29 août 2013

Coupables choyés, victimes oubliées

justice des mineurs,justiceLe Blick a lancé un pavé dans la mare (relayé par Le Matin en Suisse romande) en révélant la situation de "Carlos", un jeune bien connu de la police zurichoise qui le qualifie de véritable bombe à retardement.

Notre individu se fait connaître de façon remarquable en juin 2011, lorsqu'il poignarde un jeune Turc de 17 ans à Zurich. Carlos a alors quinze ans. Un an et demi après les faits, il est reconnu coupable d'une ribambelle de chefs d'accusation: menaces, résistances à agents, voies de fait, infraction à la loi sur les stupéfiants et à la loi sur les armes.

Mais Carlos est mineur. Sa peine est commuée en "hébergement ouvert sous surveillance constante" par le Tribunal des Mineurs du canton de Zurich. Et quand le Tribunal des Mineurs du canton de Zurich inflige l'hébergement ouvert sous surveillance constante à un mineur, il ne plaisante pas. Tenez-vous le pour dit, la justice ne fait pas les choses à moitié.

Notre jeune criminel aura donc ainsi le loisir de profiter d'un appartement tous frais payés de quatre pièces et demi à Reinach dans le demi-canton de Bâle-Campagne, "avec services de nettoyage, de buanderie et de cuisine" précise le quotidien. Pour parfaire son instruction, il a droit à un enseignement privé. Et à un avocat, naturellement.

L'équipe aux bons soins du condamné totalise une dizaine de personnes pour des coûts mensuels de 29'000 francs. Depuis le début de l'exécution de la "peine", la facture dépasserait déjà le million.

Carlos subira ce traitement inhumain jusqu'en 2018. Il aura alors 22 ans et, libéré du terrible châtiment de la justice, pourra enfin chercher à se reconstruire. Gageons que les cours de boxe thaïlandaise qu'il reçoit entre-temps du multiple champion du monde de la discipline Shemsi Beqiri, là encore aux frais du contribuable, l'aideront à traverser cette douloureuse période de son existence.

Comme on s'y attend, la situation de Carlos suscite quelques réactions, mais finalement pas grand-chose. La conseillère nationale UDC zurichoise Natalie Rickli estime que "toute cette histoire est un scandale", mais que vaut la voix d'une élue UDC? L'appartenance même à ce parti suffit à prouver qu'elle ne comprend rien à rien. La notion de réinsertion la dépasse, par exemple. Les UDC ne sont bons qu'à enfermer les gens et jeter la clef. D'ailleurs, le porte-parole du Tribunal des mineurs explique doctement au Tages Anzeiger que dans le Canton de Zurich, le coût moyen des mesures d'accompagnement d'un mineur condamné s'élève à 330 francs par jour, soit 10'000 francs par mois.

Au triple de cette somme Carlos se situe évidemment au-dessus, mais son cas n'a finalement rien d'exceptionnel. Si 29'000 francs mensuels payent un appartement de quatre pièces et une équipe de dix personnes (et des cours d'arts martiaux donnés par un champion du monde) que permet le tiers de ce montant? Une situation moins confortable, mais probablement assez coquette. Un grand studio et seulement trois personnes, peut-être. Je ne sais pas pour vous, mais avec 10'000 francs par mois net d'impôt je pense qu'il y a de quoi s'assurer un certain train de vie.

Le bon juge pour enfant Hansueli Gürber, directement mis en cause par ces révélations, pourra compter sur le soutien sans faille de tout l'establishment. Mais Carlos n'est pas, ne peut pas être un accident. Des cas comme Carlos existent évidemment depuis des années, couverts sous le sceau de la connivence entre les différents intervenants de la "chaîne d'incarcération", du juge à l'armée d'éducateurs chargés de s'assurer de l'exécution de la sentence. Le confort de Carlos est aussi leur confort à eux. Ils vivent grassement de ces budgets.

Si l'histoire de Carlos a bien quelque chose de singulier, c'est d'être parvenue jusqu'aux journaux.

Une personne en particulier vit mal le confort du condamné - sa victime. Selon le 20 minutes, le jeune Turc n'a toujours reçu aucun dédommagement et ressent quotidiennement des douleurs:

"Il est choyé alors que moi je souffrirai toute ma vie des séquelles de son acte. Que ce soit mes collègues ou ma famille, personne ne comprend qu'on en fasse plus pour l'agresseur que pour la victime."


Quelle pauvreté dans le raisonnement! Mais la récidive, y as-tu seulement pensé, jeune homme? N'estimes-tu pas que tout doive être fait pour empêcher qu'il ne replonge, sans calculs mesquins sur le coût de ceci ou cela? Crois-tu que le pauvre Carlos ne se morfond pas de son crime et ne lutte pas de toutes ses forces, lui aussi, pour effacer le traumatisme? Au vu des priorités budgétaires de la justice zurichoise, la conclusion, implacable, doit s'imposer: il a beaucoup plus souffert que toi.

justice des mineurs,justice
Carlos, hanté par le remords, prend sur lui pour poser avec son entraîneur

La finalité d'une réinsertion réussie comme celle de Carlos est incompréhensible pour le commun des mortels. Heureusement, de tels individus sont rares dans les hautes sphères de la justice. Les gens normaux, eux, ne comprennent pas - et c'est précisément ce qui en fait des gens normaux. La femme de ménage de Carlos, par exemple, chargée de nettoyer un appartement qu'elle n'aura jamais les moyens de se payer. Mais, trimant comme une esclave pour s'acquitter d'impôts dont une partie sert à offrir une vie de confort à de jeunes criminels, a-t-elle seulement le temps d'y penser?

Mise à jour (30 août): toujours par le Blick, et toujours repris dans Le Matin, on en apprend davantage sur "Carlos". L'adolescent turbulent aurait tenté de tuer sa mère après l'avoir menacée et frappée à plusieurs reprises. D'après lui, il n'aurait plus supporté qu'elle se prostitue pour subvenir à ses (fort modestes) besoins.

Devant le Tribunal des mineurs, Carlos aurait émis le souhait de suivre des cours d'arts martiaux, estimant qu'il serait ainsi plus à même de renoncer à la violence envers sa mère. Je laisse à d'autres le soin d'établir le lien de cause à effet. L'instance aurait alors donné son accord et organisé pour lui une formation aux frais du contribuable!

Alors que par un hasard du calendrier ces nouvelles tombent en même temps que le rapport très attendu sur l'affaire Marie, la Suisse semble plus malade que jamais de sa justice et des idéologues pusillanimes qui y officient.

 

Commentaires

article très instructif montrant l'immense besoin de perpétuer l'hygiène Bio -raciale ,la même sévissant uniquement dans les Cantons Protestants à une époque pas si lointaine. On connait les universités de Sociologie à Zurich et ailleurs ,sans doute ce jeune fait -il partie comme d'autres d'un programme de bio-réinsertion et l'on peut comprendre la frustration qui elle ,est des plus naturelles de la part de la victime
Quand donc cessera- t'on de prendre le bon peuple pour un troupeau de Ploucs?

Écrit par : lovsmeralda | 30 août 2013

Il faut d'urgence avoir Mme Taubira comme ministre de la justice en Suisse, elle ne sera pas dépaysée! Cette histoire est incroyable.

Écrit par : Zendog | 30 août 2013

L'UDC est un parti fort riche, qu'il s'occuppe donc d'aider financièrement le jeune turc, victime malheureuse de cette petite frappe.

En ce qui concerne le fonctionnement de notre justice pour les mineurs, que cela vous plaise ou non, celle-ci est différente de celle des adultes et lorsque l'on a 15 ans, on peut être et c'est le cas pour cette racaille, une bombe à retardement, cela ne permet pas de "tailler" une justice spéciale, parceque quelques réactionnaires souhaiteraient des traitements inhumains pour ces mineurs précisement.

La jeune victime turc doit être soutenue et aidée, et votre parti, si riche, devrait montrer l'exemple!

Écrit par : Das Kapital | 31 août 2013

Dans l'affaire Marie on vient en effet de prendre connaissance des conclusions de l'expert.

Comme on pouvait s'y attendre administration et justice sont ressortis blanc comme neige. Rien de surprenant donc puisque tout s'est concocté entre gens du savoir judiciaire.

La société est donc stupide, naïve ou habitée par la soif de lynchage. C'est ce que l'on peut en déduire: la société n'a rien compris, mais eux si !

Les commentaires faits par les deux magistrats (président du tribunal cantonal vaudois et procureur soleurois), frisent l'ignominie. Qu'ont-ils dit de si choquant?

«Un crime peut se produire même si les autorités ont fait leur travail le mieux possible», a déclaré le président.

Ce propos est inadéquat et incompréhensible. Un criminel condamné a 18 ans de réclusion ne peut récidiver s'il est gardé sous les verrous. À la limite il peut s'en prendre à un gardien et commettre son crime dans le huis-clos de la prison. Ce criminel ne peut donc récidiver que s'il est où il ne devrait pas être, c'est-à-dire hors de prison. Et pour être hors de prison, il y a deux possibilités: l'évasion ou être sorti de prison par décision de justice.

L'administration a donc décidé de le remettre dans la société, alors que la société pensait être à l'abri. Il y a donc tromperie sur le fond.
La justice se dédouane en invoquant les dispositions de l'application des peines qui prévoient réinsertion, conditionnelle, arrêts domiciliaires, etc.
Or, par expérience, on sait que ces mesures sont inappropriées à ce type de criminel, détraqué sexuel entre-autres.

Le commentaire du président équivaut à un: on peut rien y faire c'est comme-ça, circulez y'a rien à voir !

Quant à l'expert soleurois il a dit:
«L'intérêt public veut trouver des coupables, et c'est normal. Mais il y a bien un coupable dans cette affaire, et il sera puni»

Mensonge M. l'expert, le coupable devait déjà être puni pour la 1ère fois et il a été sorti de sa punition. Et puis ce coupable il s'en fiche éperdument que vous lui flanquiez à nouveau 18 ans de réclusion, s'il sait qu'au bout de quelques années, un de ces "bénédictin du Code pénal" le libérera sur parole, lorsque la société ne se rappellera plus du "fait divers".

Et vous Messieurs de la justice, vous vous en lavez les mains parce que vous n'avez fait que votre travail, rien que votre travail. Votre crime "légal" à vous, c'est d'avoir laissé faire… Et c'est encore pire ! Ponces Pilates !

Écrit par : petard | 31 août 2013

Les commentaires sont fermés.