30 juin 2011

Déjeuner sur l'herbe, meurtrier inclus

C'est le feuilleton de l'été dont chacun se serait bien passé: la fuite de "Jean-Louis B.", évaporé dans la nature depuis le début de la semaine. On ne divulguera pas son nom de famille dans les médias. Les autorités débordent d'égards pour les assassins et les violeurs, et dans ces catégories Jean-Louis est un client de tout premier ordre. Outre ses viols, il tué une adolescente. Respect.

Jean-louis_B.jpgDans sa longue peine de réclusion à perpétuité, Jean-Louis est passé par plusieurs prisons; il a terminé sa carrière de prisonnier lundi en s'évadant de celle de Bellevue, à Neuchâtel. Remarquez, il ne s'est pas vraiment évadé, il s'est juste enfui à l'issue d'un pique-nique organisé pour lui sous la surveillance de deux agents de détention non armés, dont une femme. Le monsieur n'était pas menotté et a commencé à étrangler la gardienne depuis le siège arrière du véhicule sensé le ramener. Pas fou, notre homme a attendu le trajet du retour. Autant fuir le vendre plein!

Après l'altercation à l'intérieur de la voiture, il s'est enfui à pied. L'autre gardien, indemne, n'a pas été capable de courser l'homme de 64 ans.

On ne pourra pas plaider la surprise, seulement l'aveuglement. L'administration pénitentiaire, bonne fille, n'a pas tenu rigueur à Jean-Louis de ses écarts de conduite passés. Ce n'était de loin pas le premier incident provoqué par notre bonhomme. Il a commis au moins cinq viols dont deux lors de permissions accordées en détention. Jean-Louis n'était pas vraiment un prisonnier modèle, certes, mais pas au point de lui refuser des "sorties humanitaires". On n'est pas des bêtes!

Des fois, je me demande ce qu'il faut avoir fait pour se voir refuser une sortie...

Pourtant, Jean-Louis a plutôt bien résisté à l'appel du large. Il ne s'est fait la malle que lors de sa quatrième excursion en sept mois. Suivant la logique administrative, on peut penser que les trois épisodes sans encombres plaideront en sa faveur la prochaine fois qu'on évaluera son droit humanitaire à partir se promener.

D'ailleurs, contrairement à ce que clament les uns et les autres, l'administration pénitentiaire était pleinement consciente du dossier de Jean-Louis. C'est à cause de ce dossier qu'elle l'a fait garder par une femme lors de la sortie pique-nique, la gardienne devant avoir un "effet thérapeuthique" sur le détenu. Ne riez pas, c'est du sérieux. Vous savez, montrer une femme à un criminel sexuel, ça le calme tout de suite. Regarde, Jean-Louis! Une femme! Ça te donne pas envie, hein? Comme celles que tu aimes tant violer et assassiner! Berk! Bon, oublions cela et partons gaiement à la campagne! Tu veux un sandwich au jambon? Mange-le entier, mon gars, parce que tu sais, il ne faut pas courir le ventre vide...

Depuis que Jean-Louis s'est fait la belle, on piste, on recherche, on diffuse des photos. On parle de "cafouillage".

Dans une fiction, personne ne croirait à un scénario aussi grotesque. Mais ce n'est pas du cinéma, c'est le système carcéral suisse. Et un niveau d'incompétence si dramatique que c'en est à se taper la tête contre les murs.

La notion de "sortie humanitaire" prendra un tout autre sens dans l'hypothèse probable où Jean-Louis commettrait quelque nouveau méfait avant la fin de sa cavale.

Car malheureusement, le feuilleton de l'été n'en est pas à son dernier épisode.

Commentaires

Ma première question : Comment se fait-il que, lors de ce genre de sortie, le détenu ne soit pas muni d'un bracelet électronique avec gps ?

Ma deuxième question : 4 sorties en 8 mois ?!?

Ma troisième question : quand on sait que certaines entreprises publiques vaudoises sont gérées comme des écoles maternelles et, que de ce fait, les employés subissent réprimandes, blâmes, avertissements et menaces de licenciement pour le moindre motif puéril, quelles seront conséquences pour les vrais responsables ?

Écrit par : nicolas | 30 juin 2011

Mais mon bon Monsieur, comment peut-on dire des choses pareilles ?
Envisagez un instant qu'on affuble ce pauvre homme de gardiens capables de le courser... il pourrait succomber d'une crise cardiaque en essayant de s'enfuir ; et alors, je vous laisse imaginer les titres de la presse, du style "Gardiens sadiques s'amusant à courser à mort un pauvre prisonnier", et les réactions outrées de moult politiciens !
Si vous lui refusez des sorties, ce ne sera guère mieux : il pourrait déprimer, le pôvre, ce qui le pousserait par exemple à mettre le feu à sa cellule et en mourir (toute ressemblance avec des événements récents n'est bien entendu que fortuite).
Et si, malgré tout, vous persistez à rêver d'autorités sachant se montrer fermes, réveillez-vous ! La Cour Européenne des Droits de l'Homme s'empresserait de condamner la Suisse, coupable de nier si injustement le droit de JLB à violer et tuer en paix...

Écrit par : zamm | 30 juin 2011

Depuis l'éviction de Christoph Blocher du département de justice et police c'est la descente aux enfers.....preuve de l'incompétence des "suivantes"!
Alors le seul choix, encore une petite possibilité avant de sombrer dans le crématoire.....c'est un bulletin-soleil dans les urnes en octobre prochain.

Tant qu'à faire mieux vaut le soleil que les feux de l'enfer pour se sentir au chaud et bien protéger dans son propre pays.

Les discussions et tergiversations ne servent à rien! Il faut des preuves par les actes, et pour cela avoir des dirigeants qui ont des c.......et prenent leur responsabilités par des décisions radicales. Seul Christoph Blocher a su démontrer se tempéramment ces vingt dernières années.

Écrit par : Corélande | 01 juillet 2011

Bonne nouvelle, le fuyard a été repris, Jean-Louis B. s'est rendu à la police aux Rasses (VD). Espérons qu'on ne trouvera pas une ou deux victimes dans un fossé...

@nicolas: officiellement, ce genre de détenu doit sortir uniquement pour des raisons impératives, être menotté, et sous garde armée. Comme on le voit, il y a de l'écart entre les textes et leur interprétation.

Ici, le prétexte donné aux sorties était le "maintien du lien" entre le détenu et la société. Je me demande en quoi un condamné à perpétuité aurait besoin de maintenir un tel lien social, puisque l'objectif de sa peine n'est clairement pas la réinsertion. La société avait plutôt intérêt à se préserver de ce type là que de chercher à maintenir un "lien" avec lui, comme en témoignent les deux viols commis lors de sorties précédentes.
De plus, même emprisonné, Jean-Louis n'était pas coupé de toute relation humaine: il travaillait avec d'autres prisonniers et était assez bon joueur de foot, au dire de ses codétenus.

Quant à demander quelles seront les conséquences pour les responsables, je vous réponds tout de suite: aucune, pour personne. On parlera de "dysfonctionnement", on mettra en place une commission d'enquête qui concluera à des changements à apporter aux procédures et chacun se félicitera que le problème soit désormais réglé.

@zamm: hélas, vous avez raison sur toute la ligne. Et quand je pense que la Suisse s'est créée sur l'indépendance envers les juges étrangers!

@Corélande: je ne vois pas trop ce que M. Blocher vient faire là-dedans, la gestion des prisonniers est une affaire strictement cantonale (ou relève dun concordat inter-cantonal, si vous préférez.)

Écrit par : Stéphane Montabert | 01 juillet 2011

Je vous trouve très sévères à l'égard de vos autorités. Une toute petite évasion d'un violeur multi-récidiviste pour cause de pique-nique, bon, c'est des choses qui arrivent.

En France, nous faisons beaucoup mieux :

- Evasion de prisonniers au cours de balades à vélo destinées à les réinsérer. Pour se dédouaner, les autorités expliquent qu'au cours d'une balade à vélo, il n'est pas vraiment possible de surveiller les détenus.

- Evasion d'un prisonnier à l'occasion d'un stage de... parapente, destiné à le réinsérer dans la société. Notez qu'il ne s'est pas évadé en parapente ; il a juste prétexté qu'il allait faire pipi.

- Cours d'équitation donnés aux prisonniers, afin de les réinserer dans la société. Pas encore d'évasion signalée, mais c'est sans doute parce que l'hippodrome destiné à ces activités n'a pas fini d'être construit à l'intérieur de la prison. Prison qui n'a plus les moyens de payer ses factures d'eau et d'électricité. Une évasion à cheval, je trouve que cela aurait plus de gueule qu'avec un vulgaire hélicoptère. Vous ne trouvez pas ?

Donc, vous m'excuserez de pouffer légèrement avec votre histoire de pique-nique.

Écrit par : Robert Marchenoir | 01 juillet 2011

"Voyons un peu", comme disait l'aveugle en se glissant au volant de sa voiture de sport.
Récapitulation de quelques affaires récentes et de quelques observations:
Il y a quelques années de cela, un type écope de 46 mois ferme pour avoir créé une association qui prenait le système judiciaire suisse à rebrousse-poil. Il était totalement opposé à toute violence physique, n'a jamais été un danger public.
A peu près à la même époque, dans le Canton d'Argovie, un gus qui a perdu son Bleu six fois pour excès de vitesse et qui tue une gamine sur la route écope de neuf mois, mais peut continuer à rouler en atendant son incarcération.
A Bienne un formidable déployement policier pour arrêter un gus inoffensif. Un coup de feu part, personne ne sait exactement d'où, le gus est en taule, ça peut durer.
A Bienne également, le directeur des hôpitaux est viré de son poste sans aucune raison valable, sa demeure est passée au crible par la police, aucune charge n'est relevée contre lui. Cela fait deux ans que l'affaire traîne. Personne n'est responsable de rien.
A Bochuz, un détenu est laissé à crever dans sa cellule, parce que la procédure ne prévoit pas un tel cas. La question, Pourquoi il était en taule en premier lieu, n'aura pas de réponse.
Environ 80% des requêtes présentées au TF par des gens cherchant leur Droit sont rejetées. Ce qui revient à dire que 80% de ces gens, cherchant leur Droit, sont des imbéciles ou des emmerdeurs - ou un mélange des deux. A Strasbourg, la proportion est de 98%.
Selon mon expérience personnelle, dans le Canton de Vaud, la Convention Européenne des Droits de l'Homme - ainsi que de la Femme, sans aucun doute - vaut autant que le papier sur lequel elle est imprimée.
D'une manière générale, il doit être dit - et écrit - que nos Cours de Justice à tous les niveaux sont des institutions incapables de résoudre le moindre problème en temps utile et que l'incompétence, la corruption et l'arrogance sont les caractéristiques des ces institutions.

Écrit par : J.C. Simonin | 01 juillet 2011

Il a finalement quelques réactions: le directeur de la prison de Rasse et son adjoint ont démissionné. Reste à savoir si ce sont des lampistes ou les vrais responsables des excursions de Jean-Louis. J'aurais tendance à pencher pour la première hypothèse.

Écrit par : Stéphane Montabert | 01 juillet 2011

Je suis largement de votre avis, mon cher Stéphane. Il existe déjà dans ce beau pays qui est le nôtre une caste de politicos et de magistrats "too Big to Jail".
Ainsi que le disait une vieille amie à moi, membre éminent de la haute aristocratie bernoise: "Je sais qu'au Ciel nous sommes tous égaux devant Dieu, mais ici-bas, il y a encore de l'ordre".
Au cours des dix dernières années de notre activité de restaurateurs dans le Canton de Soleure, j'ai menacé au moins trois fois publiquenemt de flinguer des juges et des fonctionnaires qui ne faisaient pas leur travail. Lettres dûment signées, datées, copies à la police et aux journaux. Par trois fois, j'ai obtenu mon droit de cette manière. Cela signifie rien de plus et rien de moins que la fin de l'Etat de Droit, lorsque l'on en arrive à de telles extrémités. J'ai écrit un livre relatant les faits, en langue allemande, ce livre se trouve en trois exemplaires à la bibliothèque cantonale à Soleure. Livre qui n'a pas provoqué l'ombre d'une réaction. Si les faits rapportés sont inexacts, je devrais être sévèrement châtié pour diffamation. Si ils sont exacts - ils le sont, jusqu'à la dernière virgule - le scandale devrait être formidable. Mais pas une vaguelette...
Savez-vous quel est le plus énorme scandale dans ce beau pays qui est le nôtre, mon cher Stéphane ? C'est qu'il n'est pas possible à un citoyen lambda de provoquer un scandale. tout le monde se tire, personne, jamais, n'assume, critique, s'investit, explore, s'indigne. Tout le monde il est gentil, tout le monde il est bon, jusqu'à ce que tout le monde se retrouve dans la merde jusqu'aux oreilles et alors, on se demandera. "Que s'est-il donc produit ? C'est en tous cas pas ma faute..."

Écrit par : J.C. Simonin | 01 juillet 2011

Il semble qu'en France, il existe un projet cohérent du pouvoir judiciaire de relacher le pires criminels dans la nature pour provoquer quelques avantages financiers dans l'intérêt de cette caste de nantis aussi arrogants que de gauche. L'affaire Toni Meilhon en a été le meilleur exemple. Nos juges suisses, pour qui il n'est de bon bec que de Paris, se sont dit 1qu'il était de bon ton de libérer les criminels, puisque les Français le faisaient. Ils sont trop bovins pour en avoir saisi les raisons...

Écrit par : Géo | 04 juillet 2011

Bon, allez, nous aussi on vient de se payer notre petite évasion-pique-nique, par solidarité avec les Suisses :

"Un détenu du centre pénitentiaire de Moulins-Yzeure (Allier) s'est évadé jeudi, à l'occasion d'une activité organisée par l'établissement à l'extérieur, a-t-on appris auprès de l'Administration pénitentiaire et de la préfecture."

"Selon des sources proches de l'enquête, des détenus se sont rendus à la piscine de Moulins dans la matinée, activité prolongée par un pique-nique et une séance de gymnastique au stade d'athlétisme."

"L'homme aurait demandé à fumer une cigarette à l'extérieur d'une salle où il déjeunait, selon ces sources, et en aurait profité pour fausser compagnie au personnel qui encadrait cette sortie."

Enfin vous remarquerez que nous, en France, on rajoute les options : c'est un pique-nique précédé d'une sortie à la piscine et suivi d'une séance de gymnastique. Pas juste un petit pique-nique miteux, comme ça, avec rien autour.

Quand on réinsère, chez nous, on réinsère en grand. Non mais sans blague...

Écrit par : Robert Marchenoir | 07 juillet 2011

Les commentaires sont fermés.