13 avril 2017

Le terrorisme islamique à l'assaut de la planète foot

Opposé à Monaco en quart de finale aller de Ligue de Champions, le Borussia Dortmund (BVB) a été battu 2-3 dans son antre du Signal Iduna Park. Les joueurs du club allemand avaient quelques excuses, comme d'avoir échappé à un attentat islamiste la veille. L'entraîneur du club Thomas Tuchel s'indigna d'ailleurs des circonstances du match:

Après l’attaque, nous aurions aimé avoir plus de temps pour digérer tout cela. Et on ne nous a pas laissé de temps. On nous a dit, demain vous devez jouer. Nous nous sommes sentis ignorés. On ne nous a pas demandé notre avis, ils ont décidé ça à l’UEFA en Suisse. Quelques minutes après l’attaque, on nous a dit qu’on devrait jouer, comme si on nous avait envoyé une canette de bière contre le bus.


allemagne,terrorisme,islamIl s'agissait en effet d'un peu plus qu'une canette de bière. Mardi, le jour du match prévu dans cette ville de l'ouest de l'Allemagne, le bus du BVB se mit en route depuis l'hôtel de l'équipe pour gagner le stade à une dizaine de kilomètres de distance. Le Parisien relate ce qui arriva ensuite:

À peine arrivé au coin de la rue, à 19h15, [le bus du BVB] est secoué par trois fortes explosions, qui font éclater plusieurs pans du double-vitrage. Il s'agirait de bombes artisanales, dissimulées dans des haies et actionnées au passage du bus. Le parquet précise que les engins utilisés avaient une "puissance explosive" de 100 mètres et contenaient "des tiges métalliques", dont l'une s'est figée dans un repose-tête d'un siège à l'intérieur du bus.


Le défenseur Marc Bartra fut blessé au bras et à l'épaule - il passa au bloc opératoire dans la nuit - ainsi qu'un policier qui accompagnait l'équipe.

Les enquêteurs ne révélèrent pas immédiatement la piste islamiste tant le mode opératoire était différent des précédents attentats. Malgré une revendication fantaisiste de réseaux "antifascistes" sur Internet, la responsabilité islamiste fut tout de même établie, notamment à cause de trois lettres retrouvées près des explosifs. Comportant des mentions comme "Au nom d'Allah, le clément, le miséricordieux", elles réclamaient que l'Allemagne cesse de participer à la lutte contre le groupe État islamique dans le cadre de la coalition internationale et retire les chasseurs Tornados allemands opérant depuis la Turquie. Les auteurs évoquèrent également l'attentat contre le marché de Noël de Berlin, et désignèrent les sportifs comme des "cibles" pour l'État islamique.

Les lettres furent publiées en intégralité par la Süddeutsche Zeitung mercredi matin.

Terrorisme islamique évolué?

L'attentat de Dortmund représente un virage dans le terrorisme islamique en Europe.

Le contraste avec les récents assauts à coup de camion n'en est que plus marquant. Au contraire d'attaques plus ou moins improvisée et violentes, ou d'illuminés légèrement demeurés beuglant "Allah akbar" avant de succomber sous les balles des forces de l'ordre, le mode opératoire frappe par sa sophistication: trois bombes déclenchées à distances le long du parcours d'un véhicule clairement désigné. N'eussent été blindées les vitres du bus, le bilan aurait été bien plus lourd. L'idée que des groupes islamistes aient désormais l'idée et la capacité de frapper des véhicules précis lors de leurs trajets réguliers est particulièrement inquiétante. Le volume de cibles potentielles est proprement ahurissant. Comment se protéger d'un tel risque?

En l'absence de kamikaze portant commodément ses papiers d'identité sur lui, l'enquête avance moins vite qu'à l'accoutumée. Depuis l'explosion la police allemande ne chôme pas, mais pour l'heure le réseau à l'origine de l'attaque est loin d'être démantelé ; au plus a-t-on arrêté quelques suspects dont les responsabilités ne sont pas clairement établies.

L'attentat de Dortmund implique forcément plusieurs personnes pour le repérage, la fabrication et la mise en place des explosifs et du dispositif de mise à feu, et le déclenchement de l'installation au moment opportun. Le groupe à l'origine de l'attaque dispose de connaissances techniques. Personne n'essaye même plus de caser le sempiternel "loup solitaire". De plus, ces djihadistes-là ne cherchent pas, dans un premier temps, le sacrifice violent dans la confrontation avec l'ennemi. Ils sont donc capables de mettre en place des opérations plus recherchées et avec un impact médiatique réel, au-delà de leur rédemption personnelle et des prétendues vierges censées les attendre dans l'au-delà.

Le Foot comme cible

En revanche, ce n'est pas la première fois que les islamistes s'en prennent au monde du football. Lors des attentats de Paris de novembre 2015, les morts sur les terrasses des cafés et le massacre du Bataclan ne doivent pas éclipser que la première cible de cette soirée funeste fut le Stade de France lors d'une rencontre internationale de football entre l'Allemagne et la France. Trois terroristes se firent exploser dans les premiers attentats-suicide commis sur le sol français. Les kamikazes avaient l'intention de pénétrer dans le stade pour y perpétrer leur acte mais échouèrent à quatre reprises.

Ce soir-là, François Hollande faisait partie des spectateurs, mais la présence de l'homme d'État sur place n'était peut-être pas connue des terroristes lors de la préparation de l'opération. Aucune ambiguïté de la sorte contre l'équipe du Borussia Dortmund ; les poseurs de bombe visaient le football lui-même. Cela n'a rien de surprenant.

Le football professionnel incarne un grand nombre de valeurs que les islamistes abhorrent: l'argent, le consumérisme, le spectacle, l'attachement à une équipe, le catholicisme (lorsque des joueurs font un signe de croix avant un coup de pied arrêté ou après un but), la consommation d'alcool chez des supporters, les jolies femmes dans le public, l'entraide au sein d'une équipe de sportifs de tous horizons et de toutes confessions, et même d'inadmissibles compromissions avec la loi religieuse en matière de ramadan.

Mais le football professionnel a une autre facette, son audience gigantesque. La Ligue de Champions est la troisième compétition la plus suivie dans le monde après la Coupe du Monde et l'Euro - deux autres célébrations du football. L'attentat contre le Borussia Dortmund donna lieu à un simple retard de 24 heures dans le coup d'envoi du match mais eut déjà un impact sur la vie de centaines de millions de personnes, les spectateurs venus au stade, les innombrables téléspectateurs, et donna lieu à autant de discussions autour des machines à café le lendemain.

Les bombes qui frappèrent l'équipe du BVB étaient conçues pour tuer. Les joueurs ne durent leur salut qu'à la résistance des vitres de leur bus. Imagine-t-on l'impact qu'aurait eu l'attentat s'il s'était soldé par un bain de sang?

Le mélange de prestige et d'audience du football professionnel en fait une cible de choix pour d'éventuelles opérations terroristes, touchant la société civile plus que n'importe quelle attaque localisée. Le mode opératoire de l'attentat contre le Borussia Dortmund montre d'énormes vulnérabilités qui vont singulièrement compliquer la tâche de ceux qui essayent de protéger les vedettes de notre temps.

En attendant, une ou plusieurs cellules terroristes islamistes opèrent en toute quiétude en Allemagne. Pour Mme Merkel, il devient de plus en plus difficile de jouer les ingénues.

Mise à jour (21 avril): l'auteur de l'attaque aurait été arrêté: il s'agirait d'un germano-russe de 28 ans, Sergej W., qui aurait agi pour des motifs "financiers" et non terroristes. Aucune complicité n'a été pour l'heure établie. L'auteur aurait voulu spéculer pour faire baisser le prix de l'action du club de Dortmund et s'enrichir en pariant sur leur baisse. La revendication terroriste aurait été délibérément placée pour entraîner les enquêteurs sur une fausse piste.

C'est donc un soulagement de constater que les terroristes islamiques ne sont pas derrière cette attaque vicieuse de joueurs de football professionnels, même si l'actualité récente nous montre qu'ils continuent à frapper ou à vouloir frapper un peu partout sur le continent.

Commentaires

C'est sûrement Poutine ou Assad... C'est tellement plus commode comme-ça.

Écrit par : petard | 14 avril 2017

"Pour Mme Merkel, il devient de plus en plus difficile de jouer les ingénues."
D'autant qu'un des suspects arrêtés est un Irakien, passé par la Turquie comme réfugié...
Le mode opératoire a fréquemment été utilisé en Irak contre les Américains, avec beaucoup de succès. Les footeux du Borussia ont eu beaucoup de chances. On se réjouit de l'infiltration de vrais terroristes chez les hooligans terroristes du FC Sion, qui cassent tout dans les trains et les gares qu'ils traversent...

Écrit par : Géo | 14 avril 2017

On n'entend pas beaucoup l'UDC sur le "flicage" général qui s'annonce, au prétexte de la "menace terroriste":

http://lesobservateurs.ch/2017/04/14/suisse-comment-la-loi-contre-le-terrorisme-se-retourne-contre-les-suisses-adieu-la-sphere-privee/

Écrit par : Paul Bär | 14 avril 2017

"On nous a dit, demain vous devez jouer."
"Le défenseur Marc Bartra fut blessé au bras et à l'épaule - il passa au bloc opératoire dans la nuit - ainsi qu'un policier qui accompagnait l'équipe."

Qu'est-ce qu'il faudrait pour changer la date d'un match?

Qu'un quart de l'équipe se fasse massacrer? La moitié?

Écrit par : simple-touriste | 14 avril 2017

Des vrais prophètes de malheur ces islamistes ! ceci étant une question taraude mon esprit
A savoir pourquoi à chaque fois que des articles parlant d'Auschwitz ou de foyers ou nombre d'enfants ont été battus cela ne fait pas long feu pour qu'aussitôt on nous parle des migrants
Qui soi disant ont laissé derrière eux nombre de cadavres noyés et qu'on ne nous a jamais montré
Seront ils à inhumer par les plaisanciers au long cours ? un noyé en principe sauf s'il est relié à une pierre ne peut rester sous l'eau
A moins que j'aie raté l'info montrant tous ces cadavres à ensevelir malgré tout

Écrit par : lovejoie | 15 avril 2017

Notre hôte pose la question : "Comment se protéger d'un tel risque?"
C'est simple : commençons par ne pas interférer, ne pas intervenir, ne pas s'ingérer chez eux, surtout avec des bombes et des drones.
Les raisons humanitaires et la lutte contre le terrorisme ne sont que des paravents à des intérêts mercantiles et géostratégiques supérieurs.
Je vous invite à lire cet article, intitulé : "USA-Syrie-France-Israël : Pour mieux comprendre le conflit syrien"
par le général Dominique Delawarde :
http://reseauinternational.net/usa-syrie-france-israel-pour-mieux-comprendre-le-conflit-syrien-general-2s-dominique-delawarde/

Écrit par : AP34 | 15 avril 2017

@Paul Bär : Les Suisses n'ont que ce qu'ils méritent. Ils ont votés pour cette loi, pensant que l'état pourrait les protéger du terrorisme. C'est quand même faire preuve d'une grande naïveté quand on voit les échecs américains et français dans cette lutte malgré des moyens bien supérieurs.
Je voudrais pas être pessimiste mais le futur de la suisse me parait compromis. Il y a de moins en moins de libéraux et, comme en France, l'offre électorale se résume à des étatistes de gauches (socialistes) ou des étatistes de droite (conservateur). Le parfait cocktail pour plonger le pays dans la misère dans un premier temps et le genocide ensuite. Le seul chemin possible du socialisme (cf : Venezuela). Le PSS engrange de bon résultat et la frange libéral de l'UDC devient inexistante. De plus, sa position géographique n'est pas un atout, entouré de pays socialistes, décadents, immigrationnistes. Sans parler des traites comme cette chère Simonnetta.
Perso je prépare mon départ....

Écrit par : Rastapopoulos | 15 avril 2017

@AP34: "commençons par ne pas interférer, ne pas intervenir, ne pas s'ingérer chez eux, surtout avec des bombes et des drones."

Ils veulent bien entendu que nul n'interfère chez eux, surtout avec des bombes et des drones, mais ce n'est que de la taqqyia visant à sanctuariser les zones islamistes pendant qu'ils reprennent des forces. Ils trouvent d'autres justifications pour retourner à l'assaut - les croisades, le colonialisme, et au fond des choses leur simple haine brute contre tout ce qui n'est pas musulman.

Les islamistes veulent la domination mondiale de l'islam, et il est naïf de croire qu'il s'apaiseront une fois que le terrain leur aura été abandonné.

Ah, autre chose en passant: il y a en ce moment pas moins de 3 millions de Turcs en Allemagne. Donc quand vous écrivez "ne pas s'ingérer chez eux" il faut aussi comprendre que pour beaucoup, chez eux, c'est aussi chez nous.

Écrit par : Stéphane Montabert | 15 avril 2017

à S. Montabert :
Vous écrivez : "il faut aussi comprendre que pour beaucoup, chez eux, c'est aussi chez nous"
Absolument ! Et réciproquement : chez nous, c'est aussi chez eux.
C'est pour ça qu'on ne répètera jamais assez : séparation totale entre les musulmans, les sociétés musulmanes, et les autres.
Et remigration, autant que faire se peut.
Alors qu'il se produit tout le contraire.
À croire que la submersion est souhaitée pour vraiment détruire le système, jusqu'à ses fondations.
Et après il y aura la soumission, dixit Houellebecq.

Écrit par : AP34 | 15 avril 2017

"Perso je prépare mon départ...."
Par curiosité, pour où, en espérant ne pas être indiscret ?
Je commence moi-aussi à y songer.

Écrit par : Paul Bär | 15 avril 2017

Les USA. C'est surement pas parfait mais j'y vois encore des avantages.

Écrit par : Rastapopoulos | 15 avril 2017

Le départ ? C'est une grosse bêtise. Si crise - pour être gentil - il devait y avoir, le meilleur terrain est celui qu'on connaît. Et d'autre part, il n'y a aucune destination sûre. Les USA ? Si vous êtes très, très riche, peut-être...
Mais alors vraiment très riche. Avec les moyens de vous payer une petite armée pour votre protection...

Écrit par : Géo | 15 avril 2017

Merci, Rastapopoulos, pour votre réponse.
Les USA, oui cela est tentant, mais il devient de plus en plus difficile de s'y installer légalement à partir d'un certain âge ou si l'on n'est pas très riche.
Géo, l'avantage des USA, c'est qu'il y reste encore des endroits encore relativement calmes et relativement vides. En Europe, en Suisse, nous n'avons strictement aucune "profondeur stratégique", même pour un simple repli personnel.

Écrit par : Paul Bär | 16 avril 2017

Paul Bär @ "en Suisse, nous n'avons strictement aucune "profondeur stratégique", même pour un simple repli personnel."
Pas vraiment d'accord. Il y a des bergeries perdues dans les Alpes où vous ne risquez pas de voir grand monde. Et d'ailleurs, il suffit d'être observateur pour constater que certains y ont déjà pensé. Avec internet, vous êtes en contact avec le monde depuis presque n'importe où...
Et d'autre part, il y a une façon de se replier comme la lettre posée en plein sur le bureau d'Edgar Allan Poë...

Écrit par : Géo | 17 avril 2017

« Et d'autre part, il n'y a aucune destination sûre. Les USA ? Si vous êtes très, très riche, peut-être... »
« Les USA, oui cela est tentant »

La Mecque, pendant que vous y êtes....

Ce qu'il ne faut pas lire... bon dieu, de bon dieu...

Les USA, ils se feront PRUNER, s'ils touchent à un cheveu de la Chine ou de la Russie !!!

Avec le crétin jaune pipi aux manettes... ils peuvent faire leurs dernières prières, les co-boilles.

Écrit par : petard | 17 avril 2017

@Paul Bär. c'est vrai c'est de plus en plus difficile mais ayant plusieurs enfants, je me prépare.
Un peu comme les juifs avant la guerre qui sont restés ici pensant que rien ne pourrait leur arriver.
La comparaison va en choquer plus d'un mais regardez le Liban. Avez-vous envie de vivre la même chose ? Je rappelle ici que le Liban était la Suisse du moyen orient au début des années 70. Je ne sous estime pas la difficulté, je suis en plein dedans. J'imagine que notre hôte doit s'interroger également ? Je viens de recevoir le fascicule contre énergie 2050. Je n'ai aucun doute que cela passera. Un pays de pauvre, avec une énergie hors de prix, des industriels qui seront partis (désolé monsieur Novartis, aujourd'hui on ne produit pas de medicaments, les éoliennes ne tournent pas) avec une santé étatique au début et plus de santé du tout par la suite. L'avantage d'être à 50 kil de la France c'est que l'on observe en temps réel les délires de nos copines et copains (Pierre-Yves, Nuria et meme Pascal, étatiste convaincu). Tous ces gens sont convaincus que la prospérité Suisse est éternelle.
Alors pourquoi les USA ? premièrement parceque j'adore. Ensuite car ils ont encore la tête sur les épaules (pas tous, j'admets) et enfin ils ont une capacité à rebondir qui est extraordinaire. Enfin, avec mon appartement vaudois, je pourrai peut être me payer un ranch avec piscine (oui je suis un cul terreux qui ne va pas voir les pieces de théâtre subventionnées qui parle du papa séropositif, de la maman qui se prostitue pour payer la coke de sa fille.

Écrit par : Rastapopoulos | 17 avril 2017

"Je rappelle ici que le Liban était la Suisse du moyen orient au début des années 70" Cela ne veut strictement rien dire. Il y a des "petites Suisses" un peu partout, même au Burkina. Le Liban n'avait pas les mêmes structures politiques que la Suisse. Ou plutôt celles de la Suisse de la guerre du Sonderbund...
Et à propos des USA, il y a autant de problèmes de sécurité potentiels que chez nous ici, voire plus. De plus, la différence culturelle entre les Américains et les Européens est énorme, et la plupart des touristes ou gens de passage européens ne veulent pas le voir...
Je vous rappelle qu'ils ont voté Trump. Il est vrai que les autres candidats républicains n'étaient pas très sexy...

Écrit par : Géo | 18 avril 2017

Rastapopoulos@ Lisez le billet du saker (lien mis par petard dans l'autre billet):

Nowadays we clearly have already two US administrations which are willing to engage into what I call a “game of nuclear chicken” with Russia because they are too stupid to realize that Russia will not back down when cornered (and she is cornered in both the Ukraine and Syria) and that Russia can simply wipe the entire USA off the face of the earth (and the USA can do likewise to Russia). When I hear of the notion of imposing a no-fly zone over Syria against the will of Russia I get a knot in my stomach because I fully understand where this could lead.

This is much worse than the Cuban missile crisis and it will, alas, last much longer.

Écrit par : Géo | 18 avril 2017

@OMAR: merci pour votre commentaire, je viens de faire une mise à jour de l'article.

Écrit par : Stéphane Montabert | 21 avril 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.