19 juillet 2018

Football et politique

La Coupe du Monde s'est achevée avec la victoire de la France contre la Croatie, mais dans deux pays impliqués dans la compétition, la France et la Suisse, plusieurs polémiques subsistent.

La France, deuxième étoile et gueule de bois

La victoire de 2018 n'a clairement pas le même goût que celle de 1998. Pour tous ceux qui ont pu vivre les deux événements, le constat apparaît comme une évidence. Il y a de nombreuses raisons à cela. La France partait largement favorite dans la finale, et n'en faisait même pas mystère. Le jeu mis en place par l'entraîneur Didier Deschamps sacrifiait le jeu spectaculaire sur l'autel de l'efficacité. De très nombreuses équipes favorites - Brésil, Portugal, Espagne, Allemagne - furent éliminées bien plus tôt que ce que leur réputation présageait, diminuant l'attrait des "affiches" à défaut de celui des enjeux. Mais surtout, la France ne fit que répéter un exploit déjà accompli. C'est une triste loi de l'existence, mais aucune répétition ne peut avoir la même force que l'original.

emeutes_france.pngLa communion avec le public sur les Champs-Élysées, de 4 heures en 1998, n'aura cette fois-ci duré que 12 minutes, laissant des milliers de supporters frustrés.

Le soir même de la victoire, des émeutes, des saccages et des incendies de véhicules gâchèrent la fête dans plusieurs villes de France - Paris, Lyon, Marseille - laissant près de 300 personnes en garde à vue, 45 policiers blessés, et d'innombrables déprédations. De nombreuses femmes avouèrent avoir subi des agressions sexuelles dans la rue.

Le Président Macron tenta bien une récupération politique de la bonne humeur générale, mais jusqu'ici sa tentative semble échouer:

L’épopée victorieuse de l’équipe de France de football n’a (...) pas produit d’effet sur la popularité d’Emmanuel Macron, jugé « bon président » par seulement 39 % des personnes interrogées, en baisse de deux points depuis fin juin. « La victoire de 2018 n’aura donc pas du tout eu le même effet pour la popularité d’Emmanuel Macron que la victoire de 1998 pour celle de Jacques Chirac (+7 points à BVA et à l’Ifop en un mois) », note [l’institut de sondage Odoxa].


En bien entendu, l'euphorie va aller s'amenuisant alors que la rentrée se profile. Nombre de Français réalisent que la victoire ne leur a apporté qu'une voiture réduite à l'état de carcasse et des commerces pillés. Loin de la célébration unanime attendue et espérée, la Coupe du Monde aura démontré les failles profondes entre les factions antagonistes de la société française et l'impuissance des pouvoirs publics à maintenir l'illusion du contrôle.

Le footballeur, sa technique, sa couleur de peau, son ethnie

Une autre polémique eut trait à la composition de l'Équipe de France. Beaucoup craignaient un retour de la fameuse France "black-blanc-beur" de 1998, une propagande en faveur du multiculturalisme aussi subtile qu'un rouleau-compresseur ; mais l'équipe de France de 2018 est bien plus "black-blanc", la composante "beur" étant réduite à sa plus simple expression.

Afrique-foot.png

La sélection tricolore n'a pas grand-chose à voir avec la composition ethnique du pays dont elle est théoriquement issue: "sur les 23 joueurs retenus par le sélectionneur Didier Deschamps, pas moins de 16 joueurs sont originaires d’Afrique, dont 2 du Maghreb", rappelle un quotidien... du Burkina Faso.

"Si vous [doutez de la force de la diversité], demandez à l’équipe de France de football qui vient de gagner la Coupe du monde. Tous n’ont pas l’air Gaulois à mes yeux… mais ils sont Français. Ils sont Français!" -- Barack Obama, depuis Johannesburg


La singularité que représente l'Équipe de France est donc repérée au-delà des frontières de l'Hexagone, en bien ou en mal. Les journaux africains - mais pas seulement - sont ainsi nombreux à s'en émouvoir, considérant celle-ci comme "la sixième équipe africaine" dans la compétition. Un média du Mali relève diverses réactions sur le sujet partout dans le monde:

L'ancien joueur et sélectionneur de la Croatie Igor Stimac [s’est] faussement interrogé sur Facebook : « Quelqu’un sait contre qui exactement on joue la finale ? »

« Nous affrontons la République Française et le continent africain », a-t-il renchéri dans une interview à l’agence de presse turque Anadolu. « Donc d'un côté ce sont les 11 meilleurs, les plus talentueux, parmi un milliard de personnes, et de l’autre, nous sommes quatre millions [de Croates]. »

Au lendemain de la finale, le quotidien italien Corriere della Sera a évoqué « la France pleine de champions africains mêlés à de très bons joueurs blancs, et une équipe de blancs seulement au carrefour de trois grandes écoles de football, l’allemande, la slave et l’italienne ». (...)

De son côté, le président vénézuélien Nicolas Maduro a salué une « victoire de l’Afrique ». L’héritier d’Hugo Chavez s’en est servi pour appeler à « en finir avec le racisme contre les peuples africains en Europe ».


Ces polémiques raciales sont absurdes. Il serait évidemment vain de démontrer une quelconque supériorité de l'Équipe de France à travers sa composition ethnique - non seulement parce que des pays avec des équipes nettement plus homogènes s'en sont très bien sortis, à commencer par la Croatie parvenue jusqu'en finale, mais aussi parce que tous les pays africains se sont fait très vite éliminer de la compétition. Cependant, le débat montre l'importance des questions de couleur de peau dans le monde entier.

La Suisse et son équipe de papier

Les questions de passeport font toujours des vagues de ce côté de la frontière, la sincérité du sentiment patriotique étant un sujet supplémentaire. Les Suisses eurent longtemps l'occasion de ressasser leur courte participation à la Coupe du Monde 2018. Le scandale arriva lors d'un match contre la Serbie à Kaliningrad, où des joueurs suisses originaires du Kosovo célébrèrent le but en faisant le signe de l'aigle albanais.

aigle_albanie.jpg

Disons-le tout net, dans un match avec de tels enjeux, pareil comportement de la part de joueurs professionnels expérimentés est totalement consternant.

Les médias helvétiques firent immédiatement profil bas, à l'inverse de quelques rares politiciens qui osèrent protester publiquement comme Nathalie Rickli. La Conseillère nationale UDC tweeta en toute sincérité "Je ne peux pas vraiment me réjouir. Les deux buts n'ont pas été marqués pour la Suisse, mais pour le Kosovo", déclenchant une avalanche de réactions dans les deux sens.

Cette victoire de la Suisse ne fut pas du goût de tout le monde: à Zurich, des fans serbes attaquèrent un homme de 32 ans et brulèrent un drapeau du... Kosovo. Message reçu.

Malheureusement pour des médias suisses faisant de leur mieux pour minimiser l'affaire, celle-ci remonta de façon automatique à la FIFA, toute manifestation politique à l'issue d'une célébration de but étant interdite. Granit Xhaka, Xherdan Shaqiri et le capitaine (!) Stephan Lichtsteiner risquaient jusqu'à deux matches de suspension. Ils écopèrent finalement d'une amende, payée par une communauté albanaise reconnaissante.

La polémique trouva un rebond inattendu lorsque le secrétaire de l'ASF, l'Association Suisse de Football, souhaita ouvrir le débat sur la question de la double-nationalité de beaucoup de joueurs helvétiques:

Les gestes jubilatoires de joueurs portant le maillot suisse mais exprimant leur solidarité à l'Albanie et les discussions qui ont suivi, montrent qu'il y a un problème, affirme Alex Mischer lors d'un entretien avec le Tages-Anzeiger. Doit-on demander aux joueurs binationaux de renoncer à leur autre passeport?

C'est ce que propose en tout cas l'ASF vendredi. Et si elle lance cette idée, explique son secrétaire général, c'est qu'elle veut en examiner l'écho auprès de la population. Si tout le monde juge qu'il s'agit d'une idée fumeuse, alors la question sera réglée, explique Alex Miescher. Mais afin d'apaiser les esprits, le sujet doit être abordé.


Las! Le sujet ne fut pas "abordé", même pas pour être qualifié d'idée fumeuse. À la place, le secrétaire eut droit à un lynchage médiatique en règle. Il avait enfreint un tabou.

Et peu importe qu'au milieu de sa crucifixion en place publique, l'ASF demande tout de même "comment gérer le fait que les footballeurs juniors binationaux, après avoir été financés par l'ASF, quittent l'équipe nationale suisse." Le débat sera abordé plus tard... Jamais, par exemple.

En attendant, tout le monde profite des vacances, dont Granit Xhaka, un des footballeurs responsable de la polémique, qui envoya une petite photo sur son compte Instagram:

Granit_add_fuel_to_fire.jpg

"Je perçois [l'idée] que les binationaux ne seraient pas prêts à aller au bout d'eux-mêmes pour la Suisse. Ça me touche directement moi et un certain nombre d'autres joueurs avec deux nationalités", avait-il expliqué, légèrement agacé, dans une interview à l'ATS. Paroles contredites par la publication de ce genre de photo, revenant à en jeter un jerrican d'essence sur le feu en espérant que la polémique s'éteigne...

Que devrait représenter une équipe nationale? Le reflet d'un peuple? Des types sans racines mais au bénéfice d'un passeport, bien qu'incapables de chanter l'hymne de leur pays? Des mercenaires capables d'arracher des victoires et peu importe le reste? Des patriotes sincères, et tant pis s'ils perdent leur match? Chacun aura son idée sur la question, mais il serait trop facile de défausser les opinions d'autrui d'un revers de la main.

Malgré le mépris affiché par les médias et les autorités, le débat est bel et bien ouvert.

Commentaires

Vous écrivez : "Ces polémiques raciales sont absurdes. Il serait évidemment vain de démontrer une quelconque supériorité de l'Équipe de France à travers sa composition ethnique…"
Permettez-moi de ne pas être d'accord.
Les Noirs sont en effet les meilleurs dans le domaine du sport, essentiellement les sports de course. Ils sont longilignes, ont des muscles déliés, sont en moyenne plus grands que les Blancs.
Remarquez cependant qu'il n'y a (à ma connaissance) aucun Noir dans le Tour de France. Ce n'est pas un hasard. Cela confirme ce que je dis plus haut : bons à la course, ils n'ont aucune raison d’avoir des dons particuliers pour appuyer sur les pédales d'un vélo. De fait, ils profitent de leur atavisme de chasseurs, habitués à courir derrière le gibier dans la savane depuis des milliers d'années.
On peut donc raisonnablement supposer que l'équipe de France de 2022 comportera non plus 70% de joueurs d’origine africaine, essentiellement subsaharienne, mais 100%.
La seule chose qui m'étonne c'est que d'autres pays montrent une obstination presque criminelle à conserver des équipes d'un blanc immaculé, telle la Croatie.
On peut imaginer un futur béni où des équipes d’origine africaine porteuses d'un drapeau donné se battront contre d'autres équipes d’origine africaine porteuses d’autres couleurs.
Ce sera le pied !

Il y a cependant un côté pile à cette médaille, au moins pour nous et notre survie à terme.
Si les Noirs sont les meilleurs dans les sports de course, ils sont aussi les meilleurs dans un autre type de sport, ce qu'on appelle le sport en chambre.
Je veux parler du sexe.
Demandez à des Françaises blanches qui ont essayé, elles vous en diront des nouvelles !
Leur libido énorme peut se constater sur place, en Afrique même, où tout le monde couche avec tout le monde, à tous les âges.
Ici, quand un homme propose à une femme de prendre un pot pour faire connaissance, là-bas il lui propose carrément quelque chose de plus consistant et plus intime, et ça marche.
Le résultat est la natalité débridée sur ce continent, qui nous concerne directement puisqu’elle est la mère de la surpopulation, et des futures immigrations massives en Europe.
La vigueur libidineuse des Africains d’origine se voit aussi chez nous, par leur natalité largement supérieure à la nôtre, qui mène à terme à notre remplacement, le Grand, celui qui est cher à Camus et a été théorisé par lui il y a déjà des années.
Et ça, ce n’est plus du domaine du spectacle, comme le football, c'est autrement plus grave !

Écrit par : AP34 | 20 juillet 2018

@AP34: vos lieux communs n'engagent que vous ("Demandez à des Françaises blanches qui ont essayé, elles vous en diront des nouvelles !" ...eh bien, non, pas toujours voyez-vous), et même en Afrique subsaharienne la natalité diminue - quoiqu'avec retard par rapport à l'Occident, ce qui entraîne une énorme différence de population et cela pèsera sur les relations Afrique-Europe pendant encore plusieurs décennies.

Mais pour en revenir au foot, comment expliquez-vous:

1. que toutes les équipes africaines se soient fait sortir dès les phases de poule?

2. que la France soit quasiment la seule équipe à avoir cette "mixité", ce qui n'a d'ailleurs pas empêché une multitude d'autres équipes de se frayer un chemin jusqu'à la finale? La Suisse étant d'ailleurs un véritable contre-exemple à ce propos?

3. que la France pratique la même politique depuis des décennies avec des résultats extrêmement variables sur les 20 dernières années?

Je suis d'accord avec vous sur les différences physiques qui font que certains pays se spécialisent dans certaines disciplines (surtout en athlétisme) mais le foot est un sport plus compliqué que courir le plus vite possible sur 100 mètres.

Le foot implique un bon physique mais aussi l'habileté au dribble, la précision dans les tirs arrêtés ou en mouvement, le jeu de tête, les réflexes, le sens du jeu et l'opportunisme. Et surtout, la réussite dépend aussi de dix autres joueurs avec soi sur le terrain.

C'est en partie à cause de cet aspect imprévisible que ce sport est si populaire. Il y a des stars mais elles ne permettent en aucun cas de garantir la victoire.

Écrit par : Stéphane Montabert | 20 juillet 2018

Si l'on en croit AP34, la coupe du monde devrait être remportée systématiquement par des équipes du continent africain ????

AP34 oublie de mentionner que l'Afrique est divisée en différentes cultures et ethnies, il y a des ethnies où les tailles ne dépassent pas 1,60 m et d'autres où la moyenne avoisine les 1,90 m !

Concernant la natalité, i faut savoir que tant l'islam que le christianisme n'ont pas tout à fait réussis leurs missions vis-à-vis de coutumes moins regardantes envers la virginité et la fidélité, en fait l'islam et le christianisme ne sont que des pratiques exotiques pour bon nombre d'africains, originellement, avant que les prosélytismes s'emparent des ces régions vierges de colonisations, dans la quasi totalité des cultures africaines les modèles sociaux étaient tribaux, c'est à dire, des quantités de petites communautés fonctionnant sur des paternes tribales, les enfants appartenaient à la communauté et non à des noyaux familiaux limités au père et à la mère, il n'importait pas si l'enfant était le fruit d'une union ou d'une autre, l'enfant était quoi qu'il arrive, le "fils ou la fille" de la communauté !

Tant l'islam que les christianismes ont échoués vis-à-vis de ces coutumes, l'acte sexuel n'est pas considéré originellement comme un interdit dans la plupart des moeurs en Afrique. L'Afrique a été colonisée à une époque où l'église avait déjà perdu de sa rigueur, de plus les colons ne se gênaient pas malgré leur discours moraliste, coté musulman, c'est plus ou moins le même constat et surtout que l'islam n'est pas non plus très regardant en matière de relations envers les femmes. Donc l'Afrique n'a pas hérité à proprement dit parler, des miasmes morales chrétiennes ou musulmanes en matière de comportements sexuels.

Est-ce pour cette raison que ça fait des africains des bons footballeurs, peut-être, on ne voit que très peux de fils de "bonnes familles" aristocrates s'adonnés aux sports d'équipes, ils préfèrent le golf, le tennis ou le water-polo !

Mais j'ai une autre explication ; Tout ce "monde" du football est complètement pourri et les résultats sont concoctés à l'avance par des ordures complètement corrompues par le fric sale ainsi que d'une volonté aveugle d'invasion de l'Europe par des musulmans !

Écrit par : Corto | 21 juillet 2018

En ce qui me concerne, cette coupe du monde était très grossièrement truquée !

Ne pas oublier que la deuxième place revient à la Croatie, ex-bastion des oustachis, vous savez. ces catholiques totalement dévoués à hitler et restés dans les bons papier de l'Allemagne qui n'a pas hésité de les intégrer dans l'UE sans même qu'ils en aient émis le moindre souhait !

Ne pas oublier l'alliance entre le régime nazi et la Croatie et la Slovénie, puis les massacres commis en Serbie et sur le reste des Balkans en étroite collaboration avec la waffen ss handschar, composée de volontaires musulmans et sous le commandement de celui qui deviendra l'amant follement amoureux d'un certain gamin du Caire connu plus tard sous le pseudo d'arafat !

De ce fait, même si elle passe en second rang, la Croatie méritait sa deuxième place dans cette grossière fanfaronnade connue par les médias sous le nom de "coupe du monde" et étroitement encadrée par les mêmes études d'avocats que celles qui organisaient les fuites des membres de la ss avec leurs magots 70 ans plus tôt !

Je pourrais facilement faire des révélations concernant ces personnages, mais je serais censuré ou traîné en justice !!

Écrit par : Corto | 21 juillet 2018

"comment expliquez-vous: 1. que toutes les équipes africaines se soient fait sortir dès les phases de poule?"
S'il est souhaitable que les joueurs soient noirs, comme je l'ai dit, par contre, l'entraîneur/sélectionneur doit être blanc. Pour des raisons assez évidentes sur lesquelles je ne m'étendrai pas.
Des deux équipes africaines subsahariennes (Nigeria et Sénégal), seule la première avait un sélecteur blanc (un franco-Allemenad). Il faut croire que cela ne suffit pas forcément.
Vos points 2 et 3 : C'est clair que de bons joueurs au plan individuel, même noirs, ne suffisent pas. Deschamp a réussi à developper leur jeu collectif, et c'est cela qui leur a assuré leur victoire.
Mais il y a aussi une part de hasard dans le football, moins qu'à la roulette certes, mais qui ne doit pas être tout à fait négligeable.

Écrit par : AP34 | 21 juillet 2018

Un article bien senti sur le sujet, de quoi refroidir les ardeurs des fans de football :
https://minurne.org/billets/16578

Écrit par : AP34 | 24 juillet 2018

Les commentaires sont fermés.