19 février 2015

Dominique Strauss-Kahn et les turpitudes socialistes

Le suspense n'aura pas duré: en requérant la relaxe contre Dominique Strauss-Kahn, le procureur de l'affaire du Carlton confirme la trajectoire prise par le parquet de Lille qui avait déjà demandé un non-lieu lors de l'instruction. DSK sortira libre du tribunal, blanchi aux yeux de la justice.

Le procès portait moins sur les pratiques sexuelles dépravées de l'individu que sur les moyens de preuve. Tant le juge que le procureur en conclurent que le dossier était "vide", mais c'est avant tout une question d'interprétation. Les éléments à charge étaient bien présents, comme de nombreux SMS, les témoignages de jeunes femmes, ou encore le prêt d'une garçonnière à des amis pour des orgies avec des prostituées, constitutif de proxénétisme. DSK savait pertinemment qu'il avait affaire à des professionnelles du sexe et sa façon de plaider le contraire n'aura convaincu, étrangement, que les autorités judiciaires.

Que vaut contre la parole d'un ex-directeur du FMI celle d'une prostituée sodomisée par lui? Nous avons désormais la réponse.

Il y aura des gens - indécrottables tenants de théories du complot, fans jusqu'au-boutistes de DSK ou naïfs finis de la présomption d'innocence - qui se réjouiront de la conclusion de la cour, y voyant le triomphe de leur vision personnelle. Le grand public sera peut-être plus circonspect. J'ai pour ma part les plus grandes peines à croire que le verdict eut été identique si le médiatique accusé avait été encarté au Front National plutôt qu'au Parti Socialiste.

france,dsk,justice,socialismeLe procès DSK offre une nouvelle définition au proxénétisme. Il suffit apparemment de ne jamais prononcer le mot p... et ensuite on peut faire à peu près ce que l'on veut, évoquant au besoin du "libertinage". Nul doute que cette jurisprudence sera exploitée à fond par les professionnels du secteur. Le président Lemaire avait annoncé le 2 février que le tribunal de Lille ne ferait pas de morale mais du droit ; on eut préféré qu'il se livrât aussi, à l'occasion, à un peu de justice.

Rétrospectivement, le procès du Carlton de Lille donne un nouvel éclairage à l'agression et au viol au Sofitel de New York d'une modeste femme de chambre. Les adeptes d'un complot ourdi par Nicolas Sarkozy ou d'une machination orchestrée par la femme de ménage elle-même, Nafissatou Diallo, ne semblent plus très plausibles. Pareil pour l'affaire Tristane Banon. Quelqu'un clamera-t-il encore que l'agression sexuelle dont fut victime la jeune femme est pure invention?

Dominique Strauss-Kahn plaida à l'ouverture du procès qu'il répondrait de l'acte d'accusation de proxénétisme aggravé et pas de ses pratiques sexuelles "hors norme" ; difficile pourtant d'en faire abstraction. La presse en fit étalage jour après jour, révélant de façon crue les relations primitives que DSK entretenait avec la gent féminine. Entre un DSK vautré dans le stupre et une Najat Vallaud-Belkacem souhaitant abolir la prostitution, il aurait fallu organiser un petit débat.

Dominique Strauss-Kahn était l'incarnation du succès. Ses relations et ses prétendues compétences avaient conduit Nicolas Sarkozy à le nommer à la tête du FMI. Il était marié à une femme riche et célèbre. Il ne comptait que des amis. Il était le mieux placé, et de très loin, dans la course à l'investiture socialiste pour l'élection présidentielle de 2012.

L'image a depuis volé en éclat. Il trompait allègrement sa femme avec des prostituées. Doté d'un appétit sexuel aussi insatiable qu'incontrôlable, il tentait lourdement de coucher avec la moindre femme à son goût dont il pouvait croiser le chemin. Il participait à des orgies organisées pour lui par un cercle de connaissance souhaitant se faire bien voir lorsqu'il accèderait à la plus haute marche du pouvoir - une phrase bien longue pour parler de corruption. Il eut ce train de vie pendant des décennies.

DSK incarnait finalement mieux que personne l'hypocrisie de la gauche caviar: le riche qui méprise les riches et mène un train de vie de nabab. L'homme intègre qui ne respecte ni ses engagements conjugaux ni même ses partenaires sexuels. L'apôtre de l'égalité homme-femme qui considère ces dernières comme des objets et tenta plusieurs fois de les violer. Le haut fonctionnaire pétri d'intérêt général qui se laisse délibérément entretenir par un cercle de courtisans intéressés. Le voyou que chacun voyait déjà président.

Et, c'est encore le pire, tout le monde le savait. Les politiciens collègues de parti, et même l'opposition. Les journalistes. Les fonctionnaires du FMI qui organisèrent le voyage et accueillirent dans les locaux de l'institution une des prostituées favorites du maître de maison. La propre mère de Tristane Banon, une des innombrables victimes de l'ogre, qui conseilla à sa fille de ne pas porter plainte de peur de jeter une ombre sur sa propre carrière au sein du PS français.

Jusqu'à l'affaire du Sofitel DSK était considéré comme le meilleur candidat socialiste à l'élection présidentielle. Il fallut son arrestation soudaine par la police américaine pour mettre un terme abrupt à sa trajectoire politique, une prouesse dont la justice française fut éternellement incapable. N'y avait-il aucun lanceur d'alerte au PS, au gouvernement, au FMI, dans les rédactions de la presse? Personne, jamais?

DSK sortira libre du tribunal, mais pas victorieux. Sa carrière politique est terminée. Mais tous les complices qui l'ont couvert pendant ces années, ces journalistes obséquieux, ces collègues de parti si prompts à accuser autrui tout en gardant silence sur les errements de leurs camarades idéologiquement proches, cette justice si pusillanime... Tous ces gens restent en place et n'ont de comptes à rendre à personne.

Commentaires

Monsieur Montabert les scandales politico.religieux.sexuels ont toujours existé il suffit de voir ce qui s'est passé au sein de nombreux royaumes de France , de Sa majesté le cultivateur des salades à grandes oreilles et ailleurs il va de soit
L'affaire DSK n'en doutons pas cache un profond malaise entretenu à bon escient par de nombreux politiciens .Je ne sais pas exactement de quoi il s'agit mais cela se devine aussi aisément qu'un homme qui dit je suis fauché et qui aura toujours de l'argent pour ces petits plaisirs! mais oui ils sont tous brodés sur le même ouvrage de la menterie
Aussi l'hypocrisie développée au sein de la classe politique commence vraiment à fatiguer le peuple ,je parle du peuple qui travail avec de vrais outils non celui des internautes qui piquent avec leur marteau -fichiers des textes déjà tapés par d'autres et qui diront ,on veut plus de vacances car on est fatigué!
Comme vous aimez Contrepoint pourquoi ne pas lire l'excellent article détaillant tous les outils taxatoires qui seront seuls salaires des ouvriers internautes ?
Et cet un article bien plus instructif l'affaire DSK !surtout quand on sait qu'en Suisse aussi il y a de nombreux travailleurs piquant la femme de leurs voisins grâce aux outils de sites échangistes et plus si affinités il y a !
Très belle journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 20 février 2015

@lovejoie: "les scandales politico.religieux.sexuels ont toujours existé" peut-être mais:
1. ils n'ont pas toujours eu l'ampleur "industrielle" des fornications frénétiques de DSK ;
2. il n'étaient pas forcément couverts par toute la coterie politico-médiatique du moment.

Les crapules existent dans chaque parti, cela va de soi. Mais DSK est particulier précisément parce que tout le monde était au courant de ses turpitudes et malgré elles tout le monde se déterminait à le voir accéder au poste de président en 2012.

Jamais l'expression "le meilleur d'entre nous" n'a semblé plus hypocrite.

Écrit par : Stéphane Montabert | 20 février 2015

"Il était le mieux placé, et de très loin, dans la course à l'investiture socialiste pour l'élection présidentielle de 2012."
"Jamais l'expression "le meilleur d'entre nous" n'a semblé plus hypocrite."
Très honnêtement, je ne pense pas qu'il était le mieux placé dans les primaires socialistes. A cause de son érotomanie encombrante et bien connue de ses camarades, qui se doutaient que le Sarko allait se faire une joie de ressortir, affaire du Carlton par exemple, au moment venu.
Le problème pour les socialistes, c'est qu'ils n'envisageaient (évidemment aujourd'hui !) pas Hollande président.
L'actualité donne raison à leurs doutes...

Écrit par : Géo | 20 février 2015

@Géo: "Très honnêtement, je ne pense pas qu'il était le mieux placé dans les primaires socialistes."

Internet n'oublie pas.
http://www.lefigaro.fr/politique/2010/05/19/01002-20100519ARTFIG00600-pour-2012-la-gauche-prefere-dominique-strauss-kahn.php

Je cite, l'article précède de quelques jours l'affaire du Sofitel de Manhattan:
Pour 2012, il est toujours perçu comme le favori. Pour 65% des sympathisants de gauche, le directeur du FMI «peut battre Nicolas Sarkozy». Ils ne sont que 30% à croire aux chances de Martine Aubry et 19% à celles de Ségolène Royal. François Hollande est loin derrière, à 9%. La situation est encore plus nette en ce qui concerne la stature de chef d'État. DSK la possède largement, à 64%, la première secrétaire a encore des preuves à faire (27%) de même que l'ancienne candidate à la présidentielle (20%).

Ensuite vous affirmez: "A cause de son érotomanie encombrante et bien connue de ses camarades, qui se doutaient que le Sarko allait se faire une joie de ressortir, affaire du Carlton par exemple, au moment venu."

Oui, à ceci près que DSK promène son "érotomanie" depuis des décennies sans vraiment s'en cacher d'ailleurs et ça ne lui a jamais posé de problème pour monter une à une toutes les marches du pouvoir. Quant à l'idée d'un coup de jarnac (de Sarkozy par exemple) au dernier moment pour lui barrer la route de la présidentielle, d'accord, mais alors pourquoi l'avoir nommé à la tête du FMI pour commencer? Ca ne tient pas debout. Si Sarkozy avait voulu faire chuter DSK avec ses histoires de fesse il l'aurait fait depuis très longtemps et ne l'aurait pas choisi pour représenter la France au sommet d'une prestigieuse organisation internationale.

Selon moi, la vérité, plus simple, est que derrière les joutes verbales tous ces gens sont copains comme cochon et se respectent énormément, n'hésitant pas au besoin à se couvrir les uns les autres, sans jamais aborder les sujets qui fâchent (de peur qu'un rival fasse de même en ripostant, peut-être?) et sont entourés de toute une cour de journalistes qui fait exactement pareil.

Le procès du Carlton de Lille nous aura appris que cette obséquieuse déférence s'étendait jusqu'au personnel des grands hôtels internationaux et aux fonctionnaires du FMI, eux aussi dans la combine pour couvrir leur patron.

C'est une nouveauté affligeante mais guère surprenante en fin de compte.

Écrit par : Stéphane Montabert | 20 février 2015

Monsieur Montabert( merci de votre réponse
Monsieur DSK souffre d'érotomanie connue tandis que d'autres continuent leur petit manège en toute discrétion.Si les téléphones Roses existent c'est pas pour le chiens et ils ont autant de succés qu'il y a 40 ans
Monsieur Strauss-Kahn fait partie d'une gente masculine des plus vicieuses soit mais il aura tout de même permis à 48 000 citoyens de pouvoir s'en mettre plein les mirettes alors que la majorité des gens à qui on en parle en dehors d'internet répondront ,il n'y a que ceux qui sont attirés par le sexe qui en parlent les autres s'en moquent éperdument
La discrétion qui faisait la force de nos anciens politiciens n'est plus et c'est regrettable .Le peuple était au courant mais pourvu qu'il puisse vivre et qu'on lui fiche la paix le reste il s'en moquait complètement c'est toute la différence entre le monde des internautes et le monde réel

Écrit par : lovejoie | 20 février 2015

"mais alors pourquoi l'avoir nommé à la tête du FMI pour commencer?"
Quatremer avait écrit sur son blog que DSK aurait des ennuis s'il continuait avec ses pratiques de dragueur lourd aux USA. Si Quatremer est capable de dire ça, Sarko ne s'en doutait pas ? Si Sarko a des qualités, elles sont précisément de l'ordre du machiavélisme, non ? DSK va continuer de faire le con aux States, il va se brûler et à moi le 2ème mandat. A moi cela semble évident, mais je n'ai pas de preuves.

Écrit par : Géo | 20 février 2015

@Géo: Vous êtes décidément bien compliqué!

Quatremer savait... Et Sarkozy savait aussi. Zéro suprise: Il avait mis en garde DSK d'arrêter de "faire le con" lorsqu'il l'avait nommé au FMI en ajoutant que les Américains étaient "pas très flexible" sur la gaudriole. M'est avis que cela ne correspond pas bien à un type qui tend un piège à un autre. De plus les enregistrements de Buisson à l'Elysée brossent le portrait d'un président Sarkozy inquiet face à DSK et le percevant comme un adversaire dangereux, mais absolument pas en train de parler de ses pratiques sexuelles. S'il avait voulu s'en servir contre lui il aurait été au contraire très serein, disposant d'une arme redoutable pour éliminer son rival.

Si Nicolas Sarkozy avait voulu que les histoire de fesse de DSK lui bloquent le chemin de la présidence, il ne l'aurait pas nommé au FMI, il aurait permis depuis longtemps que ces histoires fuitent dans la presse française, il n'aurait pas attendu que des policiers américains fassent par hasard le travail à sa place (l'arrestation de DSK aux USA tint à un cheveu) et enfin il n'aurait pas mobilisé les services du Quai d'Orsay pour tenter de faire libérer DSK en tentant d'invoquer l'immunité diplomatique du directeur du FMI.

Quelle que soit la façon dont on la prend votre hypothèse ne colle pas du tout, maintenant vous m'avez l'air assez persuadé de votre théorie sans le moindre début de preuve pour l'étayer donc je crois que je ne vais pas poursuivre cette discussion plus avant.

Écrit par : Stéphane Montabert | 20 février 2015

De toutes manières depuis l'époque d'Al Capone on ne peut pas vraiment dire que les mœurs de la Jet Set Américaine se soient améliorés et dire que beaucoup rêvent d'imiter ce monde là ? si oui il faut savoir assumer ce qui est reproché à DSK

Écrit par : lovejoie | 20 février 2015

Il y a confusion. Dominique Strauss-Kahn n'était pas proxénète. Il était client de prostituées (qu'il ne payait d'ailleurs pas lui-même). C'est exactement le contraire.

Je ne comprends même pas comment ce procès a pu être juridiquement possible.

C'est un procès intenté par le politiquement correct. L'idéologie dominante veut que la prostitution soit un droit de l'homme pour les femmes, mais une scélératesse pour les hommes. La populace se pourlèche de vilipender les vilenies d'un important.

Mais, mutatis mutandis, les moeurs de DSK ne sont pas pires que les pratiques sexuelles de Monsieur Français Moyen, et, je suppose, de Monsieur Suisse Moyen. L'infidélité est glorifiée -- infidélité à quoi, d'ailleurs, puisque le mariage est une curiosité ringarde ? Les écolières se sentent tenues à des pratiques qui auraient fait rougir certaines prostituées, jadis. Les magazines de mères de familles consacrent des dossiers aux "sex-toys". Toutes les femmes sont encouragées à se livrer à la prostitution de fait, grâce à la banalisation du divorce et de la prestation compensatoire.

Si Dominique Strauss-Kahn est passible des tribunaux, alors quel pourcentage de la population française ou suisse en est passible ? 10 % ? 30 % ?

Dois-je rappeler que la prostitution est beaucoup plus légale en Suisse qu'en France, et que la prostitution des mineures y était -- y est encore ? -- autorisée ?

Écrit par : Robert Marchenoir | 20 février 2015

@Robert Marchenoir: Dominique Strauss-Kahn n'a pas été mis en cause en tant que client de prostituées mais pour du proxénétisme - en simplifiant, quelqu'un qui facilite la prostitution par une tierce personne, que ce soit en l'embauchant, en la détournant, en faisant pression sur elle ou en fournissant les moyens de s'y livrer, comme un logement permettant cette activité.

Ce n'est donc pas des actes sexuels de DSK avec des prostituées dont il était accusé mais ceux d'autres personnes que lui et qui avaient accès à ces dernières grâce à lui. Comme d'autres prévenus étaient mis en cause pour les mêmes faits, un aspect du procès concerna évidemment la consommation de prostituées par DSK cette fois-ci alors que certains de ses co-accusés agissaient alors comme proxénètes. Une même personne peut être évidemment à la fois proxénète et client dans plusieurs relations de prostitution, il n'y a rien d'exclusif.

Tout le long, DSK se borna à plaider qu'il ne savait pas qu'il avait affaire à des prostituées même si pareille argumentation est une insulte à l'intelligence.

Sur le plan légal, les juges lillois instruisant le dossier estimaient que DSK ne pouvait ignorer que les femmes qu'on lui présentait étaient des prostituées (au vu de leur tenue et de leur comportement) et mieux encore, qu'il était le "roi de la fête", autrement dit que les fêtes et la prostitution étaient organisées pour lui - ce qui l'en rendait indirectement responsable, c'est-à-dire, juridiquement, complice. En outre, il lui arriva de prêter sa garçonnière pour des actes de prostitution au bénéfice de proches, encore un élément à charge.

Bref, renseignez-vous un peu! DSK n'a pas été mis en cause comme client.

On pourra discuter longuement de la pertinence des qualificatifs de la justice française, des voeux du mariage ou de la banalisation de la prostitution dans la population française, mais tout cela est hors sujet: un procès concerne avant tout la loi face à divers chefs d'accusation.

Écrit par : Stéphane Montabert | 20 février 2015

@ Stéphane Montabert

"Renseignez-vous un peu."

Justement, cher Monsieur. Je refuse de me "renseigner" sur cette affaire. Il y a un moment où l'excès d'information conduit à la finasserie et éloigne de la réalité des choses. La vie est courte et je préfère aller à l'essentiel.

Je ne doute pas que d'éminents juristes ayant consacré des milliers d'heures à des examens inutiles seraient capables de me démontrer que DSK peut, selon la loi, être à bon droit considéré suspect de proxénétisme.

Je milite de mon côté pour l'arrêt de l'enfumage et le retour au bon sens.

Si la loi permet d'accuser DSK de proxénétisme, eh bien c'est que la loi est mal fichue. Une bonne loi est une loi compréhensible immédiatement par la populace dont je fais partie, et non une exquise dentelle accessible uniquement à ceux qui ont fait dix ans d'études spécialisées. Surtout concernant des pratiques aussi anciennes et basiques que la prostitution.

Le client de prostituées est celui qui couche avec elles pour son plaisir, le proxénète est celui qui gagne sa vie en mettant des prostituées sur le trottoir. Voilà ce que sait n'importe quel abruti dans mon genre, et voilà ce que devrait se contenter de traduire en termes plus précis une loi digne de ce nom.

La loi est faite pour faire respecter la morale ordinaire, pas pour imposer, par la bande, l'idéologie d'une minorité qui est le politiquement correct. Idéologie qui aimerait bien interdire complètement la prostitution, et plus précisément criminaliser le client sans criminaliser la prostituée, et au contraire en proclamant le droit sacré pour cette dernière d'exercer son art. Contradiction absurde bien entendu, mais le politiquement correct n'est pas à une contradiction près.

DSK a bien des vices, mais pas celui d'être entrepreneur en prostitution.

Ce qui est anormal, en l'occurrence, c'est la complaisance et l'omerta dont il a bénéficié de la part des médias, de la part du parti socialiste et de la part des "importants" de façon générale. Cette omerta a parfaitement fonctionné. Je me souviens avoir été dans un bistrot plutôt populaire à l'instant où la télévision a annoncé son arrestation à New York. La réaction générale des abonnés du comptoir fut qu'il était innocent, que ce n'était pas possible, que c'était un complot.

Les moeurs de DSK ne relèvent pas de la justice, toutes détestables qu'elles soient. En revanche, vu ses fonctions et ses ambitions, il eut été parfaitement souhaitable qu'elles soient débattues sur la place publique.

S'il y a un motif juridique qu'on aurait pu lui opposer à bon droit, c'est celui du trafic d'influence. Car si tant de gens se pressaient pour satisfaire, à leurs frais, les vices de DSK, ce n'était sans doute pas uniquement par sympathie ou goût partagé de la gaudriole. Fournir en prostituées un futur président de la République permet d'espérer quelques retombées concrètes -- et illégales.

Mais il n'est pas devenu président de la République, et les chambellans de ses plaisirs tarifés n'étaient ni banquiers centraux, ni ministres des Finances, auquel cas ils auraient pu avoir quelque chose à attendre du chef du FMI.

Même des avocats des prostituées se sont désistés de leur action contre DSK.

Je ne doute pas que les abonnés de mon bistrot, après avoir hurlé au complot anti-français au moment de son arrestation par la police américaine, n'aient fini par le fustiger au nom des "puissants qui se croient tout permis". Tout cela n'a pas grand'chose à voir avec la justice.

Écrit par : Robert Marchenoir | 21 février 2015

Il faut creuser un peu pour trouver les vrais tireurs de ficelles du procès DSK. Cet article monte qu'il s'agit du Nid, association de soutien aux prostituées :

http://www.contrepoints.org/2015/02/20/198622-proces-du-carlton-les-larmes-coulent-a-flot

Mais il faut creuser encore davantage pour découvrir que Le Nid n'est pas seulement l'association charitable d'aide aux prostituées qu'il prétend être, mais un groupe militant néo-marxiste, basé sur l'idéologie féministe, dont les véritables objectifs sont :

1. L'abolition de la prostitution.
2. La criminalisation des clients de prostituées.
3. L'impunité pour les prostituées elles-mêmes.
4. La promotion de "la théorie du genre" visant à gommer le rôle spécifique des sexes.

Ces objectifs sont dissimulés. Ils ne figurent nulle part sur la page d'accueil du site du Nid, ni même dans sa rubrique "Qui sommes-nous ?". A première vue, l'association se présente comme un club de personnes dévouées qui aident les prostituées à se sortir de la prostitution :

http://www.mouvementdunid.org

Il faut aller déterrer le pdf de sa brochure de promotion pour trouver ses véritables objectifs :

http://www.mouvementdunid.org/doc/TriptyqueMdN2011.pdf

Là, on retrouve toutes les ignominies du néo-marxisme à la sauce féministe :

"Interdire l’achat de tout acte sexuel, pénaliser les clients prostitueurs."

Notez l'amalgame délibéré entre les clients de prostituées et les proxénètes, exactement celui qu'a tenté d'accréditer le procès DSK.

"Réaffirmer que l’achat d’un acte sexuel constitue une violence faite aux femmes."

Violence faite aux femmes : on retrouve ici ce répugnant jargon gauchiste, singeant le discours religieux, qui fait des femmes des créatures sacrées, éternellement victimes des hommes quoi que fassent ces derniers.

"Supprimer toute forme de répression à l’encontre des personnes prostituées."

C'est ici qu'éclate la duplicité des féministes : on ne peut pas, à la fois, prétendre interdire la prostitution, et, par exemple, hurler à la persécution lorsque des communes tentent d'interdire ou seulement de limiter le racolage dans la rue, qui prend des proportions hallucinantes sur certains points du territoire. Si l'achat d'un acte sexuel est répréhensible, alors sa vente l'est aussi, à plus forte raison.

"Octroyer un titre de séjour aux victimes du proxénétisme."

Et hop ! Encore une revendication gauchiste : favorisons l'immigration de masse, faisons de la prostitution une filière d'immigration de plus, accordons un permis de séjour à des femmes qui sont venues en France illégalement pour se livrer à une activité anti-sociale, de préférence à des candidats attendant sagement dans leur pays une autorisation éventuelle d'immigrer pour se livrer à un travail honnête et productif. Effectivement, une grande part des prostituées en France sont maintenant africaines ou asiatiques, en sorte que réprimer leurs activités, ce serait du "racisme", selon cette vision politiquement correcte.

"Privilégier une éducation non sexiste dès l’école primaire, en déconstruisant les stéréotypes, et éduquer à une sexualité sans tabous et respectueuse du désir de l’autre."

Et allons-y... Déconstruire les stéréotypes, encore un beau... stéréotype de gauche. Profitons-en pour promouvoir la propagande politique en direction des enfants, pour leur enfoncer dans le crâne la "théorie du genre" dès leur plus jeune âge : les hommes et les femmes c'est pareil, on ne naît pas femme on le devient, si je suis né homme je peux devenir femme si je veux, MAIS les hommes sont intrinsèquement des salauds phallocrates et les femmes sont par nature de pauvres victimes exploitées à qui il faut toujours donner raison.

On voit bien que l'action réelle du Nid est très loin de l'image charitable, désintéressée et universelle qu'il cherche à se donner ; on voit bien que son objectif principal ne consiste pas à sortir les prostituées de leur état ; mais à promouvoir l'idéologie gauchiste selon laquelle les femmes sont d'éternelles victimes et les hommes d'éternels exploiteurs. Le procès DSK n'étant qu'une gigantesque mise en scène médiatique permettant de manipuler l'opinion dans ce sens.

Écrit par : Robert Marchenoir | 21 février 2015

Ce n'est pas parce que beaucoup de gens commettent des actes immoraux que la référence à la morale doit être abandonnée. Il en est de même pour la méchanceté, dont le nombre d'exemples n'abolissent pas la notion de bonté, ni son exemplarité et sa recherche.

Écrit par : Mère-Grand | 22 février 2015

@Robert Marchenoir: je pensais sincèrement que vous étiez mal informé. En réalité, vous remettez en question la loi française et c'est votre droit le plus strict ; mais enfin, on ne va pas changer la loi simplement parce qu'un parvenu un peu spécial attend dans le box des accusés.

Quant à l'article sur le Nid, je l'ai lu. Et alors? Que des associations essayent d'instrumentaliser un procès en faveur leur cause, ça les regarde. Si jamais le juge ou le procureur étaient membres de l'association évidemment il y aurait un souci. De même si "Jade" et d'autres prostituées à la barre étaient salariées du Nid ou avaient menti sur leur témoignage sous serment. En l'état, je n'ai pas eu l'impression qu'il y ait eu de grosses contradictions ni que les opinions des uns et des autres aient beaucoup influé sur le déroulement du procès, pas vous?

Si Géo voyait du complot Sarkozyste partout maintenant c'est le tour de l'association crypto-marxiste. Décidément!

Nafissatou Diallo était-elle membre du Nid? Et Tristane Banon? Il n'y a pas besoin de chercher midi à quatorze heures. Quant à la loi sur le proxénétisme, aussi abusive que vous la voyez, elle n'a pas attendu DSK pour exister.

Je pense pour ma part que l'article de Contrepoint sur le Nid est plus une tentative de décrédibiliser le témoignage des prostituées (sans doute en tant qu'êtres inférieurs n'ont-elles pas le droit d'association?) dans le but de préserver la "liberté" de la prostitution. A chacun ses combats.

"Le procès DSK n'étant qu'une gigantesque mise en scène médiatique permettant de manipuler l'opinion dans ce sens."

Oui et c'est pour cela sans doute qu'il sortira de son procès sans être inquiété. Top crédible comme manipulation...

Écrit par : Stéphane Montabert | 22 février 2015

"Si Géo voyait du complot Sarkozyste partout" Ce n'est pas du tout ce que j'ai écrit. Vous surinterprétez.
"son érotomanie encombrante et bien connue de ses camarades, qui se doutaient que le Sarko allait se faire une joie de ressortir, affaire du Carlton par exemple, au moment venu." J'ai entendu beaucoup de gens évoquer sur les chaînes françaises cette hypothèse que Sarko était au courant des frasques de DSK et qu'il comptait bien les ressortir le moment venu. L'affaire du Sofitel était un sale coup pour Sarko...

Écrit par : Géo | 23 février 2015

"Nafissatou Diallo était-elle membre du Nid ? Et Tristane Banon ?"

Ce n'est pas la question. Personne ne nie l'agressivité sexuelle de DSK, ni le fait qu'elle côtoie parfois dangereusement le viol pur et simple, ni le fait qu'elle jette un doute rétrospectif sur ses capacités de dirigeant politique ou de dirigeant tout court.

L'éclairage que j'apporte ne prétend pas blanchir DSK, il s'ajoute à d'autres. Dans la foulée du procès a eu lieu une initative politique pour criminaliser les clients de prostituées. C'est directement lié à cette affaire.

Écrit par : Robert Marchenoir | 23 février 2015

Message à DSK :

http://bescherelletamere.fr/pendant-ce-temps-au-sofitel/

Écrit par : Robert Marchenoir | 24 février 2015

Les commentaires sont fermés.