01 mars 2017

La justice fait trébucher François Fillon

"Je ne me retirerai pas." C'est par ces mots que François Fillon vient apporter son démenti tardif à une folle matinée de rumeurs et de franche panique dans les rangs des Républicains.

france,françois fillon,manoeuvres politiques

Tout commence ce matin au Salon de l'Agriculture. Il est 8h15. Des journalistes font le pied de grue aux portes de la manifestation agricole. Ils reçoivent alors par e-mail un communiqué lapidaire de l'équipe de campagne du candidat à la présidentielle: "La visite de François Fillon ce matin au Salon de l'Agriculture est reportée. Le nouveau rendez-vous vous sera communiqué ultérieurement." Aucune explication.

De par sa notoriété et sa place dans le calendrier, le Salon de l'Agriculture est un passage obligé dans toute campagne présidentielle française. François Fillon doit s'y rendre à son tour, après Marine Le Pen la veille. Les journalistes devinent bien que cette annulation le jour même n'est pas due à un rhume. Il doit se passer quelque chose de grave.

L'ancien ministre de l'agriculture Dominique Bussereau, chargé de l'accueillir, n'en sait pas davantage. Les membres de l'équipe Fillon présents sur place non plus. Le malaise est palpable. Tout est en place pour que les rumeurs alarmistes se répandent. Elles prendront d'autant plus vite qu'au milieu de la matinée, des sources affirment que François et Penelope Fillon auraient tous deux reçu des convocations préalables à leur mise en examen, respectivement pour les 15 et 18 mars. C'est un coup de tonnerre.

Les réunions de la matinée sont annulées au QG de campagne du candidat, tandis que les ténors de la droite affluent. Viennent-ils au chevet du candidat adoubé par les primaires? La perspective d'une renonciation se répand jusque dans les rangs des Républicains. Certains soutiens de Fillon comme Gérard Longuet réagissent alors en l'invitant "à tenir". "Si François Fillon arrête, ce sera l'apocalypse" prévient Laurent Wauquiez, vice-président des Républicains.

Les chaines d'information sont sur les dents. Elles ont interrompu leurs programmes pour couvrir la crise. François Fillon se serait entretenu avec Alain Juppé et Nicolas Sarkozy au téléphone. Il doit s'exprimer à midi. Jugulant la crise jusque dans les dernières minutes, il arrive avec une demi-heure de retard. Il annonce qu'il a effectivement reçu une convocation de la justice pour le 15 mars. Mais choisit de se battre.

"Nombre de mes soutiens parlent d'un assassinat politique. C'est un assassinat. Ce n'est pas moi seulement qu'on assassine, c'est l'élection présidentielle, c'est le vote des électeurs de la droite et du centre qui est fauché. (...) C'est au peuple français et à lui seul que j'en appelle désormais, à ceux qui me suivent et à ceux qui me combattent. Seul le suffrage universel et non pas une procédure à charge peut décider de qui sera le prochain Président de la République. Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas. Je vous demande de me suivre."


François Fillon annonce la couleur: il tiendra bon. Mais les dégâts internes sont graves. Selon Le Figaro citant un participant à une réunion du matin, Bruno Le Maire a "dit en face à Fillon qu'il ferait mieux de passer le relais à Juppé". Occupant le poste de "représentant pour les affaires européennes et internationales" au sein de l'organigramme de campagne, Le Maire renonce à son poste en invoquant le respect de la parole donnée, François Fillon ayant déclaré le 26 janvier qu'il retirerait sa candidature en cas de mise en examen. Le doute s'est instillé haut dans l'état-major des Républicains.

Depuis des semaines, François Fillon se débat dans ses affaires d'emploi fictif et de salaires de complaisance. Accordons-nous sur un point, il ne fait aucun doute que le minutage de ces révélations a été soigneusement orchestré en coulisse pour démolir sa candidature. Aujourd'hui encore, l'instrumentalisation de la justice est patente: on n'a jamais vu une telle rapidité dans le traitement d'une affaire sommes toutes dérisoire (105 parlementaires français ayant "embauché des proches" sont dans le même cas que François Fillon) avec des convocations si judicieusement concomitantes avec l'agenda électoral.

Qui est derrière tout cela? Nul ne le sait, mais il est difficile de ne pas soupçonner François Hollande.

Tous les lieutenants, tous les soutiens de Fillon ont raison: François Fillon est le meilleur candidat des Républicains, il est de toute façon trop tard pour en changer, les Français seront seuls juges de toutes ces manœuvres... En attendant, la campagne de François Fillon piétine. Il y a moins d'une semaine, un sondage exhaustif montrait que Fillon accumulait un retard conséquent de cinq points sur Emmanuel Macron. Les sondages ne sont pas une science exacte, mais même un idiot de village peut comprendre qu'avec l'annonce de sa mise en examen aujourd'hui, François Fillon ne va pas gagner beaucoup de sympathie hors de son cercle électoral traditionnel.

Le premier tour de l'élection a lieu dans 53 jours. Au rythme où vont les choses il n'est pas exclu d'assister à de nouveaux rebondissements. Mais s'ils n'ont pas lieu, il se pourrait bien que la campagne présidentielle française vienne de se jouer ce matin.

Commentaires

En France, les magistrats qui sont en charge du service public de la justice sont inféodés aux partis de gauche et d'extrême gauche.

La France ultra centralisée n'est pas véritablement une démocratie au sens ou vous l'entendez en Suisse. On a l’impression que les Français imprégnés qu'ils sont de "Bonapartisme" sont incapables d'évoluer vers la forme de libéralisme en vigueur dans votre confédération sans compter le fait que nos dirigeants français ont la prétention de donner des leçons de démocratie au monde entier.

Écrit par : LEMOINE | 01 mars 2017

J'ai écrit cela il y aquelques heures chez "Homme Libre" :
"A toutes vos questions, j'en ajouterai une autre: et si tout cela avait été écrit d'avance ?"
C'est aussi l'idée que je m'en fais : ce Hollande est un roublard de première grandeur et la magistrature est intégralement à son service. Je vous rappelle que l'hyper-gauchiste Taubira est restée Garde des Sceaux assez longtemps. Macron sans l'entreprise de démolition juridique des concurrents n'a aucune chance. Mais comme le disent nombre d'observateurs, ces mises en examen ou ces débuts d'enquête sont suffisants pour couper leurs ailes, empêcher certains de se rallier et donc voter Macron par défaut, donc Hollande bis. On comprend mieux son désistement...
On assiste à une des plus grosses manipulations politiques jamais vues (il y en avait peut-être de plus grosses, mais personne justement ne les a vues...).

Comme tous les participants aux forums politiques pointus sont plus ou moins journalistes, aucun ne remet en question le secret des sources. Pourtant, tout serait clair si l'on savait qui a donné ces informations à Mediapart et au Canard. Et personne (ou presque) ne relève que ce ne sont pas les informations qui sont intéressantes mais le moment où elles arrivent...

Écrit par : Géo | 01 mars 2017

Selon Michel Onfray, la France est en état de guerre civile depuis 1789. Et, en effet, démocratie et république ne sont pas des synonymes parfaits, sinon on n'aurait pas besoin de conserver les deux.

Écrit par : rabbit | 01 mars 2017

"Qui est derrière tout cela?"
La réponse est… Macron !
http://www.gfaye.com/affaire-fillon-le-tueur-sappelle-macron/

Écrit par : AP34 | 01 mars 2017

L’opération »Fillon » a plusieurs objectifs : 1) Démolir le candidat des républicains qui seraient obligés d’en choisir un autre au pied levé si Fillon venait à renoncer ; 2) Faire diversion par rapport aux vraies questions qui se posent en France et obliger les Français à ne pas penser ni parler de ces questions. 3) Imposer un candidat choisi par le « système » (Macron) et favoriser un autre candidat ( Le Pen) contre qui le « Front républicain » pourrait encore une fois fonctionner.

On sait que c’est probablement le secrétaire général de l’Élysée qui dirige les opérations avec l’appui d’une partie de la magistrature et la quasi-totalité de la presse qui est aux mains de financiers soutiens du même Macron.

Seulement, Fillon ne veut pas lâcher le morceau ; presse et juges vont donc multiplier les attaques. C’est une conspiration politique à ciel ouvert. La grande inconnue est la réaction du peuple qui peut lâcher Fillon mais peut aussi se solidariser de lui.

On a finalement une réplique assez proche de ce qui s’est passé aux Etats-Unis en novembre avec Clinton, représentant du système et Trump, représentant du peuple. Les programmes vont être, à mon avis, assez secondaires. Il s’agit maintenant de sauver ou non ce qui reste d’une démocratie et d’une nation.

Écrit par : Ribus | 01 mars 2017

@AP34: l'analyse de Guillaume Faye fournie en lien est très plausible en effet. Il est clair que Macron est celui qui a le plus à gagner de l'effondrement de Fillon, et qu'il a eu lors de son passage au gouvernement toutes les cartes en main pour provoquer le scandale.

@Ribus: Présenter Fillon comme un parallèle avec Trump, vous y allez fort et je doute que notre Sarthois ait la carrure. Mais il n'a surtout plus le choix. Et pour que Fillon ait la moindre chance de gagner, il faudrait qu'il étrille sérieusement Macron pour repasser devant et enfin accéder à ce fameux second tour qui détermine tout.

Or, y compris lors de l'intervention tellement importante de ce midi, lorsque tous les médias d'Europe étaient pendus à ses lèvres (voyons la presse demain) Fillon a à peine évoqué Macron. Un souffle. En revanche, et bien entendu, il a décoché la flèche réglementaire contre Marine Le Pen.

Fillon continue donc d'être à côté de la plaque. L'adversité ne le rend pas plus lucide, il n'arrive même pas à identifier correctement ses ennemis. Peut-être est-il mal conseillé? Je ne sais pas s'il aurait fait un bon président et je trouve dommage que sa candidature soit éliminée de cette façon, mais depuis le début de cette crise il ne m'a pas vraiment convaincu.

A force de griller ses munitions n'importe comment ("Je renoncerai à me présenter si je suis mis en examen" vaut bien la fameuse "inversion de la courbe du chômage" de Hollande!) il n'a plus beaucoup d'opportunités de corriger le tir. S'il ne fait pas preuve très vite de plus de clairvoyance en attaquant Macron avec tout ce qui lui reste, il ne sera jamais président.

Écrit par : Stéphane Montabert | 01 mars 2017

Si Fillon voulait s'en sortir il attaquerait les journalistes, il attaquerait Macron, il dénoncerait la corruption du système. Macron a plus de "casseroles" que lui.

Mais il faudrait qu'il arrête de jouer le mou et qu'il descende dans l'arène.

Fillon a donné sa mesure : il n'est pas à la hauteur de la difficulté de ce poste.

Écrit par : simple-touriste | 02 mars 2017

Fillon n'a pas la stature, son programme n'a jamais été le moteur de sa désignation, je me suis largement exprimé depuis la première heure sur ce sujet.
Bien entendu que tout ceci est orchestré par la gauche, le coup s'il venait de la droite aurait été porté ante primaire.
Fillon sans PenelopeGate n'était pas au second tour, il avait dévissé dans les sondages, il n'est jamais désigné que par une minorité de son propre parti et une grande part d'électeurs de gauche et du FN qui ont participé à la primaire de la droite, les chiffres sont connus.
Et maintenant ? il n'a plus le choix, il faut tenir la barre.
Sa gestion de cette affaire en dit long sur son angélisme, c'est lui qui a mis sa candidature en jeu, c'est lui qui répond au Canard alors qu'il n'aurait jamais du le faire, c'est lui qui se justifie alors que personne ne lui a rien demandé. Cette affaire serait oubliée s'il avait adopté l'attitude de Marine Le Pen qui trimbale peu ou prou les mêmes casseroles.
Coté politique, je suis d'accord avec Stéphane Montabert, Fillon n'a toujours rien compris.
Il peut être élu à la seule condition de laisser de coté son volet économique dont tout le monde se fiche, jamais une élection n'a été remportée sur des données économiques pas plus qu'un élu n'ait été réélu sur la qualité de sa gestion. Jospin au seul exemple qui était le seul à présenter un bilan à l'équilibre, n'a pas passé le premier tour d'une présidentielle et à l'époque pointait déjà un certain... Jean-Marie Le Pen !
La seule ligne de la droite c'est celle de Buisson. A l'inverse, son programme actuel est celui de la gauche, libéral pour ceux qui veulent s'en illusionner, avec la contradiction absolu de se dire souverainiste tout en affirmant son attachement à l'UE. L'Auberge Espagnole.
Et puis que veut dire libéral ? rien, ça ne parle à personne, c'est même l'anti thèse d'un programme prétendument souverainiste. Le soi-disant libéralisme de Fillon n'a rien à voir avec celui de Thatcher ou Regan qui de toute façon sont des concepts totalement dépassés. Le libéralisme de nos jours est celui de la gauche et son moteur qu'est le progressisme : sans frontièrisme, droit-de-l'hommisme, abolition des états nations, immigration de masse, etc, la programmatique de l'UE.
Il suffit de faire abstraction des éléments de langage, les programmes de Fillon et de Macron sont les mêmes, là aussi je me suis exprimé sur ce sujet, et j'étais bien seul à l'époque.
Le substrat de Macron et de Fillon c'est le progressisme, et peu importe que certains s'en défendent.
La droite n'a jamais cessé de donner des gages à la gauche, c'est sa tutelle morale, elle ne s'assume toujours pas.
L'échec de Sarkozy face à Hollande est imputable à cette attitude, l'éviction de Juppé de la primaire pareillement, et Fillon qui n'a jamais été que le type désigné par rejet de ses colistiers, a depuis dilué son programme dans celui de Juppé.
Les Régionales avaient envoyé un signal fort, la gauche en totale perdition, dont le marqueur absolu de cet échec est tout de même la décision de Hollande à ne pas se représenter pour un second mandat, n'a pas ouvert un boulevard à la droite.
Bien au contraire, la droite a remporté des régions à l'arrache, en faisant une alliance non objective avec le PS, le fumeux Front Républicain.
Cette alliance contre nature ne tient pas dans le temps, elle laisse trop de cocus dans chaque camp, c'est un fusil à un coup dont le seul objectif était de faire barrage au FN.
La présidentielle montre ceux qui sont nus, la droite est à poil, où est-elle ? un seul candidat, Fillon, face à une armada de gauche que beaucoup avaient à tort analysé comme foutue, tous contre le FN, leur seul programme.
Dans ce marigot ou chacun se nourri des excréments de l'autre, Macron est la dernière illusion, il lui suffit d'être là pour ramasser les miettes.
Les cocus, comptez vous !
La droite Française mérite assurément le titre de plus bête du monde.

Écrit par : Phil Asp | 02 mars 2017

Je n'ai évidemment aucune sympathie pour les politiciens et les cercles d'influence qui sont en face de François Fillon et qui représentent, pour certains (notamment ceux qui actionnent la marionnette Macron) ce qui se fait de pire en matière de manipulation et d'eschatologie politiques.

Cependant, comme le dit si bien ce proverbe africain: "quant tu montes au cocotier, veille à avoir le cul propre".

De toute façon, le prochain président français serait peut-être le président de la guerre civile. Et après avoir passé ce stade, malheureusement nécessaire, tout est possible...


PS: évidemment d'accord avec Phil Asp, ligne Buisson et rien d'autre.

Écrit par : Paul Bär | 02 mars 2017

"... il n'arrive même pas à identifier correctement ses ennemis."

Impossible pour un politicien classique.

Identifier ses ennemis (rien que cela) suffirait à le faire passer "du côté obscur de la force".

Écrit par : Paul Bär | 02 mars 2017

Je ne suis pas d'accord avec vous tous. Fillon reste ce qu'il est et ne serait pas grandi en s'abaissant au niveau de ces malfaisants gauchistes pour leur répondre.

Avant de dire qu'il démissionnerai en cas de mise en examen, il a surtout dit que si "il était atteint dans son honneur". Dès lors qu'il sait parfaitement que ces attaques sont fomentées à "bon" escient, et lui sait parfaitement ce qu'il en est de sa responsabilité ou faute, il a donc raison de poursuivre et démontrer qu'il sait faire face à l'adversité.

Le Général de Gaulle a toujours été dénigré par la même caste, il s'en est remis au peuple et est parti une fois désavoué.( et aujourd'hui, ils le vénèrent).
La France ne peut plus se permettre un nouveau cycle social-démocrate c'est sa ruine assurée. Cela d'autant plus avec un macron qui joue (Fillon perd ses nerfs; il n'avait rien d'un homme perdant ses nerfs) plus qu'il ne s'apprête à assumer de grandes responsabilités. Son pygmalion étant hollande (et soros pour les fonds)on comprend mieux tout le stratagème.

Fillon est lucide, dès le début il a dit que toutes ces attaques venaient de la gauche. Alors que l'on pouvait penser qu'une partie de son camp était dans la combine.

Les Français ne ressortiront pas intact de cette présidentielle, mais si au moins cela déstabilise l'UE ce sera le seul point positif pour un remaniement en profondeur, surtout après connu les résultats des Pays-Bas.
Ma crainte est que tout cela finisse dans un bain de sang.

Écrit par : Corélande | 02 mars 2017

dixit Phil Asp :
"Cette affaire serait oubliée s'il avait adopté l'attitude de Marine Le Pen qui trimbale peu ou prou les mêmes casseroles."
Cette antienne est lassante.
Les deux cas n'ont rien à voir.
Pour la raison qu'il y a enrichissement personnel dans un cas et pas dans l'autre.
Je vous laisse deviner qui est "un" et qui est" l'autre".
Du point de vue moral, ce n'est en effet pas du tout la même chose, même si ça se rejoint effectivement au plan juridique.
Pour charger un peu plus la barque de Fillon :
N'oublions pas sa remarquable passivité tout au long de son quinquennat au côté de Sarkozy.
Je l'ai déjà souligné : c'est un homme qui n'a pas de colonne vertébrale.
Et c'est surtout un opportuniste dès qu'il s'agit de se remplir les poches : s'il avait rué dans les brancards alors qu'il était Premier ministre, alors il aurait dû démissionner et il aurait perdu le salaire mirobolant qui va avec la charge.
En ce qui concerne nos priorités politiques en France aujourd'hui, je ne place pas l'économie en premier.
Nos ennemis prioritaires sont la mondialisation et l'immigration (je parle de l'immigration musulmane, on estime qu'elle l'est à 80 %).
Avec ces critères, la voie à suivre aux prochaines élections présidentielles est toute tracée.

Écrit par : AP34 | 02 mars 2017

Excellent commentaire, Corélande. Tout juste. Il reste deux mois, l'escroquerie Macron finira bien par éclater au grand jour...
Sinon, il n'est de loin pas exclu que MLP passe comme Trump, envers et contre tous les sondages, pour cause d'abstentionnisme...

Écrit par : Géo | 02 mars 2017

AP34 : MLP comme apparemment Bayrou et certainement des dizaines d'autres profitent des largesses de l'UE en rémunérant des collaborateurs pour de toutes autres missions, c'est répréhensible, point.
Je peux facilement vous démontrer, car cela concerne un de mes proches, comment rémunérer un attaché parlementaire et récupérer une partie des sommes qui lui ont été versées (dons au parti, assurances vies, placements sur Offshores...).
Fillon ? si vous prenez quelques minutes je vous invite à lire ma page FB, de toute façon, avec ou sans PenelopeGate, il n'était pas au second tour de la présidentielle, pour ce qu'il me concerne il n'a jamais été un candidat sérieux.
Macron a été négligé, ce sont des gens tels que vous qui, sans vous en rendre compte, en faite la promotion, vous êtes clivant, vous parlez d'ennemis, vous agissez comme la droite et la gauche qui ont essayé de diaboliser le FN et qui in fine lui ont assuré une promotion inespérée.
Pour faire court : je vous invite à lire, si ce n'est déjà fait, le livre de Patrick Buisson (La cause du Peuple), vision du monde et façon de l'aborder qui est la mienne.
https://www.facebook.com/PhilAsp

Écrit par : Phil Asp | 03 mars 2017

J'ai entendu ce jour (RMC : Éric Brunet) que Fillon n'est coupable de rien, ni au plan juridique ni au plan pénal.
De plus, le parquet financier se serait emparé de l'affaire de manière illégale.
Tout député aurait le droit de disposer de sa réserve parlementaire à sa guise, y compris de payer sa femme pour lui tricoter des pull-over (ce qui semble être le cas de Fillon), et même, j'imagine, de faire un feu de joie avec les billets en cas de grand froid, ou de les jouer au casino.
Aux dires de cet avocat très technique, il y a confusion entre morale et pénal.
S'il a raison, le Pénélopegate se terminera par un non-lieu, ce qui, de l'avis général, est très probable.
Si la justice ne juge pas, ou plutôt ne devrait pas juger au plan moral, les Français, eux, le feront dans les urnes, et plutôt deux fois qu'une.
Sauf ses fans, bien sûr, qui l'absoudront quoi qu'il fasse.

PS : Petite blague sur le dos du pauvre Fillon :
Il serait d'accord pour un retrait…
Oui… mais en espèces.

Pitié, n’en jetez plus !

à Phil Asp :
Votre second, et dernier post n’est pas clair, on ne voit pas bien où vous allez, ni où vous voulez en venir.

Écrit par : AP34 | 03 mars 2017

@AP34: Je ne me suis peut-être pas bien fait comprendre, mais il est clair depuis le premier jour que M. Fillon n'a absolument rien fait de répréhensible aux yeux de la loi. Et ce n'est pas mon opinion personnelle mais celle de juristes qui se sont penchés dès les premières heures sur ces accusations. C'est une évidence, à laquelle seuls les magistrats gauchistes du "Mur des Cons" refusent de se rendre.

La seule affaire qui soit réellement répréhensible est celle liée à l'emploi de complaisance de Penelope Fillon dans la Revue des Deux Mondes, mais cela la concerne elle au premier chef, et surtout son employeur au titre d'abus de biens sociaux - et non M. Fillon.

C'est parce que M. Fillon est un imbécile naïf qu'il a réagi aux accusations en lançant début février des répliques bravaches comme "Je me retirerai si je suis mis en examen", partant du principe que les révélations du Canard Enchaîné ne déboucheraient sur rien. Il ne comprenait pas, et a mis bien trop de temps à comprendre, qu'il ne s'agissait pas de justice mais de simplement couler sa candidature. Il ne comprenait pas non plus, et a mis là aussi bien trop de temps à comprendre, que les juges rouges installés par Mme Taubira et M. Hollande n'avaient que faire des lois et du droit, qu'ils étaient entièrement complices de la manœuvre et qu'ils poursuivraient le candidat contre toute logique simplement pour le griller électoralement.

Je n'ai absolument aucun doute que M. Fillon finisse complètement blanchi de toutes ces "affaires" montées de toute pièce, au pire en appel si cela doit aller jusque-là. Je suis prêt à parier avec quiconque. Mais tout cela n'a aucune importance. La seule finalité de ces procédures est de semer le trouble dans son camp et de le salir aux yeux de l'opinion publique pour qu'il soit éliminé au soir du premier tour de l'élection présidentielle.

Je vous avoue qu'au début de cette affaire, je pensais que ce n'était qu'une baudruche qui se dégonflerait, les seuls dégâts étant en termes d'image (Fillon invoquant la légalité alors qu'il s'agissait aux yeux des Français de moralité). Mais la cabale est allée beaucoup plus loin et franchement je n'imaginais pas que le parquet financier ose s'emparer de l'affaire alors qu'il sort complètement de sa juridiction (elle relève des organismes de surveillance internes à l'Assemblée Nationale). Et pour tous les Français qui gobent la bibine servie par les médias, Fillon est le dernier des pourris. Mission accomplie.

François Fillon a cent fois raison lorsqu'il parle "d'assassinat politique". C'est effectivement un assassinat politique de sa candidature et du courant qu'il représente. Comme dans les pires républiques bananières, on écarte des candidats gênants sur des prétextes juste avant une élection.

Lorsque Fillon sera finalement relaxé, les juges qui l'ont amené là et qui ont de fait complètement chamboulé l'élection présidentielle n'auront de comptes à rendre à personne. À la place, ils seront probablement chaudement félicités par le nouveau président.

Écrit par : Stéphane Montabert | 03 mars 2017

AP34 : J'observe, je commente, pour qui je vote et où je vais, ne regarde que moi. Pareillement pour vous. Vous êtes Français ? car c'est bien français que de poser des étiquettes. Depuis que je commente on m'a classé dans tous les camps possibles. A un moment, il faut sortir de ces positions binaires, c'est stérile et encore une fois, ce qui est intéressant c'est votre point de vue, votre analyse, je me fiche de savoir pour qui vous roulez !

@ Stéphane Montabert. J'ai vraiment beaucoup de mal à ne pas voir Fillon coupable : pour les emplois fictifs, pour sa société de conseil créée 10 jours avant d'être député, pour ses enfants, pour l'emploi de son épouse à la revue des Deux Mondes et surtout la contrepartie que cela suppose eu égard aux sommes en jeu.
Fillon n'a pas la carrure, il s'est comporté en amateur, au delà de sa carrière fantomatique si ce n'est les postes hauts placés, il faut quand même se souvenir qu'il a été infoutu de prendre la direction de l'UMP en se faisant éjecter par Copé...
Pour ma part, j'étais sidéré de constater l'engouement suscité par Fillon, j'en avais parlé à l'époque, les similitudes entre le Fillon 2016 et le Hollande 2012 étaient frappantes, une crème montée trop vite et sur rien.
Pour parfaire, Fillon désigné, nous assistions au rassemblement de tous les bras cassés de l'ex UMP. Le changement c'est jamais en fait.
Macron est bien plus malin, il est d'une intelligence redoutable, son équipe l'est tout autant, Benjamin Griveaux son porte parole et Ismaël Emelien son éminence grise sont des types qui surpassent intellectuellement tous leurs adversaires.
Pour tout le reste, même constat : Fillon s'il n'est victime que de lui même, a d'évidence droit à un traitement de faveur, mais comme le disait Sarkozy à tous ceux qui ont fait alliance avec la gauche pendant les régionales "Ils vont finir par désaouler". La gauche reste manœuvrière avec des réseaux que seul Chirac avait réussi à égaler.
Fillon n'a jamais été de droite, c'est le clone de Macron mais beaucoup peinent à le voir, j'avais écrit un commentaire sur Figvox juste après la primaire de la droite, en disant que Fillon n'avait aucune chance parce que la place était occupée par Macron.
Du reste, et vous connaissez mon avis sur ce site, j'ai beaucoup ri de voir Contrepoints vanter le libéralisme de Fillon que personnellement je cherche encore et qui s’aperçoivent maintenant que le seul candidat libéral c'est Macron.
Exceptée MLP, tous surfent sur la vague progressiste, absolument tous et Macron en est le plus parfait aboutissement.
Cette présidentielle marque la fin de la Vème, ça c'est pour le certain.

Écrit par : Phil Asp | 03 mars 2017

On doit dire “Madame le Président “ ?

Écrit par : rabbit | 03 mars 2017

"partant du principe que les révélations du Canard Enchaîné ne déboucheraient sur rien"

Simplement par haine envers son ancien patron, Sarkozy, qui l'aurait rabaissé dans les médias (parait-il).

Il n'a donc pas vu que Sarkozy a été mis en examen parce que deux témoins croyaient se souvenir l'avoir vu l'un avec un pantalon d'une couleur, l'autre d'une autre, ce qui prouvait qu'il s'était rendu plusieurs fois chez la milliardaire et qu'il avait menti. C'est léger, après la catastrophe AZF la même justice a traité d'affabulateurs les centaines de témoins qui décrivaient plusieurs bangs nets, ce qui démolit complètement la thèse des experts à la botte de l'institution.

Mais ce tocard n'a jamais entendu parler d'AZF, de Sarkozy ni de la dissimulation des ravages du vaccin hep B (plus grand scandale sanitaire en France, étouffé en tordant le droit avec l'exigence d'un lien direct et certain qui n'existe pas en médecine) par la Justice. C'est son gouvernement qui était sur le point de rendre obligatoire un vaccin dont ne savait pas combien de doses il fallait pour obtenir l'effet, c'est à dire un produit dont on ignorait tout et qui aurait pu être une mégacatastrophe.

Il croit à la Justice comme en Dieu. Il est le seul français à ne pas avoir vu des années de dysfonctionnements criants et d'injustices abjectes.

Ce qui démontre que c'est un zéro. Mais le fait que toutes les planches pourries qui l'entouraient se cassent me le rend vaguement plus sympa.

J'ai toujours soutenu qu'on est plus fort seul qu'avec des soutiens moisis. Un homme seul peut s'attirer le soutien du Peuple plus facilement qu'un homme entouré de pourris.

Mais il reste que ce mec est une nullité représentative de la vie politique française.

Écrit par : simple-touriste | 03 mars 2017

Fillon semble s'être enfin ! réveillé. Le ton a changé, fini la victimisation, terminé les gages à la gauche sur laquelle il a tapé dessus comme un sourd. alléluia ! Sa seule erreur est d'avoir évoquer les "extrêmes", déclaration idiote car elle le barre de l'électorat FN toujours stupidement classé à l’extrême de la droite.
Si Fillon adopte la ligne Buisson et tend une main au FN, la droite est élue au premier tout avec 70%.
Qu'il évacue tous les bras cassés de l'ex UMP, les Estrosi, NKM, Copé, Pécresse...
Fillon on aime, ou pas, je ne l'ai jamais épargné dans mes conclusions, mais son discours au Trocadéro de ce dimanche avait de la gueule. Les membres des Républicains qui l'ont lâché pourraient le regretter...

Écrit par : Phil Asp | 05 mars 2017

J'ai comme l'impression que l'opinion est en train de se retourner en faveur de Fillon.
Après les perquisitions à son domicile parisien et dans son château de la Sarthe, la gauche et ses juges en font décidément trop.
Moi-même, qui ne suis pas a priori un fan de Fillon, commence à le ressentir et à désirer le défendre.
De plus, le rassemblement du Trocadéro a été un énorme succès (environ 200 000 personnes), et sa couverture par les médias tellement empreinte de mauvaise foi et de parti-pris que j’en ai honte pour eux.
S’ajoute le lâchage de ses soutiens parlementaires, qui montrent si bien qu’ils ne craignent que de perdre leurs prébendes et les marocains qu'ils comptaient s'octroyer.
Bref, tout est fait pour nous rendre l'intéressé de plus en plus sympathique.
Le parallèle est saisissant avec ce qui se passe actuellement aux US : la campagne contre Trump qui ne cesse de prendre de l’ampleur, les complots ourdis contre lui en pleine lumière.
Là aussi, la gauche (les démocrates) en fait trop, et l'opinion pourrait également se retourner contre eux et demander des comptes à leurs chefs de file, les deux ex-présidents et dame Clinton.

Écrit par : AP34 | 05 mars 2017

Dans mon post précédent, je faisais le parallèle entre le climat politique chez nous (en France) et celui aux US.
Ce parallèle se poursuit dans la bouche du président Hollande (interview d'hier, semble-t-il) qui a prévenu contre le danger d'une interférence des Russes dans le processus de l'élection présidentielle française.
On sait évidemment pour qui, ou plutôt laquelle, roulerait le gros char de Poutine !
Ça semble marcher aux US, donc pourquoi, effectivement, ne pas utiliser la même (très grosse) ficelle ici également ?
Clairement, l'ambassadeur russe en France va devenir, est déjà, aux yeux de notre Hollande, persona non grata. Son téléphone est certainement déjà piégé, gare à ceux qui, par mégarde, se tromperaient de numéro et appellerait son ambassade.
C’est nous prendre pour des idiots, les Français le sont-ils vraiment autant que les Américains ?

Hollande, par la même occasion, a agité l'épouvantail du Front national, à l'évidence, pour lui président, le diable incarné, le mal absolu.
Mais alors, lui président – il en a le pouvoir –, qu'attend-il pour déclarer le FN illégal et l'interdire ?

À propos de Fillon, encore :
On entend partout (Villepin, le centriste, n’est pas le moins vocal) que l'homme doit se retirer, qu’il ne mérite plus d’être le candidat de la droite et du centre car il a bafoué les Institutions en s'attaquant à la magistrature, aux juges, accessoirement aux médias
Mais quand ces derniers se font l'instrument du pouvoir en place, et le font de manière aussi évidente et grossière, eux-mêmes méritent-ils encore notre respect ?
Je dis non !
Avec la déconfiture de Fillon (on l’a effectivement pris les doigts dans le pot !), les Juppéistes reprennent du poil de la bête, On se souvient que leur héros était le grand favori des primaires, et de leur stupeur à l’issue du deuxième tour face à la surprise, plutôt le coup de théâtre Fillon.
On se souvient aussi que le héros en question penche plus à gauche qu’à droite, qu’il est immigrationniste et parfaitement islamo-compatible, qu'il n’a nullement usurpé son petit nom d’Ali Juppé.
Les Français veulent-ils que le grand remplacement de population et l’islamisation se poursuivent, pour leur pays, et par effet d’entraînement, pour l’Europe ?

Écrit par : AP34 | 06 mars 2017

"Mais alors, lui président – il en a le pouvoir –, qu'attend-il pour déclarer le FN illégal et l'interdire ?"
Il en a le pouvoir ? Vous êtes en plein rêve ?
"(on l’a effectivement pris les doigts dans le pot !)" Dans le pire des cas, c'est Penelope Fillon qui serait JURIDIQUEMENT en cause, sur l'affaire de la revue des Deux-Mondes. Sinon, il serait tout de même bizarre de juger illégales les relations entre le député Fillon et sa femme et ne pas s'occuper de tous les autres députés qui font pareil.
Je ne suis pas au courant de ce qu'a dit Juppé, mais je suis presque certain qu'il a du se dire dégoûté de l'attitude de certains rats du parti LR...

Écrit par : Géo | 06 mars 2017

"Dans le pire des cas, c'est Penelope Fillon qui serait JURIDIQUEMENT en cause, sur l'affaire de la revue des Deux-Mondes."

Ah oui, et pourquoi la revue aurait embauché la femme de? Quel intérêt de faire un cadeau à une femme de? C'est bien pour s'attirer les faveur du mari, non?

Il faut rester sérieux. Fillon est mouillé jusqu'au cou. Fillon a été nullissime dans sa défense. Fillon a usé d'argument spécieux : "vous voulez qu'elle fasse des confitures?" Non, on veut qu'elle fasse un VRAI TRAVAIL!!!!

Avec ses "j'aime ma femme", Fillon s'est enfoncé. Maintenant il dit qu'il a fait son examen de conscience. C'est ça qu'il fallait dire en premier, et pas que les attaques étaient tropinjustes.

Fillon est un nul. Il serait temps de s'en apercevoir après l'avoir eu 5 ans premier sinistre d'un gouvernement qui n'a rien fait concernant le maintien de l'obligation vaccinale (sous la menace d'enlever les enfants à leurs parents) dans un pays qui a supprimé l'autorisé du vaccin obligatoire, ce qui est quand même le plus grand scandale juridique imaginable, ce qui montre que absolument toute la classe politique française est à mettre à la poubelle.

Maintenant Fillon se trumpise un peu. C'est du Trump homéopathique, en 15CH.

Écrit par : simple-touriste | 10 mars 2017

J'avais pourtant mis des majuscules à "juridiquement". Penelope Fillon a beau être une femme, elle est un être humain à part entière...
Elle n'est pas la chose de FF, elle a une responsabilité juridique. Elle pourra bien sûr toujours évoquer des pressions de FF et toutes ces choses, mais c'est elle qui a signé le contrat. Ou qui l'a accepté verbalement. Et même tacitement, ce serait encore un contrat et elle serait toujours elle en cause...

Écrit par : Géo | 10 mars 2017

J'ai pas capté cette histoire de problème avec "la revue des deux mondes". On nous dit qu'elle aurait touché un salaire de cette revue, c'est quoi la faute ? On nous dit qu'elle aurait juste fait deux ou trois piges ou corrections et qu'elle aurait touché un salaire à plein temps... c'est quoi ce binz ? Si son employeur était d'accord avec ça, où est le problème ? Et qu'est-ce que ça à voir avec le Fillon de mari ?
C'est du délire toutes ces conneries !!!

Écrit par : petard | 10 mars 2017

@petard: cette histoire de problème avec "la revue des deux mondes", c'est celle d'un salaire versé pour aucun travail.

1) En termes juridiques, cela s'appelle "détournement de biens sociaux" lorsqu'un patron utilise les ressources de son entreprise pour d'autres finalités que la marche normale des affaires. Ce volet concerne le propriétaire de la Revue des Deux Mondes.

2) Ce salaire de complaisance, puisqu'il faut bien l'appeler ainsi, a été fourni à Mme Fillon en échange de quelque chose, car il est évident qu'elle a été délibérément choisie pour ce poste pour des contreparties cachées, plutôt que Mme Michu ou n'importe qui, ou personne. De fait, le principal atout professionnel de Mme Fillon est d'être l'épouse d'un politicien de premier plan. Or, donner de l'argent en échange de faveurs (comme une promotion dans l'ordre de la Légion d'Honneur par exemple) s'appelle de la corruption.

Écrit par : Stéphane Montabert | 10 mars 2017

"Et donner de l'argent en échange de faveurs (comme une promotion dans l'ordre de la Légion d'Honneur par exemple) s'appelle de la corruption."
Mais qu'est-ce que les gens en ont à foutre de la Légion d'honneur ? Cela ne vaut pas quatre sous aux Puces...
Bonjour la corruption...

Écrit par : Géo | 10 mars 2017

@Géo: je pense au contraire que quand on est milliardaire comme ce M. Ladreit de Lacharrière, l'argent, on l'a déjà et à profusion.

Certains individus ne visent qu'à s'enrichir encore plus, mais d'autres sont parfois à l'affût de petites choses d'un autre ordre - le respect, la déférence, la reconnaissance, des attentions que l'argent seul ne permet (normalement) pas d'acquérir. Être promu dans l'ordre de la Légion d'Honneur peut en faire partie.

Écrit par : Stéphane Montabert | 10 mars 2017

Cela n'empêche que l'accusation de corruption par le biais de Penelope sera dure à démontrer. Le but manifeste était d'écarter FF de la présidentielle et après, eh ben on décrète un non-lieu et le tour est joué. M.Tourneire va recevoir sa belle petite enveloppe, mais Mediapart ou le Canard n'en parleront pas...

Écrit par : Géo | 10 mars 2017

@ Géo
« En 1814, le roi Louis XVIII recrée l’ordre de Saint-Louis avec le but avoué de le substituer à la Légion d’honneur. Cette tentative ne dure pas : l’ordre de Saint-Louis n'est plus attribué par l'État depuis 1830.» Hélas, un ordre qui avait quelque chose en plus, un supplément d'âme, pourrait-on dire...

Écrit par : rabbit | 10 mars 2017

"On appelle cela des hochets. Eh bien, c'est avec des hochets qu'on mène les hommes!" aurait dit Napoléon Ier pour justifier la création de la Légion d'honneur.

Écrit par : simple-touriste | 10 mars 2017

« Or, donner de l'argent en échange de faveurs (comme une promotion dans l'ordre de la Légion d'Honneur par exemple) s'appelle de la corruption.»

Reste à prouver que le propriétaire-milliardaire a obtenu la légion d'honneur grâce aux petits boulots de Mme Fillon.

Ça me semble assez "petit" comme combine pour être boosté à la légion d'honneur...

Moi j'aurais plutôt vu un chèque substantiel enrobé de "culturel" pour des travaux de rénovation du château du père Fillon.

Parce que si c'est pour se mouiller dans la corruption... qu'ils le fasse au moins avec panache ! Mais pa si misérablement.

Pffh ! ce qui prouve que c'est un tocard de bigot qui ne commet ses péchés qu'à moitié.

Écrit par : petard | 10 mars 2017

"Pffh ! ce qui prouve que c'est un tocard de bigot qui ne commet ses péchés qu'à moitié."
Sauf qu'il reste encore assez de jours avant le premier tour pour de nombreux rebondissements dans cette épopée digne de Vercingétorix ou de la Ligue (Bayrou plus grand mort que vivant...). Si les casseroles de Macron sont mises en lumière, par exemple...
Fillon a l'air fini aujourd'hui. Mais s'il apparaît demain comme le seul recours face à MLP (et les risques de Frexit, de sortie de l'euro et de ce que cela implique pour l'économie)?

Écrit par : Géo | 11 mars 2017

« et les risques de Frexit, de sortie de l'euro et de ce que cela implique pour l'économie »

D'abord MLP propose un référendum sur la question...

Ensuite, pour les législatives elle introduira la proportionnelle...

Franchement je ne vois pas là où est le danger. Si ce n'est que les gauchistes trouveront prétexte de déclencher la guerre civile... Et ça sera de leur faute. Puisque ce seront eux qui auront commencé.

Comme ça arrivera bien un jour... plus vite ça viendra, plus vite on en aura fini... d'extrapoler, de se faire des idées, de peindre le diable sur la muraille, de conjecturer à tort et à travers, de suivre des débats télévisés répétitifs et débiles, de....

Écrit par : petard | 11 mars 2017

S.Montabert@ Vous devriez vous intéresser à ces radicaux qui défendent Billag à 54 millions contre Sefabe à 17...
Il y a beaucoup à dire sur le côté soviétique des apparatchiks radicaux...

Écrit par : Géo | 11 mars 2017

A côté de M. Broulis, Billag passe pour une association caritative. Comment pouvez-vous tolérer un aussi déplaisant personnage ? Le canton de Vaud va connaître une dramatique émigration, si personne ne réagit.

Écrit par : rabbit | 11 mars 2017

"Si ce n'est que les gauchistes trouveront prétexte de déclencher la guerre civile..."

Ah oui, parce que :
- ils ont besoin d'un prétexte?
- ce n'est pas déjà la guerre civile?

Écrit par : simple-touriste | 11 mars 2017

"La droite n'a jamais cessé de donner des gages à la gauche, c'est sa tutelle morale, elle ne s'assume toujours pas."

Courage Fuyons a baissé son pantalon pour une ridicule histoire de représentation du nez moche de macarond.

Bingo, mac-rond porte plainte pour moquage de son nez.

Il n'est pas Charlie, il est charlot. Et le sans courage a ce qu'il mérite.

Écrit par : simple-touriste | 13 mars 2017

Déjà macron déclenche la guerre aux caricatures de nez. Et on disait que Trump avait un problème avec la taille de ses mains (et du reste).

Et ça, c'est quoi? Je demande qu'on m'explique :

http://media.paperblog.fr/i/775/7758291/macron-definit-gauche-medef-L-ILptEh.jpeg

Écrit par : simple-touriste | 13 mars 2017

Les commentaires sont fermés.