15 août 2014

La guerre commence

L'Ukraine affirme avoir détruit une partie d'une colonne de blindés en provenance de Russie:

L'Ukraine affirme que ses troupes ont attaqué et partiellement détruit un convoi armé qui a franchi la frontière depuis le territoire russe.

Les troupes régulières ukrainiennes ont engagé [en combat] les véhicules qui sont arrivés pendant la nuit à travers une section de la frontière tenue par les rebelles, annonça à Kiev Andrei Lysenko, porte-parole des forces militaires du pays, à des journalistes. Les soldats ukrainiens sont toujours sous le feu de l'artillerie, y compris de tirs venus de Russie, dit-il.


Le Guardian britannique avait déjà rapporté la violation de la frontière ukrainienne par des unités militaires russes cette nuit. Un grand bravo à tous les visionnaires qui n'imaginaient pas de sitôt une guerre territoriale sur le continent européen...

Mise à jour (17 août 2014): Et non finalement la vraie guerre ne commence pas. La colonne de blindés russes observée par des journalistes anglais et détruite après de violents combats semble s'être purement et simplement volatilisée - des médias en tous cas. Même Zerohedge en perd son latin.

Il est vrai qu'il n'est dans l'intérêt de personne que le conflit ne s'embrase. Ni la Russie, qui souhaite garder l'apparence de la moralité après avoir annexé la Crimée, ni l'Ukraine, qui n'a certainement pas les moyens de s'opposer à une offensive russe de grande ampleur.

Nous sommes toujours dans la drôle de guerre. Mais les nombreux morts sont, eux, bien réels.

Commentaires

La guerre a déjà commencé depuis longtemps. La seule nouveauté, avec cette colonne militaire russe qui a pénétré en Ukraine, c'est qu'un journaliste occidental, Roland Oliphant du Daily Telegraph de Londres, l'a vue de ses yeux franchir la frontière.

https://twitter.com/RolandOliphant

Mais de nombreuses colonnes de véhicules militaires sont déjà passées de Russie en Ukraine au cours des mois précédents.

L'autre nouveauté est que cette énième agression militaire russe a coïncidé avec l'approche, au même endroit, d'un convoi humanitaire géant de 270 camions envoyé par Moscou -- humanitaire, en principe : c'est le Kremlin qui le dit. En réalité, il s'agit de camions militaires hâtivement repeints en blanc, et conduits par des hommes qui sont visiblement des soldats. Kiev est donc fort justement réticent à le laisser pénétrer sur son territoire.

On voit ici le caractère extraordinairement pervers de Vladimir Poutine, l'ancien du KGB, le spécialiste des coups tordus, des mensonges effrontés et de la propagande à outrance. Organiser un convoi prétendument humanitaire (mais arborant des drapeaux aux armoiries de l'aigle russe...), faire pression sur l'Ukraine pour l'obliger à laisser entrer ce convoi, et simultanément forcer le passage, sur la même route, à l'aide d'une colonne de blindés qui ne prennent même pas la peine d'éteindre leurs phares la nuit, c'est tout à fait typique des méthodes du personnage.

Il ne manque pas de chefs d'Etat tyranniques et brutaux sur la planète, mais celui-là mérite une mention spéciale pour la façon dont il ment, sans le moins du monde chercher à se dissimuler, et pour la façon avec laquelle il cherche des méthodes toujours plus raffinées pour manipuler l'opinion publique et démontrer son cynisme.

Rappelez-vous ses innombrables dénégations quant à l'intervention militaire russe en Crimée, suivies de son aveu non sollicité et désinvolte : bah, bien sûr que l'armée russe est intervenue en Crimée !... Dans la même déclaration, il prétendait dur comme fer, à rebours de toute vraisemblance, que la Russie n'avait pas pénétré en Ukraine continentale...

Tout se passe comme s'il prenait plaisir à forger des mensonges dont il sait pertinemment que personne (sauf les naïfs et les vendus) ne peut les croire. Plus il ment ouvertement à la face des gens, plus ça le fait bicher.

Comment peut-on faire confiance à un tel dirigeant ? Il y a un siècle, déjà, un diplomate britannique de haut rang expliquait qu'il était impossible de négocier avec les Russes, parce qu'ils mentaient tout le temps.

En somme, Poutine aurait raison : il représenterait bel et bien la Russie éternelle.

Écrit par : Robert Marchenoir | 16 août 2014

Autre signe que le prétendu convoi humanitaire russe est un coup tordu : selon un correspondant de la BBC, plusieurs des camions sont presque vides :

http://www.bbc.com/news/world-europe-28799627

Ce témoignage oculaire est à rapprocher des chiffres annoncés par Moscou et par Kiev pour leurs convois humanitaires respectifs en direction du Donbass : le convoi ukrainien comporte beaucoup moins de camions que le convoi russe, mais en proportion, il transporte un tonnage de produits beaucoup plus important.

Cela ne peut être dû à la capacité respective des camions : on voit aisément, sur les différentes images publiées, que les véhicules russes sont très longs. De toutes façons, le nombre extravagant des camions envoyés par Moscou (262) est à lui seul un signe d'enfumage.

Tout cela sent très fort la mise en scène médiatique, la manipulation et le mensonge.

Écrit par : Robert Marchenoir | 16 août 2014

" Un grand bravo à tous les visionnaires qui n'imaginaient pas de sitôt une guerre territoriale sur le continent européen... "

Un grand bravo à qui? j'imagine à tous ceux qui parlent de l'armée suisse comme d'une armée de grand-papa avec ses chars d'assauts et ses canons d'artillerie, se armes anti-chars etc...? Où encore ceux qui sont absolument certain que l'aviation militaire en Suisse ne sert à rien? Surement ceux qui sont persuadé que la guerre actuelles se fait essentiellement avec de soldats derrière un écran d'ordinateur?

Merci Montabert pour votre blog qui a souvent démontré qu'une armée en Suisse bien équipée en matériel conventionnel est loin d'être une absurdité. L'actualité nous le démontre de jour en jour.

D.J

Écrit par : D.J | 16 août 2014

twitter, bloomberg, bbc...

pas de photos?

un peu comme pour le MH17, quoi.

pipeau.

Écrit par : Keren Dispa | 17 août 2014

Keren : bien sûr qu'il y a des photos. Il y en a même beaucoup plus qu'il n'y en eut jamais dans aucun conflit, grâce à Internet. Cherchez un peu, si votre objectif est de vous informer sincèrement, et vous trouverez.

En revanche, si votre but est de confirmer vos préjugés (ou si vous faites partie de l'armée de trolls recrutés par Moscou pour sa propagande), vous êtes libre en effet de considérer que la Voix de la Russie est plus fiable que la BBC, que Bloomberg n'est pas une source d'information crédible, et que la présence d'une information sur Twitter la discrédite.

http://www.thetimes.co.uk/tto/news/world/asia/article3891720.ece

http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/may/04/pro-russia-trolls-ukraine-guardian-online

Dénigrer Twitter comme vous le faites, c'est se ridiculiser en prétendant qu'une information ne serait pas fiable sous prétexte que le téléphone aurait été utilisé pour la transmettre, plutôt que la gravure sur marbre.

Tout le monde utilise Twitter... y compris Poutine !

https://twitter.com/PutinRF_Eng

Comme dit le penseur libéral américain Thomas Sowell, la pensée semble être devenue quelque chose de dépassé.

http://www.creators.com/conservative/thomas-sowell/is-thinking-obsolete-3d75af14e7.html

http://townhall.com/columnists/thomassowell/2013/05/01/is-thinking-obsolete-n1581910/page/full

J'attire votre attention sur deux passages de ces tribunes : celui où Thomas Sowell dit du bien de la Suisse, et celui où il fustige l'idéologie anti-raciste. Comme on le voit sur sa photo, Thomas Sowell est noir.

Écrit par : Robert Marchenoir | 17 août 2014

Les commentaires sont fermés.