20 mars 2016

La Municipalité de Renens est sous toit

Ce dimanche vit le second tour des élections à la Municipalité dans diverses communes du canton de Vaud, dont celle de Renens, où votre serviteur était candidat!

La participation était de 25,34%, un score minable et encore en baisse par rapport au premier tour. Là où le scrutin du 28 février proposait en plus des élections des objets susceptibles de mobiliser l'électorat, l'affiche de ce 20 mars ne concernait rien d'autre qu'un référendum de l'extrême-gauche contre la troisième réforme de l'imposition des entreprises (RIE III) dont le résultat était couru d'avance à partir du moment où même les socialistes choisirent de la soutenir.

Le dépouillement occupa les vaillants sélectionnés une partie de la journée avant que les résultats officiels ne soient publiés au cours de l'après-midi. Si vous vous posez la question, RIE III fut acceptée à 87,12% au niveau cantonal...

Voici donc sous forme de tableau les résultats du 2e tour par ordre de popularité des Municipaux, étant entendu que les sept premiers décrochent une place à la Municipalité:

Municipalité (7 sièges)
  2e tour
1er tour
Jean-François Clément (PS) - Réélu 1'967 1'634
Tinetta Maystre (Les Verts) - Réélue 1'914 1'073
Didier Divorne (POP) - Réélu 1'871 1'281
Myriam Romano-Malagrifa (PS) - Réélue 1'786 1'587
Patricia Zurcher Maquignaz (PS) - Nouvelle élue
1'754 1'344
Karine Clerc (POP) - Nouvelle élue 1'663 1'071
Olivier Golaz (PLR) - Réélu 1'300 1'279
Jean-Marc Dupuis (PLR) - Non réélu 1'236 1'188
Stéphane Montabert (UDC) - Non élu 526 678

Nous verrons donc une Municipalité fortement ancrée à gauche avec 3 socialistes, 2 communistes et 1 verte, et un rescapé PLR perdu au milieu.

L'étonnante progression de la gauche s'explique aisément. Au premier tour, chaque parti présentait ses candidats sur une liste propre ; au second, les partis de gauche s'affichèrent sur un ticket commun. Les six mêmes noms se retrouvèrent ainsi sur un bulletin de vote unique réunissant les voix de tous ceux qui avaient soutenu les socialistes ou les communistes ou les verts au premier tour. Le cumul des voix garantit un score retentissant! On notera notamment la remontée spectaculaire de Mme Maystre, propulsée de la septième à la deuxième place entre les deux scrutins. Les électeurs de gauche ont joué à plein le jeu de l'unité.

Bien sûr, la droite aurait dû avoir l'intelligence de faire de même mais s'en abstint à cause d'un refus du PLR ; les raisons de ce désastre prévisible sont expliquées ici. Le résultat ne se fit pas attendre: le PLR perd un siège, alors qu'une alliance avec l'UDC aurait visiblement permis à M. Dupuis de passer devant Mme Clerc et donc de sauver son siège.

Une droite à reconstruire

Berné par les promesses de la gauche, le PLR renanais partait perdant en déclinant une alliance avec l'UDC. Il lutta comme un beau diable durant la campagne l'espoir de combler son retard et n'y parvint pas. Le résultat des urnes montre qu'il était assez loin du compte.

élections,municipalité,plr,udc

L'affiche de campagne du PLR pour le second tour, aussi confuse que les positions du parti.

Cette combativité tardive était plutôt une bonne surprise mais ne pouvait plus rien sauver à partir du moment où la droite partait divisée. La droite unie correspond évidemment au souhait des électeurs ; sur de nombreux bulletins les Renanais choisirent d'associer PLR et UDC.

De mon côté, je ferme la marche, ce qui est conforme au rôle d'outsider que j'ai tenu durant toute la campagne. Nous nous sommes bien battus et je n'ai pas à rougir de mon score ; sa relative diminution s'explique par des Renanais qui prêtèrent foi au discours PLR appelant à "sauver la droite".

élections,municipalité,plr,udcJe salue et j'exprime mon plus profond respect à l'équipe UDC de Renens qui m'aida par son implication et son énergie à mener une très belle campagne. Une alliance avec le PLR aurait été nécessaire pour un meilleur résultat mais celle-ci était de toute façon délicate avec un parti qui passa son temps à voter avec la gauche durant la législature écoulée.

C'est d'ailleurs pour cette raison que je me lançai au second tour avec le slogan "Pour une vraie droite à Renens", étant entendu qu'aujourd'hui seule l'UDC représente une réelle opposition. Après tout, avec six sièges pour la gauche, autant accorder le septième à un véritable opposant plutôt qu'à un béni-oui-oui!

Ce soir le PLR renanais est face à de profondes interrogations. S'il se contente d'être le strapontin de la majorité de gauche, alors toute alliance entre nos formations restera difficile. Le PLR restera vissé sur son dernier siège jusqu'à ce que les électeurs de droite se lassent d'une opposition de pacotille. Si au contraire il assume enfin son rôle à droite - posture à laquelle il n'est guère habitué - alors nous pourrons travailler main dans la main et proposer à Renens un autre futur que la trajectoire actuelle de chômage, d'assistanat social et de chantiers publics financés par la dette.

Le PLR a donc son destin entre ses mains. Nous verrons dans les cinq ans à venir le chemin qu'il s'est choisi.

En attendant, que tous les Renanais qui ont eu la flemme de s'impliquer dans les élections communales ne viennent pas se plaindre de ce qui les attend!

Les commentaires sont fermés.