25 novembre 2014

Dernière ligne droite pour Ecopop

A peu près tout ce que la Suisse compte de corps constitués est vent debout contre Ecopop - le patronat, les syndicats, les médias, tous les partis politiques, les élus, le gouvernement, et j'en oublie peut-être - mais tel le roseau qui plie mais ne rompt pas, l'initiative refuse de se laisser enterrer dans les sondages...

Il faut dire que l'initiative a pour elle un allié de poids: la réalité.

ecopop.jpgCertes, la réalité est bien malmenée ces temps-ci - par ceux-là même qui sont sensés en rendre compte, c'est-à-dire les médias. Pas un jour ne passe sans qu'un ponte ne vienne pleurer dans les pages d'un journal les malheurs d'une Suisse refermée sur elle-même. Parce qu'un pays avec plus de 23% de population étrangère sur son sol, record européen hors Luxembourg, est visiblement un lieu fermé et hostile aux étrangers, comprenez-vous! Et selon d'autres modes de calcul, on pouvait même arriver à 33% d'étrangers... En 2001 déjà!

Mais la Suisse doit rester un pays ouvert - aux quatre vents, sans portes ni fenêtres. Avec la subtilité d'un boxeur poids-lourds, le message est cogné dans les esprits. La réalité, toujours elle, fait malgré tout son chemin jusque dans ces mêmes médias, comme si le filtre était imparfait et laissait passer quelques gouttes. Il faut juste parvenir à saisir l'instant dans le flot d'inepties.

Pareil sursaut de réel eut lieu en 2013 dans le 24Heures, répétant une étude révélée par le Tages Anzeiger sur la pression exercée sur les salaires du secteur tertiaire. L'étude provenait bien de l'Université de Genève mais il fallait qu'elle soit publiée dans la presse alémanique pour que les rédactions romandes en fassent finalement l'écho... Le titre de l'article? "La libre circulation a bel et bien fait des perdants". Oups.

votation du 30 novembre 2014,ecopop

Comme on voit, quiconque avec moins de trente-et-un ans d'expérience a souffert entre 2004 et 2010 de la libre-circulation. Les rares personnes à en avoir profité sont proches de la retraite, et probablement dans des positions hiérarchiques élevées. À noter que des économistes de l'Université de Berne étaient également arrivés aux mêmes conclusions en étudiant cette fois-ci les rémunérations de Suisses très qualifiés entre 2002 et 2008.

On pourrait aussi citer un article récent du Matin: la Suisse est un eldorado pour les travailleurs étrangers. À mettre sous le nez de tous les crédules qui sont persuadés que le vote du 9 février a fermé les frontières, alors qu'il n'y a pas le moindre début d’ersatz de mise en œuvre de l'initiative contre l'immigration de masse! (Révélation choquante: il n'y en aura jamais.)

Malgré le site web des adversaires d'Ecopop n'hésitant pas à employer un champ lexical connoté ("arbitraire", "radicale", "drastique", "relents de Malthusianisme") le principal argument en faveur d'Ecopop est malheureusement formulé par... Le Conseil Fédéral lui-même.

Pas celui de 2014, pro-UE, pro-multiculturalisme, pro-immigration, et sourd à la démocratie directe, mais celui du tournant des années 2000 qui était pro-UE, pro-multiculturalisme,  pro-immigration et tout aussi sourd à la démocratie directe... Comment? Confus? Comme vous y allez! Pourtant, l'argumentation de l'époque n'a pas disparu:

"Le Conseil fédéral [de l'an 2000] dispose désormais du travail de Thomas Straubhaar, économiste bernois, où il est clairement démontré que l'émigration des Européens en Suisse n'excéderait pas les 10 000 personnes par an et qu'elle serait le fait de personnes qualifiées. (...) Il ressort de réflexions de plausibilité que la limite supérieure du potentiel d’immigration (net) se situe autour de 10’000 ressortissants de l’UE par an. Il est toutefois plus probable que ce chiffre se situe en dessous de 8’000 (net signifie immigrations moins retours)"


Cet argumentaire fut repris jusque dans le matériel de campagne utilisé pour diluer les frontières de la Suisse dans l'espace Schengen et la libre-circulation des personnes, que le peuple approuva béatement.

Ecopop est traitée de tous les noms pour proposer une immigration nette pourtant le double de ce que le Conseil Fédéral prévoyait lui-même il y a une dizaine d'années!

Sans doute le Conseil Fédéral du passé était-il lui-même "extrême et radical" - à moins que toutes ces postures politiciennes ne soient que de la pure mauvaise foi, l'essentiel étant de préserver l'alliance impie entre la droite et la gauche. Tant pis pour les apparences et les batailles de chiffres, l'intérêt de deux castes doit prévaloir: l'immigration est à la fois l'armée de réserve du capital et le réservoir électoral de la gauche.

Nous sommes à quelques jours du verdict des urnes. Les citoyens ont déjà commencé à voter. Ecopop concerne bien plus que la simple gestion de l'immigration - c'est une ode à l'indépendance d'esprit, à la capacité du peuple souverain de prendre ses décisions à l'écart des pressions des élites, à rester maître de son destin dans une Suisse promise à la dilution.

Ecopop est un (ultime?) acte de résistance.

L'initiative passera-t-elle la rampe? Tout dépend où vous regardez. Si vous examinez les sondages officiels, on vous dira que l'initiative s'apprête à être assez sèchement rejetée. Si vous examinez les commentaires des lecteurs de toutes les publications des journaux ayant trait à Ecopop, la proportion de commentaires pro-Ecopop écrase les autres.

Le trait est encore plus marqué lorsque les internautes de passage peuvent voter pour ou contre les commentaires, comme sur Le Matin ou 20 Minutes ; on voit carrément une proportion de trois ou quatre contre un entre ceux qui sont en faveur de l'initiative et ceux qui lui sont opposés.

votation du 30 novembre 2014,ecopop
Un commentaire pro-Ecopop pris au hasard sur le site du Matin

Comment peut-il y avoir un tel décalage entre les sondages et ce que montre le Web? Je ne parviens pas à l'expliquer. Je ne vois aucune raison pour laquelle les pro-Ecopop, sensés être minoritaires, seraient plus nombreux ou plus motivés à faire connaître leur point de vue à autrui - ni pourquoi ils voteraient massivement et anonymement sur des contributions allant dans leur sens. Il n'y a pas plus de raison que les pro-Ecopop se recrutent en majorité parmi le lectorat en ligne de ces publications plutôt que dans la presse papier.

J'accueillerai avec plaisir toute explication vraisemblable, mais en réalité, je pense que nous sommes face à un mystère. Un mystère que je ne peux m'empêcher de trouver porteur d'une sourde menace, avec un enjeu aussi élevé.

Nous en saurons davantage le soir du 30 novembre.

Commentaires

"Comment peut-il y avoir un tel décalage entre les sondages et ce que montre le Web? Je ne parviens pas à l'expliquer."
La peur. Le matraquage anti-Ecopop est énorme et est fait pour fiche la trouille. A tout hasard, allez sur le blog de Hélène Richard-Favre sur la TdG, lisez quelques lignes du livre signalé par ANNA, vous m'en direz des nouvelles...

Écrit par : Géo | 25 novembre 2014

Correction : il s'agit du commentaire de "Marasine". Voici le lien :
http://diamantageperlant.blog4ever.com/la-ponerologie-une-science-du-mal

Écrit par : Géo | 25 novembre 2014

«Il faut dire que l'initiative a pour elle un allié de poids: la réalité.»

... et le "BON SENS"... si encore que ça veut dire "quèque" chose !

Écrit par : petard | 25 novembre 2014

petard@ Les thèses du livre cité plus haut parlent justement de ça...
A force de voir des juges chouchouter des criminels et se moquer des victimes, difficile de ne pas se poser des questions plus en profondeur...

Écrit par : Géo | 26 novembre 2014

@Géo

"Comment peut-il y avoir un tel décalage entre les sondages et ce que montre le Web? Je ne parviens pas à l'expliquer."

Il semble que les ficelles de la lobotomisation sont devenues un peu trop grosses...

Écrit par : petard | 27 novembre 2014

C'est simple: les gens comme vous qui gèrent les blogs filtrent les commentaires contre Ecopop :) D'ailleurs, je remarque que vous êtes un produit de l'immigration comme moi... d'où venez-vous? France? Algérie? Maroc? Vous avez l'air un peu marocain. Bonne journée

Écrit par : Chiara | 27 novembre 2014

@Chiara: je suis Français d'origine.

Quant au reste de votre contribution, vous faites erreur: je parle des commentaires des articles de journaux, pas de modestes blogs comme le mien.

Deuxième erreur, la modération n'a rien à voir avec cela puisque tout porte à croire qu'elle est au contraire gérée par des sociétés étrangères, lesquelles font faire le boulot par des employés off-shore dans le même créneau horaire... C'est-à-dire des pays du Maghreb. Et pour résumer:
http://ripostelaique.com/les-commentaires-des-medias-francais-sont-moderes-par-des-musulmans.html

Enfin, troisième erreur, même en cas de filtrage des commentaires anti-Ecopop (ce qui reste à démontrer!) rien n'empêche les gens de "voter" (pouces en haut ou en bas) comme ils l'entendent sur les commentaires publiés. Dans ce cas-là, nous verrions les commentaires pro-Ecopop massivement rejetés par les lecteurs de passage - et c'est exactement le contraire qui se produit.

Expliquez-moi d'ailleurs pourquoi les commentaires anti-Ecopop seraient écartés alors que les médias sont massivement contre cette initiative? Si vos commentaires sont rejetés, il faudrait peut-être chercher d'autres explications...

Écrit par : Stéphane Montabert | 27 novembre 2014

Hmmm, même pas un grand parent venu d'ailleurs? ;)
C'est vrai que vous me parlez de la modération des commentaires des articles en France, alors que nous sommes en Suisse... Aussi, de quels médias vous parlez? Parce que dans certains médias suisses j'ai vu des portraits de gens pour également.
À part cela, tout est spéculation dans cette histoire de commentaires et vous le savez très bien. On peut y passer des heures, c'est un peu comme dire "je me demande pourquoi le bus ce matin était en retard alors que tout le monde me dit que normalement il est à l'heure. Peut-être que c'est une exception ou peut-être que la raison est à rechercher ailleurs... Peut-être que les extraterrestres sont parmi nous..." Ce que je sais, c'est que vous et moi, nous sommes des immigrés. Là, désolée, mais j'ai vraiment du travail à faire. Bonne journée et merci de m'avoir répondu, Chiara

Écrit par : Chiara | 27 novembre 2014

@Chiara: maintenant que vous le dites, j'ai peut-être je crois une arrière-grand-mère fribourgeoise... Et qu'est-ce que cela peut faire sur le sujet qui nous occupe??

Le lien cité renvoie à la modération sur des médias français mais je n'ai aucune raison de croire que les médias suisses fassent différemment, la logique économique étant la même des deux côtés de la frontière. Et évidemment il n'est pas question de dire que les commentaires sont unilatéralement pour ou contre Ecopop mais de relever la *popularité* desdits commentaires là où il est possible de la mesurer.

"Ce que je sais, c'est que vous et moi, nous sommes des immigrés."

Et?

Écrit par : Stéphane Montabert | 27 novembre 2014

Le mystère ? : Ecopopo est si vulgaire qu'elle ne mérite aucune contribution quelle qu’elle soit de ceux qui voteront contre...
Il n'y a que les frustrés par une vie qui les a mis au chômage non pas parce qu'ils sont incompétents mais simplement parce qu'ils sont une sale tronche, les mauvais français avec un papier suisse et les vieilles aigries qui ont du temps pour pondre un texte sur cette initiative non seulement vulgaire pour les peuples étrangers mais aussi pour le peuple Suisse.
Votre petit graphique est sublime d’interprétation : il démontre que les patrons, en bleu et à droite sur le graphique (a droit politiquement parlant aussi, vos copains somme tout), ceux qui ont embauché ceux en rouge et à gauche sur le graphique, ont fait baisser les salaires pour augmenter le leur ! Bravo et merci pour la balle dans le pied...

Écrit par : Paolo | 27 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.