04 mai 2017

Pitoyable débat Macron / Le Pen

À quatre jours du second tour d'une élection présidentielle inédite opposant un candidat post-socialiste et pro-européen à une candidate souverainiste et désormais anti-libérale, la confrontation fut explosive.

emmanuel macron,marine le pen,débat,france

Le "débat du siècle" entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen promettait de battre tous les records - au moins en termes d'audience. Cette promesse-là ne fut pas tenue non plus. Avec 16,5 millions de spectateurs tous canaux confondus, la confrontation de l'entre-deux tours réalisa certes un score honorable, mais très en deçà de ce genre d'émission - il fallait remonter à 1974 pour retrouver pareille audience.

L'ouverture du débat porta sur l'économie, puis la lutte contre le chômage et la réforme des retraites. Il parut clair que M. Macron maîtrisait davantage ses dossiers que Mme Le Pen, qui pour sa part s'essayait à décrire un mode de fonctionnement de "protectionnisme intelligent" qui pour l'instant n'a été mis en œuvre avec succès nulle part (il n'est qu'à peine esquissé aux États-Unis de M. Trump). S'enlisant à plusieurs reprises dans des batailles de chiffres, la candidate du Front National tenta avec plus ou moins de bonheur de présenter M. Macron comme le vendu aux banques et aux grands groupes, annonçant un des deux fils rouges de la soirée, l'autre étant de lui faire porter le chapeau du quinquennat Hollande.

Lorsque les thèmes sociaux et sociétaux furent abordés, comme le terrorisme, le changement de ton fut assez net: Marine Le Pen retrouva son assise et nombre de ses flèches atteignirent leur cible. Emmanuel Macron, nettement moins à l'aise, tenta de se défendre en se dédouanant de la responsabilité de ses soutiens, et affirma sa motivation rarement exprimée jusqu'ici de s'en prendre au terrorisme islamique.

D'autres prises de bec eurent lieu au sujet des zones de non-droit, où les mesures proposées par M. Macron de donner aux policiers le pouvoir d'infliger des amendes sur des cas simples furent tournées en dérision par Mme Le Pen, avocate plus au courant des réalités du terrain. On fut content d'apprendre que les deux candidats s'opposent aux Lois Taubira - quant à savoir si ces déclarations seront suivies d'effet, c'est une autre histoire.

Mais la plus grande confrontation vint finalement du destin de la France au sein de l'UE. Marine Le Pen essaya maladroitement de vendre une sortie de l'UE et de l'euro, échouant à rassurer les Français alors que les détails du plan n'avaient pas l'air complètement arrêtés dans son esprit. Péremptoire, Emmanuel Macron décréta de son côté que l'euro était définitif - alors que la zone euro menace depuis des années de s'écrouler à travers la Grèce...

Économie, emploi, éducation, terrorisme, euro, autant de thèmes abordés mais ne donnant lieu qu'à des affrontements plutôt que des présentations de programme. À plusieurs reprises le débat vira à la scène de ménage - Marine Le Pen ricanant et essayant d'emporter l'assentiment des deux présentateurs (qui restèrent naturellement de marbre), Emmanuel Macron se posant en donneur de leçon sûr de lui et défaussant d'un revers de main tout ce que son interlocutrice avait à proposer.

Agressivité contre arrogance, poissonnière contre banquier, les deux personnages n'avaient rien pour s'entendre.  Heureusement, cela n'aura sans doute aucune importance. Un sondage du Figaro précédant le débat indiqua que 86% des électeurs avaient déjà arrêté leur choix pour le second tour.

Macron remporta sans doute la soirée en semblant plus sérieux, plus présidentiable. Mais il s'avança trop, s'engageant à obtenir des résultats bien peu vraisemblables compte tenu des résistances au changement qui bloquent depuis des décennies la société française. Qu'intervienne une loi El Khomri à la puissance dix ou un alignement des retraites du public sur celles du privé et on verra de quel bois est fait le futur Président. Quant à Marine Le Pen... Qu'ils sont loin, Frauke Petry ou Nigel Farage!

Mais en réalité, ces débats ne veulent rien dire - il ne s'agit que d'un alignement de promesses destinées à s'emparer du pouvoir. On se souvient de la célèbre tirade du "Moi, Président" de Hollande. Au vu du chaos prévisible qui s'installera à l'Assemblée Nationale en juin, ni l'un ni l'autre ne sera en mesure de gouverner. Les excuses sont donc toutes trouvées. Et c'est peut-être mieux ainsi ; il suffit de visionner une hilarante vidéo du "Lapin Taquin" - réalisée avant le premier tour - pour avoir une idée de la vacuité cosmique du programme du Président Macron. Plus rigolo et plus court que le débat d'hier soir...

Quant à trouver des critiques de celui de Mme Le Pen, ce n'est pas compliqué: il suffit de feuilleter n'importe quel journal ou d'allumer la télévision sur n'importe quelle chaîne.

Commentaires

MLP a été agressive, certes, mais Macron a été injurieux, ce qui, objectivement, me paraît plus grave.
La galanterie que tout homme devrait normalement à toute femme, où était-elle ?
Il est vrai que la parité est passée par là, et les codes ont bien changé.
Exemple de propos répétés en boucle par Macron :
« Vous racontez n'importe quoi… »
« Vous mentez… »
« La France ne mérite pas quelqu'un comme vous… »
et autres aménités du même tonneau.
Le professeur (d'économie) d'un côté, la mauvaise élève qui n'a pas appris sa leçon pour avoir séché le cours, de l'autre.
Les deux étaient nerveux :
MLP tripotait compulsivement sa mèche – qui pourtant ne tombait pas sur son oreille –, et en même temps ses fiches.
Macron avait des mimiques, des expressions du visage qui dissimulaient mal sa fureur.
Bref : deux mondes qui n'ont rien à voir l'un avec l'autre. Deux France !
MLP a déjà intégré qu'elle a perdu la présidentielle. Son combat consistait surtout à montrer que Macron était le fils naturel, l'héritier, de Hollande, et qu'il portait une part de responsabilité dans le fiasco du quinquennat de son mentor.
Invoquer son départ précoce du gouvernement pour prouver le contraire était, de la part de Macron (il me semble qu’un des journalistes a fait chorus), une ficelle un peu grosse.
Car son départ n'était nullement un coup de poignard dans le dos de Hollande, mais un acte mûrement réfléchi avec lui de manière à ce que l'héritier passe pour un homme neuf avec son mouvement de marcheurs.
Ce dimanche, les électeurs auront le choix entre un monsieur qui a épousé sa mère, et une dame qui a tué son père.
Ils choisiront sans doute le premier, qui dira à son mentor, dans une scène prévisible de liesse où ils se taperont mutuellement sur le ventre :
« On les a bien fait marcher ! »

Écrit par : AP34 | 04 mai 2017

Bonjour Stéphane.
Les mots manquent pour décrire la fatuité de Macron, mais le pire reste MLP, à croire qu'elle a fait exprès.
Elle n'avait qu'à dérouler tranquille, la grande gagnante de la présidentielle, dans tous les cas c'était elle, jusqu'à hier soir.
Il s'agit d'un véritable suicide politique, le FN avait fait l'essentiel du chemin et proposait une réelle alternative au progressisme, je n'ai de cesse de le dire, le programme du FN c'est la feuille de route de la Principauté de Monaco que personne ne songerait à traiter de réactionnaire. Bref.
A l'image d'un Poutou qui prétend représenter le milieu ouvrier avec sa vulgarité et son inculture crasse, MLP a durablement ringardisé le peuple et le populisme dans son sens le plus noble, notamment celui décrit par Christopher Lasch.
Les progressistes vont s'en donner à cœur joie, les petites gens vont payer l'ardoise que l’inconsistance de MLP leur laisse, un peuple qu'elle prétendait défendre et qu'hier soir elle a fait passer pour une nation de beaufs.
Le diagnostic est le suivant : le progressisme a gagné la partie, la France était la dernière résistance à l'anglicisation de l'UE, nous aurons mais ça c'était déjà plié, Macron président, sans aucune opposition, le FN va sombrer corps et bien, après Macron nous aurons des Barouin et consorts, c'est à dire un théâtre de marionnettes, les élections étant définitivement réduites à changer les têtes pour une politique qui sera celle décidée extra-muros, des gérants d'immeubles, un monde technocratique dont Macron est l'un des chancres.
Quelle déconfiture, quelle honte, le peuple français est en état de mort clinique, la France va devenir une province chic de l'UE.
MLP a fait dans la caricature, elle s'en prend à la finance et aux banques ce qui, étant donné l'infinitude du sujet, permet de la contrer autant de fois qu'on lui demandera de se justifier, elle s’empêtre à décrire la sortie de la monnaie unique, les arguments sont la mais elle est infoutue de les apporter, elle est inutilement agressive, elle ressert les plats recuits du communisme des années Mitterrand.
Lamentable. Tenez bon les Suisses, car après vous...

Écrit par : joseph | 04 mai 2017

"Elle n'avait qu'à dérouler tranquille, la grande gagnante de la présidentielle, dans tous les cas c'était elle, jusqu'à hier soir."
Absolument faux ! Vous sortez ça de quel chapeau ?
Les sondages l'ont toujours donnée perdante à 40 % contre 60 à Macron.
Comme "grande gagnante", on a connu mieux !
En fait, ce débat ne va pas changer grand-chose.

J'ai déjà dit sur un fil précédent ce que je pensais du progressisme.
C'est un mot impropre, dont la gauche se targue, mais que la droite devrait proscrire en parlant de la première, c'est lui faire un honneur qu'elle ne mérite pas.
Le progrès n'est pas le mariage homo, ni la PMA pour les lesbiennes et encore moins la GPA pour les pédés.

Écrit par : AP34 | 04 mai 2017

"Lamentable. Tenez bon les Suisses, car après vous..."

Il y a encore quinze ans, quand la population suisse était encore ethniquement compacte et l'armée crédible, cela n'aurait pas été un problème.

Dans quinze ans, quand les katibas proches de nos frontières se tourneront vers notre petit pays, trop peuplé et plus très suisse...

Écrit par : Paul Bär | 04 mai 2017

"poissonnière contre banquier"

Vous plaisantez? Vous êtes sûr d'avoir écouté en entier?

Votre soi-disant "banquier" n'est pas capable de savoir qu'une grande entreprise peut très bien se vendre ses produits dans une monnaie et payer ses employés dans une autre. Il dit : "c'est n'importe quoi Madame Le Pen"!!!!!!!!!!!!!!!!

De plus Macron a été un véritable poissonnier avec son vocabulaire d'extrémiste, traitant son contradicteur de "parasite".

Mr Montabert, vous valez mieux que répéter les fake news. Dire que Macron a gagné relève de l'auto-hypnose ou de l'ivresse liée au stress (le stress enivre plus que l'alcool); comme de dire qu'Hillary a gagné les débats contre Trump alors qu'elle était pitoyable sauf dans le dernier débat.

Écrit par : simple-touriste | 04 mai 2017

@joseph: les Suisses votent à 40% et quelques pour différentes teintes de gauche qui n'ont rien à envier aux pires heures du socialo-communisme, et dans les 60% restants il reste une bonne proportion de mondialistes fiers de l'être. Les espoirs pour la Suisse sont donc plutôt ténus.

@simple-touriste: j'ai écrit l'essentiel de ce billet le soir même et il reflète simplement mes sentiments du moment. Je me doutais bien de toute façon que tout le monde saluerait l'immense succès de Macron le lendemain. Toujours est-il que Marine a été bien médiocre, irritante, manquant de hauteur, perdue dans ses feuilles, ricanante. Quant au vocable de "banquier" pour Macron je fais référence à l'apparence ; c'est vrai qu'avoir traité Mme Le Pen de "menteuse" pour cette histoire de monnaie est juste grotesque (et relevé par aucun journaliste officiel...) et il a été bien plus insultant envers elle que l'inverse.

Mais il paraît qu'à l'époque où il officiait en banque, M. Macron était bien plus connu pour son entregent et ses relations que pour ses compétences techniques, provoquant déjà les railleries de ses collègues.

Écrit par : Stéphane Montabert | 04 mai 2017

@AP34 : Vous m'interpellez en répondant à des propos qui ne sont pas les miens.
Ou voyez vous écrit dans mon post que je donne MLP gagnante de la présidentielle ? Il est un fait incontestable qu'elle était, jusqu'à son naufrage du débat de hier, la grande gagnante de cette élection (pas de l'élection, je vous le reprécise..., c'est bon la ? je vous fait un dessin ?).
Le FN se retrouve au second tour d'une présidentielle, il avait déjà montré ses possibles lors des régionales, les scores étaient serrés et 3 régions lui ont échappé de justesse. Si le FN n'avait pas eu à affronter le fameux mur des cons, pardon le front républicain.
Qu'avait t'elle à faire hier ? dérouler tranquillement, rester calme et ainsi faire la démonstration d'une leader à même de proposer une opposition solide face au progressisme dans lequel la droite elle même c'est définitivement perdue.
MLP c'est au contraire livrée à un incroyable numéro, instable, agressive, ridicule, Macron, malgré son vide sidéral (voire stratosphérique), n'a rien eu à faire.
MLP a fait perdre beaucoup de crédibilité à son parti hier soir, puisque seule leader.
Le calamiteux spectacle qu'elle a donné hypothèque les chances du FN d'un bon score aux législatives et aux régionales, même si elles sont encore loin, et va priver ce parti d'élus et par la même d'une assise dans le paysage politique français.
Le FN avait fait une grande partie du chemin vers la conquête non pas du pouvoir, mais vers un élargissement de sa base jusqu'à la lamentable prestation de hier qui en choqué plus d'un tant MLP¨était en décalage avec toute réalité.
Allez donc lire les articles sur la toile, même les auteurs de Bd Voltaire sont dubitatifs, certains disent même que MLP l'a fait exprès, tant ce qui s'est passé hier soir est incompréhensible.
SVP, avant de réagir, lisez, et surtout : keep calm. Et si vous ne comprenez toujours pas, dites moi le, je vous explique.

Écrit par : joseph | 04 mai 2017

Stéphane, merci de me plomber définitivement ma fin de semaine ! vous auriez pu attendre quelques jours...
PS : moi c'est PHIL-ASP, vous l'aviez vu à mon adresse mail, mais j'ai depuis quelques jours mon grand père dans la tête, d'où le post "Joseph" de son prénom, mon héritage.

Écrit par : joseph / Phil-Asp | 04 mai 2017

Un peu d'humour pour imager mes commentaires précédents (Joseph) :
http://h16free.com/2017/05/04/58152-presidentielle-2017-un-debat-pitoyable
ici ça grince, de la part d'un soutien inconditionnel de MLP : http://www.bvoltaire.fr/marine-pen-petite-joueuse/
La encore, le constat, à l'instar de celui de Stéphane est sans appel : http://www.bvoltaire.fr/3-mai-soir-cest-france-a-perdu/
Comme dirait l'autre, j'ai mal à ma France, du reste je vais proposer une pétition pour que soit supprimé le mot "France" sur la carte et que soit inscrit "LOL" à la place.

Écrit par : Phil-Asp | 04 mai 2017

"Allez donc lire les articles sur la toile, même les auteurs de Bd Voltaire sont dubitatifs"

Et alors?

Tout le monde a dit que Trump avait été nul lors des débats de la campagne électorale contre Hillary (sauf le dernier), mais je pense qu'il a été particulièrement brillant presque tout le temps. (Je crois ne pas me laisser influencer par mes opinions politiques. Je suis en total désaccord avec Trump et MLP sur de très nombreux sujets.)

MLP et Trump passent bien, ils sont humains, alors que ni Hillary ni "le banquier" n'ont la moindre empathie. "Le banquier" ressemble juste moins à un robot humanoïde qu'Hillary, parce qu'il transpire l'arrogance et le mépris, alors qu'Hillary n'exprime que la froideur.

Écrit par : simple-touriste | 05 mai 2017

"Le FN se retrouve au second tour d'une présidentielle, il avait déjà montré ses possibles lors des régionales, les scores étaient serrés et 3 régions lui ont échappé de justesse."

Plus exactement, les candidats de droiche aux conseils régionaux ont décidé d'aller contre les consignes de Nicolas Sarkozy et de sacrifier la crédibilité du parti pour battre localement le FN, en faisant appel explicitement au PS et en suggérant des accord avec la gauche, crédibilisant ainsi la thèse "UMPS", créant ainsi le contexte le plus favorable à l'élimination de la droite discrédité au premier tour de la présidentielle.

Ce processus a atteint son summum avec le soutien immédiat, complet, inconditionnel et sans accord politique qu'ont apporté les leaders de la droiche à Macon dès l'annonce des résultats.

LR est cuit, fini, carbonisé.

Écrit par : simple-touriste | 05 mai 2017

Elle a pas été bonne, c'est clair... mais lui NON PLUS. D'ailleurs les insultes les plus vicieuses c'est lui qui les balancées...

MLP n'a jamais été bonne en réthorique. À des années lumières de Gilbert Collard par exemple. Parce que Collard aurait ÉTRILLÉ Macron.

Va falloir maintenant que le FN se projette dans l'avenir. Admettons que MLP perde cette bataille mais que le FN et ses alliés gagnent un nombre de sièges substantiels aux législatives. Macron aurait alors un quinquennat pourri de chez pourri; plus épouvantable que celui de son prédécesseur.

En 2022, la prodige Marion sera mûre à point, pour balancer le coup de grâce !

Écrit par : petard | 05 mai 2017

"Admettons que MLP perde cette bataille mais que le FN et ses alliés gagnent un nombre de sièges substantiels aux législatives. Macron aurait alors un quinquennat pourri de chez pourri; plus épouvantable que celui de son prédécesseur."

Tant qu'il n'y a pas la proportionnelle, il n'y aura pas beaucoup de succès du FN aux législatives. Le problème du gouvernement Macron sera plutôt à gauche. Les tireurs de ficelle ont bien joué en balançant la marionnette Hamon dans les pattes de Mélenchon, mais dans le futur, ceux qui se sont laissé avoir en votant Hamon vont rejoindre les rangs de Mélenchon dans l'opposition.

http://www.investigaction.net/2017-le-coup-detat/

Mieux vaut éviter la France cette année. Pire que la Tunisie, l'Irak et la Syrie réunies...

Écrit par : Géo | 05 mai 2017

simple-touriste : SVP, sortez du ad hominem.
Ceci dit, en redite : le progressisme a gagné la partie, il l'a gagne doublement avec la catastrophique prestation de MLP, le sabordage devrait je dire.
Le progressisme c'est le trotskisme + la finance, la carpe et le lapin, une idéologie totalitaire qui impose une marche au monde.
La gauche a emboîté le pas du progressisme il y a longtemps, le think-tank Terra Nova, qui est le logiciel de pensée de la gauche française et le relais national du mouvement progressiste, a défini l'entier de ce qui se déroule sous nos yeux.
Ainsi, le PS a tourné le dos à l'électorat ouvrier et ouvert les bras à l'immigration (rapport Terra Nova : http://tnova.fr/rapports/gauche-quelle-majorite-electorale-pour-2012) tout est écrit dans ce rapport, y compris l'arrivée d'un Macron. Lisez.
Rapide rappel :
- les Républicains on raté le coche avec Sarkozy, élu avec les voix FN il a ensuite mené une politique de "gauche" (en fait progressiste puisque pro UE).
- Hollande élu sur un malentendu avec un bilan qui ne se commente plus (sauf par lui...).
- Les Régionales, dont je vous prie de croire que j'ai disséqué les résultats.
Ce qui m'a fait écrire à l'époque que la droite était en ruine, dans la foulée je disais que Macron, intelligent, et j'insiste sur le sujet, avait toutes les chances de remporter la mise.
La droite en ruine pourquoi ? car aux Régionales, la où était attendue une vague bleue, la plupart des victoires ont été remportées avec des alliances, le fumeux Front Républicain. A ce moment, c'est le PS qui abandonne ses sièges, laissant la droite s'illusionner d'une victoire à la présidentielle, Castaner étant une illustration parfaite, ce dernier rejoignant En Marche dans la foulée.
Estrosi, Castaner, NKM, Borlo, Juppé, et à vrai dire la majorité des LR ont embrassé la cause Macron, bien au delà de toute notion de barrage, mais par intérêt personnel.
Ce ralliement à officialisé celui au progressisme, ce faisant, la droite n'existe plus, du moins dans son ancienne représentation !

Le progressisme n'a pas de couleur politique, pire encore, le camp progressiste a anticipé le futur en souhaitant maintenant éliminer tous les systèmes électifs, rappelez vous du reste les propos de Macron sur le sujet, il trouvait les élections inutiles (sic).

La faute de MLP est lourde, non pas qu'elle ait été en méforme, mais elle a littéralement sabordé sa prestation. Beaucoup y voient même un acte volontaire.
Il n'y a pas 10 façons d'analyser le débat qui a eu lieu, MLP a perdu toute crédibilité, elle ne remontera jamais plus dans l'estime des gens, elle a plombé lourdement son parti qui était en pleine mutation.

L'avenir du FN, nous y venons, il est sur le fil du rasoir. Accusé à juste titre de népotisme, le père, la fille, et maintenant Marion MLP ? soyons sérieux, ça ne passera pas, et je vous prie de croire que j'ai beaucoup d'estime pour elle et l'ai encouragée à se présenter à la mairie de Nice.
Le FN était le seul parti d'opposition, avec l'assurance de remporter des sièges de députés et certainement 2 voire 3 régions, sans compter quelques grandes villes, notamment dans le Sud Est (analysez la peur panique actuelle d'Estrosi...).
MLP, en une soirée, a ruiné ces possibles.

Le FN est donc, comme les LR, face à un avenir dont ils n'ont absolument pas la maîtrise, la ou la gauche PS a réussi sa mutation en embrassant le progressisme promu par Terra Nova. Analysez aussi, l’émergence du mot "progressiste" dans le vocable politique, le PS s'est approprié le terme, et pour cause, il y a 3 ans au moins.

Pour la première fois, nous sommes confrontés à un candidat, Macron, fabriqué de toutes pièces, comme sorti de la matrice, celle progressiste, dont ceux qui en tirent toutes ficelles disposent de moyens sans limites et décident de la marche du monde. Un totalitarisme.

Macron ne durera pas, dans ce monde l'usure est accélérée, demain ce sera peut être un candidat de droite ou réputée telle, mais tous occuperont un siège de syndic d'immeuble, les politiques nationales, et à vrai dire la politique tout court aura disparue. La différence avec ce qui se passait jusqu'à hier, c'est que tout cela s'officialise.

Nous sommes parfaitement d'accord, les LR sont des idiots utiles d'un système, dont tous les cadres se drapent du drapeau européen, même et surtout Barouin qui vient de prendre la direction de la campagne des législatives, tous appellent à voter Macron, la messe est évidemment dite.

La où je ne vous rejoins pas, c'est sur le devenir des LR. En effet, comme dit plus avant, le progressisme n'a que faire de la couleur politique, ce qui importe c'est d'avoir un courant qui s'inscrive dans le sien. Macron demain, Barouin dans 5 ans, peu importe, du moment que les directives soient appliquées sans réserve et que le prétendu parti soit porteur du courant progressiste.

Et c'est en cela que MLP a commis une erreur lourde de conséquence, elle a plombé son parti qui était le seul capable d'offrir une résistance. Elle a donné l'image d'une personne qui n'était pas à sa place, pas au niveau, exactement ce que ses adversaires voulaient qu'elle soit, la où tous ces opposants n'ont pas réussis à la diaboliser, elle y est parvenue toute seule.

Onfray est intéressant dans ses analyses, deux ici :
https://www.publicsenat.fr/article/politique/macron-est-fabrique-selon-michel-onfray-59332
http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/michel-onfray-macron-a-seduit-tous-73217

Il y a une possibilité, ténue, en la personne de Marion Maréchal Le Pen, qui va très probablement prendre une décision dans les mois qui arrivent, il lui faut quitter le FN et monter une nouvelle structure, c'est la seule personne à fédérer au delà du FN, pour MLP c'est définitivement cuit et pour le FN c'est très probable aussi.

Bien à vous.

Écrit par : Phil Asp | 05 mai 2017

à Phil Asp:
« Il est un fait incontestable qu'elle était, jusqu'à son naufrage du débat de hier, la grande gagnante de cette élection (pas de l'élection, je vous le reprécise..., c'est bon la ? je vous fait un dessin ?). »
J'avoue que ces subtilités politico-politiciennes me dépassent très largement ! Je crains qu’un dessin n'y change pas grand-chose, hélas ! je suis au-delà de l’encéphalogramme plat en ce domaine.
Mais vous avez parfaitement raison (et les Shadoks avant vous) : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
« pour MLP c'est définitivement cuit »
Ça l’est peut-être davantage pour Philippot, qui est évidemment l’inspirateur direct de cette stratégie de tir de barrage de MLP face à Macron lors de ce débat.
« un candidat, Macron, fabriqué de toutes pièces, comme sorti de la matrice »
Oui, à l’évidence. Quant à la “matrice”, pourquoi pas plutôt une imprimante 3D ?
C’est exactement ce qui s’était passé aux US en 2008, où Obama avait également été fabriqué de toutes pièces. Mais là, le moule était plus élaboré, car y avait été ajoutée la touche ethnique, très importante pour désarmer les Américains et leur faire avaler le projet marxiste au nom du droit des minorités.
Qui se ressemble s’assemble : le récent ralliement d’Obama, le nobélisé crypto-musulman US, au panache de Macron a au moins le mérite d’apporter une réponse claire aux supputations des indécis qui se demandaient : Macron ? À droite, ou à gauche ?
Je vois bien le prochain moule hexagonal, pour 2022, qui devra comporter cette fois une touche supplémentaire, la confessionnelle : je suggère un jeune, sémillant et brillant musulman, en cherchant bien, il doit s’en trouver dans les rangs de l’ENA.

à Simple-touriste :
« Ce processus a atteint son summum avec le soutien immédiat, complet, inconditionnel et sans accord politique qu'ont apporté les leaders de la droiche à Macon dès l'annonce des résultats. »
Oui pour les leaders, pas forcément, et avec cette si belle unanimité, pour les électeurs de Fillon.
Cette hâte de Fillon à soutenir Macron, qui est pourtant partie prenante du cabinet-noir qui l'a dégommé, et ceci 10 min à peine après le verdict de son échec, ne peut avoir qu'une explication : la soumission du vaincu à son vainqueur. Ceci afin de garantir ses arrières pour tenter de tempérer l'ardeur des juges – indépendants, comme chacun sait ! – dans leurs enquêtes sur ses malversations salariales et autres. En pure perte, j'en ai peur !

A Geo :
« Tant qu'il n'y a pas la proportionnelle, il n'y aura pas beaucoup de succès du FN aux législatives. »
Absolument ! Tant qu'il n'y a pas la proportionnelle, ni, non plus, de possibilités d’accords croisés (les forces de Dupont Aignan sont presque négligeables), le FN aura déjà de la chance s’il parvient à constituer un groupe parlementaire (15 députés au minimum).

Écrit par : AP34 | 05 mai 2017

"« un candidat, Macron, fabriqué de toutes pièces, comme sorti de la matrice »
Oui, à l’évidence. Quant à la “matrice”, pourquoi pas plutôt une imprimante 3D ?"
Visiblement, personne n'a lu le lien dans mon précédent commentaire...

"une touche supplémentaire, la confessionnelle : je suggère un jeune, sémillant et brillant musulman, en cherchant bien, il doit s’en trouver dans les rangs de l’ENA."
Cela déjà été écrit par Houellebecq...

Ce qui est marrant, c'est que les idiots des médias suisses ne cessent de nous gonfler avec ces élections présidentielles françaises, comme si les médias français ne nous suffisaient pas. Et que pour démontrer la puissance de la matrice UMPS et ses clones dans le monde, les journalistes suisses se montrent très accusateurs envers notre propre Conseil Fédéral, qui était au courant de la mission de contre-espionnage d'un agent suisse en Allemagne. En d'autres termes, les Allemands nous espionnent, tout va bien. Les Suisses cherchent à se défendre, c'est un scandale !
Question : de quelle nationalité sont les journalistes suisses ? Français à 99% ! Et ils se plaignent du fait que les Suisses ne les aiment pas : Marie Maurisse...
Eh, les journalistes français infiltrés chez nous : continuez de vomir la Suisse, vous verrez qu'on va commencer à réagir sérieusement.

Écrit par : Géo | 05 mai 2017

ASP34 : vous voyez, nous parlons de la même chose avec la même analyse ! entièrement en accord avec vos propos. Philippot, je ne lui vois pas un avenir dans le FN, il n'a pas l’assentiment de la base de l'électorat, il est aussi clivant que peut l'être MLP, il est blacklisté par les médias qui le reçoivent mais comme faire valoir, épouvantail entretenant la peur, le mal que l'on montre.

Marion MLP, a elle, une autre approche, c'est dans ses gènes, elle peut dire des choses beaucoup plus dure que sa tante mais elle est estimée, y compris par les médias. Il suffit d'écouter Mélenchon, Chevènement, Onfray et des dizaines d'intellectuels ou économistes pour s’apercevoir que les thèses du FN sont le constat tiré par une écrasante majorité de gens.
Le problème de MLP est qu'elle est clivante et qu'elle s'est politiquement suicidée en direct pendant le débat face à Macron. Il sera remarqué que Marion MLP qui était présente a quitté le plateau au bout de 3/4 heure, bien consciente du naufrage de sa tante. Confirmé par Marion MLP.

Pour votre prospective, supposant un futur "président" musulman, vous confirmez ce que disait Michel Houellebecq dans son roman "Soumission". Effectivement, le progressisme surfe sur la vague communautariste, car c'est de ça qu'il s'agit, vous avez des droits (particuliers) car vous êtes réputé particulier (noir, blanc homo, transgenre, femme, homme, musulman, nain, etc), pas parce que vous prétendez à une nationalité. On rentre ici dans le l’éden des droits de l'hommisme... Les mêmes qui vendent de la cohésion à tous les étages, qui parlent de vivre ensemble, qui s'opposent aux divisions que pourraient engendrer le nationalisme, sont en fait les auteurs de toutes les fractures, celles que relève Guilluy notamment.

MLP est stupide, comme Philippot, ils parlent de complotisme, ce qui ne fédère jamais que des gens que je qualifierai comme étant à la marge du système, les laissés pour compte, mais exclu de facto tous les faiseurs d'opinions qui ne peuvent soutenir de telles thèses fussent-elles avérées.
Alors que le message est clair, repris encore une fois par des Onfray ou Finkielkraut, Sapir et tant d'autres ! Ceux-là n'évoquent pas un complot ni n'usent d'éléments de langage mais évoquent un système dans lequel les puissants imposent un modèle, sans tenir compte des collatéraux, ils poussent leur logique marchande sans que les individus soient dans leurs équations. Ces "puissants" font ce que tout le monde ferait à leur place, ils optimisent leurs marges et bénéfices.

Beaucoup ont saisi que la situation actuelle aboutirait à un désastre, au rang desquels le boss du site Alibba qui a prévenu d'un affaissement considérable de l'emploi dans le monde.

Comme dirait H16, forcément, ça va bien se passer.

Écrit par : Phil Asp | 05 mai 2017

Quel copieur cet Onfray, il me pique mes idées, et je ne participe pas à ses "universités" !
Dit par lui, ça passe, MLP passerait pour une modérée à coté d'Onfray, avec l'excellente Sonia Mabrouk en maître d'interview :
https://youtu.be/fPRmRivAH8A?t=3909

Sonia Mabrouk c'est aussi cette intelligence : http://www.lexpress.fr/actualite/medias/sonia-mabrouk-n-a-pas-la-meme-vision-de-l-islam-que-marwan-muhammad-et-le-lui-dit_1897536.html

Écrit par : Phil Asp | 05 mai 2017

"simple-touriste : SVP, sortez du ad hominem."

Où ça?

Je pense que ceux qui ont trouvé Macron très bon sont ivres, probablement de stress. C'est un diagnostic hypothétique, pas une attaque.

Il faut avoir un souci pour trouver cet ahuri très bon.

Écrit par : simple-touriste | 05 mai 2017

Si le débat n'a pas été le naufrage pour Macron, pourquoi les fake news média font un "fact checking"(*) des propos de MLP?

Dis autrement, quand vous avez gagné le match, vous tentez de soudoyer l'arbitre?

Moi, non!

MLP est tellement forte qu'en un débat elle a dégommé Macron et les fake news médias. Strike!

(*) Tout le monde sait que le fact checking est l'équivalent de la recherche de vérité dans la Pravda de la glorieuse époque soviétique.

Écrit par : simple-touriste | 06 mai 2017

simple-touriste :
Vous répondez à mes interventions en extrayant des passages et en les commentant, c'est même une systématique, à chacune de vos interventions. Si vous avez une autre définition du ad hominem, faites moi signe.
Le débat n'est pas d'attribuer des bons ou mauvais points, il consiste à comprendre le naufrage de MLP, et de ce débat. Si vous percevez autre chose qu'un naufrage de la candidate FN, alors accordons nous sur un désaccord.
Je n'ai pas besoin de convoquer les centaines d'interventions sur la toile qui vont dans mon sens.
Comme je l'ai déjà précisé, un de mes proches est cadre au FN, un fan de la première heure, jamais je n'ai vu un tel découragement chez cette personne, elle a été assommée par l'attitude de MLP, tout comme la majorité de ses soutiens qui rament actuellement sur tous les plateaux télé pour colmater les brèches.
Macron, dès lors, n'a qu'un intérêt marginal dans cette analyse, il fut fidèle à lui même, d'une grande platitude, mais il est un fait que des deux candidats il est celui qui s'est montré le plus digne, avec le relatif que cela représente, de la fonction présidentielle.
Vous êtes seul à dire que quelqu'un ait pu le trouver très bon, vous ne l'aimez pas, pas plus que des millions de personnes, il suffit de regarder les chiffres :
Macron c'est 24% des votes au 1er tour, ce qui est censément démontrer la part d’adhésion à un programme, pour lui c'est beaucoup moins ! A ce résultat il faut retrancher les électeurs LR lassés par ce parti en dérive, les électeurs PS perdus dans les manœuvres de leur parti, les électeurs qui ont rejeté le FN en répondant aux sirènes de la dédiabolisation, quelques verts en déshérence.
Tous ces gens n'ont pas voté Macron par adhésion, et c'est bien le pire, car cela annonce un avenir très sombre pour la France, Macron n'est pas plus au niveau que MLP l'a démontré pendant le débat, il est juste plus propre sur lui médiatiquement parlant. Macron, de façon pifométrique, doit recueillir au mieux 12% de réelles intentions de votes sur le premier tour. C'est dire l'imposture.
Disséquez les élections Autrichienne, les similitudes sont troublantes, Van Der Bellen a été élu alors même que les intentions de vote sur sa seule personne étaient autour des 8% avant 1er tour ! il passe le premier tour à 21.34% avec diverses "alliances" et termine élu avec 53.79%. Forcément, l'avenir s'annonce radieux en Autriche avec à sa tête un type qui ne représente personne ou presque.
Macron c'est : Justin Trudeau, Obama, van Der Bellen, Tsipras, Mateo Renzi, etc, les bons élèves de la mondialisation heureuse. Des êtres vides, des produits marketings, des représentants de commerce.
Macron arrive au pire moment dans l'histoire de la France, c'est le liquidateur de notre identité, de notre passé, c'est le gérant d'immeuble, l'élève studieux qui va appliquer les directives progressistes de l'UE. Macron va accélérer un processus d’affiliation au progressisme alors que les USA, la Russie, l'Inde et d'autres pays de part le monde renforcent leur indépendance.
L'imposture de l'UE c'est de dire que ceux qui n’adhèrent pas à son inique programme sont de facto opposés à l'Europe, alors que c'est tout l'inverse !
Je suis Français, d'origine Italienne, ce sont mes deux pays, l'Europe est un berceau commun, mais en aucun cas je n'accepte que soit diluée mon identité au seul motif que cela satisfasse un modèle économique.
je pense que nous sommes frères dans ma conclusion.

Écrit par : Phil Asp | 06 mai 2017

"Vous répondez à mes interventions en extrayant des passages et en les commentant, c'est même une systématique, à chacune de vos interventions. Si vous avez une autre définition du ad hominem, faites moi signe."

Je me demande ce que vous fumez!!!

"Comme je l'ai déjà précisé, un de mes proches est cadre au FN, un fan de la première heure, jamais je n'ai vu un tel découragement chez cette personne, elle a été assommée par l'attitude de MLP"

C'est sans doute une personne influençable, faible et peut être limitée intellectuellement. Il est totalement évident que MLP a eu le dessus.

Comment votre copain explique le fact checking extrême de BFMacron?

De façon générale, le fact checking est signe grand malaise. Le fact checking extrême est signe de panique.

Si Macron a dominé, il n'a pas besoin de l'aide de BFMacron.

Quand vous gagnez un match, vous payez l'arbitre pour qu'il vous rajoute des points, au risque que ça se voit et que le match soit annulé?

Cela montre que :
- les grands médias pensent que Macron s'est fait manger tout cru
- ils se portent donc au secours du candidat en difficulté
- autrement dit les sondages qu'on nous donne sont aussi faux que ceux d'avant premier tour de la primaire de la droite.

Écrit par : simple-touriste | 06 mai 2017

Le cœur plein de tristesse je voudrais que l'on me dise en quoi le "changement" est automatiquement promesse de progrès?

Problèmes des écoles, du travail, du chômage?
Entreprises, délocalisations, privatisation?

Pour les jeunes des classes moyennes à faibles, quel avenir?

Parents écoeurés qui retirent leurs enfants de l'école publique tant elle ne répond plus à leurs attentes les plus légitimes?

Parents, lesquels?

L'Ecole à la maison pour tous les parents (à ne pas oublier les mères célibataires!) qui désirent adopter cette démarche ou uniquement pour les parents aisés, ceux qui en ont les moyens tant intellectuels que financiers?

Ecoles privées si souhaitées... pour tous?

Réel progrès sociétal!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06 mai 2017

Fake news or not fake news ?
http://www.thegatewaypundit.com/2017/05/breaking-macron-busted-lied-tax-evasion-4chan-pol-posts-images-macrons-off-shore-bank-account/

Quelle que soit la réponse à cette question, Macron n'a pas menti lors du débat avec MLP : il n'a pas de compte caché aux Bahamas.

Écrit par : AP34 | 06 mai 2017

Fake diagnosis or not fake diagnosis ?
http://www.egaliteetreconciliation.fr/Macron-est-un-psychopathe-l-analyse-d-un-psychiatre-italien-45493.html

Écrit par : AP34 | 06 mai 2017

Macron vs MLP ou MLP vs Macron :
Première partie : une empoignade entre ministres de l'économie
Avantage Macron.
Seconde partie : une empoignade entre ministres de l'intérieur, chargés de la sécurité nationale
Avantage MLP.
Bilan ?
Je vous laisse remplir la case appropriée.

Écrit par : AP34 | 06 mai 2017

Excellente la chaîne Lapin Taquin....

"jouissif" à partir de 2:10...
https://www.youtube.com/watch?v=uM07H87P4WQ

:-))) le commentaire de... Patate Nucléaire, il y a 2 semaines !

Écrit par : petard | 07 mai 2017

Faux-vrai, je ne sais pas, mais intéressant.


En tout cas suffisamment intéressant pour susciter l'intérêt de la presse...

https://ia601507.us.archive.org/14/items/onviuq/bspenp.pdf

https://ia601507.us.archive.org/14/items/onviuq/onviuq.pdf



... quoi, je serais naïf ?

Écrit par : Paul Bär | 07 mai 2017

Est-ce que certaines personnes espèrent qu'un débat permettent aux politiciens de détailler un programme, en répondant à quelques questions, en trois minutes pour chaque point?

Soyons sérieux. On juge l'épaisseur et la stabilité mentale du candidat, les principales directions, mais pour les détails, jamais de la vie.

Un programme économique ne peut pas être expliqué comme ça, sauf peut-être le programme du laissez faire, pour un pays libre. Pour un pays ayant prêté allégeance à l'UE, cette option n'existe pas, il faut déjà sortir, ce qui nécessite de longues explications sur le pourquoi ce serait mieux et le comment on fait.

Écrit par : simple-touriste | 08 mai 2017

Les commentaires sont fermés.