03 juillet 2011

Dominique Strauss-Kahn: le retour de la vengeance?

Le New York Times a ouvert une brèche dans laquelle tous se sont engouffrés: le dossier de l'accusation "se serait effondré", au point de remettre en question l'ensemble du procès. Et d'aucun, en France, de voir Dominique Strauss-Kahn à la présidence.

Les tenants de la théorie du complot se sentent pousser des ailes.

Depuis le début de l'affaire, chaque camp fourbit ses armes. Un représentant de DSK est allé jusqu'au village natal de la victime, en Guinée, pour essayer d'arracher un accord à l'amiable avec sa famille. Mais le coup le plus violent porté au dossier vient du bureau du procureur lui-même. Quelle sont ces nouvelles informations?

nafissatou-diallo-victime-dsk.jpgSelon les deux enquêteurs cités par le journal américain, [Nafissatou Diallo, la femme de chambre supposée victime d'agressions sexuelles] a téléphoné à un détenu dans les 24 heures qui ont suivi sa rencontre avec Dominique Strauss-Kahn. Au cours de cette conversation, qui a été enregistrée, elle a évoqué le profit qu'il y aurait à maintenir ses accusations contre DSK. 
Ce détenu a été incarcéré pour possession de 180kg de cannabis et fait partie d'un certain nombre de personnes, qui ont transféré de l'argent, d'un montant total de 100 000 dollars, vers le compte bancaire de Nafissatou Diallo au cours des deux dernières années. 
Les enquêteurs soupçonnent la femme de ménage de faire partie d'un réseau de blanchiment d'argent.

 

La jeune femme aurait également nettoyé une autre chambre après "l'épisode DSK" et serait revenue sur les lieux une fois le directeur du FMI parti, contrairement à ses déclarations initiales. Finalement, elle aurait souscrit des abonnements téléphoniques auprès de cinq compagnies différentes alors qu'elle aurait assuré aux enquêteurs ne posséder qu'un seul abonnement (sans conteste son crime le plus abject.)

Au vu de ces révélations, je me suis empressé de relire mon premier billet sur l'affaire ainsi que mes commentaires, afin de vérifier si mes dires étaient devenus terriblement gênants. Mais en fait, non. Certes, certains aspects factuels présentés initialement on mal vieilli au fur et à mesure du déroulement de l'enquête (de même que la présentation des faits par les médias a évolué) mais le fond du débat reste tristement identique: l'inéquité entre les puissants et les faibles face à la justice, la fragilité d'une accusation parole contre parole, les casseroles du prévenu, et bien sûr, des prises de position qui sentent bon la justice de classe par les uns et les autres.

Dans une situation comme celle-ci la crédibilité est un facteur essentiel. Les jurés doivent être convaincus au-delà du doute, ce qui laisse peu de place à une accusation dont la motivation est entachée de soupçon.

sofitel.jpgChacun s'accorde à dire qu'un rapport sexuel a bien eu lieu. Les analyses ADN laissent peu de place à l'interprétation. Nafissatou Diallo a eu sur les parties génitales des hématomes reconnus par des professionnels de la santé. Mais ces éléments essentiels semblent avoir été complètement oubliés. Prenons le nettoyage d'une suite supplémentaire par la victime, le 14 mai, après son agression sexuelle présumée. Pareil comportement peut aisément s'expliquer par une situation d'état de choc et la nécessité absolue - confinant à l'absurde - de revenir temporairement à une routine. Les psychologues connaissent bien ces situations comportementales, mais aucun témoignage de ce genre ne parviendra dans les colonnes des journaux.

Le coup de téléphone passé dans les 24h à un ami détenu? Qu'y a-t-il de surprenant? Y-a-t'il un délai à respecter? La législation américaine ouvre fréquemment la voie à de larges compensations financières pour des victimes déposant plainte au civil. En écrivant cela, je n'apprends rien à personne. Quel mal y a-t-il à l'admettre? A en parler à un proche? Quitte à s'être fait violer, à essayer d'obtenir une compensation financière? Si une victime se débat pendant son agression, ce que chacun peut comprendre, faudrait-il qu'elle cesse après coup de lutter par tous les moyens possibles, comme une poursuite au civil avec dommages et intérêts à la clef? Ou alors, clamera-t-on que toute action en justice est motivée par de bas intérêts mercantiles à partir du moment où un plaignant demande plus que le franc symbolique?

Mais les révélations sur le passé de la jeune femme ou son comportement avant les faits sont autrement plus choquantes. Il n'y a pour l'heure pas le moindre soupçon de préméditation ou de complot. Le compte bancaire de la jeune femme a peut-être servi à faire transiter de l'argent sale, mais son implication ne semble pas lui avoir profité au point de la préserver de l'emploi ingrat de femme de chambre des années durant. Certes, Nafissatou Diallo n'a pas l'air d'être une sainte, mais c'est à se demander s'il faut être une sainte pour avoir le droit de porter plainte pour viol.

Dans une justice idéale (et visiblement utopique) le dossier porterait sur les faits. Des éléments de preuve mesurables et factuels. Et dans cette justice idéale, une victime de viol aurait le droit d'attaquer son violeur en justice, la victime fut-elle en délicatesse avec les services sociaux, avec un casier judiciaire, portée sur la boisson ou entrée illégalement dans le pays. La seule chose qui compte est ce qui est ce qui est reproché à l'agresseur, pas le statut social ou les relations que la victime entretient avec l'administration locale.

dsk1.jpgNafissatou Diallo mériterait peut-être une révocation de son permis de séjour aux Etats-Unis. Peut-être a-t-elle des relations fort louches. Peut-être est-elle vénale et membre d'un réseau de blanchiment d'argent. Et peut-être s'est-elle aussi fait violer par Dominique Strauss-Kahn. Tous ces éléments peuvent être vrais, simultanément.

Aujourd'hui, l'affaire DSK s'est pas mal dégonflée. Dès le début, j'imaginais mal un verdict jetant derrière les barreaux le directeur du FMI pour une quinzaine d'années - même s'il était pleinement coupable des faits qui lui sont reprochés dans la suite 2806 du Sofitel de Manhattan. Les moyens dont disposent la défense sont démesurés. Le bureau du procureur a eu beau jeu de révéler ces nouveaux éléments, il l'a fait seulement parce que les limiers des avocats du politicien les auraient amenés au procès.

Souiller la crédibilité de la victime est une ficelle vieille comme le monde. C'est désormais chose faite.

Aujourd'hui déjà, beaucoup pensent que tout ceci est un coup monté. Personnellement, je pense que non. Contre toute attente, selon moi ces éléments plaident en faveur de l'authenticité de l'agression sexuelle. Si Nafissatou Diallo avait comploté contre un client du Sofitel, elle aurait préparé plus soigneusement son témoignage. Elle n'aurait pas caché des détails gênants de sa vie, nuisant à sa crédibilité, qui auraient fini par être découverts. Elle n'aurait pas nettoyé une chambre supplémentaire après son passage dans la 2806, mais se serait jetée de façon théatrâle devant les caméras de surveillance de l'hôtel juste après l'événement, avec des vêtements déchirés pour faire bonne mesure. Quelqu'un prêt par convoitise à inventer un viol aurait agi avec autrement plus de sang-froid.

Dans l'hypothèse probable où le procureur de New York, Cyrus Vance, se préparerait progressivement à lâcher l'affaire, DSK pourra peut-être tenter un retour politique en France. Mais le soupçon n'est pas levé. Les électeurs de l'Hexagone pourraient ne pas être aussi prompts à en faire un saint que les journalistes et politiciens français.

Commentaires

Complètement d'accord avec vous. Il y a quelques semaines la victime supposée était presque une sainte et aujourd'hui, elle est accusée de tous les crimes du monde et les media de s'en donner à coeur joie. Nous ne saurons probablement jamais ce qui s'est réellement passé dans la chambre du Sofitel. Ce qui me déroute le plus ce sont les commentaires des socialistes français - et de certains journalistes - qui pensent que DSK pourrait refigurer dans la course à la présidence, tout honte bue.

Écrit par : Claude | 03 juillet 2011

Cela en dit long sur leur sens des responsabilités et leur lucidité...

Écrit par : Géo | 04 juillet 2011

Le New York Post rapporte surtout que Nafissatou Diallo exerçait des activités de prostituée à l'hôtel Sofitel, et que son proxénète était... le syndicat des femmes de chambre.

Or, si cela était vrai, cela expliquerait entièrement l'affaire.

On se rappelle en effet cette dirigeante d'un réseau de call-girls de luxe, qui s'est plainte, après le déclenchement de l'affaire, du comportement de DSK. Celui-ci, a-t-elle signalé, avait eu recours à ses services (fort coûteux) par le passé. Or, ses prostituées s'étaient plaintes de leur client à leur patronne.

Celle-ci n'est pas rentrée dans les détails, mais elle a indiqué qu'elle attendait de ses clients qu'ils se comportent "comme des gentlemen" avec ses filles, et non "comme des animaux".

L'allusion est claire : DSK les a brutalisées, comme il a commencé à le faire avec Tristane Banon, et avec bien d'autres.

Et c'est, très probablement, ce qu'il a fait avec Nafissatou Diallo : celle-ci était d'accord pour vendre ses charmes (hum...), mais pas pour se faire agresser par un homme des cavernes.

D'où les hématomes relevés par les médecins, les traces de sang, et finalement la plainte. D'où, aussi, le délai entre les faits et l'alerte.

Écrit par : Robert Marchenoir | 04 juillet 2011

Cet article, ces commentaires montrent une chose, les personnes veulent croire ce qu'ils ont envie de croire.
Que vous n'aimez pas les "socialo", c'est une chose, que vous n'acceptez pas la vérité en est une autre.
Dès le départ, c'était suspect. Il commence sa carrière de violeur a 62 ans ! Même les psy en doutaient. Les cinglés commencent jeune. L'accusation a faite passer Diallo pour une sainte, ils voulaient se taper un "gros".

Votre paragraphe qui tenterait de prouver l'authenticité est d'une stupidité.
Africaine débarquant au USA, liée à des gens pas honnête, elle-même non plus. Sa tatctique aurait pu marcher en Afrique ou les moyen d'investigations sont limité, mais je doute qu'elle savait qu'au US ils sont plutot très bon.
Le doute, on peut toujours le mettre, mais la logique des choses tel qu'on peut les lire, semble peu crédible voire absurde pour un viol.
Ce n'est pas pour autant que j'excuse les dérapages de DSK qui sont apparu dans la presse concernant son passé. L'harcèlement, si avéré est ignoble.

Écrit par : moket | 04 juillet 2011

Dans cette affaire il n'y a pas de fumée sans feu. DSK peut-bien être disculpé il est probablement plus une brute envers la gentes féminine qu'un gentleman. Si il est présidentiable pour les socialistes ces derniers devraient savoir qu'avec DSK, c'est qui a bu boira. Si le PS veut se plomber, c'est la voie à suivre.

Personnellement je n'ai rien contre l'adultère en tant que tel. C'est dans la nature humaine. Mais DSK est une personnalité de notoriété publique. Il n'assume pas son statut. Il devrait redevenir un monsieur tout le monde au lieu d'humilier sa femme aux yeux de monde entier.

Il en sortirait un peu plus grandi.

D.J

Écrit par : D.J | 04 juillet 2011

@Robert Marchenoir: effectivement, nous aurions là une explication plausible. Comment DSK est parvenu à avoir des rapports sexuels "non consentis" avec une femme qui le dominait d'une tête. Pourquoi elle serait rentrée seule dans sa chambre. Pourquoi M. Strauss Kahn serait sorti de sa douche d'humeur si facétieuse. Pourquoi il se serait senti si peu inquiété avant de se faire attrapper, et pourquoi il souhaitait donner immédiatement des explications au juge. Et peut-être pourquoi il descendait si régulièrement au Sofitel de Manhattan.

Il resterait quelques inconnues. Quelle qualification on peut accorder à cette version des faits, par exemple - consommer une relation sexuelle sans payer, ou la consommer différemment du plan prévu sans payer de supplément? A moins que DSK ait refusé tout court de payer et qu'il s'agisse d'une vengeance de la péripapétitienne? Une prostituée peut être violée, comme toute femme. Mais si une prostituée a une relation avec un client qui refuse de la payer, cela s'apparente-t-il à un viol? Vastes questions, qui ne manqueront pas d'être posées au procès.

Anne Sinclair est vraiment l'épouse cocue contente. Et quand bien même l'affaire DSK n'enverrait personne en prison (ce dont on se doute depuis un moment) elle touche au fond du sordide.

Dire qu'il était le meilleur candidat du PS. Je suis content que ce type ne se voie pas confiés les codes des armes nucléaires.

Écrit par : Stéphane Montabert | 04 juillet 2011

Après avoir beaucoup hésité, Tristane Banon, cette jeune femme qui s'est fait sauter dessus par DSK pendant qu'elle l'interviewait, a annoncé qu'elle porterait plainte contre lui. Assutôt après, DSK a fait savoir qu'il porterait plainte pour dénonciation calomnieuse.

Auparavant, Tristane Banon avait dit avoir sérieusement envisagé l'éventualité d'être assassinée si elle parlait.

Écrit par : Robert Marchenoir | 05 juillet 2011

L'affaire est loin d'être «pliée», comme on dit... Mais, sait-on jamais, le sperme découvert sur le col de chemise de la plaignante n'est p'têtre que du sperme déeskasien de synthèse, allez savoir!

Écrit par : petard | 05 juillet 2011

C'était cousu de fil blanc. Les Avocats de la défense l'avaient d'ailleurs annoncé......ils allaient chercher pour salir (plutot que décrédibiliser) hein!

Donc la victime (oui victime) salie deux fois.....puis à l'infini par ceux qui se gossent de cette affaire et en font des billets récurrents!

Franchement il y a mieux à faire, d'autant que personne, mais alors personne ne peut faire une analyse juste et cohérente de cette affaire, sans avoir le dossier sous les yeux.
Ce n'est donc que du voyeurisme et franchement les mecs, vous n'êtes pas fute...fute!
Y a-t-il un plaisir caché là-derrière!?!?!?!?!??!

Écrit par : Corélande | 05 juillet 2011

Dans cette affaire, nous sommes loin d'être "sorti de l'auberge".
D'une part, d'oû venait le sperme de DSK, retrouvé sur elle...
Ensuite pourquoi a-t-elle menti... Pour finalement avouer le contraire...
Qui se cache la derrière... J'ai la ferme impression que dans les rangs des candidats aux primaires du parti socialiste c'est pas la joie!
Car le coup fourré fait à DSK, pourrait bien venir de là...

Écrit par : Jean-François chappuis | 05 juillet 2011

Nouvelles déclarations de Tristane Banon à l'Express. En fait, l'agression qu'elle a subie de la part de DSK était allée encore plus loin qu'elle ne l'avait dit dans un premier temps :

"Tristane Banon assure que lorsqu'elle a pour la première fois publiquement évoqué les faits, dans une émission de Thierry Ardisson en 2007, elle n'est pas entrée «dans les détails glauques». Dans L'Express, elle décrit des «doigts dans (sa) bouche», des «mains dans (la) culotte après m'avoir fait sauter le jean et le soutien-gorge», et une bagarre de plusieurs minutes au sol : «Quand j'ai compris qu'il voulait vraiment me violer, je me suis mise à lui donner des coups de pied»." (Le Figaro, ce jour)

On comprend bien qu'une femme n'ait pas forcément envie d'annoncer ces détails-là à la terre entière le lendemain des fais, surtout si son entourage, et jusqu'à sa mère, lui suggèrent, comme ce fut le cas à l'époque, qu'une plainte ne pourrait aboutir contre un homme aussi puissant.

Si DSK est capable de faire cela à une journaliste de 23 ans venue faire un livre sur lui, une femme de surcroît proche de son cercle familial, qu'est-il capable de faire à une prostituée africaine qui fait le ménage dans son hôtel ?

Écrit par : Robert Marchenoir | 05 juillet 2011

Nous sommes en présence de deux truands.

A ma gauche, une immigrée africaine qui a menti sur son passé pour entrer aux USA, pratiquant sans doute le "sex tariffé" en se la jouant "victime d'un satyre". Hélas, elle s'est trompé de cible !

Car à ma droite, c'est DSK, partouzeur bien connu, mais:
1) personnage important au niveau mondial
2) juif ultra-sioniste (je me lève chaque matin en me demandant ce que je peux faire pour Israël). Pour ceux qui connaissent, il est également talmudiste.
3) très riche grâce à sa femme (milliardaire en euros, mais il ne faut pas le dire)
4) membre du Siècle et entouré de franc-maçons tendance B'nai Brith (c'est une loge strictement juive qui a une forte "influence" sur les autres)

Bref, DSK est intouchable. Si madame voulait se faire du fric, c'est le mauvais numéro. Et si DSK ne peut pas concourir à la présidentielle française, la vengeance sur madame sera terrible. Au mieux la prison, au pire l'expulsion. On peut jouer avec un chien, mais pas avec un loup qui a sa meute derrière lui...

Ceci dit, si elle peut nous éviter DSK comme président, je la remercie. Mieux vaut Martine Aubry que DSK et Sarkozy (mêmes afinnités, mêmes amis).

Écrit par : Paul | 05 juillet 2011

@ Stéphane Mautabert

Je suis d'accord (exceptionnellement) avec vous. Je trouve en effet votre billet pertinent, si ce n'est que selon moi, nous ne sommes pas en mesure de nous faire une idée précise de savoir si agression sexuelle il y a eu ou non et dans quelles circonstances.

Ce qui est intéressant de constater ici, c'est la tendance générale à prendre partie selon sa tendance politique. Les socialistes en France n'en ressortent pas plus intelligents. J'imagine que si un élu UMP devait subir les mêmes accusations que DSK, certains socialistes auraient soudainement été convaincus de l'authenticité de l'agression sexuelle. De même, il est piquant de constater que certains affichent leur compassion pour la victime éventuelle alors que traditionnellement ils ne ressentent au mieux que de l'indifférence pour une personne issue de l'immigration ayant trempé dans des affaires troubles.

Écrit par : Ngabo | 06 juillet 2011

Ngaboooooooo d'où la vraie volonté publique de vouloir expulser les étrangers
c r i m i n e l s.....est-ce que ce dernier mot vous parle......enfin!

En l'occurence ici, le délit n'est pas du fait de la femme abusée, mais bien de
"l'étranger"....en plus, qui c'est cru tout permis.....parce que pas chez lui peut-être....ça aussi ça vous parle?

L'important dans la vie c'est d'être bien dans "ses bottes" et cela incombe de bien faire la part des choses......ohohoh!

Écrit par : Corélande | 06 juillet 2011

COUPABLE !
COUPABLES !

(Avant - Après)

Écrit par : Nicolas | 06 juillet 2011

@ Corélande

"Ngaboooooooo"

Faudrait peut-être penser à passer au décaféiné. :-)

"d'où la vraie volonté publique"

Parce qu'il existe une "fausse" volonté publique?

"de vouloir expulser les étrangers
c r i m i n e l s....."

Joli. Arriver à changer de sujet et venir à celui qui vous obsède et à justifier ce changement par l'affaire DSK, moi je dis chapeau.

"est-ce que ce dernier mot vous parle......enfin!"

Intéressant. Un mot qui parle. C'est mignon.

"En l'occurence ici, le délit n'est pas du fait de la femme abusée, mais bien de
"l'étranger"....en plus, qui c'est cru tout permis.....parce que pas chez lui peut-être....ça aussi ça vous parle?"

Euh, non, ça ne me parle pas plus que ça. M'enfin, à bien y réfléchir, a-t-on pensé d'ailleurs à vérifier si DSK avait un passeport en règle, un permis de séjour? Qu'en est-il du "regroupement familial" avec sa fille? Vous soulevez des questions pertinentes, ici, qui permettent de mieux cerner le mécanisme de la criminalité, sans aucun doute. Et comment est arrivé DSK aux USA? Un boat people sans doute. RRRRHHHHHAAAA zes zales zétrangers, hoiiii! Ils sont partout, même à l'étranger! ;-)

"L'important dans la vie c'est d'être bien dans "ses bottes" et cela incombe de bien faire la part des choses......ohohoh!"

A bien y réfléchir, il s'agit de deux choses qui malgré votre affirmation ne sont pas forcément liées l'une avec l'autre. Il est en effet possible de se sentir bien dans ses bottes et de ne pas être en mesure de faire la part des choses. Preuve en est qu'être imbécile n'empêche pas forcément d'être heureux et faire preuve d'esprit ne protège pas non plus du malheur. Il eût été plus utile ici de vous contenter d'écrire "ohohoh". Au moins, on aurait pu chercher à y trouver un sens quelconque, alors que le reste de votre propos n'est que fatuité et ineptie. M'enfin, c'est pas nouveau et ça m'amuse toujours autant quand même.

Écrit par : Ngabo | 07 juillet 2011

Bon, il semble que Nafissatou Diallo n'ait pas nettoyé une chambre après la suite 2806. Pour avoir une idée précise et fiable du déroulement de l'événement il faudra encore attendre.

Un résumé élégant a été donné hier par un avocat interviewé dans la Tribune de Genève: "nous sommes dans une affaire parole contre parole entre une femme qui a un problème avec la vérité et un homme qui a un problème avec les femmes."

Écrit par : Stéphane Montabert | 07 juillet 2011

Merci niaf niafgbo.....vous avez donné l'exemple parfait de l'imbécile heureux qui ne mérite pas le moindre des égards ni d'attention à son cas désespéré!

Pas de doute....le niveau caniveau c'est une seconde peau chez vous!

Écrit par : Corélande | 07 juillet 2011

Les commentaires sont fermés.