27 décembre 2013

Une prospérité en trompe-l'oeil

La Suisse va bien, paraît-il. Tellement bien qu'il y a quelques jours France 2 lui a consacré une série de reportages sur le "miracle" suisse, car il va de soi que la réussite helvétique ne peut être que le résultat de l'intervention irrationnelle de quelque force supérieure...

immigration,mensonges,classe moyenne

Hélas non, le succès de la Suisse n'a rien d'un miracle. Une économie ouverte, un système scolaire où le milieu académique méprise un peu moins le monde professionnel qu'ailleurs, un Etat limité par la démocratie et la subsidiarité, voilà quelques recettes fondamentales pour expliquer pourquoi la Suisse s'en sort si bien face à des voisins qui s'en sortent si mal. Mais faire comprendre à un gouvernement socialiste français - exemple au hasard - que le salut vient du retrait de l'Etat, de la baisse des impôts et du recul de la réglementation revient à enseigner la danse classique à un tronc d'arbre. Toute transmission d'information est impossible ; au mieux n'assistera-t-on qu'à un intérêt poli et des rires sincères face à la perspective d'appliquer ici les mêmes recettes que là-bas.

La difficulté à exporter un "modèle suisse" où que ce soit ne vient pas que de l'étroitesse d'esprit d'éventuels auditeurs, mais aussi de la faiblesse des élites du pays à le comprendre - quand elles ne cherchent pas carrément à le détruire. Demandez donc à un socialiste, suisse cette fois, les raisons du succès de son pays: s'il daigne vous répondre, vous aurez droit à un galimatias d'explications confuses dont les rares éléments reconnaissables seront ostensiblement méprisés car en opposition frontale avec le programme de son parti.

Cette attitude recouvre une bonne partie du spectre politique. Centralisation, uniformisation, étatisme, contrôles, fiscalité, plans de relance, grands travaux, dilution des institutions et du peuple dans d'autres ensembles plus grands: le programme de l'establishment politique (et par extension de la proportion importante du corps électoral qui le soutient) ne correspond guère à ce qui fait le succès de la Suisse.

Leur réussite est au rendez-vous puisque la Suisse va de moins en moins bien.

Après le sentiment d'insécurité, le sentiment d'appauvrissement

Bien entendu, médiatiquement, tout est parfait ; en témoigne cette dépêche s'évertuant à marteler que rien n'a changé depuis une dizaine d'années pour la classe moyenne suisse.

Les statistiques ne confirment pas les craintes d'une érosion progressive de la classe moyenne en Suisse. Les groupes de la population à revenus moyens sont restés en grande partie stables entre 1998 et 2011, selon l'Office fédéral de la statistique (OFS).

D'après la définition de l'OFS, faisaient par exemple partie de la classe moyenne en 2011 les personnes vivant seules qui disposaient d'un revenu brut mensuel compris entre 3719 et 7968 francs ou les couples ayant deux enfants de moins de 14 ans dont le revenu brut s'échelonnait entre 7809 et 16'734 francs.

Dans l'ensemble, la part de la population appartenant aux groupes à revenus moyens est restée stable au cours des années 1998 à 2011, communique l'OFS mardi. Elle était la plus grande (61% de la population) en 2009, et la plus faible (57%) en 1998. En 2011, la part était de 58%. (...)

Pour l'OFS, ces résultats montrent qu'il y a un certain décalage entre le discours public et la réalité des faits. Même si l'on observe une baisse de la part des ménages familiaux traditionnels dans le groupe des revenus moyens, les chiffres ne confirment pas les craintes d'une érosion de la classe moyenne.


Un organisme public se livrant à un peu de complaisance, quelle surprise! Ainsi, le "ressenti" des gens quant à une baisse de leur niveau de vie ne serait qu'une illusion. On nous ressort la vieille martingale du sentiment d'insécurité, appliqué cette fois-ci à la classe moyenne.

Tous ceux vivant en Suisse depuis ces dix dernières années auront sans doute une opinion différente. L'OFS se concentre sur les revenus, pas le revenu disponible ou le pouvoir d'achat. Ce n'est pas innocent.

La classe moyenne laminée

Depuis dix ans, le coût de la vie en Suisse a explosé alors qu'il était déjà très élevé au départ.

Si l'indice des prix à la consommation et l'inflation sont restés raisonnables sur la durée - ainsi que les salaires - les autres facteurs ont augmenté parfois dramatiquement. Taxes sur l'essence et sur l'énergie, taxe-poubelle, prix de l'abonnement général pour les transports publics... Prenons le cas emblématique de l'assurance-maladie, qu'on ne pourra pas discuter puisqu'elle est obligatoire: d'une base 100 en 1999, elle est passée à 183.1 en 2013 d'après les données de l'OFS.

Rapportée graphiquement pour le seul canton de Vaud, l'évolution n'est pas aussi radicale mais suit franchement une courbe ascendante:

immigration,mensonges
Evolution des primes d'assurance-maladie jusqu'à 2013
pour le canton de Vaud, base 100 en 1999

D'après l'ASLOCA (association de défense des locataires, clairement affiliée à gauche) le prix mensuel des loyers en moyenne nationale se montait, pour un trois-pièces, à 976 francs en 2000 contre 1216 francs pour 2010, soit une majoration de 24,6% en dix ans. Mieux, l'association fait clairement le lien entre la pression sur les loyers et l'immigration:

De manière diplomatique tous s’accordent à dire que l’afflux migratoire impacte le niveau des loyers.

«La hausse néanmoins persistante des loyers reflète une demande qui demeure excédentaire. Celle-ci est stimulée par l’afflux de personnel hautement qualifié qui reste important. (…) Les données fondamentales ne devraient pas changer en 2013.» -- Homegate.ch 16.1.2013

«Par contre, les loyers des nouveaux baux sont en hausse constante depuis 2005.(…) L’immigration de l’étranger, principal moteur de la demande de surfaces locatives, est restée constante et à haut niveau pendant l’année 2012. Ces prochains mois, cette dynamique devrait rester inchangée.» -- Wuest & Partner, 2013/2

«L’immigration en Suisse se concentre essentiellement sur les cantons du centre. Avec environ 15 000 personnes, Zurich enregistre le plus grand nombre d’immigrés, suivi par le canton de Vaud (10 000), celui de Genève (5800) et celui de Berne (5200). La pénurie de logements dans l’arc lémanique entraîne aussi un fort taux d’immigration dans les cantons de Fribourg et du Valais, essentiellement constitués d’agglomérations.» -- Credit Suisse, Research News, 29 avril 2013


Les Suisses payent leur énergie, leurs déplacements, leur loyer, leurs déchets, leur assurance-maladie plus chers. Et fort logiquement ils partent moins souvent en vacances et s'inquiètent du chômage, et pendant ce temps la facture sociale explose.

Mais on vous expliquera que tout cela n'est que vue de l'esprit.

A la recherche d'une explication

Si les journalistes de France 2 sont à la recherche de solutions que la France en crise s'empressera d'ignorer, le point de vue idyllique posé par la classe politique et les médias suisses sur la situation du pays obéit selon moi à une toute autre logique: il s'agit de préserver la dynamique, c'est-à-dire la libre-circulation des personnes, la disparition des frontières et la dilution progressive de la Suisse au sein de l'Union Européenne.

Ainsi, la sous-enchère salariale, la pression sur les infrastructures, la criminalité galopante, la pénurie du marché du logement... Tous ces maux n'existent pas. Des illusions. Des "sentiments", tout au plus. Par tous les moyens, le grand public doit avoir l'impression que la Suisse s'en sort mieux que ses voisins, qu'elle est sur la bonne voie et qu'il faut donc continuer le long de cette voie.

En 2014 auront lieu de nombreuses échéances électorales cruciales: l'initiative de l'UDC contre l'immigration de masse, l'initiative Ecopop, l'extension des accords de libre-circulation avec la Croatie, autant d'obstacles possibles sur la voie de la fusion dans l'Union Européenne.

Ces épreuves seront vraisemblablement les dernières. Une fois ces écueils passés, entre l'asservissement de la démocratie directe au droit international ou la suprématie du droit européen sur le droit suisse, on voit mal comment la Suisse pourrait revenir en arrière, même si la crise en Europe continue d'empirer. Il n'y aura plus qu'à briser quelques initiatives populaires gênantes (interdiction des minarets, renvoi des criminels étrangers) par la Cour Européenne des Droits de l'Homme et c'en sera fini du "miracle helvétique": le petit pays au centre du continent sera un pays européen comme les autres, en proie aux mêmes problèmes et gouverné par les mêmes élites.

Le particularisme suisse se terminera dans l'indifférence générale et le soulagement de voisins peu enclins à goûter le succès d'un pays fonctionnant sur d'autres bases.

Commentaires

Monsieur Montabert vous vous faites l'apôtre de nombreux citoyens Suisses de plus en plus dégoutés des Socialistes ceux-là mêmes qui obligent à courir pour trouver containers loin de leur immeuble pour y mettre leur sac poubelle et qui sont tenus d'affronter des chemins glissants car non salés pour cause de fermeture annuelle de tous les services communaux
On se fiche et le mot est faible de plus en plus de la figure du citoyen mais à trop vouloir tirer sur le cordon économie celui-ci peut aussi péter en pleine figure à ceux qui ne parlent que rentabilité mais pour eux avant les autres
Et qu'on cesse l'éternelle pleunicherie faut penser aux plus jeunes génération,mon œil!
Surtout qu'en observant ce qui se passe ailleurs notre pays fait toujours figure de pionnier mais Paris ne trie aucun déchet et si la crise se maintient dans les pays de l'UE vos aliments seront emballés dans du papier recyclés avec risque de tuberculose .On me dira oui mais tout est contrôlés,ah oui que de belles paroles pour faire croire aux miracles
On a jamais vu un pays laminé par la crise se plier à des projets pharaoniques et couteux pour soi disant sauver la planète ,faut plus croire au Père Noel
très belle soirée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 27 décembre 2013

Tous ceux qui se réjouissent de ce reportage français sont de parfaits crétins. Cela aura au moins eu l'avantage de les faire sortir du bois...
Seule réponse : pan ! pan !
Le PLRS sue à grosses gouttes à l'approche du 9 février. Il faut vraiment lire ce sommet de la stupidité journalistique dans le dernier Hebdo (y avait rien, je l'ai acheté, c'est contre mes principes de donner ne serait-ce qu'un sou à la presse de Jacques Pilet...) sur la glorification du fait que l'équipe de foot suisse qui ira à Rio n'est composée que de Kosovars. Bouillie pour chiens bobos débiles signée Christophe Passer. Quelqu'un lui dira t-il un jour que si un jeune Suisse avait voulu profiter de ces fameuses super-conditions de formation footbalistiques offertes par la Suisse, il aurait reçu tellement de coups de pieds dans les tibias de la part de ses jeunes collègues de la Kosove (comme dit le vendu Ueli Leuenberger...) qu'il n'aurait plus pu marcher à vie ?

Écrit par : Géo | 27 décembre 2013

2014 c'est l'année de tous les dangers pour la Suisse. Un -mauvais président en place; pour l'ouverture à l'UE, avec son parti dans la bataille contre les initiatives parce que dans leurs intérêts perso!

Entrée en vigueur au 1 janvier de la politique agricole 2014-2017...c'est une cata..catastrophique; ou comment tout faire pour sabrer notre propre production. Donc on peut déjà oublié l'autosuffisance à 40%. Les nouvelles normes sont là pour appauvrir les sols pour les 6 ans à venir au moins et si on revient en arrière il faudrait 4 ans minimum pour retrouver des terres arables. Sans compter que les biologistes, avec des salaires minimaux de Fr. 100'000.--/an à la charge des communes-contribuables et les paysans qui payeront 2 fois) deviennent les maîtres de formation des paysans

Les gens étouffent dans les villes, et ils veulent une Suisse à 12 millions. Tout est déjà programmé pour que nous soyons à genoux dans peu de temps et obligés d'adhérer à une europe dont nous deviendrons les mendiants. Car les amerloques de leur cotés enfonceront le clou avec les amendes aux banques qui ne seront pas piquées des vers! (serpent)

Quand est-ce que les votants vont ouvrir les yeux.....?!?!?!?

Alors c'est pas moi qui vais souhaiter de bons vœux pour la nouvelle année.

Écrit par : Corélande | 27 décembre 2013

«Ces épreuves seront vraisemblablement les dernières. Une fois ces écueils passés, entre l'asservissement de la démocratie directe au droit international ou la suprématie du droit européen sur le droit suisse, on voit mal comment la Suisse [...]»

Vous n'avez plus le moral Montabert ? Vous n'avez plus confiance en vos camarades ?
C'est clair que les lobbyistes du système de Ponzi (économie suisse, Amstein et ses disciples) font tout pour nous envoyer dans le mur: «du fric vite fait bien fait et merde pour les autres». Quand la Suisse sera vraiment dans la merde, eux seront à l'abris (si ce n'est pas déjà fait).
Il est donc indispensable de se serrer les coudes pour les votations de février.

Enfin, si ça devait tourner mal... pour ceux qui sont proches de la retraite, prenez tout votre pignon de la LPP, vendez votre trappe, ne laissez rien à ces gangsters et tirez-vous. Il y a encore quelques paradis où on vous accueillera à bras ouvert.

@Géo
Tout-à-fait d'accord, le reportage d'A2 c'est de la crétinerie faite par des crétins pour des crétins.

Écrit par : petard | 28 décembre 2013

@Corélande,je me marre en vous lisant car ce que vous reprochez à Berne ici on le reproche à nos dirigeants Conseillers Communaux occupant des sièges au recompostage et recyclage de la stupidité et j'ai pas dis la leur
Oui changement de Présidence Suisse oblige et vlan obligation de remettre tous les containers enlevés suite à une précédente obligation de les supprimer
Mais le plus marrant c'est de savoir des immeubles désormais privés de concierges quand à ceux qui existent encore,eux refusent de laver les containers,nous on est pas payé pour faire le sale boulot entend-on comme réponse ,Et 2014 année du Mondial c'est pas cela qui va les motiver plus pour nettoyer bien au contraire
Ou c'est la déconologie tous azimuts ou vraiment le bal des cons mais soyons heureux ,mouches et rats peut-être abeilles qui sait tous attirés par les odeurs des déchets ménagers eux sauront profiter de l'aubaine
Et tout ça c'est la faute à qui ? non pas à Berne
Berne n'y est pour rien c'est la base qui est pourrie .C'est par là qu'il faut commencer une fois à Berne c'est trop tard pour *rouscailler*
Mais je vous rejoins entièrement l'année prochaine ne révons pas tout ira de travers cependant je vous fais parvenir une corbeille de vœux chaleureux pour 2014 en espérant que les vôtres se réalisent

Écrit par : lovsmeralda | 28 décembre 2013

@petard: "Vous n'avez plus le moral Montabert ? Vous n'avez plus confiance en vos camarades ?"

De quels camarades parlez-vous? Je vous parle du peuple suisse.

Si l'initiative UDC contre l'immigration de masse ne passe pas la rampe, il ne sera pas question de revenir sur le sujet avant plusieurs années, et à ce moment là il n'y aura probablement plus rien à sauver - à supposer qu'une nouvelle initiative du même acabit puisse voir le jour dans ce futur-là, ce dont je doute fort).

Il y a un moment où un peuple doit décider s'il veut continuer à exister en tant que tel dans un pays aux limites définies, ou de se dissoudre. Il ne s'agit de rien d'autre, mais vous êtes parfaitement en droit de prendre la chose à la légère.

Écrit par : Stéphane Montabert | 28 décembre 2013

@Géo
U Leuenberger est ce gauchiste qui voyait déjà la suisse du foot championne du monde en 2010 et qui la voit aussi en 2014, non pas pour le foot, mais pour justifier sa marotte qui consiste à croire que seule une équipe suisse "multiéthnique" peut être championne. Surtout composée par des Kosovars pour qui il a
un attrait suspect...Mais, lui comme tant d' autres sont persuadés que cela constitue une future base électoralement favorable à ses desseins politiques. Sauf, qu'il faudra bien nourrir tous ces futurs électeurs.
Mais là, il demandera au peuple suisse de passer à la caisse...

Écrit par : Exprof | 29 décembre 2013

@Montabert
«mais vous êtes parfaitement en droit de prendre la chose à la légère»

Ben, non cher Monsieur, je ne prend pas ça à la légère...

Sauf qu'il y a un problème entre ce que vous dites et certains de vos camarades UDC.
Bien que M. Rime figure dans le comité de l’initiative «contre l’immigration de masse», M. Rime est président de l'USAM. Or, cette dernière est farouchement opposée à cette initiative. Jean-François Rime affirme n’être ni pour ni contre… À quoi on joue, lorsque l'UDC semble vouloir investir prochainement quelques millions dans cette campagne ?

Vous savez très bien qu'une bonne proportion d'UDC sont cul et chemise avec economiesuisse et parfaitement en accord avec les lobbyistes du système de Ponzi.

Donc, svp ne donnez pas de leçons au peuple et ne le rendez pas responsable si ça devait foirer.

Enfin, j'observe qu'avec près de 30% au parlement, où disons 20% de vrais UDC, ce parti pourrait faire pression sur le PLR et le PDC lorsque ces derniers on besoin d'une majorité face à la gauche. Un petit peu de chantage par-ci par-là ça ne bouffe pas de foin.

Enfin, pour le moment, le peuple suisse ne m'a pas encore fondamentalement déçu en matière de votations. Ce qui n'est pas pareil avec les positions des parlementaires fussent-ils UDC. Car ces derniers, sont TOUS d'abord aux bottes des lobbys qui les soutiennent. C'est pour ça que je signe toutes les initiatives populaires, même celles qui me conviennent pas. Pour que le peuple souverain ait le dernier mot.

Écrit par : petard | 30 décembre 2013

"2014 c'est l'année de tous les dangers pour la Suisse.".

C'est vrai.

Voyez la nouvelle règlementation de circulation scooter, moto, auto, camion, etc : dès le 1er janvier 2014, vous (totomobilistes) êtes contraints d'allumer vos phares de croisement (ou feux de jour) sous peine d'amende au montant de 40 CHF

En réalité, on veut vous voir venir de l'avant.

C'est pour mieux vous la mettre par derrière.

Écrit par : Denise Park | 31 décembre 2013

Que la Suisse résiste !

En attendant, bonne année à tous !

Écrit par : Le Parisien Libéral | 31 décembre 2013

petard@ Parfaitement bien dit. D'accord 100% : il y a UDC et UDC, that's the problem...

Écrit par : Géo | 01 janvier 2014

Bravo mais la prospérité suisse ne vient pas spécialement d'un "retrait de l'Etat" mais du fait que la Banque Nationale Suisse crée EX-NIHILO la monnaie scripturale de notre pays, chose qui est totalement interdite aux Etats membres de l'UE ! Voyez plus de détails sur les pages http://dbloud.free.fr/Escalades.htm, http://dbloud.free.fr/limposturemonetaire.htm et http://dbloud.free.fr/monnaie.htm
D. Bloud (1941, confédéré)

Écrit par : Denis Bloud | 02 janvier 2014

Denis Bloud@ Vieux débat. On revient à l'étalon-or ? A la pièce de monnaie qui vaut son poids d'or ou d'argent et basta ? A l'heure de l'e-banking, je vais m'acheter un âne pour livrer les sommes d'argent que je dois aux divers organismes de l'état en charge de m'étrangler chaque mois ? Bien sûr que les banquiers sont des faux-monnayeurs. L'Etat aussi qui proclame que ce bout de papier vaut 100 francs, 1000 francs ou n'importe quoi...

Écrit par : Géo | 03 janvier 2014

Citoyens Helvétiques. Je connais votre pays. Vous n'appartenez pas à la C.E. Nombre de Français,en partie désinformés,voient dans votre nation une réussite en matière d'économie et de prospérité. En traversant le centre de vos villes, notamment,j'ai été particulièrement surpris de la présence massive d'une population allogène venant d'horizons diverses. Surprenant également,les tarifs exorbitants des denrées de premières nécessitées,(pain, viande,etc...). Le chômage,également,semble inquiéter de nombreux ménages. Ce sont là-même des signes qui ne trompent pas. Le drapeau bleu étoilé ne flotte pas encore sur le sommet du Cervin,mais tout laisse à penser que l'on oeuvre contrairement à votre désir et votre volonté de demeurer éternellement citoyens Suisses à part entière. Ne vous laissez pas séduire par les mirages du modèle économique Européen, lequel masque une autre réalité, un monstre froid que l'on nomme; "MONDIALISATION". Un seul conseil: >.

Écrit par : Michel | 04 janvier 2014

Michel@ Vous voyez tout juste...

Écrit par : Géo | 05 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.