01 novembre 2013

Français, à vos fourches!

En France, l'heure est à la révolte. Le gouvernement, à court de ressources, cherche par tous les moyens à récolter davantage d'argent sur le dos de Français qui n'en peuvent plus. Et qui le font savoir. Tondus, moutons, pigeons, enragés, libérés de la Sécu, autant de mouvements protestataires nés des délires fiscaux et de l'avidité des étatistes au pouvoir.

Deux épisodes récents sortent pourtant du lot: la taxation rétroactive des PEA, PEL et assurances-vie, et la révolte bretonne contre l'écotaxe.

Sur le papier, la première avait tout d'une opération de spoliation comme l'Etat français sait rondement les mener: un geste technique voté à la va-vite, une situation de fait accompli et une retenue sur des intérêts qui aurait malgré tout laissé une partie de son pécule à l'épargnant, donc pas de quoi se plaindre n'est-ce pas? La formule devait rapporter 600 millions d'euros aux comptes de la sécurité sociale en 2014. Depuis que le gouvernement a revu sa copie, les bénéfices escomptés pourraient être réduits de deux tiers, à supposer que le projet révisé ne soit pas entièrement rejeté par le Conseil Constitutionnel.

A l'arrivée, un improbable feuilleton comme le résume Thibault Doidy de Kerguelen. Mais pourquoi le gouvernement a-t-il fait partiellement marche arrière? La rétroactivité tant décriée n'est certainement pas en cause, puisqu'elle était un point central de la réforme fiscale, volontaire et assumée.

Selon moi, certains élu ont fait machine arrière lorsqu'ils ont réalisé qu'il y avait douze millions de PEL en France. Douze millions de petits épargnants, absolument pas riches, et pour longtemps dégoûtés des projets d'imposition socialistes. Le mal est probablement fait mais l'Etat français ne peut plus, ou n'ose plus, s'aliéner un si grand nombre de personnes.

france,fiscalité,révolutionVenons-en au deuxième épisode, l'écotaxe et les portiques bretons promptement "démontés" les uns après les autres. Le recul est à la fois plus récent et plus spectaculaire puisque lié à une authentique révolte, une bonne vieille jacquerie paysanne. La référence au bonnet rouge est tout sauf anodine. Certes, l'Etat a réussi à maintenir un dernier portique en le faisant défendre par les CRS mais malgré la victoire tactique la guerre est perdue. L'idée d'une taxation automatique des poids-lourds a vécu face à la mobilisation bretonne.

Là encore, l'Etat a reculé, bien qu'ayant engagé des frais importants. Il n'y a rien de surprenant à voir les politiciens renoncer face à la violence de la rue - on sait avec quelle facilité ils se plient aux revendications syndicales ou anti-OGM formulées dans le même langage - mais la nouveauté est ici de voir le gouvernement contesté sur une réforme où son intérêt financier est immédiat. Il s'est effrayé de l'intensité de la rébellion.

Sur ces deux épisodes, sur des questions fiscales, l'Etat a reculé, au moins temporairement. Nous sommes donc devant un nouveau paradigme. La légitimité fondamentale de l'impôt est remise en question, et à travers elle celle de l'Etat et de ses élus.

La courbe de Laffer vient de s'agrémenter d'une troisième dimension, la violence. Sous forme de menace ou de façon concrète. Voir l'autorité renoncer à des recettes fiscales face à des protestations musclées ouvre un champ de possibilités entièrement nouveau.

A travers l'amateurisme politique du gouvernement filtre un message dangereux pour la république: "si vous êtes trop menaçants ou trop nombreux, nous ferons machine arrière". Dangereux, parce qu'il est entendu et sera appliqué à la lettre, d'autant plus facilement que l'Etat n'a plus guère les moyens de juguler les révoltes.

Hollande et son équipe chercheront probablement de son côté à diviser pour mieux régner: pas trop de mécontents à la fois, pas de cibles trop susceptibles de s'assembler sur le terrain. Un vrai numéro de funambule. Quant à réduire leur train de vie, n'y pensons même pas, bien que 96% des Français privilégient la baisse des dépenses dans le cadre des efforts pour la réduction des déficits publics. La quantité de mécontents possibles va augmenter dans des proportions ahurissantes...

Que se passera-t-il lorsque la France au pied du mur devra envisager une mesure globale et brutale comme une taxation de tous les comptes bancaires à la chypriote?

Commentaires

On sait très bien que la France est un pays ingouvernable/De Gaules/et qu'en ce pays comme très souvent à Genève on râle par principe.
Le mois de Novembre n'a jamais été un mois facile ceci depuis toujours
On ne va pas les plaindre ils n'avaient qu'à élire un autre Président tandis qu'en Suisse la révolte gronde aussi mais contre des Partis colorés qui ne sont pas patriotes mais empêcheurs de tourner en rond qui ne respectent rien ni personne hormis leur petit Moi et qui grâce à leurs diplomes Universitaires jouent aux petits Rois
Les anciens parents des EPFL vous diraient ,surtout ne les mettez jamais sur un piédestal,c'est l'erreur commises par beaucoup de parents .Avec l'expérience du passé on sait qu'un diplomé EPFL n'échappe a aucune contrainte .Bien au contraire c'est comme si la roue du destin voulait leur rappeler que c'est grâce a de simples ouvriers que des Universités ont vu le jour!

Écrit par : lovsmeralda | 01 novembre 2013

La Bretagne fut en tête pour avoir plébiscité Hollande au premier tour. Au deuxième la Bretagne fait finalement partie des régions qui ont voté socialiste. Les syndicalistes qui organisent ces protestations feraient mieux de la fermer. Ils portent une lourde responsabilité d'avoir placé des amoureux de taxes et impôt en tout genre à la tête de l'état par haine du libéralisme économique. Le agriculteurs bretons parties prenante des manifs ne veulent pas plus d'impôt et de taxe mais réclament toujours plus des aides étatiques et des subventions en tout genre.

une fois de plus le gouvernement recule face à des comportements de voyous qui ne savent pas faire autre chose que de tout vandaliser mais reste intransigeant face à des millions de manifestants pacifiques qui protestaient contre le mariage gay. Pas étonnant quand on sait que la France a toujours été conciliante avec les voyous et les délinquants.

La Bretons ne récoltent que ce qu'ils ont semé. Quand les Français arrêteront d'haïr les libéraux en préférant voter pour des étatistes ( PS, UMP et FN ) ils verront un changement positif pour leur pays. Mais ils devront renoncer à tant de privilèges que ce n'est pas gagné d'avance.

Bref que les bretons se démerdent c'est leur problème.

D.J

Écrit par : D.J | 01 novembre 2013

Je pense qu'il faudrait ajouter une 4ème dimension à la courbe de Lafer dans le cas français: les niches fiscales, c'est à dire, tous les petits cadeaux sous forme de déduction fiscale qui se sont accumulés au fil des gouvernements depuis 30ans. Si Hollande était vraiment de gauche, il aurait remis tout ça à plat et il n'y aurait plus de déficit à combler.

Écrit par : Fufus | 01 novembre 2013

@DJ: les Bretons qui votent à gauche et ceux qui démolissent les portiques de l'éocotaxe ne sont pas forcément les mêmes... Ceci dit, il y a peut-être quelques paysans bretons d'accord pour les subventions agricoles et contre l'écotaxe!

@Fufus: Les socialistes prétendent façonner la société à travers l'impôt, c'est un peu la base du dogme. Alors leur demander de renoncer aux niches fiscales c'est comme leur demander de laisser à l'atelier leur outil préféré.

Regardez la Loi Duflot: même la majorité au pouvoir en a fabriqué de nouvelles. Quant à les supprimer toutes, que diraient les nombreux marchands d'art qui garnissent les rangs du Parti Socialiste français et qui en profitent bien?

Écrit par : Stéphane Montabert | 01 novembre 2013

Fufus,

Le nombre invraisemblable des "niches fiscales", c'est à dire des exonérations à la règle générale de l'impôt, est effectivement une des tares du système français.

Mais vous avez tort quand vous dites qu'il "suffirait" de les supprimer pour faire disparaître le déficit. Ces exonérations sont indispensables pour rendre la pression fiscale un tout petit peu supportable. La preuve : tous les gouvernements en inventent de nouvelles, immédiatement après avoir supprimé les précédentes au nom de la "justice fiscale" et de la "simplification".

Contrairement à ce que prétendent les socialistes, la "niche fiscale" est consubstantielle à un système anti-libéral : c'est elle qui, non seulement permet de faire passer -- tout juste -- un niveau de taxation effarant, mais de surcroît, c'est un outil fondamental pour se constituer des clientèles, et provoquer la lutte de tous contre tous (pendant que l'Etat compte les points, encaisse la monnaie et se goberge à nos frais).

Une politique libérale baisserait massivement le nombre des impôts et leurs taux, et supprimerait également les niches fiscales. Pour cela, il faut commencer par baisser de façon significative la dépense publique.

De toutes façons, la révolte bretonne montre que si l'on supprimait les niches fiscales sans baisser l'impôt, les recettes fiscales diminueraient au lieu d'augmenter. De nombreux signes montrent que le seuil du refus de principe de l'impôt est atteint, et je ne parle évidemment pas seulement de la fraude "de routine", "sport national", réalisée de tout temps à la marge.

Par exemple, la demande de billets de banque a fortement augmenté : signe que toute une partie de l'économie est en train de passer au noir. Autre signe : la France est en train de devenir un pays d'émigration, comme la Suisse en d'autres temps, et, plus près de nous, l'Espagne, le Portugal, l'Italie ou la Grèce.

Je crois que ce n'était jamais arrivé dans l'histoire de France.

Écrit par : Robert Marchenoir | 02 novembre 2013

L'élection de Hollande était au contraire une excellente chose. L'UMP aurait pu masquer quelque peu encore la déchéance même si ce sont les 2 faces d'une même pièce en définitive. Pour rappel, en Suisse c'est le PDC par la voix de son président Darbellay qui désirait copier la méthodologie de Sarkozy en pompant allègrement un programme de droite sécuritaire et en appliquant l'exact contraire.

Nous militions pour que le PS passe car rien ne sauvera la France si ce n'est tomber extrêmement bas: extraire le mal par une descente en enfer. En cela, une prolongation du temps est toujours au bénéfice de l'immigration de masse et de l'islam en particulier.

La France est à ce point malade qu'elle doit atteindre un point de rupture.

Aujourd'hui, après le sacrifice de Monsieur Venner, ce sont Renaud Camus et Aymeric Chauprade qui montrent la voie. Car la France a besoin aujourd'hui de leaders charismatiques pour procéder à une purge.

http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/217362642/248548528/

http://www.realpolitik.tv/2013/05/dominique-venner-a-choisi-la-mort-volontaire-communique-daymeric-chauprade/

Hollande précipite la chute du système, dans sa parfaite médiocrité. Il a rempli le rôle que nous attendions.

A présent, que faut-il tirer de ce constat? En connaissant ces différents éléments, je ne saurais trop vous encourager à vous y préparer car il y aura dans les années à venir des événements peu maîtrisables à négocier.

Écrit par : Lex Aeterna | 02 novembre 2013

Lex Aeterna : vous êtes français ?

Aymeric Chauprade est un laquais des Russes. Il se rend à Moscou pour dénigrer, à la Douma, les Etats-Unis et l'Occident. Il donne du "président Poutine" à Poutine. C'est un personnage assez méprisable, que Sarkozy a eu raison de saquer.

Il existe une vieille tradition française de soumission à l'étranger. Incapables de se prendre en main tout seuls, les Français cherchent leur salut par la trahison. Pétain a fait des petits. Aymeric Chauprade, Thierry Meyssan, et toute une partie de l'extrême-droite avec eux, cherchent, à l'étranger, un nouveau maître auquel ils puissent faire allégeance, afin de peser sur la politique de leur pays dans le sens qui leur convient.

Exactement comme les communistes français ont, pendant un quart de siècle, endossé la défroque de patriotes (et encore, pas toujours) tout en suivant aveuglément les ordres de Moscou (et en touchant l'argent soviétique). Exactement comme les socialistes et l'extrême-gauche sont, aujourd'hui, aux ordres des pays arabes et de l'islam en général.

D'ailleurs, ce sont souvent les mêmes. On ne souligne pas suffisamment que le Front national est en train de se transformer, tranquillement, en parti communiste reconstitué. Les anciens cégétistes, les "déçus de la gauche", les orphelins du parti communiste rejoignent le FN par le bas. Par le haut, ce sont les énarques, les étatistes, les hauts fonctionnaires comme Florian Philippot qui y prennent le pouvoir. Autrement dit, ceux qui ont installé, en France, depuis la Libération, le socialisme réel, à l'appellation près.

La France n'a pas besoin d'hommes charismatiques. Surtout pas.

La France a besoin d'hommes libres.

Mais j'en conviens avec vous, les Français sont, en permanence, à la recherche de l'homme providentiel. Autrement dit, ils ont une mentalité d'esclaves. Ils cherchent un dictateur, un papa auquel ils pourront s'abandonner. A défaut, une dictatrice pourra faire l'affaire.

Depuis que les communistes à carte et sans carte les ont habitués à tout attendre de l'Etat, l'Etat est devenu une mère pour eux. Résultat, ils ont porté au pouvoir ce personnage à la fois radicalement socialiste et peu viril qu'est François Hollande. On conçoit qu'après avoir essayé l'Etat-maman, ils appellent de leurs voeux l'Etat-papa.

Mais c'est toujours le même asservissement. Changer le sexe de l'Etat ne changera pas grand'chose.

Il est d'ailleurs piquant que ce soit une femme, Marine le Pen, qui incarne l'aspiration à un Etat fort et viril, stratège et autoritaire. C'est très en phase avec le transformisme sexuel contemporain.

Écrit par : Robert Marchenoir | 02 novembre 2013

M,Marchenoir,

Baisser la dépense publique, peut-être, mais dans quels domaines ?

L'éducation, la santé, la police, .. ? .. tout me paraît nécessaire et indispensable.

Après il y a certainement des postes de complaisance, mais sont-ils si nombreux ?

Écrit par : Fufus | 02 novembre 2013

Excellent commentaire, Robert Marchenoir. Ce qu'il y a de terrible à constater, c'est que les Français s'imaginent vivre en démocratie alors qu'il n'y a pas sur terre de monarchie aussi absolue. Chirac au conseil des ministres annonçant que lui et deux ou trois de ses conseillers ont décidé que l'armée de conscription, c'était fini. Le ministre de la Défense ose une objection, tout le monde regarde avec commisération cet imbécile qui vient de déplaire au Monarque...
l'écotaxe est parfaitement utile et nécessaire, demandez aux Alsaciens qui voient

D'accord avec DJ : les Bretons ont voté socialiste, qu'ils en bouffent donc, du socialisme. Hollande, son ennemi, c'est la finance. Donc l'économie. Il n'y a pas d'investissements sans banquiers, donc pas d'économie sans finances. Les ennemis des socialistes, c'est la finance, l'économie et les riches. Que les Bretons appliquent donc ce joyeux programme pour eux, cela leur fera le plus grand bien...

Cela dit, pour descendre des grands chevaux, Hollande a beaucoup d'ennemis aujourd'hui. Tout ce qui est à droite, évidemment. La Gauche, évidemment. Et beaucoup de gens dans son propre parti, furieux de se voir ridiculisés de façon planétaire. Après Hollande, il n'y aura plus personne d'assez con pour voter socialiste pendant longtemps sur la planète Terre...

Mais le pire de ses ennemis, c'est la gauche mélenchonniste ou coco. Ne pas oublier que face aux Nazis, le PC allemand a continué de se battre contre ce qu'il considérait comme son ennemi principal, le PS...
Mélenchon est dans la même voie. Utiliser cette extraordinaire capacité de connerie de Mélenchon pour donner les derniers coups de talons à la Bête Immonde à terre sans avoir à se salir soi-même, c'est à quoi devraient réfléchir les leaders de droite en France, plutôt que se battre entre eux. Il est vrai que pendant qu'ils s'amusent à cela, le boulot se fait tout seul, tellement Mélenchon est doué pour le rôle...

Écrit par : Géo | 02 novembre 2013

@ Robert Marchenoir

Disons que j'y ai quelques attachements par le sang versé. Entre autres…

Je comprends bien votre point de vue. Mais il n'est plus l'heure de mettre de côté certaines personnes. Cet appel à créer des liens avec la Russie ne date pas de hier. Marine aussi a eu son lot.

Dans ce cadre, il existe une certaine objectivité dans le sens où la Russie reste une opposante au gouvernement américain (j’ai bien écrit « gouvernement » et non « population »), ce gouvernement qui encourage l'adhésion de la Turquie à l'UE et qui fait la promotion de l’acceptation de l’islam en Europe (voir son message lors de l’interdiction des minarets). Il y a aussi ce fort lien patriotique qui est encore préservé en Russie à contrario de nos pays.
Il faut être lucide. L’Europe aura besoin de soutien pour se régénérer en cas de conflit interne, ou du moins pour faire pression contre une ingérence externe. Dans ce cadre, les Américains pourraient tout à fait procéder au même schéma que lors du cas Serbe et prendre le parti des musulmans. Je ne pense pas devoir rappeler à quoi procède l’Ambassade américaine en France.
Ma démarche repose sur un autre type de charisme que celui qui semble être au pilori dans votre texte. Je me réfère bien entendu à Jean Raspail qui parle d’un homme providentiel pouvant regrouper les différentes forces. Et pour cela il faudra non seulement une certaine éloquence, une capacité de rassemblement mais encore une figure dans laquelle chacun pourra se retrouver.
Comme vous, j’ai été quelque peu élitiste au vu du travail pratiqué année après année. Mais visiblement il faudra composer avec des personnes qui ne sont pas d’accord avec nous sur tous les points. Une forme de compromis pour évoluer. C’est aussi cette division qui est le facteur de la faiblesse face à un gouvernement français alors même que ce dernier est fragile à l’heure actuelle. Le jour où une personnalité saura fédérer toutes ces frustrations en un seul et unique faisceau, le pouvoir vacillera.

En ce qui concerne Marine Lepen, on peut entrevoir cet aspect sous une forme de virilité selon la notion grecque, c’est-à-dire l’honneur, la vertu et la fierté comme Andromaque pourrait les symboliser. Les femmes peuvent être notre talon d’Achille, notamment sur le plan du métissage et de la conversion à l’islam. Mais une femme peut aussi être une redoutable patriote tout en présentant une image plus acceptable. Dans cette idée, cela n’est pas une exception historique pour la France puisque Jeanne d’Arc symbolise aussi ces valeurs et ce combat contre une invasion.

Le FN essaie de récupérer les ouvriers, les paysans. C’est peut-être une forme d’interprétation de la révolution de 1918, j’en conviens. Mais il faut savoir que c’est une tranche de citoyens qui est aujourd’hui délaissée par les partis de gauche, qui préfèrent l’allogénat. Oublier cette souche serait une erreur dans un calcul électoral. Certes, ils sont fortement liés historiquement au contexte communiste mais ils sont aussi les premiers avoir été manipulés par le noyautage des syndicats, puis trahis (Révolte de Kronstadt). Aujourd’hui je pourrais dire que c’est un système inverse qui se fait par les milieux patriotes, sans entrer dans les détails.

Il faut voir cela sur un autre plan. C’est-à-dire que le succès potentiel du FN peut provoquer des colères qui seront à même de donner l’influx pour faire table rase de toute cette situation. En clair, je ne me projette pas sur les solutions pensées par ce parti mais ce qu’il peut provoquer chez des individus qui prétendent que la France leur appartient déjà. Leur énervement, leur manque de sang froid, leur arrogance et leur prétention sont un atout très appréciable.

Écrit par : Lex Aeterna | 02 novembre 2013

PS: révolution de 1917... bien sûr et non de 1918.

@ Monsieur Montabert

J'espère que mon mail ne vous a pas semblé inadéquat. Ce n'est guère l'objectif visé.

Écrit par : Lex Aeterna | 02 novembre 2013

" les Bretons qui votent à gauche et ceux qui démolissent les portiques de l'éocotaxe ne sont pas forcément les mêmes... Ceci dit, il y a peut-être quelques paysans bretons d'accord pour les subventions agricoles et contre l'écotaxe! "

Cette révolte de toute façon n'a rien de libéral. Voter à droit ou à gauche en France c'est voter pour le culte de l'état. Cela explique bien pourquoi la France n'a ni de parti conservateur-libéral et ni de gauche sociale-libérale à la Shröder ou à la Tony Blair. Ces manifs sont organisées par des syndicats qui eux ont bien voté pour Hollande en masse.

Si la Bretagne était l'exception française du libéralisme cela se saurait.

@ Fufus,

Vous n'imaginez pas le gaspillage que l'ont peut chiffrer sur les dépenses publiques et la fonction publiques. Des infrastructures publique comme certains hôpitaux flambants neufs qui ne sont toujours pas en fonction 6 mois après la fin des travaux ou d'autres qui ne sont que partiellement en utilisation après avoir dépensé des sommes astronomiques en investissements sur des appareils de dernier cri rarement utilisé. D'autre infrastructures dont les coûts ont triplé par rapport au devis initiale. Et là je parle de bâtiments administratifs et non percement de tunnel dont on sait qu'il y a toujours un gros risque d'imprévus.

Il y a les régimes spéciaux qui trouent la caisse de retraites de la fonction publiques avec des départ à le retraite en moyenne de moins de 60 ans voir 55 ans pour les cheminots.

Le dépenses sociales en France qui sont devenu les plus élevées d'Europe 33% du PIB contre 22% en moyenne OCDE. Elles étaient en France de 13% en 1960 et 23% dans les années 70. Des aides de toute sorte pour tout est n'importe quoi tel des aides pour financer des séjours en vacances qui permet de réduire de 50% les frais de séjour pour les plus de 60 ans ou des aides pour des déménagement lors d'un premier logement.

Ou encore des chèques en blanc pour les aides à la entrés scolaires pour permettre de payer divers fournitures scolaires dont beaucoup de ces aides ont servis à acheter des écrans plats et autres smartphones dernier cri. Ce sont des aides certes pour les plus modestes. Mais elles sont destinée pour ceux qui touche déjà en plus le revenu de solidarité active ( Le RSA ) qui se font payer l'électricité les communications téléphoniques bénéficiant des transports en commun gratuit etc...

Vous connaissez l'APA. Allocation personnalisés d'autonomie? Elle est censée être une aide pour participer au paiement d'une maison de retraite ou des services à domicile. Bien de ces aides sont détournée pour payer des travaux de jardinage ou de coiffure.

10'000 locataires de HLM gagnent des revenus supérieur de ce qui est prévu pour bénéficier de ce type de logements sociaux. 1800 familles pour Paris qui ont des revenu dépassant 11'000 euros du maximum autorisé pour avoir le droit d'habiter en HLM.

La France est l'un des plus gros gaspilleur de médicaments remboursés par la sécu par rapport aux pays de l'OCDE. 1 médicament sur 2 remboursé par la sécu n'est pas consommé. Un surcoût estimé de 6 à milliard d'Euro par rapport à la moyenne des pays de l'OCDE. Les aides médicale d'état sont devenu hors contrôle. Elle fut de 75 millions quand Jospin l'a introduite pour atteindre actuellement 700 millions. On sait qu'elle servirait à soigner des maladies bénignes ou à des opérations de confort alors que son but était de fiancer des soins d'urgence. On soupçonne aussi le financement d'un certain tourisme médical. Bref je pourrait continuer encore des heures.

Dette sociale en France: 158,9 milliards d'Euro

7 milliards d'Euro que coûtent les arrêts maladies.

6 milliard pour les examens médicaux. 67% d'augmentation en 10 ans.

D.J

Écrit par : D.J | 02 novembre 2013

@ Robert Marchenoir

Je suis tout de même étonné que vous donniez raison à Sarkozy.

Je vous rappelle que:

- la création de la Halde c’est l’UMP et non le PS
- la création du CFCM c’est l’UMP et non le PS
- les permis de construire pour les mosquées existent aussi dans les communes UMP
- l’immigration « choisie » qui s’ajoute au regroupement familial c’est encore l’UMP et non le PS (il y a eu plus d’immigration que sous Jospin)
- la réduction de la « double peine » c’est Sarkozy et non le PS
- le bouclier fiscal qui reporte la charge fiscale sur les classes moyennes, c’est encore Sarkozy
- l’accélération de la discrimination positive sur des bases ethniques, c’est aussi c’est l’UMP
- la réduction drastique des effectifs de police et de gendarmerie c’est encore Sarkozy
- l’interdiction de poursuivre les « jeunes » jusque dans les banlieues, c’était sur ordre de Sarkozy (exécutée par Michèle Alliot-Marie)
- l’adoption de la constitution de l’Euroland en violation du résultat du referendum, c’est encore et toujours l’UMP
- le projet de construction de l’Union méditerranéenne c’est l’UMP avec comme chef de file Sarkozy
- les filières favorisées pour certaines immigrations, et spécifiquement dans le droit, c’est toujours sous la houlette de Sarkozy (effectuées par Rachida Dati)
- les écoles de la 2ème chance, c’est toujours Sarkozy
- l'engagement aux plus hautes fonctions de l'Etat de Dati, Yade et Amara, c'est Sarkozy. Or tant Dati et Yade appartenaient au Club du XXI siècle.

Cette même Yade qui militait au PS auparavant et avait comme idoles les Black Panthers et MalcomX

https://euro-reconquista.com/forum/viewtopic.php?f=14&t=19684&p=110517

et n’oublions pas le regroupement familial mis en place par Chirac (RPR devenu UMP) lorsqu’il était 1er ministre de Giscard.

Écrit par : Lex Aeterna | 02 novembre 2013

Ha oui, j’oubliais la déparmentalisation de Mayotte par Sarkozy, terre 100% musulmane ce qui induit des conséquences pour le moins regrettables sur le plan financier.

Donner raison à ce pitre qui a servi de Président est bien une chose que je ne ferai jamais.

http://www.euro-reconquista.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=20235&p=113040

Écrit par : Lex Aeterna | 02 novembre 2013

Lex, je ne "donne pas raison à Sarkozy". Je lui ai donné raison dans le retrait de la charge professorale dont bénéficiait Aymeric Chauprade à l'Ecole de guerre française. J'ignore même si Sarkozy est personnellement responsable de cette décision.

Rappelons que Chauprade a été limogé parce qu'il a publié un livre soutenant les complotistes du 11-Septembre, ce dont il se vante sur son blog, dans une notice autobiographique passablement mégalomane :

http://blog.realpolitik.tv/notice-biographique/

Indépendamment de toute considération politique, on notera le gouffre qu'il y a entre les compétences que s'attribue ce monsieur et son parcours universitaire. A l'en croire, ce serait l'un des meilleurs spécialistes français des relations internationales (qu'il appelle bizarrement "géopolitique"). Sa propre autobiographie fait état de deux livres publiés seulement (dont l'un en collaboration avec celui qu'il appelle son maître), en plus de sa thèse.

Quelle découverte scientifique a-t-il faite ? Quel pan de l'histoire du monde a-t-il contribué à faire avancer de façon significative ? A quelle recherche fondamentale a-t-il consacré dix ans de sa vie, avec pour résultat de faire progresser le savoir de l'humanité ? Où sont les dizaines de livres qu'il a écrits, les centaines d'articles qu'il a publiés dans des revues scientifiques, tous apportant des résultats de recherche originaux et décisifs ?

On a un peu oublié que c'était cela, un chercheur de renommée internationale. Pas simplement quelqu'un ayant écrit un manuel dont la lecture serait prescrite dans une école d'officiers.

Tout ce qu'il a à nous présenter comme titres de gloire, dans sa propre notice biographique, c'est qu'il a de bons copains bien placés, et qu'il a réussi à décrocher un certain nombre de fromages dans des endroits intéressants.

La nature de ces endroits n'est pas neutre : "Il obtient la chaire de géopolitique au Collège des Forces armées royales de Rabat en 2003 et ne la quittera plus", écrit Chauprade de lui-même. "De même à l’Ecole Supérieure de Guerre de Tunis dès 2005."

Je ne suis pas sûr que les "intérêts géostratégiques de la France", comme on dit chez monsieur Chauprade, coïncident avec ceux du Maroc et de la Tunisie. Je ne suis pas sûr qu'il soit raisonnable de confier la formation de nos officiers supérieurs à quelqu'un qui est, par ailleurs, payé par les armées marocaine et tunisienne.

Ce personnage est payé par les gouvernements marocain et tunisien pour former les officiers supérieurs de ces deux pays, il écrit un livre suggérant que ce sont les Etats-Unis et Israël qui ont commis les attentats du 11-Septembre, et personne (en dehors du gouvernement de Sarkozy) ne fait le lien entre les deux faits ?

Il suffit de lire la façon dont Chauprade se présente lui-même pour constater qu'il n'est nullement, contrairement à ce qu'il suggère, un savant, historien, un universitaire, un professeur, un expert objectif de telle ou telle région du monde, de telle ou telle période de l'histoire, mais un militant, un politicien, un idéologue, quelqu'un qui mène une action politique et qui a un programme.

Il a fait de l'entrisme à l'Ecole de guerre française, et ailleurs, pour faire avancer son programme politique. Sa place n'est pas dans le monde universitaire. C'est un agent, un sous-marin.

Écrit par : Robert Marchenoir | 03 novembre 2013

Récapitulons,l'UE c'est le Nimitz retour vers l'enfer avec l'ange Merkel qui fait fi des énergies renouvelables nouvelles brasseries à scandales ,la France nous rejoue le Titanic énière version après le premier naufrage suite à la Lyonnaise des Eaux quand à la Suisse quel sera le nom a donner au chaland coulé si les missiles des Sociétés requises pour faire le travail des élus pourtant bien payés mais dépourvus du flair de leurs anciens réservent autant de surprises qu'en pays Gaulois ? Comme dirait De Gaules s'il manquait un super grand foutoir ,l'écologie elle aura grâce à ses ministres Mister Propre en ordre su en créer un, seule certitude
On sait déjà ce que nos Socialistes répondront mais pensez donc un truc pareil en Suisse, ce à quoi on rétorquera quand on creuse des canalisations pour y mettre des moloks lesquels sont mis ensuite sur des trottoirs,et les voitures sans doute à parquer dans les déchetteries les citoyens s'attendent toujours au pire car eux sont lucides

Écrit par : lovsmeralda | 05 novembre 2013

Les commentaires sont fermés.