14 juillet 2017

Un 14 juillet en France

Aujourd'hui le grand voisin français célèbre sa fête nationale - et ce jour semble cristalliser tous les enjeux du moment.

Après avoir enchanté sa grande amie Angela Merkel, le président Emmanuel Macron reçut en grande pompe le président américain Donald Trump dès jeudi. L'occasion de ses plaindre du rejet des Accords de Paris, mais aussi celle de célébrer l'entrée en guerre des États-Unis en 1917 aux côtés de la France. Les héritiers des "Sammies", selon le surnom des soldats américains de l'époque, eurent l'honneur d'ouvrir le défilé sur les Champs Élysées.

Trump_Macron.jpg

La veille, sécurité oblige, les Parisiens excédés souffrirent toute la journée des restrictions de circulation liées à l'arrivée en ville du chef de la première puissance mondiale. Les médias en profitèrent pour étaler plaisamment des séquences de micro-trottoir récoltant les protestations de citoyens en colère contre Trump. À celles-ci succédèrent les plaintes de touristes empêchés d'accéder à la Tour Eiffel dès le milieu de l'après-midi, l'édifice étant interdit au public pour laisser aux deux couples présidentiels l'exclusivité d'un dîner au restaurant du premier étage.

"On voit que les puissants comme M. Trump font ce qu'ils veulent", se livra avec amertume une touriste au Champs de Mars devant une caméra avide. Mais si les contraintes du déplacement de Trump dans la capitale étaient inévitables, son passage à la Tour Eiffel releva entièrement de l'organisation de son séjour par le président français. On blâma donc un invité qui n'y était pour rien. Peu importe: toute occasion de critiquer M. Trump qui se présente est à saisir. Sur un plateau de télévision, un commentateur s'égaya: M. Trump aura enfin "l'occasion de goûter une meilleure cuisine que les hamburgers, frites et ketchup qu'il affectionne". Se vautrer dans le caviar serait plus adéquat? Il n'y a décidément pas de limite à la petitesse.

Le défilé du 14 juillet vit passer 3'720 soldats à pied, 211 véhicules, 241 chevaux, 63 avions et 29 hélicoptères, dans un bel étalage représentatif des différentes composantes de l'armée française. Mais cette force, d'ailleurs lourdement prétéritée par les futures coupes budgétaires souhaitées par le président Macron, est loin d'atteindre les engagements de 3% du PIB impliqués par le statut de pays-membre de l'OTAN. La France atteint péniblement les 2,3%, à comparer aux 6,2% de 1960. Bizarrement, les médias ne s'étendèrent pas sur cet aspect de la visite de M. Trump.

En dépit d'un dramatique manque de moyens, l'armée française est déployée avec efficacité sur divers théâtres d'opération, mais à cause du laxisme de leur politique intérieure les Français n'ont jamais été aussi peu en sécurité, et ce 14 juillet le rappelle également.

Cette fête nationale française est un jour sombre pour des centaines de familles - le souvenir d'un deuil commencé il y a un an lorsque Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, un Tunisien de 31 ans, fonça dans la foule à bord d'un camion sur une Promenade des Anglais bondée à l'occasion du feu d'artifice clôturant la soirée. 86 personnes trouvèrent la mort cette nuit-là, dont de nombreux enfants. On dénombra 458 blessés.

nice_logo.jpgLa récente polémique sur la republication de photos de la soirée dramatique dans le quotidien Paris-Match de cette semaine prouve, s'il en était besoin, que la plaie n'est pas refermée. Les autorités locales niçoises organisent le devoir de mémoire avec un défilé particulier, un lâcher de ballons et 86 faisceaux lumineux symbolisant les victimes. Il n'est pas sûr que cela apaise les familles touchées. Nombre d'entre elles feront l'impasse sur la cérémonie.

Sur le plan de la sécurité, tout a été fait correctement: de multiples patrouilles et des blocs de bétons disposés aux points de passage-clés de la Promenade des Anglais garantissent que cette année aucun islamiste au volant d'un poids-lourd ne pourra faire de carnage dans la foule.

L'incongruité d'un dispositif arrivant avec un an de retard le dispute à l'absurdité de se prémunir contre un nouvel extrémiste musulman tentant de faire exactement la même chose au même endroit.

Cette tentative triste et vouée à l'échec de mettre les citoyens en sécurité démontre l'incompétence et le retard de l'État français dans la guerre asymétrique qui l'oppose au terrorisme islamiste. Soit il ne s'agit que d'une opération de communication visant à rassurer un public naïf, soit les fonctionnaires en charge de la sécurité publique croient réellement que ces mesures pourraient déjouer un attentat prévu ce soir sur la Promenade des Anglais. Chacune de ces hypothèses ouvre des perspectives vertigineuses.

La visite de M. Trump en Europe serait l'occasion d'ouvrir enfin le débat sur la sécurité de nos sociétés occidentales. Mais il ne sera pas ouvert, car il obligerait à mettre toutes les options sur la table, y compris des possibilités comme la surveillance des frontières et l'interdiction d'entrée du territoire et le renvoi de ressortissants de pays dangereux. Ce chemin, emprunté par la Maison-Blanche, est combattu avec la dernière énergie aux États-Unis par tout ce que le pays compte de Démocrates.

Une telle approche est impensable en France et en Europe. Entre leur sécurité et la crainte d'être mal vus, les Français ont choisi. Mais, au fond de soi, on ne peut s'empêcher de penser que les prochains attentats islamistes ont plus de risques de se produire sur le Vieux Continent qu'au pays de l'Oncle Sam.

Commentaires

La course inénarrable du "camion fou" n'a jamais été commentée par les MSM.

Pourquoi dans un pays où il ne va pas de soit que la police non nationale soit armée, où les syndicalistes de la police nationale insistent sur le fait qu'EUX sont bien formés et pas les policiers municipaux, où une partie de la gauche considère choquant qu'un maire veuille armer les policiers municipaux, dans ce pays qui ne reconnait pas vraiment la police municipale comme une véritable police non judiciaire mais la voit plutôt comme des services de super-contractuelles parfois armés, dans ce pays donc, la police nationale passe le relais à la police municipale à un point de contrôle essentiel à l'entrée de la Promenade des Anglais!

Apparemment, tout est normal.

Écrit par : simple-touriste | 14 juillet 2017

Comme d'habitude, on soigne les symptômes du mal, mais pas sa cause.
On parle du djihadisme et du terrorisme à longueur de colonnes et de discours, mais on ne mentionne jamais l'islam.
Et ceci pour deux excellentes raisons :
1) Le djihadisme et le terrorisme n'ont rien à voir avec l'islam.
2) Faire le rapprochement serait mettre nos "invités" et "chances" pour la France et l'Europe mal à l'aise et en position inconfortable, en bref, les “stigmatiser”.

Aujourd'hui, le projet Eurabia, abondamment explicité dans son livre par l'essayiste Bat Ye'or, nommément : remplacement de la population et destruction de la culture autochtone, n’a même plus besoin d’être caché. Il est de fait ouvertement revendiqué par des dirigeants ou ex-dirigeants européens.
Exemples tirés de l’article : « Angela Merkel met l’Europe en danger, avertissent les services secrets danois » par Rosaly, le 13 juillet 2017 sur Dreuz.info :

« Ex-membre du comité directeur du groupe Bilderberg, envoyé spécial des Nations Unies, Peter Sutherland a proposé aux États de l’Union européenne de “miner” ou “d’affaiblir” leur homogénéité nationale, car nos cultures particulières représentent un obstacle à l’intégration des non-Européens. Selon Sutherland, la migration est “une dynamique cruciale pour la croissance économique.”
Le même :
“Les différents gouvernements doivent montrer l’exemple en expliquant que les migrants sont nécessaires à la société, économiquement ainsi que sous bien d’autres aspects, plutôt que de constamment les décrire comme des fardeaux, car ils ne sont en fait pas du tout des fardeaux. Après une courte période d’adaptation, ils contribuent positivement à la société dans laquelle ils vivent.” (extrait de l’interview réalisé par la radio irlandaise RTE)

Cette déclaration de l’ex-président allemand, Joachim Gauck : “les élites ne sont pas le problème, le peuple est le problème.”

Le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel déclara à la chaîne de télévision N24 en 2015, suite à de violentes manifestations anti-migrants à Heidenau:
“Ces gens n’ont rien à voir avec l’Allemagne que nous voulons. Au fond, chaque réfugié, qui arrive dans ce pays partage plus de points communs avec l’Allemagne, que ces gens (les militants anti-immigration traités de nazis) qui abusent du pays incitent les gens à la violence et au meurtre. Pour ce genre de personnes, ces voyous, il n’y a qu’une seule réponse : les poursuivre et les mettre en prison.”
La secrétaire d’État à la Migration, aux Réfugiés et à l’Intégration du gouvernement fédéral allemand, Aydan Özoğuz, également vice-présidente du Parti social-démocrate SPD, conteste l’existence d’une “culture allemande” et estime que la diversité constitue la force de la nation, tout en ajoutant que les étrangers n’ont pas pour vocation d’être assimilés.
Toujours en Allemagne, la secrétaire d’État à la Migration, aux Réfugiés et à l’Intégration du gouvernement fédéral allemand, Aydan Özoğuz, également vice-présidente du Parti social-démocrate SPD, conteste l’existence d’une “culture allemande” et estime que la diversité constitue la force de la nation, tout en ajoutant que les étrangers n’ont pas pour vocation d’être assimilés. »

La Suède n’est pas en reste :
« En 2005, des journalistes demandèrent à Lise Bergh, une responsable de l’intégration des migrants, si la culture suédoise valait la peine d’être protégée. Elle répondit : “C’est quoi la culture suédoise ?… Et je pense ainsi avoir répondu à la question.”
En 2006, l’ancien PM Fredrik Reinfeldt déclara : “Seul le barbarisme est vraiment suédois. Tout ce qui est bien en Suède est venu de l’extérieur.”
Reinfeldt affirma également que le multiculturalisme fait de la Suède une communauté plus excitante et intéressante et n’hésita pas à dire : “La Suède appartient aux migrants, et non aux Suédois.”
Toujours selon cet élu du peuple suédois : “comme groupe ethnique, les Suédois ne sont pas des gens intéressants ; les migrants oui, car ce sont eux qui créent la nouvelle Suède.“

La France et son président jupitérien ne sont pas en reste non plus :
Emmanuel Macron a en effet lancé : “Il n’y a pas de culture française. Il y a une culture en France”. »

FIN DES CITATIONS DE L’ARTICLE DE DREUZ.

Macron a été élu. Angela Merkel sera probablement reconduite après les élections fédérales de septembre prochain. Cette politique migratoire suicidaire de l’Europe ne peut donc que se poursuivre, et ceci, qui plus est, à un rythme accéléré.
En effet, il faut aller vite, mettre les peuples réfractaires devant le fait accompli avant qu'ils ne se révoltent.
Et ceci en dépit de deux grandes voix américaines qui ont commencé de s’élever contre :
1) Bill Gates, l’humaniste le moins soupçonnable de collusion avec un quelconque lobby.
2) Et évidemment Donald Trump : cf. son discours récent en Pologne retranscrit par notre hôte sur un précédent fil, et superbement “oublié”, ou plutôt ignoré par les grands médias français et européens.
L’explication de cet “oubli” semble tenir à ceci :
Aux US, les démocrates avec Obama et les Clinton à leur tête, aidés par Soros et d’autres, avec les médias à leur botte, sont extrêmement puissants. Ils entendent bien poursuivre le travail de sape mené par Obama durant ses deux mandats, ne considérant la présidence Trump que comme un accident, un contretemps momentané qui, espèrent-ils, ne sera que de 4 ans, après quoi l’ordre ancien sera rétabli (en 2022 ; ils y travaillent déjà).
Merkel, qui n’a pas non plus accepté de bon gré la victoire de Trump (elle s’était ouvertement déclarée pour Clinton) continue à agir, me semble-t-il, comme le caniche de ces derniers. Idem pour Macron qui, sous ses dehors d’indépendance affichée, est à la solde des mêmes.
Combien de temps avant que la cocotte-minute n’explose ?

Écrit par : AP34 | 15 juillet 2017

En ce qui concerne le malaise européen, un diagnostic possible est à trouver ici : http://www.valeursactuelles.com/societe/la-bonne-conscience-du-parti-immigrationniste-86317.
Par contre, je pratique depuis plus de 40 ans une thérapie qui consiste à s'éloigner souvent, ou pour de longues périodes, de cette partie du continent. Et les résultats sont bons: depuis Los Angeles, Johannesburg ou Shanghai, l'Europe devient un sujet insignifiant; ce que vous êtes l'est davantage. Monsieur Géo devrait être de mon avis, sans trop le pousser...

Écrit par : rabbit | 15 juillet 2017

Autant pour moi : 2022, c'est pour nous.
Aux US, ce sera en 2020, cad demain.

Écrit par : AP34 | 15 juillet 2017

Rabbit@ "La page que vous cherchez n'existe pas." Dommage...
"l'Europe devient un sujet insignifiant; ce que vous êtes l'est davantage."
Personnellement, je ne me sens pas du tout "citoyen du monde", je n'ai qu'une patrie (je ne suis pas multi-national...) et se défendre contre l'invasion barbare va devenir essentiel un jour ou l'autre. C'est la raison pour laquelle je n'aime pas trop voir la cause gâchée par des apprentis sorciers maladroits. Cf Jean-Marie le Pen, premier responsable de l'invasion musulmane de son pays pour avoir commis beaucoup de bêtises qui ont ridiculisé la cause de la défense de l'identité française...
De plus, l'expatriation aux USA comme le suggéraient certains ici : très cher et sujet à beaucoup d'aléas...

Écrit par : Géo | 16 juillet 2017

Géo, effacez la parenthèse finale qui s'est soudée au lien hypertexte (couleur différente) et la bobinette cherra. Ou copiez-collez le lien, sans les parenthèses, dans la barre d'adresse du navigateur web. C'est aussi valable pour Ambre, qui n'ose pas demander.

Ni patriote, ni citoyen du monde, mais individualiste : http://www.wikiberal.org/wiki/Individualisme. Le problème commun à tous les pays de la planète, c'est l'Etat. Diminuer son emprise est la solution. Le moyen, c'est bouger. Ce qui contribuera à vous débarrasser du superflu. Puisque nous avons déjà tout eu, pourquoi accumuler davantage ?

http://www.youtube.com/watch?v=56z5iCsw05k

Écrit par : rabbit | 16 juillet 2017

à Geo :
"Cf Jean-Marie le Pen, premier responsable de l'invasion musulmane de son pays pour avoir commis beaucoup de bêtises qui ont ridiculisé la cause de la défense de l'identité française..."
Là, vous allez un peu, juste un peu, fort.
JM le Pen n'a pas ridiculisé la cause de la défense de l'identité, mais on l'a ridiculisé lui, ou plutôt diabolisé, parce que les dirigeants voulaient la perte de l'identité nationale.
C'est un vaste dessein (cf. Kalergy, Eurabia etc) qui dépassait largement le FN et JM le Pen.
JM le Pen était le gêneur qui empêchait de danser en rond, et il fallait le diaboliser pour le neutraliser.
Ce qui a été fait avec succès.
Le FN de Marine le Pen n'est plus que l'ombre de ce qu'il était du temps de JM le Pen, il n'a même plus besoin d'être neutralisé, et pourtant on le diabolise encore, deux précautions valent mieux qu'une.

Écrit par : AP34 | 16 juillet 2017

"La visite de M. Trump en Europe serait l'occasion d'ouvrir enfin le débat sur la sécurité de nos sociétés occidentales"

Or, Pas un mot publié sur le rôle de l'Otan ni sur sa remise en cause - dettes de l'UE obligent peut-être, entre autres.

et là, on veut savoir: selon vous, Depuis quand les USA seraient en pouvoir d'intervenir au sein du conseil de sécurité de l'Europe? car selon vous,

"Mais il ne sera pas ouvert, car il obligerait à mettre toutes les options sur la table, y compris des possibilités comme la surveillance des frontières et l'interdiction d'entrée du territoire et le renvoi de ressortissants de pays dangereux"
- je tremble devant une telle intelligence de stratégie politique

Et sinon Monsieur Montabert, quelles conséquences en avez-vous tiré de votre échec électoral de candidat bourguignon dans l'UDC vaudois?

Je m'attends à ce que de votre sceau de censure vous ne frappiez ma tirade - ce qui ne serait que l'énième de mes commentaires que vous censurez, relatifs aux sujets des relations Suisse-UE, & à vos clichés politiques de français installé en Suisse sans rien y comprendre.

Écrit par : divergente | 16 juillet 2017

"et il fallait le diaboliser pour le neutraliser"
Personne ne l'a obligé de parler de Durafour crématoire ni de tabasser une députée socialiste sous les caméras des télévisions...
JMLP était un homme fini politiquement quand les responsables d'Ordre Nouveau sont allés le chercher pour le mettre à la tête du Front qu'ils voulaient constituer. Ce n'était qu'un petit vendeur de chansons SS dans une boutique minable. Il a su jouer des divisions du Front pour redevenir l'homme politique que l'on sait...
Mais le problème aussi, c'est que le Front fédérait des organisations qui étaient passablement contradictoires, même si toutes d'extrême-droite...

Écrit par : Géo | 16 juillet 2017

"C'est la raison pour laquelle je n'aime pas trop voir la cause gâchée par des apprentis sorciers maladroits" dixit Géo. Soit

AP34, un commentateur qui semble être pur pur sang franco-français à donf sur blog.tdg.ch de Genève, affirme ici du haut de sa pertinence: "Le djihadisme et le terrorisme n'ont rien à voir avec l'islam"

Ah ouais? mais alors, que vaut l'affirmation précédente d'AP34: "On parle du djihadisme et du terrorisme à longueur de colonnes et de discours, mais on ne mentionne jamais l'islam"

AP34 = un compatriote de Montabert assuré de ne jamais voir ses commentaires censurés ni même contredits,

contrairement à la censure par Montabert de mes multiples questionnements quant aux arguments contradictoires de Montabert (cf les bilatérales-cadre CH-UE - dont les détails ont "échappé" à Montabert - car là faut quand même maîtriser une autre langue que le français)

où comment en VD grâce au bourguignon Montabert en mode politique UDC, le droit à la liberté d'expression française en Suisse reste sous bonne garde... française.

Et des contradictions argumentaires du politique bourguignon vaudois, je n'ai pas choisi les plus succulentes

Écrit par : divergente | 16 juillet 2017

@divergente: beaucoup de haine dans vos commentaires, mais pourquoi vous ridiculiser ainsi?

Je n'ai rien à voir avec la Bourgogne, l'OTAN n'a rien à voir avec le Conseil de l'Europe, et le Conseil de l'Europe n'a rien à voir avec la surveillance des frontières qui relèvent, au mieux, de l'Espace Schengen pour les pays concernés.

Bref, pas beaucoup de substance hormis la bile. Ne tombez pas des nues si j'ai ignoré des questions emballées de la même façon que vos derniers commentaires.

Et si vous estimez que votre droit à la liberté d'expression n'est pas respecté, je vous en prie, ouvrez donc votre blog sur la plateforme 24Heures.ch, et bonne chance.

Cordialement, Stéphane Montabert

Écrit par : Stéphane Montabert | 17 juillet 2017

Le discours de détergente sent le schwaabisme à plein nez : des arguments tirés au cordeau, un raisonnement calibré Word 97, un vocabulaire de presbytère et un lyrisme de comptable. Pas de quoi sortir la politique vaudoise du genre mineur où évoluent des sous-marins comme les ONG, les associations diverses et les mouvements désordonnés. Quant aux Bourguignons de Transjurane, ils résistent toujours aux envahisseurs du Nord-Est. Le reste est purement quantique.

Écrit par : rabbit | 18 juillet 2017

Bonjour Stéphane. Le 14 juillet, surtout les commémorations de l'attentat de Nice, ont été l'occasion de démontrer la décadence de notre société. Des parents et amis de victimes qui répètent à satiété "nous avions besoin de ça" (la commémoration), ceux là me révulsent par leur indécence car, la perte d'un proche ou d'un ami, surtout dans de telles conditions (et ma famille a été touchée...) appelle à une seule chose : le silence et la discrétion. Mais dans cette époque ou l'image prévaut sur tout le reste il est bon d'aller larmoyer devant les télévisions.
Il y a avait l’immanquable tribune VIP, remplie de tout le gotha politique et show-biz, dûment badgés et accrédités, avec les caméras balayant ladite tribune pour capter l'émotion de ces élites. Même Bono était de la "fête", c'est dire que l’événement était sérieux.
Bien entendu il y a eu une remise de médailles, destinées à récompenser le petit peuple, dont personne ne demande quel a été réellement le moment héroïque qui puisse justifier de telles récompenses, mais dans ce monde ou tout s'achète et se vend, une médaille permet d'acheter un moment de grâce pour Christian Estrosi ou Emanuel Macron.
je propose que soit définitivement remplacé le mot "France" par "LOL" sur les cartes.
Ceux pour qui mes propos dérangent, je les invite à la lecture de Günther Anders "L’obsolescence de l'homme", ils me trouveront alors bien indulgent...

Écrit par : Phil-Asp | 22 juillet 2017

“Commémorisme“ est la nouvelle saison de “Résistantialisme“ : les acteurs changent, le scénario n'évolue pas, mais le public semble coller au genre.

Écrit par : rabbit | 23 juillet 2017

Les commentaires sont fermés.