13 septembre 2015

La gauche renanaise face à ses contradictions

La Suisse paisible existe mais elle est en sursis. Il y a peut-être des gens insouciants et heureux à Leysin ou dans des villages reculés des Grisons, qui se croient à l'abri de la déferlante migratoire européenne. Mais ils se trompent: la vague les atteindra eux aussi. Rien que dans notre modeste ville de Renens, l'afflux de migrants a fait parler de lui dans les médias.

Cet été, jusqu'à 80 immigrés illégaux se retrouvèrent à dormir dans les jardins du "sleep-in", une structure d'hébergement d'urgence renano-lausannoise complètement débordée. Après diverses sommations la décision fut prise de les expulser... C'est-à-dire juste de les faire s'installer ailleurs.

Les frontières doivent rester ouverte et tous les étrangers sont les bienvenus... Mais ils sont priés de ne pas s'installer dans une commune de gauche! N'est-ce pas un peu facile?

Me faisant l'écho de tous ceux, excédés, qui enjoignent les apôtres de l'ouverture des frontières à joindre le geste à la parole en accueillant eux-mêmes les migrants, je déposai un texte dont voici la teneur:

[Les] conseillers communaux (...) se proposent d'agir en accord avec leurs convictions politiques pour apporter une aide immédiate à l'inconfort des migrants dans le besoin situés sur la commune ou ses alentours. Ils se portent volontaires pour les héberger chez eux jusqu'à ce qu'une solution pérenne soit trouvée.


Panique à bord! Quelle levée de boucliers! Pendant que certains examinaient scrupuleusement le règlement du conseil communal pour voir comment désamorcer la bombe, des orateurs se succédèrent pour incendier l'UDC en esquivant soigneusement le fond. Finalement, la syndique communiste botta en touche en repoussant le sujet à la séance suivante.

Les plus courageux pourront assister à ces échanges en regardant la vidéo de la séance, les choses intéressantes se déroulent entre 2:51:00 et 3:09:00.

Au cours de cette séquence, un peu avant le dépôt du texte par qui le scandale arrive, Marianne Huguenin tint d'ailleurs des propos instructifs sur les relations entre l’Établissement Vaudois d'Accueil des Migrants (EVAM) et les immigrés illégaux:

...Nous avons cherché à les accompagner dans leur arrivée en Suisse (...) et c'est vrai que nous avons cherché à les orienter sur l'EVAM en sachant que se pose le problème de l'identification. L'EVAM loge ces gens dans la soirée, c'est son job, même s'ils sont en situation illégale, il faut le savoir et la loi sur l'asile et les requérants d'asile oblige le canton à loger non seulement les demandeurs d'asile légaux mais aussi les étrangers en situation irrégulière. Ils doivent les loger. C'est vrai qu'ils doivent être identifiés, avec le risque, qui n'est pas un risque immédiat, mais avec le risque qu'ils puissent être expulsés.

 
Comment loger ces gens dans la soirée? Facile! A l'hôtel. Et c'est le contribuable qui régale.

L'offensive pour mettre la gauche renanaise face à ses responsabilités continuera le mois prochain. J'espère que dans l'intervalle, maintenant que je leur ai soufflé l'idée, tous les donneurs de leçon en auront profité pour accueillir chez eux un migrant!

Les commentaires sont fermés.