05 novembre 2013

Vignette sur la crédulité

Dernier des trois objets fédéraux soumis au peuple le 24 novembre, le passage à 100 francs annuels de la vignette autoroutière déchaîne les passions. Elles dépassent d'ailleurs le clivage traditionnel droite-gauche: entre les écologistes rejetant l'augmentation de la vignette parce que 100 francs ne sont pas assez punitifs, les milieux de droite prônant l'augmentation au nom de la construction de routes et d'autres clamant que tout cela n'est qu'une illusion, il règne comme une certaine confusion dans les rangs...

La Suisse est malade de son réseau routier: les infrastructures vieillissantes sont saturées. A l'entrée des localités les goulets d'étranglements s'accumulent. Les rares projets soumis à la Cour du Conseil Fédéral à Berne sont sujet à d'âpres arbitrages pour récupérer un peu de la manne fédérale.

Dans ce contexte, l'augmentation de la vignette à 100 francs semble au moins avoir pour elle la logique comptable: au vu des besoins, il faut plus de moyens. A ceci près que les moyens existent déjà largement... Mais ne sont pas employés pour les routes!

votation du 24 novembre 2013,prise de position,fiscalitéLa Confédération prélève aujourd'hui plus de 9,5 milliards de francs à travers les impôts sur les routes, les voitures et les carburants. Pour donner un ordre de grandeur, ce montant représente environ un sixième des revenus fiscaux de la Suisse fédérale. Les cantons ne sont pas en reste puisqu'ils prélèvent un total de 2 milliards de francs à travers des impôts sur le trafic motorisé.

Vraiment, sans rien changer, les automobilistes helvétiques payent largement aujourd'hui pour leur utilisation du réseau, son entretien et son agrandissement. Mais le politicien moyen a bien d'autres préoccupations en tête lorsqu'il s'agit d'affecter l'argent prélevé dans leurs poches. Ainsi, près de 70 % des contributions routières alimentent d'abord les caisses de la Confédération et des cantons ou servent au financement de l'infrastructure ferroviaire... Et malgré tout cela, le coût effectif des routes est assuré à 115% par les usagers actuels.

Les défenseurs de la réforme assurent la main sur le cœur que cette fois-ci, promis, l'argent de la hausse de la vignette sera intégralement employé à l'amélioration du réseau routier. Seulement, rien dans le texte de la loi n'assure quoi que ce soit de tel. Le texte officiel est clair:

Les recettes supplémentaires financeront l’exploitation, l’entretien et l’aménagement des quelque 400 km de routes cantonales qui seront transférés dans le réseau des routes nationales.


La prise en charge de la Confédération délestera les cantons de ces coûts mais rien n'est exigé quant à l'utilisation des fonds cantonaux libérés. Même les contournements de La Chaux-de-Fonds, du Locle et de Näfels que font miroiter les partisans de l'augmentation sont prêts à être réalisés et le seront indépendamment du résultat du vote.

votation du 24 novembre 2013,prise de position,fiscalité
Des autoroutes sûres... Dont il n'est nullement question dans le projet!

Vous avez parfaitement le droit de croire les politiciens lorsqu'ils égrènent des promesses qu'ils ont astucieusement choisi de ne pas inscrire dans leur texte de loi. Pour ma part, j'ai tendance à me méfier: les plans où on donne l'argent d'abord et où on décide ensuite donnent souvent quelque chose de très différent à l'arrivée.

Ayant été témoin de première main de nombreuses opérations de travaux destinées à saboter la circulation automobile - il n'y a pas d'autre mot, les exemples abondent tant à Lausanne qu'à Genève que dans ma malheureuse commune de Renens - je ne peux croire que les mêmes personnes auraient soudain à cœur d'améliorer la circulation automobile où que ce soit. Il ne faut pas chercher plus loin l'absence de troisième voie entre Lausanne et Genève depuis vingt ans: leur mépris pour ce mode de transport est bien trop grand. Même si l'argent était intégralement alloué au réseau routier, ce qui reste à prouver, il existe bien des façons de dépenser un budget d'aménagement pour rendre la vie impossible aux automobilistes ; nos édiles s'y connaissent bien.

Depuis des décennies, la population vivant en Suisse augmente mais l'argument de la surpopulation est fallacieux, car les recettes fiscales de l'automobile augmentent encore plus vite. Elles ont quasiment doublé en vingt ans. La situation déplorable du réseau ne vient pas de cela. Il faut tenir aux citoyens un langage de vérité. Si les autoroutes suisses sont saturées, si les routes suisses sont négligées et si les carences de financement durent depuis si longtemps, c'est uniquement parce que l'essentiel de la classe politique refuse, pour des raisons idéologiques, de faire le moindre investissement en faveur de la mobilité individuelle.

Ce n'est pas en donnant plus d'argent à ces gens qu'ils changeront d'avis.

Commentaires

@Monsieur Montabert cette vignette à cent balles pour payer les infrastuctures routières de plus en plus mises à mal par l'augmentation des poids lourds obligés de parcourir des mille et des cents pour détruire des déchets alors qu'on a tout sur place? c'est vraiment une farce de mauvais gout et le peuple commence peu à peu à sortir de sa torpeur
Sans compter les nombreux transporteurs de fruits et légumes cueillis dans une région pour être cuits ou pelés ailleurs tandis qu'une troisième opération pour le remplissage verra un voyage supplémentaire encore plus loin pour revenir ensuite à leur point de départ
Quand on sait que protéger la nature consiste aussi à réduire les véhicules et qu'on voit les ballets incessants de camions à trous presque aussi nombreux que ceux de la baignoire à trous/célèbre problème en primaire pour connaitre le temps du remplissage/l'initiant et célèbre recteur d'Uni encore dans tous les cœurs de ceux l'ayant connu à une époque plus toute fraiche a dû lui sentir l'arnaque bien avant la mise en route du recyclage vraie déconnologie et on voudrait faire croire au peuple le n'importe quoi!
bien à vous et belle journée

Écrit par : lovsmeralda | 06 novembre 2013

Intéressant point de vue. Je soupçonne cette grille d'analyse d'être applicable avec pertinence à de nombreuses situations...

Écrit par : Robert Marchenoir | 06 novembre 2013

Sur ce point, je ne suis vraiment pas d'accord avec vous. Ce qui me déplait le plus, dans le domaine des transports en Suisse, c'est que les CFF sont beaucoup trop chers. Chaque voyageur en train est un voyageur de moins sur MON autoroute (après une vingtaine d'années en Afrique et l'habitude d'avoir toutes les routes pour moi tout seul ou quasi, on a quelques fantasmes...) et donc, il est très bien que le compte routier ait alimenté le train aussi. Je vais très souvent en France et 100 francs par an pour les autoroutes ne me paraît pas franchement excessif. Les autoroutes françaises sont très chères, mais elles sont en excellent état, par ailleurs.
Cela dit, mon enveloppe est déjà depuis longtemps au greffe municipal. Y penser la prochaine fois, si vous avez qqch à dire sur un sujet. Les Suisses n'attendent pas la dernière minute pour voter.

Écrit par : Géo | 06 novembre 2013

@Géo: les CFF sont extrêmement, extraordinairement mauvais. Ce n'est pas par idéologie que j'affirme cela mais par le simple examen des faits. Si vous payez cher votre abonnement de train, c'est parce que le trafic voyageurs des CFF, en monopole, sert à éponger les pertes abyssales de CFF cargo qui sont, eux, soumis à concurrence. Le public subventionne le privé. Les usagers du train sont des vaches à lait bien pratiques, ainsi que les contribuables, évidemment.

Mieux, ou pire si vous préférez, les déboires de CFF cargo nous renseignent de façon criante sur l'efficacité relative des CFF dans un milieu soumis à concurrence, lorsque les prix et les prestations sont libres et que les clients ont le choix.

De toute façon, dire que les CFF sont mauvais revient un peu à enfoncer les portes ouvertes. Quant on voit la quantité de clients qui s'entassent quotidiennement dans les trains, perdre de l'argent dans une situation aussi idyllique requiert un talent rare. Jusqu'à une époque récente ils faisaient encore illusion en prétendant être ponctuels mais ils n'y arrivent même plus désormais.

Ne cherchez pas le salut des CFF dans davantage de subventions honteusement soutirées aux taxes sur la voiture, vous vous berceriez d'illusions. Je crois au contraire que les facilités dont ils disposent sont un oreiller de paresse qui permet d'éviter toute remise en question.

La comparaison des autoroutes avec la France enfin n'est pas pertinente parce que l'Etat Français n'a jamais prétendu que l'argent des péages servait à entretenir les autoroutes. Personne ne croirait à pareille fable. Une partie dérisoire de la manne sert à les maintenir dans un état impeccable, certes, mais l'essentiel des recettes sert juste à gaver l'Etat, purement et simplement. Le détournement est assumé depuis la nationalisation des société d'autoroutes qui ont construit les ouvrages qui devaient être gratuit au bout de vingt ans... Les Français n'ont qu'à payer et se taire.

Les Suisses, eux, regardent de plus près les liens entre les prélèvements et les belles promesses et peuvent contrer les plus gros mensonges de leur Parlement à l'aide de la démocratie directe, cette fichue démocratie directe! Alors on verra au 24 novembre le niveau de crédulité du peuple suisse.

Il va sans dire que si la vignette à 100 francs est repoussée j'invite tous ceux qui votent OUI à envoyer 60.- annuels à titre de don à l'Etat aussi longtemps qu'ils achètent une vignette à l'ancien prix, afin de compenser ce manque à gagner étatique et de constituer une cagnotte permettant de faire toutes les routes magiques que les uns et les autres ont évoqué dans leurs discours. Ca prendra un peu plus de temps certes, mais on devrait y arriver quand même. Tous les partisans du OUI qui renonceraient à ce don volontaire ne seraient bien entendu que de sales hypocrites. Comme le dit une affiche que j'ai aperçu aujourd'hui, qui chipoterait pour seulement 17 centimes par jour?

Écrit par : Stéphane Montabert | 06 novembre 2013

17 centimes par jour mais pour tout le monde. Votre vision des votations m'inquiète un peu. Quand on a perdu, on applique la décision prise par la majorité, en principe.
Sur le train, vous prêchez un convaincu. Je ne prends plus d'abonnement demi-tarif depuis longtemps et à plein tarif, on oublie...

Écrit par : Géo | 07 novembre 2013

@Géo: "Quand on a perdu, on applique la décision prise par la majorité, en principe." Vous devriez dire ça au Conseil Fédéral au sujet de l'heure d'été, du renvoi des criminels étrangers et d'une foule d'autres décisions populaires...

Blague à part, cette notion de majorité n'a aucun sens dès lors qu'il s'agit de contributions fiscales supplémentaires. Si des gens votent pour payer 100.- leur vignette au lieu de 40.-, s'ils croient que cela aura un effet positif sur la Suisse de demain, qu'est-ce qui les empêche de le faire volontairement aujourd'hui même? Avec un arriéré sur dix ans si ça peut leur faire plaisir?

C'est l'idée que d'autres aient des opinions différentes et puissent de ne pas le faire qui leur donne des boutons? Alors ils utilisent la démocratie comme une arme pour forcer une majorité* des gens de ce pays à subir leurs délires fiscaux?

C'est plutôt cette conception de la démocratie qui est inquiétante.


*Note: j'écris bien une majorité, parce que même si la vignette à 100.- est approuvée par 60% des votants on sera à des années-lumières de 60% des habitants.

Écrit par : Stéphane Montabert | 07 novembre 2013

La Doris a fait des erreurs de communication énormes en annonçant déjà que de toute manière, il faudrait augmenter les taxes sur les carburants de 15-20 centimes (et ceci indépendemment de l'augmentation du prix de la vignette). Sans parler du réhaussement de la TVA pour payer aussi des projets routiers.

Ce sera NON. Clair et net. Nous sommes des pigeons, nous en sommes bien conscients, mais faut tout de même pas exagérer.

Écrit par : Pascal | 07 novembre 2013

" Je vais très souvent en France et 100 francs par an pour les autoroutes ne me paraît pas franchement excessif. Les autoroutes françaises sont très chères, "

On retrouve cette argument pour augmenter la vignette en comparant les autoroutes bien plus cher en France qu'en Suisse souvent chez les mêmes qui le reste de l'année se plaignent qu'en Suisse tout est trop cher comparant les prix suisses avec eux de France. J'imagine pas les nombreuses taxent que les politiciens nous proposeraient sut tel ou tel produits si les comparaisons des prix en Suisse avec la France sera globalement plus bas pour nous.

Et de toute façon cette hausse de la vignette ne sera pas pour améliorer les réseaux autoroutier. Donc l'argument de la hausse de la vignette pour comparer les infrastructures autoroutières avec celle de la France est caduque.

@ Montabert,

Je me méfie aussi dans cette hausse de la vignette sur le fait qu'elle pourrait ne pas servir à améliorer le réseau routier; mais plutôt à l'empirer encore plus en saturant la circulation en modifiant à coup de millions routes et autres tronçosn très fréquentés pour contraindre les automobilistes à prendre le train et autres transports en commun au nom du collectivisme socialistes contre le sale automobiliste individualiste. On sait que la tendance de nos jours est à l'anti-bagnole surtout chez les politiques de gauche. Par exemple si le grand conseil vaudois venait à prendre la majorité on aura des gauchistes anti-bagnoles aussi idéologues et radicaux que la majorité de gauche à Lausanne qui a fait de la voiture l'ennemi numéro 1 bien avant les dealer, la criminalité et la déprédations en tout genre dans l'espace publique qui fait de Lausanne l'une des villes les plus sale de Suisse.

Bref on pourrait bien dans un avenir proche payer une hausse de la vignette pour emmerder encore plus les automobilistes sur les routes.

D.J

Écrit par : D.J | 07 novembre 2013

Stéphane Montabert@ Je vois que les arguments de la gauche qui pense qu'il faut limiter les droits populaires parce que les gens votent n'importe quoi, par exemple l'interdiction des minarets, vous a influencé.
Non, il y a des règles et des lois pré-déterminées. Alors on s'y tient ou on en change, mais on ne demande pas à une partie de la population d'appliquer ce qu'elle a voté de façon minoritaire.
Sur la vignette, on jugera sur les faits si l'augmentation est acceptée. Le reste est un peu de la science-fiction...

Écrit par : Géo | 08 novembre 2013

@Géo: dans mes suggestions vous avez visiblement oublié le mot-clef "volontaire". Voilà toute la différence entre la catallaxie et le rouleau-compresseur démocratique.

Écrit par : Stéphane Montabert | 08 novembre 2013

Catallaxie ! A 23 heures ! Blood and guts, où êtes-vous allé chercher ça ? J'ai trouvé dans wikipedia mais j'attendrai demain pour essayer de comprendre...

Écrit par : Géo | 08 novembre 2013

voilà de quoi vous épargner de longues recherches... ;)

http://www.wikiberal.org/wiki/Catallaxie

Écrit par : Stéphane Montabert | 08 novembre 2013

Tout un Vaudeville pour pouvoir bénéficier d'un bon réseau autoroutier et cela pour CHF 8.40 par mois.

Les adversaires, à l'image du "frouze" rouspéteur et incompétent qui gère ce bloc, feraient bien de réfléchir plutôt que de brailler crispé sur leur tas de fumier.

Écrit par : Das Kapital | 09 novembre 2013

Das Kapital qui dénonce la haine de Claude-Alain Voiblet sur son blog en l'insultant avec encore plus de haine et qui maintenant vient brailler ici pour accuser l'auteur de ces blog de brailler et d'être incompétent au lieu de réfléchir.

C'est vrai que Das Kapital a du beaucoup réfléchir pour pondre un commentaire pareil ou il braille encore plus fort que les autres en argumentant que dalle. Question compétences intellectuelles il fait vraiment fort.

D.J

Écrit par : D.J | 10 novembre 2013

"Le détournement est assumé depuis la nationalisation des société d'autoroutes qui ont construit les ouvrages qui devaient être gratuit au bout de vingt ans... Les Français n'ont qu'à payer et se taire."

Vous devriez savoir que les autoroutes ont été privatisées par Villepin. Donc la vache à lait est désormais pour les actionnaires.

Si je vote non, c'est aussi contre l'extension des routes dont le parcours requiert la vignette. Aujourd'hui, si je ne fais erreur seules les autoroutes sont soumises. Avec la loi, des routes de classe 3 y passent. Comme en Valais de Sierre à Brigue ou le col du Simplon. Une route cauchemar, indigne d'un pays soi-disant développé. Contre aussi la vignette valable 2 mois.

Écrit par : Johann | 13 novembre 2013

" Vous devriez savoir que les autoroutes ont été privatisées par Villepin. Donc la vache à lait est désormais pour les actionnaires. "

les autoroutes françaises n'appartiennent pas à des privés. Elle appartiennent toujours à l'état. Seulement cette dernière délivre des concessions à des privés pour gérer, entretenir et construire les autoroutes. Le tout financé par les péages. Vote histoire d'actionnaire qui s'en met plein les poches et du flan sorti de votre fantasme d'idéologue gauchiste.

D.J

Écrit par : D.J | 13 novembre 2013

Moi, ce que je souhaite, c'est des autoroutes moins encombrées et des automobilistes qui respectent les règles de la circulation.
Donc, la vignette à 100 francs, ça ne changera strictement rien sur le comportement des automobilistes.

Non, ce qu'il faudrait, c'est la suppression des taxes d'immatriculation, la suppression des droits de douanes sur les carburants. Mais tout ceci accompagné d'une taxation au kilomètre à au moins 1 franc + l'introduction de péages électroniques salés pour les autoroutes. Ce serait le juste principe de l'utilisateur-pollueur payeur. Le principe de la RPLP pour les voitures aurait pour conséquence de diminuer l'emploi abusif des véhicules privés.

Écrit par : petard | 14 novembre 2013

petard@ A priori, bonne idée. Mais combien de fonctionnaires en plus pour contrôler tout ça ? Et si on arrive à pirater des ordinateurs de la CIA, on n'ose imaginer l'essor de la triche organisée sur les compteurs...
Bonne idée, mauvaise pioche...

Écrit par : Géo | 15 novembre 2013

@petard et Géo: l'idée de faire payer à l'automobiliste l'usage de la route et de futurs investissements la concernant n'est pas mauvaise. Plus la tarification est fine, plus elle se rapprochera du principe de l'utilisateur-payeur. La technologie rend certainement possible d'ailleurs des modes de facturation inimaginable par nos ancêtres sauf dans des récits de science-fiction.

Malheureusement, une tarification "juste" (basée sur l'usure effective liée au poids du véhicule par exemple) serait instantanément détournée par des groupes sur la base de leur idéologie: voiture "de luxe" ou non, trajet "important" ou pas, moteur thermique ou électrique, lutte contre les embouteillages, taxe spéciale pour contrer l'effet de serre, pour promouvoir la formation et la recherche ou que sais-je encore...

Le problème fondamental autour de la route n'est pas son financement mais le détournement de ce que les impôts et taxes sur l'automobile rapportent.

Je serais enchanté de payer pour l'usage exact que je fais des infrastructures routières et leurs développements futurs ; le fait est qu'en tant que conducteur helvétique, comme nous tous, je paye en réalité bien davantage. L'automobiliste est une vache à lait. Et la seule option que nous présentent les politiciens serait de payer encore plus au nom de promesses fumeuses que cette fois-ci, l'argent ne sera pas détourné?!

Il faut être bien naïf pour y croire.

Écrit par : Stéphane Montabert | 15 novembre 2013

Voici ce que j'ai écrit chez Voiblet :
"Si la vignette est refusée, il y aura plein d'excuses pour laisser les routes dans l'état catastrophique où elles sont aujourd'hui. Si elle est acceptée, et que rien ne se fait, comptez sur de nombreux citoyens pour gueuler très, très fort. Tirez-en les conclusions politiques qui s'imposent..."

Vous voulez que je vous les donne, les conclusions politiques ?
Il ne vous a pas échappé, à vous aussi, que Yvan Perrin est pour la vignette à 100 francs. Je parierais un sugus contre une Rolls Royce en or massif que son raisonnement est le même que le mien. Doris veut se la jouer grandes promesses ? Très bien. Aujourd'hui n'est plus comme dans les années trente. Il n'y a pas besoin d'un recherchiste qui mettra des semaines pour retrouver la trace de ces promesses, c'est immédiat, le temps d'un clic. En d'autres termes, nous disposons de plus d'arguments que jamais si la vignette est acceptée pour faire bouger les choses et quand elles bougent, on peut les faire arriver plus loin que ne le veut l'adversaire. Le statu quo profite à l'ATE et autres pastèques
délirantes. Et c'est cela que vous ne voyez pas.

Écrit par : Géo | 15 novembre 2013

@Géo: C'est tellement facile! Je ne comprends pas que vous tombiez dans une entourloupe aussi grossière. Doris Leuthard ne ment pas, elle exprime son avis dans une configuration donnée. Lorsque la vignette à 100.- sera passée (d'après les sondages, nonobstant les opinions négatives massivement exprimées dans les commentaires de tous les articles de presse romande traitant du sujet) et que les autoroutes "sûres" ne seront vues nulle part en Suisse, que les goulets d'étranglement seront toujours là et qu'on vous expliquera que maintenant il faudrait aussi un péage urbain et encore quelques dizaines de centimes de taxes sur chaque litre d'essence pour financer de nouvelles infrastructures mais promis-juré ce sera la dernière fois... Vous allez faire quoi?

Sortir une vidéo cherchée sur Internet de Doris Leuthard la main dans le sac? Mais même si vous pensiez les médias capable de confronter la conseillère fédérale (et ils sont bien trop veules pour le faire) celle-ci se contentera de noyer le poisson en politicienne pas complètement tombée de la dernière pluie: OUI elle a affirmé en 2013 que l'argent de la vignette à 100.- servirait aux routes, mais depuis les choses ont changé: la faute à la conjoncture / à la crise / à la méchante commission des Transports du National / à la Loi XYZ / au recours d'un riverain devant le TF... Un politicien a tellement d'excuses pour ne rien faire, c'est inimaginable!

Le summum est évidemment atteint en accusant ses adversaires politiques de ses propres manquements ; Mme Leuthard serait ainsi bien inspirée de rejeter la faute de la non-construction de nouvelles autoroutes sur d'autres engagements de la Confédération comme l'achat de nouveaux Gripen. La rage et la confusion seront dans les coeurs, le tour sera joué. Pauvre Mme Leuthard victime de la vilénie de l'UDC militariste...

Dans le PIRE des cas Mme Leuthard verrait son avenir politique compromis, mais rassurez-vous ces gens sont élus par leurs pairs du parlement, pas par les pue-la-sueur comme vous et moi qui nous indignons de promesses non tenues, donc pas grand-chose à craindre de ce côté là. Et si par extraordinaire la carrière de Mme Leuthard devait s'arrêter (hypothèse invraisemblable mais admettons) elle sera tout simplement remplacée par un autre qui ne se sentira nullement lié par les promesses de son prédécesseur sur l'affectation du magot de la vignette à 100.-

A mon avis, si la vignette passe vous avez plus de chance de voir surgir de nouvelles chicanes et des P+R hors de prix en périphérie des localités qu'une troisième voie d'autoroute où que ce soit. Je suis prêt à m'amuser de l'acceptation de cette vignette par le peuple juste pour voir jusqu'où j'aurai raison dans mes prédictions.

Écrit par : Stéphane Montabert | 15 novembre 2013

"Vous allez faire quoi?" Pas moi, Vous, UDC. Tendance patron sérieux, Jean-François Rime. Qui prend acte des promesses du gouvernement et pèse de tout son poids pour les faire appliquer. Cette UDC là, qui n'a que peu à voir avec le quarteron idéologique de Zurich, serait très suivie et gagnerait des points (des voix...). Mais bon, je ne suis pas spin doctor...

petard@ Encore un truc : on fait comment quand on roule à l'étranger ? On doit quand même payer ses kilomètres ?

Écrit par : Géo | 15 novembre 2013

«Quant on voit la quantité de clients qui s'entassent quotidiennement dans les trains, perdre de l'argent dans une situation aussi idyllique requiert un talent rare.»

C'est clair que chez Esyjet on a à faire à des magiciens !

Écrit par : petard | 15 novembre 2013

«on fait comment quand on roule à l'étranger ? On doit quand même payer ses kilomètres ?»

Mais, non, le bidule qui enregistre les km c'est pas le compteur de la bagnole, c'est un dispositif type boîte noire scellé, avec à l'intérieur un GPS qui "localise" les km parcourus.
Et pour les péages, plus besoin de gugus dans des cages tous les 10 km... au Portugal par ex. il y a des portiques qui envoient un bip vers un machin et les gens reçoivent l'addition à la fin du mois.

Et si c'est pas violable au Portugal ou ailleurs, pas de raisons que ça le soit chez nous.

Enfin, pour conclure sur le sujet, du pour ou contre la vignette à 100 balles... mon père me résumait le problème très simplement: «Tout ce qui vient de Berne, c'est NON!»

Après réflexion, je pense qu'il avait raison. Surtout quand l'on sait que tous les parlementaires
font davantage le jeu des lobbys qu'ils représentent, que celui de leurs électeurs.

C'est pourquoi, j'ai décidé de signer tous les référendums et initiatives qui se présentent. Au moins, c'est c'est comme-ça que le peuple a son dernier mot.

Écrit par : petard | 15 novembre 2013

Les commentaires sont fermés.