18 décembre 2014

Quand Greenpeace détruit le Patrimoine Mondial

Un "attentat" - c'est par ces mots que le ministère de la Culture péruvien a qualifié l'action de Greenpeace, dont des activistes ont pénétré vendredi le site archéologique protégé de Nazca, au sud du pays, et l'ont endommagé. Mais ce n'est pas le genre de nouvelles qui fera les gros titres en Suisse: un entrefilet sur le site d'information continue de la RTS et... C'est tout. Qui oserait ternir la réputation de l'organisation sous nos latitudes?

greenpeace,pérou,patrimoine mondial de l'unesco,nazca
Le géoglyphe du Colibri, avant.

Le site de Nazca au Pérou est mondialement connu pour abriter des géoglyphes, de fameuses figures tracées sur le sol représentant des animaux stylisés ou des formes géométriques, s'étendant sur des centaines de mètres. Les tracés sillonnent le désert sur plus de 500 km2. Créées entre -500 et 500 de notre ère, on suppose qu'elles auraient servi des buts rituels mal connus. Ne pouvant être convenablement contemplées que depuis les airs, les mystérieuses circonstances qui ont donné lieu à leur création ont suscité les hypothèses les plus folles.

Inscrites au Patrimoine Mondial de l'Humanité de l'UNESCO depuis 1994, les grandes figures sont aussi vastes que fragiles ; elles ont été tracées en retirant du sol du désert les cailloux rougeâtres qui le recouvrent pour laisser paraître la couche de sable en-dessous. La conservation de ces traces ne s'explique que par la sécheresse - le désert de Nazca est une des zones les plus arides du monde - et une préservation sans compromis de ces œuvres à l'époque moderne.

greenpeace,pérouPour éviter d'effacer les lignes, l'accès au site est sévèrement réglementé. Les rares visiteurs admis, comme les scientifiques, doivent s'équiper de semelles spéciales, des sortes de raquettes de mousse, pour diminuer la pression que leur poids exerce sur le sol ; le but est d'éviter de bousculer les cailloux ou de chasser le sable mis à jour, ce qui reviendrait à effacer les lignes dans les deux cas.

Des précautions dont Greenpeace n'a eu que faire.

Présente à Lima dans le cadre de la conférence de l'ONU sur le climat réunissant 190 pays, l'organisation a envoyé une équipe d'activistes dans le désert de Nazca avec pour mission de déployer un slogan pour frapper les esprits: "C'est le temps du changement, le futur est renouvelable" ("Time for Change, Future is renewable -- Greenpeace" en version originale)

Sans aucun respect pour le site, agissant sans autorisation, le groupe de 12 à 15 personnes aurait pénétré dans la zone chaussées de bottes et de chaussures de sport. Les images sont sans équivoque:

greenpeace,pérou
Greenpeace détruit l'environnement pour préserver le patrimoine, ou l'inverse, on s'y perd un peu

Ce faisant, les militants ont laissé des traces. Leur cheminement est visible par vue aérienne. Les dégâts les plus importants se trouvent sur la zone où ils installèrent leur slogan ; les marques en sont encore nettement perceptible même une fois les lettres "temporaires" retirées. Beaucoup plus grave, ils ont irrémédiablement endommagé la figure dite "du colibri" en coupant à travers elle pour atteindre la zone qu'ils visaient!

greenpeace,pérou
Une ligne du Colibri après le passage des militants de Greenpeace

L'opération de communication s'est transformée en désastre. Le Pérou, dont le gouvernement était traditionnellement allié à Greenpeace, contemple désormais l'organisation avec horreur. Le directeur exécutif de Greenpeace Kumi Naidoo ira prochainement à Lima pour s'excuser personnellement auprès du gouvernement péruvien mais cela ne suffira pas: celui-ci a décidé de lancer une plainte pénale pour identifier et arrêter les activistes avant qu'ils ne quittent le pays.

Le gouvernement péruvien a clairement annoncé que l'enquête ne s'arrêterait pas aux exécutants mais qu'ils remonteraient aussi haut que nécessaire pour faire la lumière sur les donneurs d'ordre à l'origine de cette opération.

Kumi Naidoo explique que l'organisation fera "tout ce qu'elle peut" pour réparer son erreur ; encore faudrait-il que cela soit possible... Il n'est pas aisé pour Greenpeace de se retrouver tout d'un coup sur la sellette des destructeurs de l'environnement.

Commentaires

Monsieur Montabert en effet ces tartuffes de l'environnement ne reculent devant rien et ceci surtout pour qu'on parle d'eux car finalement c'est leur seul but.
C'est si simple de prendre la nature en otage juste pour voir briller sa bobine
Souvenez vous du ramdam dénonçant le fait que le sable manquait au fond des océans,il aura suffit de quelques plages artificielles au centre de quelques villes pour que tous ces écolos se taisent !le métier de* Ramier *n'existant pas grâce à eux désormais c'est possible
très belles fêtes pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 19 décembre 2014

Ce serait une bonne nouvelle que ces activistes soient enfin poursuivis car ce ne sont finalement que des voyous. Voir le très intéressant livre de Pierre Kohler: Greenpeace, Le vrai visage des guerriers verts.

Écrit par : Zendog | 19 décembre 2014

@Zendog le fondateur du groupe a même intenté un procès au groupe actuel qui selon lui est devenu beaucoup trop politique
C'est aussi ce que reproche Cohn Bendit à la mouvance Verte
Avec le recul on comprend de mieux en mieux ce qui incita la Princesse Diana à quitter le navire des grandes oreilles et de ses légumes bio mais en tout premier pour les animaux
Ce qui est fort intéressant quand on sait qu'au pays de leurs majestés ,les containers débordent de nourriture pour combler le vide des estomacs de la faune sauvage grouillant dans les campagnes British
L'Académie Royale des Sciences a encore de beaux jours devant elle pour inciter les autres pays à faire ce qu'ailleurs rien ne sera jamais fait hormis par devant caméra pour mieux nourrir les peuples d'illusions ce qui était une des qualités premières chez Churchill
Mais une chose est plus que certaine en Suisse on a compris et de plus en plus que le slogan faut protéger la nature n'est qu'un leurre et que Greenpeace a signé sont arrêt de mort en saccageant ce site Incas
Et comme ils sont conscients de n'avoir plus rien à attendre de la part de nombreux donateurs peut-être ont -ils fait exprès dès l'instant ou les caméras fixent sur pellicules leurs exploits ,seul cet instant figé pour l'éternité compte à leurs yeux
Et plus on réfléchit à cette ONG plus on se dit que la maturité d'esprit des membres actuels a de quoi faire rougir de dégout une poubelle

Écrit par : lovsmeralda | 20 décembre 2014

Greenpeace n'est rien d'autre qu'une entreprise louant des mercenaires aux plus riches, il suffit de s'affranchir de quelques millions pour ne pas tomber sous les foudres de cette mafia, ce que Nestlé, Montanto, Sygenta, Proter-gamble et tous ceux qui s'affranchissent annuellement, ainsi ils ne seront jamais la rpoie des "justiciers" à la solde de la morale "monnaie trébuchante" !

Alors que font les mercenaires ?

Comme ils sont à la charge des vrais pollueurs, ils s'attaquent aux plus pauvres, eux incapable de se payer les services de Greenpeace qui ne se gène pas de tuer dès que la situation se tend, ce qui n'est jamais, au grand jamais relayé par aucune presse, de ravager et de salir, ce que font pratiquement toutes les ong, de la corruption privatisée impliquant tous les états !

Un autre exemple de corruption grande échelle, après avoir vendu des centaines de milliers de faux "passeports" octroyant le statut de "réfugiés" à des arabes voulant obtenir des rentes à vie, l'ONU vient de se faire prendre à nouveau la main dans le sac :

La reconstruction de Gaza sapée par la corruption de l'ONU

Enquête exclusive du Guardian: l'ONU au coeur d'un système de contrebande de matériaux de construction

Selon une enquête du Guardian, la lenteur du rythme de reconstruction de Gaza, ravagée après la guerre de 50 jours qui a opposé le Hamas à Israël l'été dernier, est due en grande partie au mécanisme de contrôle de l'ONU, largement corrompu.

Ce mécanisme, conçu par l'envoyé spécial des Nation-Unies, Robert Serry, sert à vérifier que les matériaux de construction entrant dans l'enclave palestinienne ne sont pas détournés par le Hamas à des fins militaires.

Ce contrôle permet l'entrée de matériaux à Gaza depuis Israël, le suivi de leur distribution et de leur utilisation, dans le but de rassurer Jérusalem et la communauté internationale.

L'Etat hébreu craint en effet que le Hamas ne s’accapare ciment et béton pour reconstruire ses tunnels offensifs détruits pendant l'opération Bordure protectrice.
Corruption

Cependant, un certain nombre de responsables onusiens ont fait part de leurs craintes quant à la vulnérabilité de ce mécanisme de contrôle face à la corruption, révèle encore The Guardian.

Selon le système mis en place par l'ONU, chaque foyer palestinien ayant été évalué au préalable se voit remettre un coupon s'il est qualifié pour recevoir des matériaux de construction. Ce coupon lui permet d'acheter une quantité déterminée de béton - ou de ciment - dans des entrepôts surveillés par l'ONU.

Seulement, lors d'une récente visite à Gaza, un journaliste du Guardian a constaté que des marchés de contrebande étaient systématiquement établis devant ces entrepôts contrôlés par l'ONU, où les matériaux étaient revendus jusqu'à quatre fois plus cher.

Ailleurs dans Gaza, The Guardian à entendu dire que des fonctionnaires de l'ONU recevaient des pots de vin pour émettre des coupons offrant la possibilité d'acheter plus de matériaux que nécessaire, dont l’excès pouvait être revendu au marché noir. D'autres encore se feraient payer pour fermer les yeux, rapporte encore The Guardian.

Dans un des plus grands entrepôts de Gaza, le gestionnaire se défend, accusant la complexité du système.

"Nous faisons ce que nous sommes censés faire (...) nous vérifions les coupons et l'identité de ceux qui les présente avant de donner le ciment", déclare Maher Khalil, cité par le Guardian.

"Nous avons averti les inspecteurs de l'ONU, ils sont venus nous voir (...) mais nous ne pouvons pas contrôler ce qu'il se qui se passe à l'intérieur de l'entrepôt", ajoute-t-il.

"Nous vendons le béton 500 shekels (environ 100 euros) la tonne alors que dehors, ils la vendent 1.600 shekels (380 euros)", conclu Khalil.
"L'ONU reproduit le siège israélien"

"C'est une honte ce qui se passe ici", a déclaré l'économiste Omar Shaaban au Guardian.

"Ce mécanisme de reconstruction a reproduit le siège israélien de Gaza, mais cette fois c'est l'ONU qui en est l’instigateur (...) l'ONU échange stabilité contre ciment dont la plupart est vendu sur le marché noir. Israël le sait. Serry sait", raconte encore Shaaban.

"Ce mécanisme est une licence pour corruption, il sert les intérêts des fonctionnaires de l'ONU qui reçoivent de gros salaires et ce qui est le plus absurde c'est que cela n’empêche en rien la reconstruction du Hamas", affirme l'économiste gazaoui.

Écrit par : Corto | 27 décembre 2014

Pardon, Monsieur Kaiser, ancien collabo relâché comme ses amis assassins est décédé dans sa villa de luxe et sa mafia qui a bouffé 120 millions au donateurs suisses pour l'opération "Haïti", pour en définitive, ne construire que 3 baraques en carton via la très renommée association de malfaiteurs Terre des Hommes (aile gauche du vatican à Lausanne) peut déposé plainte, je serais très heureux d'être inculpé pour avoir transmis ces infos qui ont, elles aussi trouvés accueil dans la presse internationale et locale.

Je ne fais que rappeler des faits reconnus et quelque peu cachés sous le tapis volant des amis de la pédophilie internationale !

Je sais que plus c'est crade, plus c'est protégé, mais il me semble aveugle et que vous détestez autant la censure que moi et que le vérité vous tient à coeur autant que moi !

Écrit par : Corto | 27 décembre 2014

je me souviens d'un film mettant en scène une population prise entre deux feux.D'un côté il y avait les anti gaz de schistes dont un étudiant démolissait tous les avantages alors qu'une autre étudiante payée elle aussi par la même compagnie instruisait les gens quand aux avantages qu'ils en retireraient
L'étudiante qui vantait la vente des terrains avec bénéfices à la clé pour tous les propriétaires grugés gagna mais en contrepartie l'étudiant qui avait misé sa thése sur les méfaits y gagna en sympathie et devint ainsi le leader d'une nouvelle mouvance,comme quoi !
C'est exactement ce qui s'est passé pour les Inuits qui respectent la nature vivant en osmose avec elle.Une mouvance arriva pour leur interdire de chasser afin de mieux manger des viandes arrivées de Norvège ou ailleurs
Ce qui amenan de nombreux anciens à se suicider pour permettre aux jeunes de pouvoir continuer à honorer leurs us et coutume tandis qu'aujourd'hui il y a pléthore de phoques et que les jeunes Inuits sont ravis de pouvoir enfin étudier comme d'autres et ceci grâce aux Pétroliers
Comme quoi quand on veut vraiment se moquer des esprits sensibles tout est bon même et soi -disant la protection de la nature
Et ceux de Greenpeace qui a été inventé à l'époque des Bérets Verts , tous ces anarchistes se sont-ils posé la question à savoir combien leurs bateaux super moteurs dérangeaient la faune animale jusqu'en des profondeurs océaniques extrêmes puisque l'eau est porteuse d'ondes ?

Écrit par : lovsmeralda | 29 décembre 2014

Les commentaires sont fermés.