07 janvier 2015

Massacre à Charlie Hebdo

Si vous aviez suggéré à Cabu, un dessinateur plus ancien que le Club Dorothée, qu'il mourrait début 2015 sous les balles d'une bande d'islamistes en maraude, il aurait sans doute éclaté de rire.

france,terrorisme,islam,médias,liberté d'expressionC'est pourtant ce qu'il vient d'advenir aujourd'hui à Paris dans les locaux de Charlie Hebdo. Les dessinateurs Charb, Wolinski, Cabu et Tignous sont morts. Parmi les autres victimes, deux policiers dont un chargé de la sécurité de la place. L'attaque fut planifiée le mercredi en fin de matinée lors d'une réunion de rédaction, s'assurant de la présence de toutes les cibles. Les assaillants déjouèrent les codes de sécurité, purent tirer sur leurs victimes pendant plusieurs minutes et parvinrent même à s'enfuir. A l'heure où ces lignes sont écrites, ils courent toujours, insulte finale aux forces de police.

Mené à Paris en plein jour et contre la caste ô combien soudée des journalistes, l'attentat a reçu une résonance médiatique maximale à l'échelle mondiale.

La France avait pu se croire à l'abri mais cette sécurité était illusoire. Trop longtemps le danger terroriste islamique était nié ou minimisé. Les jeunes fous partaient en Syrie et n'en reviendraient pas ou seraient arrêtés à leur retour, pensait-on. On n'aurait à craindre que de rares attaques de "loups solitaires" impossibles à profiler. La réputation des services de renseignement était sans tache, Vigipirate - instauré en 1995 - ferait le reste. Dans l'esprit des gens, les attentats envisagés sur sol français auraient porté avant tout contre des intérêts étrangers installés sur le sol hexagonal - des ambassades étrangères, des synagogues, des juifs et leurs écoles. Pas vraiment des français "normaux", encore moins des journalistes, et surtout pas des gauchistes. Ces perspectives étaient tout simplement inenvisageables.

La France se réveille d'une somnolence coupable. Le réveil est rude.

De nombreuses personnalités musulmanes se sont immédiatement mises en mode damage control pour limiter la casse médiatique, chantant sur tous les tons que ces terroristes se réclamant de l'islam portent tort à l'image de la communauté musulmane. C'est évidemment vrai. En revanche, aucun n'expliquera jamais en quoi ces islamistes auraient eu tort selon leur religion d'agir ainsi, et pour cause: violence et agression sont des valeurs fondamentales de l'islam.

Rien ne dit que les islamistes seront rapidement retrouvés. Ils peuvent compter sur d'innombrables sympathisants. Il suffit de voir comment certains ont réagi sur Twitter:

france,terrorisme,islam,médias,liberté d'expression
Certains s'indignent moyennement, dira-t-on

Tout le monde n'aimait pas Charlie Hebdo, et parmi ces gens certains n'aimaient pas Charlie Hebdo à cause des caricatures anti-islamique qu'il publiait souvent. Il existe dans notre société actuelle des règles non-écrites en matière d'humour: il est autorisé de se moquer des catholiques, des politiciens de droite, des politiciens de gauche (avec tendresse ou seulement s'ils sont vraiment détestés), des hétérosexuels, des Américains et des riches. Il est nettement plus malaisé de se moquer des homosexuels, des immigrés, des arabes, des noirs, des juifs, des journalistes ou, enfin, des musulmans.

terrorisme,liberté d'expression,islamSi Charlie Hebdo tenait un peu la ligne ci-dessus, il empiéta fortement hors de la zone de confort humoristique en abordant le sujet des caricatures de Mahomet, puis en osant régulièrement en remettre une couche. Le rappel au règlement vient de tomber. Quelqu'un osera-t-il encore se moquer de l'islam demain? Des caricaturistes prendront-ils toujours leur plume pour faire une satire de Mahomet ou de toutes les absurdités contenues dans le coran? Voilà la question que tous les journalistes avides d'introspection devraient poser à leurs confrères sur les plateaux de télévision, voilà la question que Darius Rochebin ne posera pas au dessinateur Barrigue dans son interview au journal ce soir.

Les caricaturistes et autres dessinateurs de presse se définissent volontiers comme des rebelles courageux ; nous verrons, demain et les autres jours, ce qu'il en est. En France et dans les autres pays européens, se moquer de l'islam ne comporte pas exactement les mêmes risques que tourner en ridicule le Pape François. Remerciez des décennies de politique migratoire. Quant à la liberté d'expression érigée aujourd'hui en principe fondamental, il est on ne peut plus savoureux d'en entendre tant de bien en France ou en Suisse de la part de gens qui en sont les fossoyeurs.

Lorsque François Hollande s'est rendu sur les lieux, il n'était pas accompagné d'un officier du renseignement, d'un général de l'armée ou même d'un préfet de police ; il était avec de son conseiller personnel en communication. Voilà le genre de réponse immédiate que nos autorités sont capables de délivrer. Comme d'autres lieux jugés sensibles, les locaux de Charlie Hebdo étaient sous la protection d'une surveillance policière discrète ; pas de quoi stopper l'assaut surprise d'une équipe d'islamistes soigneusement préparée, cependant. Cela relativise quelque peu le sentiment de sécurité que les autorités tentent d'instiller en plaçant le plan Vigipirate au niveau "alerte attentat" - à moins que ce ne soit "rouge clignotant", "feu divin" ou n'importe quelle autre dénomination que le service marketing du gouvernement aura jugé appropriée.

Charlie Hebdo était un journal satirique aussi irrévérencieux que provocant. Je pensais un moment à un titre digne de lui et de son prédécesseur Hara-Kiri, comme "Gags en rafale à Charlie Hebdo: Douze morts" mais combien de gens se seraient offusqué avec raison de cet hommage douteux? L'humour n'est pas drôle lorsque l'on parle de la mort des siens et que les corps sont encore chauds. Mais si les cadavres du jour s'étaient compté dans une église ou dans les locaux de Minute, le journal d'extrême-droite honni, Charlie Hebdo n'aurait guère hésité à faire dans la faute de goût.

C'est là sans doute que se révèle la véritable leçon du jour: être de gauche ne protège pas des islamistes. Vous êtes encarté chez les socialistes ou les communistes? Vous êtes ami du "peuple palestinien"? Vous exécrez les juifs et souhaitez tout le mal du monde à un type comme Zemmour? Pas de problème. Vous aurez droit à la mort à votre tour, comme tous les autres chiens d'infidèles.

La leçon est certainement choquante pour beaucoup de belles âmes à Paris et ailleurs, qui pensaient peut-être qu'arborer un keffieh, cuisiner "exotique" et célébrer la diversité les sauveraient de la folie meurtrière des islamistes. Il n'en est rien. Projetant trop loin son goût partagé pour la destruction de la civilisation occidentale, le gauchiste de base peu regardant sur ses amitiés pourvu que l'autre haïsse l'Occident autant que lui oublie que les musulmans (et les islamistes en particulier) n'ont rien de cool. Ils sont croyants, et n'allez pas brandir votre athéisme sous le nez. Ils ne tolèrent pas le mariage gay. Ils ne veulent rien entendre de l'égalité homme-femme. Ils ne pardonnent pas - et pratiquent volontiers la mutilation, la décapitation, la lapidation et d'autres peines lourdes et sans rémission, assez loin des jours-amende-avec-sursis dont nos progressistes post-modernes sont si friands.

Le massacre de l'équipe éditoriale de Charlie Hebdo est là pour le rappeler. La gauche se berce d'illusions en croyant partager des valeurs avec ces gens-là, c'est ce que crient des gens comme Riposte Laïque depuis des années à la gauche officielle - celle-là même dont les spins doctors et autres spécialistes en communication travaillent d'arrache-pied pour remodeler la réalité. Dès demain, ils nous expliqueront que le massacre qui vient d'avoir lieu dans les locaux de Charlie Hebdo par des islamistes aux cris de Allah Akbar n'a rien à voir avec l'islam.

Ils endormiront le peuple, ils savent le faire - jusqu'à la prochaine attaque.

Commentaires

Excellent billet. À mon avis, vous avez parfaitement raison. D'ailleurs, les fossoyeurs de la liberté n'ont pas attendu. La première des choses, voire plus importante que le massacre, fut de rajouter tout de suite la couche insupportable du déni de réalité: "non ce n'est pas ça l'Islam". Qui n'aimerait pas que ce n'est pas ça l'islam ? Qui ? Hélas, s'en est aussi... car toutes ces tragédies, c'est toujours revendiqué au nom de... Et dire qu'on interdit le tabac dans l'espace public...

Écrit par : petard | 08 janvier 2015

"Dès demain, ils nous expliqueront que le massacre qui vient d'avoir lieu dans les locaux de Charlie Hebdo par des islamistes aux cris de Allah Akbar n'a rien à voir avec l'islam."

Mais c'est déjà fait ! Le jour même du massacre, des journalistes de renom et même... un responsable de la police se pressaient aux micros pour signaler qu'il n'avait rien à voir avec l'islam, voire avec "l'islamisme".

Le chef d'un syndicat policier, invité sur Radio Classique, a tenu à prétendre qu'il y avait "des intégristes dans toutes les religions". Même le très modéré Patrick Poivre d'Arvor, qui l'interrogeait, a tiqué. L'autre à répondu : "Ben oui, l'Inquisition...". PPDA l'a à nouveau remis en cause, mais le gars (grand spécialiste de l'histoire religieuse, apparemment...) a repassé une couche sur l'Inquisition.

Tout ça alors que deux policiers venaient de se faire assassiner il y a à peine quelques heures, par deux musulmans, au nom de Mahomet.

La presse française publie régulièrement des dossiers sur les francs-maçons (la plus grande partie de la franc-maçonnerie française hait le christianisme, et oeuvre à imposer l'idéologie de gauche). Elle y signale régulièrement que la moitié des commissaires de police sont francs-maçons. Cette information n'a jamais été démentie par les obédiences, à ma connaissance.

J'attends maintenant que quelqu'un nous sorte le concept de terroriste modéré.

Écrit par : Robert Marchenoir | 08 janvier 2015

"Dès demain, ils nous expliqueront que le massacre qui vient d'avoir lieu dans les locaux de Charlie Hebdo par des islamistes aux cris de Allah Akbar n'a rien à voir avec l'islam"

C'est bien beau d'accuser à demi-mots les musulmans, en prenant bien soin de ne pas se mouiller tout en insinuant sournoisement et sans oser le nommer la source du problème, mais ce n'est pas très courageux de votre part.

Ayez le courage de vos intentions, dites-nous clairement quelles sont d'après-vous les mesures à employer contre la communauté musulmane et contre leur religion ! En France, Marine le Pen elle-même - qui n'est apparemment pas la dernière des gauchiste - a affirmé dans son communiqué qu'il ne fallait pas s'en prendre aux musulmans respectueux de la démocratie et de la civilisation occidentale. Est-ce aussi votre avis ?

Écrit par : antoine | 08 janvier 2015

« Dès demain, ils nous expliqueront que le massacre qui vient d'avoir lieu dans les locaux de Charlie Hebdo par des islamistes aux cris de Allah Akbar n'a rien à voir avec l'islam." »

Ben voyons.
Et les crimes que les noirs américains commettent aux Etats-Unis, c'est peut-être à cause de leur négritude alors ?

Écrit par : Chuck Jones | 08 janvier 2015

@antoine: quel intérêt? J'ai des idées bien sûr. Maintenant, n'étant en charge des lois d'aucun pays, je pense que mes éventuelles suggestions n'ont pas grande importance. Vous devriez plutôt poser ce genre de question à vos responsables politiques locaux. Ou mieux encore, lire et écrire ce qu'ils proposent et voter en conséquence.

@Chuck Jones: pas compris votre commentaire.

Écrit par : Stéphane Montabert | 08 janvier 2015

Voila qu'une récompense de 7 millions d'euros fait son apparition dans le paysage.
Cela ne va pas encourager d'autres "déséquilibrés" à copier le geste de leurs "frères" ?

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Un-politicien-offre-une-recompense-aux-tueurs-18310420

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 08 janvier 2015

« Dès demain, ils nous expliqueront que le massacre qui vient d'avoir lieu dans les locaux de Charlie Hebdo par des islamistes aux cris de Allah Akbar n'a rien à voir avec l'islam." »
Ce qu'il y a de "spécial", c'est que très justement, c'est de cela que sont morts les types de Charlie Hebdo : ils n'avaient pas compris ce qu'est l'islam. On ne caricature pas le prophète, on n'a même pas le droit de le dessiner. Et il y aura toujours, tant qu'il y aura l'islam, un type pour exécuter la fatwa...

Alors comme je ne peux pas saquer Vigousse, j'attends avec impatience qu'ils tiennent leurs promesses faites à la radio et qu'ils se mettent à en faire, des caricatures du prophète...

Écrit par : Géo | 08 janvier 2015

Le plus piquant c'est dans l'une des déclarations de "Charb", où il lançait quelque chose du genre: "on ne va pas se la jouer paranoïa, j'ai bien plus de chance de mourir renversé par un velib que tué par un excité islamiste"...

Faudrait retrouver la déclaration originelle... n'empêche que, l'insouciance peut être tuante !

Écrit par : petard | 08 janvier 2015

@ Montabert,

Votre dernier paragraphe résume tout ce qu'il fallait dire. On n'a attend plus que l'on nous redise qu'ils s'agit de déséquilibrés mentaux.

D.J

Écrit par : D.J | 08 janvier 2015

" C'est bien beau d'accuser à demi-mots les musulmans, en prenant bien soin de ne pas se mouiller tout en insinuant sournoisement et sans oser le nommer la source du problème, mais ce n'est pas très courageux de votre part. "

Et vous? faites partie du club des psy adeptes du déséquilibre mental pour ne pas oser admettre la vrai source du problème car il ne faut surtout pas faire le lit de l'extrême droite?

@ Pétard,

" Faudrait retrouver la déclaration originelle... "

C'est très fidèle à l'original.

D.J

Écrit par : D.J | 08 janvier 2015

Et nous, croyant les amadouer, nous leur accordons au nom de nos valeurs des droits qu'ils nous refusent au nom des leurs.

Écrit par : Minos | 08 janvier 2015

"la gauche officielle"

La "gauche" officielle n'est pas de gauche: c'est une clique d'opportunistes qui ne vise que de gagner le pouvoir ou de si maintenir par l'apport des voix islamistes. Parfois même une politique pire que celle de la droite, comme on le voit avec le couple Hollande-Fabius.


"Et nous, croyant les amadouer, nous leur accordons au nom de nos valeurs des droits qu'ils nous refusent au nom des leurs."

C'est bien pour cela qu'il faut leur appliquer leurs "valeurs".

Rappel: "Ils ne sont forts que de nos faiblesses."

Écrit par : Johann | 08 janvier 2015

En attendant, qui c'est en train de se rouler par terre comme un sale gosse pourri en hurlant contre l'application de l'initiative "Contre l'immigration de masse" ?

Les patrons d'EconomieSuisse !!!

http://www.tdg.ch/suisse/patrons-reclament-clause-protection/story/28527997

Écrit par : Chuck Jones | 08 janvier 2015

@Stéphane Montabert

« Chuck Jones: pas compris votre commentaire. »

Mea culpa. J'ai été expéditif dans ma réponse, pris par les nombreuses manifestations d'amalgame et de confusion entre l'Islam, la religion, et l'Islamisme, l'idéologie politique.

« être de gauche ne protège pas des islamistes. »

Ce que je vous reproche c'est l'amalgame que vous faites entre "gauche", ou "gauche officielle", et certains politiciens de gauche.

La remarque est également valable pour "la droite" et certains politiciens de droite clientélistes. Faut-il rappeller la lune de miel Sarkozy-Kaddafi ?

Il n'y a PAS de généralisation possible si la volonté d'établir une telle coopération ne pas inscrite dans l'idéologie, et pas seulement le résultat d'un opportunisme aventuriste de certains politiciens de droite, ou de gauche.

Écrit par : Chuck Jones | 09 janvier 2015

L’Humanité n’allait pas 
sans Wolinski, Charb, Tignous...

Ils sont des nôtres et nous avons levé plus d’un verre ensemble. Lors des week-ends de Fête de l’Humanité à La Courneuve, où leur stand chaque année se mêlait à celui de Cuba Si ; il s’agissait de mojitos, un havane vissé dans le bec… Ou bien encore des soirs de bringue autour d’une prune flambée avec Wolinski égrillard et tendre, Patrick Pelloux entre éclats de rire et bougonnements, ou Luz ironique à petites touches.

Georges a fait si longtemps les beaux jours de la une de l’Humanité ! En deux croquis et trois mots, il avait dénoué une situation, révélé une hypocrisie, brocardé un puissant. Sacré osmose avec le peuple des lecteurs qui découpaient ses dessins pour les coller dans les tracts. L’Humanité, alors, n’allait pas sans Wolinski. Le dessinateur avait trouvé là un nouvel espace de liberté et peut-être d’utilité. Mais aussi des amis comme René Andrieu, Roland Leroy ou encore José Fort.

Souvenirs de voyages en commun, de passions culturelles partagées, gourmandises identiques pour la vie. Il y a quelques mois, nous avions déjeuné ensemble boulevard Saint-Germain et il évoquait la possibilité de refaire de temps en temps un « dessin pour l’Huma ». Comme une échappée belle et un geste d’amitié teinté de nostalgie. Ils sont à ce point des nôtres que l’émotion qui s’est manifestée dans la rédaction à l’annonce du carnage a dépassé le choc devant un événement majeur et traumatisant. Chacun ici l’a vécu comme une blessure personnelle. Les fraternités ne sont pas seulement d’idées pour beaucoup d’entre nous. Nous savons pouvoir compter les uns sur les autres.

Cette histoire que je me refuse à mettre au passé ne va pas sans frottements, voire des piques ou des coups de gueule. Le dessin de presse est en effet du journalisme, exigeant, efficace, souvent plus qu’un éditorial ou une longue analyse. Pour cela, cet espace de liberté reste particulièrement menacé par les tyrans ou les fanatiques. Parfois, les coups de griffes irritaient certains lecteurs. Trop appuyés, trop irrévérencieux, choquant le « bon goût »… Mais le rire, même grinçant, emportait les retenues ou les réticences. Les difficultés de la presse, celles que rencontre Charlie et celles que connaît l’Humanité, avaient aussi rapproché les équipes. Pas facile de résister vent debout face à la pensée unique. Mon dernier échange avec Charb date de lundi. Il nous avait envoyé sept dessins, réalisés durant les fêtes, pour un numéro spécial contre la loi Macron qui sera publié le 15 janvier avec l’Humanité Dimanche. Nous souhaitions qu’il dessine aussi la une. Il n’en a pas eu le temps.

Nous publierons ses croquis comme un hommage. Charb ne cachait pas ses engagements, militant communiste scrupuleux et dessinateur sans bride, sachant résister, il y a quelques années, à l’ancien directeur Philippe Vall qui voulait domestiquer le canard sauvage, et rassembler une équipe de fortes têtes.

Son journal avait creusé son trou au cœur des références culturelles de générations entières, avec ses unes cultes, celles qui ouvraient le journal comme celles auxquelles nous avions échappé, comme une pichenette aux assoupissements et une éternelle contradiction apportée aux idées toutes faites. En cela, ils sont des nôtres. Mais ils sont aussi du patrimoine de tous, dans ce pays.

Écrit par : Les Camarades | 09 janvier 2015

Houellebecq l’extra-lucide !

Le Figaro vient de publier sur son site quelques extraits de l’interview à paraître dans le magazine ce vendredi.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le déplumé, déchet déchu de la bobosphère fait preuve d’un aplomb et d’une lucidité désarmante en annonçant à sa façon la fin des haricots:

«les musulmans français sont aux antipodes des socialistes […] on voit bien ce qu’est une prise de position catholique sur les sujets sociétaux type euthanasie ou mariage homo: ce sont des positions de droite, comme celles des musulmans. J'ai l'intuition qu'un parti catholique et un parti musulman, s'il en existait un en France, seraient souvent d'accord. Parce que la religion vient d'ailleurs, elle est autre que la politique.»

Plus loin:

«L'islam est dans une phase ascendante. Mais est-ce anormal? Quand on pense détenir la vérité, on souhaite en faire profiter tout le monde. Une religion qui ne cherche pas à conquérir de nouveaux adeptes est une religion d'un autre type, plus ancien, une croyance tribale. Une religion universaliste est tout naturellement expansionniste.»

Rien d'islamophobe dans le propos de Houellebecq, juste le constat cruel que la bobo-attitude n'est pas soluble, même dans l'islam dit modéré. Et tout ceci, bien dit, sans haine ni violence !

Et il poursuit:

La seule théorie authentiquement perdante en ce moment, c'est l'idéologie débutée avec le protestantisme, atteignant son apogée au siècle des Lumières et aboutissant à la Révolution, fondée sur l'autonomie de l'homme et le pouvoir de sa raison. Ça, c'est une idéologie qui est très mal partie ; je ne lui ai d'ailleurs même pas donné la parole dans mon roman.»

N'en jetez plus ! les bobos se font égorger ou canarder par la ultras, ils n'ont pas encore vus ce que leurs réservent les modérés par les règles de la démocratie participative.

«Nous sommes arrivés en France à un point où le fait même de prononcer le mot islam peut vous être reproché; l'islam ne fait pas partie des sujets dont on puisse réellement débattre. C'est un peu effarant, d'ailleurs, d'observer que des centaines d'heures de débat se dévident sans que rien ne soit réellement dit, et avec des positions qui se durcissent.»

En offre des prises de position bien plus nuancées que ce que l’on veut nous faire croire, c’est là qu’il tape fort. Ah ! ces nuances bien givrées, qui annoncent inéluctablement le glas de la civilisation… ça fait froid dans le dos. Ça serait p’t’être le moment de se réveiller !

Écrit par : petard | 09 janvier 2015

Camarades@ Voilà qui est intéressant et j'en profite :
"Le dessin de presse est en effet du journalisme, exigeant, efficace, souvent plus qu’un éditorial ou une longue analyse"
Cette assertion est fondamentale. Un dessin de presse est une caricature. Vous et les autres des médias appelez un dessinateur un journaliste. Cela montre très exactement votre vision du journalisme : de la caricature, à l'usage des benêts, où l'on enseigne au peuple ce qu'il doit penser. Allez lire le billet de Jean-Noël Cuénod pour la démonstration sur la TdG...

Écrit par : Géo | 09 janvier 2015

«Le dessin de presse est en effet du journalisme, exigeant, efficace»

Evidemment je n'ai rien contre les dessins ou les caricatures, mais ça prouve qu'il y en pas mal qui ne savent plus lire ni écrire... on est sur le bon chemin !

Écrit par : petard | 09 janvier 2015

" La "gauche" officielle n'est pas de gauche: c'est une clique d'opportunistes qui ne vise que de gagner le pouvoir ou de si maintenir par l'apport des voix islamistes "

Parce que vous croyez encore que la gauche c'est autre chose?

D.J

Écrit par : D.J | 09 janvier 2015

"la gauche c'est autre chose?" Il y a chez nous (Vaud) encore quelques représentants d'une gauche qui fait son boulot, c'est-à-dire une défense de la classe ouvrière et non la satisfaction des objectifs sociétaux des bobos, promotion des droits des homosexuels, des musulmans et des criminels (suppression des prisons)...

Écrit par : Géo | 09 janvier 2015

@Geo

Il semblerait que vous ne possédez pas les capacités d'analyse et de compréhension dans son ensemble; la conséquence néfaste de vos raisonnements alambiqués est, que vous saucissonnez les textes afin de les biaiser de les manipuler à votre guise... pitoyable attitude.

Sortir une phrase de son contexte afin d'essayer de se donner raison, c'est petit et pathétique.

Cependant c'est mieux que rien et je prends la liberté d'espérer qu'un jour vous soyez à même de lire et analyser un texte dans son entier.

Écrit par : Les Camarades | 09 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.