03 mars 2013

Les votations du 3 mars

votation du 3 mars 2013L'insoutenable suspense est terminé. Voyons ce que les urnes ont délivré comme message ce soir.

Initiative contre les rémunérations abusives (évoquée ici): Thomas Minder peut se réjouir, il a réussi son pari avec constance et opiniâtreté. Il s'agit certes d'un changement symbolique, mais porteur, ramenant enfin le contrôle des rémunérations des managers - qui ne sont que des employés - aux actionnaires, les véritables propriétaires de l'entreprise.

A une gauche avide de s'approprier la victoire de M. Minder, je ferai miens les propos fort pertinents de Paul Dembinski, professeur d'économie, sur la campagne:

C’est avec un certain dégoût que j’ai entendu M. Levrat tenter de récupérer une éventuelle victoire de Minder dimanche. Seul le PS a entendu souffler le vent de justice sociale… Salaires minimums, ratio 1 : 12 des rémunérations, mais ce n’est absolument pas de cela dont il s’agit. L’initiative Minder ne porte pas en elle le germe de l’étatisation de l’économie dont rêve le PS.

 
Ce qui ne l'empêchera pas d'essayer, naturellement.

Loi sur l'Aménagement du Territoire (évoquée ici): nouvelle loi anti-valaisanne, nouvelle strate bureaucratique et nouvelle planification centralisée venue d'en haut... Triple échec pour la liberté, mais victoire nette des propriétaires fonciers et des plus riches contre les locataires et les familles désireuses d'accéder à la priorité. Il est évident que la LAT devra forcer une réduction des terrains constructibles pour avoir le moindre sens ; elle poussera donc naturellement les prix des terrains vers le haut selon le principe de l'offre et de la demande.

Entre l'initiative Weber et la LAT, deux objets chéris par Doris Leuthard, les Valaisans doivent avoir des aigreurs d'estomac en repensant à leur vote PDC aux élections fédérales... La gauche et l'ASLOCA peuvent sabler le champagne dans leur lutte chimérique contre l'ennemi de classe, le bourgeois, le propriétaire ; ce faisant, ils oublient qu'un primo-accédant (quelqu'un qui accède pour la première fois à la propriété) est aussi un individu qui libère un logement loué pour quelqu'un d'autre.

Les citoyens suisses devront désormais prendre leurs responsabilités dans l'évolution des prix immobiliers.

Article Constitutionnel sur la Famille (évoqué ici): rejetée d'une courte majorité de canton alors que la majorité du peuple était acquise, c'est incontestablement la bonne surprise du week-end. Personnellement, je n'aurais jamais cru à son rejet. N'importe quelle politique associée au mot-clef magique "famille" passe habituellement comme une lettre à la poste, pour désastreuse soit-elle. La recette n'a pas fonctionné pour l'initiative du PDC. L'action de l'UDC a largement contribué à rompre le consensus autour du projet du parti de centre-gauche.

C'est évidemment le mieux qui puisse arriver aux familles de classe moyenne. Elles ne se verront pas privées par l'impôt de ressources ponctionnées au nom de structures étatiques d'accueil dont elles seront exclues, sachant qu'il y aura toujours plus nécéssiteux pour leur passer devant.

Le Oui massif des cantons romand et tessinois montre qu'ici, le peuple est mûr pour ce genre d'aventure. Il ne tient qu'aux partisans de l'idée de mettre en place des initiative cantonales pour accomplir localement ce qu'ils ont échoué à imposer au niveau fédéral. Mais il n'est pas sûr que les adeptes de l'étatisation des enfants tentent leur chance à une échelle plus petite, car les comparaisons de coût et de fiscalité entre cantons rendront l'arnaque évidente aux yeux de tous.

D'une courte tête, les cantons alémaniques ont mis le holà à l'extension de l'Etat-providence, pour le moment.


Les trois objets fédéraux du week-end n'étaient pas les seules raisons pour les citoyens de se déplacer aux urnes. Voici une sélection de thèmes cantonaux qui me semblent significatifs:

Berne dit non à la sortie du nucléaire: ni l'initiative pour l'électricité renouvelable ni même le contre-projet du gouvernement n'eurent la grâce des électeurs. Un sondage récent annonçait que l'Effet Fukushima n'avait pas duré chez les Suisses, nous en avons désormais une preuve concrète.

Le Jura se dote d'un salaire minimum: contre l'avis du gouvernement et du parlement, le canton du Jura accepte avec une majorité assez franche (54,2%) le principe d'un salaire minimum. Celui-ci concernera uniquement les branches économiques et les entreprises non signataires d'une convention collective de travail (CCT). De plus, le montant variera selon le salaire national médian du secteur à l'échelle suisse: de beaux maux de tête en perspective pour traduire la volonté populaire en loi!  Dans quelques années, nous pourrons établir d'intéressantes comparaisons entre le taux de chômage jurassien et celui des cantons voisins.

Genève dit oui à la fusion des caisses publiques (évoquée ici): les Genevois ont donc accepté de créer une nouvelle caisse de pension publique probablement "too big to fail" tout en augmentant très légèrement les contributions des fonctionnaires. Du point de vue de l'assainissement des régimes publics de retraite, le changement est si léger qu'il ressemble furieusement à du sur-place.

Nidwald confirme ses forfaits fiscaux: rompant la dynamique que la gauche souhaitait instaurer,  l'initiative "Pour l'abolition des privilèges fiscaux pour les riches étrangers" lancée par la Jeunesse socialiste locale est sèchement rejetée par 68,6% des voix.

Pas de Jeux Olympiques d'hiver dans les Grisons: 54% des votants rejettent le projet. Les communes de Davos et St-Moritz l'avaient approuvé, mais le reste du canton n'a pas suivi. Les commentateurs se succèdent sur les ondes de la télévision suisse pour se lamenter du manque de "vision" et "d'envergure" des citoyens locaux. Apparemment, la défense du paysage et du patrimoine peut passer à la poubelle s'ils doivent être sacrifiés pour des jeux olympiques d'hiver 2022, sans parler du volet financier.

Oskar Freysinger en pôle-position pour le Conseil d'Etat valaisan: l'UDC saviésan arrive en tête du premier tour pour l'élection au Conseil d'Etat - loin devant son adversaire Christian Varone, mais aussi devant tous les sortants. S'il est trop tôt pour crier victoire, l'UDC semble mieux placée que jamais pour entrer au Conseil d'Etat du canton.

Voilà, c'est tout pour cette rapide analyse. Nul doute que je n'ai couvert qu'une fraction des objets électoraux soumis au vote ce week-end - le signe indubitable d'une démocratie vivante - mais les résultats ne me semblent pas trop mauvais dans l'ensemble.

Commentaires

@Monsieur Montabert certains conseillers communaux ne pensent peut-être pas la même chose que vous,gare à eux s'ils font partie de conseils d'administration et ils sont socialistes/rire
Parceque cette initiative Minder touche aussi certains politiciens !

Écrit par : lovsmeralda | 04 mars 2013

La synthèse des résultats de ce week-end, c'est que les Votants ont repris la main sur leurs élites. Il était temps. Et que cela donne l'envie aux abstentionnistes de se manifester à nouveau et de donner à notre démocratie directe toutes ces lettres de noblesse!
Merci à M. Minder qui a creusé son sillon tout seul (quasiment) et qui aujourd'hui a trouvé l'écho à sa volonté et détermination. (ce qui va en ressortir c'est encore une autre affaire, mais les élites ont intérêts à respecter la volonté populaire et tout faire pour....c'est leur job).
Bravo aux Valaisans d'avoir osé à ce point se rallier à l'UDC et de manière si claire. Le vieux centenaire C (PDC) peut maintenant mourir de sa belle mort.

Écrit par : Corélande | 04 mars 2013

Saviésan, pas Saviésien. Le plus étrange, pour moi, est cette acceptation de la LAT. Je la voyais balayée par la majorité des cantons...

Écrit par : Géo | 04 mars 2013

@Géo: corrigé, merci.

Quant à la LAT, voter oui n'est pas aussi automatique que pour tout ce qui concerne la famille et les enfants, mais c'est tout comme... Les Suisses aiment les vastes paysages immaculés et sont prêts à s'infliger n'importe quelle chicanerie administrative au nom de la préservation des espaces naturels sans comprendre que c'est parfaitement inutile. Comme si sans cela on allait bâtir des tours sur les pentes du Cervin!

Ensuite, il rentrent chez eux s'entasser dans leur deux-pièces et demi hors de prix, sans comprendre le lien de cause à effet. Saviez-vous que 40% du canton de Genève était classé terrain agricole? Les cent personnes qui font la queue pour visiter le moindre appartement à louer à Genève devraient méditer là-dessus.

L'incompétence économique n'est pas fatale, mais punissable: elle inflige directement ses amendes à ceux qui votent sans comprendre les mécanismes.

En fait les meilleurs exemples de monstruosités architecturales (style EPFL, projet de musée au bord du lac, bientôt nouvelle halle CFF lausannoise) viennent directement des instances étatiques que les citoyens chargent de protéger le paysage.

Voudrait-on faire preuve d'ironie qu'on ne s'y prendrait pas autrement!

Écrit par : Stéphane Montabert | 04 mars 2013

Le PLR va au suicide, non pardon au 2ème tour en Valais!
Amis valaisans ne vous laissez pas avoir par ces vendus au patronat du PLR,
avec toute leur Kyrielle d'avocats pour faire leur beurre les uns aux autres.
Le Oui à Minder ne leur a pas suffit, maintenant il y a combinazione en terre valaisanne pour évincer Freysinger!
Si le PDC doit y perdre des plumes aussi n'hésitez pas, ils sont tous copains comme c......s!
Ne laissons plus les élites nous marcher sur les pieds et nous faire avaler leur couleuvre......imaginez le flop complet : 2 jours après l'élection varone est condamné à la prison ferme en Turquie. 500'000 francs au frais du contribuable pour un pet dans l'eau!

Écrit par : Corélande | 04 mars 2013

Félicitions à Stéphane Montabert pour "son" succès à l'initiative Minder.

Initiative qui est présentée par la plus grande partie de la presse française comme la décision de "limiter les rémunérations des patrons" -- c'est faux, mais comme ça sent le socialisme, c'est toujours bon à monter en épingle.

Écrit par : Robert Marchenoir | 04 mars 2013

@Robert Marchenoir: je n'ai été qu'une voix dans la multitude... Ceci dit, quand je vois le niveau de compréhension proprement consternant de la presse française sur l'initiative Minder, et que j'entends le premier ministre Jean-Marc Ayrault dire que la France va "s'inspirer" de la législation suisse... Je me demande à quelle sauce les sociétés françaises vont être mangées!

On en saura plus lors que les politiciens français auront fini d'élaborer leur projet "inspiré" de l'initiative Minder. Je crains que la copie ne soit totalement contraire à son esprit.

Écrit par : Stéphane Montabert | 05 mars 2013

Cette contradiction existe aussi en Suisse. Le parti socialiste s'est attribué bien évidemment toute la gloire de cette initiative anti-capitaliste. Il me semble que ce n'était pas difficile à prévoir...
En fait, cette initiative est bien la chose la plus stupide que le peuple suisse ait jamais acceptée, après l'interdiction de l'absinthe. Les actionnaires qui possèdent les soi-disant banques suisses ne sont pas suisses. Je n'ai pas dit qu'ils sont juifs et new-yorkais, mais d'autres bien informés le prétendent...
Et les autres sont des institutionnels, des caisses de pension, des assurances...pour la plupart anglo-saxons.
Pas un d'entre eux ne va remettre en cause le salaire et les bonus de leurs amis qu'ils ont mis en place et dont pas un seul n'est Suisse depuis le départ de Vasella...

Écrit par : Géo | 05 mars 2013

@Géo: le PS tente ce qu'il peut mais personne n'est vraiment dupe, pas même les journalistes. M. Minder siège au Conseil des Etats, il n'a rien d'un débutant.

Quant au salmigondis complotiste/anti-capitaliste/atlantiste que vous vous sentez obligé de livrer en accompagnement, eh bien, disons qu'il ne contribue pas à rendre vos propos plus crédibles, ni même plus intelligibles.

Nous verrons combien de grandes société auront quitté la Suisse avec pertes et fracas et comment les salaires abusifs auront évolué d'ici un an ou deux ; je suis assez confiant.

Écrit par : Stéphane Montabert | 05 mars 2013

" Nous verrons combien de grandes société auront quitté la Suisse avec pertes et fracas et comment les salaires abusifs auront évolué d'ici un an ou deux ; je suis assez confiant. "

On risque surtout bientôt de compter combien auront par hésitation choisi un autre pays que la Suisse. Si il n'y avait que l'initiative Minder passe encore; mais la venue de sociétés étrangères est de plus en plus remise en question chez nous. Certains désirent mettre un frein à leur venue et au développement économique tel dans le région lémanique. Et pour cela la LAT n'arrange pas non plus la chose. A force de légiférer contre l'économie ont va finir par se tirer plusieurs balles dans le pied. L'inititative Minder elle l'une des ces balles parmi les autres que l'on a introduit dans le barillet du revolver. n'abusons pas non plus.

D.J

Écrit par : D.J | 05 mars 2013

@D.J.: Mais non! Vous n'avez pas encore vu comment les choses se passent? Avec intelligence et équilibre, la Suisse vient de donner une excellente impulsion contre les salaires abusifs.

Tous les pays environnants s'empresseront de l'imiter avec leur propre version erronée et pervertie de l'initiative Minder (j'attends avec impatience le projet de loi français...) qui auront tôt fait de les rendre encore **moins** attractifs qu'ils ne le sont.

Écrit par : Stéphane Montabert | 05 mars 2013

@ Montabert,

Que vous soutenez l'initiative Minder est une chose. Et je vous crois sincère. On est pas d'accord sur le sujet tant pis c'est comme ça. Entre libéraux il n'y a rien d'anormal d'avoir des divergences. Surtout qu'en général vos billets et moi sommes sur la même longueur d'onde.On ne suit pas l'idéologie d'un parti unique.

Mais on semble plus en accord que les pays comme la France feraient mieux de s'inspirer non pas de la votation sur Minder ( ou oui pour vous ), mais sur la politique économique de la Suisse dans son ensemble. Quand la France arrêtera d'accuser la Suisse d'être un paradis fiscal mais y verront un modèle d'un pays à fiscalité responsable pour le bien de l'économie, de ne pas traiter les suisses de con qui ont refusé une sixième semaine de vacances et la semaine de 36 heures et de s'inspirer sur notre code du travail plus souple, il seront sur la bonne voie

Si il n'ont que Minder comme modèle; il feraient mieux de laisser tomber. Ce ne sera qu'une couche de vernis pour se donner bonne conscience. Rien de plus.

D.J

Écrit par : D.J | 06 mars 2013

DJ : c'est pas gagné. Même l'extrême-droite a fait l'éloge de Chavez à l'occasion de sa mort !...

Écrit par : Robert Marchenoir | 07 mars 2013

Les commentaires sont fermés.