29 novembre 2012

Pétrole 2.0

Le pic pétrolier et autres théories fumeuses intéressent au plus haut points des écologistes et certains médias, inquiets pour le devenir d'une société de consommation vouée à une pénurie certaine selon eux - ce qui est pour le moins paradoxal, vu leur souhait affiché d'en finir avec elle.

C'est comme s'ils se hâtaient au chevet du malade non pour lui souhaiter un prompt rétablissement, mais plutôt pour assister au spectacle de son dernier souffle...

énergie,recherche scientifique,pétrolePour les fossoyeurs de l'âge du pétrole, la perspective d'une technologie permettant de recycler le plastique en pétrole est indéniablement une mauvaise nouvelle. Or, cette technologie existe. Elle est novatrice, certes, mais pas si récente - elle existe depuis six ans.

Comment? Vous n'en aviez jamais entendu parler? Comme c'est bizarre...

Réussissant par on ne sait quel miracle à franchir l'épais brouillard médiatique, une dépêche de l'AFP intitulée l'alchimiste américain qui refait de l'or noir avec du plastique (un titre avec tout ce qu'il faut de fantaisie romantique dedans) révèle à l'occasion du salon lyonnais de l'environnement Pollutec ces nouveautés dont on ne parle habituellement jamais:

La technique d'Agilyx, [née aux Etats-Unis,] permet de traiter n'importe quel plastique, même le plus vieux ou le plus sale pour lequel un recycleur ferait la fine bouche.

D'abord broyé, le dit plastique est ensuite placé dans une grande cartouche, chauffé pour être transformé en gaz, puis refroidi avec de l'eau, le pétrole étant ensuite séparé en remontant à la surface.

Au final, plus de 75% du poids de départ est transformé en pétrole brut de synthèse, prêt à être raffiné comme n'importe quel or noir saoudien ou russe. Le reste se partage en gaz et dans un déchet final (moins de 10%).

 

Agilyx est une petite société de 60 employés promise à une croissance rapide. Plusieurs usines sont en chantier aux Etats-Unis. Elle n'est pas seule sur ce créneau en plein essor, s'y trouvent aussi le britannique Cymar ou l'américain Vadxx Energy. Il y a clairement un marché à prendre.

Les décharges de plastique deviennent des champs de pétrole en devenir. Jon Angin, le vice-président de la société, explique: "Ce qui nous intéresse nous, ce ne sont pas les plastiques qui sont recyclés aujourd'hui, ce sont les plastiques dont personne d'autre ne veut et qui finissent généralement à la décharge." On parle donc bien de déchets non valorisés.

Le rendement est impressionnant: dix tonnes de plastique rendent environ cinquante barils de pérole. La consommation d'énergie est de dix barils ; l'opération de de recyclage permet donc un rendement net de quarante barils en équivalent pétrole. La production mondiale de déchets plastique étant estimée à 280 millions de tonnes en 2011, il y a donc un potentiel de 70 millions de barils de pétrole recyclés annuels selon la méthode développée par Agilyx, sans compter le volume de déchets existant...

Et le plastique issu de ce nouveau pétrole pourrait encore être recyclé!

Mieux, le pétrole recyclé de cette façon est d'excellente tenue, de nombreuses impuretés ayant été retirées lors de la première transformation en matière plastique. "C'est un brut de bonne qualité qu'on pourrait qualifier de léger, souvent recherché par les raffineries", explique François Badoual, directeur de Total Energy Ventures, un des actionnaires de la jeune société.

Nous ne sommes pas dans l'univers évanescent des dotcom et des cours boursiers bâtis sur du vent, mais dans le domaine industriel. C'est du concret. Au cours actuel du brut, l'entreprise est déjà rentable.

Entre le pétrole recyclé de plastique, le pétrole issu de biomasse, le pétrole issu de sables bitumeux et bien d'autres techniques qui restent à découvrir, la thèse de l'épuisement des ressources apparaît de plus en plus sous un jour fallacieux, car incapable d'intégrer l'inventivité de l'esprit humain.

Et c'est plutôt une bonne nouvelle - mis à part pour ceux qui espèrent en secret la pénurie de pétrole et chérissent l'idée du crépuscule de notre mode de vie. Ceux-là ne manqueront pas de trouver tous les défauts du monde même au recyclage du plastique!

Commentaires

Excellent article qui permet de prendre toute la démesure d'un système sorti sans doute tout droit de cerveaux lobomisés qui malheureusement ne savent plus faire la différence entre le réel et ce qui ne l'est pas

Écrit par : lovsmeralda | 30 novembre 2012

Sans compter la possibilité de purifier les océans de leur "îles de plastiques".
J'avais mentionné cette hypothèse dès qu'on en a parlé. Mais de toute façon, le règne des hydrocarbures ou du gaz est loin d'être terminé. A côté du pétrole ou du gaz de schiste, il existe des gisements énormes de charbon que l'on peut cracker. La question est la balance entre le réchauffement climatique accéléré par le CO2 et les urgences économiques. En fait, la seule chose qui entre en jeu, c'est le prix de l'énergie. Et le prix de l'énergie dans les pays producteurs, Angola, Nigéria, KSA, c'est de l'ordre du centime au litre...

Écrit par : Géo | 30 novembre 2012

Très bien! Voilà une excellente raison pour commencer à trier!

Écrit par : Anne | 01 décembre 2012

M. Montabert, les membres les plus éminents de l'Association for the Study of Peak Oil and Gas (ASPO), sont d'anciens cadres de compagnies pétrolières... Vous voyez décidement des écologistes partout ! (www.peakoil.net/)

Écrit par : Richard Golay | 01 décembre 2012

@Richard Golay: ah, qui infiltre qui, vaste question, n'est-ce pas!

Mais l'écologie et Big Oil font bon ménage, je vous rappelle. Invoquer le Peak Oil comme d'autres la fin du monde, quel meilleur moyen de faire monter les cours? Et la défense de l'environnement, quel formidable outil pour tuer dans l'oeuf toute jeune concurrence sous le poids d'une légilsation contraignante face à laquelle seuls les vieux routards peuvent survivre...

Mais bon, rien ne vous empêche d'attendre le Peak Oil comme d'autres attendent Godot. Tâchez juste de ne pas trop vous impatienter, ça risque de prendre un moment.

Écrit par : Stéphane Montabert | 01 décembre 2012

@ Montabert : n'oubliez pas que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a reconnu que nous avons passé le pic du pétrole conventionnel (pétrole facilement extractible et donc bon marché) en 2006-08. Un pic pétrolier entre 2015-2020 voir 2020-2025 suivi d'un déclin rapide n'a rien d'extravagant comme projection. plus d'info détaillée sous http://petrole.blog.lemonde.fr/2012/11/21/lagence-internationale-de-lenergie-annonce-le-declin-de-nombreux-pays-petroliers-majeurs/

Écrit par : Richard Golay | 02 décembre 2012

@Anne,en Suisse on trie depuis la fin de la guerre!y'a rien de neuf sous le soleil excepté que la gauche et les socialistes s'en mettent plein les poches au détriment des personnes non motorisées et qui doivent prendre taxis pour trouver containers adéquats pour autant qu'entretemps des petits malins anciens instits et socialistes et en fin de mandat n'aient pas eut l'envie de les déplacer
le plus risible c'est de savoir les dépenses onéreuses en papier glacé pour avertir la population d'ordres suivis de contr'ordres depuis 2011 et ce tous les 15 jours en prétendant vouloir faire des économies.Résultat des courses? les anciens toujours en éveil rient aux éclats,les impots augmentent blackboulant le moral des gauchistes et autres utopistes qui vendraient l' âme de leur père et de leur mère juste pour le plaisir de pouvoir jouer leur rôle de Tanguy
Quand au nettoyage des océans,c'est impossible !l'Océan Pacific possède une particularité d'absorber tout ce qui traine et de le renvoyer à la surface quand les élements sont déchainés et aucun humain ne peut y plonger de peur d'être emporté par un tourbillon.Seule la nature possède le droit d'enrichir ou de déposséder de toutes leurs richesses les êtres humains.Les Gauchistes et autres Verdistes feraient bien de s'en souvenir

Écrit par : lovsmeralda | 02 décembre 2012

une bonne école de recrue pour remettre en ordre l'esprit de tous ces récalcitrants de l'ordre établi par les anciennes générations.Ordre qui d'alleurs a porté ses fruits puisqu'on est encore là pour en témoigner et se souvenir avec dates précises des lieux et des noms des habitants qui n'ont jamais eut la langue dans leur poche pour signifier aux gauchistes leur manque total de respect envers les plus âgés, et qu'un jour ils seront vieux et peut être sans revenu,mais à qui la faute? les ancêtres auront disparus et leur progéniture les yeux dans les yeux les accuseront de n'avoir pas osé relever des défis pour sortir de l'âge du biberonnage

Écrit par : lovsmeralda | 02 décembre 2012

@Monsieur Golay,les éco.points coutent trop chers.Mais heureusement le destin *fait bien les choses *les anciens qui avaient encore la santé pour accepter l'innaceptable et anti démocratique ont soudain perdu la vision ne leur permettant plus de rouler.Eux enfin sont redescendus sur terre et se mettent aussi à rouspéter.Quand on vous dit qu'un humain sans voiture et sans Internet est plus proche de la réalité qu'un extraterrestre Vert toujours à la recherche du monde parfait.L'imperfection n'est-elle pas elle-même source d'inspiration pour les scientifiques? sinon y'a longtemps que l'EPFL n'existerait plus

Écrit par : lovsmeralda | 02 décembre 2012

Tant mieux si il est possible de recycler toute cette quantité de plastic-iles flottantes-pour en faire de l'énergie.Sans oublier le fond des mers et sans doute des lacs.
J'ai lu aussi que le CO2 pouvait quant à lui etre piégé.Procédé anglais.

Écrit par : jean-louis seront | 05 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.