24 mai 2013

Renens adopte la taxe au sac!

Peut-on dire que l'affaire est dans le sac?

Hier soir, en plus de la splendide élection de Gérard Duperrex à la présidence du Conseil Communal pour la prochaine année de législature - première élection d'un UDC à ce poste depuis que Renens existe! - le point d'orgue de la soirée a été, on s'en doute, la taxe poubelle.

Malgré l'obligation légale réclamée par le canton d'une mise en conformité des communes au premier janvier 2013, Renens n'est pas la seule ville vaudoise en retard. La Municipalité a mis à profit les six mois d'écart avec les communes avoisinantes pour évaluer les comportements des gens face aux diverses mesures tentées ici et là et planifier une stratégie adéquate.

La copie livrée par Renens n'a rien d'enthousiasmant, mais la commune a essayé de jouer avec les cartes qu'elle avait en main. Les Renanais subiront une taxe au sac de 2.- par sac poubelle de 35 litres, et une taxe forfaitaire de 90.- annuels par habitant de plus de 18 ans, contrebalancée par une subvention communale du même montant.

Nous sommes à Renens: il n'y aura aucune baisse d'impôt.

Voici mon intervention au Conseil Communal sur le sujet.

 


 

Mesdames et messieurs, nous y sommes, Renens aborde finalement la taxe au sac.

Commençons par le règlement proprement dit. En commission, au nom de l'UDC, j'ai demandé et obtenu des explications de la Municipalité qui doivent être répétées ici et inscrites au procès-verbal pour mémoire.

  • Premièrement, les habitants peuvent continuer à utiliser leurs containers actuels de couleur verte, s'ils en avaient, pour le ramassage des déchets végétaux. Il faut qu'ils soient munis d'une identification adéquate le cas échéant, mais il n'y a pas d'impératif à acquérir de nouveaux containers bruns.
  • Deuxièmement, les gens résidant dans des habitations de moins de trois logements, soit les maisons individuelles et maisons jumelles et peut-être quelques immeubles modestes, n'ont pas l'obligation de se munir de containers de tous types. Les branchages liés en fagots, les journaux attachés et autres déchets à recycler déposés sans autre forme de procès les jours de ramassage continueront à l'être de la même manière qu'aujourd'hui.

Ceci doit être dit et répété afin que personne, ni employés communaux ni Municipalité, ne puisse être frappé d'oubli ou d'ignorance.

Voilà pour la partie réglementaire. Abordons les volets politiques et économiques.

Les Renanais découvrent ce soir le sympathique visage de l'écologie appliquée. La commune a fait un effort pour un mécanisme compliqué de subvention compensant une taxe forfaitaire dans un objectif social, et semble satisfaite du résultat. Etonnantes contorsions autour d'une taxe annuelle alors que chaque famille de la commune, y compris les plus pauvres, devra désormais débourser deux francs par sac poubelle du 1er janvier au 31 décembre.

C'est ainsi: pour avoir un effet, l'écologie doit cibler le plus grand nombre, c'est-à-dire les pauvres. Elle est donc, par essence, anti-sociale. La lutte entre écologie et socialisme ne manquera pas de faire des dégâts, principalement dans votre porte-monnaie.

Dès le premier juillet, vous devrez vous acquitter de deux francs par sac pour le ramassage de vos déchets. De leur côté, les impôts ne baissent pas d'un centime: je vous laisse deviner si la commune y trouve son compte!

En commission, j'ai suggéré un amendement fort simple: renoncer à la subvention, et à la place baisser les impôts. L'amendement a été repoussé à une si forte majorité que je ne vois aucun intérêt à le soumettre à nouveau ce soir, vous épargnant les tirades d'une demi-douzaine d'orateurs venus vous expliquer tout le mal qu'ils en pensent.

Il n'empêche.

Le modèle de subvention choisi est favorable à 80% des contribuables de Renens, nous dit-on. 80-20, le compte est vite fait. Que sont 20% de mécontents face à une majorité sûre de sa force?

Reste un petit détail: les individus ne sont pas interchangeables, et les contribuables encore moins. Ces 20% de contribuables ont beau être minoritaires politiquement, ils sont majoritaires économiquement. Ils contribuent pour 58% des recettes de la ville à travers l'impôt des personnes physiques.

Ne croyez pas qu'un contribuable renanais sur cinq soit riche. On est toujours le riche de quelqu'un d'autre. Ces gens, un peu plus de 2'000 personnes sur la commune, c'est vous, c'est moi, ce sont des foyers fiscaux dont les revenus tombent jusque dans la tranche "terriblement prospère" des 60'000 francs de revenus annuels imposables et plus.

A 60'000 ou 80'000 francs annuels imposables pour votre ménage, vous ne pensiez peut-être pas être riche, je suppose. Mais à Renens, vous l'êtes. Et vous êtes donc dans le collimateur de la Municipalité.

Aussi, ce n'est ni un amendement, ni un voeu, mais bien un avertissement que j'adresse ce soir à qui veut l'entendre: à trop tirer sur la corde, elle se rompt. Les finances de la ville ne vont pas bien. Les rentrées fiscales se tassent malgré l'accroissement du nombre d'habitants. Les contribuables aisés désertent Renens, et ce n'est pas l'adoption ce soir d'un énième mécanisme de redistribution au détriment des mêmes qui va arranger la réputation d'enfer fiscal que cette ville se construit résolument jour après jour.

Un risque pèse sur la commune de Renens. Pas le risque d'un référendum, pas le risque d'un changement soudain de majorité, mais un risque bien plus tangible: le risque de la ruine.

Il est aussi facile que démagogique d'offrir des prestations payées par d'autres. Mais ces citoyens les plus aisés, qui incluent des gens absolument pas riches, sont ceux qui financent notre ville. Ils pourraient s'en lasser, et la quitter. Tout semble indiquer que ce processus a déjà commencé.

Si seulement 20% de nos meilleurs contribuables, soit 400 personnes environ, quittaient la ville sans être remplacés par des individus économiquement équivalents, les recettes fiscales communales seraient instantanément grevées d'un trou de 2,8 millions. Soit l'entier du coût du ramassage des déchets.

Je vous laisse méditer là-dessus.

ville_propre.jpg

Commentaires

Bravo à vous Monsieur Montabert.En lisant l'article ,quelle chance ont les habitants de Renens.Au fait existe-t'il une méthode de recyclage pour transformer des Socialistes en membres UDC.Celui qui a la formule qu'il se fasse connaitre au plus vite.On lui en saura gré/rire
Serait-ce que notre commune toujours en bisbille avec ses autorités ait donné à d'autres les moyens afin de ne pas tomber dans le trou de l'inadmissible,comme faire enlever des containers sans avoir les moyens de les remplacer par ceux en conformité avec le système de tris à ordures,ou dépenser des sommes colossales pour des écopoints à enlever car sis sur une parcelle agricole,décidément au pays des ploucs ,les nôtre battent vraiment tous les records sans doute en accord avec de nombreux Genevois Socialistes venus s'établir chez nous quitte à vouloir tout régenter,chez eux nature secondaire bien connue depuis très longtemps

Écrit par : lovsmeralda | 24 mai 2013

Vous n'avez jamais songer à quitter Renens? Laissez cette ville dirigées par des communistes qui n'aiment que les classes ouvrières et travailleuses et qui n'auront que ces derniers comme contribuables. Quand ils n'auront plus un rond pour financer leur mégalo projet pharaonique de la place de la gare et aux alentours et que Renens deviendra la Grèce de la Suisse Romande vous leur rappellerez la façon dont ils ont ignorés et ri aux nez de vos avertissements.

D.J

Écrit par : D.J | 24 mai 2013

@D.J Renens n'est pas mon lieu de vie,les hérétiques de l'environnement sont partout.Sans doute pro-européens d'avant garde surtout depuis que des conseillers communaux vont à Strasbourg.Nos pèpètes sont en danger mais grâce aux taxes et surtaxes ces messieurs et dames peuvent voyager davantage .On nous vendrait à Bruxelles que cela ne m'étonnerait pas,mais je parle pour ma commune ,je tiens à le spécifier !
Ce qui m'épate c'est de voir la facilité avec laquelle des gens venus d'ailleurs arrivent à faire basculer des projets alors que si nous Suisses allions habiter à l'étranger,de un on respecterait les moeurs et coutumes locales et de deux imaginez vous entrain d'exiger ceci ou cela parceque cela se fait chez nous? mazette les Canadiens vous auraient vite remis au pas

Écrit par : lovsmeralda | 25 mai 2013

@lovsmeralda: la formule pour transformer des Socialistes en UDC existe, vous n'imaginez pas combien d'anciens socialistes se sentent UDC aujourd'hui. Il y a une grande différence entre les socialistes du passés, qui avaient certaines préoccupations sociales en tête, et ceux d'aujourd'hui qui pratiquent sans vergogne le clientélisme le plus éhonté.

@D.J: je ne pourrai pas dire que je n'ai jamais pensé à quitter Renens, sans franchir le pas: les perspectives immobilières sont réduites dans toutes les directions. Qui vivra verra. Mais sur ce thème, le plus amusant qu'il m'a été donné d'entendre venait d'une élue des fourmis rouges expliquant qu'elle cherchait à quitter cette ville parce qu'elle était devenue invivable, mais qu'elle ne le pouvait pas parce, accrochée qu'elle était depuis vingt ans à son loyer abordable... Apparemment, même des gauchistes pur jus ne s'épanouissent guère dans cette ville.

"des communistes qui n'aiment que les classes ouvrières et travailleuses et qui n'auront que ces derniers comme contribuables."

Les communistes n'aiment pas les pauvres; ils en ont besoin pour leur conquête du pouvoir, nuance. Les pauvres, immigrés et ouvriers sont les idiots utiles du communisme et ne servent que de tremplin populaire pour les cadres du parti.

Mais sur le plan économique, l'équation est en effet difficile entre l'arrosage de subvention, des finances présentables, et les projets de prestige d'élus avides de laisser leur empreinte sur la ville.

Et Renens n'y arrive pas.

Écrit par : Stéphane Montabert | 26 mai 2013

@Stephane Montabert,merci pour cette vérité connue par les anciens de ce pays.Il est vrai qu'aujourd 'hui être Socialiste ne veut plus rien dire.C'est un peu le fourre tout ,ce parti à lui tout seul ressemble à une multinationale
les anciens savaient pratiquer le mot social,ceux d'aujourd'hui n'ont qu'une idée en tête et s'enrichir en faisant croire au pire pour mieux filoutter les autres.Quitte à aller à Strasboug pour obtenir des Masters afin encore et toujours davantage nous entourlouper.Je n'ai toujours pas reçu de réponse à ce sujet mais quand on a des conseillers communaux qui font tout dans le dos des conseillers généraux en tous cas chez nous,je suis certaine qu'ils nous prépare un coup de derrière les fagots
toute belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 27 mai 2013

quand on pense à l'abattage d'arbres millénaires,200 en une seule fois et suite à un simple texto sans vérification de son origine,on peut supposer qu'il en est de même pour les déchets à trier.
Sans compter bien d'autres inepties inventées par des étudiants en mal d'occupationS sans doute,même étrangers .Il suffit d'une fois pour que cette nouvelle version du jeu de l'avion continue à prendre en otage même des politiciens
Depuis 2000 on touche à tout ce qui peut blesser le plus profondément l'âme de ce pays quitte à humilier profondément même des personnes qui avaient vécu la guerre,y'a tout de même un truc louche non?
Un film a été retransmis hier soir sur AB1 et quand on sait le natel,autre bigophone voire GPS moyen astucieux pour faire faire ce qu'on désire voir réaliser par d'autres,on peut dès lors comprendre pourquoi on tourne en rond depuis surtout 2006.
L'informatique est le moyen idéal pour tromper tout le monde,la plupart du temps les gens boivent comme du petit lait ce qui est envoyé .Surtout sous l'emprise d'un nouvel amour,il n'y a rien de plus facile pour faire courir davantage le ou la personne tellement aveuglée qu'il ou elle mettra tout en oeuvre pour réaliser ce qu'il ne fallait peut-être surtout pas.Comme ce fut pour un Socialiste qui heureusement a terminé son mandat de conseiller communal,tout dans le dos des conseillers généraux .Espérons qu'avec la fusion ils réagissent plus rapidement / je parle pour ma commune.Hélas de nombreux doutes subsistent

Écrit par : lovsmeralda | 06 juin 2013

Les commentaires sont fermés.