19 octobre 2015

Une victoire électorale pas encore décisive

Les résultats électoraux sont donc sous toit: le parlement de 2015 enregistre une progression de la droite PLR et UDC, principalement au détriment du centre-gauche (PDC, PBD, Verts Libéraux). Les Verts reculent mais le PS reste stable.

élections du 18 octobre 2015,udc,médias
Résultats nationaux provisoires, dimanche à 23h

Sur le plan national, l'UDC obtiendrait 11 sièges supplémentaires et le PLR 3. Les Verts Libéraux reculeraient de 5 sièges et les Verts de 4. Le PS perdrait quant à lui trois sièges.

Vent contraire

Face au barrage continu d'articles négatifs auquel l'UDC a dû faire faire face dans les médias tout au long de la campagne, la progression n'en est que plus méritoire. Pour ne reprendre que les exemples donnés par Le Matin, en fer de lance de cette stratégie, au cours des quatre dernières semaines seulement, nous avons eu:

  • Le voyage à 200'000 francs d'Ueli Maurer au Brésil - "En 2014, le ministre des Sports a assisté à un match de la Nati lors de la Coupe du Monde. Mais il s'est rendu au Brésil en jet privé au lieu de prendre un avion de ligne."
    (Oubliant que M. Maurer remplaçait M. Burkhalter au pied levé - affaire évoquée ici)
  • Une guerre intestine déchire l'UDC aux Grisons - "Un encart paru dans la presse grisonne a mis le feu aux poudres. Il accuse le candidat Heinz Brand d'être un profiteur et appelle à voter pour Magdalena Martullo-Blocher."
    (Une bisbille entre deux candidats UDC ne saurait être moins qu'une "guerre intestine")
  • La chemise Edelweiss, icône de l'UDC urbaine - "Symbole de la paysannerie, l’habit a la cote chez les ténors genevois du parti. Moins chez les candidats réellement paysans…"
    (Critique bas de gamme des visuels de l'UDC genevoise. Au fait, combien de paysans votent écolo?)
  • Une affiche de campagne bien mal placée - "Cette affiche des candidats de l'UDC neuchâteloise pour le Conseil national a été placardée sous un panneau «Sortie de carrière»."
    (Faible tentative d'humour)
  • Un élu UDC ferait vivre l'enfer aux animaux - "Déjà condamné en 2013, Roger Schuwey est encore épinglé pour supplice sur animaux."
    (Mise au pilori médiatique sur la base d'une affaire privée et non jugée, sans aucun rapport avec le mandat de l'élu)
  • Un candidat UDC est aussi un rocker déluré - "Le Schwytzois Roland Lutz brigue un siège au National sous les couleurs UDC. Hic: l'homme fait partie d'un groupe de rock provocateur qui joue nu sur scène."
    (Et tous nos journalistes pro-gay-pride de s'inquiéter de la réputation de l'UDC schwytzoise...)
  • L'UDC ne sait plus sur quel pied danser - "L'UDC déboussole ses membres avec ses déclarations contradictoires sur sa volonté de quitter le Conseil fédéral s'il n'y obtient pas un second siège."
    (Il suffit qu'un élu fasse une déclaration contradictoire pour que le journaliste proclame que les membres de l'UDC soient "déboussolés"...)
  • Christoph Blocher détient-il un Hodler spolié? - "Une œuvre de Ferdinand Hodler dans la collection de Christoph Blocher pourrait relever de l'art spolié par les Nazis. Le vice-président de l'UDC est au courant des soupçons."
    (Un carton plein de mots-clés connotés, sur la base d'une rumeur, à dix jours des élections)

Si Le Matin est emblématique de ce matraquage il n'est en rien unique ; pensons au 20 Minutes et son "enquête" martelant comme d'habitude que l'électorat UDC est pauvre et sans instruction, ou 24Heures proclamant carrément un auto-piratage des affiches du parti... Et il faudrait répéter l'opération pour d'autres journaux encore, les chaînes de radio, les émissions de la RTS. Un travail à plein temps!

A titre de comparaison, voici le seul article négatif à l'encontre du PS que Le Matin est parvenu à publier sur la même période:

Il remonte au 23 septembre. Son titre est en outre trompeur, car il est moins question de tutoiement que de l'utilisation de données privées dans une missive (le candidat socialiste valaisan mentionne l'âge de ses destinataires) ce qui a entraîné près d’une dizaine de plaintes auprès du préposé à la protection des données du canton. On a donc, comme d'habitude, un traitement pour le moins bienveillant de l'information lorsqu'elle ne concerne pas l'UDC.

Si les médias se sont plaints d'une campagne fade et ennuyeuse ils en sont les premiers responsables. Pas un mot sur l'alignement pro-européen des partis politiques, leur attrait pour l'importation de réfugiés, leur absence de respect pour la démocratie directe... Aucune mise en perspective des enjeux, aucune vision d'ensemble des conséquences des élections fédérales 2015: la fouille des poubelles anti-UDC a tenu lieu d'information. Mais le public, de plus en plus conscient de ces manipulations cousues de fil blanc, n'a pas mordu à l'hameçon.

Résultats vaudois

Selon les résultats officiels, la distribution des 18 sièges au Conseil National dans le canton évolue comme suit, avec un PLR soufflant un siège aux socialistes:

  • PLR, 5 sièges (+1)
  • PS, 5 sièges (-1)
  • UDC, 4 sièges (-)
  • Verts, 2 sièges (-)
  • Verts Libéraux, 1 siège (-)
  • PDC, 1 siège (-)

L'UDC n'a que quatre sièges, mais fait venir du sang neuf à Berne par le biais de deux nouveaux élus - Jacques Nicolet et Michaël Buffat. Fabienne Despot, traînant les conséquences du scandale de cet été, est massivement biffée par les électeurs et finit à la 11e place de la liste, tout en refusant de comprendre le message. Les citoyens se sont chargés de prendre les décisions que le congrès vaudois du mois d'août n'a pas eu le courage d'assumer.

Sous de meilleurs auspices, l'UDC vaudoise aurait peut-être pu espérer un cinquième siège. Ce n'est que partie remise. Compte tenu des contrariétés traversées par la formation politique cet été, le score obtenu n'est pas mauvais. La représentation fédérale vaudoise gagne en qualité ce qu'elle échoue à remporter en quantité. Je me réjouis pour ma part d'avoir placé un de mes quatre favoris au Conseil National.

Saluons enfin l'éjection du dogmatique Christian van Singer des Verts et de l'anti-UDC Fathi Derder du PLR, leurs remplaçants ne pouvant certainement pas être pires.

Les prochaines batailles de la fin de l'année

Même si les tendances sont claires, le second tour de l'élection au Conseil des États reste ouvert. Il n'est pas certain du tout que recul du centre-gauche auquel les citoyens ont assisté aujourd'hui ne se confirme lors du second tour de l'élection à la Chambre Haute.

Les alliances, les retraits et les maintiens calculés contribueront probablement davantage à emporter les décisions que la volonté électorale des citoyens helvétiques qui ont clairement poussé à droite ce dimanche. Attendons-nous à un gros effort de mobilisation de la gauche, avec force éditoriaux invitant à sauvegarder l'influence du centre-gauche au Conseil des Etats.

D'une certaine manière, ce second tour sera une très bonne répétition de ce qui attend le peuple suisse lors des élections du Conseil Fédéral en décembre, avec son lot d'alliances et de connivences. L'UDC a clairement droit à un second siège au gouvernement mais Christian Levrat du PS a immédiatement temporisé en décrétant que la situation était "grosso-modo stable", un appel du pied à une reconduction du déséquilibre démocratique actuel - et peu importe que le PBD, qui ne compte plus que 4,1% des suffrages à l'échelle nationale, soit la cheville ouvrière de cette mascarade. Qu'importe le manque de représentativité s'il peut servir à barrer la route à l'UDC!

Plus que jamais, l'élection au CF est elle-même suspendue à la volonté d'Evelyne Widmer-Schlumpf de reconduire ou non sa candidature pour un nouveau mandat de quatre ans. La Grisonne n'a pas encore fait connaître ses intentions.

Les nombreux citoyens suisses qui ont soutenu l'UDC doivent se rappeler que la classe politique ne leur fera pas plus de cadeaux que ne lui en font les médias. Toute progression ne pourra être arrachée que de haute lutte. Aujourd'hui, l'UDC atteint avec 29,5% un plus haut historique. Le record précédent remontait à 2007 avec 28,9% des suffrages... Un score tout aussi historique qui n'empêcha pas la nouvelle Assemblée Fédérale d'évincer du gouvernement un certain Christoph Blocher deux mois plus tard.

S'il y a bien une chose qui distingue les élus fédéraux des gens normaux, c'est leur absence de scrupules. L'UDC a gagné les élections mais rien n'oblige le nouveau Parlement à en tenir compte. Enfin, la progression de la droite est aussi celle du PLR - un parti qui démontre régulièrement sa soumission à l'Union Européenne et refuse de mettre en œuvre l'initiative du 9 février.

Le chemin est donc encore long, et le triomphalisme n'est pas de mise.

Commentaires

Cette attitude de la presse est probablement très contra-productive et est peut-être une des clés de votre succès. Les ficelles sont tellement grosses - les journalistes ne sont plus aujourd'hui recrutés selon leur intelligence et leur culture mais en fonction de leur soumission au chef, au commissaire politique - que la plupart des lecteurs ne peut pas ne pas les remarquer. Joue alors le réflexe du justicier : ces gens-là mentent et cherchent à nous tromper, donc je vote pour ceux qu'ils combattent...

Écrit par : Géo | 19 octobre 2015

C'est vrai que le triomphalisme n'est de mise mais au moins, on peut voir quelle est la volonté du souverain, le seul, le vrai. Je voudrais souligner ici l'attitude scandaleuse de Darius Rochebin lors de son interview d'Oskar Freysinger au JT de 19:30, hier, 18 octobre 2015, en mettant en cause son sérieux, ses capacités, sa réputation et même sa queue de cheval !!! Ma femme et moi étions abasourdis !

Bravo l'UDC !!! Et n'oublions pas qu'une victoire n'est pas qu'une victoire, c'est aussi un coup porté à l'ennemi et qui fait aussi de la casse ! Il n'y avait qu'à voir, avec une certaine satisfaction, les têtes de Levrat et Darbellay hier soir.

Écrit par : Pierre Henri | 19 octobre 2015

Les vaudois, j'espère que vous serez assez intelligents, cette fois, pour déterminer ce que vous devez faire pour augmenter le pouvoir de la droite à Berne, lors du 2ème tour aux Etats!

Tout à fait d'accord avec P-Henri et il faut maintenant enfoncer le clou pour que ces 2 lascars magouilleurs qui avaient certainement une "saloperie" dans leur stratégie, soient neutralisés!
(je pense que darbellay, avec l'aide grassieuse de levrat, envisageait sa candidature au CF par la demande du 2ème siège au centre)
Beaucoup de gens ont relevé le regard noir de darbellay et le malaise de levrat!

En plus le socialo a eu le culot de dire qu'il ne voterait pas pour la réélection de M. Maurer, et c'est l'UDC que l'on accuse de ne pas vouloir respecter la concordance!

Écrit par : Corélande | 19 octobre 2015

En effet, on vous attend au contour du 2ème tour pour le conseil des états. On saura à ce moment ce qu'il faut penser de l'UDC vaudoise. Et sans blague, si vous présentez un candidat contre Olivier Français, ce sera la guerre et pour longtemps. Il y a des choses qui ne se pardonnent pas.

Écrit par : Géo | 19 octobre 2015

Concernant le CF, il s'agit surtout de savoir quel UDC pourrait travailler en collégialité.
Hormis, l'UDC, tous, y compris le PLR, souhaitent des relations pragmatiques avec l'Europe, et donc avec des bilatérales. 30% de la population qui votent pour l'UDC, c'est beaucoup, mais très loin de la majorité de la population qui pourrait permettre à l'UDC de s'imposer sur ce sujet.

En collégialité, le futur élu UDC devra accepter d'avaler des couleuvres, comme ces futurs collègues doivent le faire parfois.
Au vu des forces en présences, la finalité du choix sera dans les mains du PLR. Le PLR va forcément choisir quelqu'un de consensuel.

Écrit par : Glob | 19 octobre 2015

@Corélande et Géo: visiblement vous avez le 2e tour au Conseil des Etats en ligne de mire. L'UDC tient congrès ce soir pour décider de la stratégie. J'aurai j'espère l'occasion d'en rendre compte demain.

A titre personnel, je suis un peu circonspect face au PLR vaudois et à M. Français. Je souhaite bien sûr lutter contre la gauche représentée par Mme Savary et M. Recordon, mais il y a des obstacles sur le chemin:
- M. Français a plusieurs fois étalé son mépris de l'UDC et de ses électeurs ;
- Le PLR vaudois a régulièrement refusé la main tendue par l'UDC pour des apparentements.

Il y a donc un problème d'attitude côté PLR, qui s'attend à recevoir mais ne donne semble-t-il rien en retour - une attitude condescendante qui sera probablement renforcée encore par le succès électoral de ce parti dimanche. Or, pour citer un poète français, Henri Étienne, "Courtoisie qui ne vient que d'un côté ne peut longuement durer."

Enfin, et c'est sans doute le plus grave, je n'ai pour l'instant guère de preuves que M. Français voterait différemment de la gauche sur les questions essentielles qui menacent l'avenir de la Suisse (immigration de masse, abus dans l'asile, relations avec l'Union Européenne).

Donc j'écouterais soigneusement les positions défendues par mes pairs si le PLR propose quelque chose de son côté, mais mon soutien à M. Français est loin d'être acquis. L'expérience m'a hélas appris que l'étiquette du PLR n'est pas gage d'une position assumée à droite.

Écrit par : Stéphane Montabert | 19 octobre 2015

Je sais pas si vous avez vu qui est sur la touche ; adèle thorrens et Schwaab, alors franchement O.F. :-)le vaudois, ça vaut mieux que les deux hurluberlus susmentionnés et le duo savary-recordon!
En plus le PLR aura besoin de l'UDC aussi, c'est l'UDC qui a fait un carton, pas le contraire!

Écrit par : Corélande | 19 octobre 2015

@Glob

Ce qu'ils appellent "collégialité" signifie en fait "diktat de gauche". Nous devons élire le Conseil Fédéral nous-mêmes et ça évitera toute magouille. La consensualité, c'est toujours en faveur de la gauche. STOP !

Écrit par : Pierre Henri | 19 octobre 2015

@Stéphane Montabert : "L'expérience m'a hélas appris que l'étiquette du PLR n'est pas gage d'une position assumée à droite."
--

La différence essentielle entre le PLR et le PS, c'est que les premiers sont en costume cravate et rasés de près, et les seconds sont en chandail écolo avec une barbe de 3 jours. Pour le reste, ils se rejoignent sur les sujets brûlants et préoccupant, dans le sens que pour eux, ça n'est pas un problème alors que ça l'est pour les citoyens et l'UDC...

Écrit par : Pierre Henri | 19 octobre 2015

Aligner un candidat contre O. Français, c'est trahir la droite.
Le soutenir, c'est, sur certain points trahir les militants UDC.

Est-ce qu'à court-moyen terme, il y aura un candidat UDC suffisamment charismatique pour être dans le trio de tête aux Etats ? Si la réponse est non, alors mieux vaut être le faire valoir du PLR, et donc il faut soutenir le PLR.

Écrit par : Glob | 19 octobre 2015

@Corélande: Vous soulevez un point intéressant, les viennent-ensuite après une élection au Conseil des Etats. Citant un article du Matin:

"Adèle Thorens, la co-présidente des Verts suisses, et Jean Christophe Schwaab (PS) ont également connu un revers en n'étant pour l'instant pas élus. Mais ils seront repêchés si Géraldine Savary et Luc Recordon sont élus au Conseil des Etats lors du second tour, à l'image de Fathi Derder si Olivier Français devait être élu à la Chambre des cantons."

Donc deux des trois personnes suivantes accèderont au Conseil National quoi qu'il advienne après le second tour des élections au Conseil des Etats:
- Jean Christophe Schwaab
- Adèle Thorens
- Fathi Derder

Trois anti-UDC viscéraux. Soutenir Olivier Français pour repêcher à Berne un Fathi Derder n'est pas pour me motiver beaucoup!

@Glob: "Aligner un candidat contre O. Français, c'est trahir la droite.
Le soutenir, c'est, sur certain points trahir les militants UDC."

La Droite n'existe guère comme force unie dans le canton de Vaud. Et ce n'est pas la faute de l'UDC.

Écrit par : Stéphane Montabert | 19 octobre 2015

Oups c'est vrai que j'avais oublié le derder! Vos arguments sont valables en effet et bien pensés!
Enfin c'est comme en Valais, faites vos choix, vous êtes les mieux à même pour le faire, et nous nous ferons le boulot sur le terrain!
Je m'engage encore pour ces 3 semaines, car on a le référendum en même temps, et comme ça signe facile c'est un plaisir!

Écrit par : Corélande | 19 octobre 2015

Je sais bien qu'il y a une aile gauche insupportable au PLR. Je veux bien que Français a une attitude parfois hostile avec l'UDC. Mais Recordon, c'est l'autre côté et présenter un candidat UDC, c'est voter pour lui et le faire passer. Entre deux maux, il faut choisir le moindre. Le contraire est impardonnable, je le répète.

Écrit par : Géo | 19 octobre 2015

Selon l'article de 24 heures : "Olivier Français devra se battre seul. L’UDC renonce en même temps à maintenir au second tour ses candidats Michaël Buffat et Fabienne Despot"
OK, pas de problème. J'avais peur que vous présentiez un candidat pour saboter l'élection de OF. cette option lui laisse toutes ses chances de battre Recordon, les électeurs UDC sachant pour qui voter au second tour, malgré leur (légitime) mauvaise humeur...

Écrit par : Géo | 20 octobre 2015

Géo, avoir derder par défaut à la place c'est de loin pas mieux et cela ferai avec OF-VD deux "électrons libres" capables des pires coups tordus.

Ce matin je vois que le choix est fait! C'est bien, comme en Valais!

Nous allons pouvoir compter sur la Suisse allemande, c'est pas nouveau et bien heureux. La Suisse romande a bien fait progressé les rangs c'est déjà bien.
Les socialos et verts pourront être neutralisés en raison de leurs pertes et comme le PDC a dû avoir la "trouille de sa vie" ils vont devoir respecter un peu mieux les volontés du peuple avant les leurs!

Écrit par : Corélande | 20 octobre 2015

Corélande@ On parle du conseil des États. Vaud et Genève sont jusqu'ici représentés chacun par deux gauchistes, ce qui est franchement honteux. J'espère vraiment que les Vaudois vont se bouger pour faire passer OF plutôt que LR...
Derder a pris une baffe. S'il devait retourner à Berne, il s'y montrerait vraisemblablement plus prudent...

Écrit par : Géo | 20 octobre 2015

Géo, moi aussi j'aimerais bien voir la droite nettement plus représentée au
Conseil des Etats, mais l'UDC a toujours été seul(avec le peuple) et il faut se méfier des PLR. Eux sont très accros à leurs porte-monnaie et leurs bénéfices ! Regardez ceux qui gueulent encore sur la BNS et voyez les bénéfices faits; avant investissements bien sûr! Quant aux Ouvriers je n'ai pas besoin de vous répéter la manière dont ils s'en séparent et comment ils se foutent d'eux en matière de dumping salarial contre les Suisses!

En Valais je n'ose ici vous dire comment l'UDC a été reçue pour un ticket commun avec Grichting! (un patron qui croit que la politique c'est un amuse-gueule au petit-déj)Le peuple valaisan appréciera!

Écrit par : Corélande | 20 octobre 2015

Je pense que le PLR (vaudois) est en progrès depuis que Frédéric Borloz le préside. Il revient de loin, souvenez-vous de Yves Christen (le parti radical est un parti de gauche...), de Serge Melly, syndic radical activiste pro-migrants...

Écrit par : Géo | 20 octobre 2015

"souvenez-vous de Yves Christen (le parti radical est un parti de gauche...), de Serge Melly, syndic radical activiste pro-migrants..."
Toujours cette exagération, cette outrance, simpliste et réductrice.

Écrit par : Antoine | 21 octobre 2015

Ce n'est pas de l'exagération : ces gens peuvent être vus comme cela. Disons que c'est un point de vue partisan. Je pense que l'aile gauche du parti radical a fait énormément de mal. Entre autres, le dopage de l'UDC qui se révèle, comme c'était assez prévisible, assez peu compétente en matière de gestion du pouvoir...

Écrit par : Géo | 21 octobre 2015

Les commentaires sont fermés.