26 juin 2015

Islamisme: le défi de l'apathie

islam,terrorisme,médiasReconnaissons aux agents de l'Etat Islamique une certaine recherche d'originalité: l'attentat simultané dans trois pays différents le même jour est une sorte de nouveauté. En France, un chef d'entreprise a été décapité et sa tête utilisée pour une mise en scène macabre alors que son meurtrier essayait ensuite (sans succès) de faire sauter une usine de traitement de gaz. En Tunisie, un "jeune étudiant" portant grenades et pistolet dans un parasol prit d'assaut une plage, faisant 37 victimes selon le dernier décompte en date, avant de se faire abattre. Au Koweit, un kamikaze déclencha une ceinture d'explosif dans une mosquée chiite bondée, provoquant au moins 25 morts.

Dure journée. Comme l'explique Hasni Abidi, Directeur du Centre d’études arabe et méditerranéen, la conjonction de plusieurs facteurs permettent d'expliquer cette bouffée de violence terroriste: le jour de prière du vendredi, pendant le mois sacré du ramadan au cours duquel il est "bien vu" de périr en faisant un attentat selon certains prédicateurs ; et enfin, la semaine de commémoration du premier anniversaire de l’État Islamique...

Comme d'habitude, la réaction politique consiste à se complaire dans l'immobilisme: on ne fera rien, en tout cas rien de concret. François Hollande se gargarise que la situation justifie pleinement la nouvelle loi sur la surveillance qui vient d'être votée alors même que l'histoire de Yassin Salhi, l'assassin terroriste, démontre l'incompétence totale des services de renseignement et de l'administration sur le sujet:

Cet homme âgé de 35 ans, né le 25 mars 1980, était bien connu des services antiterroristes et habitait dans l'agglomération lyonnaise, à Saint-Priest. (...) Selon des informations de l'Est Républicain, il est originaire de Pontarlier, dans le département du Doubs et se serait radicalisé au contact "d'un prêcheur très virulent" dans la mosquée de cette commune de Franche-Comté. (...)

Bernard Cazeneuve s'est également expliqué en conférence de presse sur la fiche S ("sûreté de l'Etat) dont Yassin Salhi faisait l'objet. Le ministre de l'Intérieur a expliqué que cette procédure, engagée en 2006 pour "radicalisation", prévoit une surveillance discrète.


Carrément discrète, même, au point qu'il soit impossible de la distinguer d'une non-surveillance. La fiche de Yassin Salhi ne fut pas renouvelée en 2008, nous explique-t-on, est-ce à dire qu'il s'était dé-radicalisé? Soit les services antiterroristes se sont largement trompés, soit il s'est encore re-radicalisé depuis (il a eu le temps...) Et au fait, personne ne se demande ce qu'est devenu le fameux "prêcheur très virulent" de Pontarlier? Œuvre-t-il encore? Combien de fidèles a-t-il pu endoctriner depuis dix ans?

Malgré le peu d'intérêt de la cible industrielle choisie en France, la démonstration est faite que les terroristes peuvent frapper partout - et il faut absolument que cette compréhension s'imprime enfin dans le cerveau des dirigeants et de l'opinion publique, car il est vain de combattre le terrorisme avec des mesures sécuritaires classiques. Il n'y a pas et il n'y aura jamais assez de policiers, de gendarmes et de soldats pour protéger tous les aéroports, toutes les manifestations, toutes les écoles juives ou non, tous les entrepôts de stockage de matières explosives. C'est impossible.

Il est tout aussi impossible de vouloir surveiller une population entière, au cas où quelqu'un ose sérieusement plaider une stratégie à ce point vouée à l'échec. Non seulement les islamistes se cachent de mieux en mieux dans la population (Yassin Salhi n'avait même pas de casier judiciaire) mais ils sont de moins en moins stupides lorsqu'ils préparent leurs attentats, une sélection naturelle en quelque sorte ; du coup, ils parviennent bien plus souvent à leurs fins. La France avait été saisie à froid par les attentats de Charlie Hebdo en janvier, mais pour Saint-Quentin-Fallavier elle n'avait aucune excuse.

Alors, comment lutter contre le terrorisme islamique, me demanderez-vous? Tentons une explication articulée autour de quelques points seulement, soit, par ordre décroissant d'importance:

1. Des frontières. Comme la peau pour un organisme, les frontières sont la première ligne de défense d'un territoire donné - choisir qui peut rentrer, qui ne peut pas, et qui doit être expulsé manu militari lorsque c'est possible. En l'occurrence, quiconque soutient et justifie le terrorisme islamique, défend la lapidation, l'établissement du califat, l'infériorité des lois civiles face à la charia, etc. doit être immédiatement expulsé du pays s'il n'en a pas la nationalité, et traité comme un ennemi intérieur -  ce qu'il est objectivement - le cas échéant.

En outre, tout immigrant devrait être clairement mis en face des valeurs du territoire dans lequel il entend pénétrer (par exemple: égalité homme-femme, religion limitée à la sphère privée, liberté d'expression incluant le blasphème etc.) et jurer de s'y soumettre, ou s'en voir refuser l'accès, sans discussion. Le principe de précaution doit primer sur toute autre considération pour garantir la sécurité des autochtones.

2. Le droit fondamental de l'apostasie. Nous ne sommes pas prisonniers de la religion qu'ont choisi pour nous nos parents, pas plus les musulmans que les catholiques, les protestants ou n'importe qui d'autre. Renier sa religion pour en choisir une autre ou aucune est un droit de l'homme absolument fondamental. Ce droit devrait être rappelé à tous en de multiples occasions et les gens qui le refuseraient à leur progéniture, par exemple, devraient être immédiatement expulsés selon le point 1 ci-dessus.

3. De la satire. Il faut se moquer de l'islam. Beaucoup. Non seulement parce que les barbus islamistes sont du plus grand ridicule, mais parce que toute cette religion repose sur des dogmes tellement absurdes qu'elle attire naturellement les moqueries de quiconque doté d'un peu de bon sens. Cela fait des siècles que les humoristes, artistes, intellectuels et autres esprits libres de l'Occident se font une joie de bouffer du curé et de se moquer des chrétiens, dont la construction intellectuelle est pourtant sans comparaison, alors pourquoi l'islam devrait-il être épargné par la critique? Nous en connaissons tous la raison - la lâcheté - mais cela n'empêche pas que tout doive être fait pour préserver au moins la liberté d'expression de ceux qui ont le courage de se livrer à cette critique nécessaire, comme Geert Wilders.

En outre, les réactions outrées et excessives de musulmans que cette liberté d'expression irrite, si elles dépassent elles-mêmes les bornes de cette liberté (incluant par exemple la destruction de propriété ou des menaces de mort lors de manifestations) sont un excellent moyen de trier le bon grain de l'ivraie et de renvoyer tous les incompatibles selon le point 1 ci-dessus.

Voilà.

Quelques mois de ce régime et l'Occident se purgerait assez vite de ses islamistes les plus furieux, sans obliger des centaines de fonctionnaires des services de renseignement à suivre des milliers de terroristes potentiels en essayant de les attraper avant qu'ils ne passent à l'acte (ou, comme nous le verrons de plus en plus souvent, juste un peu trop tard.)

islam,terrorisme,médias

Il y aurait bien sûr d'autres aspects à traiter, comme la surabondance d'aides sociales mal ciblées ou les aventures militaires indéfinies et sans objectif de certaines puissances occidentales, mais ils sont à mon avis moins importants et susciteraient sans doute un débat politique encore plus incertain.

Évidemment, c'est dans ce dernier point que réside toute la difficulté: entre des Français dominés par une oligarchie politique aussi obèse qu'impuissante et des Suisses enfermés dans leurs habitudes électorales et endormis par la mélopée soporifique de leurs médias, le premier défi sera à relever sera celui de l'apathie des populations occidentales. La partie est loin d'être gagnée.

En attendant, il y aura encore des attentats et des morts. Beaucoup.

Commentaires

.... Deuxième paragraphe du point 1 : Mettre "en face des valeurs du territoire dans lequel il entend pénétrer...". Certes ! Voeu pieu et vertueux ? Avec quelques leçons sur la Constitution, le Code pénal et celui des Obligations ?
Pourquoi pas.
Il me semble que depuis quelques milliers d'années les frontières ont posé
davantage de problèmes qu'elle n'en ont résolu. Il n'est pas démontré que leur fermeture soit, à long terme, un meilleur moyen de défense que leur ouverture.
Cela dit, la peau - tous les dermatologues vous le diront - est une (mince)
barrière, à condition, encore, que ce qu'elle recouvre soit en état de se défendre et résister...
GS

Écrit par : gil stauffer | 27 juin 2015

@Monsieur Montabert on serait tenté de vous dire,que le ciel vous entende
Cependant ces Islamistes durs ont la partie belle la plupart de leurs fidèles étant illettrés ou n'ayant reçu que le minimum au niveau éducatif
Ce qui s'est fait au niveau sectaire pour nombre d'enfants en Suisse dont on ne ressort jamais sans plaie ni bosse et ce qui exige en plus de soi-même un important travail pour comprendre que jamais nous ne seront compris par beaucoup d'autres
On a beau faire tous les efforts nécessaires et tous n'ont pas eut la chance de pouvoir vivre en compagnie d'Ecoles de Recrues ou les ordres donnés auront aussi servi à de nombreux enfants .Sans modèle parental ils sont pris modèle sur l'obéissance des Recrues
L'armée avait aussi influencé les ancêtres sectaires surtout les veuves de guerre qui entretenaient des liens sacrés avec l'Armée et quand leurs enfants nos parents en ont pris conscience c'était trop tard ,tous avaient déjà retrouvé leur liberté et surtout leur individualité
Certes on ne peut comparer les époques mais ou l'anarchie ou la Royauté régne en maitre que peut on espérer de la part de ces Djihadistes incapables par eux mêmes de faire la différence entre le bien et le mal et surtout pouvoir choisir par eux mêmes ce qui en fera des adultes responsables et capables de se retourner contre leurs Maitres
Comme chez nous ceux qui étaient nés dans les années 39-40 qui avaient suspendu par les pieds des instits qui lors de leurs caprices hormonaux prenaient plaisir à châtier tout le monde sauf leurs enfants il va de soi
Et quand on voit certains dirigeants vrais* bisounours* qui n'ont que le mot écologie en bouche oubliant d'assurer les arrières de leurs citoyens on fini par dire comme nombre d'anciens ,dieu qu'on est content d'avoir l'âge qu'on a
On a été beaucoup à dire à voix haute ,avec leur système de tout détruire ce qui fonctionnait bien ,de ne penser plus qu'aux animaux à sauver en premier ,de tout trier ,sélectionner tout ceci a réveillé des instincts meurtrier qui eux aussi sont naturels surtout chez les animaux car incapables de discernement tout comme ces jeunes Djihadistes
on ne fait jamais d'omelettes sans casser des œufs et l'on sait aussi qu'en laissant vivre des gens en bidons ville il est inutile d'en attendre des remerciements quelconques et surtout espérer en faire des être capables de prendre leur destin en main ce d'autant si ce sont certaines ONG qui ne sont pas de leur pays qui s'en mêlent
On ne confie pas le sort d'un pays à des étrangers qui veulent bouleverser tous nos us et coutumes il suffit de voir ce qui se passe chez nous on en arrive à créer des comportement d' Islamistes aussi durs et arrogants mais pour une poubelle oubliée sur un trottoir
Très belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 27 juin 2015

On peut se moquer de l'Islam et de ses dogmes, sans doute, mais il n'est pas vrai que cela soit obligatoire, qu'il le faille.

Écrit par : Rémi Mogenet | 27 juin 2015

@Rémi Mogenet: certes. Ne vous méprenez pas sur mes propos: nous devons absolument permettre que ceux qui le veulent puissent le faire, et nous sommes déjà fort éloignés de ce modeste objectif.

Écrit par : Stéphane Montabert | 27 juin 2015

L'essentiel a été dit sur l'omerta gouvernementale française (et autres) dans le C dans l'air de vendredi, notamment le fait que ne sont pas nommément dénoncées les menées des organisations organisations ou courants islamistes (on n'ose même plus dire qu'ils sont musulmans) principalement responsables de la haine de l'Occident: les Salafistes et les Frères musulmans.
Dans la même émission on pouvait comprendre pourquoi des hommes "si tranquilles et sans histoire" (comme aiment à le répéter les voisins) se révèlent tout à coup comme des terroristes capables de décapiter ceux qu'ils haïssent au nom de leur vision de la religion. Voir ou revoir cette émission éviterait l'éternelle répétition des mêmes poncifs que l'on lit et entend dans les médias et dans certains blogs.

Écrit par : Mère-Grand | 27 juin 2015

Gil Stauffer ? çui de la Gazette des Pâturages ? Elle va ressortir quand ?

Écrit par : Géo | 27 juin 2015

De toutes manières que ce soit l'Islam ou une autre religion toutes ont un point commun avec certaines potions médicales ,il faut savoir en user modérément sinon bonjour la toxicité avec comme effets secondaires de graves troubles de la personnalité

Écrit par : lovejoie | 27 juin 2015

Les commentaires sont fermés.