28 avril 2016

Budapest, Vienne et Berne

Quelques jours après la victoire du FPÖ au premier tour des élections présidentielles autrichiennes, le changement de paradigme a bien eu lieu, s'inscrivant en lettres de feu dans la conscience des politiciens de Vienne. La politique migratoire devient le facteur décisionnel majeur de l'opinion, tous les autres aspects de la vie publique étant relégués à des rôles secondaires.

Les médias dénoncent désormais de "l'Orbanisation" de l'Autriche, selon l'adjectif façonné pour décrire la façon dont le dirigeant hongrois Viktor Orbán a décidé de faire face au flux migratoire, fermant la frontière hongroise avec des barbelés et mettant en place en urgence tout un train de mesures législatives pour criminaliser les franchissements intempestifs.

En Suisse tout particulièrement, de nombreux esprits brillants expliquent régulièrement sur les plateaux de télévision et dans les colonnes des journaux l'absurdité d'une politique de fermeture des frontières, trop chère, difficile, impraticable, et finalement impossible. Ils ont juste un petit problème avec ce graphique:

migrants_hongrie.gif

L'odieux Viktor Orbán a vraiment de quoi se faire détester. Non seulement son approche du problème est contraire à tous les principes de réalisme dont se gargarise le lobby pro-migratoire mais en plus, elle fonctionne. Quel abominable individu!

Si pareille information se diffuse fatalement mal dans nombre de pays européens où la caste dirigeante garde encore sa mainmise sur l'opinion publique, tel n'est plus le cas là où l'assaut migratoire est une réalité indiscutable, dont l'Autriche. La réussite hongroise a tardivement convaincu les politiciens d'agir dans le sens souhaité par la population.

Il serait cynique d'y voir une tardive réaction au score du FPÖ le week-end dernier, bien entendu. Pareil train de mesure se prend typiquement entre les deux tours d'un scrutin présidentiel...

Quoi qu'il en soit, l'impulsion est finalement arrivée. Les autorités autrichiennes prennent le taureau par les cornes. Les journalistes pro-immigration se lamentent:

Le mercredi 27 avril restera un jour noir pour les défenseurs des droits humains d’un pays, l’Autriche, qui fut longtemps synonyme de terre d’asile (...) les réfugiés syriens, afghans ou irakiens auront un permis de séjour limité dans le temps. Au bout de trois ans, la situation dans leur pays d’origine sera examinée. Si la guerre y est finie, ils devront rentrer chez eux. (...)

Anticipant une possible arrivée massive, cet été, de réfugiés en provenance d’Italie, Vienne veut pouvoir mettre en place un régime d’exception, valable deux ans, afin de refouler les migrants à ses frontières, si son administration se juge dépassée. Les réfugiés, même de nationalité syrienne ou irakienne, devront alors prouver qu’ils sont persécutés dans le pays par lequel ils sont arrivés en Autriche.

 

Apparemment, formaliser l'asile comme quelque chose de temporaire fait de vous la lie de l'humanité. De même que de chercher à préserver l'équilibre intérieur du pays d'accueil. De même que de poser une simple question de bon sens: "venez-vous seulement d'un pays où vous êtes persécuté?"

Pas le pays où vous êtes , pas le pays de vos ancêtre ou celui où vous viviez il y a trois, cinq ou dix ans, pas un pays où vous vous sentiriez malheureux, mais le pays d'où vous venez maintenant, un pays où vous seriez persécuté, alors que vous frappez à la porte de l'Autriche?

La question s'inscrit dans une conformité totale avec les Accords de Dublin, sur le fond comme sur la forme. Mais tout le monde semble avoir oublié les Accords de Dublin, en particulier ses plus fervents apôtres, ceux qui invoquent le Droit International à tout bout de champ. La fièvre anti-frontière fait perdre tout sens commun.

Au bout du compte, Budapest trouve une solution. Vienne, après l'avoir beaucoup critiquée, lui emboîte le pas. Et à Berne?

A Berne, rien du tout. Rien n'est plus frappant que le contraste entre le réalisme désormais affiché des capitales d'Autriche et de Hongrie et le cirque perpétuel du Palais Fédéral helvétique. A Berne, Mme Simonetta Sommaruga supporte tellement peu la critique qu'elle la fuit lorsque M. Roger Köppel rappelle ses contradictions, en parlant de l'extension de la libre-circulation des personnes à la Croatie:

« Je m’étonne de voir avec quelle manière frivole, avec quelle légèreté, vous, Madame Sommaruga, vous vous asseyez sur des dispositions constitutionnelles que jusqu'à il y a peu vous défendiez avec véhémence. »


Et M. Köppel n'est pas seul, j'avais moi-même formulé un constat identique.

Les journalistes locaux font bien sûr leur travail "d'information" sur l'accrochage. Ils tentent de rameuter l'opinion pour soutenir la gentille conseillère fédérale contre l'odieux tribun zurichois. La sauce ne prend pas. Lui n'a rien à se reprocher et les internautes s'interrogent: "Je ne vois pas ce qu'il y a de virulent dans les propos de Roger Köppel." Sur 20 minutes, on prend carrément fait et cause pour le conseiller national UDC.

Les médias, surtout, déploient des trésors d'ingéniosité pour ne pas évoquer le fond. Accordons-leur au moins que la situation est effectivement différente: Viktor Orbán doit rendre des comptes à son peuple ; les politiciens autrichiens manœuvrent dans la peur dans l'attente d'un second tour électoral difficile en mai ; en Suisse, en revanche, Mme Sommaruga n'a de comptes à rendre à personne. Soutenue par la majorité des parlementaires, elle peut ignorer royalement tant l'opinion publique que la crise des migrants et tout ce qui s'ensuit. Pareilles choses valent bien peu face à un crime de lèse-majesté.

Quelle ironie! La Suisse se veut une démocratie directe mais la démocratie n'y est nulle part plus méprisée par sa classe politique. Il y a pourtant urgence: le flot des migrants ne faiblit pas et se rapproche toujours plus de la Suisse. S'il faut arriver en Allemagne et que l'Autriche se referme, par où passeront les hordes qui s'échouent en Italie? Si Budapest et Vienne ferment les portes et que Berne dilapide un temps précieux en crises d'ego, que va-t-il se passer?

Je vous laisse deviner.

Commentaires

Mais n'oubliez pas cher ami, que le CF a pris une décision à la majorité; c'est-à-dire contre les 2 minoritaires que sont MM. Ueli Maurer et Guy Parmelin.
La Suisse enverra les soldats pour renforcer les gardes-frontières sous la condition que nous enregistrions 30'000 demandes d'asile en 1 (une) semaine.....mais quelle est bonne la gestion de notre CF.....!!!!!!
Avec la détermination des Autrichiens et des Hongrois, le ras-le-bol des Italiens sur "Dublin", cela ne devrait pas tarder!

D'avance merci aux 5 simplets pour leurs mesures adéquates et répondant à la volonté populaire exprimée déjà le 9.6.2013 à 78,4% de oui sur les modifications URGENTES de la loi sur l'asile, et pour laquelle nous allons devoir revenir par référendum le 5 juin prochain!

Écrit par : Corélande | 29 avril 2016

N'y-a-t'il pas une loi d'imputabilité en Suisse, lorsque les politiques dérogent de la Constitution ils devraient être jugés criminalement responsables ?

Écrit par : 100 blagues | 29 avril 2016

@100 blagues: non, il n'y a rien de tel. La démocratie directe helvétique n'offre absolument aucun moyen pour destituer un Conseiller fédéral, aussi nuisible ou incompétent soit-il, ni par le biais du Parlement, ni par une décision du peuple. En général les partis peuvent faire pression pour éviter qu'un tel individu ne nuise trop à leur propre famille politique mais cela s'arrête là.

Vous pourriez théoriquement attaquer un membre du gouvernement en justice pour trahison ou quelque chose comme cela mais sachant que les juges fédéraux sont nommés par le Parlement, leur indépendance politique est nulle et vos chances de succès également.

Dans le cas de Mme Sommaruga, il faudra attendre 2019 pour tenter de la retirer du gouvernement, mais n'oubliez pas qu'elle est soutenue par toutes les formations du parlement hormis l'UDC...

Écrit par : Stéphane Montabert | 29 avril 2016

Des jours, j'aimerais être russe, polonais, hongrois.
Ou autrichien.

http://fr.novopress.info/wp-content/uploads/2016/04/Hofer-Affiche-Heimat.jpeg

http://i.dailymail.co.uk/i/pix/2016/04/24/16/337ED7AD00000578-3555916-image-a-56_1461513047138.jpg

Nous, on a une ministre qui part aux toilettes quand les vraies questions sont posées et une armée qui s'apprête à distribuer des oranges à la frontière.

Un jour, j'aimerais à nouveau dire, je suis heureux d'être suisse.

Écrit par : Paul Bär | 29 avril 2016

Mes affaires sont prêtes et mon gîte offshore se précise. Donc bientôt paré pour faire de la place...
Reste plus qu'à liquider la trappe et loin du bal !

J'aurai bien quelques regrets: les Alpes vaudoises, fribourgeoises et la becquetance qui va avec... mais c'est tout !

De toute façon, le gruyère, le vacherin, le boutefas... le cenovis... ça s'exporte... tant qu'il se trouvera des idéalistes pour les fabriquer.

...Tiens donc! je pourrais m'occuper de la distribution exclusive du cenovis... avec le beurre salé des Açores... pas si mal... quant à leur pain, c'est sûr qu'il n'est pas précuit en Pologne.

Écrit par : petard | 29 avril 2016

Il est très bien ce Monsieur Köppel. En tant que meilleur élu au Parlement (maximum de suffrages exprimés en sa faveur), c'est de facto qu'il aurait du avoir droit à une place au CF... si on voulait aller au bout de la logique de la démocratie directe.

Mais comme tout est plus ou moins tordu ici, dès qu'il passe son premier grand oral, il se fait remonter les bretelles... alors que quand c'est la Mara des Bois qui ramène sa fraise sur les plateaux télé, la meute se couche...

Écrit par : petard | 29 avril 2016

Comme l'impression que nous sommes à deux doigts d'une catastrophe qui ne sera pas rattrapable...

http://fr.euronews.com/2016/04/29/migrants-vienne-et-berlin-craignent-un-afflux-massif-en-provenance-d-italie/

... du moins avec le parti unique PSPDCPLR actuellement aux commandes du pays.

Écrit par : Paul Bär | 29 avril 2016

Voyez-vous, l'initiative de l'UDC pour l'élection du CF par le Peuple était une demie bonne idée. Il faut espérer qu'ils en mettront une autre rapidement sur pied.
Il faudra conserver le choix des CF par les chambres fédérales. Par contre, au terme de 3-4 ans de mandat, ce serait au peuple de décider que tel ou tel CF doit quitter sa fonction. Il faudrait également fixer un nombre de mandats minimum qui donnerait le droit à une retraite aux magistrats. Tout cela obligera les chambres fédérales à élire de potentiels bons CF et non des pantins qui parfois n'en font qu'à leur tête comme la Sommaruga.

J'invite d'ailleurs mes compatriotes à:

- écrire à la CF Sommaruga pour lui exprimer leur mécontentement au sujet de sa réaction de gamine capricieuse

- signer la pétition demandant sa démission:
http://judc-vaud.ch/wp-content/uploads/2016/04/p%C3%A9tition_d%C3%A9mission_sommaruga.pdf

Écrit par : G. Vuilliomenet | 29 avril 2016

@ Paul Bär

Non, je ne pense pas que vous aimeriez être russe. Ou alors, de loin, les pieds bien ancrés en Suisse, comme nos communistes à nous ne tarissaient pas d'éloges sur l'URSS... tout en bénéficiant des avantages du capitalisme français.

Si vous étiez russe, votre salaire ne serait pas payé si vous étiez ouvrier. Si vous commandiez la flotte de sous-marins nucléaires, vous seriez obligé de mendier des colis alimentaires à vos amis pour ne pas mourir de faim. Si vous étiez retraité, vous seriez obligé d'acheter de faux médicaments au marché car la pharmacie serait trop chère pour vous. Si vous étiez malade, vous ne pourriez même pas vous rendre à l'hôpital parce que le train qui vous relie à la ville a été... supprimé. Si vous étiez pensionnaire d'un hôpital psychiatrique, vous brûleriez vif parce que les hôpitaux sont en bois, les consignes de sécurité non respectées et que les pompiers ne peuvent pas venir parce que le pont s'est écroulé et n'a jamais été reconstruit.

J'ajoute que si vous étiez moscovite, vous auriez la joie d'habiter à côté de la plus grande mosquée d'Europe, d'admirer des prières de rue de masse et d'entendre votre président Vladimir Poutine déclarer fièrement que la Russie est un pays musulman.

Croyez-moi, vous êtes mieux en Suisse.

D'ailleurs, si l'on est si bien que ça en Russie, pourquoi tant de Russes s'installent-ils en Suisse, y achètent des propriétés, y cachent leur argent ? Pourquoi la fortune de Vladimir Poutine est-elle en Suisse ? Pourquoi les Panama Papers sont-ils de la petite bière à côté des fonds volés au peuple russe et mis à l'abri en Suisse ?

Écrit par : Robert Marchenoir | 30 avril 2016

Tous ces gadgets ne servent à rien...

http://imgur.com/DQOeG6d

... sans volonté de défense, sans conscience identitaire.



Pour assurer sa mission, sa charge régalienne, cet homme d'armes macédonien n'a pas besoin d'un équipement ultra-moderne; il lui suffit d'une frontière et de la volonté de la défendre.

https://youtu.be/p9fDMVVPe7U

Écrit par : Paul Bär | 30 avril 2016

Tout ne relève pas de l'économie, du "remplissage du frigo". Par exemple, si je vote UDC, c'est d'abord pour des raisons identitaires. Si la Russie n'est assurément pas un pays très "confortable" à de nombreux égards, je suis sûr que la Russie existera encore dans cinquante ans. Pour la Suisse, au train où l'on va, j'en suis moins sûr.
En fait, la seule chose qui m'intéresse réellement au plan politique, c'est de préserver ce qui ne peut être remplacé une fois perdu, ou même seulement abîmé. Même si le facteur "économie" est important, cela reste au niveau du règlement d'étage, pas de qui habite et possède la maison.

Écrit par : Paul Bär | 01 mai 2016

Il serait temps un jour d'étudier le racisme anti-slave des anglo-saxons et de leurs sbires parmi nous (suivez mon regard). On croyait que l'affrontement USA-URSS était une question de capitalisme vs communisme, il ne s'agissait en fait que de la manifestation du racisme viscéral et morbide des Américains contre les Russes. Les Étasuniens ont continué de combattre les Russes à la fin du communisme comme si rien ne s'était passé. Quand ils auront gagné - cela n'arrivera jamais... -, ils pourront enfin dominer le monde sans concurrence...

Écrit par : Géo | 01 mai 2016

C'est bien, Géo, insultez-moi, ne vous gênez pas. Insulteur et lâche, en plus de ça, vous n'avez même pas le courage de vous attaquer à moi franchement.

Je comprends que vous soyez vexé parce que les Américains viennent de détruire le "business model" de l'industrie bancaire suisse, mais que voulez-vous : ce sont les risques du métier. On ne peut pas, à la fois, accueillir, depuis un siècle, tous les fonds volés par tous les tyrans, tous les bandits et tous les fraudeurs de la planète, et se plaindre lorsque plus puissant que vous écrabouille vos professionnels de la fraude fiscale en toute légalité, par la simple application de la loi.

Vous avez joué, vous avez profité, longtemps, pendant un demi-siècle, maintenant c'est fini. Vos banquiers s'en remettront, je vous rassure. Ce sont eux-mêmes qui le disent. Ils ont plus de courage et plus d'honnêteté que vous. Ils se sont d'ores et déjà mis au travail, pour gagner leur argent autrement.

Ce qui est dégueulasse en revanche, de votre part, c'est de vous essuyer les godasses sur le visage de gens qui n'y sont pour rien, afin de satisfaire votre haine anti-américaine -- et vous avez le culot d'accuser les Américains de "racisme" anti-slave et anti-russe !

Que vous ont fait les Ukrainiens, les Georgiens, les Moldaves, les Estoniens, les Lithuaniens, les Lettons, les Polonais, pour que vous méprisiez à ce point leurs souffrances, leur souveraineté, leur désir de se défaire de l'oppresseur russe, de récupérer leurs territoires ravis par les bombes et les tanks ? Quand donc l'Ukraine a-t-elle porté tort à la Suisse ? Quand Tbilissi a-t-il bombardé Berne ? Quand l'armée estonienne a-t-elle occupé Bâle ?

Mais vous vous en foutez, hein, de ces gens-là. Ils ne comptent pas. Connaissez-vous seulement leur existence ?

A quel moment les Etats-Unis ont-ils envahi la Russie ? Quand ont-ils capturé les Russes pour les mettre dans des chambres à gaz ? Quelle est exactement la partie du territoire russe que l'armée américaine a occupé ? Quelle est la loi américaine qui interdit les emplois aux Russes ?

C'est sûrement par racisme anti-russe que les Etats-Unis ont accueilli Soljenitsyne sur leur sol -- ainsi que d'innombrables Russes amoureux de la liberté !...

Je vais vous dire, Géo : quand on est un tout petit pays comme vous, sans armée, sans puissance, il y a deux solutions.

Soit on s'enferme dans la paranoïa et on rejette ses difficultés sur les autres, comme les anti-américains, les antisémites, les musulmans et... les Russes.

Soit on se retrousse les manches et on bosse, en ne comptant que sur ses propres forces.

C'est ce qu'ont fait les Suisses depuis toujours, et c'est pour cela que la Suisse est devenue l'un des pays les plus prospères et respectés dans le monde, bien que l'armée belge soit capable de l'annexer demain matin.

Le sale petit courant complotiste, haineux, paranoïaque, envieux, anti-américain et antisémite qui ruisselle ça et là dans les souterrains de la société suisse est profondément anti-helvétique.

Écrit par : Robert Marchenoir | 01 mai 2016

"Même si le facteur "économie" est important, cela reste au niveau du règlement d'étage" C'est exactement ça. Les PLR ne voient que l'intérêt économique à très court terme. La Suisse, ils n'en n'ont absolument rien à foutre. Son seul intérêt à leurs yeux, c'est qu'elle échappe aux lois de l'UE en partie, ce qui leur permet de gagner du fric par-ci par-là. Et ils se sont alliés au parti des fonctionnaires dans ce but. Je te laisse la fonction publique, tu me laisses l'économie et ensemble on entube ces crétins de Suisses. Exactement comme l'UMPS en France...
Nous, citoyens de ce pays, nous sommes simplement de trop à leurs yeux. Les migrants, ça c'est rentable...

Écrit par : Géo | 01 mai 2016

Géo, vous avez raison de dire "à très court terme". Les libéraux économiques, du moins ceux qui sont naïfs par rapport à leur corps de doctrine, ne comprennent effectivement pas qu'une économie libérale occidentale ne fonctionne bien qu'au sein d'un monde occidental majoritairement blanc (hé oui) sur des territoires (pour reprendre un mot à la mode) où ne règne ni guerre ni troubles de basse intensité (comme par exemple en France). N'évoquons même pas l'utilité "opérationnelle" de structures identitaires toujours vivantes. Je disais "libéraux économiques naïfs" par rapport à ceux qui servent consciemment les intérêts des diverses oligarchies cleptocrates agissant par delà les frontières, intérêts qui n'ont objectivement aucun rapport avec la très estimable libre-entreprise.... libérale.

Écrit par : Paul Bär | 02 mai 2016

PS: au sujet de la remarque sur la Russie "musulmane":

https://youtu.be/NryMeO4XAKs

Ils viennent quand ils veulent en Suisse, les forces aéroportées du ministère de l'Intérieur.

Écrit par : Paul Bär | 02 mai 2016

https://youtu.be/oHVi7H79HTg?t=8m51s

Écrit par : Paul Bär | 02 mai 2016

" ne comprennent effectivement pas qu'une économie libérale occidentale ne fonctionne bien qu'au sein d'un monde occidental majoritairement blanc (hé oui) sur des territoires (pour reprendre un mot à la mode) "

En quoi les principes de l'économie libérale que l'on connait en Occident sont-elles si différentes que celles qui sont appliquées dans des sociétés majoritairement non blanches comme le Japon, la Corée du sud ou Singapour?

D.J

Écrit par : D.J | 02 mai 2016

" Il serait temps un jour d'étudier le racisme anti-slave des anglo-saxons et de leurs sbires parmi nous (suivez mon regard). "

Parce que vous croyez que l'anticommunisme soviétique était en vérité du racisme viscéral anti-slave qui perdurerait toujours? Mais alors pourquoi les USA ont accepté la Bulgarie ou la Slovaquie peuples slaves dans l'alliance atlantique?

" On croyait que l'affrontement USA-URSS était une question de capitalisme vs communisme, il ne s'agissait en fait que de la manifestation du racisme viscéral et morbide des Américains contre les Russes. "

Parce que vous croyez aussi que l'anticommunisme soviétique était du racisme viscérales anti-russe? Mais n'avez vous jamais entendu parler du Maccarthysme? Les principales victimes de cette chasse aux sorcières envers les communistes n'étaient pas de nationalité russes mais américaines.

D.J

Écrit par : D.J | 02 mai 2016

"la Suisse est devenue l'un des pays les plus prospères et respectés dans le monde, bien que l'armée belge soit capable de l'annexer demain matin."
Quand on écrit de pareilles conneries, on espère une réponse intelligente ?

Écrit par : Géo | 02 mai 2016

DJ@ J'ai vécu en Angola le retrait des troupes cubaines suite au retrait des sud-Afs. La guerre a continué sans autre...
Là où tous les observateurs occidentaux voyaient seulement un affrontement USA - URSS, il y avait aussi une guerre tribale entre Umbundus et Kimbundus.
J'ai un peu l'impression qu'il faudrait mille pages pour parler des relations entre USA et Russie et l'Europe. Encore un de ces débats du type pro-Israéliens vs pro-Palestiniens ou athée vs croyant...

Écrit par : Géo | 03 mai 2016

Oui, c'est assez significatif que lorsque on critique les USA on reçoive quasi automatiquement de la part de certains milieux l'accusation d'antisémitisme.

Ma religion n'est pas faite sur le sujet, mais cela tendrait à faire penser que ceux qui affirment que l'état américain est très fortement cadré par l'AIPAC et ses dépendances ne disent pas forcément des choses totalement fausses. Et ne parlons même pas de la réserve fédérale, des groupes de presse et des conglomérats actifs dans le divertissement.

Écrit par : Paul Bär | 03 mai 2016

Aïe ! On marche sur des braises... que dis-je, on flotte, on plane dessus... J'admire le doigté, la finesse, la retenue... avec lesquels Paul Bär «aguille» la vaisselle... avant qu'elle se casse la.....

Écrit par : petard | 03 mai 2016

Les Anglo-Saxons n'ont pas besoin d'influence israélienne ou juive sur le dossier de leurs relations avec la Russie. La vieille confrontation bloc atlantique contre bloc continental échappe à la logique de l'anti-sémitisme. Ce qui a dérangé chez les Juifs, c'est qu'ils sont d'une autre religion à une époque où la religion était très importante, qu'ils faisaient commerce de l'argent* et qu'ils ne se mélangent pas aux goys. Je ne crois pas à une volonté de domination du monde de leur part. Il y avait cette volonté chez les communistes et nombre d'entre eux étaient d'origine juive. Ce n'est pas la même chose...

* La haine des Suisses telle qu'on peut la lire dans le texte de Marchenoir est de la même veine que celle des Juifs par les national-socialistes. En France, l'anti-helvétisme a remplacé l'antisémitisme chez les autochtones. Pas chez les arabo-français, évidemment. La vieille haine des riches chez les Français engoncés dans leur religion féodale et archaïque, le catholicisme...

Écrit par : Géo | 03 mai 2016

«En France, l'anti-helvétisme a remplacé l'antisémitisme chez les autochtones.»

Je dirais: chez les bobos, les gauchos, les j'essuie charlie... et toute cette «élite» puante du politiquement-correct qui se congratule parmi sur les plateaux télé... le hic, c'est que ces derniers ne sont majoritairement pas des cathos !

Écrit par : petard | 03 mai 2016

Pas des cathos affirmés, mais nés et nourris dans le vieux fond qui pue...

Écrit par : Géo | 04 mai 2016

J'attendais d'être déçu en bien, mais le caporal Pinguelin semble vouloir confirmer les premières mauvaises impressions qu'il a très tôt suscitées:

http://lesobservateurs.ch/2016/05/04/guy-parmelin-potentiel-de-violence-existe-bien-milieux-dextreme-gauche-dextreme-droite/

Notre gouvernement (non élu par le Peuple et que l'on devrait plutôt qualifier de "junte fédérale") n'est pas prêt de suivre la voie raisonnable de la Hongrie et de l'Autriche.

Écrit par : Paul Bär | 04 mai 2016

«Pinguelin semble vouloir confirmer les premières mauvaises impressions qu'il a très tôt suscitées»

«Face aux cyberattaques, Parmelin crée une task force»

...À la fine équipe...

«Adware Removal» pour Mac et PC, gratuit les 30 premiers jours...

ici, c'est bien expliqué en 4 étapes:
www.bitdefender.fr/solutions/adware-removal-tool-for-pc.html

...et puis le soir, avant d'aller souper, vous éteignez vos brouettes !

Écrit par : petard | 05 mai 2016

Toni Brunner se fout le doigt dans l’oeil bien profond !

«Avec Parmelin, l’UDC va percer en Suisse romande»

« Vous dirigez l’UDC […] Le plus beau moment?»
«L’élection de Guy Parmelin. C’est la première fois que l’UDC a un conseiller fédéral romand et qu’elle place deux conseillers fédéraux reflétant son choix.»

C’est du 1er, 2e ou 3e degré ?

J’ai comme la mauvaise impression qu’on s’est bien fait avoir… Perso, c’est la première et dernière fois. Pour les élections, je retourne dans le maquis… et mon p’tit doigt me dit que je n'irai pas tout seul.

Écrit par : petard | 05 mai 2016

A propos de migrants: dans le TJ 19.30 du vendredi dernier un "migrant mineur" annonce qu'il vient de Moldova(République de Moldavie)et qu'il a jamais été à l'école. A ma connaissance c'est peu probable (j'ai travaillé en Moldavie comme interprète pour CICR dans les années 90). Son pays n'est pas en guerre et l'école y est obligatoire. Pour l'info: la Moldavie a signé en juin 2014 un accord d'association avec UE et compte bien faire partie de ses membres un jour.
Bonne journée,
amb

Écrit par : amb | 05 mai 2016

On pourrait en rire si ce n'était pas si tragique. L'invasion de la France par dix millions d'Algériens le coeur plein de haine pour ceux qui ont violé 40'000 femmes de chez eux durant la guerre, engagés ou appelés, n'a été possible que parce que le vieux con nazi Le Pen a déconsidérè pour longtemps la défense de l'identité française, rendant la tache très facile pour les affairistes UMPS.
Même scénario en Suisse avec les idiots UDC vaudois.

Stéphane Montabert @ Ne gâchez pas vos talents chez ces branquignols. Soit vous allez à Zurich durant deux ans pour prendre une dimension nationale dans l'UDC, soit vous rejoignez le PLR pour bouter dehors les gauchistes soit-disant humanistes qui foutent en l'air ce parti...

Écrit par : Géo | 05 mai 2016

Les commentaires sont fermés.