20 mai 2015

Les Suisses, bons à décapiter?

"Les Suisses ne sont bons qu'à être décapités", proclame un certain Oussama M., Irakien incarcéré en Suisse. Les autorités fédérales, décidément très remontées, ont décidé de "prolonger une nouvelle fois sa détention", explique le Matin. Pas de jours-amende avec sursis ni de réhabilitation aux petits oignons pour le vilain petit canard du vivre-ensemble métissé et festif - en tout cas, pas pour l'instant.

daesh.jpgPadamalgam™, double dose

Sans doute pas au courant que l'islam-ce-n'est-pas-ça (on attend avec impatience le débat télévisé entre un frère Ramadan et ce genre d'olibrius) l'individu explique au Tages Anzeiger qu'il n'y a pas lieu de perdre du temps à essayer de convertir les infidèles: "Les chrétiens suisses ne sont bons que pour la décapitation, pas pour le prosélytisme". On a beau être promis au paradis, il faut utiliser son temps efficacement. D'ailleurs Oussama se préparait à joindre le geste à la parole:

Pour les autorités suisses, Oussama M. était clairement en train de préparer une action en Suisse pour le compte de l'organisation terroriste avec l'aide de deux complices. L'Irakien «est totalement en phase avec les activités de l’État islamique et se considère comme un de ses membres», écrit le Tribunal pénal fédéral. Il se décrit comme un combattant respecté qui a participé à des batailles.


Heureusement, c'est probablement un loup solitaire, le genre de type qui devient méchant à coup de vidéos sur Youtube alors qu'avant il était gentil comme tout et disait bonjours à ses voisins lorsqu'il les croisait dans l'escalier... Rien qui justifierait, par exemple, une remise en question de la politique d'asile habilement conduite par notre conseillère fédérale socialiste Mme Sommaruga... Oups!

Oussama M. a été accueilli en Suisse après une grave blessure en Irak. Il souhaite retourner dans son pays une fois sur pied. Actuellement, il se déplace en chaise roulante. Et même s'il a été soigné et qu'il touche l'aide sociale, il est virulent (sic) avec la Suisse. Selon les autorités fédérales, l'accusé a apporté son soutien à l’État islamique, notamment pour des transferts de fonds. Il aurait aussi eu des contacts avec un membre influent Abu al-Muhajir Akkab, recherché par Interpol. Oussama M. était aussi chargé de mettre en place une cellule terroriste en Suisse chargée de préparer des attentat ici ou en Allemagne.


padama10.jpgLa Suisse est tellement accueillante qu'elle soigne et entretient des gens qui avouent ouvertement leur souhait de décapiter ses habitants! A-t-on jamais vu plus merveilleuse démonstration d'hospitalité? Mais ne vous inquiétez pas outre mesure des propos tenus! Force restera à la loi:

L'Irakien, comme ses deux complices, clame leur innocence depuis des mois. Aucune de ses demandes de libération ne lui a été accordée. En fait, sa détention préventive vient même d'être prolongée jusqu'au 20 septembre au moins.


Prend ça, vil islamiste! Ça calme, hein? Face à un type qui a probablement vu (et commis) des atrocités sans nom en Syrie et en Irak, la perspective d'être incarcéré "jusqu'au 20 septembre au moins" dans une confortable cellule helvétique - à la superficie scrupuleusement conforme aux Droits de l'Homme - doit probablement être terrifiante, faisant vaciller toutes ses convictions.

Ce triste entrefilet de la presse locale n'est qu'un exemple parmi tant d'autres d'une guerre qui gagne en intensité non seulement en Suisse mais dans l'ensemble du monde occidental, et ce d'autant plus que le flot de réfugiés "syriens" que Mme Sommaruga accueille à bras ouverts avec l'argent des contribuables comporte son lot de combattants de l’État Islamique.

La myopie ordinaire

Sans transition, prenons l'exemple imaginaire, mais inspiré de la réalité, de Martine. Martine se définit elle-même comme une amoureuse de la nature ; Martine concrétise cet amour dans un respect scrupuleux des directives officielles édictées par les écologistes et religieusement retransmises par les médias de masse. Martine mange Bio autant qu'elle peut, consomme local, recycle, ne laisse pas ses appareils en veille quand elle y pense, et se maudit intérieurement plusieurs fois par semaine lorsqu'elle est contrainte d'utiliser sa voiture.

Naturellement, Martine vote écolo - les mêmes qui réclament l'accueil de 100'000 réfugiés syriens dans le pays.

Bernard, lui, est fonctionnaire. Employé dans la prestigieuse administration cantonale de Fribourg, son travail est routinier mais finalement confortable. L'argent rentre, il a droit à ses vacances, ses chèques Reka, l'accès à la cantine du personnel. Il ne se foule pas trop mais s'entend bien avec son supérieur, ça compense. Sa progression salariale est garantie et chaque année ses copains syndicalistes réussissent à grappiller un petit plus par-ci ou par-là.

Depuis quelques temps, Bernard dort mal. Sa petite commune de Chevrilles a été sélectionnée par Mme Sommaruga pour implanter un nouveau (et énorme) centre d'accueil pour requérants. Il se demande quel effet cela aura sur la valeur de sa maison et les trajets qu'effectuent quotidiennement ses deux filles. Naturellement, cela ne l'empêchera pas de continuer à voter socialiste.

Thomas, enfin, est un rebelle. Il ne supporte pas les normes sociales rigides. Il se plaint sans arrêt que la Suisse "ne bouge pas assez", qu'elle est trop "réactionnaire" et que sa vie est un carcan. Il rêve d'un revenu universel qui lui permette une vie tranquille avec son copain, bière à volonté et un peu de deal d'herbe au noir comme complément. Il en fume aussi, tant pour oublier ses études qui ne décollent pas que pour mieux planer avec sa musique où on rêve d'un monde ouvert, beau et généreux où tous les humains se tendent la main.

Si Thomas est homosexuel, il ne s'en vante pas - et encore moins depuis vendredi dernier, où il s'est laissé submerger par l'émotion en embrassant son ami devant la gare de Zurich. Il était tard, ils devaient se quitter, mal leur en a pris. Une douzaine d'individus désœuvrés et visiblement étrangers les a vigoureusement houspillés. Les baffes ont commencé à pleuvoir et la situation manquait de dégénérer jusqu'à l'arrivée providentielle d'une patrouille de police qui dispersa l'attroupement. Depuis, Thomas s'efforce de ne plus penser à cet incident troublant, de peur de remettre en question sa vision du monde où l'UDC est le principal obstacle sur le chemin du bonheur.

Responsabilité électorale et priorités

La vie est faite de choix. Nous nous faisons une fierté de proclamer que ces choix sont l'écho de nos valeurs, de notre époque et de notre histoire personnelle ; ce n'est pas toujours vrai. Souvent, ces choix sont aussi les conséquences de notre conformisme, de nos habitudes ou de notre refus d'admettre un problème.

Les exemples de Martine, Bernard ou Thomas n'ont rien de particulier - on pourrait les décliner à l'infini. Mais chacun d'eux aura un petit souci: définir l'ordre de ses priorités face à la menace islamique incarnée par exemple par Oussama. Il y a les choix qu'on fait, mais aussi ceux qu'on refuse de faire.

  • La Suisse est-elle menacée davantage par l'islamisme ou par le réchauffement climatique?
  • La Suisse doit-elle privilégier l'accueil de faux réfugiés ou le respect de son cadre de vie?
  • Comment la Suisse peut-elle promouvoir le respect des homosexuels ou l'égalité homme-femme face à des populations allogènes totalement hostiles à ces concepts?
  • Que vaut la loi des hommes, la démocratie, la liberté d'expression, face à ceux pour qui la seule loi qui vaille est la loi d'Allah? Quel sens y a-t-il à les laisser s'installer sur notre territoire?
  • Quel sens y a-t-il à vouloir renvoyer les criminels étrangers dans leur pays, refuser l'accès à un flot de faux réfugiés, instaurer des quotas pour l'immigration lorsque les autorités élues par ces mêmes citoyens refusent par principe tout contrôle des frontières?

Ces interrogations dérangent - tant et plus que trois-quart des électeurs, et je suis généreux, s'efforcent surtout de ne pas se tourmenter avec des questions de ce genre.

La politique de l'autruche est aussi décriée qu'elle est pratiquée. Si nombre d'élus suisses ont clairement choisi leur camp, la responsabilité finale de leur accès au pouvoir incombe à l'électeur et à nul autre.

« Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime, il est complice. »

George Orwell


Pas besoin d'être devin pour comprendre qu'en Europe la situation va aller en s'aggravant: hordes de requérants d'asile, crise économique, islamisation, guérillas urbaines. L'ère de l'insouciance heureuse est terminée et chaque jour il devient plus dangereux de continuer à faire comme si.

L’État Islamique n'a pas encore un an

Voyant l'évolution des crises dans la période 2010-2015 et leur accélération stupéfiante rien que depuis le début de l'année, on s'effraie à penser à ce que sera devenu le monde en 2020 à ce rythme. Bien avant, nous aurons sans doute d'autres chats à fouetter que l'organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse.

La Suisse n'a plus guère les moyens de continuer à ignorer les problèmes, ou ceux-ci finiront par l'emporter. Mais la prise de conscience requiert le réveil des citoyens, une vision claire des enjeux, et un engagement fort pour appliquer des solutions concrètes. Nous reste-t-il, en tant que peuple, assez d'énergie et de volonté pour organiser notre propre survie? Ou les réglementations sur le ramassage des déchets sont-elles l'aboutissement de notre projet de civilisation?

Nous aurons les réponses à ces questions lors des élections fédérales de cet automne. Je ne vais pas vous mentir, les perspectives ne sont pas bonnes. Si au bout du compte nous nous destinons à n'être que du bétail pour islamistes, c'est aussi parce que nous en aurons décidé ainsi.

Commentaires

Oussama M. : voilà un individu à la pensée particulièrement subtile. Mais pourquoi l'être, doit-il se dire (pendant les moments où il n'est pas occupé à lire le Coran ou à décapiter quelque incroyant) puisqu'ils se montrent tellement prêts à se faire rouler.

Écrit par : Mère-Grand | 20 mai 2015

Il serait temps par exemple de réclamer des statistiques sur l'origine ethnique des soldats de l'armée suisse. Quelqu'un connaît-il un jeune Suisse de souche qui fait l'armée ?
Parce que le jour où on en aura besoin contre le terrorisme islamiste, on risque de drôles de surprises...

Écrit par : Géo | 20 mai 2015

"Salaud d'udeciste !", vous mettez en péril la "tradition humanitaire" de la Suisse ...
Non, je suis sûr que ce n'est que mon imagination qui me joue des tours ...
Personne ne vous insultera de la sorte ...
Quand je pense que Manuel Tornare, ancien maire de Genève et actuel conseiller national veut inclure les insultes homophobes dans l'article pénal ... je me dis que nous, Suisses, nous ne faisons pas suffisamment pour cette minorité.
De plus, nous Suisses, nous nous devons de copier nos voisins français et adopter le "mariage pour tous".
Au nom de l'égalité ... disent-ils ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 21 mai 2015

"Salaud d'udeciste", comment osez-vous mettre en question cette religion de "Paix et d'Amour" ?
Surtout d'amour libre ...
Pauvres homosexuels ... ils sont à la merci des lois saoudiennes, irakiennes et iraniennes et risquent la peine de mort.
Nous Suisses, nous nous devons d'être plus tolérants et défendre ces victimes ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 21 mai 2015

"Salaud d'udeciste" !
Au lieu d'équiper la "meilleure armée du monde" et lui donner 5 milliards, utilisons l'argent du contribuable pour mieux accueillir les réfugiés ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 21 mai 2015

Nous leur accordons au nom de nos valeurs des droits qu'ils nous refusent au nom des leurs...

Écrit par : Minos | 21 mai 2015

@Monsieur Dumitrescu heureusement que l'Armée Suisse compte de nombreuses femmes pour contrer un raisonnement comme le vôtre
Car pour autant qu'on sache encore faire preuve de logique avant d'accueillir de nombreux réfugiés il faudrait déjà régler le problème Jenish et durablement
Certains repoussent les roms gitans,jenishs et il faudrait régler les problèmes de l'UE ? que chaque pays s'occupe de ses propre affaires et que de nombreuses ONG cessent de peindre le diable sur la muraille
De nombreux citoyens en on vraiment marre de cette culpabilité que certains aimeraient leur faire porter .ils en ont plein le râble ce qui depuis 2007 a durablement pris l'ascenseur
Durable, durable mais du râble de lièvre sans hésitation

Écrit par : lovejoie | 21 mai 2015

Je me demandais quelle serait la "potion" que vous ingurgitez du matin au soir, "lovejoie".

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 21 mai 2015

Pour bien respecter vos habitudes, vous êtes une fois encore complètement à côté de la plaque, "lovejoie".
Je vous plaint.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 21 mai 2015

@Victor-Liviu DUMITRESCU: merci de ne pas spammer les commentaires.

Écrit par : Stéphane Montabert | 21 mai 2015

Monsieur Montabert, la même remarque aurait du être faite à "lovejoie", à mon humble avis.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 22 mai 2015

voici une phrase relevée dans un rapport du Général Guisan à l'Assemblée Fédérale dans les années 40,il fallu lutter contre la confiance aveugle et la bonté bien Suisse des gens à l'égard des étrangers
On dirait que cette phrase trouve écho encore de nos jours car cette crise entretenue à bon escient par certains et beaucoup sont de cet avis ,ressemble à s'y méprendre à la situation alimentaire qui régnait en ces temps là
On comprend d'autant mieux pourquoi en 1952 de nombreuses portes se fermaient aux nez des enfants qui vendaient des timbres Pro-Juventute
Beaucoup de gens disent on est entrain d'inventer un monde de pauvres et qui les entretiendra ? la France avec ses rentes de plusieurs années de retard ? non ce sera encore une fois notre pays,merci pour les jeunes soi disant à sauver pour demain
Pauvres autistes votre sort qui n'est déjà pas régler le sera encore moins si on continue ainsi
Ce sont les débats par téléphones entre non internautes qui sont sources de nombreuses prises de position qui n'iront jamais et c'est normal dans le sens de ce monde qui veut tout ,tout de suite sans prendre le temps de réfléchir mais en agissant sans toujours reporter aux calendes grecs ce qui peut se faire le jour même
Merci pour votre blog Monsieur Montabert

Écrit par : lovejoie | 22 mai 2015

@Victor-Liviu DUMITRESCU: Non, je parle d'écrire des commentaires en rafale comme vous le faites dernièrement.

Écrit par : Stéphane Montabert | 22 mai 2015

"Les Suisses, bons à décapiter ?"

Il faut dire que vous avez inventé la tête-de-moine. Moi, j'appelle ça chercher les ennuis...

Écrit par : Robert Marchenoir | 26 mai 2015

Les commentaires sont fermés.