11 avril 2014

De Renens à la Syrie

Par les hasards de l'actualité, il arrive que la petite histoire de notre commune rejoigne la grande, pas forcément de la façon la plus flatteuse qui soit. Ces temps-ci, c'est le retour d'un ex-islamiste de Syrie qui propulse le nom de Renens dans les journaux.

La faute à "Marc", un Suisse de trente ans d'origine valaisanne embringué dans des péripéties à mi-chemin entre le tragique et le ridicule. Homosexuel déclaré, l'individu est touche-à-tout - parapentiste, photographe, défenseur de la cause palestinienne - mais surtout en situation d'échec personnel. Son parcours est des plus chaotiques, entre agent de sécurité et une formation d'ambulancier inaboutie. En mai 2013, il se convertit à l'islam selon une "procédure accélérée" à la Mosquée de Renens. La formule fait sourire.

islam,terrorisme,syrieDésormais affublé du prénom musulman de Mahdi, il se lance en juillet dans un voyage en Egypte pour rejoindre Gaza et y réaliser un reportage sur le ramadan sur le terrain, dénonçant le blocus imposé par Israël et l'Egypte. A son retour, il passe à la vitesse supérieure:

De retour en Suisse en août 2013, Marc commence à tisser des liens avec des musulmans radicaux basés en Suisse, en France et en Belgique, dont certains ont des connexions claires avec des groupuscules liés à Al-Qaida actifs en Syrie (...)

[Vers mi-décembre il] se rend à Lyon, un mois et demi après avoir subi une opération au col du fémur. Il y rencontre deux «frères français», avec qui il était déjà en contact depuis quelques mois, selon des milieux proches de l’enquête. «Il aurait même payé les trois billets d’avion pour la Turquie», relève une source qui suit l’affaire de près.


La SonntagsZeitung laisse entendre qu'il se serait converti à l'islam pour "soigner" son homosexualité. L'opération n'est guère couronnée de succès, comme en témoignent ses préférences sexuelles sur facebook ou sa fréquentation de forums gays. Visiblement, les islamistes sont prêts à accueillir dans leurs rangs un copain suisse un peu fantasque et légèrement incompatible avec leur religion, pour peu qu'il serve la cause! Qui aurait imaginé une telle largeur d'esprit?

S'ensuit un départ pour la Syrie. Juste avant Noël, il informe officiellement ses parents de son intention de partir combattre les troupes de Bachar El-Assad en s’engageant dans un groupe islamiste. Il n'en mourra pas: après trois mois, le voici de retour en Suisse, expliquant avoir vécu dans une maison partagée par 80 à 150 djihadistes, dont une quinzaine "prêts à se faire sauter" et installés au rez-de-chaussée.

Heureusement, notre homme était logé à l'étage. Il profitera de son séjour pour apprendre le maniement de la Kalachnikov mais restera évasif sur son rôle exact dans la rébellion.

Revenu au bercail, "Marc" est désormais poursuivi par le Ministère Public de la Confédération pour présomption de soutien et/ou de participation à une organisation terroriste. Pourtant, l'homme n'a aucun mal à se faire interviewer par des journalistes et livrer son point de vue, y compris à la télévision.

Si l'ex-rebelle syrien semble exprimer des regrets sincères, les médias sont plus qu'empressés d'appuyer son repentir. Un portrait brossé par un journaliste du Temps devient autant de moyens de lui trouver des excuses: il est "un simple aventurier", en "perte de repères" ou "en proie à des tourments intérieurs". Voire, il aurait juste fait "de mauvaises rencontres sans se rendre compte de ses actes", comme si un hasard impromptu pouvait suffire à vous amener au jihad en Syrie, à votre corps défendant!

Cette bienveillance dépasse la volonté d'accueillir à nouveau une brebis égarée. Jamais journaliste ne servirait pareille soupe bienveillante à un skinhead repenti, par exemple. Il y a autre chose. J'identifie pour ma part trois "strates" de mensonge, du plus véniel au plus grave.

La première couche, la plus superficielle, a évidemment trait au romantisme de la rébellion. Les exactions sur le terrain ont terni l'image du conflit syrien sans éradiquer entièrement cet aspect. Au cœur de la guerre civile syrienne se retrouvent les poncifs tiers-mondistes habituels: émancipation des peuples opprimés, lutte contre un Occident ontologiquement criminel - Bachar el-Assad, tyran éduqué en Angleterre et portant costume-cravate en est la parfaite représentation - fierté de combattre pour une noble cause, même salie par l'enthousiasme excessif de quelques compagnons...

Médiatiquement, la passion est bien vue, voire admirée. Comment jeter la pierre à des combattants syriens venus de Suisse lorsqu'on reproche par ailleurs leur tiédeur aux Helvètes? Comment dénigrer une aventure en Syrie par des gens dont les glorieux ancêtres communistes se sont engagés du côté des nobles Républicains pour combattre le fascisme franquiste en Espagne? Critiquer, ce serait renier son idéalisme, ses aïeux, ses espoirs, ceux qui croient en quelque chose. Impossible.

La deuxième couche a trait aux médias, car il faut bien le dire, ils se sont eux-mêmes fortement impliqués dans la radicalisation de "Marc". Je ne parle pas ici de la couverture continuellement partiale du conflit israélo-palestinien à longueur d'années - pensons par exemple à l'affaire al-Dura! - qui a certainement orienté "Marc" dans sa construction du monde, mais bien à la mise en valeur de sa propre démarche de radicalisation. Ainsi, Edipresse s'est fait l'écho du ramadan du Valaisan d'origine dans une longue chronique suivant ses pérégrinations entre l'Egypte et la Bande de Gaza, avec son vrai nom et de multiples photos à l'appui. Comment les rédactions romandes pourraient avouer qu'elles ont complaisamment valorisé la démarche d'un islamiste en devenir?

La seule attitude possible est de décréter qu'on ne savait pas, qu'on ne pouvait pas savoir et qu'on n'a rien vu venir. Le glissement a eu lieu par inadvertance, indépendamment de notre volonté, d'ailleurs c'était un accident, voyez, il regrette!

La troisième couche, enfin, a trait à son idéologie de gauche. Les parents de "Marc" sont des notables, nous dit-on ; mais on ne s'appesantit guère sur la présence du fils perturbé comme candidat à l'exécutif de Troistorrent au nom de l'alliance de gauche lors des élections communales de 2012 - un an avant sa spectaculaire conversion à l'islam. L'individu a été militant des Jeunesses Socialistes Vaudoises ; difficile de clamer que son ralliement idéologique est une lubie passagère.

Y aurait-il des passerelles entre le socialisme politique et l'islam radical? Si on prend le socialisme comme il se prétend - la recherche du bien commun, la défense des plus pauvres... - le lien n'est pas évident ; si on examine le socialisme comme il se pratique, le mépris de la société occidentale bourgeoise, la croyance dans l'utopie d'un ordre nouveau, l'internationalisme, la recherche du pouvoir, la complaisance envers la violence et les criminels... Les passerelles avec le totalitarisme islamique sont d'un coup beaucoup plus nombreuses.

Plusieurs des opinions de base de "Marc", comme une sympathie pro-palestinienne pas trop regardante, sont partagées par des caciques du PS suisse. Il ne fait pas bon ressasser tout cela, alors on l'évoquera à peine, du bout des lèvres. "Marc" sera donc socialiste comme on porte des jeans ou on choisit une coupe de cheveux: sans signification aucune, juste une esquisse dans son portrait.

"Marc" n'est pas forcément mauvais bougre, même s'il est paumé. Son aventure lui a ouvert les yeux sur la rébellion syrienne:

Un jour j'ai vu une ambulance donnée par une association caritative anglaise avec des explosifs à l'intérieur pour faire un attentat. Il y avait cinq, six blocs d'explosifs et des câbles. Ils ne respectent même pas l'image de l'ambulance.


Son parcours mérite d'être analysé, comme le fait Xavier Colin. Malheureusement, les médias prêchent encore et toujours l'unique influence d'Internet pour mieux éviter de lever le lièvre de prédicateurs locaux - alors même qu'un compagnon clef de "Marc" réside à Neuchâtel et qu'une bonne part de sa radicalisation a eu lieu en banlieue lyonnaise. Bonne nouvelle, la mosquée de Renens semble hors de cause, même si on haussera le sourcil la prochaine fois qu'on entendra l'histoire d'un jeune passé par là et bénéficiaire d'une "conversion accélérée".

Le seul point réellement inquiétant tient à l'étrange clandestinité dont on essaye d'affubler l'affaire. "Marc" ne laisse pas entendre sa voix, on cache son identité, on le floute alors que son portrait se retrouve en un clin d’œil. Un vrai secret de Polichinelle. Alors que les poursuites du MPC semblent engagées vraisemblablement pour la forme, ce luxe de précautions semble dépasser la présomption d'innocence. Le fin mot de l'histoire est donné par l'ex-rebelle lui-même; aujourd'hui il dit regretter son engagement et vouloir rester anonyme pour ne pas être reconnu par ses anciens compagnons d'arme.

Qu'il puisse être terrorisé par ces derniers alors qu'il est sur sol suisse, voilà, en vérité, de quoi nous inquiéter.

Commentaires

Cet article est totalement ridicule. Je suis chrétien et ma famille est suisse depuis la révocation de l'Edit de Nantes au moins mais le hasard veuille que je connaisse assez bien le parcours de ce salafo-touriste. Je vous mets au défit de mettre même un pistolet en plastique à ce gamin de cirque.

Alors avant de publier n'importe quoi, renseignez-vous auprès de personnes compétentes.

Bien à vous
C. Roy (Lausanne)

Écrit par : roy | 12 avril 2014

"Je vous mets au défit" Avec un tel orthographe, difficile de croire à un Suisse depuis la révocation de l'édit de Nantes...
La suite de la phrase est encore plus significative : mettre où ce pistolet en plastique à ce gamin ? Là où tout le monde pense ?
Ce commentaire n'a pas été écrit par un francophone. Probablement par un arabophone, non ?

Complétement d'accord avec votre billet sur ce coup-ci. Mais moi je ne laisserais pas paraître des commentaires aussi malhonnêtes que celui de ce soi-disant C.Roy...

Écrit par : Géo | 12 avril 2014

ils sont d'un nombre assez considérable si l'on sait que parmi ces jeunes partis pour se battre en Syrie il y a aussi de jeunes suissesses
Cependant dès leur retour en Suisse et sans travail qui devra les entretenir?
Il leur appartient aussi d'assurer leurs arrières financiers non? Et si tous ces jeunes réquisitionnés par et grâce à Facebook pour manifester ou autre stupidités ne les menant à rien prenaient plutôt le temps d'étudier le baba de l'AVS ?
Il appartiendra aux Bobos d'aujourd'hui de les entretenir ,bon courage pour eux

Écrit par : lovsmeralda | 13 avril 2014

il est "un simple aventurier", en "perte de repères" ou "en proie à des tourments intérieurs"

Pt'être qu'Adolf Hitler, Joseph Goebbels, Heinrich Himmler, lorsqu'ils étaient adolescents, étaient des jeunes parfaitement respectables. Mais comme ils ont perdu leurs repères et qu'ils étaient en proie à des tourments intérieurs, ils ont fait ce qu'ils ont fait.

Qui leurs cherchent aujourd'hui des circonstances atténuantes ?

Écrit par : petard | 14 avril 2014

Il n'y a pas de mots assez durs pour qualifier le prosélytisme musulman, que l'on peut comparer sans peine à des méthodes sectaires. Ce mécanisme de conversion accélérée, où l'on prononce quelques phrases et pouf ! on devient subitement musulman, en 20 minutes, une décision qui fait pendre un épée de Damoclès (au propre comme au figuré !) en cas d'apostasie. La conversion de jeunes européens totalement étrangers à la moindre pratique culturelle, sociale ou politique musulmane, ou comment renoncer à tout ce que l'on est, un véritable suicide occidental programmé (j'ose le mot) et encouragé par de trop nombreux acteurs sociaux.

Je me rappelle mes années d'école primaire, où les messages d'avertissement concernant la secte Moon fleurissaient sur les panneaux d'affichage. Probablement très peu politiquement correct de réitérer ces mises en garde contre l'Islam radical, n'est-ce pas ?

Ironie mise à part, je vous rejoins totalement sur la stupéfiante bienveillance des médias envers un potentiel terroriste, qui est sous enquête (!) qui plus est. Je ne devrais même plus m'étonner de la complaisance (vos trois couches sont édifiantes, d'ailleurs) de 'gauche', pour dire vite, envers les éléments les plus perturbés (et perturbants) de nos sociétés.

Novlangue, prisme analytique teinté (ou fortement coloré) de marxisme orthodoxe (pour autant que l'on en comprenne un traître mot)...véritable biais idéologique dont on se défend avec autant de vigueur qu'il est corporativement consubstantiel à toute activité journalistique.

Écrit par : Courant alternatif | 14 avril 2014

Sachez mon cher Géo, vous qui tentez de donner des leçons d'orthographe que ce mot est féminin.... seriez-vous arabophone ?

Écrit par : roy | 14 avril 2014

"Y aurait-il des passerelles entre le socialisme politique et l'islam radical? Si on prend le socialisme comme il se prétend - la recherche du bien commun, la défense des plus pauvres... - le lien n'est pas évident ; si on examine le socialisme comme il se pratique, le mépris de la société occidentale bourgeoise, la croyance dans l'utopie d'un ordre nouveau, l'internationalisme, la recherche du pouvoir, la complaisance envers la violence et les criminels... Les passerelles avec le totalitarisme islamique sont d'un coup beaucoup plus nombreuses".

Je ne comprends pas comment on peut laisser Alain Berset au Conseil Fédéral alors qu'il est certainement prêt à se faire sauter à tout moment. Que font les services de renseignement?

Écrit par : Alexandre Afonso | 14 avril 2014

imaginez l'émoi des parents si des demandes de rançons leurs sont demandées au cas ou ces jeunes partis en Syrie étaient capturés lors d'émeutes !

Écrit par : lovsmeralda | 14 avril 2014

Les commentaires sont fermés.