19 août 2013

La pseudo-affaire Legrix

Sale ambiance à La Chaux-de-Fonds: Jean-Charles Legrix, membre de la Municipalité de la commune neuchâteloise, a été destitué vendredi par décision de ses quatre collègues de l'exécutif. Cette mesure aurait été prise à la suite d'un audit demandé sur le fonctionnement du dicastère dont l'élu avait la charge.

jean-charles legrix,manoeuvres politiques,la chaux-de-fondsDepuis, c'est un déferlement médiatique préalable au lynchage politique de l'individu. Dernier épisode en date aujourd'hui avec Le Matin s'interrogeant sur le salaire qu'il peut théoriquement encore recevoir tout en état démis de ses fonctions: "payé pour ne rien faire", résume, lapidaire, le quotidien. A croire qu'il aurait lui-même choisi d'être destitué pour mieux profiter de la vie! Mais l'homme est sonné, profitons-en...

Qui veut tuer son chien l'accuse de la rage, dit le proverbe. Pourtant nous avons ici un dossier mentionnant des éléments accablants pour un responsable dans quelque milieu professionnel que ce soit: "harcèlement sur le lieu de travail", "comportement attentatoire", "humiliations publiques", voire "terreur"! Alors, assistons-nous à une manoeuvre politique ou à l'incarnation de l'antéchrist? Nous ne saurons les tenants et aboutissants que lorsque l'ensemble du dossier aura filtré, ce qui ne saurait tarder, mais quelques éléments font douter de la version officielle.

La première tient dans la rapidité de la réaction. Il semble que sitôt les conclusions du rapport de 90 pages connues le poste de M. Legrix a été promptement dépecé. La réaction semble trop immédiate pour ne pas éveiller de soupçons. L'audit en question n'a même pas été livré à la presse, ce qui aurait pu expliquer un emballement de la réaction communale à défaut de la justifier.

Quand une "affaire" survient au sein d'une hiérarchie, il y a toujours un certain temps de réaction, des tentatives de concertation et d'ajustement, des avertissements - souvent au grand dam des lanceurs d'alerte. L'inertie et d'incrédulité sont propres à toutes les organisations ; c'est encore plus vrai dans le secteur public. Ici au contraire tout s'est fait en un temps record, au milieu des vacances d'été. Les autorités de La Chaux-de-Fonds donnent franchement l'impression d'avoir préparé la mise à l'écart de M. Legrix de longue date.

La seconde tient justement aux accusations portées. M. Legrix menait un dicastère de 240 employés ; il dit que l'audit portait sur 47 personnes, certaines ne travaillant même pas à la commune. Pierre-André Monnard, nouveau président de La Chaux-de-Fonds, n'hésite pas à charger son collègue: "30 se sont dits apeurés et 10 terrorisés". Mais harceler, humilier et malmener une quarantaine de personnes en même temps tient de l'exploit. Tous ceux qui ont été en contact avec un chef tyrannique (et ils sont nombreux) savent que même les pires psychopathes ont leurs "têtes", celles qu'ils manipulent et celles qu'ils torturent... Et surtout, qu'ils agissent discrètement et isolent leurs victimes. Des méthodes très loin d'un responsable politique parvenant apparemment à se mettre une foule entière à dos.

Se pourrait-il que les causes réelles soient ailleurs? Contre toute attente, alors que l'audit était en cours d'élaboration des employés de la voirie tenaient à soutenir leur chef auprès des journalistes:

"Le malaise réside dans le fait, qu'enfin, après des années de laxisme, Monsieur Legrix demande à ses contremaîtres de lui rendre des comptes: les beaux jours sont terminés, l'heure est venue de se mettre à la tâche, et il est bien évidemment difficile pour certains de le faire: soit ils ne le veulent pas, soit leur incompétence les en empêche."


Mis en cause, le chef du service de la voirie Joseph Mucaria ne commentera pas. En début de semaine, c'est le communiste Jean-Pierre Veya qui s'y colle sur les ondes de la RTS: M. Legrix aurait monté un dossier à l'insu d'un collaborateur "avec des moyens douteux", clamé qu'un autre serait incompétent voire un escroc, "contraint" des collaborateurs à s'aligner devant le sapin de Noël pour chanter une chanson... Rien de bien reluisant, en effet, mais de là à parler de terreur? Vraiment?

Comme toujours lorsque les relations professionnelles s'enveniment, il y a probablement des torts de chaque côté - un manque de tact certain de la part de M. Legrix dans la conduite de son dicastère, dont on ne voit bien sûr que la partie émergée de l'iceberg (car il va de soi que tous les collaborateurs ne sauraient être que parfaits, intègres et compétents) ; et de la part de l'exécutif de La Chaux-de-Fonds, une sensibilité à fleur de peau permettant d'écarter un rival gênant sur un prétexte.

jean-charles legrix,manoeuvres politiques,la chaux-de-fondsLa Chaux-de-Fonds est un bastion historique de l'extrême gauche depuis un siècle. Les structures du pouvoir reflètent cette histoire, comme par exemple les royales indemnités mensuelles de 15'000.- accordées à chaque membre de l'exécutif. Du coup, les procédures mises en place contre M. Legrix viennent de mettre à jour un bon potentiel d'économie! Car après tout, si ses collègues se répartissent si aimablement sa charge de travail, ce cinquième municipal est-il tellement indispensable?

Quelqu'un devrait suggérer aux Chaux-de-fonniers de réduire la taille de leur exécutif, définitivement. Ils arrivent visiblement à s'en sortir de cette façon et économiseraient ainsi près de deux cent mille francs annuels.

Commentaires

La vérité ne peut être supportée par un UDC!

Nous avons donc d'un côté 47 menteurs, un cabinet d'audit indépendant, menteur également et en face, le gentil super chef UDC victime de cette cabale de gauchistes tous uni contre lui!

Les victimes de ce tout petit chef méritent le respect, et si elles ne souffraient pas de cette lamentable situation, née de l'incompétence, une de plus, d'un élu UDC, cet insignifiant petit adjudant chef prêterai à rire.

La justice doit sévir, de plus il n'est pas normal que ce profiteur touche CHF 15,000 pour rien faire.

Écrit par : La Tchô | 20 août 2013

"La vérité ne peut être supportée par un UDC!"

Je ne sais pas où vous allez chercher des délires pareils. Vous commentez avant de lire? Mais lisez-vous seulement après? A aucun moment je ne met en doute les témoignages contre M. Legrix ; je m'interroge sur la gravité qu'on leur prête. Avez-vous jamais entendu le langage fleuri qu'on tient sur un chantier ou dans un atelier? Les belles âmes de La Chaux-de-Fonds n'y survivraient pas cinq minutes... Mais à la fin c'est à la justice de trancher. Si M. Legrix est condamné pour harcèlement moral ou quelque chose du genre, alors oui, la question de son retrait de la vie publique se posera.

Ici, l'exécutif gauchiste de La Chaux-de-Fonds s'est substitué à la justice pour livrer son propre verdict et asséner la condamnation, sans procès, sans défense, et évidemment sans présomption d'innocence. Il a mis la charrue avant les boeufs. Vu la couleur politique de la commune, ce n'est guère une surprise.

Il va de soi que je m'intéresse à l'affaire parce qu'elle concerne un UDC, et plus encore, c'est précisément parce que c'est un UDC que ce scandale existe.

Pensez-vous réellement que M. Legrix aurait été démis de ses fonctions s'il avait été socialiste?

Écrit par : Stéphane Montabert | 20 août 2013

@Monsieur Montabert,Un très bon commentaire de Monsieur Walter Willener membre UDC explique le pourquoi de toute cette smala dans l'Express Neuch du jour
Personnellement je pense que Monsieur Legrix a peut-être réagi au mauvais moment. Souvent l'impulsivité peut se retourner contre soi. Cependant ces combats entre coqs ne devraient pas faire les choux gras de la presse .De toutes manières étant membre d'un parti il aura tous les appuis nécessaires pour se défendre ce qui n'est pas le cas du simple citoyen
Quand on lit la bassesse des commentaires on peut affirmer que l'intellect n'est plus à la hauteur du fameux adage qui disait ,notre canton est le meilleur en langue française .
Ce journal est de plus en plus gauchiste et la bassecour n'en peut plus comme du temps d'Henri 4 et de sa poule au pot déverser sa rogne .En oubliant une fois encore les enfants ,eux sont les premières victimes de ces complots entre adultes qui se disent responsables .
Beaucoup d'anciens profs doivent se retourner dans leur tombe

Écrit par : lovsmeralda | 20 août 2013

Faire pleurer une Dame, c'est cela le savoir-vivre UDC?

Un socialiste respecte les petites gens, un socialiste ne se comporte pas en petit chef brutal et arrogant, un socialiste a du savoir-vivre et de l'éducation.

J'exige de vous, les donneurs de leçons, d'être irréprochables, vous passez votre temps à vous attaquer aux plus démunis, aux plus faibles, mais quand un des vôtres se fait, avec raison, remonter les bretelles, alors ça pleurniche, ça se victimise!

Écrit par : La Tchô | 20 août 2013

Les petits roquets sont la plaie des entreprises et des administrations. Ces gens doivent être remis à leur place ou virés au besoin. Qu'ils soient UDC, PLR, socialistes ou autres.

Où que ce soit, les RH doivent être attentives à ce type de parasites. Il en va non seulement de la santé des employés, mais aussi - ce qu'on oublie aussi trop souvent -, du bon fonctionnement de l'entreprise.

«Avez-vous jamais entendu le langage fleuri qu'on tient sur un chantier ou dans un atelier?»

Il y a «fleuri» et «fleuri» M. Montabert. C'est inadmissible de la part d'un chef vis-à-vis de ses subordonnés. On ne résout pas les problèmes de discipline ou d'obéissance en ouvrant sa grande gueule et en humiliant les gens !

Écrit par : petard | 20 août 2013

@petard: Je ne sais pas quelle entreprise idyllique vous vous épanouissez, mais pour la plupart des humains vivant dans le monde réel, les coups de gueule, ça existe. J'ajouterai que dans le monde réel les gens incompétents ou contestant leur employeur peuvent aussi être remerciés ; cet aspect du problème semble largement passé sous silence. Peut-être le monde réel n'a-t-il pas une très grande prise à La Chaux-de-Fonds.

Mais vous essayez de me pousser à défendre M. Legrix alors que ce n'est pas mon propos. M. Legrix est peut-être un cadre totalement incompétent, il ne devrait pas avoir droit à une "procédure d'expulsion spéciale" parce qu'il porte l'étiquette UDC dans une commune de gauche. Voilà le vrai scandale.

Quoi qu'il en soit, l'affaire est en train de se dégonfler. Je ne suis pas le seul à le penser ; on peut lire ainsi la dernière saillie du Matin sur le sujet:
http://www.lematin.ch/suisse/jeancharles-legrix-alignait-sapin/story/27733377
Si l'article est évidemment à charge, les commentaires le sont nettement moins.

Écrit par : Stéphane Montabert | 20 août 2013

"Si l'article est évidemment à charge, les commentaires le sont nettement moins."

Bof.. on sait ce qu'ils valaient les commentateurs du Matin. Pour la plupart on dirait des désoccupées avinés et aigris. Une partie de l’électorat UDC?

Écrit par : Mark | 20 août 2013

L'erreur de Legrix est d'avoir cru que les fonctionnaires travaillent comme les employés du privé ! Il est évident que les fonctionnaires, qui ne travaillent pas au rendement, ne peuvent pas rivaliser avec les employés du privé. J'ai connu un"agent municipal" qui avait voulu reprendre son métier dans le privé après quelques anées de fonctionnaire, son patron l'a remercié et le "gardien de platanes" est retourné se luger dans la fonction publique !

Écrit par : Oscar Latine | 20 août 2013

@Stéphane Montabert

«J'ajouterai que dans le monde réel les gens incompétents ou contestant leur employeur peuvent aussi être remerciés»

Mais c'est aussi exactement ce que je pense en disant: «On ne résout pas les problèmes de discipline ou d'obéissance en ouvrant sa grande gueule et en humiliant les gens !»

On explique gentiment à la Dame ou au Monsieur comment ça doit se passer, on donne un avertissement et si ça se reproduit... on explique gentiment qu'il n'y a pas besoin de revenir le lendemain, ni les jours d'après... on se comporte de manière "cool et sympa" comme Oskar, mais avec intransigeance.

S'agissant de M. Legrix, qu'il soit UDC ou non m'importe peu. Evidemment si c'est une cabale anti-UDC c'est tout aussi grotesque que les coups de gueule présumés.

Écrit par : petard | 20 août 2013

La démocratie s'arrête aux portes de l'entreprise (privée)!

Ce petit dictateur nous l'a démontré avec vulgarité, et les gens qui le soutiennent nous le prouvent à chacune de leurs affirmations.

Nous exigeons des "larbins" dociles et soumis qui acceptent de recevoir à 3 heures du matin des e-mails à leurs adressent privées et qui se réjouissent des "humiliations" que leurs chefs font subir aux autres...

Divisés pour mieux régner, cela marche très fort dans le privé, et vous Monsieur Montabert vous vous en réjouissez...

Mais voilà, à la Chaux-de-Fonds cela n'a pas marché, les gens comprennent encore la signification du mot Solidarité! Pour vous cela signifie que ce sont des communistes...

Écrit par : La Tchô | 20 août 2013

Signalons aux lecteurs que Monsieur Montabert est camarade de parti de M. Legrix, un élu à Renens. Cela explique son article.

Écrit par : Daniel Musy | 20 août 2013

@Daniel Musy: il va de soi que, suivant votre pensée, si je ne condamne pas M. Legrix sur la base d'une affiliation partisane, alors on peut tout autant dénoncer les agissements de l'exécutif de La Chaux-de-Fonds sur la base d'une affiliation partisane. Si l'affiliation partisane prime sur le reste, pourquoi ne serait-elle que l'apanage de l'UDC?

Par votre commentaire, vous exposez votre système de pensée: pour vous et des gens comme vous l'appartenance idéologique prime sur toute autre considération, comme la recherche de la vérité.

Vous chercherez pourtant en vain sur ce blog un billet cherchant à défendre M. Zuppiger, par exemple. Le candidat malheureux au Conseil Fédéral était pourtant UDC tout comme moi. Et vous pourrez aussi tomber sur des positions favorables à celles de Martin Killias, qui est un élu socialiste. Incompréhensible, n'est-ce pas?

Ce n'est pas parce que vous êtes incapable de sortir d'un schéma de pensée qu'il s'applique également à tous.

Écrit par : Stéphane Montabert | 21 août 2013

Bonjour,

Signalons aux lecteurs que les commentaires sans arguments sont le fait d'individus qui n'appartiennent pas à l'UDC. J'espère par contre que cela n'explique pas leur absence de pensées rationnelles et construites.

Je signale aussi que la dénonciation de M. Montabert vise uniquement la forme et non le fond. Ainsi, comme vous le savez certainement, licencier implique la mise en place d'une procédure dans le privé, or le process expéditif utilisé dans cet affaire ressemble fortement à un procès soviétique.

Je signale aussi que je n'appartiens pas à l'UDC et n'habite pas en Suisse.

bonne journée à vous lecteurs,

Crucol

Écrit par : Crucol | 21 août 2013

M. Legris n'a pas été licencié. Il a été élu par les citoyens, il ne peut donc pas être révoqué par ses collègues. Ceux-ci lui ont simplement retiré la responsabilité de son dicastère, afin d'assurer le bon fontionnement des services de la commune.

Écrit par : gamine | 21 août 2013

toutes ces évictions en politique dont le canton de Neuchatel semble ne jamais vouloir se départir ressemblent de plus en plus à un remake de Top models mais pour la presse numérique. On connait dans la région le fameux jamais deux sans trois si les prévisions sont justes bien qu'il ne faut jamais jurer de rien alors espérons que l'ascenseur pour l'échafaud enfin cesse de culbuter les politiciens
A moins que *la Davelisation *spécialité Vaudoise ait donné l'idée au Gouvernement Neuchatelois l'envie d'imiter ce canton.

Écrit par : lovsmeralda | 21 août 2013

Mon schéma de pensée intangible de rigidité, c'est le respect de l'intimité des personnes. Votre blog mérite d'être connu comme d'ailleurs tout ce M. Legrix a pu dire pendant cette semaine sur tous les médias. Cela mériterait peut-être une analyse, non ?

Écrit par : Daniel Musy | 22 août 2013

La "recherche de la vérité", depuis cinq jours, a aussi été effectuée par la presse romande, ce qui infléchit votre thèse du "manque de tact".

Quant à dire que CDF est un "bastion de l'extrême-gauche" depuis un siècle, c'est historiquement stupide, des mots lancés en l'air sans connaître que c'est le parti socialiste qui a toujours été majoritaire. A moins que vous ne pensiez que le PS est l'extrême-gauche.

En conclusion définitive, merci de vous être fait connaître des Chaux-de-Fonniers. Ici, l'UDC aurait besoin de renforts !

Écrit par : Daniel Musy | 25 août 2013

Les commentaires sont fermés.