soubrette à Lahore ou à Buenos Aires. Mais à New-York, USA, la justice ne fait pas la même distinction entre les gens du peuple et les VIP. A quel moment s'en est-il souvenu? Etait-ce pendant qu'il violentait sa victime? Lorsqu'il lui imposait une fellation? Ou lorsqu'il l'a vu s'enfuir, terrifiée, dans les couloirs de l'hôtel? Quoi qu'il en soit, c'est sans doute à ce moment qu'il a réalisé le danger et s'est enfui de sa suite, en oubliant effets personnels et téléphone portable - impensable pour un directeur du FMI - pour s'engouffrer dans le prochain avion.

Relations sexuelles illégales, tentative de viol, séquestration, c'est pas joli-joli. Il risque quinze ans de prison. Les charges sont sérieuses et l'enquête avancera sans peine, mais d'autres jouent l'air du "voyons-pas-de-précipitation-laissons-l'enquête-suivre-son-cours-présomption-d'innocence", mélopée entraînante mais rarement jouée. Par exemple, dans l'affaire de Berlusconi et du Rubygate: présomption d'innocence? Allons. Bush qui aurait prétendument menti sur les Armes de Destruction Massive en Irak: présomption d'innocence? Voyons, vous n'y pensez pas! Non, la présomption d'innocence est un concept trop généreux pour en accorder le bénéfice à des adversaires politiques...

Mais foin des postures - elles ne sont là que pour les caméras. En coulisse, maintenant que l'éléphant s'est fait choper pour avoir trop joué de sa trompe, chacun a ressorti sa petite calculette pour actualiser les nouveaux rapports de force au sein du PS. Le calendrier est toujours là, et avec lui les primaires socialistes.

Décidément, au train où vont les choses, il est de plus en plus difficile de prédire qui, en 2012, sera au second tour de l'élection présidentielle française.

Commentaires

Comme dirait Gerra y'a pas homme plus facile à imiter que ce ministre et la France adore *sosifier* ceux la gouvernant et si on compare les deux photos une de profil,une de face ça sent le nouveau dindon farci,Ben Laden ayant été celui d'après Paques ,alors après Strauss- Kahn quel est l'homme ou la femme qui servira d'exutoire au peuple désirant passer tout le monde à la guillotine!l'avantage avec Monsieur Blocher tout comme Monsieur Ueli Maurer eux sont discrets et ne cherchent pas les ennuis comme d'autres s'attirant les foudres afin d'attiser le feu avant une présidentielle,comme dirait Sarko ouf pendant ce temps enfin je peux me reposer!

Écrit par : lovsmeralda | 16 mai 2011

Histoire de Q

J’ai appris de bonne heure à distinguer entre comédie et tragédie.
Mais là, il s’agit d’un genre nouveau, pour nous autres français
La « Cumédie » ou l’art d’embrouiller les simples d’esprit avec une petite histoire de cul… tic… tac…tic….
Les faits… et seulement les faits… comme on dit outre atlantique.
On peut mettre en effet toute interprétation de côté et écouter les paroles d’une fée…
qui a le goût et le sens du devoir vite fait bien fait…
Mon client DSK, a prémédité vraisemblablement son coup. A coup sûr !

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/histoire-de-q/

Écrit par : le journal de personne | 16 mai 2011

Si vous voulez abattre Borloo, vous allez le faire tomber dans une affaire d'alcool. Si vous voulez nuire au FN, vous vous arrangerez pour faire parler le Vieux des Juifs. Si vous voulez faire tomber DSK, que vous soyez l'UMP qui a failli annoncer la nouvelle sur Twitter avant que les faits ne se produisent , mais 13 minutes après tout de même...ou les Américains pour abattre un patron du FMI décidèment trop dérangeant pour eux, vous le ferez sur une histoire de femmes, comme DSK lui-même le prévoyait il y a trois semaines dans un interview avec Libé.
Vous ne trouvez pas qu'on devrait attendre un petit peu avant de tirer des plans sur la comète ?

Écrit par : Géo | 16 mai 2011

@Géo: Ce n'est pas gentil ce que vous dites sur les uns et les autres!

La femme de chambre du Sofitel qui y travaillait depuis trois ans, un agent du Mossad? Une taupe de la DGSE? Un NAVY SEAL hyper bien maquillé officiant comme sosie?

Soyons sérieux cinq minutes. Si DSK est tombé dans un "piège", c'est qu'il a bien voulu y tomber. Je ne vois rien qui laisserait penser à une quelconque manoeuvre sournoise commanditée de l'extérieur - juste l'histoire minable d'un prédateur sexuel qui s'est fait attraper de peu.

Les quotidiens abondent de vedettes du show-biz, d'acteurs, de responsables de haut rang régulièrement pris la main dans le sac. Leurs travers sont des plus communs et des plus lamentables - alcool, drogue ou coucheries, vols ou viols. Ils finissent parfois en prison pour cela. Je ne vois aucune raison pour que les politiciens soient, par une espèce de grâce divine, immunisés à ces faiblesses.

Le Rasoir d'Ockham, toujours.

Écrit par : Stéphane Montabert | 16 mai 2011

La "fuite en avion" n'aurait servi à rien. Le siège du FMI étant à New York, DSK aurait été dans l'incapacité d'y sièger (comme Polanski qui n'a jamais pu remettre les pieds aux USA depuis 1979 !). Il aurait donc été "démissionné" avec en prime un procès perdu d'avance. Il faut savoir qu'un juge américain peut traiter une affaire même si l'accusé est en fuite. Et le juge est TOUJOURS sévère en cas de fuite. DSK aurait été condamné au maximum (environ 70 ans de prison) avant la Noël, et aucun président américain n'aurait accepté de discuter avec "ce" président français.

Bref, la fuite l'aurait grillé définitivement. Il aurait plombé la France en cas d'élection, et rien ne dit que les français auraient voté pour ce risque. D'ailleurs, il aurait retiré sa candidature à l'élection.

Mieux vaut qu'il se défende aux USA. Les candidats ont jusqu'à mars 2012 pour se déclarer. Il est probable que Martine Aubry (chef du PS) sera la candidate. Mais ça ne change RIEN. Aubry et Sarkozy, comme DSK, sont mondialistes, immigrationnistes et leur mouvements alternent pour nous couler depuis plus de 30 ans. Alors, l'un ou l'autre... 2012 ne sera pas meilleure pour le peuple que 2011. 2013 sera pire, etc, jusqu'à une rébellion des urnes.

Écrit par : Paul | 16 mai 2011

Coupable ou non. DSK est grillé pour la présidentielle 2012 et certainement pour sa place au FMI.

On peut-être blanchi juridiquement dans une affaire de moeurs; mais on ne l'est jamais vraiment par l'opinion publique.

C'est triste, mais c'est comme ça.

D.J

Écrit par : D.J | 16 mai 2011

@Paul: je suis d'accord, le socialisme étouffant la France depuis le passage de l'ombre à la lumière de 1981 ne s'arrange pas avec la disparition politique de DSK. C'est même pire en fait, parce que c'était le meilleur candidat que le PS avait à offrir.

Très honnêtement, pour la France, la disparition politique de DSK est une mauvaise nouvelle.

@D.J.: Blanchi juridiquement? On n'en prend pas le chemin.

Je vous passe les insultes que ce billet me vaut ; je n'ose imaginer en revanche ce qui se serait dit et écrit si la femme de chambre avait été agressée par un ministre de l'UMP.

J'ai appris par ailleurs que dès l'arrestation de DSK, le Quai d'Orsay a travaillé d'arrache-pied, mais sans succès, pour essayer de trouver un moyen juridique de faire profiter le président du FMI de son immunité diplomatique. Les services du gouvernement français ont essayé d'aider DSK. C'est peu surprenant: il a été nommé par Nicolas Sarkozy et représente la France dans le cadre de ses fonctions. Cette attitude ne correspond pas aux théories du coup monté.

Il est clair aussi que si le politicien socialiste parvenait d'une façon ou d'une autre à rejoindre la France (en jet privé par exemple) il ne serait jamais extradé après, fut-il cent fois coupable. Les USA ont été assez échaudé par les affaires Battisti, Cassez, Polanski pour savoir à quoi s'en tenir. Les médias et le gouvernement français jugent d'entrée tout Français arrêté à l'étranger comme innocent, et la justice de ce pays comme corrompue et pétrie d'injustice.

DSK paye une longue tradition française en matière d'asile politique et de refus d'extradition.

En tous cas, c'est assez distrayant de voir des socialistes soutenir un individu blanc, riche, puissant et plein de fatuité contre une femme employée d'hôtel pauvre et noire dans une affaire de violence sexuelle - tout ça parce qu'il est de leur bord politique.

Et leur credo est de "défendre les petits"? Laissez-moi rire!

Écrit par : Stéphane Montabert | 17 mai 2011

"En tous cas, c'est assez distrayant de voir des socialistes soutenir un individu blanc, riche, puissant et plein de fatuité contre une femme employée d'hôtel pauvre et noire dans une affaire de violence sexuelle - tout ça parce qu'il est de leur bord politique."

C'est vrai que c'est assez piquant. :-)

Écrit par : Pascal D. | 17 mai 2011

Avec DSK à l'Elysée, les berlus-conneries auraient été assurées comme au bon vieux temps.
Au fait, pourquoi lui en vouloir, il était à la bonne école ! :o)

Voir ici à partir de 07:00... c'est piquant aussi !

http://www.dailymotion.com/video/xidmkl_230411-onpc-france-2-dumas-chez-ruquier-2-3_news

Écrit par : petard | 17 mai 2011

Vu le déferlement de révélations sur la sexualité pathologique de ce goret socialiste, je pense qu'il faut maintenant se poser la question de l'invraisemblable complaisance, complicité, des cadres du PS français, TOUS au courant de l'affaire Tristane Banon par exemple, et sans doute des centaines d'autres aussi. Alors comme ça, les camarades "qui veulent redresser la France" (la camionneuse Aubry sur France Inter ce matin) étaient prêts à faire élire à la présidence ce grand malade dégueulasse ?
Ce n'est pas d'aujourd'hui que j'ai compris que le 99% des socialos étaient des salauds arrivistes qui se cachaient derrière des idéaux prétendûment généreux pour se remplir les poches, mais là, j'avoue que la véritable saloperie des Aubry, Hollande, Royal et tous les autres me sidère. Pour reprendre les termes de la camionneuse.

Écrit par : Géo | 17 mai 2011

Et j'ai oublié les journalistes, une fois n'est pas coutume. Tout le monde parle de l'omerta française et se demande bien pourquoi les journalistes se sont tus. Quand Quartemer a publié dans son blog une note sur le danger que DSK courait aux USA dans ses relations avewc les femmes, de nombreux collègues lui sont tombé dessus parce qu'il se mêlait de la vie privée d'une personnalité (Pierre Haski, RSR1 ce matin). 96 % des journalistes français se disent de gauche et sont fiers de l'être. L'objectivité n'existe pas selon Jacques Pilet, donc laissons libre cours à notre subjectivité. Je vous laisse imaginer quelle aurait été leur attitude si DSK était membre de l'UMP...
Et les gens de gauche ne cessent de nous répéter que la presse est vendue au Capital...
On dira que Lagardère et Dassault ont d'autres chats à fouetter et que cela les amuse de nourrir des vipères dans les salles de rédaction de leurs journaux. Je n'ai jamais aimé les collectionneurs d'animaux dangereux : un jour ou l'autre, ils finissent toujours par sortir de leurs cages...

Écrit par : Géo | 18 mai 2011

J'ai dans ma bibliothèque un bouquin hautement intéressant paru en 1996, de Pierre Accoce et Pierre Rentchnick "Ces Malades qui nos gouvernent", dans lequel les insuffisances mentales et morales et physiques de deux douzaines des Grands de ce Monde sont décrites en détail.Deng Xiaoping, Papandréou, Jean->Paul ll, Mitterand, Reagan, Eltsine, Begin, Shah d'Iran, que sais-je. C'est tout simplement fascinant et terrifiant de savoir que le monde est mené par une telle bande de débiles. DSK est tout à fait dans cette ligne.
De la soit disant "égalité devant la Loi aux E.U.s: Quelle splendide rigolade. Si l'on détaille la proportion de Noirs incarcérés par rapport au total des détenus, il ressort clairement que la justice américaine est profondément et sincérement raciste. Il est notoire que dans le Sud en particulier, le même crime n'entraînera pas le même châtiment. "Selon que vous serez Blanc ou Noir, les jugements de Cour vous rendront puissant ou misérables" ou est-ce le contraire... Le viol d'une Noire par un Blanc est plutôt une bagatelle, le viol d'une Blanche par un Noir entraîne la peine de mort.
Je suis convaincu que DSK est coupable de ce dont on l'accuse, mais disons que cette affaire arrange bien du monde...

Écrit par : J.C. Simonin | 18 mai 2011

Attendons la suite afin de connaitre les détails.

S'il est innocent, ou il est impossible de prouver quoi que ce soit, toutes les hypothèse qui va de la jalousie au complot sont plausibles.

S'il est coupable, il n'a ce qu'il mérite. Il est temps que des les personnes qui accèdent ou pouvoir risquent de devoir répondre des crimes dont ils se rendent coupable.

Quand à certaines personnes, après avoir montré du soutien à un pédophile célèbre, vont-ils soutenir un éventuel violeur? C'est probable.

Écrit par : pensif | 18 mai 2011

«De la soit disant "égalité devant la Loi aux E.U.s: Quelle splendide rigolade»

Effectivement...

La "mise en bouche" avec le premier tableau du premier Acte (l'exhibition de DSK menotté entre deux policiers), n'avait pour but que de calmer l'opinion américaine. Et l'incarcération qui s'en est suivie, de faire avaler que la justice était la même pour tous. Démonstration réussie.

Mais, ce ne sera qu'au deuxième Acte, puis au troisième, que les choses "sérieuses" reprendront le dessus, lorsque les espèces sonnantes et trébuchantes (cautions et indemnisations pharaoniques), dicteront de la suite du scénard.

À vrai dire, dans ce registre, le boss du FMI (avec TOUT ce qui le caractérise), ne devrait pas être à court de munitions... s'il ne dipose du feu nucléaire, c'est au moins "tout comme".

Je ne serai donc pas surpris, même si le faisceau d'indices à charges s'épaissit de jour en jour, que le Monsieur soit partiellement blanchi et relaxé.

Écrit par : petard | 18 mai 2011

Il semblerait que le sofitel avait l'habitude de lui fournir des femmes de chambre complaisantes.
Je pense qu'on l'a piégé en lui envoyant tout exprès une femme vertueuse.
Certainement plus pour son travaille au sein du FMI que pour la présidentielle.

Écrit par : chaufroi | 18 mai 2011

"Je pense qu'on l'a piégé en lui envoyant tout exprès une femme vertueuse."
Scénario très intéressant. Bon courage pour le prouver...
Et bien sûr, Tristane Banon, c'était un coup des anti-sémites ? (oui, parce qu'il parait que DSK est juif, et que donc c'est par anti-sémitisme qu'on accuse ce malheureux...)
(Pascal Bernheim, ce matin sur RSR1)

Écrit par : Géo | 18 mai 2011

Bon, Il faut se calmer!
Il ne faut pas être forcement de Gauche ou de Droite pour approuver ou critiquer !!
Sachant que dans notre Démocratie Français, c’est L’Impunité de la personne qui est protéger sous couverture des droit de l’homme ! Mais Là aux USA, nous somme dans un état de droit !
(Façon US, je vous L’accorde) Mais quand même ici on essaye de faire la lumière sur des faits par des faits !!
Bon Maintenant :
Si DSK est innocent , alors qu’on le laisse tranquille !
Mais si il est coupable, et Bien, qu’il soit punit ! Mais attention, il faut quand même un peu réfléchir… = Cet Homme DSK est loin d’être un Idiot, au contraire il est très intelligent, Puissant et riche ! Donc, J’y viens = DSK pourrait se faire accompagner ou se faire rejoindre ou il veut et quand il veut pendant ces déplacements, par les plus belles escortes de la planète! I ne penserais même pas à violer une pauvre servante qui n’a rien fait pour l’aguicher et qui n’est pas un top model ! Encore une fois cet home est intelligent ! Donc = Il reste deux solutions ! = La solution du complot que j’écarterais tout se suite ! = Réfléchissez un peu…
Et la dernière solution ! = C’est que ce n’est vraiment pas de sa faute !! Mais oui c’est homme peut être malade !! (Car ce n’est pas a première fois… !) et dans ce cas , il à qu’à plaider la maladie et il sera déclaré Irresponsable et libéré ! dans le pie des cas, il ira faire un petit tour dans un établissement spécialisé ! et voilà ! = Il n’est pas nécessaire de faire du mal à cet homme ou de dire du mal sur lui, car ce n’est pas de sa faute, que l’on dédommage cette brave Dame comme il se doit, et notre DSK ira se faire soigner. Et sera libérer dans les plus brefs délais.

Écrit par : Wylpee | 18 mai 2011

"De la soit disant "égalité devant la Loi aux E.U.s: Quelle splendide rigolade. Si l'on détaille la proportion de Noirs incarcérés par rapport au total des détenus, il ressort clairement que la justice américaine est profondément et sincérement raciste. "

Tout a fait : et au procès de Nuremberg, pas un seul noir parmi les accusés !
Si ca c'est pas du racisme mon bon monsieur...

Écrit par : Nicolas | 18 mai 2011

J.C. Simonin : si la proportion de Noirs emprisonnés aux Etats-Unis excède largement leur proportion dans la population, c'est tout simplement... qu'ils commettent une part tout à fait disproportionnée des crimes et délits.

En ce qui concerne le crime évoqué ici, vous dites que le viol d'une Noire par un Blanc est plutôt une bagatelle, et que le viol d'une Blanche par un Noir entraîne la peine de mort.

Rien n'est plus faux.

Pour la bonne et simple raison que le pourcentage des viols et agressions sexuelles inter-raciaux où la victime est noire et le coupable blanc est de... 0 %. J'ai bien dit : zéro pour cent, ce qui, selon les statistiques officielles, correspond à un nombre de cas annuel compris entre zéro et dix (chiffres 2005).

En revanche, le nombre de Blanches violées ou agressées sexuellement par des Noirs, pour la même année, est de 37 460.

En bon français : il y a une véritable épidémie de viols perpétrés par les Noirs sur les Blanches aux Etats-Unis, alors que les Noirs ne représentent que 13 % de la population et que le crime inverse est inexistant.

D'autre part, le viol n'est pas puni de mort, mais, au plus, par la prison à vie.

Ces données contredisent les belles théories anti-racistes de la gauche, et ne sont, par conséquent, presque jamais mentionnées par les grands médias américains (ne parlons pas des médias européens).

Toutefois, elles proviennent des statistiques ethniques officielles, et sont librement consultables par n'importe qui sur Internet. A chacun, donc, de choisir entre la propagande politiquement correcte... et la vérité.

Écrit par : Robert Marchenoir | 18 mai 2011

Ca dérive, messieurs. Merci de recentrer les commentaires sur l'affaire judiciaire en cours.

Écrit par : Stéphane Montabert | 18 mai 2011

Cadeau :

https://www.youtube.com/watch?v=-epJgcr7aVI&feature=player_embedded

Non, ne me remerciez pas, c'est un plaisir :D

Écrit par : Laetitia | 19 mai 2011

Merci pour ce moment d'humour Laetitia. Toutefois, il faut expliquer pour nos amis suisses...

Le... disons la chose noire dans le T-shirt est un rappeur à deux balles, quartier des Pyramides (un coin pas trop chaud, d'ailleurs). Il essaie désespérément de vendre ses CD et des fringues en ligne, et a choisi la provocation et la vulgarité pour se faire remarquer (vu qu'au niveau rap, c'est archi nul).

Il doit avoir une vingtaine de vidéos à base de "Cortex représente", "sa mérrre" et "j'te b*ise". Ca revient toutes les 10 secondes. Et tout le monde le prend pour un guignol. Il n'a même pas eu droit à un seul procès : les victimes préfèrent rigoler que porter plainte !

Et ca fait une publicité peu flatteuse pour les noirs. Même les racistes vont finir par l'adorer !

Écrit par : Paul | 19 mai 2011

"Ces données contredisent les belles théories anti-racistes de la gauche"

Heu, non, la gauche EST raciste. Sinon, on ne voit pas pourquoi elle serait tellement obsédé par ces histoires de races..

Comment peut on voir le Diable partout sans y croire ?

Écrit par : Nicolas | 19 mai 2011

En effet DSK en principe n'a pas besoin de prouver hors de tout doute son innocence, ¨reasonable doubt ¨suffira pour le sortir d'affaire, ouvrant la porte a des dommages et intérêts en sa faveur, éliminant toutes poursuites de la plaignante, certe sa carrière politique prend fin, mais qui dans la gauche caviar voudrait avoir un DSK dans la course ??? de même du côté droit.
les ténors du barreau vont pouvoir facturer a qui mieux mieux leurs services, le procureur de NY sortira la tête haute clamant la difficulté de la preuve, 57% des Français se légitimeront de l'arnaque dont DSK a été vistime, reste les collatéraux dont personne ne semble considérer.
Dans un an ou deux DSK écrira un livre, ¨la chute de l'aigle ¨ et même un film ! ça rapporte énormément a l'auteur.

Écrit par : 100blagues | 19 mai 2011

Ainsi donc, le Monsieur est sorti de taule contre une caution de 1 million. Des cacahuètes à ce niveau-là. Et maintenant ?
Il a démissionné, ce qui arrange des tas de monde. Reste à savoir QUI va le remplacer. Un Américain ? Les E.U.s sont techniquement en faillite. Un Européen ? Les Européens sont dans la mouise jusqu'au cou avec leur euro. Un élément des pays émergents ? Il pourrait être honnête et compétent et s'attaquer aux véritables problèmes de la spéculation sur le plan mondial, ce qui emm....... bien trop de monde.
En somme, on est témoin d'une affaire qui se développe au p'tit bonheur la chance, des politgangsters se débarrassant d'un concurrent sérieux pour une présidence, des banksters "too big to jail" cherchant un répis, cependant que les peuples réclament avec de plus en plus d'insistance (voir en Espagne) le départ de tous ces salopards et l'instauration d'un système décent.
C'est juste, ce que j'écris, ou c'est-y que j'ai raison ?

Écrit par : J.C. Simonin | 19 mai 2011

C'est juste, ce que j'écris, ou c'est-y que j'ai raison ?

absolument raison ...mais pour combien de temps ??? je vous suggère un Canadien a la tête du FMI, ni trop près des américains , ni trop loin de l'EU ; le canada a la réputation d'avoir un système banquaire assé solide et qui n'a pas eu à renflouer ses banques lors de la crise comme la fait la Suisse.

Écrit par : 100blagues | 20 mai 2011

@J.C. Simonin: le diagnostic que vous posez sur le FMI dépend de l'époque, car son rôle a évolué au cours du temps. Je vous invite à lire un billet de Guy Sorman résumant cette évolution, ainsi que la "touche" de Dominique Strauss-Kahn dans le tableau actuel:

http://www.claudereichman.com/articles/sormanfmi.htm

Écrit par : Stéphane Montabert | 20 mai 2011

Ce qu’il y a de pire dans l’affaire DSK c’est l’éclosion de tous ces affreux moralistes qui se permettent (parce qu’ils sont bien évidemment tellement meilleurs) de juger et de condamner celui qui s’est fait prendre les culottes à terre.

Geo, Stephane et consorts, j'ai une question : C’est si bon que ça d’avoir quelqu’un à mépriser et à écraser ? Ou c’est juste rassurant de savoir qu’il y a pire que soit ?

Quoi qu'il en soit, j’ai toujours détesté les donneurs de leçons et là depuis une semaine, on les entend vraiment beaucoup, beaucoup trop…..C'est infernal !

Vivement le prochain "buzz" médiatique, qu'on parle d'autre chose

Écrit par : Vincent | 20 mai 2011

@Vincent: affreux moralistes? Comme s'il était inconvenant de rappeler qu'on ne doit pas violer une femme? Que la justice existe? Que cette affaire est peut-être l'arbre qui cache une forêt?

Si la justice américaine refuse d'accorder un traitement de faveur à un officiel riche et puissant accusé d'avoir agressé une femme de ménage, excusez-moi, mais cela mérite des louanges, pas la critique.

Pauvre Dominique. Il a passé deux nuits en prison. On l'a photographié sans qu'il soit à son avantage. On a pris au sérieux les accusations d'une femme de chambre. Oh pauvre Dominique. Vous devez en avoir les larmes aux yeux.

Peut-être faites-vous partie de ceux qui trouvent "barbare" l'idée de s'attaquer à un individu parce qu'il est riche, influent et populaire? Peut-être votre idée de la justice est celle d'une justice à la française, celle qui condamne les criminels à la liberté et étouffe les affaires mettant en cause les puissants?

Ce n'est pas les actes de DSK qui me choquent - et comme je l'ai dit plus haut, c'était le meilleur candidat que le PS avait à offrir - c'est la réaction que provoque l'affaire depuis. On voit le soutien à un violeur de la part du PS et d'une partie de l'UMP. On découvre le silence de la presse depuis des années. On s'atterre de la connivence entre les médias et le pouvoir. On s'indigne du mépris pour la victime. Et le procès n'est même pas encore commencé.

Tenez, un petit lien sur un bon aricle de Newsweek (traduit) jetant un regard sur l'affaire:

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/l-affaire-dsk/20110520.OBS3578/dans-newsweek-ces-narcisses-qui-defendent-dsk.html

Et aussi un point de vue intéressant sur la fameuse présomption d'innocence:

http://www.contrepoints.org/2011/05/18/25414-presomption-dinnocence-vraiment

Je finirai en citant ces mots du médiateur d'Edipresse (http://www.mediateur.edipresse.ch/?p=142):

Le titre d’une chronologie de l’affaire parue dans 24 heures (éditions du mardi 17 mai) a fait bondir un lecteur d’Yverdon-les-Bains: «Les heures qui ont bouleversé une vie». La vie est bien entendu celle de DSK. Comme si le journal, ébloui par la personnalité du directeur du FMI, avait de la peine, je cite, «à distinguer sous l’uniforme d’une femme de chambre, une personne aussi respectable que le dignitaire tant admiré».
Or, poursuit ce lecteur, «l’employée du Sofitel devra aussi faire face à des conséquences dramatiques. La tenue d’un procès, avec des avocats de la partie adverse investigateurs, l’exposition mondiale de sa vie privée fera sans doute aussi basculer sa vie».
Le médiateur abonde dans ce sens. L’extrême rareté de toute allusion au sort de cette femme dans les premières réactions recueillies en France auprès d’amis, de rivaux (et de rivales!) du PS ou d’adversaires, à l’exception de Marine Le Pen évidemment, était plus que choquante. Elle était indécente, scandaleuse.
Le dernier mot de l’histoire n’est pas dit. Mais s’il existe pour l’instant une victime qui devrait être respectée, c’est elle.

Écrit par : Stéphane Montabert | 20 mai 2011

La vérité commence à sortir : le droit de cuissage est une constante de la politique française, et pas seulement chez les cas connus (Chirac, Giscard...).

Ainsi, une journaliste française en poste à Londres, plutôt de gauche, écrivant dans un quotidien anglais (on n'est jamais trop prudent...), a interrogé quelques-uns de ses confrères du sexe, d'où il ressort que les comportements à la DSK sont tout à fait banalisés. Une journaliste rapporte comment, accompagnant le sénateur socialiste Claude Estier dans sa voiture, celui-ci passait son temps à confondre son genou avec le levier de vitesses.

Pourtant, Claude Estier (dont j'ignore même s'il est encore en vie) n'a jamais eu une réputation à la DSK ou à la Chirac.

Petite question : qu'en est-il en Suissse ? Je serais curieux de savoir si les politiciens locaux tapent de la même façon dans le cheptel journalistique féminin.

Écrit par : Robert Marchenoir | 23 mai 2011

Présomption d'innocence ou présomption de culpabilité: tout l'art d'enculer les mouches!

Ici (chez nous), lorsqu'un individu est cueilli la main dans le sac (en flagrant délit), il est présumé innocent jusqu'à sa condamnation. Franchement, c'est complètement débile!

Mais le plus grave, ici (chez nous), c'est lorsque un individu est jugé coupable (par intime conviction du tribunal), sans aucune preuve. Malgré que le doute devrait profiter à l'accusé.

Écrit par : petard | 23 mai 2011

@Robert Marchenoir: je pense que la Suisse est infiniment mieux lotie que la France pour ce qui est du traitement de la classe politique. Certes, ici aussi il y a de graves dérives (de l'Omerta sur le climategate à un traitement tout à fait partial de l'information, par exemple dans les émissions de "débat") mais cela est davantage dû aux opinions politiques des journalistes qu'à une collusion entre le pouvoir et les médias.

La fréquence des élections, les multiples niveaux auxquels interviennent les partis, l'absence d'une classe politique professionnelle rendent plus facile l'accession (et le renvoi) de politiciens dans la société civile, et amènent les partis à surveiller de près la réputation de leurs candidats.

La population suisse est très critique vis-à-vis de ses élus, et des écarts de conduite peuvent largement amener à la fin d'une carrière poltique.

Regardez Ricardo Lumengo, un conseiller national suisse; il était accusé de fraude électorale et a été acquité, car il n'avait "que" rempli les bulletins (sans les signer et les renvoyer lui-même, en tous cas il n'y a pas de preuves en ce sens) et le délit, ramené à de la simple "captation de suffrages", était prescrit. N'empêche que sa carrière politique au sein du PS bernois est terminée.

On est loin de la France, où des politiciens jugés et condamnés comme Alain Juppé peuvent se voir attribuer un fauteuil de ministre!

Écrit par : Stéphane Montabert | 23 mai 2011

Les commentaires sont fermés.