23 septembre 2016

Le peuple suisse, cocu content ?

Après sept heures de débat mercredi le Conseil National a finalement entériné la loi d'application de l'initiative "Contre l'immigration de masse" - une loi tellement vide de contenu que personne, pas même les parlementaires qui l'ont votée, n'ose prétendre qu'elle respecte la Constitution.

Un tel aveu constitue une première. Comme le relevèrent certains UDC à Berne, pareille situation pose la question du serment que prêtent les parlementaires au début de leur mandat, lorsqu'ils jurent de la défendre.

immigration,démocratie,initiative

Selon l'article 121a de la Constitution, la Suisse doit gérer de façon autonome son immigration. Il instaure la préférence nationale en matière d'emploi et des plafonds annuels d'immigration toutes catégories confondues - dont l'asile et le regroupement familial - et enfin, empêche le pays de signer tout traité contraire à ces dispositions. Le peuple suisse connaît bien le texte suite à l'énorme campagne qui eut lieu en 2014 autour de l'initiative contre l'immigration de masse.

A contrario, la loi d'application qui sera prochainement sous toit demande que les offres d'emploi soient publiées aussi auprès des offices régionaux de placement. C'est à peu près tout.

La Constitution avait déjà été allègrement violée au mois de mai lorsque le Conseil Fédéral décida de voter l'extension de la libre-circulation à la Croatie. A cette occasion, il contrevint de façon flagrante et indiscutable à l'article constitutionnel, en plus de renier ses propres engagements du lendemain du 9 février.

L'UDC hurla son indignation dans l'indifférence générale. Avec leur profondeur de réflexion coutumière, les médias se réjouirent ce cette déconvenue. Le grand public, lui, resta parfaitement apathique. Il n'y avait donc aucun doute que cette entorse à la Constitution ne serait pas unique. Nous en avons un nouvel exemple aujourd'hui. Il sera suivi de beaucoup d'autres.

Écrivons-le en toutes lettres: la Constitution helvétique n'est plus qu'un morceau de papier sans valeur. Un texte inspirant l'action politique, mais de façon abstraite, sans contraintes. Une sorte de feuille de route purement symbolique dont chaque dépositaire de l'autorité - gouvernement, parlement, justice - pourra s'éloigner autant que nécessaire, selon ses objectifs idéologiques et politiques du moment.

Pour la classe politique, les avantages sont immédiats: les initiatives populaires relèvent désormais du folklore. Par exemple, la récente initiative pour la "primauté du droit suisse" sur le serpent de mer du droit international n'a plus aucune raison d'être. Qu'elle soit refusée et on s'en réjouira ; qu'elle soit acceptée et on l'inscrira dans la Constitution avant de l'ignorer royalement.

Les politiciens ne prennent même plus cet air contrit qu'ils arboraient au lendemain d'initiatives populaires gênantes, comme l'internement à vie des criminels dangereux ou l'interdiction pour les pédophiles de travailler avec des enfants. L'expression populaire n'est déjà plus qu'une démonstration d'humeur ponctuelle que seul un crétin, un politicien UDC par exemple, prendrait au sérieux.

Les faits donnent raison à ceux qui méprisent la démocratie directe. Le peuple vote pour des initiatives et élit ensuite des représentants qui les foulent aux pieds. La faute en revient évidemment à la classe politique et aux médias, mais la responsabilité finale incombe indiscutablement aux électeurs qui choisissent d'être cocus.

Les protestataires les plus lucides continueront bien évidemment à se tourner vers l'UDC, la gratifiant d'un ou deux pourcents supplémentaires tous les quatre ans, mais cela n'a guère d'importance. À ce rythme un basculement du rapport de force n'arrivera pas durant ce siècle, la majorité des deux tiers du centre-gauche du Parlement continuant entre-temps à faire comme bon lui semble.

Qui s'avoue réellement surpris par ce qui se passe à Berne? Les signes de cette dérive, nombreux et concordants, s'étalent devant nos yeux depuis des années. L'épisode de l'immigration de masse n'est qu'une étape supplémentaire, médiatiquement porteuse car concernant un sujet qui cristallisa le débat en son temps.

Ce mercredi, malgré un débat-fleuve, la partie était jouée depuis le début. Tous les partis politiques hormis l'UDC choisirent de ne pas prendre le risque de se fâcher avec Bruxelles, de ne pas renégocier le sujet de la libre-circulation avec l'UE, d'ériger les bilatérales en Veau d'or intouchable. L'Union Européenne n'a même pas eu à hausser le ton: les négociateurs helvétiques ont capitulé en rase campagne, avant que le moindre coup de feu ne soit tiré, avant même que l'étendard de l'adversaire ne soit aperçu. Cinglant contraste avec le courage anglais...

En 1992, les Suisses votèrent contre l'adhésion à l'Espace Économique Européen. Depuis ce fâcheux accident, la classe politique travaille à rendre le pays euro-compatible et à lier les mains de ce peuple revêche, redéfinissant la signification de la démocratie directe au besoin. Par habitude, naïveté et pusillanimité, la grande masse des citoyens laisse faire.

On a refusé à la classe politique l'honneur de devenir membre de l'Union Européenne ; elle choisit aujourd'hui d'en devenir l'esclave - et tant pis s'il faut jeter la Constitution aux orties pour cela.

Commentaires

"En 1992, les Suisses votèrent contre l'adhésion à l'Union Européenne."
C'est un mensonge : il était question d'EWR ou d'EEE en français.

[en fait, l'Espace Économique Européen - erreur corrigée.]

Mais c'est ce mensonge qui a fait gagné Blocher. Vraisemblablement, si nous étions rentrés dans cet espace économique européen, je crois que nous aurions eu beaucoup moins d'ennuis que maintenant. Il suffit de voir la Norvège...
Et Swissair n'aurait pas coulé, soit dit en passant...

Sur le sujet principal : êtes-vous conscient que l'UDC n'a rien à proposer ?

Écrit par : Géo | 23 septembre 2016

@Géo: bien sûr. La Suisse aurait-elle voté Oui en 1992, elle serait aujourd'hui seulement membre de l'EEE - mais pas de l'UE bien entendu - elle maîtriserait son immigration, Swissair volerait haut dans le ciel et les petits oiseaux chanteraient.

"Sur le sujet principal : êtes-vous conscient que l'UDC n'a rien à proposer ?"

Avez-vous suivi les débats du National pour affirmer des âneries pareilles? La minorité a proposé des dizaines d'amendements sur les différents articles de la loi et sur le rapport de la commission.

A lire avant de répéter bêtement les âneries des médias:
http://www.udc.ch/actualites/editoriaux/immigration-de-masse-ce-qui-sest-passe-et-ce-qui-se-passe-derriere-les-coulisses/

Écrit par : Stéphane Montabert | 23 septembre 2016

En effet, la Constitution n'est plus le tabernacle de l'identité suisse. Au fil des modifications et révisions, elle finit par imiter la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, version onusienne et marxiste de la Déclarations des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Même remarque pour le Code pénal suisse, où la défense de l'Etat tend à occuper plus d'espace que la protection des citoyens. A part ça, Géo sera toujours Géo...

Écrit par : rabbit | 23 septembre 2016

On est dans une situation inédite. Et c’est très grave tout ce que vous nous racontez là:

« personne, pas même les parlementaires qui l'ont votée, n'ose prétendre qu'elle respecte la Constitution.»

« pareille situation pose la question du serment que prêtent les parlementaires au début de leur mandat »

« la Constitution helvétique n'est plus qu'un morceau de papier sans valeur »

« les initiatives populaires relèvent désormais du folklore.»

STOOOOOOOP !!!

Mais qu’est-ce qu’on attend pour saisir la juridiction suprême pour arrêter et et condamner tous ces traîtres ?

Ahaaaaa ! On a peur que la jurdiction suprême trahisse à son tour… (syndrome de la vérité des vainqueurs)

Ben, pour faire caquer, ce week-end, je vais voter tout le contraire de ce qui est raisonnable….

Quoique non, ça risque encore de profiter aux ennemis…

Alors pour le fun, allons-y avec des bulletins nuls, avec des gros: «Allez vous faire foutre !» au feutre rouge !

Écrit par : petard | 23 septembre 2016

Art. 177 1. Délits contre l'honneur / Injure

1. Celui qui, de toute autre manière, aura, par la parole, l'écriture, l'image, le geste ou par des voies de fait, attaqué autrui dans son honneur sera, sur plainte, puni d'une peine pécuniaire de 90 jours-amende au plus.
2. Le juge pourra exempter le délinquant de toute peine si l'injurié a directement provoqué l'injure par une conduite répréhensible.
3. Si l'injurié a riposté immédiatement par une injure ou par des voies de fait, le juge pourra exempter de toute peine les deux délinquants ou l'un d'eux.

Écrit par : rabbit | 23 septembre 2016

Vous semblez ne pas avoir réalisé que la plupart des gens qui ont voté OUI en 1992 l'ont fait CONTRE l'entrée de la Suisse dans l'UE. Les partisans suisses de l'entrée dans l'UE ne s'y étaient pas trompés et étaient CONTRE l'EEE...

Swissair a perdu ses droits sur les aéroports européens, a dû s'allier ou prendre des parts dans des compagnies de canards boîteux et cela a causé sa perte. On peut donc raisonnablement affirmer que c'est l'action de Blocher, faisant croire aux Urschweizer que l'EEE = UE. Je m'en souviens comme si c'était hier...
Et à part ça, rabbit sera toujours rabbit et cela nous fait une belle jambe...

Écrit par : Géo | 23 septembre 2016

"Mais qu’est-ce qu’on attend pour saisir la juridiction suprême pour arrêter et et condamner tous ces traîtres ?"

Question que j'avais déjà formulé ici et notre hôte avait répondu en gros, que les tribunaux étaient pourris.

C'est un peu comme quand vous draguez une fille, si vous ne faîtes rien, vous ne saurez pas si vous allez pouvoir sortir avec elle. Alors, voyez-vous, c'est la même chose avec la justice. Saisissez le MPC en argumentant et vous verrez bien quelle est la décision des juges.

Alors, au lieu de hurler votre colère au parlement, agissez! Mais peut-être que finalement, vous n'avez que de la g..... !

Écrit par : G. Vuilliomenet | 23 septembre 2016

@Géo: je concède qu'en 1992 je ne connaissais encore rien de la Suisse, et je n'ai évidemment pas suivi la campagne en question. Et je concède également que le vote ne portait pas sur l'entrée dans l'UE (qui s'appelait encore la Communauté Économique Européenne à l'époque) mais sur l'EEE. Je vais donc apporter correction à l'article.

Quoiqu'il en soit, je crois que le vote de 1992 est resté à la postérité comme le déraillement du train de l'adhésion.

@G. Vuilliomenet: "et notre hôte avait répondu en gros, que les tribunaux étaient pourris."

C'est un résumé correct.

"C'est un peu comme quand vous draguez une fille, si vous ne faîtes rien, vous ne saurez pas si vous allez pouvoir sortir avec elle. Alors, voyez-vous, c'est la même chose avec la justice. Saisissez le MPC en argumentant et vous verrez bien quelle est la décision des juges."

Cher M. Vuilliomenet, je me suis déjà essayé à cet exercice, quoique sur un cas différent. J'en suis arrivé à la conclusion qu'il n'y a rien à attendre des juges.

Mais puisque nous en sommes là, en tant que citoyen helvétique, rien ne vous empêche d'en faire l'expérience par vous-même. Tenez-moi informé de vos démarches.

Écrit par : Stéphane Montabert | 23 septembre 2016

Même pas d’annonce obligatoire à l’ORP, la phrase est mise au conditionnel:

« Si cela ne suffit pas, il pourrait obliger les employeurs à communiquer les postes vacances aux offices régionaux de placement sous peine d’une amende pouvant aller jusqu’à 40’000 francs. »

Avec une jolie condition à la base puisque le CF est pro UE.

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/25257622

Écrit par : Lex Aeterna | 23 septembre 2016

Okay ! L'explication de Géo pèche par excès de métaphores, Robert Schuman et Jean Monnet n'y retrouveraient plus leur bébé. Si j'ai bien compris, c'est comme dans Fantasia: Mickey emprunte le chapeau magique de son patron, pour ensorceler des balais afin qu'ils fassent le boulot à sa place. N'arrivant plus à les contrôler, les balais se multiplient comme des cellules cancéreuses et finissent par inonder la maison. J'ai personnellement voté OUI en 1992, en croyant que l'on allait recréer l'empire de Charlemagne. Mais c'était bien une histoire d'apprenti sorcier particulièrement pervers.

Écrit par : rabbit | 23 septembre 2016

"Mais qu’est-ce qu’on attend pour saisir la juridiction suprême pour arrêter et et condamner tous ces traîtres ?" Mais oui. L'UDC devrait porter plainte devant la CEDH...

Écrit par : Géo | 24 septembre 2016

C'est leuenberger qui a coulé Swissair, car il l'a offert sur un plateau à la "Lufht" (vous en avez la preuve aujourd'hui). Les allemands à l'époque voulait supprimer à Swissair l'accès de l'Aéroport de Zurich par le couloir sud de l'allemagne...... leuenberger et le CF on fait "pipi dans leurs culottes".

Le tournant de ce qu'est aujourd'hui le CF et le parlement est la conséquence directe de ce virus programmé par la bande des 4; infection inoculée avec premier effet, l'éviction de Ch.Blocher en décembre 2007. Ce jour-là le peuple a perdu sa souveraineté et depuis nous en voyons tous les jours les conséquences de plus en plus désastreuses.

junker est venu donner ses ordres 3 jours plus tôt. Le CF n'a pas bougé et la majorité des parlementaires a avalisé les ordres du débile bruxellois.

Si l'Europe ne capote pas avant, il faudra juste vous en rappeler en automne 2019! Géo notamment, car le PLR depuis sa -réunification- est le plus pourri des partis que l'on puisse avoir. Il fait faire le sale boulot par les autres et tire toutes les ficelles à la fin.
Regardez bien ses 2 conseillers fédéraux. broulis; sa dette d'un milliard et de quatro; ses velléités pour l'application de la LAT sur son canton....c'est lamentable.

Écrit par : Corélande | 24 septembre 2016

Ou, on laisse les islamistes faire le travail, puis on demande à Charles Martel de nettoyer la scène de crime et liquider les témoins. Pendant ce temps, on passe l'hiver sur l'île de Hainan (propre en ordre)...

Écrit par : rabbit | 24 septembre 2016

L'UDC c'est un peu comme Géo ,on en a besoin pour montrer aux plus isolés qu'ils ne sont pas seuls à rouspéter dans leur coin
Pour nous qui avons été proches aidants c'est rassurant car on est laminés par les soucis et les responsabilités des maux qu'il a fallu accompagner
L'UDC n'est pas un parti de moutons qui acceptent tout sans réagir, de vrais hommes en somme ceux qui sont encore réclamés par de nombreuses électrices plus toutes fraiches mais sachant encore manier le verbe et la faux si nécessaire
C'est peut- être le seul parti en tous cas c'est ce qu'il en ressort quand on discute avec un de ses adhérents à ne pas être complètement déconnecté de la réalité
Tout comme nos époux qui savaient séparer le bon grain de l'ivraie mais grâce aussi aux épouses qui ne se sont jamais laissées influencer par la publicité qui peu à peu arrive à mélanger les genres c'est à dire vanter un produit tout en y ajoutant des termes utilisés par des politiciens de gauche `.je ne sais plus laquelle coupant le son dorénavant pour ne pas me laisser endoctriner
De Gaules pourrait dire ,le côté foutoir de la -France envahi peu à peu la Suisse

Écrit par : lovejoie | 24 septembre 2016

Dans la série "Historiettes et Fabliaux", voici ce que nous avons vu ce matin sur le Net chinois. La scène, prise par des caméras de surveillance, représente un local commercial. L'entreprise appartient à une honorable commerçante d'origine chinoise. Entrent trois honorables malandrins d'origine afro-américaine, armés de pistolets. Ils ne sont vraisemblablement pas venus faire des achats, quoi qu'en diront leurs avocats. Soudain, la propriétaire surgit d'une porte, un pistolet à la main et se met à tirer sur ses "clients". Ceux-ci ripostent; un premier est touché et les deux autres s'enfuient en désordre. Il y en a même un, à qui prend l'originalité de passer à travers une porte vitrée. Ceci se passe en Géorgie, état voisin de la Caroline du Nord. Doit-on s'attendre à des manifestations contre la brutalité des commerçants Chinois?

Écrit par : rabbit | 24 septembre 2016

"car le PLR depuis sa -réunification- est le plus pourri des partis"
Sur ce point, Corélande, je suis bien obligé de reconnaître qu'il y a de quoi se poser des questions. Personnellement, je regrette que des gens s'assumant de droite se sentent obligés de fuir ce parti, copain comme cochons avec le PS pour nous flanquer sous la coupe de l'Empire franco-allemand. Mais il n'en reste pas moins que l'UDC, en tout cas dans mon canton, patauge encore trop dans la semoule pour qu'on puisse imaginer voter pour eux. On verra aux prochaines élections s'ils se sont améliorés, en espérant qu'ils ne lavent plus leur linge sale quelques semaines avant.

Cela dit, sur Swissair, c'est moi qui ai raison et dieu sait si je n'aime pas Leuenberger...

Écrit par : Géo | 24 septembre 2016

« sur Swissair, c'est moi qui ai raison et dieu sait si je n'aime pas Leuenberger »

C'est ça, chacun a ses croyances sur la question. Si c'est pas Leuenberger, c'est forcément l'UDC. Et si c'est l'UDC, c'est Blocher

Géo, désolé, là tu dérailles !

Blocher n'a jamais été président du conseil d'administration de Swissair, ni directeur général. Même s'il y avait une monstre brochette de pique-assiettes radicaux aux manettes.

Alors, le plus simple, Géo, on va lui demander, s'il se sent un tantinet responsable de quoi que ce soit.

Écrit par : petard | 24 septembre 2016

On va se répéter...
"Swissair a perdu ses droits sur les aéroports européens, a dû s'allier ou prendre des parts dans des compagnies de canards boîteux et cela a causé sa perte. On peut donc raisonnablement affirmer que c'est l'action de Blocher, faisant croire aux Urschweizer que l'EEE = UE*. Je m'en souviens comme si c'était hier.."
* Il manque "qui a causé cette situation"...

Écrit par : Géo | 24 septembre 2016

Vous regrettez Schwiizluft ?
Et qui connaissait Blocher en 1992 ?
A part quelques assujettis à la redevance audiovisuelle soucieux de rentabiliser leur investissement en restant scotchés sur les chaînes nationales ? Personne.

Écrit par : rabbit | 24 septembre 2016

Non_non_non_non_non… Pas comme-ça !

Tu peux même te répéter dix fois, c'est juste vicelard et alambiqué comme raisonnement.

C'est sûr que la chronologie vue avec les lunettes de la RTS, donne à penser que les grands gougnafiers c'est l'UDC, puisque c'est ll'UDC qui militait contre l'EEE. Mais cette façon de présenter les choses, c'est juste de la désinform.

Mhmmm ! C'est comme si on disait: Ta mère est responsable de tes maladies et de ta mort… puisque elle t'a donné la vie.

http://www.rts.ch/info/3429021-il-y-a-dix-ans-swissair-vivait-son-grounding.html

Parce que plus bas dans la page… on tire sur le manche, pour redresser la vérité:

« PHILIPPE BRUGGISSER OU L'ÉCHEC DE LA "STRATÉGIE DU CHASSEUR"
Philippe Bruggisser (voir ci-dessous son portrait en vidéo) est l'un des principaux artisans de la chute retentissante de Swissair. L'ex-patron de l'ancien fleuron national incarne surtout la fameuse "stratégie du chasseur" qui a conduit le groupe à sa perte.

Donc, d'accord avec le/les canards boîteux, Sabena pour l'essentiel. Là, c'était plus une affaire de boeuf de crapaud et de grenouille. Surtout de grenouillage de crapauds.

Enfin, les conséquences du crash du SR 111 ne sont pas à négliger. Peu de compagnies se remettent financièrement d'une catastrophe aérienne… surtout quand ça se passe en Amérique avec des Américains.

Écrit par : petard | 25 septembre 2016


«Est-ce que les moyens [...] seront strictement utilisés pour la lutte contre le terrorisme ou plus largement?», s'interroge François Fillon. Le député UMP de Paris a assuré qu'il voterait ce texte «parce qu'[il] ne veu[t] pas priver [s]on pays des moyens de la lutte contre le terrorisme».

Je pense que la rédaction du texte aujourd'hui est trop large», a expliqué François Fillon avant d'ajouter que sa «conviction, c'est que le Conseil constitutionnel ne peut pas laisser la rédaction telle qu'elle est.»

http://www.liberation.fr/direct/element/francois-fillon-le-conseil-constitutionnel-ne-peut-pas-laisser-la-loi-renseignement-telle-quelle-est_6351/

Le mec vote un texte "trop large" qu'on ne peut pas "laisser en état". Je répète lentement :

FILLON VOTE UN TEXTE QU'IL PENSE CONTENIR UNE VIOLATION DE LA CONSTITUTION.

Tout est normal en France!

Est-ce qu'il faut prévoir des tests de cannabis à l'Assemblée, comme dans les lycées?

S'il était Président, est-ce qu'il ferait des propositions contraires à la Constitution en se disant que quelqu'un D'AUTRE remettra les choses en ordre?

Est-ce qu'il va donner l'ordre d'une attaque nucléaire en se disant "c'est disproportionné mais les généraux vont rectifier d'eux-même et envoyer des fumigènes"?

Écrit par : simple-touriste | 25 septembre 2016

Les Tessinois ont voté à 59,4% OUI "aux Nôtres d'abord"!

Enfin nous allons aussi pouvoir bafouer les lois fédérales; comme le conseille si généreusement les socialos de tous bords! Y a pas de raison que nous ne le fassions pas pour nous, comme d'autres le préconisent en faveur des migrants illégaux!

Vive l'anarchie!

Écrit par : Corélande | 25 septembre 2016

Qui connaissait Blocher en 92 ? Le NON à l'EEE, c'est lui et personne d'autre. Et Bruggisser a mené une politique de fuite en avant suite au fait que Swissair a perdu tous ses droits sur les aéroports européens, après le résultat du 6 novembre 1992. Ce qui est vicieux, c'est de le nier. Pour moi, le nom à l'EEE est le premier responsable de la faillite Swissair et je m'étonne surtout que les adversaires politiques de l'UDC ne l'aient pas plus utilisé...
Mais alors, après cela, entre les voyous de l'UBS, Marcel Ospel en tête et le grounding de S, quelle belle image de la Suisse...

Écrit par : Géo | 25 septembre 2016

Est-ce que l'EEE impliquait déjà une perte de souveraineté?

Pourquoi avoir refusé l'EEE pour accepter plus tard l'autorité des règlements, de la justice européenne, et la libre circulation?

Écrit par : simple-touriste | 26 septembre 2016

"Pourquoi avoir refusé l'EEE pour accepter plus tard l'autorité des règlements, de la justice européenne, et la libre circulation?"
C'est exactement la question que je me pose ! On a les inconvénients sans les avantages...

Écrit par : Géo | 26 septembre 2016

Il arrive parfois, qu'à force de traîner derrière les autres, on finisse par les précéder (Lao-Tseu l'a dit). Le pendule est reparti dans l'autre direction, c'est peut-être notre chance et notre victoire.

Écrit par : rabbit | 26 septembre 2016

"Le pendule est reparti dans l'autre direction, c'est peut-être notre chance et notre victoire."
Mais non, nous appliquons les lois des Européens mieux qu'ils ne le font eux-mêmes. Ils se seront libérés de la libre circulation que nos idiots du CF iront encore bêler à Bxl...

Écrit par : Géo | 26 septembre 2016

Vous pensez donc que l'Union Européenne avec tous ses artifices ayant collapsé (*), la Suisse continuerait a appliquer indéfiniment ses lois ?

(*) «Si on ne maîtrise pas les flux migratoires, on organise le collapse de notre système d'intégration» Nicolas Sarkozy, 16 Novembre 2010.

Écrit par : rabbit | 26 septembre 2016

Peut-être pas indéfiniment...
Par exemple : voyant que nous étions les seuls à observer cette directive instituant l'obligation de mettre un auto-collant indiquant la vitesse maximale autorisée pour nos pneus (180-200-220 km/h), les oligophrènes de l'Administration fédérale se sont aussi souvenu que nos autoroutes étaient limitées à 120 et y ont renoncé, dans un dernier sursaut de lucidité...

Écrit par : Géo | 27 septembre 2016

Les commentaires sont fermés.