10 août 2011

Bienvenue au Londonistan

"Le Londonistan est en effervescence", titre un quotidien aujourd'hui. Effervescence? Depuis plusieurs nuits, les boutiques sont pillées, la police a abandonné le contrôle des rues aux casseurs, et après avoir lancé sans succès la cavalerie, envisage enfin le recours aux canons à eau et aux balles plastiques. Jolie effervescence en vérité. Les Jeux Olympiques de 2012 s'annoncent prometteurs...

incendie.jpgCes tristes scènes de rues permettent même à Mouammar Kadhafi et Mahmoud Ahmadinejad de s'en donner à coeur-joie:

Considérés comme des parias par Londres et la communauté internationale, la Libye et l'Iran n'ont pas raté l'occasion pour dénoncer la répression des émeutiers en Grande-Bretagne, Tripoli allant jusqu'à affirmer que le Premier ministre britannique a perdu sa légitimité. Cameron et son gouvernement doivent partir après les manifestations populaires contre eux et la violente répression exercée par sa police contre ceux qui ont participé à ces manifestations pacifiques, a déclaré le vice-ministre libyen aux Affaires étrangères, Khaled Kaaim. (...)

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a condamné de son côté le comportement sauvage de la police britannique face aux émeutes qui secouent la Grande-Bretagne depuis quatre jours et a demandé au Conseil de sécurité de l'ONU d'intervenir, a rapporté la télévision d'Etat. (...) Au lieu d'envoyer des troupes en Irak, en Afghanistan, en Libye pour piller le pétrole, ils feraient mieux de penser à leur population, a-t-il ajouté.  Une partie de la population britannique a perdu patience et n'a aucun espoir dans l'avenir, a-t-il affirmé.

 

Malheureusement, le dictateur iranien pourrait être dans le vrai. Une partie de la population britannique pourrait effectivement avoir perdu patience et être sans espoir. Lancer des cocktails molotov contre la police et détruire le mobilier urbain sont sans doute des exutoires pour certains enragés, mais pas un projet de vie valable. Piller des magasins et ramener chez soi un écran plat dernier cri améliorent peut-être le confort à court terme, mais pas un quartier aux commerçant et à la réputation ruinés.

De tous temps, les émeutiers sont apparus comme les incarnations les plus abouties du nihilisme, leur comportement animal traduisant une totale incapacité à se projeter dans un avenir qui, de part leurs agissements, vient singulièrement de s'assombrir.

Reste à préciser le projet de société dans lequel ladite population a perdu patience. La tolérance molle d'une société anglaise tardant à s'effacer devant le communautarisme qui la ronge, peut-être? Un article de causeur publié l'an dernier donne la couleur de l'Angleterre pendant le mythe du multiculturalisme, et de ses dérives.

Un respect inconditionnel de « la diversité culturelle couplée à l’égalité des chances, dans une atmosphère de tolérance mutuelle », comme l’affirmait Roy Jenkins, secrétaire du Home office (...) [revient] de fait à accepter sans condition toutes les normes et traditions religieuses, culturelles et sociales.

De l’aristocratie (...) qui y puisa et y puise encore une main d’œuvre à moindre coût, à la gauche travailliste qui s’en fit une clientèle électorale indispensable fidélisée par des dirigeants communautaires très écoutés, tous s’accommodaient bien volontiers du modèle britannique, loué partout pour sa tolérance et la paix sociale qu’il garantissait.

 

Les employeurs avaient leur main d'oeuvre corvéable à merci, les travaillistes leur électorat captif. Tout le monde était content - sauf les principaux concernés, macérant leur rancoeur dans les enclaves qu'on leur avait permis de construire.

Omar Bakri put décerner aux terroristes [du 11 septembre] les épithètes particulièrement bien choisis de « magnifiques ». L’intervention britannique en Irak ? illegals study islam riots_060206_london_protest.jpgTony Blair autorisa les écoles coraniques de façon trop concomitante pour être tout à fait honnête, la discrimination positive battit des records, la parité dans les médias et les administrations se fit pointilleuse. Les caricatures du prophète ? Aucune intervention policière ne vint interdire les calicots appelant au meurtre et les drapeaux danois brûlés. A ceux qui les accusait d’acheter la sanctuarisation de leur territoire, les autorités répondaient respect des religions et des cultures. « Nous devons être attentifs si nous voulons être multiculturels » précisait sans rire le directeur de l’école où les petits cochons durent se travestir en caniches [pour ne pas choquer la "sensibilité" musulmane].

 

Evidemment, cela ne pouvait pas marcher. En cédant sur tout, la société d'accueil ne se montrait pas accueillante, mais naïve; elle laissa entrer sur son sol des gens aux motivations opportunistes (aides sociales, criminalité) sans aucun projet d'intégration, et ouvrit la voie à la création d'enclaves où les immigrés recréèrent des communautés identiques à celles de leurs sociétés d'origine, jusque dans le fonctionnement légal et religieux.

Et bien sûr, tout ceci offra un terreau fertile pour le mépris du pays d'accueil, perçu comme inutile, désuet, faible, et finalement haïssable:

[Dans ce contexte] les attentats [de 2005, où des jeunes ont fait exploser des bombes dans un bus et des rames de métro] ont fait l’effet d’un réveil brutal (...) une série de sondages accablants est venue confirmer que le multiculturalisme avait sacrément du plomb dans l’aile. La moitié des musulmans ne se sentaient pas britanniques. 81% se déclaraient d’abord musulmans. 40% réclamaient l’établissement de la charia là où ils étaient majoritaires. 20% cautionnaient les attentats du 11 septembre. 32% estimaient qu’ils devaient mettre fin à la société occidentale et 7% (soient pas moins de 100'000 gaillards) souhaitaient carrément l’éliminer par la violence.

Vous avez dit société multiculturelle ? Les attentats de Londres ont mis à jour une société gangrenée par 60'000 délits racistes par an et des communautés séparées, figées par la haine, prêtes à s’entretuer comme à Birmingham en octobre 2005.

 

Beau portrait. Et les émeutes récentes à Londres et Manchester ne sont pas sans rappeler celles ayant eu lieu pendant des semaines dans les banlieues françaises en 2005, auxquelles le gouvernement n'avait réussi à mettre un terme qu'en déclarant le couvre-feu.

L'espace Schengen incarnant la protection d'une Europe sûre et confiante était peut-être un concept intéressant sur le papier, mais, outre la faillite de sa mise en application, il correspondait à des préoccupations périmées. Surveiller l'horizon n'a guère d'intérêt quand les barbares sont déjà dans les murs.

riots.jpgDe telles émeutes pourraient-elles avoir lieu en Suisse? A en croire les internautes commentant les articles de presse romands, ce serait "impossible". Cette confiance sereine, que ressentaient peut-être les Londoniens jusqu'à la semaine dernière, est probablement partagée par l'establishment politique et les forces de police helvétiques. Autant dire donc que nous ne sommes absolument pas préparés à de telles émeutes si, par le plus grand des hasards, la confiance sereine devait ne pas suffire.

La juxtaposition des enclaves communautaires conduit précisément à la ségrégation et la haine de l'autre. Pour bâtir une société saine, il faut un minimum de culture commune, de mémoire partagée - une acceptation de l'autre dont trop d'immigrés se sont permis, jusqu'ici, de s'abstenir. Plus que jamais, l'immigration doit être repensée en tenant en compte des intérêts du pays d'accueil.

Les Anglais le comprennent aujourd'hui dans les cris, la fureur et les flammes.

Commentaires

Votre analyse est complètement fausse, avez-vous vécu à Londres ou dans des pays musulmans ? Pour les émeutes de Londres je vous invite à lire le Canard Enchaîné de cette semaine plutôt que le Matin ou 24 Heures !

Écrit par : Martin O. | 11 août 2011

Analyse correcte dans l'ensemble, mais pas nouvelle. Le pire endroit du londonistan est le quatier Finsbury Park, où se trouvent les mosquées et plus radicales. La population noire et pakistanaise est particulièrement raciste et violente.

Toutefois, les émeutes récentes sont surtout dues aux récents "tours de vis" du gouvernement sur les programmes sociaux. La haine du blanc, du native english n'est que le phénomène agravant. Les pillards et incendiaires n'ont pas fait passer de message pro-sharia, comme ils adorent le faire devant les caméras. La population qui vandalise actuellement n'est pas celle qui revendique en djellabah.

Ceci dit, si la loi martiale était appliquée à Londres, je n'en serais pas choqué. Ils ne méritent que ça. Voilà où mène la liberté totale érigée en dogme : c'est aussi désagréable que la dictature.

Écrit par : Paul | 11 août 2011

La confiture attire les guêpes... Tout ce qui se passe à Londres ou à Paris, ou peut-être bientôt en Suisse n'est pas une fatalité.
Heureusement, il y a encore quelques havre de paix où il n'y a pas assez de confiture pour attirer les guêpes.

PS
"Confiture" n'est pas forcément synonyme de fric... mais plutôt intolérance face à l'intolérable

Écrit par : petard | 11 août 2011

@Paul: les Britanniques - qui sont probablement plus au fait que nous - ne sont que 8% à mettre la cause des émeutes sur la politique d'austérité du gouvernement. 42% lient les troubles à des comportements criminels, et 26% accusent un essor de la culture des gangs selon un récent sondage.

http://www.lematin.ch/actu/monde/emeutes-en-gb-la-faute-aux-gangs-et-la-criminalite

Mais les indécrottables analystes de France et de Suisse ne peuvent s'empêcher de filtrer tout ce qu'ils voient à travers leur grille de lecture. Lutte des classes à tous les repas. Donc, les émeutes sont FORCEMENT dues à la politique néo-ultra-facho-libérale de l'affreux Cameron (comme si la Grande Bretagne n'était pas aussi financièrement au bout du rouleau qu'ailleurs...)

Pourquoi chercher des motivations politiques à ce qui a toutes les caractéristiques d'un simple pillage? Y a-t-il eu des manifestations qui ont dégénéré? Des leaders politiques avec un message? Des slogans après le passage des émeutiers? Rien de tout cela. Mais ici, on est tellement habitué à habiller la moindre criminalité de justifications politiques qu'on ne peut plus s'en empêcher. Les criminels n'ont même plus besoin d'exprimer un salmigondis de revendications, on les inventes carrément pour eux.

Les auteurs des exactions sont mineurs - parfois 12 ans - communiquent par Blackberry (qu'ils ont donc les moyens de se payer) et se mettent d'accord pour piller des magasins de marque. On est assez loin du chômeur en fin de droit réduit à de terribles extrémités pour éviter de mourir de faim.

Je ne sais pas si les nombreux extrémistes musulmans des banlieues anglaises ont participé aux émeutes, mais honnêtement, je ne vois pas pourquoi ils s'en seraient privés. Le Jihad se marie admirablement avec le pillage. Mais je conviens qu'ils ne sont probablement pas les seuls à profiter de l'aubaine.

Londres a passé une nuit calme; les tribunaux sont désormais engorgés d'accusés en comparution immédiate. Cameron a demandé que les fauteurs de troubles soient privés d'allocations et expulsés de leurs logements sociaux le cas échéant. Je pense que la réponse anglaise va être très différente de la française, et si ce ne sont pas que des mots, ce sera peut-être efficace.

A lire aussi, le point de vue d'une bloggueuse d'origine indienne, en anglais, intitulé "ces émeutes sont raciales, pourquoi ignorer ce fait?"

http://blogs.telegraph.co.uk/news/katharinebirbalsingh/100099830/these-riots-were-about-race-why-ignore-the-fact/

Écrit par : Stéphane Montabert | 11 août 2011

@ Paul

J'ai vécu 5 ans à Londres, dont 1 an à Finsbury Park et je l'affirme, vos écrits sont totalement faux.

La dernière fois que je m'y suis rendu, c'était un "illuminé" chrétien, qui devant la gare, arranguait les passants avec une bilble... et c'était au mois de mai de cette année.

@ Montabert.

Je ne suis pas étonné de votre prise de position, vous étiez bien plus tolérant envers le dégénéré qui comme vous n'aime pas les gauchistes et les musulmans, et qui a massacré 78 personnes, qu'envers les gens du peuple qui n'en peuvent plus des restrictions que l'abjecte clone de la dame de fer a imposé aux plus démunis.


Enfin je constate que tous ceux qui se réjouisse à juste titre du printemps arabe et de ses suites, sont bien moins tolérant quand c'est en Europe que l'on se bat contre les inégalités, la loi de plus riche, de plus vil de plus pourris.

Concernant vos chiffres, ils sont faux, ils mentent comme l'immonde Cameron que vous semblez tant admirer.

Écrit par : DDR | 12 août 2011

@DDR: "Je ne suis pas étonné de votre prise de position, vous étiez bien plus tolérant envers le dégénéré qui comme vous n'aime pas les gauchistes et les musulmans, et qui a massacré 78 personnes, qu'envers les gens du peuple qui n'en peuvent plus des restrictions que l'abjecte clone de la dame de fer a imposé aux plus démunis."

Pardon? Vos accusations sont aussi gratuites qu'indignes. Où avez-vous lu ici la moindre tolérance envers le taré de Norvège?

Rattacher des émeutes de pillards anglais au Printemps Arabe, c'est très fort. Jusqu'ici seuls Kadhafi et Ahmadinejad se permettaient cet amalgame, mais je ne doute pas que vous soyez sur la même longueur d'onde. Aux dernières nouvelles, la Grande-Bretagne est un pays libre, un des plus libres du monde même. Dites-nous donc en quoi la Grande-Bretagne serait anti-démocratique au point de pousser des manifestants dans la rue.

Dites-nous donc aussi où vous avez pu voir la moindre revendication des émeutiers, parce que j'ai beau chercher, je n'en ai vu aucune. Les seules revendications qu'on leur donne prennent naissance dans les rédactions des journaux.

Quand aux chiffres que je cite, de simples sondages, qu'est-ce qui vous permet d'affirmer qu'ils sont faux? Le seraient-ils simplement parce qu'ils vous déplaisent? Si vous avez des preuves de manipulation, informez-nous donc.

Mais vous n'êtes qu'un provocateur bas de gamme.

Écrit par : Stéphane Montabert | 12 août 2011

On a d'ailleurs pu voir que dans certains quartiers, leur population sont descendues pour DEFENDRE "Leur" quartier face a des gens venu pour "s'éclater" à piller et casser des magasins.

Ca n'a rien à voir avec des revendications sociales ou politiques. Juste des jeunes qui s'emmerdent dans leur vie et qui n'ont rien trouver de mieux à faire pour la rentrée des classses... Par contre dans ces foules y'a toutes les communautés. Je ne crois pas non plus que cela est dû principalement du au fait de l'"origine".

Mais plutot de la Culture qui consiste à se plaindre toute la journée en attendant toujours que ce soit l'Etat qui doive entreprendre des choses pour leur vie, avec l'argent des autres.

En Europe (et dans le monde), il n'ya pas de problème d'argent, il n'ya que des problèmes de gestion financière. A force de dépenser l'argent des contribuables à des chasses au sorcière et plein d'autres futilités idéologiques, il ne faut pas s'étonner de ne plus avoir d'argent pour l'essentiel...

Écrit par : DdD | 12 août 2011

errata

PS
"Confiture" n'est pas forcément synonyme de fric... mais plutôt intolérance face à l'intolérable

je voulais dire: ...tolérance face à l'intolérable

Écrit par : petard | 12 août 2011

Les premières inculpations des casseurs par la justice nous donnent un échantillonage de la provenance de ces derniers. La tendance serait plus lié à du pur hooliganisme comme le connaît le foot en général. Les inculpés sont plutôt de race blanche, mais il y a également des noirs. Surtout des jeunes de 17 à 25 ans. Ce sont également des personnes qui ont un emploi ou qui sont universitaires. Comme dans l'ingénierie ou la finance. Il y a même une femme étudiante à l'Uni pour devenir assistante sociale, qui est inculpée pour vol de télévision ou autres dans un commerce de vente de radio de TV et d' ordinateurs etc... mis à sac par les émeutiers. ( Un bel exemple pour les jeunes en situation difficile auquel elle devra à l'avenir s'occuper ). On est loin d'avoir à faire pour l'instant à des personnes sans emplois, zonards et chômeurs sans avenir professionnelle ou encore d' immigrants mal intégrés.

Quand aux chiffres sur ce que disent les musulmans de Grande Bretagne. Le jour les autorités arrêteront de laisser des imams proférer des appels aux meurtres des occidentaux, ils auront déjà fait un grand pas. Certain évoques la liberté d'expression. Essayez de dire la même chose sur les noir et les arabes. Tollé assuré jusque sur Mars.

En GB la musulmans sont plutôt issus du Pakistan. Un pays qui n'a pas la culture de la laïcité tel que le sont nos musulmans de Suisse qui sont surtout Turcs et Bosniaques qui font de la religion une affaire qui reste dans la sphère privée.

D.J

Écrit par : D.J | 12 août 2011

Merci pour ces précisions D.J. Tout le monde se doutait bien que la théorie de la misère explicative ne tenait pas debout. Aucune surprise donc dans ces nouveaux éléments - si ce n'est que j'ai du mal à considérer comme "bien intégrés" des gens se livrant au pillage et à l'émeute. Question de définitions, sans doute....

Mais je ne crois pas que les cas les plus saillants relevés par la presse soient représentatifs du casseur moyen. Toutefois, avec plus d'un millier d'arrestations, on commence a avoir un échantillonnage suffisant pour établir de vrais profils typiques.

Je me demande aussi s'il existe des statistiques sur les convictions religieuses des émeutiers. Ou de leurs opinions politiques, de leur engagement? Tout cela pourrait être très instructif pour les sociologues et la classe politique.

Écrit par : Stéphane Montabert | 12 août 2011

DJ : avez-vous une source précise pour affirmer que les inculpés sont davantage blancs que noirs ? Je n'ai vu cela nulle part dans les médias britanniques.

Ce qui est exact, c'est qu'un certain nombre d'inculpés et de pillards sont blancs, et que cela a été fortement souligné par la presse britannique. Mais pourquoi cela a-t-il été souligné à ce point ? Parce qu'il s'agit d'une émeute noire !

Parce que l'émeute a été déclenchée par la famille noire d'un gangster noir abattu pour la police, vraisemblablement parce qu'il avait brandi un pistolet lors de son arrestation. Relisez les menaces, parfaitement claires, de la prétendue "famille éplorée".

Quant aux émeutiers et aux pillards, ils étaient, au début des événements, noirs à une écrasante majorité, comme il était aisé de s'en rendre compte en regardant les vidéos et les photos prises sur place.

Mon impression, au suivi des événements (mais ce n'est qu'une impression, qui demanderait à être vérifiée), est que les pillards se sont blanchis au fur et à mesure des événements. Ils ont suivi l'exemple des Noirs.

Comme l'a dit un historien à la télévision (maintenant accusé pour cela de "racisme", naturellement), cette affaire montre que les Blancs se sont négrifiés. Ce qui est parfaitement exact.

Ce qui est certain, c'est que les Britanniques de souche, horrifiés de découvrir des leurs (blancs) parmi les émeutiers dans ce qui était au départ une émeute noire, se sont démarqués d'eux avec force, les ont vigoureusement condamnés, et se livrent à un grand accès d'introspection et d'auto-critique à ce sujet.

Ce qui n'est pas précisément une caractéristique des Noirs. L'auto-critique, c'est un truc de Blancs. C'est pourquoi vous en entendez beaucoup parler.

Cependant, j'attire votre attention sur le fait qu'à ma connaissance, si les médias britanniques ne se sont pas privés, pour une fois, de parler de Noirs et de Blancs dans cette affaire (car il était impossible cette fois-ci de nier la dimension raciale du problème), il n'y a aucun décompte ethnique des inculpés.

Il resterait aussi à distinguer entre la répartition ethnique des inculpés, et celle des émeutiers. Peut-être que les Noirs ont plus d'expérience pour éviter la police...

On ne peut, en tous cas, certainement pas affirmer que les Blancs étaient en majorité parmi les émeutiers à moins d'un décompte officiel -- et cela m'étonnerait vraiment beaucoup que, si un tel décompte était établi, il arriverait à une telle conclusion. Il y a un moment où il faut commencer par croire ce qu'on voit. Et ce n'est pas une émeute de "white trash", de "chavs", que nous avons vue.

Écrit par : Robert Marchenoir | 13 août 2011

@ marchenoir,

Je ne trouve pas l'article qui fut publié dans " 24 heures " le vendredi 13 août. Ce n'est pas vraiment précisé, mais ça semblait l'insinuer pour les premiers inculpés. Mais on est qu'au début des inculpations. Faudra quand même attendre plus tard de savoir qui sont vraiment les émeutiers.

D.J

Écrit par : D.J | 14 août 2011

Voici le genre de "jsutifications politiques" fournies par un émeutier qui, lui, au vu de son nom, est certainement noir :

"Dans le quartier de Hackney, un jeune homme de 29 ans se présente à un journaliste du Parisien sous le nom de Yemoko Baboss. Lundi à 16 heures, il était sur Mare Street, là où les émeutiers s'étaient donné rendez-vous. "Il faut se révolter, assène-t-il avant d'argumenter : Les taxes sont trop élevées, on n'a pas de travail et il y a eu trop de coupes dans le budget. Pour le gouvernement aujourd'hui, les jeunes sont d'abord un problème. Il ne faut pas s'étonner de ce retour de bâton." "

Donc, le type voudrait à la fois que les dépenses publiques augmentent et que les impôts baissent.

Comme on le voit, la culture économique de certains laisse à désirer.

Cependant, ce gentleman londonien ne fait que répéter ce que dit toute la gauche occidentale depuis maintenant un demi-siècle. S'il a une excuse pour son comportement criminel, c'est bien celle-là.

A force de répéter aux gens que l'argent pousse sur les arbres, et que s'il n'y en a pas assez, c'est que le gouvernement opprime les pauvres, eh bien il y a des esprits faibles et criminels qui finissent par le croire.

La gauche a une lourde responsabilité historique.

Écrit par : Robert Marchenoir | 14 août 2011

Dans City Journal, Theodore Dalrymple se fend d'un éditorial assez remarquable sur les causes des émeutes.

http://ac.matra.free.fr/FB/20110812dalrymple.pdf

Je traduis quelques passages:

Les émeutes sont l'apothéose des versions anglaises de l'état-providence et de la culture populaire. Une population en vient à penser (parce que les intellectuels et la classe politique le lui ont tant répété) qu'elle a droit à un haut niveau de vie, peu importe ses efforts personnels; et elle en vient à considérer l'absence de ce haut niveau de vie, comparé au reste de la société, comme un signe d'injustice. Elle se croit privée de son dû (parce que les intellectuels et la classe politique le lui ont tant répété) bien que chacun de ses membres ait reçu une éducation coûtant 80'000 dollars par personne, somme à laquelle aucun de ses membres - ni, vraisemblablement, aucun membre de leur famille - n'a contribué. Au contraire, ils pourraient bien avoir passé l'entier de leur existence à vivre aux crochets des autres, de sorte que chaque bouchée de nourriture qu'ils aient avalé, chaque vêtement qu'ils aient porté, chaque télévision qu'ils aient regardé aient été procurés par d'autres.

Même s'ils finissaient par l'admettre, ils n'éprouveraient aucune gratitude pour autant, parce que la dépendance ne suscite aucun sentiment de gratitude. Au contraire, ils estimeraient simplement que les subventions n'ont pas été suffisantes pour leur permettre de vivre la vie qu'ils auraient souhaitée.

Simultanément, la coûteuse éducation dont ils ont bénéficié ne les a préparé à rien. Leur travail, à supposer que l'aventure les tente, ne compenserait même pas le coût de leur emploi auprès de n'importe quel employeur - en partie à cause des charges sociales requises pour garder les autres dans leur inaction permanente, et en partie à cause de leurs propres inadéquations au monde du travail. Ainsi, en Angleterre, le travail non qualifié est assuré par des immigrés tandis qu'une classe de chômeurs permanents se complaît dans les subventions.

(...) Finalement, une longue expérience d'impunité a enseigné à ces émeutiers qu'ils n'avaient rien à craindre de la loi, qui en Angleterre est devenue risiblement molle - sauf, bien sûr, pour les victimes d'un crime. Pour les émeutiers, le crime est devenu le comportement par défaut; si ces émeutes ont de quoi surprendre, c'est surtout par leur arrivée si tardive et le fait qu'elles ne soient pas chroniques.

Écrit par : Stéphane Montabert | 14 août 2011

Comme le montrent ces deux photos, ce ne sont nullement des émeutes raciales :

http://stuffblackpeopledontlike.blogspot.com/2011/08/two-photos-that-show-sickness-of-dwl.html

Écrit par : Robert Marchenoir | 14 août 2011

Ici en Suisse, on prend gentiment le chemin de cette situation.
La Justice est extraordinairement douce envers les trafiquants de drogue et extraordinairement dure envers ceux qui se défendent: à preuve les ennuis subis par ces braves flics qui ont stoppé une voiture volée, il y a quelque temps de cela. A preuve, le fait que l'auteur d'un double meurtre en Suisse alémanique était reconnu comme dangereux bien avant le crime. A preuve, l'impuissance patente de la polica à stopper le trafic de drogue à Genève et à Lausanne et ailleurs: la Justice est du côté des trafiquants...

Écrit par : J.C. Simonin | 20 août 2011

Les commentaires sont fermés.