07 février 2017

Réchauffement Climatique: la tricherie de trop

Dire que la Théorie du Réchauffement Climatique d'Origine Humaine traîne des casseroles serait très en-dessous de la vérité.

213423P_hockey_stcik_illusion.pngDepuis sa conception et sa révélation au Monde à travers la fausse Courbe en crosse de Hockey, après l'inexplicable réchauffement climatique de Mars (aucun rapport avec cette grosse boule de feu souvent aperçue dans le ciel), après le scandale du Climategate révélant l'ampleur de la fraude scientifique autour de la publication d'articles pro-réchauffement et l'impitoyable chasse aux sorcières réservée aux dissidents, après l'utilisation par le GIEC de propagande de Greenpeace comme matériel scientifique, après avoir lancé des dizaines de prévisions absurdes, il n'existe aucun exemple de théorie aussi discréditée par la controverse, la malhonnêteté et les scandales que le Réchauffement Climatique, mais gardant intacte son pouvoir de séduction auprès des médias et des grands de ce monde.

Mais toute chose a une fin et la dernière casserole attachée à l'attelage pourrait enfin stopper sa course folle.

Au tour de la NOAA

Le dernier scandale en date nous vient donc de la NOAA. La NOAA, pour National Oceanic and Atmospheric Administration, est devenue depuis des années un bastion américain du réchauffisme. Pour tout dire, la NOAA est l'organisme qui a tordu le cou à la fameuse "pause du réchauffement climatique" - une interruption de 17 ans du réchauffement, admise publiquement par nul autre que Rajendra Kumar Pachauri, président du GIEC en exercice en 2013. Sans doute un de ces odieux climato-sceptiques...

Bien peu diffusée dans les médias, cette longue pause du réchauffement mettait à mal des modèles climatiques régulièrement ridiculisés mais risquait surtout d'éteindre l'hystérie collective autour du réchauffement, et à travers elle ses riches débouchés politiques. Heureusement, la NOAA vint à la rescousse: les données avaient été mal lues! Le réchauffement était toujours là!

Malgré le grotesque de la thèse, nos médias pétris d'intégrité scientifique la reprirent comme un seul homme. Ils purent donc révéler au grand public que la pause de 17 ans du réchauffement climatique qu'ils avaient cachée jusque-là avec la dernière énergie était finalement du flan. On pouvait enfin se remettre à paniquer, comme avant. Le Monde, fidèle à sa tradition "d'information", alla jusqu'à clamer que la pause du réchauffement n'était rien d'autre qu'une invention de ces affreux négationnistes du changement climatique!

Juste avant les accords de Paris, le timing tombait pile. Le réchauffement climatique avait eu chaud... À ceci près que la NOAA avait honteusement trafiqué ses résultats pour parvenir à ses conclusions.

réchauffement climatique,mensonges,manoeuvres politiquesNous le savons aujourd'hui grâce au témoignage d'un lanceur d'alerte interne à l'organisation, le Docteur John Bates, un scientifique de haut niveau de la NOAA à l'intégrité et à la réputation irréprochables. Celles-ci furent d'ailleurs récompensées en 2014 par l'obtention d'une médaille d'or, décernée par l'Administration Obama, pour son travail dans l'élaboration des procédures concernant la préservation des données liées au climat.

Le Dr Bates décida de briser le silence face à des manipulations inqualifiables, révélant le pot-aux-roses à des journalistes. En résumé:

  • Un article scientifique majeur [Karl et al 2015] exagéra le réchauffement climatique.
  • Cet article fut publié dans Science avec empressement dans le but d'influencer les Accords de Paris sur le changement climatique.
  • La NOAA enfreignit ses propres règles pour permettre son élaboration.
  • L'article, proclamant que la "pause du réchauffement" n'a jamais existé, repose sur des données trompeuses et non vérifiées.

Dans une interview sur un blog, le Dr Bates décrivit plus précisément le processus de perversion de la science:

Graduellement, dans les mois suivant la publication, les preuves s'accumulèrent montrant que Tom Karl avait constamment "un doigt sur le plateau de la balance" - dans la documentation, les choix scientifiques, la diffusion des jeux de données - dans le but de discréditer la notion de parenthèse dans le réchauffement climatique. Il força une diffusion publique à la hâte de l'article pour influencer les délibérations nationales et internationales sur la politique climatique.


Tom Karl obtint de fructueuses discussions avec John Holdren, le Conseiller pour la Science de Barack Obama. Mais il tricha à de nombreuses reprises lors de l'élaboration de son article. Il mélangea des données fiables de bouées marines avec des données de navires, non fiables et plus chaudes à cause de leur moteur, pour faire monter la température océanique ; il ignora des données satellites n'allant pas dans son sens ; il utilisa pour analyser ses données une version du logiciel GHCN connue pour être tellement boguée qu'elle ne donnait pas un résultat identique d'une fois à l'autre à partir des mêmes données initiales ; et finalement, il fit disparaître l'ordinateur sur lequel ses résultats furent établis, violant ainsi non seulement les directives de la NOAA mais également le protocole de la revue Science.

réchauffement climatique,mensonges,manoeuvres politiques
La courbe des températures de l'article erroné (en rouge) contre la courbe des températures vérifiées (en bleu). Notez l'exagération de 0,2° C rien que pour l'année 2016.

Fouillant davantage dans le dossier, le Daily Mail découvrit que non seulement la NOAA publia un article profondément erroné, mais tenta de cacher la vérité pour empêcher la découverte de la supercherie:

Après la publication de l'article scientifique, le Comité des Sciences de la Chambre des Représentants des États-Unis lança une enquête sur ses allégations concernant l'absence de pause dans le réchauffement. La NOAA refusa de se soumettre aux injonctions de fournir les e-mails internes formulées par le président du comité, le républicain Lamar Smith du Texas, et mentit en proclamant que personne à l'interne n'avait levé le moindre soupçon concernant la publication.


M. Smith remercia le Dr Bates pour "s'être courageusement porté volontaire pour dire la vérité sur les dirigeants de la NOAA jouant de façon irresponsable avec les données afin d'appuyer des conclusions politiques prédéterminées."

La tricherie de trop

Ironiquement, le Docteur John Bates sortit de sa réserve lorsqu'il vit fleurir des articles s'inquiétant de la préservation des données scientifiques du réchauffement climatique sous l'administration Trump - alors même qu'il avait été témoin de leur compromission éhontée sous la surveillance de l'administration Obama.

Cela ne pourrait être qu'une banderille de plus plantée sur le taureau du réchauffement climatique, mais maintenant que Donald Trump est dans l'arène, le moment est particulièrement mal choisi. Comme l'explique James Delingpole, le nouveau Président des États-Unis dispose désormais d'une opportunité en or pour lancer le grand ménage.

Trump est maintenant dans la position parfaite pour demander à tous les corps scientifiques étudiant le climat et recevant des fonds du gouvernement (c'est-à-dire tous) de rendre leur code et leurs données accessibles au public. Cela signifiera que toutes les manipulations de données à la NASA et à la NOAA seront finalement exposées à la vue du monde - rendant impossible aux propagandistes du réchauffement l'utilisation du bon vieil appel à l'autorité "Mais les experts de la NASA et de la NOAA disent..." Et dans un futur maintenant proche, ces faux experts de la NASA et de la NOAA devront se chercher de nouveaux boulots, remplacés par des scientifiques intègres qui, eux, suivent scrupuleusement la méthode scientifique.

L'ironie sera particulièrement savoureuse pour tous ces climato-sceptiques honnêtes qui, au cours des dernières décennies, ont été qualifiés "d'anti-scientifiques" pour avoir remis en question le consensus du réchauffement climatique.


James Delingpole termine son analyse en citant Michael Crichton: "Un consensus scientifique n'existe pas. Soit c'est un consensus et ce n'est pas de la science, soit c'est de la science et ce n'est pas un consensus. Point."

On ne saurait mieux conclure.

Commentaires

Bonjour Monsieur Montabert tout comme le changement des horaires été -hiver
Changements qui devaient permettre d'économiser du courant mais avec en contrepartie quelque chose de plus que certain ,le dérèglement des horloges biologique humaines et animales
Il y a de quoi mettre en doute tous les soi disant progrès à venir grâce à de nouvelles énergies !

Écrit par : lovejoie | 08 février 2017

Je ne suis pas d'accord sur la théorie la plus discréditée; les théories comme quoi "la" "Vaccination" (ça n'existe pas évidemment, il y a des vaccins), est forcément une bonne chose et comme quoi "la" "Science" est auto-correctrice (ça n'existe pas non plus, il y a des disciplines avec des équipes et des chercheurs).

Mais ce ne sont pas des théories scientifiques, juste des cultes.

Il faut regarder les choses en face : la biomédecine est largement aussi compromise que la climato. C'est à dire les médicaments que chacun de nous est susceptible de se voir prescrire, et même de prendre s'il ne peut pas se réinformer assez complètement sur le sujet, ou s'il est à l'hôpital. Sachant que se réinformer est d'une difficulté considérable puisque la plupart des sites anti-Big Pharma sont des poubelles pour charlatans, de la même façon que beaucoup de sites anti-grands médias sont des poubelles pour complotistes antisémites.

Il faudrait quelqu'un du calibre d'un Trump pour casser la mafia "scientifique" dont les revues sont les chefs d'orchestre. Trump compte s'attaquer au culte de la vaccination, il faut qu'il le fasse vite, et de préférence en se reposant pas sur les poids-légers de l'approche scientifique comme Robert Kennedy Jr.

Fillon lui est à genou devant la biomédecine qui est crédité sans l'ombre d'une preuve de l'augmentation de l'espérance de vie (liée principalement à l'agriculture, donc aux machines et pesticides, à la mécanisation, à l'industrie, à l'accessibilité de l'énergie), la médecine ayant contribué essentiellement à l'amélioration de la qualité de vie :

http://www.lecanardenchaine.fr/wp-content/uploads/2016/12/Programme-Fillon.pdf

Pas un mot sur les catastrophes causées par la médecine! (vaccins inutiles et dangereux, dépistages débiles, traitements des pré-maladies comme l'hypertension légère, traitements de la ménopause, etc.). Fillon pond un programme pro-médecins qui tente de "responsabiliser" tout le monde sauf les premiers responsables de la catastrophe actuelle : s'il y a surconsommation de médicaments à France, qui les prescrit?

Tout ça sur fond de culte de la valeur-p par des gens à peine capable de faire intelligemment les 4 opérations : il n'y a pas pire vénérateur des méthodes statistiques que celui qui avait déjà du mal en maths au Brevet.

Si l'école ne permet pas de luter contre la dérive grotesque de la biomédecine (qui singe la science façon culte cargo) alors l'école n'apprend rien d'utile. Les cuistres de la vaccination ne tiendraient pas 10 min en débat contre un gamin de 10 ans moyennement éduqué. Parce qu'un gamin parle de ce qu'il voit et qui est évident.

Mais on va me dire que tout ça est très "anti-intellectuel", comme The Donald. Justement le mal du siècle est l'intellectualisme pédant et cuistre. Trump utilise peut-être un vocabulaire limité (quoi que "braggadocious" est tellement inusité qu'il n'est même pas dans certains dicos) mais il dit des choses justes.

Le GOP semble être plus méfiant à l'égard du GIEC que de Big Pharma, sûrement parce que Big Pharma leur fait plus de gros chèques que Big "Clean" : une bonne raison d'être sceptique envers le GOP et les soi-disant "libertariens" US plus préoccuper de la réglementation insignifiante des opérateurs réseaux (neutralité du net) que de l'impératif de vaccination obligatoire qui est la plus forte injonction d'une société qui bannit la torture.

Et que dire des sceptiques des médicaments qui passent leur temps sur les médecines "alternatives" et qui acceptent qu'un vaccin n'a pas à faire la preuve de son efficacité parce qu'on "sait" qu'il est efficace! Le culte de la vaccination est d'autant plus troublant qu'il est fréquent chez les sceptiques de la climato, et même souvent viscéral chez eux (j'ai été bannis d'un site sceptique juste parce que je refusais cet oukase). Pourtant le Guide sceptique de Jo Nova est presque entièrement applicable à la médecine, notamment à la "prévention" et surtout aux vaccins!

Si vous votez pour Fillon, n'oubliez pas que son objectif est plus de culte de la médecine et moins de pétrole (ou le culte de la diminution de la consommation des énergies fossiles). Mais l'énergie fossile a plus contribué à l'espérance de vie que la médecine. Voter Fillon, c'est voter peut être pour le moins fou, mais c'est voter pour un poids léger de l'épistémologie.

Écrit par : simple-touriste | 08 février 2017

@lovejoie

Changement d'heure imposée par la France et rejetée par les Français.

Changement d'heure dont même un responsable de RTE (responsable de l'équilibre de la grille électrique française) est incapable de dire s'il permet des économies!

Changement d'heure provoquant de très nombreux accidents du travail.

Que font les médecins du travail? Ah oui, ils sont occupés par les nano-doses de radiations, d'amiantes, etc.

Écrit par : simple-touriste | 08 février 2017

"Pas un mot sur les catastrophes causées par la médecine!" Vous oubliez les erreurs médicales. 2000 morts/an dans la petite Suisse...
Vous dites des choses intéressantes mais utilisez des formules pas toujours compréhensibles : qu'est-ce que le GOP ? government of Patagonia ? Ou est-ce la même chose que POTUS mais comment ?
"culte de la valeur-p" ?
"braggadocious" ?
Quant à l'affirmation :
"Les cuistres de la vaccination ne tiendraient pas 10 min en débat contre un gamin de 10 ans moyennement éduqué."
On ne peut pas vraiment dire qu'elle tienne la route, même si les anti-vaccins ont des arguments. Les pros en ont aussi...

Écrit par : Géo | 08 février 2017

@Géo: GOP (Grand Old Party) est l'acronyme du parti républicain américain.

@simple-touriste: essayez de rester dans le sujet du réchauffement climatique, merci.

Écrit par : Stéphane Montabert | 08 février 2017

Pardon, je pensais que vous vouliez parler de scepticisme méthodologique, de modèles contre la réalité, de vérification empirique, de consensus, de l'establishment, des Académies des sciences, de l'exclusion des "déviants" et des "négationnistes", de soumissions des juges, d'attaques en "justice".

Mais vous vouliez juste parler de la météo en moyenne sur des temps plus ou moins longs.

Après tout, ce n'est pas comme si l'arnaque grossière de la grippe "porcine" pouvait éveiller les gens qui ont le moins le temps se ré-informer sur l'arnaque du consensus de l'establishment académique. Ce n'est pas comme si une manipulation pouvait réveiller le peuple. Ce n'est pas comme s'il y avait des parallèles évidents entre vaccinalisme et climatisme... ah si.

valeur-p (ou p-value) : concept fondamental des statistiques "fréquentistes" formalisé par Fisher, presque toujours interprété comme un totem de vérité et non comme un simple indice parmi d'autres dans un enquête criminelle ou scientifique (si si c'est plus ou moins la même chose, mais peu de gens sont prêts à l'admettre)

culte de la p-value : croyance qu'un résultat est très vraisemblablement (ou "probablement") vrai si "p < .05" et faux ou négligeable ou à ne pas discuter dans le cas inverse

"braggadocious" : terme employé par Trump lors d'un débat télé contre la mère Clinton

Pas possible pour un gamin d'humilier un climatiste au point qu'il parte en pleurant? Il suffit de demander pourquoi le froid relève de la météo et le chaud du climat, pourquoi un enfant vacciné qui attrape la maladie est alors "mal vacciné", pourquoi un enfant non vacciné malade l'est à cause de sa non-vaccination et un enfant vacciné malade l'est par malchance. (Prévoir des psy pour les pauvres scientivistes.)

Mais peut-être pensez-vous qu'il faut mener un seul combat à la fois, et avoir le moins d'ennemis possibles. Moi je pense qu'il faut mener tous les combats et avoir plein d'ennemis, parce que les armes intellectuelles sont gratuites et infinies.

Moins les gens sont armés pour combattre le vaccinalisme, moins ils sont armés contre le climatisme, et inversement.

@webmestre : Votre outil de blog qui ne permet pas de mettre des signes "inférieur à" est nullissime, pour rester poli. Qui a codé ça? Un des fils de François Fillon?

Écrit par : simple-touriste | 08 février 2017

Bonjour Monsieur Montabert Les scientifiques d'aujourd'hui ne possèdent pas ce qui faisait la fierté de anciens
Eux n'instrumentalisaient pas le peuple par des peurs qui sont le plus souvent basées sur des incertitudes et qu'ils sont souvent seuls à ressentir
De os jours ils voient des problèmes partout
Quand on a connu l'éducation sectaire ça sent à nouveau le Giec à plein nez
Y'a un moment qu'on en avait pas parlé mais c'est comme les pissenlits On croit s'en être débarrassé et ils reviennent dés le printemps
Très bonne journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 09 février 2017

Quand la science télescope la politique (et la finance), il n'y a plus de science.
Le GIEC en est la démonstration vivante.
Et même la science pure, car elle n'est faite que par des hommes, avec leurs egos, n'est pas dénuée de reproche.
Rappelez-vous ces mots de Max Planck (je crois) :
"La vérité (scientifique) ne triomphe jamais, mais ses adversaires finissent par mourir."

Écrit par : AP34 | 09 février 2017

@AP 34 votre commentaire me réjouit !

Écrit par : lovejoie | 09 février 2017

Les commentaires sont fermés.