20 juin 2017

Sapiens - Une brève histoire de l'humanité

Avec Sapiens - Une brève histoire de l'humanité, Yuval Noah Harari signe un ouvrage passionnant et émouvant sur notre espèce. Évoquant le destin de l'humanité depuis son émergence en tant qu'espèce dominante, il brosse le trait de son évolution jusqu'à notre époque et les futurs possibles de celle-ci. Les premières parties du livre reposent sur l'état de l'art des recherches anthropologiques (déjà dépassées) et la façon dont disparurent progressivement les nombreux frères et cousins de l'Homo sapiens d'aujourd'hui ; on passe ensuite aux balbutiements de l'histoire et l'émergence des civilisations, des conquêtes et des empires, puis l'avènement de l'âge de la science et de la connaissance, et tous les bouleversements qui attendent une espèce qui n'aura dans peu de temps vraisemblablement plus grand-chose à voir avec ceux qui peignirent les parois de la Grotte de Lascaux.

livres,histoireL'ouvrage, agréable à lire, permet de prendre du recul sur notre époque et les défis de l'humanité, malgré une plume laissant souvent transparaître les engagements politiques de gauche, les préoccupations spécistes et le point de vue israélien de l'auteur. Le livre affiche aussi quelques énormités, comme de prétendre que la recherche militaire est un phénomène récent alors que c'est une constante au moins aussi vieille que la guerre des Macédoniens d'Alexandre contre les Grecs. M. Harari n'est visiblement pas féru d'histoire militaire. Le parti-pris de l'auteur tentant de mettre tous les empires sur le même plan d'équivalence (des Romains aux Nazis en passant par les Aztèques et l'Empire Ottoman) ne paraît guère convaincant non plus, même si la marche du monde tend effectivement vers l'uniformité.

Visiblement, l'auteur est plus à l'aise dans les récits préhistoriques que dans la sociologie historique, mais ouvre tout de même des pistes de réflexion stimulantes.

Le Temps Très Long

Ne cherchez pas dans le livre les dates de naissance et de mort de quelque grand roi ; elles s'effacent devant le flot de l'histoire. Une de mes arrière-grand-mères, que j'ai connu étant enfant, naquit en 1891. Elle vécut presque un siècle et garda toute sa tête jusque dans ses dernières années. Elle passa son enfance dans un monde où il n'y avait ni électricité, ni automobile, ni aviation. Les quelques machines d'alors fonctionnaient seulement à la vapeur. Née dans le siècle des conquêtes de Napoléon, elle connut peut-être des grand-parents qui vécurent la Restauration. Elle était déjà jeune fille lorsque la Première Guerre mondiale éclata. Il est difficile d'imaginer les évolutions culturelles, géopolitiques et technologiques vertigineuses qu'elle traversa au cours de sa longue existence.

Pourtant, celle-ci n'est qu'une goutte d'eau dans l'évolution de l'humanité. Les parents étendent leur futur à l'avenir de leurs enfants. Lorsque des scientifiques évoquent le "long terme" il s'agit souvent d'un demi-siècle, rarement plus. Les médias font des rodomontades en évoquant 2050 ou 2100 sur des questions énergétiques ou de futurs conflits, mais la réalité est qu'à l'échelle des espèces ces échéances ne comptent pour rien.

L'humanité elle-même est vieille de centaines de milliers d'années.

Péripéties inutiles

Prendre pleinement conscience du Temps Très Long est probablement hors de portée de la plupart d'entre nous. La faiblesse est d'autant plus regrettable que cette échelle permet de relativiser nombre de nos efforts actuels et, en réalité, de comprendre leur totale vacuité. Yuval Noah Harari n'en parle pas directement, mais sa réflexion couchée sur le papier suffit au lecteur pour rebondir.

Prenons par exemple la préservation des espèces. On présente sempiternellement des régions sauvages d'Australie, de Madagascar ou du bassin de l'Amazone comme des lieux à préserver, et ils abritent effectivement une biosphère unique. Mais combien de temps peut-on espérer les perpétuer simplement en empêchant des humains d'y entrer? Sans même faire preuve de cynisme, il ne fait aucun doute que la forêt amazonienne ne survivra pas encore mille ans dans sa forme actuelle. Encore moins les millions d'années nécessaires à l'émergence de nouvelles espèces.

Il fallut d'autres millions d'années pour que les mammifères retournant à l'océan en devenant les dauphins d'aujourd'hui voient leurs membres inférieurs fusionner progressivement en une nageoire caudale. En vacances, les nageurs se contentent d'enfiler une paire de palmes. Les ours polaires résistent au froid ; les humains s'habillent de simples vêtements de fourrure. Aucune créature terrestre ne parvient à se déplacer avec un rendement énergétique supérieur à celui d'un cycliste. L'humanité bat la Nature à plate couture. Il n'y a même pas de match.

En Europe, les espèces menacées ou en voie de disparition sont comparativement bien moins nombreuses que sur les autres continents. On pourrait commettre l'erreur de croire que les Européens ont été plus préoccupés de la préservation de la biodiversité ou l'ont été plus tôt, mais la réalité est toute autre. Le continent européen a été colonisé par l'Homme bien avant que le concept même de biodiversité soit inventé. Toutes les espèces qui ne pouvaient pas coexister avec l'Homo sapiens ont disparu depuis longtemps.

Bien entendu, cela ne veut pas dire qu'il faille renoncer à préserver les espèces - simplement qu'il est vain de croire que cela suffira pour n'importe quelle période de temps vaguement utile à l'échelle de l'évolution. La croissance de l'humanité, sa diffusion dans le monde, sa capacité d'adaptation font qu'il vaut mieux chercher à stocker l'ADN de différentes créatures dans un ordinateur que de penser préserver leur habitat naturel pour les siècles des siècles. Sur le long terme, aucun "sanctuaire" ne saurait jamais perdurer.

Le futur de l'humanité

Les ruptures technologiques et l'incertitude liée aux événements mondiaux (guerres, crises économiques ou épidémie) rendent très incertaines les prévisions sur le futur de notre espèce, de notre civilisation. Même les auteurs de science-fiction ne s'y prêtent guère. Ils évoquent parfois des empires galactiques ou esquissent quelques merveilles dont pourrait disposer l'humanité de demain, mais se contentent de transposer des situations quotidiennes dans un univers merveilleux. Pour rester accessible au lecteur, leurs héros du futur ont des motivations très humaines.

Rien n'indique que ce sera le cas. Certaines caractéristiques de l'humanité traversent les époques, mais l'humanité elle-même semble peu à peu laisser la place à autre chose. Plusieurs pistes sont possibles - l'émergence d'une intelligence artificielle purement informatique, l'évolution maîtrisée de l'humain à travers l'ingénierie génétique, la correction de l'ADN et la cybernétique, et enfin la création d'une nouvelle espèce ex-nihilo une fois que tous les secrets du génome auront été dévoilés.

Bien sûr, nous n'en sommes qu'aux balbutiements. Les résistances éthiques sont grandes aujourd'hui et défendues de façon respectables, mais elles ne sauraient tenir pour les siècles des siècles, selon la formule consacrée.

A quoi ressemblera le post-Humain? Aujourd'hui, personne ne peut le dire, mais chacun sent pourtant que ce moment finira bien par arriver. Avec ses capacités de raisonnement et ce qui lui tiendra lieu de morale, il aura peut-être des sentiments navrés pour les êtres imparfaits qui lui donnèrent naissance. Mais même cela est une transposition de nos états cognitifs actuels. Nous n'avons pas la moindre idée de ce que seront les sentiments éprouvés par les créatures du futur comparés aux nôtres. Nos querelles actuelles sur la religion monothéiste du moment, les droits des uns et des autres et le meilleur modèle économique leur paraîtront des trivialités.

La Voie lactée sera peut-être colonisée par des androïdes pensants pendant que les derniers humains s'abandonneront volontairement dans la Matrice en fermant la porte derrière eux, ou deviendront immortels. Comme le résume l'auteur, "l'histoire a commencé quand les hommes ont inventé les dieux. Elle s'achèvera quand ils deviendront des dieux."

Un livre pour ceux qui aiment le vertige.

Commentaires

Il manque une dimension que je rabâche un peu, celle du temps long. Votre auteur y fait allusion mais oublie d'y recadrer l'humanité, semble-t-il...
toujours la même formule : soit un mm un millier d'années, un mètre est donc un million. L'âge de la Terre est de 4.55 km. Les premiers humanidés sont apparus il y a 7 mètres. Les débuts de civilisation il y a 10 mm, même si les peintures des grottes de Chauvet datent de 36 mm...
Prenons maintenant 1 mm = 1000 humains. Il y a 100'000 ans, les humains étaient 50'000 sur Terre. C'est ce que nous disent les généticiens et il est fort probable qu'ils se trompent mais qu'importe...Donc premier point à 50 mm. Il y a 50'000 ans, 2ème point à 100 mm. L'an 0, 50 à 100 mètres. 1950 : 3000 m. 2017 : 8000 m.
Une expansion aussi vertigineuse a des conséquences incalculables sur l'environnement, en l'occurrence la Terre entière. Votre auteur ne semble pas aborder les conséquences sociologiques de cette expansion. L'humanité n'est pas Une mais bien divisée en blocs de plus en plus antagonistes. Avec les conséquences que chacun imagine...
Dans le temps long, jamais une espèce n'a dominé son milieu sans conséquence grave, c'est-à-dire sa disparition. Le fait d'être capable de résoudre des problèmes posés par la surpopulation ne fait que complexifier les réponses à apporter aux problèmes suivants, selon des lois exponentielles. (toutes les lois qui régissent l'environnement sont des exponentielles...).
Donc je ne me sens pas trop optimiste pour l'avenir de l'humanité. Avant d'envisager un monde colonisé par des intelligences artificielles, il paraît plus raisonnable de penser que l'avenir appartient aux insectes ou aux rongeurs...

Écrit par : Géo | 21 juin 2017

En effet, vivons l'instant avec intensité, puisque nous ne savons pas si nous faisons partie d'une branche de l'évolution apte à se développer (cf. Bergson). Le reste n'est qu'anecdote, car les insectes et les rongeurs ne liront jamais ces lignes.

Écrit par : rabbit | 21 juin 2017

L`homme est un mystere mais a certainement un destin particulier parmi les formes de vie de cette planete et cela pour au-moins deux raisons. D`abord, lui seul est devenu capable de remodeler son environnement, y compris en anéantissant les autres formes de vie. Ensuite, lui seul est devenu capable de s`interroger sur les conséquences possibles de ce pouvoir. La clé du mystere humain, Teilhard de Chardin en avait peut-etre l`intuition en écrivant: "Nous ne sommes pas des humains vivant une expérience spirituelle mais des êtres spirituels vivant une expérience humaine." Qu`en pensez-vous?

Écrit par : jean jarogh | 30 juin 2017

à jean jarogh:
« Qu'en pensez-vous? »
Il n'y a pas de différence de nature entre l'homme et l’animal.
Pas de différence de qualité, mais seulement de quantité.
Eux et nous avons les mêmes neurones, nous en avons davantage qu'eux, c'est la différence.
Ceux que l'on a en plus sont essentiellement dans le cortex, qui traite des activités "supérieures".
Mais nos neurones plus primitifs, ce que l'on appelle notre cerveau reptilien, eux, sont toujours là.
Nous en avons la preuve tous les jours, il suffit de lire les journaux. En particulier, ce sont ces neurones-là qui président à notre instinct génésique, notre attirance pour l'autre sexe aux fins de reproduction de l'espèce.
« Êtres spirituels? »
Un cadavre d'animal ou un cadavre d'homme sont strictement équivalents. Ils vont se décomposer de la même manière, et au final, il n'en restera rien, ni de l'un ni de l'autre.
La différence est dans ce que les hommes vont laisser après leur disparition. Dans leur aura, qui va continuer à vivre dans l'esprit de leurs descendants, qui eux-mêmes vont mourir etc. Et évidemment dans leur descendance physique: leurs enfants.
À ce titre, l'inégalité persiste entre les hommes même après la mort. Puisque les descendances comme les auras sont très différentes d'un humain à l'autre.
« Changer notre environnement? »
Certes, mais ça n'est pas réservé à l'homme, certains animaux le peuvent aussi. Par exemple les castors, qui peuvent provoquer des crues catastrophiques quand leurs barrages se rompent.
Ne pas oublier non plus que les moyens de l'homme pour changer son environnement ont été très réduits pendant des centaines de milliers d'années. La croissance explosive de ces moyens est récente, elle date de moins de deux siècles, de l'ère scientifique et industrielle.

Écrit par : AP34 | 04 juillet 2017

"D`abord, lui seul est devenu capable de remodeler son environnement, y compris en anéantissant les autres formes de vie." Il y a d'innombrables exemples d'environnements perturbés et modifiés par la surabondance d'une espèce. C'est même ainsi que se forme le pétrole, et le pétrole est assez répandu sur Terre...
En fait, comme je le disais dans mon premier commentaire : "Dans le temps long, jamais une espèce n'a dominé son milieu sans conséquence grave, c'est-à-dire sa disparition." Et nous sommes au Quaternaire, c'est-à-dire qu'il y a eu plusieurs extinctions de masse avant...et que les histoires d'astéroïde ne sont là que pour satisfaire les goûts du bon peuple pour la simplification...

Écrit par : Géo | 04 juillet 2017

Les commentaires sont fermés.