27 septembre 2016

L'hospitalité, sans limite

L'histoire du Sleep-In de Renens est celle d'une Suisse naïve qui découvre les premières vagues de la déferlante migratoire et des autorités qui gèrent le dossier de l'immigration illégale avec faiblesse et naïveté. Elle mérite d'autant plus d'être contée qu'elle n'est pas terminée.

sleep-in_renens.jpg
Le bâtiment du Sleep-in est désormais ceinturé de grillages, au grand dam des travailleurs sociaux qui y travaillent encore. (cliquez pour agrandir)

Installé dans une bâtisse historique, le Sleep-In de Renens est une structure d'accueil pour sans-abris, cogéré par les communes de Lausanne et Renens. Si ces lieux sont régulièrement surchargés l'hiver, c'est bien au cœur de l'été 2015 que le grand public apprit son existence. Son jardin fut envahi par des dizaines de migrants africains dans des conditions de salubrité déplorable ; le fait fut rapporté dans les médias.

Un budget de logement illimité

Le sujet préoccupa le Conseil Communal de Renens. Lors d'un rappel de la loi sur l'accueil des migrants donné par l'exécutif de la Ville, l'assemblée découvrit que la loi vaudoise oblige les autorités à trouver immédiatement un logement pour tout demandeur d'asile, le soir même et à l'hôtel au besoin - sans limite de budget.

Malgré tout, la généreuse loi vaudoise ne pouvait même pas être invoquée dans ce cas, les migrants principalement nigérians du Sleep-in refusant de décliner leur identité. Outre des demandes d'asile déjà rejetées, un bon nombre de ces messieurs était en effet en délicatesse avec la justice pour de menues histoires de trafic de drogue et soumis à des arrêtés d'expulsion.

Un gouvernement de gauche totalement inactif

Les occupants avertis qu'ils "s'exposaient désormais aux rigueurs de la loi" n'eurent pas trop à en souffrir. Il revient au Canton de renvoyer des requérants déboutés, mais Vaud et son gouvernement à majorité de gauche se démarquent depuis longtemps par le plus haut taux de renvois non exécutés de Suisse - au point que Mme Sommaruga elle-même exprima un rappel à l'ordre. Imagine-t-on les limites à franchir pour en arriver là?

Finalement chassés du Sleep-In, les immigrés illégaux investirent plusieurs squats successifs à Renens et Lausanne, ajoutant la violation de propriété à leurs méfaits. Le groupe initial s'éparpilla progressivement mais semble continue à graviter dans l'Ouest Lausannois.

On imagine mal que tous ces gens soient repartis en Afrique, et ce ne sont pas les autorités locales qui les mettront dans l'avion.

Première publication dans le numéro de septembre 2016 de Franc-Parler, le journal de l'UDC suisse.

Commentaires

Les migrants, les requérants ou appelez-les comme vous voulez, c'est certes un problème. Mais absolument rien à côté des agitateurs locaux qui se servent de ceux-ci pour foutre leur bordel bien à eux. Le petit tas de tarés gauchistes dont le seul but sur terre est de semer la confusion. Et si vous cherchez un peu, vous verrez que ce sont pour la plupart des fils ou des filles des cadres dirigeants socialistes ou radicaux, ce qui explique le laxisme autour de leurs méfaits. La police est courageuse, mais pas téméraire...

Écrit par : Géo | 27 septembre 2016

Je me souviens de cette maison, près du Collège de Verdeau, à l'époque où elle était occupée par son propriétaire. Pourquoi les travailleurs sociaux occupent-ils de belles maisons ? A Genève, ce sont carrément des maisons de maîtres du XVIIIe siècle. Le gens fortunés se plaignent de ne plus rien trouver de correct à acheter.

Écrit par : rabbit | 28 septembre 2016

@rabbit: je ne sais pas pourquoi l'administration s'empare de si belles demeures, mais c'est un classique pour les maisons anciennes et idéalement situées. L'appétit pour les hauts responsables de jouir de biens dont ils ne pourraient jamais disposer autrement, je suppose.

L'Etat s'empare de la propriété des citoyens avec leurs propres impôts et relègue ensuite ces derniers dans des cages à lapin en périphérie. Cela ne concerne de loin pas que les "gens fortunés". Et avec les projets de loi de préemption en cours, le rythme va s'accélérer.

Écrit par : Stéphane Montabert | 28 septembre 2016

A la limite, pourquoi s'étonner que les subversifs de gauche fassent leur travail de subversion ? S'étonne t-on que les serpents mordent ou que les araignées piquent?

Non, ce qui est grave, révoltant et indigne, c'est l'attitude de la droite républicaine, de la droite de progrès, de la droite libérale, de la droite économique, de la droite responsable, de la droite qui cherche le consensus, de la droite qui cherche des solutions, de cette droite-là, prétendument raisonnable et humaniste, qui nous a abandonnés, vendus, trahis pour le mondialisme et la globalisation.

En France, cette droite-là ressemble à ceci...

http://media.medias-presse.info/wp-content/uploads/2016/09/FILLON_SIKH1.jpg
http://www.medias-presse.info/francois-fillon-en-campagne-chez-les-sikhs/61706

... en Suisse, on a malheureusement les mêmes: les autres avant les nôtres.

Écrit par : Paul Bär | 28 septembre 2016

En Chine, les administrations provinciales et régionales d'importance avaient pris le goût de faire construire de véritables palais pour les abriter. Qu'il y ait ou non soupçon de corruption, le gouvernement central contrôle maintenant de très près leurs dépenses.

Écrit par : rabbit | 28 septembre 2016

"Obéissez et tremblez", c'est ainsi que se concluaient les missives de l'empereur aux responsables des provinces éloignées.

Aujourd'hui, il nous faudrait aussi un "empereur".

"Des têtes vont rouler", disait-on aussi dans la Chine impériale.

Écrit par : Paul Bär | 28 septembre 2016

Au sujet de nos autorités, ici les autorités judiciaires du canton de Saint-Gall (mais on a les mêmes partout, dans tous les cantons).


Quand je vois ceci...

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Violeur-en-serie--il-n-ira-pas-en-prison-14256585

... je ne dis pas ce que pense, cela releverait objectivement du pénal et là, la "justice" ne serait pas aussi clémente.

Mais je me souviens d'un récent et excellent film brésilien "Troupes D'Elite", dont cette séquence est très évocative...

https://youtu.be/aqsK9tapaq4

Écrit par : Paul Bär | 28 septembre 2016

"Non, ce qui est grave, révoltant et indigne, c'est l'attitude de la droite républicaine" C'est vrai que l'UDC au Conseil d'Etat Mermoud étant partant pour le droit de pré-emption des vilains gnomes étatiques. Le PLR ripou, l'UDC à côté de la plaque, nous voilà bien...

Écrit par : Géo | 29 septembre 2016

Je ne suis pas "UDC".

Et quand un UDC a "la carte" auprès de la presse, on peut être sûr qu'il n'est pas très ferme sur les "fondamentaux".

Écrit par : Paul Bär | 29 septembre 2016

La République avec ses Jacobins, Montagnards, Girondins et autres barbouzes n'a franchement rien de sexy, quel que soit le modèle choisi pour représenter Marianne. En plus, ça tourne toujours au fascisme de droite ou de gauche. Il serait temps d'arrêter cette mascarade...

Écrit par : rabbit | 29 septembre 2016

Vous n'aimez pas la république, n'avez pas de sympathie pour le fascisme brun ou rouge. On en déduira que vous êtes monarchiste. A condition que le roi soit vous ?

Écrit par : Géo | 30 septembre 2016

Je l'ai été par atavisme, mais ces gens-là sont hostiles au libéralisme et au capitalisme financier. Ils finiront aux mains des travailleurs sociaux.

Écrit par : rabbit | 01 octobre 2016

Et donc le capitalisme financier et le système démocratique (plus ou moins manipulé selon les versions locales...) vont de pair. On n'est pas les premiers à le dire, ce me semble...

Écrit par : Géo | 01 octobre 2016

Apparemment, il y a toujours des gens qui croient encore au débat droite-gauche !
Qui ne voient pas que les globalistes de droite agissent de concert avec les globalistes de gauche.
Que ce type de débats va bientôt s'éteindre.

Comme à Oersdorf par exemple:

http://lesobservateurs.ch/2016/10/01/allemagne-un-maire-souhaitant-accueillir-des-migrants-violemment-agresse/

Écrit par : Paul Bär | 01 octobre 2016

Monsieur Géo, une sérieuse révision des positions sur le champ de bataille ne serait pas du luxe. Sinon vous risquez de dégommer vos alliés, comme cela se pratique en Syrie. Voyons ce qu'en pense Luc Boltanski: « […] c’est à l’Etat-nation, tel qu’il se développe à la fin du XIXe siècle, que l’on doit le projet d’organiser et d’unifier la réalité ou, comme le dit aujourd’hui la sociologie, de la construire, pour une population, sur un territoire. Mais ce projet, proprement démiurgique, doit faire face à un pluralité d’obstacles parmi lesquels le développement du capitalisme, qui se joue des frontières nationales, occupe la première place ».

Écrit par : rabbit | 03 octobre 2016

En Suède, l'hospitalité sans limites est également de belle facture:

http://www.fdesouche.com/775929-suede-une-femme-handicapee-en-fauteuil-roulant-victime-dun-viol-collectif

A terme, il va falloir penser au problème que nous posent nos représentants, élus ou non (justice, police etc...), et faire en sorte qu'ils soient tenus comptables, très directement et avec rétroactivité, de leurs décisions.

Le plus réjouissant, c'est que ce sera peut-être même légal.

Écrit par : Paul Bär | 09 octobre 2016

En effet, Monsieur Bär, nous allons revenir à une ancienne forme de démocratie directe. Vous qui êtes amateur de westerns, souvenez-vous de la difficulté qu'avaient les sheriffs à rester en vie jusqu'à la fin du film.

Écrit par : rabbit | 09 octobre 2016

Effectivement, Rabbit, j'apprécie beaucoup les westerns.

Par exemple, dans cette séquence de "Tombstone", le shérip Wyatt Earp (excellent Kurt Russell) illustre à merveille une très convaincante forme de police de proximité...

https://youtu.be/Ohw1uI1NsmU

... qui pourra, peut-être un jour après la Libération, être appliquée aussi aux juges en fuite de l'ancien régime, ceux qui libéraient les barbares et emprisonnaient les patriotes.



PS: à ceux qui imaginent cela relever de l'élucubration la plus pure, reportez-vous simplement vingt ans en arrière et imaginez-vous parler aux gens des "jihadistes d'Emmen" ou des CFF planifiant des patrouilles armées dans nos trains en prévision de massacres de masse.

Écrit par : Paul Bär | 10 octobre 2016

Les commentaires sont fermés.