01 octobre 2013

Et qu'il ne redémarre jamais

Aujourd'hui est un beau jour pour les amoureux de la liberté: l'Etat fédéral américain est à l'arrêt.

C'est le "shutdown", comme nous explique Le Matin ; la fermeture des agences, la mise au chômage technique de centaines de milliers de fonctionnaires, l'arrêt de toutes les services "non indispensables". Pour les partisans de l'étatisme, nombreux de ce côté de l'Atlantique, c'est évidemment une catastrophe. Vous verrez peu de journalistes se réjouir.

usa,faillite,démocrates,républicainsLes reportages font la part belle aux malheureux soudainement victimes de la situation - les employés du Moloch, bien entendu, mais aussi les touristes s'apprêtant à visiter qui un musée, qui un parc national et trouvant porte close.

L'examen des responsabilités est vite fait. C'est la faute des Républicains, nous dit-on. Bien que minoritaires au Sénat ils disposent encore d'une majorité dans la Chambre des Représentants et peuvent donc, en refusant de voter le budget, forcer le gouvernement à se contenter du minimum. Les Républicains, poussés par quelques élus proches du Tea Party - Tea étant ici l'acronyme de Taxed Enough Already, déjà assez taxé, certains français se reconnaîtront - avaient demandé de repousser la réforme de la santé Obamacare comme condition à l'obtention de leur accord, mais leurs offres furent promptement rejetées. D'ailleurs pour le Nouvel Observateur par exemple, le verdict est sans appel: c'est un prétexte. Les Républicains sont de "mauvaise foi", se livrent à un "chantage", voire une "croisade idéologique" selon les mots d'un Président-prix-Nobel-de-la-Paix qui n'a jamais autant bombardé. Écoutez les paroles du spécialiste, il s'y connaît en croisades...

Évidemment, il faut être deux pour un accord. L'intransigeance des Démocrates vaut bien celle des Républicains. Chaque parti accuse l'autre des blocages et l'opinion publique est divisée sur cette responsabilité, mais la différence de traitement médiatique est savoureuse.

En attendant, l'Etat est à l'arrêt. Pas tout l'état américain - seulement le niveau fédéral. Les administrations des états de l'Alaska à la Floride continuent de fonctionner, de même que l'échelle locale. Et encore, les agents de Washington ne sont pas complètement à l'arrêt:

Plus de la moitié [des 1,8 million de fonctionnaires civils] sont mis au chômage technique.

Pour certains fonctionnaires, le travail doit continuer normalement. Il s'agit notamment du personnel pénitentiaire et des contrôleurs aériens. Idem pour les militaires, dont la solde pourrait toutefois être versée en retard. Pour d'autres (personnels des tribunaux fédéraux notamment), une période transitoire est prévue avec un travail normal jusqu'au 15 octobre avant un réexamen de la situation.

Au Pentagone, l'une des administrations fédérales les plus puissantes, la moitié des personnels civils pourraient être mis au chômage d'office. Tous les postes non cruciaux sont concernés.


La situation n'a rien d'inédit. Depuis 1977, le cas de figure s'est produit à 17 reprises. Le blocage aura évidemment des conséquences - non pas parce qu'elles seraient inévitables, mais parce que les fonctionnaires feront en sorte qu'il en ait. C'est le syndrome du Monument de Washington. Traduisant Wikipedia:

Le Syndrome du Monument de Washington, également connu sous le nom du Syndrome du Mont Rushmore ou du Premier Principe des Pompiers est une tactique politique employée aux Etats-Unis par les agences gouvernementales lorsqu'elles font face à des restrictions budgétaires. La tactique consiste à trancher dans les services les plus visibles ou les plus appréciés du gouvernement, depuis des services populaires comme les parcs nationaux ou les bibliothèques à des employés valeureux du service public comme les enseignants et les pompiers. Ceci influence le public pour qu'il soutienne des augmentations d'impôt qu'il refuserait sinon. Le nom vient de l'habitude attribuée au Service des Parcs Nationaux de dire que toute réduction de budget entraînerait la fermeture immédiate du très populaire [et probablement très rentable] Monument de Washington. Le National Review compare cette tactique à une prise d'otage ou du chantage.

 
Les touristes en quête de visa et les Américains ayant besoin de renouveler leur passeport vont passer un mauvais moment. Mais les autres? Nombre d'agences gouvernementales se retrouvent avec 5% de leurs effectifs, dont la puissante EPA, l'agence de protection de l'environnement. Les services de l'IRS (Internal Revenue Service) passent de 95'000 à 9'000 personnes. Pas forcément de quoi être triste! On se prend à rêver que la crise dure assez longtemps pour que les bureaucrates ainsi déposés soient forcés de se trouver un nouvel emploi dans le privé, histoire de découvrir le monde authentique de la création de valeur...

Alors que se profile bientôt un nouveau débat d'importance sur le relèvement du plafond de la dette, l'Etat américain se retrouve avec un avant-goût de la cessation de paiement qui lui pend au nez. On blâmera les Républicains pour leur responsabilité dans le blocage, mais l'Etat fédéral "minimal" mis en route ces dernières heures correspond très exactement à ce qui attend l'Amérique une fois qu'elle aura été mise en faillite dans les formes - avec de surcroît une ardoise en dizaine de milliers de milliards de dollars à éponger. Il faudra tout réinventer, comme à Detroit.

Est-il plus irresponsable de mettre le holà à cette folie ou de poursuivre plus loin sur le chemin du précipice?

Commentaires

c'est le retour des subprimes à l'échelle de l'état US! Plus dure en sera la chute, et nous ferions bien de nous y préparer, car cette fois la gifle va faire mal!

Écrit par : Corélande | 02 octobre 2013

...Et la chaîne de casinos Partouche est en cessation de paiements !

C'est qui qu'a mis 10 milliards plein et chevaux sur le 11, puis sur le 9 et après "tout-y-va" ?

Écrit par : petard | 02 octobre 2013

C'est un moindre mal à comparer avec l'histoire dramatique de Rose-Marie Kennedy *enterrée* vivante ce qui prouve une fois de plus l'hypocrisie des Etats Unis qui veulent tout gendarmer!

Écrit par : lovsmeralda | 02 octobre 2013

@Montabert
Juste pour votre gouverne au cas où... ce soir "Envoyé Spécial" sur A2 a diffusé un concentré d'enfumage pas piqué des hannetons.
Votre avis m'intéresserait.

Écrit par : petard | 03 octobre 2013

Je cite :

On se prend à rêver que la crise dure assez longtemps pour que les bureaucrates ainsi déposés soient forcés de se trouver un nouvel emploi dans le privé, histoire de découvrir le monde authentique de la création de valeur...

Franchement M. Montabert, quand vous écrivez ceci, vous n'y croyez pas vous-même, non ? Si ? Quand on sait que le 95 % des riches ont créé leur fortune sur la base de rendements boursiers au dela du raisonnable, arnaques (subprimes), spéculations, démantèlement de pays (Grèce, Portugal) délocalisations, évasion fiscale, j'en passe et des meilleures, quelle belle création de valeur !


Dès lors, je vous suis... Plus d'Etat, vos fameuses tâches régaliennes, vous savez, celles qu'on met en avant parce qu'on a pas de couilles, on oublie aussi. Pourquoi ? parce que la plupart des richesses, qui permettent la consommation et la spoliation des moins bien nantis, n'ont pas été acquises à égalité de chances et de moyens.

Dès lors, vive la liberté, la vraie, celle du plus fort. Et j'assisterais avec plaisir au pillage de votre jardin avec les pauvres laissés à eux même mais bien plus forts et bien plus nombreux que vous. Et finalement si on foutait dehors la famille Montabert de sa belle villa et qu'on y logeait quelques rescapés de Lampeduza, ça mettrait de l'animation dans le quartier.. Puis finalement pourquoi pas la justice version Madagascar !

Ceci dit, je remarque que quand je vous expose des faits, soit le scandale des dividendes defiscalisés par une loi scélérate, vous n'avez pour une fois aucun argument à me proposer en retour, juste à dire que je monte sur mes grands chevaux... bizarre, non ? franchement des comme vous, on en a pas besoin.

N'oubliez pas que vous ne pouvez pas me menacer de plainte, nous sommes libres, vous méprisez la plus grande partie de la population ouvertement, moi je ne méprise que vous...

Écrit par : Lenoir André | 06 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.