12 septembre 2016

La santé d'Hillary en question

Il a suffi d'un "léger malaise" de la candidate démocrate lors des cérémonies de commémoration du 11 septembre pour que la santé d'Hillary Clinton revienne sur le devant de la scène. L'épisode, filmé par plusieurs journalistes [correction: de simples spectateurs] selon des angles différents, fut diffusé sur la toile suffisamment vite pour qu'il ne soit plus possible de nier.

Quant à la légèreté du malaise, jugez-en par vous-même:

Clinton_Shoe.jpgAttendant la voiture en tenant à peine debout, la candidate, promptement soutenue par ses gardes du corps, rentre dans son véhicule blindé en abandonnant une chaussure dans le caniveau. Une photo qui aurait fait la une des journaux si elle avait pu concerner Trump.

On notera l'extrême détachement du personnel de sécurité pendant l'entier de cette scène: les agents observent les alentours et ne jettent pas un regard à Mme Clinton, alors que d'autres la soulèvent et l'embarquent dans le plus grand calme, comme si tout cela était une danse parfaitement chorégraphiée.

Est-ce le professionnalisme d'agents rompus à toutes les situations, ou l'expérience d'un personnel pour qui ce genre de passage à vide n'est pas une première?

Quelques jours plus tôt, Mme Clinton donnait une conférence publique très importante à Cleveland, pendant laquelle elle fut prise de quintes de toux incontrôlables pendant plusieurs minutes, provoquant un certain malaise dans le public. Elle réussit à glisser entre deux toux que son comportement était dû à "une allergie à M. Trump". La scène est moins embarrassante que la précédente mais reste tout de même singulière:

Les interrogations sont récurrentes quant à l'état de santé de Mme Clinton - mais il a suffi d'une vidéo accablante pour que ce qui n'était jusque-là que des "spéculations houleuses lancées par des adeptes de la théorie du complot", voire des rumeurs lancées à dessein par son adversaire, ne devienne en moins de 24 heures une vérité établie.

Un retournement de veste assumé avec tant de souplesse force le respect. Deux tweets d'un journaliste à quelques années d'intervalle permettent de se faire une idée de l'hypocrisie de la presse...

 TheFix.png
2008: La santé de McCain: Ce Que Cela Signifie
2016: Ne peut-on pas arrêter de parler de la santé d'Hillary maintenant?

Dès 2012 Hillary Clinton ne donnait plus vraiment l'image d'une santé éclatante. Elle souffrit d'un virus gastrique et d'une déshydratation, puis d'une commotion cérébrale après s'être évanouie. Un caillot de sang fut ensuite découvert entre le cerveau et le crâne. A cette occasion elle vit double pendant quelques semaines. Même alors des soupçons planaient sur sa condition réelle, notamment parce qu'elle reçut des anticoagulants qui, de l'avis de médecins consultés par plusieurs médias, n'étaient d'aucune utilité pour des caillots dus à un traumatisme.

Aujourd'hui, l'entourage médical de la candidate démocrate affirme qu'elle a été victime d'une pneumonie détectée vendredi et qu'elle annulait tous ses rendez-vous pour les prochaines 48 heures. Ce diagnostic soulève plus de questions qu'il n'apporte de réponses.

  • Si Mme Clinton est diagnostiquée avec une pneumonie depuis le 9 septembre, comment se fait-il qu'elle ait participé à de multiples apparitions publiques impliquant de nombreux contacts avec la foule entre cette date et aujourd'hui? La pneumonie est une maladie grave, et contagieuse.
  • Mme Clinton serait traitée par des antibiotiques. Normalement l'amélioration du patient est rapide et notable avec ces médicaments. Or, son malaise du 11 septembre intervient après plusieurs jours de médication et semble donc d'autant plus étonnant à ce stade.
  • De nombreux épisodes de quinte de toux et de comportements étranges de Mme Clinton ont été rapportés (et filmés) depuis longtemps auparavant, et ne cadrent pas avec une simple pneumonie diagnostiquée il y a trois jours.
  • L'apparition forcée d'Hillary Clinton en bas de son immeuble peu de temps après son malaise, et l'affirmation livrée alors qu'elle aurait été victime d'une simple "insolation" (malgré une modeste température de 26° à New York) est un mensonge de plus, entachant encore la réputation d'une politicienne jugée peu sincère par la majorité des Américains.

Hillary Clinton vient de perdre gros aujourd'hui ; même ses partisans les plus déterminés auront des doutes quant à sa capacité à assumer la charge de Président. En termes d'image, une apparence de faiblesse et de maladie n'est guère motivante. Ces ennuis de santé s'ajoutent à la dernière polémique à peine retombée où elle clame que "la moitié" des électeurs de Trump sont des racistes, des xénophobes et des bigots, entre autres termes élégants!

L'élection présidentielle américaine a lieu dans moins de 60 jours. Pendant cet intervalle, l'état de santé de Mme Clinton sera épié, scruté, déchiffré en permanence - et probablement pas à son avantage. Si elle n'est effectivement atteinte que d'une pneumonie et qu'elle en guérit rapidement et complètement, elle garde quelques chances. Autrement, la maigre avance dont elle dispose dans les sondages promet de ne pas durer, d'autant plus que le plus dur arrive avec les trois débats prévus contre Donald Trump, qui ne lui fera pas de cadeaux.

Hillary Clinton sera-t-elle prête et en grande forme à temps? Imagine-t-on l'effet d'un de ces malaises ou d'une quinte de toux en direct sur un plateau de télévision?

Les médias et les démocrates américains réalisent soudainement que la candidature à la présidence d'Hillary Clinton n'a plus rien d'une marche triomphante vers la victoire.

Commentaires

Excellent !


Un médecin américain émet ici...

https://youtu.be/Zr1IDQ2V1eM?t=7m42s

... non pas un diagnostic (comme il n'a évidemment pas pu examiner directement Hillary Clinton), mais quelques hypothèses (Parkinson?) à partir des documents disponibles.

Evidemment, ces images n'ont pas été diffusées par notre cher Darius, tandis que le "journaliste" de la RSR à Washington nous donnait non pas de l'information, mais faisait dans l'éditorial en parlant de "propos extravaguants" tenus par les partisans de Trump.
Il ne viendrait évidemment pas à l'idée de nos "professionnels" de l'information, (payés grassement par le racket de la redevance) de laisser le public romand juger sur pièces. On dirait que tous ces gens des médias officiels ne savent pas encore que les gens ont, avec internet, désormais un accès direct aux sources, sans passer par leur truc..., pardon par leur médiation.

Écrit par : Paul Bär | 12 septembre 2016

H. Clinton est la marionnette de lobbies et de forces qui agissent dans l’ombre, à l’insu de la majorité de la population, l’américaine comme l’européenne (i. e. pays du golfe, grandes banques, complexe militaro-industriel, grands médias…), ce que l’on résume par un mot : le Système, plus précisément : le système politico-médiatique.
Et tout ça au prix de la santé déjà chancelante de la candidate, probablement un détail pour ceux qui tirent les fils, du moment qu’ils pourront la conduire jusqu’à la Maison blanche. Et ceci quel que soit son état. Loin de moi l’idée de la plaindre, car la victime est pleinement consentante. Et même elle en redemande, comme le fumeur invétéré qui continue à fumer après qu’on lui ait enlevé un poumon.
Hélas pour les marionnettistes, les fils commencent à casser les uns après les autres. Le risque est gros pour eux de n’avoir guère de retour sur investissements, ou même d’en perdre la totalité.
Mais rassurons-nous pour ses prochaines apparitions et ses futurs débats avec Trump : elle sera médicalisée à mort, y compris à l’aide de drogues dures, ce qui lui permettra de tenir le choc face à son opposant.
Cependant, le risque augmente de la voir s’effondrer après les confrontations successives. Car c’est précisément ce qui se passe avec les excitants, quelle que soit leur nature. Leur effet ne dure jamais très longtemps et les hauts, qui sont de moins en moins hauts, sont toujours suivis de bas, qui eux sont de plus en plus bas.
La question est de savoir si l’effondrement se produira sous l’œil des caméras ?
Ceux qui l’entourent vont évidemment tout faire pour que le public n’en voit ni n’en sache rien. Et comme l’observe notre hôte, la grande maîtrise de son staff montre qu’il est rodé à ce genre d’exercice et qu’il est prêt à toute éventualité.
Suggestion aux Démocrates, et dernier recours si jamais les choses tournaient vraiment mal pour leur championne : trouver un sosie de la dame, et lui faire jouer le rôle. C’est bien ce qu’a fait avec succès le clan Takeda après la mort de leur chef dans le film : Kagemusha, l'ombre du guerrier (Kurosawa, 1980).
N. B. La chute est ma note d’humour. Car tout ça est bien triste, et pourrait même s’avérer tragique à terme !

Écrit par : AP34 | 13 septembre 2016

P. S. À propos du clan Takeda (cf. la fin de mon post précédent), j'oubliais de rappeler que le sosie a fonctionné avec succès pendant 3 ans… là ce serait seulement 1 an de plus, c'est faisable !

Écrit par : AP34 | 13 septembre 2016

Un diagnostic parfaitement clair des problèmes médicaux de H. Clinton par un M. D. américain, en 16 minutes, pour ceux qui entendent l’anglais : la maladie de Parkinson à un stade avancé.
https://www.youtube.com/watch?v=Zr1IDQ2V1eM
Tous les symptômes de la maladie sont là, absolument tous, même la toux.
La fin de la vidéo est particulièrement glaçante : je résume :
La DNC (Democratic National Convention) est parfaitement au courant de la nature de la maladie de H. Clinton, et de son évolution probable.
Et pourtant ils l'ont choisie comme candidate.
Pour le M. D., c’est la preuve que la DNC se contrefiche du pays et de ses habitants, et qu'elle se préoccupe avant tout de l'intérêt bien compris du Parti et de ses membres.
Pour le M. D., H. Clinton est largement hors-jeu pour assurer la charge de la Présidence. Il se pose la question : alors, qui va le faire à sa place ? Et c'est là que ça devient particulièrement inquiétant.
Il faut quand même savoir qu'on peut vivre avec la maladie de Parkinson. D'après Wikipedia, la mortalité est à peu près doublée par rapport à une population non parkinsonienne. La cause de mortalité la plus fréquente est les infections pulmonaires – le parkinsonien avale souvent par la trachée au lieu de l’œsophage, salive ou nourriture, d’où les problèmes aux poumons. Les chutes sont aussi une complication fréquente. Des troubles cognitifs, voire une démnce, peuvent survenir chez le patient âgé (H. Clinton peut-elle être considérée comme âgée ?).
Ma conclusion : il est clair qu’on ne pourrait pas même confier à H. Clinton la conduite d'une simple voiture. Reste à voir si les électeurs voudront lui confier la conduite du char de l'État américain, le plus gros, le plus puissant et le plus redoutable du monde.

Écrit par : AP34 | 13 septembre 2016

Il semblerait que j'aie vu juste à propos du "sosie" : La DNC commence déjà à chercher un remplaçant à H. Clinton :
http://www.infowars.com/dnc-to-hold-emergency-meeting-to-consider-replacing-hillary-clinton/
Le titre : DNC to Hold Emergency Meeting to Consider REPLACING Hillary Clinton
Un article de Paul Joseph Watson daté du 12 Septembre 2016.

Écrit par : AP34 | 14 septembre 2016

Je l’ignorais, mais il se trouve que le sosie de H. Clinton existe bel et bien, et depuis longtemps.
Les complotistes, un autre mot pour “les partisans de Trump”, se sont emparés de l’affaire pour soutenir l’hypothèse que la dame sortant le 11/09 en pleine forme de l’immeuble de Chelsea Clinton à NYC n’était pas Hillary, mais son sosie.
https://www.superstation95.com/index.php/world/1996
Hypothèse aussitôt tournée en dérision par un medium français, France24, pro-Clinton :
http://mashable.france24.com/monde/20160913-complot-hillary-clinton-sosie
Comble de confusion, le sosie en question, une anglaise du nom de Teresa Barnwell, a dans un premier tweet d’abord dit qu’elle était à L A le 11/09, puis dans un second tweet, montre une photo d’elle en face du building de Chelsea Clinton avec ces mots énigmatiques : “Or maybe I was in NYC today, you never know”. Ce second tweet a disparu peu après.
Comprenne qui pourra ! En tout cas, de quoi se poser des questions.

Écrit par : AP34 | 15 septembre 2016

En effet, Hillary Clinton est née en 1947, trois mois après l'événement ayant provoqué l'affaire de Roswell, qui tient toujours les ufologues en effervescence. Une inquiétante étrangeté, propre à nourrir le camp des théoriciens du complot intergalactique.

Écrit par : rabbit | 15 septembre 2016

Bon, déjà la NON-ressemblance entre Hillary et "Hillary" m'avait sauté aux yeux immédiatement. "Hillary" est bouffie du visage comme une personne très malade, et non comme une grand-mère empâtée. Hillary est à peu près potable et bien conservée, "Hillary" est affreuse. Est-ce qu'un pneumonie fait gonfler le visage ainsi?

Ensuite mettre un sac d'un coté est un réflexe - étant un homme je n'ai pas de sac à main, mais si je mets le sac à dos sur une seule épaule, ce sera toujours du même côté. Enfin le coup de la main, c'est impressionnant.

Bref l'histoire du "sosie" (qui n'est pas tellement ressemblant AMHA) est très, très crédible. On va nous ressortir la "théorie de complot" mais vu que Hillary ment sur tous les sujets importants, avec le soutien des grands me(r)dias... qui s'étonnent à peine qu'une personne visant des responsabilités participe à des meeting alors qu'elle a une maladie très contagieuse...

D'un autre coté, Trump aurait menti sur l'age de son opération de l’appendicite : 10 ans? 11 ans? Tout ça n'est pas clair non plus, et montre bien qu'il n'est pas plus crédible que l'autre! /sarc

Écrit par : simple-touriste | 16 septembre 2016

Pendant que nous glosons, l'industrie américaine du film fait plancher les scénaristes sur le cas Hillary.
Oliver Stone et Michael Moore sont sur les starting-blocks pour une réalisation alternative et contestataire, à moins que les studios Disney n'emportent la mise avec une "Reine des Neiges 2".

Écrit par : rabbit | 16 septembre 2016

Obama = Clinton
Clinton = Obama.
Fort d'avoir résolu ce système de 2 équations à 2 inconnu(e)s, je pense qu'il est utile que l'opinion que l'on peut avoir d'Obama et des Démocrates en général (sachant que Démocrates = Socialistes) soit la moins biaisée possible.
L'histoire du Certificat de naissance du susdit est, à cet égard, un paradigme.
J'ai déjà écrit à ce sujet sur un précédent fil, alors que je n’avais pas les infos les plus pertinentes.
Cette histoire rebondit aujourd'hui après que Trump ait dit qu'il ne croyait plus au faux certificat. Alors qu'il s'y accrochait depuis 5 ans.
Est-ce un aveu d'erreur de sa part ? S'était-il trumpé?
Je ne le pense pas. Il a seulement voulu calmer le jeu. Alors un menteur, doublé d’un parjure ? Certes, mais pour la bonne cause !
Car les évidences du faux existent, elles sont même aveuglantes pour des esprits normalement constitués. Sauf, bien sûr, pour les aveugles volontaires.
Ces évidences sont dans “infowars” :
http://www.infowars.com/2-clinton-supporters-in-08-reportedly-shared-obama-birther-story/
sous la forme d’un commentaire, semble-t-il, très informé, d'un nommé Demonocracy.
Le voici :

Demonocracy • an hour ago
Here's the problem with the birth certificate. IT'S FAKE!
1. Back in 1961 people of color were called 'Negroes’. So how can the Obama 'birth certificate' state he is "African-American" when the term wasn't even used at that time ?
2. The birth certificate that the White House released lists Obama's birth as August 4, 1961 and Lists Barack Hussein Obama as his father. No big deal, Right? At the time of Obama's birth, it also shows that his father is aged 25 years old, and that Obama's father was born in "Kenya, East Africa". This wouldn't seem like anything of concern, except the fact that Kenya did not even exist until 1963, two whole years after Obama's birth, and 27 years after his father's birth. How could Obama's father have been born in a country that did not yet Exist?
Up and until Kenya was formed in 1963, it was known as the "British East Africa Protectorate".
3. On the Birth Certificate released by the White House, the listed place of birth is "Kapi'olani Maternity & Gynecological Hospital".
This cannot be, because the hospital(s) in question in 1961 were called "KauiKeolani Children's Hospital" and "Kapi'olani Maternity Home", respectively. The name did not change to Kapi'olani Maternity & Gynecological Hospital until 1978, when these two hospitals merged. How can this particular name of the hospital be on a birth certificate dated 1961 if this name had not yet been applied to it until 1978?
4. Perhaps a clue comes from Obama's book on his father. He states how proud he is of his father fighting in WW II. I'm not a math genius, so I may need some help from you. Barack Obama's "birth certificate" says his father was 25 years old in 1961 when Obama was born. That should have put his father's date of birth approximately 1936 - if my math holds. Now we need a non-revised history book-one that hasn't been altered to satisfy the author's goals-to verify that WW II was basically between 1939 and 1945. Just how many 3 year olds fight in Wars? Even in the latest stages of WW II his father wouldn't have been more than 9 years old. Does that mean that Mr. Obama is a liar, or simply chooses to alter the facts to satisfy his imagination or political purposes ?
On Sunday, June 27, 2004, the AP published an article about “Kenyan-born Obama”.
The article can still be found in the internet archive : http://web.archive.org/web/20040627142700/eastandard.net/headlines/news26060403.htm
but see also :
http://www.thegatewaypundit.com/2012/05/ap-2004-flashback-kenyan-born-obama-all-set-for-us-senate/
5. Even Jewish Israel doesn't buy that the birth certificate is authentic.
The Israel Science and Technology website performed exhaustive analyses and technical assessments on the posted copy of the Long-Form Birth Certificate. Here are the final and categorical conclusions which they published on their web page entitled:
http://www.science.co.il/Obama-Birth-Certificate.htm

Le mien de commentaire :
L’affaire semble facile à plaider. Espérons que Trump, une fois élu, la poursuive, une fois que le verrou Obama/Clinton aura sauté.
Elle est potentiellement très importante.
Pourquoi ?
Parce que, si l’élection d’Obama était déclarée invalide, alors toutes les lois passées sous ses deux mandats pourraient l’être aussi. Rien moins !

Écrit par : AP34 | 18 septembre 2016

Hallucinant !
Non seulement il va falloir faire un trou de huit ans dans notre continuum espace-temps, mais en plus dans tous les univers parallèles dont nous ne connaissons même pas le nombre...
A propos de la théorie d'Everett, une histoire édifiante pompée sur wiki: «Deux physiciens prennent un avion. En route, les deux moteurs s'arrêtent et l'avion pique vers le sol. Crois-tu que nous allons nous en sortir, demande le premier ? Sans aucun problème, répond l'autre, il y a une quantité d'univers où nous ne sommes même pas montés dans cet avion... »

Écrit par : rabbit | 19 septembre 2016

Ce scan de photocopie authentique de certificat de naissance m'a tout l'air d'être un faux vraiment très grossier (aussi pitoyable que la propagande de Poutine concernant l'Ukraine et le vol MH17), mais en quoi est-ce important? Obama est Américain de naissance, il n'a pas été naturalisé; pourquoi cette polémique?

D'autre candidats sont nés à l'étranger, il me semble.

Écrit par : simple-touriste | 19 septembre 2016

à simple-touriste :
Être né sur le sol des US est une condition CONSTITUTIONNELLE pour être éligible à la Présidence de ce pays. Être américain ne suffit pas.
Il n'y a pas d'exemple de Président ou même de candidat qui ait enfreint cette règle. Pour les Américains, la Constitution est sacro-sainte, elle est inscrite dans le marbre. Contrairement à la nôtre en France qui l'est seulement dans le plâtre.
Cette condition est la raison pour laquelle, par exemple, Mr. Univers, en la personne de Schwarzenegger, très populaire acteur puis gouverneur de Californie, n'a pas pu se porter candidat, alors que l’envie ne lui aurait, autrement, pas manqué, et qu’il aurait eu de bonnes chances.
Obama n’a jamais été gouverneur. Sa carrière politique, il la doit aux socio-communistes américains qui ont instrumentalisé sa condition de Noir, en effet un atout considérable pour avancer leurs vues. N’oubliez pas Martin Luther King, et le Sud esclavagiste. La mauvaise conscience y est encore prégnante. Comme la zombie Hillary aujourd’hui, Obama a été et est encore une marionnette. Tout lui est préparé par des hommes plus ou moins dans l’ombre (les discours via le téléprompteur, par exemple), alors que le vrai Obama, lui, préfère jouer au golf.

Écrit par : AP34 | 21 septembre 2016

"Être né sur le sol des US est une condition CONSTITUTIONNELLE pour être éligible à la Présidence de ce pays. Être américain ne suffit pas."

Je me demande bien où vous avez vu ça.

"Cette condition est la raison pour laquelle, par exemple, Mr. Univers, en la personne de Schwarzenegger,"

Oui, c'est un Autrichien, qui n'a eu la nationalité américaine qu'en 1983!

Et Rafael Edward "Ted" Cruz est bien né à Calgary, non? Alors, le deuxième de la primaire républicaine ne pouvait pas devenir Président? Il faisait de la figuration? Il servait à animer la campagne ou bien c'était pour ajouter un côté kitsch? Ou bien pour il était juste sponsorisé par un fabricant de laque pour cheveux?

"très populaire acteur puis gouverneur de Californie, n'a pas pu se porter candidat, alors que l’envie ne lui aurait, autrement, pas manqué, et qu’il aurait eu de bonnes chances."

Bof, Schwarzy est un républicain de gauche/progressiste, il n'est pas considéré comme un "conservateur", donc il n'avait aucune chance de passer les primaires.

Écrit par : simple-touriste | 22 septembre 2016

à simple-touriste :
Ce n’est pas aussi simple que vous voulez bien le croire :
Si ça l’était (aussi simple), Obama n’aurait pas attendu aussi longtemps pour exhiber son VRAI certificat de naissance kenyan, ni n’aurait dépensé autant de millions de dollars en avocats pour bloquer les procès qu’on lui a intentés.
Si l'on vous demandait à vous de prouver votre lieu de naissance, je pense, je suis même sûr, que vous n'auriez pas les mêmes problèmes que lui. Les problèmes surviennent quand on prétend prouver une chose qui est fausse.
Mais, paradoxalement, vous semblez ne pas douter que le fameux certificat soit un faux.
Alors, je vous pose la question : considérez-vous comme normal qu'un Président américain, pour prouver ses dires, produise un faux ? Pour moi, c'est grave, ça devrait être puni par la loi, et mener à "l'impeachment". C'est plus sérieux que l'affaire du Watergate de Nixon !

La constitution américaine utilise, comme condition à l’éligibilité à la Présidence, le terme de « american natural-born citizen ». Les pères fondateurs n’ont apporté aucune autre précision, ni n’ont défini davantage le terme.
L’acception habituelle est d’être né sur le sol américain (un des états de l’Union).
Le fait est que TOUS les Présidents et vice-Présidents depuis les origines sont nés sur le sol américain [ou étaient citoyens américains à la date d’adoption de la Constitution en 1789].
Spécialement depuis Obama, des “spécialistes“ ont remis en question l’interprétation et l’acception du mot : natural-born, en tentant d’y inclure ceux remplissant simplement les conditions pour la citoyenneté américaine au moment de la naissance, ceci quel que soit ce lieu de naissance.
Voici ce qu’on lit sur le sujet dans Wikipedia :
« Status as a natural-born citizen of the United States is one of the eligibility requirements established in the United States Constitution for holding the office of President or Vice President. This requirement was intended to protect the nation from foreign influence.[1]
The U.S. Constitution uses but does not define the phrase "natural born Citizen", and various opinions have been offered over time regarding its precise meaning. The consensus of early 21st-century constitutional scholars, together with relevant case law, is that natural-born citizens include, subject to exceptions, those born in the United States. Many scholars have also concluded that those who meet the legal requirements for U.S. citizenship "at the moment of birth", regardless of place of birth, are also natural born citizens.[2][3] Every president to date was either a citizen at the adoption of the Constitution in 1789 or was born in the United States; of those in the latter group, there have been six that had a parent who was not born on U.S. soil. »

Effectivement, Ted Cruz est né à Calgary (Canada) de mère américaine et de père cubain.
Il y a eu une polémique à propos de son éligibilité dans les médias, répercutée dans les medias français (le quotidien gratuit Metro, des chaînes de télévision etc). Trump lui-même a soulevé la question en public. La polémique n’a pas été tranchée et s’est évidemment éteinte quand Cruz a été éliminé au profit de Trump. Mais elle pourrait resurgir si Cruz se porte à nouveau candidat en 2020 (il est jeune).
Aucun doute que s’il avait été choisi, l’affaire se serait réglé devant les tribunaux.
Comique mais pourtant vrai : Pendant la campagne, Cruz a dit ignorer qu’il était canadien de naissance, et a ajouté qu’il l’a découvert en même temps que la presse.
Je crois plutôt qu’après le précédent Obama, il s’est engouffré dans la brèche. Il y en aura sans doute d’autres dans l’avenir.

En tout cas, voici ce qu’on en dit sur le site Slate :
«Natural born citizen»
« Sur Slate.com, le professeur de droit Eric Posner explique pourquoi Ted Cruz ne peut pas être éligible. Il se réfère à la définition du XVIIIe siècle de «natural born citizen», qui, pour lui, signifie uniquement être né aux États-Unis. «Un “natural born citizen” ne peut être quelqu'un dont la naissance lui donne le droit à la citoyenneté en raison d'un statut –et dans ce cas, un statut qui confère la citoyenneté américaine à une personne née à l'étranger d'un parent américain.» Il indique également que si les Pères Fondateurs avaient voulu donner un spectre plus large, ils auraient pu utiliser l'expression «natural born subject», employée par la couronne britannique pour les personnes nées dans les dominions. » 

Écrit par : AP34 | 22 septembre 2016

Bruce Springsteen est-il eligible, sans ou malgré "Born in the USA" ? https://youtu.be/jqUk0SMzkeI

Écrit par : rabbit | 22 septembre 2016

Obama est un narratif vivant. On dirait que tout le concernant a été écrit ou scénarisé.

Il est né au Kenya quand il faut qu'il y soit né, parce que ça convient aux scénaristes.

Quand il faut qu'il soit né à Hawaï, il y est né.

Il fallait qu'il comprenne parfaitement la Constitution, donc il a été professeur de droit constitutionnel à l'université! Donc il est incollable sur le sujet, il est parfait, c'est le meilleur. Enfin pas vraiment, pas du tout même, mais peu importe.

Obama est un symbole. La vérité s'adapte, on vit presque dans un scénario de film plein de bons sentiments!

Mais dans le cas de la pauvre Hillary, les maquilleurs ne peuvent rien faire. Un visage typique d'une vieille ivrogne ne peut pas devenir présentable avec tout le maquillage du monde. On ne transforme pas un vieux bourrin en étalon, même avec un pro des effets spéciaux. Obama était très présentable, Hillary.....

Écrit par : simple-touriste | 22 septembre 2016

Les commentaires sont fermés.