07 mars 2019

Bigard et la Spirale de la Pureté

Jean-Marie Bigard est dans la tourmente.

Jean-Marie_Bigard.jpgLe comique français, spécialiste depuis des décennies de l'humour gras, a commis un impair à une heure de grande écoute. Dans Touche Pas À Mon Poste sur C8, le 11 février, il raconte sa blague de "la déchirure".

Alors que l'émission arrive son terme, Cyril Hanouna invite le comique à raconter une dernière blague pour clôturer l'émission. "Oui, mais elle est terrible. Tout le monde va se faire virer", prévient Jean-Marie Bigard. Le présentateur de C8 propose alors d'apposer sur l'émission la pastille "moins de 10 ans". (...)

Jean-Marie Bigard commence alors le récit de sa blague : "C'est une bonne femme qui exaspère son médecin. Elle vient trois fois par semaine. Lui, il n'en peut plus. Et elle vient une fois de trop, en disant : 'Je viens vous voir parce que j'ai une déchirure'". Et l'auteur du sketch "Le lâcher de salopes" de continuer, gestes à l'appui : "Le médecin lui dit : 'Déshabillez-vous. Je vous demande vous déshabiller. La jupe, le string, à poil !'". En plateau, l'animateur esquisse un sourire alors que le silence plane du côté des chroniqueurs. "Il arrive. Il la chope par le chignon. Et là, clac, sur son bureau. Il défouraille ! Il l'attrape par les hanches et il l'encule ! A sec ! Voilà, ça c'est une déchirure", termine-t-il, provoquant un énorme malaise dans l'émission. "On ne cautionne pas du tout cette blague", lâche le présentateur.


La séquence est coupée au montage dans la rediffusion de l'émission. Est-ce une décision de Cyril Hanouna, le spécialiste de la provocation convenue, ou de plus haut dans la hiérarchie de la chaîne? Mystère. Mais le gant est jeté: plus de 200 signalements sont recensés au CSA 24 heures après la diffusion. La polémique enfle, peu apaisée par la réaction du principal intéressé.

En France en 2019, celui qui fait une blague politiquement incorrecte à la télévision doit faire preuve de contrition sous peine de sanction. Et les sanctions finissent par tomber. En début de semaine, Jean-Marie Bigard annonce, sous le choc, avoir été écarté du festival d'humour "Var Matin", pour lequel il devait effectuer une tournée cet été, à cause de cette séquence.

"Je reste assis parce que je suis détruit. Mes chers amis, je viens de prendre un coup de barre à mine sur la tête. Je devais faire la tournée 'Var Matin' cet été. 49 dates. C'était tout mon été de travail. Et je viens d'apprendre que j'étais viré, en fait" explique-t-il, avant de s'en prendre au directeur du festival.

Jean-Marie Bigard vient de découvrir bien malgré lui ce qu'un Internaute américain appelle la Spirale de la Pureté, qu'il tient à rappeler à tous les bien-pensants de passage:

Ils viendront pour vous ensuite.

Vous utiliserez le "mauvais" pronom.
Vous raconterez la "mauvaise" blague.
Vous ferez le "mauvais" geste de la main.
Vous prononcerez le "mauvais" mot, porterez le "mauvais" vêtement, commanderez le "mauvais" plat, fredonnerez la "mauvaise" chanson...

Personne ne peut prendre la mesure de tant de "règles", pas même vous.

Finalement, vous commettrez un impair. Et ils vous étiquetteront de noms comme "d'extrême-droite", "bigot", "islamophobe", "beauf", "haineux", "pourriture de Blanc", "patriarche" etc. etc.

Tous vos agissements précédents pour afficher vos belles valeurs compteront pour rien. Il y a des crimes pour lesquels toute excuse est impossible, voyez-vous. Ces crimes ne peuvent être pardonnés, car ceux qui les pardonneraient pourraient être accusés à leur tour de ne pas être assez vigilants face à eux.

Vous serez une persona non grata. Impossible à embaucher. Impossible à aimer. Impossible à accepter. Impossible à tolérer. Exactement comme ceux que vous tourmentez en ce moment.

C'est le Meilleur des Mondes que vous avez créé.

Bienvenue dans la Spirale de la Pureté.

C'est un long chemin descendant.


Qu'on apprécie ou non le style de Bigard, là n'est pas la question. Cette censure et les réactions qui s'ensuivent sont des marqueurs de la société française d'aujourd'hui - un marqueur inquiétant. La communication publique bascule de plus en plus nettement vers un manichéisme pudibond assez extraordinaire. "Il le dit, ça veut donc dire qu'il le pense", voilà ce qui ressort en filigrane, comme si un comédien était l'homme de ses rôles.

Au delà des questions d'humour, la liberté d'expression est en France en voie d'effondrement rapide. Autant la police et la sécurité disparaissent des rues, autant la police de la pensée montre qu'elle est omniprésente.