24 septembre 2011

Troy Davis devait mourir

En dépit des manifestations de soutien, Troy Davis a été exécuté mercredi 21 septembre dans l'Etat de Géorgie, aux Etats-Unis.

Troy-Davis-1.jpgSes dernières heures ont donné lieu à un véritable déferlement médiatique (voir sur le Matin, par exemple) et un engagement politique à tous les niveaux. Jusqu'à l'Union Européenne et au Pape.

Aujourd'hui, tout le monde connaît par coeur les faiblesses du dossier - pas de traces d'ADN, l'arme du crime n'a pas été retrouvée en sa possession, il y a juste eu neuf témoignages mais sept témoins se sont rétractés... - mais réciter le mantra n'est pas signe d'un grand mérite, au vu de la façon dont il a tourné en boucle depuis une semaine.

Avec une telle mobilisation et des failles aussi béantes dans le verdict rendu, il n'en est que plus étonnant que rien ne soit parvenu à empêcher son exécution aux Etats-Unis. Je sais bien, il s'agit des Etats-Unis, un pays affreux où personne n'aurait l'idée d'émigrer. Mais même Obama ne leva pas le petit doigt.

Dans une rubrique intitulée Les Tueurs de Flics sont les Derniers Bébés-Phoques des Médias, Ann Coulter revient d'une façon un peu plus corrosive sur les tenants et aboutissants de cette affaire. Voici une traduction de l'essentiel:

59% des Américains pensent aujourd'hui qu'au moins un innocent a été exécuté au cours des cinq dernières années. Il y a plus de preuves crédibles que des extraterrestres aient marché parmi nous qu'un innocent ait été exécuté aux Etats-Unis dans les 60 dernières années, et plus encore dans les cinq dernières années.

Mais à moins que les membres du public ne s'attaquent personnellement à la lecture des transcriptions d'audience de chaque jugement débouchant sur un verdict de peine de mort, ils n'ont aucune façon de connaître la vérité, et ne comptez pas sur les médias pour la leur dire.

Il est à peu près impossible de recevoir la peine de mort ces jours - à moins que vous ne fassiez quelque chose de complètement fou, comme tirer sur un flic devant des douzaines de témoins sur le parking d'un Burger King, seulement quelques heures après avoir tiré sur une voiture de passage au sortir d'une fête.

C'est ce que Troy Davis fit en août 1989.

 

Ouch. Passons aux témoins, aux éléments matériels et au reste:

Après un procès de deux semaines avec 34 témoins à charge et 6 témoins pour la défense, le jury de sept noirs et cinq blancs [autant pour le parti-pris de racisme] pris moins de deux heures pour déclarer Davis coupable du meurtre de l'Officier Mark MacPhail, ainsi que de divers autres crimes. Deux jours plus tard, le jury le condamna à mort.

Il a été répété [dans divers médias] qu'il n'y avait pas de "preuves physiques" liant Davis aux crimes commis cette nuit.

Davis sortit un revolver et tira sur deux inconnus en public. Quelle "preuve physique" les médias attendent-ils? Il n'y a pas eu effraction pour pénétrer dans une maison, pas de voiture volée, pas de viols ou de bagarre pour accompagner les tirs. Où faudrait-il chercher de l'ADN? Et pour prouver quoi?

Ann-Coulter.jpgJe suppose que ce serait édifiant si les douilles des tirs de cette nuit correspondaient aux balles. Et ce fut le cas. C'est une "preuve physique".

C'est vrai que l'essentiel du faisceau d'éléments contre Davis vient de dépositions de témoins oculaires. Ce genre de chose a tendance à se produire lorsque vous tirez sur quelqu'un sur le parking encombré d'un Burger King.

Comme toutes les preuves tendant à établir la culpabilité, les témoins oculaires ont mauvaise presse récemment, mais le côté "oculaire" dans cette affaire ne se limitait pas à des inconnus essayant de distinguer un grand type noir d'un autre. Plusieurs des témoins connaissaient Davis personnellement.

L'essentiel des dépositions de témoins établissent ce qui suit:

Deux grands et jeunes noirs harcelaient un vagabond sur le parking du Burger King, l'un dans un t-shirt jaune et l'autre dans un t-shirt Batman blanc. Celui habillé en blanc utilisa un revolver brun pour gifler le vagabond. Lorsqu'un policier leur cria d'arrêter, l'homme en blanc se mit à courir, puis fit demi-tour sur place et tira sur le policier, marcha vers son corps et lui tira encore dessus, souriant.

Quelques témoins décrirent le tireur comme portant un t-shirt blanc, d'autres que c'était un t-shirt blanc avec une inscription, et d'autres encore l'identifièrent comme un t-shirt Batman blanc. Pas un seul témoin ne dit que l'homme en t-shirt jaune ne frappa le vagabond ou ne tira sur le policier.

Plusieurs amis de Davis témoignèrent - sans se rétracter - qu'il était celui en blanc. Plusieurs témoins oculaires, à la fois des connaissances et des inconnus, identifièrent formellement Davis comme celui qui tira sur l'Officier MacPhail.

Maintenant les médias proclament que sept des neuf témoins contre Davis au procès se sont rétractés.

En premier lieu, l'Etat a présenté 34 témoins contre Davis, pas neuf, ce qui donne une certaine idée de la méticulosité des médias au sujet des faits sur les affaires de condamnation à mort.

Parmi les témoins qui ne rétractèrent pas un mot de leur témoignage contre Davis se comptent trois membres de l'Armée de l'Air, qui virent les tirs depuis leur van dans la voie de drive-in du Burger King. L'aviateur qui vécut ces événements d'assez près pour identifier de façon certaine Davis comme le tireur expliqua lors de l'interrogation contradictoire, "vous n'oubliez pas quelqu'un qui se penche sur un homme pour l'abattre."

Les témoignages rétractés sont les preuves les moins fiables qui soient, puisqu'ils prouvent seulement que les avocats de la défense sont parvenu à faire pression sur certains témoins pour affecter leur déposition - après que le procès soit terminé, ce qui s'avère bien commode. (...)

Trois des rétractations vinrent d'amis de Davis, apportant des modifications mineures ou peu crédibles à leur déposition au procès. Par exemple, l'un dit qu'il n'était plus sûr d'avoir vu Davis tirer sur le policier, bien qu'il ait été à un mètre cinquante de lui à cet instant. Le reste de son témoignage impliquait toujours Davis.

Une rétractation présumée de la petite amie du vagabond (décédée depuis) n'était pas une rétractation du tout, mais au contraire une réitération de tous les passages de son témoignage au tribunal, incluant une identification directe de Davis comme le tireur.

Seules deux des "rétractations" alléguées (sur 34 témoins) se rétractent sur quelque chose de valable - et ces deux déclarations écrites et sous serment furent défaussées par la cour parce que Davis refusa aux déclarants de témoigner aux auditions ultérieures au procès, alors même que l'un attendait juste à l'extérieur de la salle d'audience, prêt à venir à la barre.

La cour avertit Davis que son refus de rappeler ses deux seuls témoins sincèrement rétractés rendrait leurs rétractations écrites sans valeur. Mais Davis refusa quand même de les convoquer - ce qui suggère, comme le dit la cour, que leurs déclarations n'auraient pas tenu face à un examen contradictoire.

Avec des adversaires de la peine de mort aussi obsédés par la race de Davis - il est noir - il doit être noté que tous les témoins mentionnés ci-dessus sont eux-mêmes Afro-Américains. Le premier homme sur lequel Davis tira dans une voiture cette nuit était Afro-Américain. (...)

Il y a une raison pour laquelle plus d'une douzaine de cours ont examiné l'affaire Davis et ont refusé de casser sa condamnation à mort. Il est aussi innocent que n'importe quel homme exécuté depuis les années 50 au moins, c'est-à-dire, aussi coupable qu'il est possible de l'être.

 

Troy Davis était coupable de meurtre. Il a été condamné à l'issue d'un procès équitable et de tous les recours garantis par la justice américaine. S'il y a quelque chose de scandaleux, ce n'est pas dans son exécution, mais dans les 22 ans d'attente entre son crime horrible et sa mort méritée, et le tombereau de mensonges et d'approximations livrés par les médias dans la dernière ligne droite de l'affaire.

Lawrence.jpgLe même jour, quelques heures avant Troy Davis mais au Texas, Lawrence Brewer, un Américain de 44 ans, était exécuté lui aussi.

Lawrence Brewer était membre d'une organisation raciste pro-blanche.

Après avoir capturé et battu James Byrd, un père de famille noir rencontré par hasard au bord d'une route, Brewer attacha le corps inconscient à son pickup et le tira sur près de cinq kilomètres de chemins de campagne, en prenant bien soin de faire zigzaguer le véhicule afin que le corps ballote de gauche à droite. Sa victime reprit connaissance, mais fut écorchée aux coudes jusqu'à l'os et mourut décapitée par un obstacle sur la route. Le meurtrier n'exprima jamais le moindre regret pour ses actes.

Il n'y a pas eu beaucoup de manifestants anti-peine de mort pour essayer de sauver Lawrence Brewer. Pourtant, Lawrence Brewer aurait dû susciter encore plus d'engagement anti-peine de mort que Troy Davis. En effet, pour des gens plus avides de brandir une banderole que de s'intéresser au dossier, Troy Davis aurait pu être victime d'une erreur judiciaire, mêlant la lutte contre la peine de mort au simple activisme pour une révision de son procès.

Au contraire, le cas Brewer se ramène à l'essence même du combat anti-peine de mort: la défense envers et contre tout de la vie du pire des salauds, un coupable dénué de remords et méritant largement son exécution.

En renonçant à défendre un cas emblématique pour s'attarder sur un autre plus "sympathique" et plus "douteux" (des sentiments bien superficiels, comme on l'a vu) le militantisme des adversaires de la peine de mort montre qu'il est à géométrie variable, ce qui suffit à conclure que ces derniers suivent des objectifs politiques sans rapport avec la justice ou l'humanisme. Mais on s'en doutait déjà: les Etats-Unis ont pratiqué 46 exécutions en 2010, contre peut-être 8'000 pour la Chine la même année.

Et dans quel silence!

Commentaires

Troy : Amérique haine

L'Amérique... je la hais... je la haine
La haine américaine... je n'ai pas d'autre haine
Que la haine américaine
Tu me gènes... je te gène... la haine américaine
Tous les maux sont des mots de la haine américaine
On ferme les vannes et on s'ouvre les veines...

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/09/amerique-haine/

Écrit par : le journal de personne | 24 septembre 2011

Excellent billet. Je transmets à Contrepoints !

Écrit par : h16 | 24 septembre 2011

Enfin libéré de l'hypocrisie humaine cet homme a vécu un calvaire comment aurait-il pu supporter une nouvelle remise de peine,il devait être complètement traumatisé.Ceux et celles ayant travaillé dans des milieux fermés savent aussi que le psychisme humain a ses limites ou seule la mort devient libératrice ce qui est le cas pour ce pauvre prisonnier.Cette forme de chantage devrait être interdite.Ceux s'amusant à ce petit jeu bien que je ne sois pas pour la peine de mort mériteraient aussi de vivre ces moments de doutes,mais nous vivons dans un monde aimant jouer avec les sentiments donc les Etats Unis ne sont pas les seuls à condamner c'est devenu un mode de jouissance pour beaucoup d'humains même en notre pays

Écrit par : lovsmeralda | 24 septembre 2011

Je pensais plutôt que cette décision de justice restait sur un doute de culpabilité. J'ai révélé cela sur mon blog pour justifier que la peine de mort était irréversible pour réparer. J'ai plutôt concnetré cette affaire sur le prétexte des haineux de l'Amérique qui ont dans cette affaire trouvé le bon argument pour cracher sur les USA.

Merci pour ce billet contre la pensée unique.

Écrit par : D.J | 24 septembre 2011

Merci beaucoup pour toutes ces précisions. Je me rends compte que moi aussi, je me suis laissé aller à la propagande avec un "assassinat médiatique".

Lorsque vous dites que c'est l'exécution de Lawrence Brewer qu'on aurait dû dénoncer, je ne peux que vous donner raison et vous remercier de me faire réfléchir.

J'ai mis votre lien à la suite de mon billet
http://dreamsandmoods.blogspot.com/2011/09/au-benefice-du-doute.html

Écrit par : nicolas | 24 septembre 2011

La peine de mort doit être abolie.
La mort de ces 2 hommes, les deux exécutions, sont une honte pour les USA, qui mènent deux guerres et tuent des milliers de gens pour " la Démocratie et la Liberté".
RIEN ne justifie de donner la mort à un autre homme, rien sauf la légitime défense, c'est la base d'une justice basée sur le respect des Droits de l'Homme.
Comment justifier que l'on veuille défendre la population du meurte en permettant à la justice d'en commettre ?
Vous êtes pour une justice punitive, et expéditive, cela n'est pas la justice, cela s'appelle la vengeance.
"Il n'y a pas eu beaucoup de manifestants anti-peine de mort pour essayer de sauver Lawrence Brewer."
C'est une erreur à mon avis, qui dessert la cause abolitionniste.

Écrit par : jeff | 24 septembre 2011

Le titre de votre billet est tout simplement honteux ! comment peut-on oser écrire que cet homme "devait mourir" ? Nul ne "doit" mourir !

Écrit par : Stef | 24 septembre 2011

" La mort de ces 2 hommes, les deux exécutions, sont une honte pour les USA, "

Et que dire de l'Europe qui laisse sortir des violeurs multirécidivistes qui une fois sorti commettent des meurtres comme sur cette jeunes filles dans la Drôme en 2010. Ou sont les protestataires anti- peine capitales?

" Le titre de votre billet est tout simplement honteux ! comment peut-on oser écrire que cet homme "devait mourir" ? Nul ne "doit" mourir ! "

Pourtant on meurt tous un jour.



D.J

Écrit par : D.J | 24 septembre 2011

On ne prêche pas les convaincu contre la peine de mort.
En d'autre terme, les convaincu sont opposé à la peine de mort même pour ce raciste.
Le combat pour que cette barbarie disparaisse, est bien sur d'utiliser des cas qui peut amener des indécis à devenir des partisants contre la peine de mort.
Bref, s'attacher à Troy Davis est un choix d'efficacité, rien de plus.

Que des mouvements se sont greffer sur ce cas c'est certain. Les militants contre la peine de morts n'y peuvent rien.
J'ajouterai que ce sont aussi en partie les médias qui choisissent qui est le "héro".

Lawrence Brewer n'aurait pas pu devenir le cas qui réforme la justice, comme il y a eu ce tueur d'enfant en France. Les USA est un état fédérale.
L'interdiction de la peine de mort viendra des Etats pas d'un président. Donc le seul moyen, c'est le lobbing sur des cas dicutables, et Laurence Brewer n'en est pas un.

La comparaison entre la Chine et les USA n'est d'aucune valeur. La Chine est une dictature, accepté par le peuple certe, mais reste une dictature. Donc avec un gouvernement et des institutions illégitimes.

Les USA est une démocratie basé sur des valeurs chrétiennes (qui a oublié le nouveau testament). Cette barbarie va à l'encontre des 2 valeurs citées précédemment.

Écrit par : roket | 24 septembre 2011

Donner la mort à un être humain est pour le moins un meurtre. Et circonstance aggravante lorsque prémédité, c'est un assassinat. Evidemment pour les uns, l'assassinat institutionnalisé est légitime dès lors que l'on partage la philosophie: "d'oeil pour oeil, dent pour dent". On ne réconciliera pas les "anti" et les "pro", c'est peine perdue, c'est l'humanité, c'est comme-ça.
Sans entrer dans le "bisounourisme", on peut tout-de-même avancer un argument de poids contre le châtiment suprême: le risque de l'erreur judiciaire.
À ce sujet, l'argument auquel vous faites référence: «Il y a plus de preuves crédibles que des extraterrestres aient marché parmi nous qu'un innocent ait été exécuté aux Etats-Unis dans les 60 dernières années, et plus encore dans les cinq dernières années.», vaut son pesant de certitudes orgueilleuses. M'est avis, qu'Il faut déjà avoir un sacré désordre dans son cerveau pour avancer un argument pareil.

Écrit par : petard | 24 septembre 2011

"RIEN ne justifie de donner la mort à un autre homme, rien sauf la légitime défense, c'est la base d'une justice basée sur le respect des Droits de l'Homme."

Bien sûr qu'il y a quelque chose qui justifie de donner la mort à un autre homme : l'inscription de la peine de mort dans le code pénal.

Je ne veux pas entamer de polémique à propos de Troy Davis, mais souligner que Lawrence Brewer savait ce qu'il faisait et ce qu'il risquait. A partir de là, il doit assumer jusqu'au bout.

Personne ne l'a obligé à défier la peine de mort, il l'a fait, la police l'a identifié, la justice l'a condamné, il meurt. Je ne vois pas ce qu'on peut ajouter à cela. Sinon que c'est lui-même qui s'est planté les cathéters dans le bras.

Écrit par : Scipion | 24 septembre 2011

@jeff: La justice ne commet pas de meurtre, elle inflige une peine. Je ne qualifierai jamais les 22 ans séparant un verdict de sa mise en exécution "d'expéditif", soit dit en passant.

Dans la mesure où ce n'est pas la victime ou sa famille qui infligent la sentence (que ce soit pour actionner le mécanisme de mise à mort ou enfermer un détenu dans une cellule) je crois qu'il est déplacé de parler de vengeance. Du reste, il peut y avoir condamnation à mort même dans le cas du meurtre d'un individu isolé, sans famille ni ami. Dites-moi donc qui se "venge" en pareil cas?

Les anti-peine de mort confondent un objectif louable - l'humanité libérée des criminels, rendant la peine de mort caduque - et une injustice malsaine - ne pas punir les meurtriers. Dans les deux cas on n'a "plus" de peine de mort, mais la signification est radicalement différente.

Et il va de soi que je ne prendrai jamais au sérieux un militant anti-peine de mort ne mettant pas la Chine au sommet de sa liste, et le reste n'est qu'excuses fallacieuses. Prétendez-vous que la vie d'un condamné à mort chinois vaut moins que celle d'un condamné à mort américain?

Écrit par : Stéphane Montabert | 24 septembre 2011

Les abolitionistes sont très sélectifs. Il me semble que ce Troy a tiré deux fois sur le policier, la seconde à bout portant. La volonté de tuer était évidente. De plus, il a eu 20 ans de sursis pour essayer de se faire innocenter. Pendant ce temps, la famille du policier a vécu 20 ans de calvaire à attendre que justice soit faite. Mais bon, Troy était noir, donc pas vraiment coupable. Le policier était blanc, donc rien à f**tre de sa famille ! Sélectif... Nos abolitionistes n'ont d'ailleurs pas bougé pour le cinglé blanc que vous citez. Ils ne bougent que pour un non-blanc. Idéologie...

"La peine de mort est irréversible, donc il faut abolir" disent-ils. Mais soyons logique jusqu'au bout.

En France, plusieurs personnes ont été emprisonnées pendant 3 ans pour "pédophilie", une histoire inventé par un enfant. Ils ont été libérés, mais pas sans conséquences. Outre 3 années difficiles, l'un d'entre eux a bien résumé son cas : "J'ai tout perdu. Ma famille, mes amis, mon emploi". Comment la justice va-t'elle réparer ? Ce n'est pas un chéque qui fera revenir les amis et la famille. Il faut donc abolir la peine de prison, qui peut briser une vie.

Il y a 5 ans, un chef d'entreprise honnète a été dénoncé (faussement) pas un concurrent. Il a pris une amende qui l'a ruiné et interdit de diriger une boite. Sans argent ni travail, il s'est suicidé... 6 mois avant d'être innocenté ! Comment la justice réparera-t'elle son erreur ? En réssucitant le mort ? Il faut donc interdire les grosses amendes.

En fait, il ne faut plus condamner. Ce qui signifie "impunité", donc explosion des crimes et délits. Les seuls a payer seront les victimes, policiers faisant leur travail, inconnu qui était présent au mauvais moment au mauvais endroit. Ca promet !

Enfin, j'ai souvenir d'un autre noir condamné à mort dans les années 2000, avec mobilisation des médias. Un gars très bien : dealer de drogue, il avait flingué des concurrents et un policier au sein d'un gang réputé pour tirer dans tous les sens. En prison, il a rencontré Dieu (désolé Jeff !) et a radicalement changé. Il rendait service à tout le monde, érivait des livres pour enfants et s'était désintoxiqué, le prisononier modèle, quoi ! Après 20 ans, il méritait sans doute une grâce. Les familles des victimes ont refusé. Elles aussi ont des droits. Il a été tué par injection. Ce n'était pas moral, mais c'était la loi. Dura lex, sed lex !

Écrit par : Paul | 24 septembre 2011

Je crache sur n'importe quel pays utilisant encore la peine de mort. Preuves ou non. Réveillez-vous un peu, vous êtes ridicules.

Écrit par : Isabelle | 25 septembre 2011

Bonjour,

Je ne comprends pas que vous preniez au sérieux les écrits de cette ordure (le mot est pesé) d'Ann Coulter.

Elle n'est plus suivie ici que par la frange la plus extrême du parti républicain, et encore...

Voici le sympathique tweet qu'elle a envoyé à propos de Troy Davis:

http://twitter.com/#!/AnnCoulter/status/116628663260299265

Et une réfutation de sa déclaration absurde qu'il y aurait plus de preuve d'existence extra-terrestre que d'innocents exécutés:

http://freakoutnation.com/2011/09/21/on-troy-davis-ann-coulter-claims-no-innocent-men-have-been-executed-since-1950/

Écrit par : Fabrice Deville | 25 septembre 2011

@roket,après avoir suivi l'endoctrinement des fondamentalistes on sait qu'aux Etats Unis beaucoup de gosses ayant subi un lavage de cerveau dès l'âge de 2 ans et ce sous le régne de Busch sont devenus des adhérents convaincus du Ku-Klux-Klan dont les plus jeunes membres ont à peine une dizaine d'années,chassez le démon il revient toujours en europe ce n'est guère mieux puisque la pieuvre a une tentacule supplémentaire grâce à la Scientologie!

Écrit par : tiendonc | 25 septembre 2011

Prospective ou fiction politique?

2030
La Chine reste en tête de liste... Les USA suivent encore à quelques encablures. En Suisse, l'UDC a pris définitivement le pouvoir. Le pays a l'immense fierté de se retrouver sur la liste avec les premiers opposants condamnés à la peine capitale, il avaient entartrés le Président à vie Freisinger!
Ueli Maurer a quitté le commandement de la meilleure armée du monde pour "Justice et Police" (surtout police). Il fait sont possible pour que l'Helvétie soit également la meilleure... En tête de liste.

Écrit par : Baptiste Kapp | 25 septembre 2011

@Fabrice Deville: Ann Coulter est reconnue pour son absence totale de langue de bois, et pour appeler un chat un chat. On peut ne pas être d'accord avec tout ce qu'elle écrit, mais ce n'est pas en citant des "exemples" d'innocent exécutés exclusivement tirés de www.deathpenaltyinfo.org, un site dédié à la lutte contre la peine de mort (il suffit de voir comment ils couvrent Troy Davis ainsi que le CV de ses animateurs) que vous parviendrez à changer les données du problème.

Indiquez-nous donc une source officielle de la justice américaine expliquant dans le cadre de ses fonctions qu'ils ont liquidé un innocent par erreur, on avancera un peu.

Mais quoi qu'il en soit, et comme je l'ai dit à jeff, je ne prendrai jamais au sérieux un militant anti-peine de mort ne mettant pas la Chine au sommet de sa liste.

Écrit par : Stéphane Montabert | 25 septembre 2011

Un titre choc, deux ou trois chiffres impressionnant mais un manque de profondeur tout aussi affligeant que celui que vous dénoncez.

Vous aurez sans doute fait lire mais vous n'êtes pas plus proche de la Vérité que ne le sont ceux dont vous stigmatisez la bêtise.

Je ne soulignerai pas la jolie faute qui pique les yeux aux amoureux de la langue de Molière et vous informe, pour conclure, que croire en la culpabilité d'un homme n'implique pas que vous fermiez les yeux sur les informations qui tendent à l'innocenter (sans vous mâcher le travail, je vous suggère de vous intéresser à ce brave Redd Coles).

Bien à vous.

Écrit par : La mauvaise conscience de Jack | 25 septembre 2011

@La mauvaise conscience de Jack: "Je ne soulignerai pas la jolie faute qui pique les yeux aux amoureux de la langue de Molière"

Alors ça, c'est vraiment méchant! ;)

Écrit par : Stéphane Montabert | 25 septembre 2011

Affirmer que Troy Davis "méritait" de mourir ne l'est-il pas davantage, sieur ? :p

L'attaque était toutefois bien basse, et sans doute inutile, j'en conviens.

Pour développer plus avant, in dubiis abstine : le dossier est ce qu'il est, ceux qui voient l'innocence dans le doute se fourvoient au même titre que ceux qui en déduisent une irréfragable culpabilité.
Parallèlement, les défenseurs de notre homme ne sont pas tous des moutons de Panurge dont l'argumentaire se résume aux quelques données que leur jettent en pâture les journaux avides de faire vendre l'exécution d'un innocent.

"Disposer de tous les recours garantis par la justice américaine", ce n'est pas un argument, pas plus que "disposer de tous les recours garantis par la justice iranienne". Peu importe le pays ou la région, la Justice est une construction de nos sociétés qui l'asservi immanquablement au facteur humain. En ce sens, la justice humaine n'a jamais et ne sera jamais parfaite car elle est abjectement subjective et que l'Homme est fils de l'erreur tout autant qu'il y est sujet.
Être reconnu coupable aux yeux d'une justice humaine ne sera jamais une preuve de culpabilité. Il est cependant plus rassurant de croire le contraire.

Soit dit en passant, je partage bien des conclusions développées dans cet article mais, et peut-être suis-je par trop idéaliste, je ne puis me résoudre à accepter la première partie que j'estime tenir au mieux de l'avis personnel et au pire de la désinformation. Pareils arguments et ressentis ont leur place dans un cercle d'amis mais pas dans un journal. Pas plus que les très visibles "Un innocent exécuté" qu'on aura pu lire à de nombreuses reprises.

Un homme que je tiens pour sage disait qu'il savait ne rien savoir. Les croyances sont naturelles mais tâchons de ne les point mélanger avec la Vérité qu'il nous est relativement difficile d'atteindre (voilà un autre débat).

Voilà, c'est dit sans méchanceté et avec la pleine conscience que mon avis n'a de valeur que celle qu'on voudra lui attribuer et ne tient de la Vérité qu'en mon humble esprit.

Bien à vous.

Écrit par : La mauvaise conscience de Jack | 25 septembre 2011

Grâce aux éditions VIGOUSSE, toutes les gesticulations d'un Montabert, toutes ses prises de position et son art de la ramener à toutes les sauces sans aucune expertise vont enfin être lisibles dans leur réalité vraie.
Welcome dans l'UDC d'extrême droite avec le petit guide citoyen qui sort jeudi et qui s'intitule : L'UDC EN 7 LECONS. En vente partout.

Écrit par : Polo | 26 septembre 2011

"...sort jeudi et qui s'intitule : L'UDC EN 7 LECONS. En vente partout."

Je viens de m'informer sur le web, puisqu'il a tout sur le web. Voici ce que j'ai trouvé, sous http://www.facebook.com/pages/Swiss-Generations/262845977081473#!/event.php?eid=142484079181408 :

"Au sommaire : l'art d'abuser de la démocratie, les moyens financiers colossaux et occultes, les dérives extrémistes, les recettes de communication réchauffées, la réécriture de l'histoire, la conception de la culture, la vision archaique des femmes..."

Comme on peut voir rien que du scoop garanti grand teint... On se demande vraiment où ils sont allés chercher tout ça :o)

- ...

- Vous dites ?

- ...

- Dix-neuf frances et cinquante centimes.

- ...

- Eh oui, quand même, oui... Voilà, voilà, voilà...

- ...

- Comment ça « Ça d’jà paru en feuilleton dans "20 minutes" » ?!?!?!

- ...

-D’accord, d’accord… Mais pas sous l’égide de Laufer, Barrigue et Futsch... Ou alors en pigistes honteux, le temps de sortir d'une mauvaise passe... Que celui qui n'a jamais reçu de commandement de payer leur jette la première pierre...

Écrit par : Scipion | 27 septembre 2011

A lire le site vigousse.ch, on dirait le Charlie-Hebdo français : gauchisme bien-pensant, vulgarité, scatologie. Le journal des petits bourgeois qui veulent se la jouer "révolutionnaire" le c*l dans le canapé parceque dehors, c'est trop dangereux.

Vos contestataires n'ont vraiment pas le niveau. Je me demande comment ils arrivent à faire des voix !

Écrit par : Paul | 27 septembre 2011

Je suis allé voir la page Facebook de "l'UDC en 7 leçons", et apparemment c'est autre chose qu'un pamphlet, plein d'auteurs, des thèmes et tout. Sont tout remontés, ces sacs de gauchos. Bon, je l'achèterai (ou alors je le fauche ;)), m'étonnerait pas que ça devienne le vademecum de la bienpensance romande d'ici peu, et je préfère savoir sur quoi ça repose. En tout cas, ils prêchent des cons vaincus...

Écrit par : Fabien Delhomme | 27 septembre 2011

"Vos contestataires" Faut le dire très vite. Barrigue, fils de Piem, parisien extrémiste, a passé 27 ans à insulter les Chuiches (!) dans le journal le plus vendu de Romandie. Ces gens haïssent tout ce qui est suisse au-delà de toute expression. Voir le Fluide Glacial produit par ces tarés il y a quelques temps...
Cela dit, il est important de ne jamais acheter cette merde. Ils créveront de leur belle mort d'autant plus facilement...

Écrit par : Géo | 27 septembre 2011

Ben quoi, Geo, on vous croyait adorateur sans bornes d'un certain Laufer David, aujourd'hui rédac chef de "cette merde"???

Écrit par : Fabien Delhomme | 27 septembre 2011

Le sadique de Romont aurait préféré qu'on le tue...
Faut dire que passer sa vie dans une cellule de haute sécurité sans espoir d'en sortir un jour, voila qui est pire que la mort...

Écrit par : chaufroi | 28 septembre 2011

Pourquoi dites-vous cela ? J'ai à certains moments apprécié la vivacité d'esprit de Laufer. Quand cela n'a plus été le cas, il a systématiquement supprimé mes commentaires...
Et puis "adorateur sans bornes"...vous trouvez que c'est crédible ?

Écrit par : Géo | 28 septembre 2011

Je me rappelle il y a de ca quelque annee, j avais ecrit un article sur le fait que les prisonnoer a vie en France avait ecrit au president Chirac pour reintegrer la peine de mort.

Pour ma part je suis favorable a la peine de mort pour autant que le detenu soit d accord. Je suis toujours stupefait que d un cote ou de l autre ont s approrpie les choix des gens pour en faire des generalite. Que ceux qui souhaite etre enferme a vie le soit et que ceux qui desire s en aller, s en aille.

Écrit par : DdD | 28 septembre 2011

"Le sadique de Romont aurait préféré qu'on le tue..."
Ce n'est pas du tout ce que j'ai entendu dire. Il a fait une demande
de mise en liberté il y a déjà longtemps et cela a failli être accepté. Toutes les psychologues romandes sont folles amoureuses de lui, quoi de plus sublime qu'un assassin pour ces dames ? Il ne sait pas laquelle il va épouser, et tuer quelques mois plus tard...
Ce n'est pas moi qui vais les regretter. En fait, si les monstres pouvaient nous débarrasser un peu plus des juges et des salopes psy, qui s'en plaindrait ?

Écrit par : Géo | 28 septembre 2011

Fabien Delhomme@ Ce n'est pas Géo, c'est son avatar...

Écrit par : Roland Favre | 02 octobre 2011

La peine de mort est nécessaire, parce que Morale.



""RIEN ne justifie de donner la mort à un autre homme, rien sauf la légitime défense, c'est la base d'une justice basée sur le respect des Droits de l'Homme.""

Les Droits de l'Homme n'interdisent pas du tout le peine de mort. Il ne faut pas prendre ses rêves pour la réalité ! La CEDH par exemple n'a JAMAIS condamné la peine de mot d'un seul pays Européen. Et trouvez moi ou dans les Déclaration des 1789 on parle d'interdire la peine de mort ???? Nulle part.


"Pour ma part je suis favorable a la peine de mort pour autant que le detenu soit d accord. Je suis toujours stupefait que d un cote ou de l autre ont s approrpie les choix des gens pour en faire des generalite. Que ceux qui souhaite etre enferme a vie le soit et que ceux qui desire s en aller, s en aille."

En Arabie ils ont un bon système : ce sont les victimes qui choisissent, justement.
Moi, évidement, je choisirai -par devoir- de faire décapiter le criminel, pour faire de la prévention. Mais je peux comprendre que tous le monde n'ai pas cette force de caractère, de volonté ; les femmes par exemple.

Écrit par : Nicolas | 03 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.