11 novembre 2017

Les Amis de Ramadan

Tariq Ramadan a quelques soucis. Dans la ligne du buzz de #BalanceTonPorc, il semble qu'il ait été dénoncé comme prédateur sexuel par certaines de ses anciennes victimes. Une première. Puis une deuxième. Puis la Tribune de Genève lâche une bombe: alors qu'il enseignait à Genève, le respectable M. Ramadan aurait harcelé et eu des relations sexuelles avec des élèves mineures sous son emprise.

deux poids deux mesures,justice,hypocrisie,islam,médiasSandra* avait 15 ans lorsque le jeune et séduisant Tariq Ramadan s’est rapproché d’elle. Comme d’autres, elle se souvient encore des mots du professeur, qu’elle trouvait bizarres: «Je me sens proche de toi. Tu es mature. Tu es spéciale. Je suis entouré de beaucoup de monde mais je me sens seul.» Comme d’autres, elle a été invitée à rester dans la classe après les cours. Puis elle a accepté de boire des cafés avec lui en dehors de l’école. «J’étais à l’aise et mal à l’aise. La confusion s’était installée dans ma tête. A deux ou trois reprises, nous avons eu des relations intimes. A l’arrière de sa voiture. Il disait que c’était notre secret», confie celle qui n’avait alors pas la majorité sexuelle.(...)

Léa* s’en souvient encore. Elle avait 14 ans lorsqu’il lui a fait des avances durant le trajet. «Il a mis sa main sur ma cuisse en me disant qu’il savait que je pensais à lui le soir avant de m’endormir. Ce qui était faux. C’était de la manipulation. Il disait qu’il pensait à moi mais qu’il était marié. J’étais mal, mais je ne pouvais rien dire. C’était mon prof.» (...)

Cette emprise, Agathe* la ressent encore dans sa chair. «J’ai été abusée et violentée. Je me suis beaucoup efforcée d’oublier, mais tout ressort maintenant avec ces affaires…» La voix déraille. (...)

La trame de l’histoire se répète quelques années plus tard avec Claire*. (...)


Il ne s'agit bien sûr que des victimes recensées lors de l'écriture de l'article. Stéphane Lathion, enseignant, cofondateur du Groupe de recherche sur l’islam en Suisse, ami de Tariq Ramadan jusqu'à ce que le voile sur son idéologie réelle se déchire, confirme: "Non seulement les faits relatés sont choquants, mais ils révèlent en plus le décalage entre son attitude et son discours sur un islam moralisateur, qui prône des relations sexuelles dans le cadre exclusif du mariage."

Heureusement, Tariq Ramadan peut compter sur de nombreux soutiens. Dans la communauté musulmane suisse par exemple, ou auprès de féministes musulmanes (dont on apprend par la même occasion l'existence contradictoire),  ou encore chez son ami Jacques Neyrinck, érigeant en loi divine la présomption d'innocence pour mieux verser dans la théorie du complot:

Il faut donc prendre la présomption d’innocence très au sérieux. Le symétrique du harcèlement sexuel, de la pédophilie ou du viol est la dénonciation calomnieuse de ces fautes lorsqu’elles sont imaginaires, inventées pour les besoins de la cause, c’est-à-dire la destruction de la réputation d’un homme public qui gêne certains. Bien évidemment, en prônant un islam pacifique, réfléchi, positif, Tariq Ramadan embarrasse tous ceux qui essaient, au contraire, de l’identifier au terrorisme, à la violence, au machisme.

L’accusation portée contre lui pourrait donc se résumer à une campagne d’intoxication, visant l’islam à travers sa personne.


Car il va de soi que les victimes de M. Ramadan ne sauraient être que des menteuses sournoises qui cherchent à le faire tomber. On s'amusera par ailleurs à comparer l'amour de la présomption d'innocence prônée par M. Neyrinck lorsque lui-même se charge de faire le portrait des électeurs de l'UDC.

On pourrait sans doute multiplier les exemples, mais la palme de l'excuse la plus invraisemblable revient sans doute au 20 minutes du 9 novembre. Selon le journaliste Jérôme Faas, l'explication est toute simple: "d'anciens élèves du collège disent avoir été au courant des frasques de l'islamologue. Mais c'était une autre époque, la chose était courante, disent-ils." L'aspect de l'âge des victimes n'est même pas abordé.

Le prétexte est proprement génial. La faute de l'époque - le joker pour tous les pédophiles et prédateurs sexuels, la ligne de défense parfaite. "C'était une autre époque, la chose était courante, Monsieur le Juge." Victimes de la mode, en quelque sorte. Un avocat rappelle tout de même que les faits reprochés à l'individu à l'époque auraient été poursuivis d’office, et passibles de cinq ans de prison.

On notera qu'aucun des anciens élèves décrivant cette "époque" n'a été victime du prédicateur des Frères Musulmans. Une élève temporise tout de même, révélant au passage la chape pesante du gauchisme sur la liberté d'expression: "Il dégageait quelque chose de malsain. Il voulait se comporter en guide. Cela choquait certains, qui désiraient qu’on les laisse tranquilles. Mais, dans un collège un peu altermondialiste, ce n’était pas bien vu de le dire." On ne sera pas surpris d'apprendre que

Un doute m'étreint face à la mansuétude politico-médiatique dont bénéficie le BHL de l'islamisme. Aurait-elle eu lieu si Tariq Ramadan avait été, disons, un brillant prédicateur chrétien?

Commentaires

Et hop, vous versez tout droit dans le prédicateur catholique, qui aiguise ses grands couteaux pour la Saint-Barthélémy...
Oui, l'air du temps, cela existe. Et oui, "dans ces années-là", il y avait plus de laxisme qu'aujourd'hui. J'étais pour ma part à Lausanne et il me souvient que certains professeurs avaient cette réputation. Et que pas mal de filles leur tournaient autour. Si cela allait plus loin, nous n'en savions rien, bien sûr. Ce n'est peut-être que 50 ans plus tard qu'elles viennent se plaindre...
Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'on a vu un prof prendre sa retraite et épouser un de ses élèves. Au mieux 18 ans...Tout le monde peut s'imaginer ce que cela signifie. J'ai moi-même cet âge, et épouser une fille de 18 ans me paraît totalement...surréaliste ? Assez indécent, de toute façon, voire très indécent. Mais c'est arrivé et je ne connais pas la suite de leurs aventures. Ils vécurent heureux et eurent de nombreux enfants...

Quoi qu'il en soit, il me paraît très dangereux de sortir le lance-flammes sur ces faits. Personne ici, dans le canton de Vaud où vous êtes élu, ne veut revenir au temps de l'Inquisition et des bûchers.

https://www.youtube.com/watch?v=vTG7SMjTI1E

Écrit par : Géo | 11 novembre 2017

Géo qui prend la défense de Ramadan.

La vieillesse est VRAIMENT un naufrage. Il n`est d`ailleurs pas le seul.

Présomption d`innocence, présomption d`innocence, j`ai dit présomption d`innocence? Comme c`est bizarre.

La "vérité" juiridique dépend de la taille de votre portefeuille, ou de votre célébrité, c`est bien connu. Demandez a O.J.Simpson, a DSK, a Polanski et meme a Weinstein. Mais la vérité de ce qui s`est passé nous la connaissons.

La vérité tout court, nous la connaissons.

Maintenant il menace de déposer plainte. Parce que pour les victimes il y a hélas, trois fois hélas, prescription. Va-t-il déposer plainte? Ce serait tres surprenant.

https://www.letemps.ch/suisse/2017/11/08/geneve-defense-calculee-tariq-ramadan

Ce sera un coup d`épée dans l`eau si les victimes ne s`annoncent pas. Et pourquoi le feraient-elles? Pour etre mises en présence de leur bourreau? Pour etre victime une seconde fois?

Si les victimes choisissent de se faire connaitre, elles n`ont qu`a attendre les jugements sur les affaires francaises qui aboutiront a sa condamnation et ce sera du velour pour elles de démontrer que diffamation il n`y a pas.

Ne pas oublier finalement que Bonnant sait tres bien justifier le mensonge. Mais c`est connu les baveux n`ont plus aucune opinion personnelle quand ils flairent l`exposition médiatique et les pépettes. Vu que Ramadan est sponsorisé par le Qatar il doit disposer de fonds inépuisables.

On appelle pute une femme qui vend son corps, comment on appelle une personne qui vend son ame?

Écrit par : Dr Tintin | 11 novembre 2017

@Géo: "Oui, l'air du temps, cela existe. Et oui, "dans ces années-là", il y avait plus de laxisme qu'aujourd'hui. "

Oui, cela se voit avec la légèreté avec laquelle sont traitées les affaires de pédophilie touchant l'église catholique sous nos latitudes. Je ne compte plus le nombre d'articles de journaux et d'éditoriaux qui demandent à ce qu'on lâche la grappe à ces vieux membres du clergé en disant qu'en ce temps-là c'était juste une forme de bizutage.

Notez bien que je ne demande pas la clémence pour les pédophiles ecclésiastiques, mais bien la même sévérité pour les agresseurs sexuels et autres pédophiles qu'ils soient du show-biz, de la politique (style Cohn-Bendit) ou de la prédication religieuse comme Laurel et Hardy Ramadan. Je précise pour les imbéciles qui interpréteraient mal mon précédent paragraphe.

Bref, il y a du boulot. Et il y en a d'autant plus que tout le monde savait, gardait le silence, minimisait, faisait pression sur les victimes et fermait les yeux. Le souffle me manque quand je réalise l'ampleur de la pourriture au sommet des diverses administrations impliquées.

Écrit par : Stéphane Montabert | 11 novembre 2017

"d'anciens élèves du collège disent avoir été au courant des frasques de l'islamologue. Mais c'était une autre époque, la chose était courante, disent-ils."
Pourquoi s'offusquer ? Il fut un temps encore plus ancien où il était parfaitement courant pour un homme de 50 ans d'épouser une fillette de 6 ans et de la déflorer à 9.
Cette époque, c'était celle du “beau modèle”, que tous les musulmans rêvent de copier.

Quant aux talents de harceleur et violeur présumés du même, exercés cette fois sur des femmes parfaitement constituées, voilà ce que j'écrivais sur un autre fil :
T. Ramadan est un gourou.
Il faut savoir que la motivation principale d’un homme pour le devenir est souvent sexuelle.
Si elle ne l’est pas au début, elle le devient.
Comment en vouloir au gourou qui ne fait que satisfaire la demande ?
Oui, la demande de sexe ! Car l’admiration que les femmes lui vouent agit sur elles comme un puissant aphrodisiaque.
J’emploie ici le mot “gourou” au sens large : le gourou, c’est le mâle alpha, le chef, celui vers qui convergent les regards. Ainsi peut-on être un “gourou” dans tous les domaines de l’activité humaine : en politique, dans les spectacles, dans l’entreprise, en religion etc.
Maintenant, posons-nous la question : pourquoi les femmes sont-elles tellement attirées par le gourou ?
N’en déplaise aux féministes, les femmes ont un besoin inné de protection, et le gourou, sera celui qui est le plus à même de la leur assurer, à la fois aux plans physique et moral.
La raison profonde de ce besoin atavique de protection est qu’après avoir été ensemencées, les femmes sont virtuellement sans défense pendant neuf mois.
Bien sûr, les femmes enceintes d’aujourd’hui ne sont plus en danger. Mais elles l’ont été dans les âges anciens pendant des centaines de milliers d’années, et cela a laissé des traces au niveau génétique (chromosome X).
Maintenant les hommes.
La plupart d’entre eux éprouvent un puissant appel à répandre leur semence à tout vent, comme le faisait la semeuse de notre bon vieux dictionnaire Larousse.
Et c’est grâce à cet instinct très profondément ancré dans le cerveau reptilien que l’espèce a perduré et que nous sommes encore là aujourd’hui pour en parler.
Cet appel est tellement puissant que certains tuent pour le satisfaire.
D’autres, plus modestes, plus timorés ou plus timides, et vraisemblablement moins dosés en testostérone, vont se contenter de harcèlement, d’attouchements, voire de simples plaisanteries à caractère sexuel.
Mais la pulsion a la même origine, qu’elle aille à son paroxysme (viol suivi de meurtre) ou qu’elle reste bridée. Les réponses sont différentes au niveau quantitatif, mais identiques au niveau qualitatif.
Et ces deux comportements, des hommes et des femmes, sont évidemment complémentaires.
Est-ce bien, est-ce mal ? la question ne se pose même pas.
Nous sommes ainsi faits, même si la société y met des freins.
Sachant que la liberté de chacun s’arrête là où commence celle de l’autre.

Écrit par : AP34 | 11 novembre 2017

@AP34: les témoignages de viols et d'agression sexuelle autour de M. Ramadan ne cadrent pas très bien avec vos explications sur les gourous, où à vous entendre les femmes seraient plutôt consentantes.

Tariq Ramadan, de son côté, a l'air de plus correspondre au portrait que vous faites, étant donné qu'il semble avoir usé et abusé de toutes les positions de pouvoir qu'il a pu avoir au cours du temps pour dominer la gent féminine (en plus de tromper allègrement sa femme).

Écrit par : Stéphane Montabert | 11 novembre 2017

"Géo qui prend la défense de Ramadan." Où avez-vous lu ça ? Vous grésillez du trolley, cher collègue commentateur. Cela dit, la vieillesse est certes un naufrage : on ne sait plus lire correctement...

Écrit par : Géo | 12 novembre 2017

à S. Montabert :
"à vous entendre les femmes seraient plutôt consentantes."
Exact ! Face aux gourous de sectes et autres stars – et Tariq Ramadan en est un et une –, la gent féminine est plus que consentante, elle est demandeuse.
Se faire ensemencer par le gourou est souvent leur rêve suprême, et dans certains cas, même si elles sont mariées par ailleurs.
Mais évidemment, le gourou finit par se dégonfler (sans jeu de mots !) avec le temps, au moins dans l'esprit de ces femmes abusées à leur insu, et elles se rebellent.
En ce sens, je rejoins Géo : il ne faut pas trop blâmer le gourou.
Que celui qui repousserait de telles tentations et possibilités qui s'offrent à lui, lui jette la première pierre !
Sans compter que pour toutes ces femmes qui dénoncent leur célébrissime violeur et harceleur, c'est une promotion sociale immédiate.
D'obscures, elles passent en pleine lumière.
J'ai vu la photo d'une femme qui prétend avoir été violée par T. Ramadan.
Elle est vraiment très jolie, de quoi damner un saint, même un saint de l'islam.
Je suppose que je ne serai pas le seul à avoir cette réaction, d'autres avec leurs entrées dans le monde de la pub ou du spectacle pourraient s'empresser de lui proposer un contrat.

Écrit par : AP34 | 12 novembre 2017

@AP34: trouvez-moi un peu épais si vous voulez, mais je ne parviens toujours pas à voir en quoi des adolescentes de 14 ans ou moins, coincées par un professeur ayant l'ascendant sur elles, qui cachent leur traumatisme pendant vingt ans et masquent encore leur identité aujourd'hui, auraient en quoi que ce soit été "demandeuses" de ce qui leur est arrivé.

Écrit par : Stéphane Montabert | 12 novembre 2017

à S. Montabert :
Mes commentaires concernaient les femmes que T. Ramadan auraient abusées – je l'ai précisé.
Et non les enfants.
La pédophilie est tout autre chose. Pour la bonne raison qu'avec un enfant, il ne saurait y avoir de consentement, sous quelque forme que ce soit.
La ligne de démarcation a été pénalement fixée à 15 ans.
C'est ainsi que les peines encourues pour un viol sont très nettement alourdies quand le mineur concerné à moins de 15 ans.
Dans le cas d'un mineur au-dessus de 15 ans, et quand le “viol” – dixit la “victime” – ne s'est accompagné d'aucunes violences visibles, la justice considère qu'il est difficile d'exclure totalement toute forme de consentement.
Pour la justice, et d'après moi avec raison, 15 ans est une sorte d'"âge de raison".

Conclusion : Pour un homme d’âge mûr que ses envies portent vers une très jeune fille, ou qui est même sollicité par elle pour l'initier (oui, ça arrive, et en général avec l'assentiment de la mère !), eh bien, il vaut mieux qu'il se renseigne sur sa date de naissance exacte, et qu'il attende qu'elle ait 15 ans révolus.
Ceci pour le cas où la fille, pour une raison X ou Y, ou poussée par sa mère, décide de porter plainte contre lui pour viol.
Les arrangements ou les réparations en monnaie sonnante et trébuchante peuvent en effet être substantiels et en tenter certaines.

Écrit par : AP34 | 12 novembre 2017

À mon humble avis, la prétendue "affaire" Ramadan n'en est pas une. Le véritable problème, c'est le comportement aguicheur des femmes et les nippes qu'elles portent.

Tariq Ramadan est l'exemple type d'un arbre qui porte des fruits. Et comme le dit le proverbe: «On ne jette des pierres qu'à l'arbre qui porte des fruits». Or il se trouve précisément que l'éminent islamologue est en ce moment l'objet d'accusations totalement invérifiables émanant comme par hasard toujours du même type de personnes: des femmes occidentales ou des musulmanes occidentalisées dont les tenues vestimentaires (entre autres: épaules nues, top transparents sans soutien-gorge, jeans troués jusqu'au haut des cuisses, micro-shorts laissant apercevoir le bombé des fesses, jeans taille basse + string apparent) sont autant d'exhibitions sexuellement harcelantes envers les hommes.
Ces agressions permanentes, qui relèvent de l'incitation au viol, doivent cesser. Elles doivent cesser afin que des hommes aussi remarquables que Tariq Ramadan soient délivrés du mal, ce qui n'est possible que s'ils ne sont pas soumis à la tentation.

La seule solution viable consiste à imposer aux femmes une tenue stricte qui n'excite pas la libido masculine.

La burqa, qui a largement fait ses preuves dans de nombreux pays, est la solution tout indiquée.

J'invite par conséquent nos frères et soeurs musulmans/anes ainsi que tous les sympathisants ou non de l'islam à signer la pétition intitulée «Obligation pour les femmes de porter la burqa sur l'ensemble du territoire suisse» en se rendant sur la page web « http://chn.ge/2zwzBU6 ».

Il importe en effet de mettre un terme à la décadence des moeurs qui frappe nos sociétés dites modernes en renouant avec les principes pérennes qui sont à la base de toute civilisation.

Écrit par : Mario Jelmini | 12 novembre 2017

à Mario Jelmini :
Très amusant, votre commentaire, et tout autant votre pétition.
Retenez ce conseil des habitants de la Rome antique :
"In medio stat virtus".
Qui, je pense, se passe de traduction.
Il est vrai que les hommes subissent une sollicitation sexuelle presque permanente de la part des femmes, plus spécialement des jeunes femmes.
La mode de la minijupe et des bas montant haut sur les cuisses, ainsi que celle du jean moulant en tissu élastique qui est devenue mondiale, ont une signification évidente.
Que n’avaient pas la jupe et la robe traditionnelles, qui sont devenues rares, sauf chez les femmes âgées.
La femme, surtout jeune, aime exposer ses charmes tout en rondeurs aux hommes, à tous les hommes qui vont la croiser dans la rue, être en contact avec elle dans l'entreprise, dans le magasin etc.
Elle aime être désirée, ce qui est évidemment valorisant pour elle, et désirée pas seulement par son petit ami ou son mari.
Mais, et c’est son droit le plus strict, elle veut être désirée de manière discrète, presque muette.
Le problème est : jusqu'où ?
Là, les modes changent avec les époques.
Il y a eu l'amour courtois au moyen-âge, au 19ème il était de bon ton d'écrire un poème pour séduire, et on arrive au pince-fesse d’aujourd’hui, qui serait une forme de réponse masculine relativement courante, particulièrement dans les pays latins.

Les hommes moyen-orientaux ont en moyenne le sang plus “chaud” que les Occidentaux. Je veux dire par là qu'ils sont plus portés à la chose.
Il y a d'ailleurs eu des études scientifiques avec pour objet la mesure des taux de testostérone dans le sang dans les diverses populations. Elles ont confirmé.
Ces hommes (en compagnie d'ailleurs des Noirs) ont effectivement un taux moyen plus élevés que celui des Occidentaux, et encore plus, des Asiatiques.
Ces études, dans la mesure où elles discriminent les ethnies, en bien ou en mal d’ailleurs, sont bien sûr politiquement incorrectes, et pour cette raison, sont peu connues.
Conclusion : le niquab et la burqua pourraient donc avoir une certaine justification dans CES pays.
Par contre, ils n'en ont aucune dans NOS pays (encore que… voir plus bas).
Et ceci pour la bonne raison que le niquab et la burqua sont des instruments de l'islam politique, des armes pour l'islamisation de nos sociétés.

Reste que ces jeunes femmes qui, par leur vêtement, s’offrent plus ou moins directement aux hommes comme objets sexuels, tout en affichant, en grosses lettres, “pas touche”, et qui, en même temps, votent pour des politiciens immigrationnistes, sont passablement incohérentes.
Dans la mesure où elles acceptent, et permettent par leurs votes, l’islamisation progressive de nos sociétés, en Suisse comme en France et ailleurs en Europe, eh bien elles doivent en tirer les conséquences dans leur manière de se vêtir.
Sous peine de subir des viols venant essentiellement de ces populations (cf. la Suède ou l’Allemagne). Et sans compter l’influence de la culture : des femmes ainsi habillées ne peuvent être que des putes, c’est le schéma qui leur a été transmis. Et mécréantes de surcroît, ce qui n’arrange rien !

Quant à vous, Mario Jelmini, si vous êtes un converti, ou si, musulman de souche, vous vous cacher sous un patronyme italien, je comprendrais votre démarche, celle de la pétition. Mais seulement dans ces cas-là.
Votre pétition, si elle arrivait à son terme – ce dont je doute fortement –, ne ferait que confirmer des statistiques religieuses et ethniques qui semblent moins rigoureusement interdites en Suisse qu’en France.

Écrit par : AP34 | 13 novembre 2017

à S. Montabert :
Justement, il se pourrait que l'âge du consentement à l'acte sexuel en France passe de 15 à 13 ans :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/11/13/97001-20171113FILWWW00046-belloubet-13-ans-comme-age-minimum-de-consentement-a-un-acte-sexuel.php

Écrit par : AP34 | 13 novembre 2017

"J'ai moi-même cet âge, et épouser une fille de 18 ans me paraît totalement...surréaliste ?"

Evidemment avec deux protheses de la hanche, ce serait... surréaliste.

Écrit par : Dr Tintin | 14 novembre 2017

Je crois approprié de faire remarquer que nous n'avons pas gardé les gorets ensemble, Mario Jelmini...



Alexei

Écrit par : Alexei | 15 novembre 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.