13 juin 2016

Le bar gay le plus triste d'Orlando

Le Pulse se définissait comme "le bar gay le plus chaud d'Orlando". C'est sans doute à cause de cette sulfureuse réputation qu'il fut pris pour cible ce douze juin par un fou d'Allah. L'homme ouvrit le feu sur la foule à l'arme automatique, tuant une cinquantaine de personnes et en blessant tout autant.

usa,donald trump,barack obama,terrorisme,islam,homosexualité
Le bar du Pulse, avant.

Dans son allocution post-attaque, Barack Obama, versé dans le déni au point d'en faire une sorte de discipline olympique, trébucha sur l'obstacle ; ne réussissant pas à éviter d'employer le terme de terrorisme, il sauva son honneur de champion en titre en tentant dans les derniers mètres d'employer le terme "d'acte de terreur" à la place. Faisant jouer son expérience sur le reste du parcours, il esquiva habilement les mots "islam", "musulman", ou "État Islamique" pour réorienter le débat vers le droit de posséder une arme. La technique, bien exécutée, fut malheureusement trop dénuée d'originalité pour impressionner le jury ; le peloton de la presse mainstream, connu pour son suivisme, s'empressa néanmoins de recopier la stratégie dès le lendemain.

Quel dommage pour le Président américain! Il s'imaginait terminer son mandat dans le calme, travaillant à caresser dans le sens du poil les partisans de Bernie Sanders pour les réconcilier avec Hillary Clinton, candidate de la continuité par excellence, contre les méchants Républicains. Le script était écrit ; il n'y avait plus qu'à rabaisser Donald Trump et dénoncer son "simplisme", comme il s'évertuait à le faire depuis plusieurs mois. Certes, il sortait encore et toujours de son rôle institutionnel, mais de l'offensive fiscale contre les groupes du Tea Party à la mansuétude judiciaire dans les affaires concernant Mme Clinton, quel écart ne pardonne-t-on pas à l'administration Obama?

Mais voilà, les Etats-Unis viennent de subir la pire attaque terroriste sur leur territoire depuis les attentats du 11 septembre 2001. Toutes les attaques terroristes islamistes sur le territoire américain depuis cette date eurent lieu pendant un mandat du président Obama. Les LGBT, traditionnellement démocrates, sont mi-figue mi-raisin: ils font aujourd'hui l'expérience de la différence entre une posture de victime et une place, bien réelle, de victime. Les familles comptent leurs morts. Pas possible non plus pour eux de dénoncer les Républicains, les affreux chrétiens radicaux ou les armes automatiques, même s'ils essayent sans grande conviction. La tuerie du Pulse d'Orlando est bel et bien un acte homophobe commis par un extrémiste musulman, Omar Seddique Mateen - un de ces éléments de richesse dont l'Amérique, disaient-ils samedi encore, a tant besoin.

usa,donald trump,barack obama,terrorisme,islam,homosexualitéEn mode damage control, l'objectif est désormais de montrer que le tueur surgissait de nulle part. Manque de chance, M. Seddique Mateen, né à New York d'origine afghane, n'avait rien d'un inconnu pour les services américains:

Selon plusieurs médias américains, Omar Seddique Mateen, né à New York, vivait à environ 200 kilomètres au sud-est d'Orlando, dans la ville de Port Saint Lucie. Le sénateur de Floride Marco Rubio a indiqué sur CNN que l'auteur de la tuerie avait travaillé pour une compagnie de gardiennage. Omar Seddique Mateen, qui n'avait apparemment pas de casier judiciaire, avait attiré l'attention de la police à deux reprises, en 2013 puis en 2014, selon le Daily Beast.

Le FBI a confirmé avoir interrogé le jeune homme ces dernières années pour ses présumées «sympathies» islamistes mais que l'enquête n'avait jamais donné suite. Son chef à Orlando, Ronald Hopper, a révélé qu'Omar Mateen avait été interrogé à deux reprises: «Le FBI a eu connaissance de son existence quand il a fait des remarques à ses collègues laissant penser à d'éventuels liens avec des terroristes», a-t-il expliqué. Il avait une nouvelle fois attiré l'attention du FBI pour des liens avec un djihadiste kamikaze américain à l'étranger. «Au final, nous n'avons pas été en mesure de vérifier la substance de ses commentaires et l'enquête a été close», a poursuivi Ronald Hopper.


Mais des détails émergent sans cesse et brossent une fois de plus un portrait peu flatteur des agences de renseignement américain. Bien qu'interrogé trois fois (et non deux) par le FBI et inscrit sur un fichier de terroristes potentiels, Omar Mateen, qui battait sa femme, avait accès à une licence de port d'armes - et s'en servit encore la semaine précédant la tuerie. Employé depuis 2007 comme agent de sécurité dans la filiale américaine de G4S en Floride, une des plus grosses sociétés de sécurité de la planète, il avait accès à du matériel et de l'armement de pointe. Et son travail consistait incidemment à faire transporter des immigrés illégaux sur le territoire des Etats-Unis... Mais pas des Mexicains.

Omar Mateen appela les urgences juste avant de tirer, annonçant son allégeance au chef de l’État Islamique Abu Bakr al-Baghdadi. Il mentionna également les frères Tsarnaev, qui menèrent l'attaque terroriste du marathon de Boston. Son geste fut revendiqué par l'Etat Islamique lui-même un peu plus tard.

Abondamment cité par les médias, le père du tueur nia "tout lien" entre le crime de son fils et la religion ; mais ce père, Seddique Mateen, impliqué dans la politique afghane, critiqua le gouvernement pakistanais et soutint les Talibans. "Nos frères au Waziristan, nos frères guerriers du mouvement taliban et les Talibans afghans se soulèvent", affirmait-il dans une vidéo... Quel crédit apporter à pareil témoin de moralité?

Sur CNN, Christopher Hanson fit le récit d'une soirée virant à l'horreur: "Je n'ai vu aucun des tireurs. J'ai juste vu des corps tomber. J'étais au bar pour commander un verre, je suis tombé, j'ai rampé pour sortir. Les gens essayaient de sortir par derrière. Quand je suis arrivé dans la rue, il y avait du monde, du sang partout."

L'homosexualité est un péché mortel dans l'islam. Les LGBT de tous horizons devraient repenser quelque peu leurs accointances politiques.

Commentaires

"...pour réorienter le débat vers le droit de posséder une arme..." .... débat rattrapé au vol par le conseiller fédéral "UDC" Parmelin:

http://www.24heures.ch/suisse/parmelin-critique-loi-laxiste-armes-usa/story/29260355

PS: aux prochaines élections fédérales, je risque fort d'aller à la pêche.

Écrit par : Paul Bär | 13 juin 2016

@Paul Bär
L'interdiction des armes de guerre est tout simplement du bon sens.

Si il s'agit de se défendre, nul besoin d'armes de guerres.
Les armes de guerres sont fait pour tuer en masse, pas pour se défendre.

Si l'interdiction n'empêchera pas tout, au moins certain se feront intercepter avant d'agir.

La bêtise aux USA est que le bon sens est remplacé par une position politique alimentée par des lobbies. Pourtant l'Etat doit protéger le citoyen que ce soit à l 'intérieur ou à l'extérieur des frontières.

Écrit par : motus | 14 juin 2016

Paul Bär @ La situation en Suisse est assez ambiguë sur le maintien des armes à la maison. Il conviendrait de se poser des questions sur :
- qui fait son service militaire, en tout cas en Suisse romande ? (cas du Kosovar qui a tiré avec son arme de service dans une mosquée de Renens, du Chilien qui a abattu une jeune fille à Zurich, par exemple...). Est-il admissible qu'un bi-national fasse son service militaire ? Pas à mon avis, en tout cas. Un soldat n'est pas un boy-scout, contrairement à ce que pense beaucoup trop de gens. Et un Albanais ne tire pas sur un Albanais, on l'a vu assez récemment à Lens...
- combien de cambriolages en Suisse, combien d'armes de guerre volées ?
Il est vrai que des fusils ont aussi été volés à des militaires lors de leur service, les gardes étant ce qu'elles sont...

Le maintien de l'arme à la maison pour les soldats suisses est basé sur l'obligation pour eux d'aller effectuer des tirs chaque année. Du point de vue de l'entraînement, ces tirs pourraient s'effectuer lors des cours de répétition et n'ont pour but que de faire vivre les sociétés de tir. Celles-ci pourraient être soutenues et encouragées d'autre manière.

Sur les USA : la vente de fusils d'assaut avec chargeurs de grande capacité au grand public paraît pour le moins assez irrationnelle. Mais leur interdiction ne changerait pas grand chose. Pour un tireur expérimenté, changer de chargeur est très rapide...

Écrit par : Géo | 14 juin 2016

Motus, vous partez de l'idée, de la croyance devrais-je dire, qu'à l'avenir l'état restera par principe protecteur des citoyens. Moi pas.

Vous pensez aussi probablement que nos états, en Europe, sont par définition destinés à durer sous leurs formes politiques actuelles. Moi pas.

En outre, un citoyen non armé est de fait un mineur politique.
Je veux être et rester un majeur politique.
Je ne suis pas un sujet de l'état.
Surtout en cette période, où les états agissent de plus en plus
contre les intérêts des nations.

Et dans un registre plus pratique,
face aux menaces de masse qui s'annoncent,
il faudra bien un jour pouvoir recourir à "des moyens de masse".

Dans cette perspective, je comprends très bien,
si je me place du côté des oligarchies globalistes,
qu'il soit plus prudent désormais
de désarmer les citoyens autochtones européens.

Comme disait Machiavel:

"Rome et Sparte furent longtemps en armes et en liberté. Les Suisses sont très armés et très libres.
(Le Prince - XII - 1513)"

Je veux rester "très libre".

Écrit par : Paul Bär | 14 juin 2016

@Géo Le premier paragraphe de votre message illustre parfaitement pourquoi je ne suis plus nationaliste, au sens premier du terme. Je suis devenu "pire".

Devant les faits et avec une profonde tristesse, j'ai bien dû faire le deuil de la "suissitude" et de ses divers signes identitaires (1).
Je suis donc très calmement et très rationnellement
passé d'un nationalisme politique à un nationalisme de type ethno-civilisationnel.
Rien à voir avec une réaction de type émotionnel ou fantasmatique.

Petit exercice d'imagination. 2035, je suis à la tête d'une section de l'armée suisse composée majoritairement d'allogènes de divers provenances. En face, des soldats russes qui me ressemblent bien plus, à tous points de vue, de la troupe dont je suis censé partager la nationalité. Le patriote que je suis l'avoue sans la moindre réticence ni la moindre culpabilité: je passe à l'ennemi avec la plus grande joie et je délivre mon pays accroché à la casemate d'un T-14 Armata.

Bon, cette petite histoire est très largement hypothétique, mais vous avez compris l'idée. En détruisant les nations réelles, les "forces de progrès" ne laissent que deux options aux Européens (2) qui ne veulent pas disparaître: le clan ou(et) l'empire.


(1) l'arme à domicile est un des ces signes identitaires, en voie d'être révolus. Cependant, j'en défends toujours le principe, non pas parce que je penserais que la chute est évitable, mais parce que j'estime nécessaire un combat d'arrière-garde soutenu et résolu contre le système.

(2) aucun rapport, évidemment, avec la superstructure atlanto-bruxelloise.

Écrit par : Paul Bär | 14 juin 2016

" L'interdiction des armes de guerre est tout simplement du bon sens. "

Aux USA ce sont dans les états où le port d'arme est interdite que la majorité de ce genre de fusillade ont lieu. Il y a plus de 300 millions d'armes illégales en circulation aux Etats-Unis dont les ventes son tenu par des réseaux tout aussi illégaux là où se fournissent les gangs avec lesquels ils s’entre-tuent.

D.J

Écrit par : D.J | 14 juin 2016

«Est-il admissible qu'un bi-national fasse son service militaire ? Pas à mon avis»

Je partage totalement cette idée. Car on ne peut être en même temps le "rouge" et le "bleu", le "plus" et le "moins"…

… mais bon, c'est démodé de penser ça…. … non, maintenant, c'est "la haine" de penser ça… pfffh !

Écrit par : petard | 14 juin 2016

Paul Bär @ Votre idéologie procède de la communauté villageoise du 19ème. On a pris un million d'habitants supplémentaires en 20 ans en Suisse et le canton de Vaud accueille 14'000 habitants de plus chaque année (Jacqueline de Quattro, 24 heures d'aujourd'hui, p.20). "Recourir à des moyens de masse" ? Vous voulez vous procurer la bombe atomique à usage personnel ?

Écrit par : Géo | 14 juin 2016

"Votre idéologie procède de la communauté villageoise du 19ème."
Oui et non.
M'avez-vous bien lu ? Je ne suis plus un nationaliste politique.
Communauté oui, mais plus communauté "politique" au sens "papiers" et autres fétiches républicains.
Et ce que j'évoque là ne concernera pas forcément notre génération.
Quoique, au rythme où vont les choses !

Écrit par : Paul Bär | 14 juin 2016

Mon dernier commentaire répond au commentaire précédent de PB...
Va t-on vers un affrontement ethnico-religieux généralisé en Europe ? Curieusement, on a peu l'impression que c'est ce que Daech cherche à provoquer. En tout cas, ils voudraient cela qu'ils ne s'y prendraient pas autrement. Or, s'ils ne sont pas complétement stupides, ils ne peuvent que savoir que le rapport de forces n'est de loin pas encore favorable aux envahisseurs musulmans. Alors que s'ils se tiennent à carreau, les Européens vont continuer de leur céder du terrain chaque jour davantage. Et quand ils seront devenus majoritaires grâce aux six enfants par femme programmés de longue date, l'Europe sera à eux, sans coup férir (cela dépend de quel genre de coup on parle, bien sûr...), comme le Kosovo par exemple.
Les terroristes nous rendent service, en quelque sorte...

Écrit par : Géo | 14 juin 2016

L'islamisation des terres blanches progresse non seulement par la stratégie du choc terroriste, mais aussi de façon paisible par la voie démocratique usuelle, comme ici...

http://www.fdesouche.com/740761-londres-sadiq-khan-interdit-les-pubs-exhibant-des-images-de-corps-irrealistes

... avec une sharia-light qui s'installe gentiment.

Dans le premier cas, les gens courbent la tête par trouille (cf. les opérations réussies de Charlie-Hebdo et du Bataclan), dans le second cas, ils se diront qu'après tout, ça ne change pas grand chose.

J'espère être encore assez jeune quand les choses sérieuses commenceront.
Après tout, si même Alain Juppé évoque "la guerre civile"...

Écrit par : Paul Bär | 14 juin 2016

On ne s'est pas compris. Les attentats ne sont pas "une stratégie de choc terroriste" mais au contraire une vaccination anti-islamique. Le Padamalgam ne fonctionne pas mieux que le Tamiflu. Son effet va diminuant à chaque attentat. Dire que les attentats n'ont rien à voir avec l'islam quand les terroristes nous abreuvent de "Allah akbar", même le plus stupide des bobos commence à se poser des questions...
les gays vont-ils continuer d'être si muslim-friendly si d'autres attentats les touchent ? Leur drapeau arc-en-ciel * va t-il retirer une couleur ?

* Une des plus grandes escroqueries du novlangage : aimer la diversité et l'altérité, c'est être hétéro par définition. Etre homo, c'est être monocolore par définition...

Écrit par : Géo | 15 juin 2016

Propagande de masse de la presse Bilderberg:

http://enquete.lematindimanche.ch/refugies/

Ils savent comment a fini Goebbels ?

Écrit par : Paul Bär | 15 juin 2016

PS: entretemps, les commentaires ont été désactivés sur la page du Matin. Lors de mon dernier passage, il y en avait 12, la plupart très négatifs et clairvoyants sur cette petite opération de propagande.

Écrit par : Paul Bär | 15 juin 2016

Propagande de masse ? Démonstration de bobo attitude absolument navrante, vous voulez dire. Ils ont accueilli un couple de Syriens et deux enfants. Il en reste des dizaines de millions dans la panade mais bon, ça on s'en fout puisqu'on a fait notre part (en prêtant l'appart des pélerins...).
La rédac'chef le dit dans son édito : "quand on ne connaît pas, on rejette, quand on rencontre, on entre en matière". Ces gens n'ont jamais lu Max Weber et n'ont jamais compris la différence entre éthique de responsabilité et éthique de conviction...

http://www.politique-autrement.org/Max-WEBER-L-ethique-de-responsabilite-et-l-ethique-de-conviction

Écrit par : Géo | 15 juin 2016

Il y a aussi un Disneyland à Orlando, ce qui aurait pu représenter une cible plus emblématique de la décadence occidentale qu'une boîte gay. C'est une question de point de vue, mais je pense que le Omar (à l'américaine) en cause devait certainement être en proie à un conflit intérieur en relation avec sa sexualité. En fait de coming out, il a choisi la version gore.

Écrit par : rabbit | 15 juin 2016

"une cible plus emblématique de la décadence occidentale qu'une boîte gay." ?
Vous connaissez beaucoup de "boîte gay" en pays musulman ? Ce n'est pas ma tasse de thé, mais il ne doit pas y en avoir des masses...
Les musulmans ont un rapport plutôt bizarre avec l'homosexualité. Elle est punie de mort mais très répandue. Je suppose qu'on applique la peine de mort à ceux qui déplaisent au Grand Mufti...

Écrit par : Géo | 16 juin 2016

Sur la question de l'interactivité des sujets sexuels en pays musulman, la réponse que l'on m'a donnée dans une région que vous connaissez bien (frontière Sénégal-Mauritanie) est que, d'une part, les femmes sont beaucoup trop chères et que, d'autre part, elles sont monopolisées par les plus riches. On peut y voir là une explication marxiste ou c'est n'importe quoi.

Écrit par : rabbit | 16 juin 2016

Je viens de lire quelque chose d'épouvantable qui m'a mis dans une colère noire.

«Drapeaux vaudois interdits de stade au Parc des Princes»

L'article est ici:
www.24heures.ch/euro2016/suisse/drapeaux-vaudois-interdits-stade-parc-princes/story/14221084

On comprend qu'en France, dans la situation ambiante, que tout ce qui est flic ou autorité, sont dans la confusion ou a crise de nerfs. Mais quand-même, un peu de sang froid, même si le "verre" et le blanc n'invitent pas à la modération. Mais on sent bien ici que le problème ce n'est pas le fond du ver... mais ce qui est explicitement suggéré dans le blanc...

D'ailleurs ça fait déjà un moment qu'il fait polémique le petit slogan: que chez les rouges et les rosés.

Écrit par : petard | 16 juin 2016

La région dont vous parlez se caractérise par la confrontation plus ou moins pacifique selon les époques entre négro-africains et arabo-berbères. Le rapport aux femmes et à la sexualité homo me paraît être pour le moins différent selon les ethnies...

Écrit par : Géo | 16 juin 2016

Les commentaires sont fermés.