06 mai 2014

Pendant ce temps, dans le ciel...

...On s'éloigne doucement de la paix bénie et perpétuelle que nous promettent les adversaires du Gripen.

Le 29 mars 2013, l'aviation russe simule l'attaque aérienne de bases militaires suédoises:

Peu après minuit, les radars suédois détectent deux bombardiers à capacité nucléaire Tu-22 M3 Backfire escortés par 4 chasseurs Su-27 Flanker, qui, venant de Saint-Petersbourg, survolent alors le golfe de Finlande. (...)

sukhoi-su27-flanker_7.jpg[Deux] heures plus tard, la tension monte brusquement d’un cran : les 6 avions russes pénétrent à l’intérieur de l’espace aérien suédois, après avoir suivi une ligne entre les îles d’Öland et de Gotland, dans la Baltique. Théoriquement, deux JAS Gripen maintenus en alerte auraient dû décoller pour intercepter ces appareils. Seulement, il n’en a rien été et l’aviation suédoise a totalement été prise au dépourvu.

 
Cet épisode n'a rien d'exceptionnel dans une région sous tension où la Russie s'intéresse de près aux capacités militaires de défense des uns et des autres. Le 20 avril, un avion russe de renseignement électromagnétique Iliouchine Il-20M "Coot" passait lui aussi dans l'espace aérien suédois au moment même où le pays menait d'importantes manœuvres militaires.

Si vous pensez que les Russes ne s'intéressent qu'à la Suède, vous vous trompez. L'OTAN est aussi concerné:

Mercredi [23 avril 2014], deux bombardiers russes de type Tupolev TU-95 ont pénétré l’espace aérien de plusieurs Etats membres de l’OTAN. Aujourd’hui, la Royal Air Force a rendu public des photos de ces avions.

Le ministère néerlandais de la défense a été mis en état d’alerte après que deux avions étrangers eurent pénétré l’espace aérien de l’OTAN. Deux F-16 avaient alors décollé de la base aérienne de Volkel pour escorter, avec l'aide d'appareils danois et britanniques, ces deux bombardiers russes hors de l'espace aérien.

Comme vous voyez, tout va pour le mieux... Et comme le mentionne la conclusion du premier article au sujet de la Suède:

Après avoir baissé drastiquement ses dépenses militaires – en 20 ans, le nombre d’avions de combat est passé de 400 à moins de 150 – plusieurs voix politiques, de droite comme de gauche, se sont élevées, au début de cette année, pour réclamer une hausse de l’effort de défense.


On notera deux choses.

1. "De droite comme de gauche": il faut croire que la classe politique suédoise est un peu plus au courant des réalités que la nôtre.

2. La Suède a encore 150 avions de combat, ce qui n'empêche pas un général suédois de juger dérisoire la force militaire du pays. Les Suisses se battent comme des chiffonniers pour 22 appareils!

Tout ira bien sans Gripen, affirme-t-on, sans que personne ne cille devant l'absurdité de ces prédictions infaillibles...

En réalité, le 18 mai la Suisse pourrait commettre une erreur historique.

Commentaires

Allons allons,
La Suède a 150 avions. Pour être honnête, vous devriez reconnaître que son espace aérien est autrement plus important que celui de la Suisse. Rien que pour la surveillance de son espace maritime.

Cela dit, il est en effet nécessaire, à terme, de remplacer les tigers. (VOus voyez, pour une fois on est en accord).
Je dirai même plus, la police du ciel est indispensable et doit être assurée.
Elle devrait l'être 24/24 d'ailleurs. Mais bon, votre ministre a d'autres priorités que la cohérence à ce sujet. Passons.
Le problème majeur qui me ferait pencher pour le non, c'est que la doctrine militaire n'est de loin pas au point, pas aboutie et peu adaptée à la réalité.
En cela, notre état-major n'a pas été capable de penser une doctrine nouvelle, basée sur des réalités pragmatiques et modernes.
En cas d'invasion, hautement improbable, nous ne saurions nous défendre durablement. Notre armée, serait contrainte de faire de la résistance de harcèlement. De la guérilla quoi.
Dans ce contexte, pourquoi conserver des troupes qui seront inutiles? Il serait bien plus utile de former des unités capables de mener le plus efficacement possible ce genre d'actions. Pour dire à nos potentiels ennemis: "ok, si vous voulez venir chez nous, vous le pourrez. Si vous voulez partir, vous le pourrez aussi. Mais entre-temps, vous allez vivre l'enfer."
Et en parallèle, améliorer la cyberdéfense et l'action anti-terroristes.
Poser une reflexion moderne, réfléchie et intelligente. Nous aurions une vraie défense, en corrélation avec nos capacités, qui obtiendrait un réelle soutien de la population. Dans ce genre de contexte, la couverture aérienne devra être assurée, par un avion à l'électronique de pointe.
Et dans ce contexte, le gripen serait excellent.
Mais si c'est juste pour "remplacer les vieux", sans autre réflexion, et leur donner un job peu défini et non about, cela ne vaut pas l'argent engagé.

Écrit par : lefredo1978 | 07 mai 2014

Lefredo@ Là, franchement, vous touchez le fond. Vous avez l'excuse de ne pas passer votre temps à réfléchir à des questions stratégiques, ce qui est mon cas aussi. Mais le but de l'armée suisse, c'est la dissuasion. On veut coûter trop cher, et quoi qu'en disent les gros malhonnêtes bien pourris genre Thierry Meury dans la Soupe - l'agence...- du w-e passé, cela a très bien fonctionné en 1940. Allez demander aux Français comment c'était, l'Occupation allemande, ils vous répondront mieux que moi.
Il n'y a aucune raison d'être pessimiste sur le futur militaire de la Suisse, à condition de lui en donner les moyens. Et tout le monde sans exception sait qu'une armée sans aviation n'existe pas longtemps. Regardez les guerres israélo-arabes...
Quant à cette certitude de ne jamais rien risquer sur le plan militaire : les Américains ont bombardé Belgrade, mené une expédition de pirates en Irak, ils s'apprêtent à attaquer la Russie et à mon avis ils ont certainement envisagé de bombarder Berne si la Suisse ne livrait pas les clients américains d'UBS. Les Américains n'ont pas d'amis, ils n'ont que des intérêts. La technique que vous préconisez, les Irakiens l'ont utilisée. Les Américains ont perdu des milliers de soldats : à leurs yeux, des connards de prolos dont ils n'ont en fait rien à foutre.

Et combien d'experts en géopolitique ont prédit la guerre des Malouines ? Tout est (malheureusement) possible...
If something can go wrong, it will. Et c'est Murphy, un américain, qui nous le dit.

Écrit par : Géo | 07 mai 2014

Parce que vous croyez très sérieusement que l'aviation Russe aurait bombardé des sites suédois ou des bases de l'OTAN ????

Non, mais... vous prenez vraiment tout le monde pour des crétins !

Observez la situation actuelle: La Russie reprend la Crimée (après consultation de la population) et l'OTAN et l'UE sont prêts à lui déclarer une 3e guerre mondiale... Franchement, n'avez rien trouvé d'autre que de copier/coller les arguments des cinglés de la mouvance fauconnière bigote et puante de l'extrême droite républicaine américaine. DJ et ses acolytes vont vous baiser les pieds !

Écrit par : petard | 08 mai 2014

@pétard: je pense que c'est un petit peu plus compliqué que cela.

L'idée russe était, selon moi, de franchir l'espace aérien suédois en force pour voir quelle opposition interviendrait et au bout de combien de temps. Qu'auraient pu faire deux Gripen de garde face à une escadre de deux bombardiers et quatre chasseurs? L'opération visait visiblement à tester la réponse aérienne suédoise de deuxième niveau (quand les forces d'alerte standard ne suffisent pas).

En ne voyant rien venir _du tout_, le QG russe a dû bien rigoler.

Ce genre d’opération est un moyen extrêmement efficace pour se faire une image exacte de la capacité militaire et de la détermination d’un pays donné.

Alors non, l'opération russe ne visait pas à bombarder Stokholm, mais à évaluer de façon réaliste l'état des capacités militaires aériennes suédoises. L'opération a réussi au-delà de toute espérance. Même si la Suède rectifie le cap - ce qui n'est pas encore acquis - il faudra des années avant que son armée de l'air ne redevienne crédible.

Le but de ces opérations de renseignement est de permettre à l'Etat-major d'un pays, ici la Russie, de se faire une idée précise des forces de ses adversaires potentiels afin de mettre clairement les différentes options sur la table pour les décisionnaires politiques.

Par exemple, Vladimir Poutine ne se serait peut-être pas permis d'agir comme il l'a fait en Crimée s'ils avait vu en face des pays amis de l'Ukraine militairement affûtés et vigilants.

Écrit par : Stéphane Montabert | 08 mai 2014

@Géo
Non mais arrêtez avec le mythe de l'armée suisse dissuasive en 39-40. Ca n'en reste un que dans l'esprit d'idiots. Ce n'est pas pour ces raisons que nous avons été "épargnés".

Notre état-major réfléchit en guerre chars contre chars, avions contre avions. cela n'a plus rien de réel.
Si l'on devait être attaqué par un voisin, nos aérodromes seraient détruits par des missiles et de l'artillerie, contre lesquels nous ne pouvons pas grand chose.
Pas besoin d'être un génie pour s'en rendre compte et le savoir.
Il faut changer d'hypothèse de réflexion de base. Ce n'est pas une réflexion contre l'armée, au contraire, mais contre son fonctionnement et sa direction actuels.
Je touche le fond? Mais c'est vous qui êtes à coté de la plaque.
Vous souhaiteriez que la Suisse adopte une forme de conscription à la Corée du Nord, pour avoir quelques centaines de milliers de soldats à opposer en tout temps à nos voisins? Avec un budget qui part principalement la dedans? Parce que c'est la seule solution pour garantir, dans l'esprit de ceux qui s'imagine, encore, que la Suisse est en danger d'invasion, la souveraineté en toutes circonstances.
Sinon c'est peine perdue. On peut fantasmer tant que l'on veut, ou aborder le problème d'une manière réfléchie et réaliste.
Il s'agit tout de même de quelques milliards de francs de budget. C'est un peu dommage de les gaspiller en un système qui ne donne pas satisfaction et qui n'est pas adapté. On pourrait faire beaucoup mieux avec ce budget.

Ah oui...si vous voyez les américains décoller de leur base en Italie pour survoler notre espace aérien comme les Russes l'ont fait en Suède, il faudrait avoir des avions en vol en tout temps pour avoir seulement le temps de les approcher. Et encore, entre 8h et midi et entre 13h et 17h. Sinon c'est peine perdue. Encore une fois, la réalité est assez cruelle avec les fantasmes des militaro-bornés.

Écrit par : lefredo1978 | 08 mai 2014

@lefredo1978: "Non mais arrêtez avec le mythe de l'armée suisse dissuasive en 39-40. Ca n'en reste un que dans l'esprit d'idiots. Ce n'est pas pour ces raisons que nous avons été "épargnés"."

Si vos sources sont les romans de Jean Ziegler, certainement pas en effet. Mais si vous consultez des ouvrages historiques, c'est pourtant le cas.

Je vous le concède volontiers, cette guerre-là appartient au passé. Mais si de nouvelles menaces s'ajoutent, les anciennes ne disparaissent pas pour autant. On aurait tort de croire que la votation du 18 mai dote l'armée suisse d'une composante aérienne décente ; comme je m'efforce de le rappeler, les 22 Gripen de la Suisse ne sont qu'un ersatz d'armée de l'air pour des missions de temps de paix. Pour une armée de guerre il faudrait probablement une centaine d'appareils au minimum. Donc bon gré ou mal gré l'armée suisse a intégré l'aspect minimaliste de son équipement futur...

Et comme le fait remarquer un internaute par ailleurs, si les gauchistes sont tellement à cheval sur la dangerosité des "nouvelles menaces" et la nécessité de moyens conséquents pour y faire face, ils veilleront certainement à ce que les 300 millions annuels dévolus à l'achat du Gripen restent dans le giron de l'armée si le Non l'emporte le 18 mai, n'est-ce pas? Car le vote concerne l'utilisation de ce fonds, mais son existence est du ressort du Parlement.

Sinon, ils ne seraient que de gros hypocrites prêts à dire n'importe quoi juste pour couper dans l'équipement de l'armée et ensuite dans ses moyens.

En cas de victoire du Non on observera donc la réaction post-scrutin de la gauche avec beaucoup d'intérêt.

Écrit par : Stéphane Montabert | 08 mai 2014

lefredo@ Vous vous doutez bien qu'on ne va pas régler notre désaccord avec des commentaires sur ce blog. Je ne suis pas crédible à vos yeux et vous ne l'êtes pas aux miens. Il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'un vote non pas pour ou contre l'armée, mais pour ou contre la Suisse. Sans aviation et donc sans armée, les Suisses de gauche, 26% et les Suisses de papier, 26%, auront eu le dessus sur ceux qui pensaient que cette confédération valait la peine pour autre chose qu'usine à pognon pour profiteurs français et allemands ou italiens, qui prétendent après coup que la Suisse, c'est eux qui l'ont construite. C'est en partie vrai, mais les immeubles qu'ils ont construits, c'est d'abord pour eux. Sur notre sol...
A partir de là, si le peuple refuse une mise à jour de l'aviation et donc provoque une obsolescence de l'armée, je recommanderais aux citoyens de refuser de servir plus longtemps dans les rangs de cette armée devenue bidon. C'est non seulement une perte de temps, mais c'est une tromperie criminelle. Ou une armée est nécessaire et donc on s'arrange pour qu'elle soit fonctionnelle, ou elle ne sert à rien et on en tire les conséquences, et on n'expose pas les soldats suisses au sort des misérables soldats arabes privés d'aviation et promis à une mort certaine comme lors des conflits de la guerre des six jours ou de Yom Kippour. Donc pas de Gripen = objection générale. Et d'ailleurs c'est bien le but du GssA, non ?

Écrit par : Géo | 08 mai 2014

@Géo: vous avez tort, si l'armée s'étiole encore le droit de détenir des armes - déjà moribond - sera la prochaine cible sur la liste.

L'objectif général et historique de la gauche n'est pas tant d'abolir l'armée que d'affaiblir toute capacité de résistance du pays, qu'il s'agisse des infrastructures ou des citoyens. Le syndicalisme marxiste occidental visait par exemple moins la défense des ouvriers que la neutralisation de tout le pays grâce à des "grèves générales" opportunes sur des secteurs clés (transport, énergie).

Ce sont de vieilles directives reçues de Moscou à l'époque de la guerre froide, non pour la paix, mais pour préparer le pays à une capitulation face à l'armée rouge.

L'époque a changé mais le mode de pensée reste le même: il s'agit de capituler, même si on ne sait pas encore très bien face à qui aujourd'hui. Bah, on trouvera bien.

Écrit par : Stéphane Montabert | 08 mai 2014

Si la Russie, et elle ne le fera jamais, intérêts économiques obligent…. décide de "réaliser" les fantasmes des extrémistes de droite et attaque l'Europe, elle ne se rendrait même pas compte que la suisse, ce ridicule et minuscule état lilliputien existe!

Elle prendrait en compte l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Autriche, mais l'insignifiante suisse serait éclatée et intégrée dans ces manœuvres à l'encontre des pays précités.

La suisse et son armée est aussi grotesque que les 3 appenzellois qui refusent obstinément de vendre la recette de leur (médiocre) fromage à cet insistant allemand.

Écrit par : Das Kapital | 08 mai 2014

@Géo
Vous vous rendrez compte que nous ne sommes pas tellement en désaccord quant à notre armée.
Vous prétendez qu'il faut voter oui, car sinon, sans suffisamment d'avions, ce ne sera plus réellement une armée. Et je suis d'accord avec vous.
Cependant, je trouve que son fonctionnement actuel est une catastrophe et que c'est en partie pour cela que les gens ne croient pas les arguments des pro-grippen.
Notre armée est mal dirigée, mal gérée et sans vision. C'est la responsabilité de l'état major qui ne sait pas voir les évolutions de monde. Ils sont restés dans une appréciation binaire de la situation. Et avec des lunettes de guerre froide ou pas loin.
En cela, ils méritent une claque, qui serait salutaire. Enfin il faut l'espérer.
Actuellement, elle veut encore faire un peu de tout, surtout comme durant la guerre froide, pas assez et pas bien. Pourquoi?
Pour l'égo de quelques chefs?
Ou est la remise en question des objectifs et la réorganisation nécessaire?
Je ne suis pas contre l'armée, au contraire. Je la trouve nécessaire. Mais elle doit être organisée pour faire face avec réalisme aux menaces actuelles et présenter la meilleure dissuasion. Et ce n'est pas 54 avions et quelques chars qui seront une dissuasion pour une puissance souhaitant s'en prendre à nous.
Le problème avec les militaires et les politiques qui chapeautent cela, c'est qu'ils se sont crus légitimés à continuer comme ils le font depuis longtemps parce que les suisses ont refusé la dernière initiative contre l'armée. C'est une erreur regrettable et montre, si besoin était, qu'ils sont dans leur bulle.

@S. Montabert
Je ne lis pas Ziegler, il m'énerve au plus haut point. Mais des références qui montrent que ce n'est pas à cause de l'armée que la Suisse n'a pas été envahie sont bien nombreuses. Le présenter comme seule raison est un fantasme des conservateurs suisses. Si être honnête veut dire que l'on est un gauchiste sur ce sujet, alors je suis un gauchiste.

Et arrêtez avec les conneries de la gauche communiste etc... Surtout de la part d'un français. Les communistes ont été les premiers résistants français en 39-45. Et des vrais, pas comme la majorité des autres, résistants de 45. Alors le couplet sur la gauche capitulatrice, il n'est vraiment basé sur rien.
Mais vous parliez vous-même de passé, laissons le où il est et passons à autre chose.
Que je sache, vous ne pouvez reprocher à la gauche d'avoir eu des CF au département militaire les plus mauvais des CF depuis des lustres. Je ne crois pas que l'on puisse reprocher à la gauche la direction de l'état-major de notre armée d'une manière aussi mauvaise (haut gradé de gauche, faut le chercher hein??!!). Comme vous ne pouvez reprocher à la gauche de décider de la politique seule du pays. Ou alors il faut que vous donniez votre définition de la gauche.
C'est un peu facile de reprocher aux autres les errements de ses propres amis...
Et si, je dis bien si, l'achat n'est pas validé, ca sera en grande partie à cause de Maurer, dont la campagne et la communication est la plus mauvaise que j'aies en souvenir.

Écrit par : lefredo1978 | 09 mai 2014

@lefredo1978: "Les communistes ont été les premiers résistants français en 39-45. Et des vrais, pas comme la majorité des autres, résistants de 45."

Suivant la cordialité instaurée par le pacte germano-soviétique, les communistes français ont été les meilleurs alliés des nazis dans la France occupée jusqu'à la rupture dudit pacte. Alors, et alors seulement, les communistes français sont devenus des résistants.

Sérieusement, vous devriez ouvrir un livre d'histoire de temps en temps, ça vous ferait du bien.

Enfin, je rappelle que le gouvernement et la majorité parlementaire soutiennent le Gripen. Ramener toute cette campagne à la seule personne de M. Maurer est une simplification malhonnête.

Écrit par : Stéphane Montabert | 09 mai 2014

«les 22 Gripen de la Suisse ne sont qu'un ersatz d'armée de l'air pour des missions de temps de paix. Pour une armée de guerre il faudrait probablement une centaine d'appareils au minimum.»

Et moi che groyais que z'était le dwat de la z'wisse, de nodre maisson... bas zeulement le chouet du bedit Tavid gontre le cros Goliade...

... ah ! et pis on fait comment pour pourchasser un ULM qui vole à 70 m d'altitude, piloté par un mollah "chiardiste t'ose pas" et qui transporte 20 kg de TNT.... et qui veut aller s'éclater contre la baie vitrée de la Schweizerische Bundesbank....

Écrit par : petard | 09 mai 2014

«L'époque a changé mais le mode de pensée reste le même: il s'agit de capituler, même si on ne sait pas encore très bien face à qui aujourd'hui. Bah, on trouvera bien.»

Ben, là, chapeau ! je pense que c'est le truc le plus clairvoyant que j'ai lu sur ces blogs.

... mais face à qui ? On a quand-même la réponse depuis un bout de temps.

Écrit par : petard | 09 mai 2014

lefredo@ Effectivement, on est assez d'accord. Mais pas sur les Gripen. Il y a eu une très grossière erreur de notre état-major, mais c'était à propos des Leopard.
Ce genre de chars est adapté à la guerre du golfe I et II, contre un adversaire sous-équipé...mais absolument pas en Suisse. Ils auraient dû acheter des hélicoptères de combat à la place, c'est une évidence pour n 'importe quel bêta qui s'intéresse même de loin à la question (comme moi par exemple...).
Le gros bêta que je suis en matière militaire (simple soldat, dans les troupes de montagne, c'est vous dire si on ne voit pas le puck...) voit cependant que dans le choix des avions proposé, le Gripen est le plus adapté à la Suisse. Sachant, pour répondre à Van Singer par blog interposé, qu'il était parfaitement exclu de se fournir chez les Français, nation la plus hostile envers la Suisse dans le monde. Nos pires ennemis, pour le dire autrement. Et ce n'était pas mieux du temps de sarkozy : je ne fais pas d'anti-socialisme primaire (malgré la tentation...).

PS. Je trouve lamentable de laisser paraître les commentaires débiles de "das Kapital". Ce type est visiblement dérangé et je suis sûr que je ne suis pas le seul à être fatigué de voir que ces blogs servent de vomitorium pour quelques tarés. Cela permet aux journalistes qui se la pètent de montrer à quel point les gens qui participent aux blogs sont nuls. On ne voit plus Kevin Grangier, qui a dû se fatiguer de répondre à ce genre de cinglés...

Écrit par : Géo | 09 mai 2014

@Geo
T'as raison, l'atlantiste et ses acolytes détourés du cornichon ça commence vraiment à fatiguer. Et slalomer entre la crème de la beuse, moi, j'ai abandonné.

Quand c'est qu'on va bouffer ces rebibes à l'Etivaz, ou au-dessus des Plans, le bistrot à côté du jardin botanique ?

Écrit par : petard | 09 mai 2014

Bon, l'atlantiste, il se donne la peine d'avoir son blog à lui, et donc il ne s'agit que de les laisser répéter leurs âneries dans le vide.
Le blog de Kevin Grangier était littéralement infesté par la racaille...

Écrit par : Géo | 09 mai 2014

@S. Montabert
"Suivant la cordialité instaurée par le pacte germano-soviétique, les communistes français ont été les meilleurs alliés des nazis dans la France occupée jusqu'à la rupture dudit pacte. Alors, et alors seulement, les communistes français sont devenus des résistants."

Ah ben donnez vos sources alors, et les honnêtes hein?
Parce que les communistes ont été particulièrement visé par la répression allemande dès 1940, avant l'attaque allemande sur la Russie (1941).
Alors qu'avant cette attaque certains étaient réticents ou hésitants, cela ne fait aucun doute, que le parti ne faisait rien contre les allemands car il prenait ses ordres de moscou qui ne souhaitait pas donner des raisons aux allemands de s'en prendre à eux est également la vérité, mais de là à dire qu'ils ont été les meilleures alliés des allemands, c'est un peu du foutage de gueule.
Je crois que des 2, c'est peut être bien vous qui devriez ouvrir un livre d'histoire, un vrai, et d'en faire part avec honnêteté.

[Stéphane Montabert: Ok, vous l'aurez voulu, vous aurez droit à un billet sur le sujet. Il ne faudra pas venir pleurer.]

@Géo
Je suis d'accord pour les léopards et les hélicoptères de combat...à 100%.
Et cela cadrerait même plutôt bien avec mon sentiment que notre armée doit être orientée vers le harcèlement et non le combat frontal.

Je suis également d'accord que les gripens constituent le choix le plus pertinent pour la Suisse.
Et j'assume ma position de celui qui penche pour le "non", pas parce que je suis contre cet achat en tant que tel, mais parce qu'il intervient dans un contexte mal défini et trop flottant.

Écrit par : lefredo1978 | 09 mai 2014

Ce qu'il y a de sûr, c'est que si cela se passe comme je le crains, une victoire des bobos et des imbéciles, il faudra que ça saigne. Va y avoir des comptes à régler avec quelques chefs de parti.

- Christophe Levrat, lui, est dans son rôle. C'est sous sa direction que le PS a inscrit dans son programme la suppression de l'armée. Il faudra bien que les citoyens suisses se collent cette vérité-là bien profond. Les socialistes sont des ennemis de la Confédération suisse et veulent se soumettre à l'Empire...

- Philipp Müller, le patron des petits magouilleurs voulait toucher beaucoup de fric des constructeurs de Rafale. Bête et méchant bien sûr, mais surtout complétement pourri. Pourquoi croyez-vous qu'il s'est laissé moucher par Blocher sans réagir ? Cela dit, merci encore à C.Blocher d'avoir révélé cette saloperie...
Le PLR a suivi comme un seul homme, les seules choses qui comptent pour eux, c'est le fric facile et le profit à court terme.
Mais s'ils continuent avec ce chef de parti, ils peuvent aller cultiver des salades dans leur jardin ou apprendre à respirer sous l'eau.

- Le PDC est dirigé par un Valaisan. L'aérodrome de Sion est abandonné par l'armée. Tu touches à mes vignes, je fais couler le navire. Tellement valaisan.
Et dire qu'il y a des gens qui votent pour ce parti en dehors du Valais...
Les PDC peuvent aller cultiver leurs salades. Ils ne savent pas respirer sous l'eau, ils n'en ont jamais vu.

http://www.youtube.com/watch?v=w-8JmG8XqEY

Faut qu' ça saigne
Faut qu' les peaux se fassent tanner
Faut qu' les pieds se fassent paner
Que les têtes aillent mariner
Faut qu' ça saigne

Écrit par : Géo | 09 mai 2014

Les commentaires sont fermés.