20 juin 2011

Renens dit oui aux caméras

Les résultats sont sans appel: 57% des votants ont approuvé la pose de caméras à la gare ce dimanche. Une bonne petite claque à une équipe communale prônant le non à tout crin, et dont l'angélisme confine à l'aveuglement volontaire dès qu'il s'agit de criminalité.

Le taux de participation est faible (moins de 27%) mais n'a rien d'inhabituel pour un scrutin de ce type.

Sur les ondes de la TSR, la syndique POP de Renens, Marianne Huguenin, déployait des trésors de langue de bois pour expliquer que la défaite n'en était pas vraiment une; que non, bien entendu, la gauche n'était pas "idéologiquement" arc-boutée contre l'idée de caméras de surveillance (les deux ans de débats au Conseil Communal et l'emploi de l'arme ultime de l'initiative témoignent de cette ouverture d'esprit, tout comme les commentaires des adversaires sur ma prise de position sur le sujet...) et que, bien entendu encore, la Municipalité avait à coeur l'emploi efficace des deniers publics (ce qui se voit tout de suite au vu de ses priorités budgétaires.)

Bref, un déni de réalité typique d'un mouvement politique réticent au possible à demander son avis à la population en dehors des échéances électorales obligatoires, et un rappel mérité à l'existence que vivent les habitants de Renens.

C'est une très belle victoire pour le PLR renanais et pour la sécurité en ville. Comme d'autres je pense, je suivrai de près l'évolution des crimes et délits dans les zones sous surveillance une fois les caméras en fonction, ainsi que le taux d'élucidation de ces affaires une fois les caméras posées.

Évidemment, ce dénouement dépendra grandement de la bonne volonté de la municipalité à mettre en oeuvre la décision populaire. Nous partageons l'inquiétude du PLR à ce sujet, mais dès le premier juillet l'UDC pourra s'associer à l'effort politique au Conseil Communal pour que le scrutin de ce dimanche garde sa signification.

Ce vote illustre enfin le décalage entre les positions idéologiques des édiles de la ville et les préoccupations des citoyens. Il prouve que l'électorat de Renens n'est pas prêt à suivre aveuglément les directives des partis, fussent-ils majoritaires au conseil communal, et ouvre peut-être la voie à d'autres initiatives du même type - en attendant que les habitants de Renens réalisent qu'ils ne se reconnaissent plus dans ceux qui sont sensés les représenter.

so_Renens.jpg
Typique de Renens: loin de se contenter d'avoir un avis, le conseil communal
et la municipalité (tous deux à
gauche) se sont arrogés le droit d'intervenir
directement dans la campagne électorale. Aux frais du contribuable, naturellement.

Commentaires

Une bonne nouvelle : le discours sécuritaire ne fait pas recette, 73% de vos concitoyens n'ont pas daigné donné leur avis sur cette question piège et electoraliste.
Une mauvaise nouvelle, encore trop de monde pour croire à vos mensonges : les caméras ne font pas reculer l'insécurité. Puisque vous avez écouté Marianne Huguenin, vous avez sans doute entendu parler de Villeurbanne, ville sans caméras, ou la délinquance est plus faible qu'à Lyon, ville voisine, truffée de ces joujous inutiles.
Sans parler de Londres, Madrid, New-York, des aéroports Américains, ou les caméras de surveillance n'ont pas empêché les actes terroristes, et n'ont pas fait diminuer les vols à la tire, les agressions, etc...
La gare de Renens viendra donc s'ajouter à cette longue liste d'endroits vidéo.-surveillés pour le seul plaisir de quelques politiciens qui peuvent ainsi faire croire à leurs électeurs qu'ils ont fait quelquechose, eux, pour leur sécurité.

Écrit par : jeff | 20 juin 2011

" Sans parler de Londres, Madrid, New-York, des aéroports Américains, ou les caméras de surveillance n'ont pas empêché les actes terroristes, et n'ont pas fait diminuer les vols à la tire, les agressions, etc... "

Avec 60% de crimes en moins depuis 20 ans; New York est l'exemple le plus mal choisi. Mais la gauche n'est pas seulement contre les caméras de surveillance mais contre la répression en général. Si à Londres cela n'a pas empêcher les attentats; cela a quand même permis d'effectuer des arrestations de suspects. Là est aussi l'intérêt des caméras. Pouvoir chopper plus rapidement celui qui commets des délits. Je doute que Villeurbanne a vue sa criminalité baissé grâce à l'absence de caméra. Chacun sa ville chacun à chacun sa politique sécuritaire.

Écrit par : D.J | 20 juin 2011

Ces caméras, ne cerait-ce pas que du cinéma?... Il ne faut pas se faire un film, ceux qui ont quelque chose à se reprocher vont simplement se cacher la bobine! Et puis malgré la caméra la cam est là et restera.

Écrit par : Baptiste Kapp | 20 juin 2011

L'usage des caméras est positif. Cela peut décourager certaines agressions. Cela a deux autres avantages.
1) La victime a vu son agression filmée. Pour les assurances, le film devient synonyme d'indemnisation.
2) Le truand, même s'il n'a pas peur des caméras, peut tout de même voire sa photo atterrir au fichiers des recherchés. S'il se fait coincer pour une autre affaire, cela alourdira sa peine.

En fait, la caméra est dangereuse pour le citoyen dans une dictature, mais pas dans une démocratie. Seul les gens qui fraudent la loi peuvent la redouter, le citoyen honnête s'en moque. Evidement, il faut être honnête. Pas facile pour certains, on le voit au premier message...

Écrit par : Paul | 20 juin 2011

L'état totalitaire "MADE IN UDC" arrive à Grands pas, et comme toujours avec le béni oui-oui des gens... et lorsquîl sera trop tard... ils nous feront le Grand refrain de 1945-Plus jamais ça.

Si jeter l'argent par les fenêtres et suivre un larbin UDC est devenu une manière constructive de faire de la politique, des jours tristes, comme un costume d'élu UDC vous attente, pauvres habitants de Renens vous réfugiant derrière la pseudo-sécurité de caméras dispendieuses.

Écrit par : NATAS999 | 20 juin 2011

Comme vous le dites Natas999 : fini les beaux jours de l'impunité, du gentil délinquant victime de la société capitaliste et de la méchante victime qui ose vivre mieux que les autres, et parfois porter plainte pour agression.

Les belles années 1970-2010 du gauchisme laxiste sont terminées ! Le citoyen veut de la sécurité. Le temps se couvre pour les libertaires à deux balles.

Écrit par : P'tit Malin | 21 juin 2011

Chacun ses priorités pour dépenser l'argent du contribuable NATAS999. Pour certains, on vise à plus de sécurité pour les citoyens, pour un coût de 100k (la 1ère année), puis 10k par année, soit Fr. 200k au bout de 10 ans et d'autres veulent dépenser 9000k pour la culture (équivalent à 900 ans d'entretien des caméras !), alors que cet argent pourrait aider les "working poors" chers à la gauche, ou encore à créer des places d'accueil pour les enfants ou les personnes agées. Chacun ses priorités, vraiment.

Écrit par : Pascal D. | 21 juin 2011

C'est assez suprenant de voir que certains se plaignent du coûts des installations de ces caméras et de l'autre ne disent absolument rien quand des millions sont investis pour les radars sur les routes.

Enfin... encore des idéaux mal placés. Quand un automobiliste dépasse la vitesse de 5 km, c'est normal qu'on mette en place une structure qui coûte des millions. Et de l'autre il ne faut surtout pas trop perturber ceux qui commettent des incivilités.

Mais la différence c'est le rapport avec le pognon qu'a la gauche. Peut-être devrions-nous aussi mettre en place un système aussi sophistiqué que les radars pour amender les incivilités et ramener de l'argent dans les caisses???

Écrit par : DdDnews | 21 juin 2011

C'est effarant, tout de même, cette propension au point Godwin. Etat totalitaire, mais bien-sûr, les opposants politiques sont rééduqués à la Brévine, les autonomistes de gauche qui détruisent même des boulangeries familiales dans les manifs anti-G8 sont froidement assassinés, etc. La protection des données, en Suisse, compte la législation la plus sévère au monde (si si, j'en sais quelque chose). Même si les caméras n'amélioreront pas spectaculairement la sécurité, c'est déjà une INITIATIVE plutôt que de dire 'yaka faukon' et pour finir, ne rien faire. Sport national d'une certaine gauche de la gauche.

Écrit par : Courant alternatif | 21 juin 2011

DDnews, je peux vous répondre sur le point que vous soulevez.

Dans les années 70-90 (selon les pays), la gauche qui se disait "proche du peuple" a goûté aux palais de l'Etat, au caviar et au saumon. Elle est devenue libérale. Le monde ouvrier, populaire, elle s'en fiche. Pour se distinguer de la droite de gouvernement (qui ne s'intéresse pas non plus au populo), elle a trouvé la lutte des races, remplaçant la lutte des classes qu'elle avait trahies.

Donc, pour la gauche comme pour la droite, on peut taxer à fond ceux qui dépassent la vitesse autorisée de 5km/h, ceux qui restent 3 minutes en stationnement génant ou qui passent au feu "orange". Ils se tairont, ils paieront. Ce ne sont que des petits suisses/français, des bouseux...

Par contre, les caméras permettent de repérer la déliquance et de photographier, bref de fournir les preuves au tribunal. Or, qui sont les plus gros délinquants, ceux qui peuplent majoritairement les prisons ? Les étrangers et les casseurs. Bref, le seul électorat qui reste à la gauche (étrangers = futurs naturalisés !) et les gens d'extrême gauches (casseurs = anarcho-libertaires ou "jeunes des zones sensibles").

Donc, gauche et gauchistes sont contre les caméras et pour les radars. La droite préfère l'inverse. Le bon sens préfère l'inverse lui aussi.

Écrit par : Paul | 21 juin 2011

Les caméras servent au moins à faire de la pédagogie anti-vol. La police de Lausanne a réalisé un film, à base d'images de caméras de surveillance, montrant commenet s'y prennent les pickpockets, pour aider la population à s'en prémunir.

http://www.lausanne.ch/Flash/2011/Police/Prev_vols/Prev_vols_2011.html

On notera le père de famille trop confiant (ou n'ayant pas remarqué les changements survenus en Suisse ces dernières années...), qui retire 28 000 francs à la banque, les met dans une enveloppe, met l'enveloppe dans sa poche de veste, met sa veste sur sa poussette, sort tranquillement de la banque... et se fait voler l'enveloppe par deux malfrats qui l'avaient observé quand il retirait son argent.

Histoire de mesurer la chance que vous avez, je vous signale qu'un tel film serait impensable en France, où les autorités hurleraient à la protection de la vie privée (celle des délinquants, bien sûr).

Le policier qui a fait fuiter les images d'une caméra de surveillance, qui montraient une agression raciste dans un bus de nuit commise par des immigrés contre un Français de souche, a été poursuivi par la justice.

En effet, ce film mettait à bas la réthorique de l'immense majorité des hommes politiques, selon laquelle le seul racisme qui existe est dirigé par les autochtones contre les immigrés.

Écrit par : Robert Marchenoir | 21 juin 2011

Allez donc jusqu'au bout de la démonstration, cher Robert.

La vidéo est disponible (pas en France, les antiracistes ne permettent pas ce genre d'offense à leurs petits protégés). Vous la trouverez en Russie.

http://rutube.ru/tracks/1734557.html?v=6d8c97f8ff1a921a750c9f566ac8f55f

La victime est le jeune blanc en écharpe. Et le déchainé la m*rde en capuche blanche. De quoi vous faire aimer les caméras... et hurler Nats999 et Jeff !

Écrit par : Paul | 21 juin 2011

Ces gauchos qui ont le culot de parler d'argent du contribuable la dilapidé pour des caméras de surveillances alors que le socialisme est une idéologie à gouffre à milliards. Ce ne sont en tout pas les caméras de surveillance qui ont mis la Grèce ou l'Espagne sur la paille.

D.J

Écrit par : D.J | 21 juin 2011

Les commentaires sont fermés.