16 novembre 2018

Autodétermination: prise de conscience à gauche

Alors que les sondages prévoient un échec de l'initiative pour l'autodétermination, pourquoi les adversaires du texte sont-ils empreints d'une telle nervosité?

La réponse se trouve peut-être à gauche.

Une prise de conscience semble prendre forme dans l'opinion sur ce flanc de l'échiquier politique. De nombreux indices montrent que gens qui méprisent habituellement l'UDC par pur réflexe sont tout de même gênés aux entournures par ce que le rejet de ce texte entraînerait. J'ai moi-même reçu plusieurs échos de Lausannois encartés à gauche et qui soutiendraient cette initiative, contre l'avis des caciques de leur parti.

Cette fronde est bien compréhensible. L'abandon de l'autodétermination touche tout le monde. La campagne d'affichage a vu juste avec ses affiches aux tons neutres: la question dépasse largement le clivage droite-gauche traditionnel.

Mettons-nous un instant dans la peau d'un camarade confronté à cet épineux problème. Le Droit international empêche toute marge de manœuvre démocratique dans l'initiative contre l'immigration de masse? Génial! Contre le renvoi des criminels étrangers? Formidable! Contre l'initiative des Alpes et le transit poids-lourds? Hum, c'est moins bien, en effet. Contre la libéralisation des services? Euh... Contre la dérégulation du Marché du travail? Contre le libre-échange absolu? Contre la sous-enchère salariale? Contre la concurrence fiscale?

Voilà qui est un peu plus embêtant.

Peu importe au final ce que pensent les citoyens sur ces sujets - le 26 novembre au matin, si l'initiative sur l'autodétermination a été balayée, grâce la magie du "droit international", ils ne seront plus décidés par la voie de la Démocratie directe. Qu'ils dorment tranquille, les politiciens décideront sans eux.

Certains pourraient essayer de se rassurer en se disant que ce n'est pas si mal. Après tout, pensent-ils, le Parlement aura encore son mot à dire. Je renvoie ces esprits optimistes à la future libéralisation du marché de l'électricité. Se rappellent-ils la La loi sur le marché de l'électricité (LME) face à laquelle la gauche imposa un référendum, remporté le 22 septembre 2002? Voilà.

C'est à peu près la même chose que la France qui chassa par la porte du référendum le Traité de Lisbonne en 2005, lequel revint par la fenêtre de la "voie parlementaire" quelques années plus tard, avec un joli bras d'honneur au peuple prétendument souverain.

votation du 25 novembre 2018,prise de position,initiative,démocratie,autodéderminationL'effet Calmy-Rey

L'ancienne Conseillère fédérale socialiste fit grand bruit bien malgré elle en se faisant citer dans un matériel électoral pro-initiative. Que dit-elle exactement?

"Si la Suisse reprenait les conditions de travail et de salaire de l'UE par le biais d'un accord-cadre, ce serait dangereux pour la protection de nos salariés. Le droit suisse protège mieux que le droit européen. Je suis absolument opposée à ce que le droit européen règle toutes les relations entre la Suisse et l'UE."

Micheline Calmy-Rey, ancienne conseillère fédérale, le 12 août 2018 dans le magazine SonntagsBlick.


Il n'en fallait pas davantage pour que les responsables politiques actionnent leurs relais et insufflent leurs réactions dans les médias. Les cris d'orfraies furent nombreux pour s'indigner de l'utilisation de cette citation, mais quel est le problème? "On a repris cette situation dans son intégralité, où ça veut clairement dire que le droit suisse protège mieux que le droit européen. Elle est ancienne conseillère fédérale, elle doit accepter que ses citations soient reprises dans le cadre de campagnes politiques", explique Michaël Buffat, vice-président du groupe UDC.

Il est clair que la parole d'un ancien conseiller fédéral garde un certain poids. C'est la raison pour laquelle Mme Calmy-Rey fut interviewée dans le journal zurichois, ou celle pour laquelle Pascal Couchepin le fut lui aussi dans Le Matin. Mais quand c'est pour dire du mal de l'initiative, aucun problème.

De fait, la citation n'est pas tronquée. Elle est récente, pertinente, convenablement sourcée. On se demande bien quel "contexte" en changerait miraculeusement le sens. Les propos furent tenus cet été en soutien aux syndicats qui s'opposaient à l'assouplissement des mesures d'accompagnement à la libre circulation des personnes, exigé par l'Union européenne... Difficile de voir une situation plus à-propos quant à la domination des "juges étrangers".

L'hypocrisie comme valeur fondamentale... Et ses conséquences

Pour l'ancienne ministre des Affaires étrangères, être utilisée en faveur d'une initiative alors qu'il est de notoriété publique qu'elle s'y oppose ne fait pas partie des mœurs politiques que l'on connaît en Suisse. "C'est des fake news, comme on dit", sourit-elle. Aucun journaliste pour lui demander pourquoi elle tint publiquement ces propos dans ce contexte, ni comment elle arrive à dire que des paroles sortis de sa propre bouche sont du fake.

Mentait-elle à son public syndicaliste? Ou était-elle sincère alors et ment-elle maintenant au grand public helvétique?

Que vaut un politicien qui dit blanc ou noir selon ce que souhaite entendre son public du moment? Il aura beaucoup de succès en Suisse (pensons à Pierre Maudet ou Christophe Darbellay, spécialistes de cette approche) mais il arrive un moment où les recoupements arrivent et où certains commencent à réaliser qu'ils se sont fait avoir.

Reste à savoir quand Mme Calmy-Rey était sincère. L'analyse n'engage que moi, mais je pense qu'elle l'était en affirmant qu'un accord-cadre serait dangereux pour la protection de nos salariés, parce qu'elle s'adressait à un public de connaisseurs. Des syndicalistes, donc des gens un peu plus pointus que la moyenne en termes de droit du travail. Le grand public et sa bienheureuse naïveté a droit à une autre soupe ; là, il s'agit de remporter une bataille importante contre l'UDC et tous les moyens sont bons.

Cette vision à court terme en vaut-elle la peine? L'autodétermination ne sert pas qu'à la droite, et le "droit international" s'impose aussi bien contre la droite que contre la gauche. Pour jouer un bon tour à l'UDC, les syndicalistes sont-ils prêts à se tirer une balle dans le pied? Les écologistes sont-ils prêts à laisser l'avenir nucléaire entre les mains de l'Agence Internationale pour l'Énergie Atomique? Nous le saurons dans moins de dix jours.

Une chose est certaine, ceux qui pensent que la domination du Parlement sans contestation possible dans les urnes est une bonne chose en seront rapidement pour leurs frais. Lorsque le vin est tiré, il faut le boire. Si désormais l'Assemblée fédérale a la haute main sur la Constitution à travers le Droit international, une situation voulue par le peuple le 25 novembre, alors il faudra faire avec.

L'alliance entre le PLR et l'UDC sur les sujets économiques risque de faire des étincelles, et les hurlements de la gauche n'y pourront plus rien.

Commentaires

CAPITAL:

A ECOUTER IMPERATIVEMENT AVANT DE VOTER:

https://www.youtube.com/watch?v=XRP89wdhmIo

Ce que dit Manon Schick est confirmé également par les propos de Couchepin dans le dernier MARTIN DIMANCHE:

"Le peuple n’est pas le seul pouvoir, il y en a d’autres qui sont là pour limiter ses compétences, comme le Parlement ou les tribunaux. Je ne veux pas d’une dictature de la majorité qui décide de faire ce qu’elle veut"

http://www.nostro-diritto.ch/2018/11/11/pascal-couchepin-je-ne-veux-pas-dune-dictature-de-la-majorite-en-suisse/

Écrit par : Marie B. | 16 novembre 2018

Un très grand merci à vous, Monsieur Montabert. Vous méritez beaucoup plus d'être Suisse que de nombreux Suisses!

J'espère seulement que cette prise de conscience ne sera pas trop tardive.

Il faut aussi lire cet article que presque aucun média ne relaie et même dans le Matin cet article est désormais introuvable si on en connaît pas le lien, comme par hasard. Imaginez qu'il soit à la une ou qu'on en parle au TJ. Non bien sûr, il faut le cacher:

https://www.lematin.ch/suisse/justice-europeenne-nuit-protection-salaires/story/23054843

Écrit par : Arthur V. | 17 novembre 2018

Dans le même ordre d’idées, quelques questions posées au PS (demeurées sans réponses), il y a une dizaine de jours:

1. Si les pressions des négociateurs européens aboutissaient, dans un intervalle de temps très court, à pousser nos autorités à un abandon progressif des mesures d’accompagnement touchant le travail détaché (respect des règles européennes), jugées disproportionnés et discrimatoires…
…quelle serait la marge de manœuvre du Parlement fédéral et des syndicats face au franchissement irrémédiable de la «ligne rouge»?
https://bazonline.ch/schweiz/standard/eugericht-bremst-lohnschutz/story/21948023.

2. Prenons l’initiative des Alpes en exemple. L’initiative a été acceptée en 1992, pourtant elle entre en conflit direct avec la libre circulation des marchandises, puisque cet accord rend impossible l’application de cette initiative et sa mise en œuvre (les Verts s’en désintéressent-ils aujourd’hui?).
Préférez-vous l’Initiative des Alpes et sa pleine mise en œuvre ou l’application stricte de la libre circulation des marchandises?

3. En parlant de la privatisation des services publics et de leur ouverture à la concurrence du marché, Jean Ziegler, a déclaré: «La privatisation du monde affaiblit la capacité normative des États. Elle met sous tutelle les parlements et les gouvernements. Elle vide de leurs sens la plupart des élections et presque toutes les votations populaires. Elle prive de leur pouvoir régulateur les institutions publiques. Elle tue la loi. De la République, telle que nous l’avons héritée de la Révolution française, il ne reste désormais plus qu’un spectre» («Droits des peuples à l’autodétermination», Cetim, Genève, 2010).
Par quelles mesures entendez-vous défendre le service public contre les dogmes libéraux qu’impose l’Union européenne qui, sous l’appellation de «service d’intérêt économique général», entend supprimer toute aide publique aux secteurs du gaz, de l’électricité, des transports et des services postaux…?

4. Ultime question: nous ne sommes plus dans des sociétés juridiques articulées à la loi. Nous passons de l’homme conçu comme un sujet de droit à un homme conçu comme sujet de son intérêt; autrement dit: nous sommes entrés dans un type de société où le pouvoir de la loi est en train non pas de régresser, mais de s’intégrer à un pouvoir plus général: celui de la norme, ce qui implique un système de surveillance, de sécurité ou de contrôle social différent.
En quoi les partis de gauche [PS, Verts, CS/POP (!)], différencient-ils leur choix du NON à l’initiative à celui des autres partis, en mettant de côté les arguments généraux (intérêt des exportations, insécurité juridique de la politique extérieure…).

Le mur de Berlin ne s’est pas seulement effondré matériellement, il s’est effondré dans les têtes, symboliquement. Un grand vide s’est créé; c’est le «tout marché» qui a rempli ce vide, exigeant une soumission aux normes néo-libérales et à ses dispositifs technico-formels, à la «communauté des valeurs» partagées de droite à gauche, développant la montée des incertitudes, forçant les esprits au principe Tina («there is no alternative»). Oubliés Marx, la IIe Internationale, Lénine, «les luttes du bolchévisme contre les déviations de gauche, contre les compromis réactionnaires, contre cet abîme d’inconséquence, de pédantisme, de lâcheté et de trahison envers les intérêts de la classe ouvrière… (Lénine)» Faut-il rappeler que les modernisateurs ou progressistes à marche forcée qui, sous l’Occupation avaient choisi de vivre avec leur temps, s’appelaient «collaborateurs»; et les résistants, ces nostalgiques des vieilleries de 1789, des «inadaptés» qui tournaient le dos à l’Europe nouvelle et à la jeunesse partout en marche?

Écrit par : A. Bloesch | 17 novembre 2018

Tout ce qui est UE est nuisible et pas seulement à la Suisse Arthur V!

Écrit par : Patoucha | 17 novembre 2018

"L'autodétermination" et "le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes" sont des concepts qui sont généralement entourés d'un halo positif. Les populations autochtones doivent pouvoir disposer d'elles-mêmes etc., c'est formidable.

Maintenant que la question est posée au peuple suisse: "Voulez-vous renoncer à votre droit d'autodétermination" , nous voilà soudainement dans l'attaque à l'Etat de droit, aux droits humains etc....

Combien d'affiches mensongères dans nos rues??? L'initiative "anti-droits humains". C'est clair, en Suisse, on envisage d'abolir les droits de l'homme. Qui va gober ça?

A mon avis, le résultat des urnes le 25 novembre va en étonner plus d'un....

Écrit par : Bernie | 17 novembre 2018

Je l’ai ressentie cette nervosité, comme je ressens la manipulation d’où qu’elle vient! Je n’ai plus confiance en nos politiques qui n’ont plus rien à voir avec ceux qui ont choisi cette voie pour servir la Suisse et non leur compte en banque! Le vote est hélas trop gaucho-socialiste à Genève parce que appâtés que sont près de 51/3 % des Genevois - Qui font la majorité en votation - par les promesses d’aide avec l’argent du contribuable qui les fait vivre jusqu’à payer leurs batifolages et dont la devise est: plonger dans l’argent du contribuable jusqu’à nos extras et ne pas toucher à nos royalties!

Écrit par : Patoucha | 17 novembre 2018

Où peut-on se procurer des gilets jaunes ?

Écrit par : rabbit | 17 novembre 2018

Votez OUI:

https://www.youtube.com/watch?time_continue=4&v=WRXCio3--dg

Écrit par : Serena | 17 novembre 2018

Rabbit ! Voyons, vous êtes chez Stéphane, pas chez Olivier ! Mmm!

Écrit par : Ambre | 17 novembre 2018

les verts et les socialiste nous disent qu'il faut voter non a l'initiative sur les juges étrangers de manière à ce que la justice européenne prime sur le droit suisse et puisse ainsi mettre les salaires des travailleuses et travailleurs suisses en danger:

https://www.lematin.ch/suisse/justice-europeenne-nuit-protection-salaires/story/23054843

Honte à la gauche qui devrait être du côté des travailleurs et les encourager à voter OUI à cette initiative!

Écrit par : Samanta | 18 novembre 2018

Nous formons une grande famille, divisée mais néanmoins unie par les racines.
Si Ambre avait fait l’effort d’acquérir la nationalité suisse, elle pourrait maintenant se disputer avec les autres, fraternellement, dans la joie, la bonne humeur et les coups fourrés.
Buvons à notre bonne santé !
(Musique)

Écrit par : rabbit | 18 novembre 2018

Rabbit@ Plus je vous connais, plus je pense que vous devriez demander la nationalité monégasque. Si cela existe, tant cette entité cosmopolite servant uniquement les intérêts de la caste phynancière dominante est contradictoire avec la notion de nationalité...
Mais remarquons au passage l'habileté de la France vis-à-vis de ce monstre fiscal, relativement à l'imbécillité de la Suisse qui tolère cette horreur du nom de "Genève" en son sein...

Écrit par : Géo | 18 novembre 2018

Vous lisez dans mes pensées (ou bien quoi) ? Je consulte régulièrement les annonces immobilières de la principauté, les prix y sont proches de ceux de Genève. Inabordables. La Chine est plus dans mes moyens, mais il faut bouger souvent à cause du visa. Vous connaissez beaucoup de pendulaires en Airbus A330-200 ? Ben voilà, c'est moi. Je prends toujours le même siège côté couloir, pour allonger les jambes toutes les 2 heures. Au-dessus de Iekaterinenbourg (la moitié du trajet), je fais une petite prière pour la famille impériale. Arrivé près de Novossibirsk, ça sent déjà l'écurie. La routine, quoi. Autrefois, j'ai pendulé entre Lausanne et Genève durant 12 ans. L'avion d'Air China est nettement plus confortable que le wagon des CFF. Et chez vous ça va aussi ? Faut pas être trop exigeant à notre âge.

Écrit par : rabbit | 19 novembre 2018

MESSAGE POSTÉ PAR UN GROUPE DE PAROISSIENS DÉSABUSÉS SUR LE BLOG (TDG) DU PASTEUR NEESER EN RAPPORT AVEC l'INITIATIVE DE L'UDC:

Cher Monsieur Neeser,

Nous sommes sûrs que ça part de bons sentiments, mais il est bien triste de voir à quel point vous et les vôtres êtes aveuglés par la bienpensance et la pensée unique distillées par la super-classe via les médias.

Vous croyez faire le bien, mais ne comprenez pas que vous faites le jeu de la super-classe qui vous manipule.

C'est triste, triste à en pleurer. Tout ce que dit Myriam est vrai, c'est exactement de ça dont il s'agit, mais vous êtes en plein déni et, par votre attitude, vous aidez ces individus à rendre les pauvres encore plus pauvres.

Pourquoi croyez-vous que les gilets jaunes manifestent en France? Parce que les moins aisés croulent sous les taxes et ont de plus en plus de problèmes à finir le mois, car le gouvernement doit suivre les ordres de Bruxelles et ça ne va qu'empirer.

Pour les mêmes raisons il y a eu une diminution de 30.000 naissances en Grèce en 2015, la mortalité infantile est montée en flêche et il y a eu de très nombreux suicides. Les gens ont fait faillite, une fois encore grâce à Bruxelles.

Pourquoi croyez-vous qu'il y a en moyenne au moins un paysan qui se suicide chaque jour en France?

Renseignez-vous! Ouvrez vos yeux et vos oreilles!

Vous et votre "gentille" église êtes-vous sourds au malheur des pauvres, aveugles, bêtes, naïfs, ou pire complices?

Et vous osez encore ajouter:

"... effet collatéral possible à une décision du peuple souverain (lequel n'est toutefois pas tout-puissant et ne saurait le croire)"

Ne vous faites pas de souci pour ça: le pouvoir du peuple n'existera bientôt plus et l'oligracrchie mondialiste pourra décider à sa place ce qui est bon pour lui et surtout de ce qui est bon pour elle, comme en France où le peuple avait refusé la constituion européenne et qu'on la lui a imposée peu de temps après. Vous avez donc parfaitement raison: le peuple n'est pas tout puissant, mais en revanche les multinationales et les banques le sont, elles.

Cette triste remarque indique que vous n'êtes pas un démocrate monsieur Neeser. Vous répétez mot pour mot la propagande de l'oligarchie.

On ne vous comprend pas, on ne vous comprend plus, on ne vous comprendra plus jamais et nombre de mes amis protestants pensent comme moi.

Même vous, vous nous laisser tomber, mais désormais on saura faire sans vous.

Jésus lui avait eu le courage de chasser les marchands du temple, tandis que vous vous leur déroulez le tapis rouge en appelant à leur donner encore plus de pouvoir!

Bien à vous,

Un de vos ex-paroissiens au nom d'un groupe de protestants qui protestent contre votre attitude insensée et celle de votre église.

Les billets en question du pasteur Neeser sont les suivants:

http://dneeser.blog.tdg.ch/archive/2018/11/19/prochaine-votation-declaration-de-l-eglise-protestante-de-ge-295622.html

et

http://dneeser.blog.tdg.ch/archive/2018/11/17/blocher-et-les-juges-etrangers.html

Écrit par : un groupe de paroissiens très déçus | 21 novembre 2018

C'est pas pour dire, mais cela fait plutôt plaisir de voir des "paroissiens" réagir aux outrances de ce pasteur dévoyé par les idées d'ultra-gauche...

Écrit par : Géo | 21 novembre 2018

Une diatribe où la moindre trace de logique fait défaut : un boniment de forain. Il est facile de comprendre pourquoi cet individu n'exerce pas un métier dont la raison est le premier moteur.

Écrit par : rabbit | 21 novembre 2018

Non seulement, il faut supporter les moralistes laïques ayant fait de l'écologie une religion, mais encore, des gens d'église venus tenter de se refaire, dans le monde visible, une carrière qu'ils ont ratée dans le monde invisible.

Écrit par : rabbit | 21 novembre 2018

Les commentaires sont fermés.